Partagez | 
 

 fading winter

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : avatar : swan / codage sig : frimelda
messages : 956
quartier : un appartement dans le Loop, Downtown, sur le même pallier que celui de sa mère, atteinte d'agoraphobie sévère et cloitrée depuis des années maintenant
physique : depuis son accident, survenu le 31/10/16, la main droite de Lloyd, piétinée durant un mouvement de foule, présente des cicatrices dues aux opérations subies pour la réparer

MessageSujet: fading winter   Lun 19 Mar - 19:56

Dreaming, I was only dreaming, Of another place and time Where my family's from
Singing, I can hear them singing, When the rain had washed away All these scattered dreams
Dying, everyone's reminded, Hearts are washed in misery, Drenched in gasoline

Natalia & Lloyd

Il astique le bar avec un chiffon plus si propre que ça, son regard azuré se perdant sur l’extérieur. Le Maureen’s est loin d’être bondé cet après-midi. Comme pratiquement tous les après-midi en réalité… A la caserne, il avait l’habitude d’apprécier ces moments de quiétude, bien trop rare au goût de tous. Il profitait de ces temps de battements entre deux interventions pour bouquiner un peu, faire une sieste si la garde était éprouvante, manger un bout ou faire une partie de cartes avec ses camarades. Là, il a l’impression de toujours être en battement, d’avoir le cul entre deux chaises. Il est sur le qui-vive mais rien ne se passe. Enfin si, de temps en temps, une bagarre éclate, un poivrot tombe de son tabouret ou des jeunes se bécotent avec un peu trop de convictions, mais c’est tout. Il ne se passe rien d’intéressant. Rien de palpitant. Mais Lloyd continue vainement d’attendre, d’espérer…
Son travail lui manque. Cette sensation de se rendre utile, le rush d’adrénaline… Tout ça lui manque. En même temps, la simple idée de rempiler lui file la nausée et fait s’accélérer les battements de son cœur encore en miette après ce qui s’est passé en novembre. Chaque fois qu’il entend la sirène d’un camion de pompier, ses cheveux se dressent dans sa nuque et sa peau se couvre de chair de poule. Chaque fois que son regard se pose sur l’un de ces véhicules, il revoit les images de l’accident. Il revoit le sourire de Lou au milieu de son visage exsangue ; Lloyd revoit ce morceau de métal fiché dans son corps et il pense à l’enfant qu’elle portait. Leur enfant…
Il pousse un soupir et jette un coup d’œil alentours pour s’assurer que personne en fait attention à lui. Cela fait, il attrape une bouteille de whisky, un shot et s’en verse un verre à l’abri des regards, derrière le comptoir. Il repose la bouteille puis s’accroupit, faisant mine de chercher quelque chose dans un meuble. Il s’enfile le verre, cul sec, grimace et soupir à nouveau. Il repose le verre dans son coin habituel et se redresse.

Lloyd sursaute violemment et porte sa main à son cœur.
« Bon sang ! Tu m’as fichu la frousse... » reproche-t-il à Natalia qui est apparue comme par magie de l’autre côté du comptoir. Elle n’a pas l’air franchement désolée pour ça. Plutôt amusée même, et il secoue la tête de gauche à droite, un mince sourire étirant peu à peu la commissure de ses lèvres.  « T’as besoin d’un truc ? »  lui demande-t-il en désignant le rayonnage derrière lui.
Mais Natalia lui fait savoir qu’elle n’a besoin de rien et n’a besoin d’honorer aucune commande. En fait, elle va même jusqu’à lui proposer qu’ils prennent leur pause tous les deux en même temps puisque l’endroit est calme. Lloyd accepte avec plaisir. Aller faire un tour dehors et fumer une cigarette avec un peu de compagnie lui fera le plus grand bien. D’autant que Natalia a toujours été de bonne compagnie...
Ils préviennent l’autre serveuse disponible qu’ils sortent et vont récupérer leurs affaires dans le vestiaire avant de diriger leurs pas vers la sortie de secours, menant à l’arrière. Lloyd referme sa veste en sentant le froid glacial lui balayer le visage et enfile son bonnet avant de fouiller dans ses poches, à la recherche de son paquet de cigarettes.
Il n’en propose pas à la serveuse puisqu’elle a refusé chaque fois qu’il a tenté de lui en offrir une. Après avoir allumée la sienne, Lloyd passe d’un pied à l’autre pour essayer de se réchauffer, jetant un coup d’œil sur le ciel dégagé vers lequel il crache un nuage de fumée grisâtre qui s’élève paresseusement.
« Alors, quoi d’neuf ? » la questionne sobrement le grand blond, se demandant si elle avait un sujet spécifique à aborder avec lui en l’invitant à la suivre, ou si elle avait juste envie de faire causette.      



(c) chaotic evil

_________________


she's got a smile it seems to me reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky & if i'd stare too long i'd probably break down and cry

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 489
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: fading winter   Dim 25 Mar - 23:06




Talia & Lloyd



Fading Winter

And it sure been a cold, cold winter
And the wind ain't been blowin' from the south
It's sure been a cold, cold winter
And a lotta love is all burned out


L'après-midi est longue c'est le moins qu'on puisse dire et si Natalia apprécie en un sens les shifts de la journée qui lui permet de pouvoir passer la soirée avec son fils et de pouvoir le mettre au lit, c'est bien là le seul avantage qu'elle y trouve. Parce que la vérité c'est que d'une c'est d'une longueur épouvantable parce qu'il n'y a pas grand-monde à servir et que de deux et ce fait les pourboires sur lesquels elle fait une bonne partie de son salaire ne suivent pas vraiment. Ses finances se sont stabilisées, mais elle estime pourtant que ce qu'elle amène dans le ménage aussi négligeable soit-il comparé aux gains de son mari, reste tout de même nécessaire surtout avec les travaux qu'ils avaient décidés d'engager dans la maison de feu William Manning dont ils avaient hérités. « Autre chose ? » Le type dont le nez est plongé dans son bouquin se contente de secouer sa main de concert avec sa tête, sans pour autant ne serait-ce que lever les yeux vers elle. Abrutie d'hipster. Elle ne sait même pas ce qu'il fout là, c'est pas tellement le genre de clientèle dont elle a l'habitude avec ses bouclettes, ses petites lunettes rondes qui ne lui vont même pas et son intégrale des oeuvres de Proust qui le font supposément passer pour un intellectuel...eurf elle déteste ce genre de mec qui en font des caisses pour sortir d'un soi-disant moule alors qu'il se donne tant de mal pour en intégrer un autre. En plus de ca elle est sûre qu'il ne lui filera qu'un pourboire médiocre. Elle lève les yeux au ciel et ne force même pas un sourire sur ses lèvres dans la mesure où il ne le verras même pas et se détourne de la table en silence.

Elle balaye du regard la salle et visiblement personne n'a besoin d'elle, pas plus que de sa collègue qui est appuyée contre un pan de mur et pianote sur son téléphone sans se poser la moindre question, la Serbe rejoint donc le bar ou Lloyd s'activait à allure modéré il y a encore une seconde, elle l'entraperçoit disparaître sous le comptoir de bois sombre et s'en approche, déposant son plateau et venant se percher sur la pointe de ses pieds pour essayer de voir ce qu'il fait. Elle en obtient un bref aperçu, mais ne dis rien, attendant qu'il se redresse finalement et constate qu'il n'est pas aussi seul qui en a l'impression. Lorsqu'il le fait et sursaute de la découvrir pencher sur le dessus, un sourire moqueur vient marquer ses lèvres. « Bon sang ! Tu m’as fichu la frousse... Elle reste silencieuse et le toise avec un air malin. T’as besoin d’un truc ? »Finit-il par lâcher en désignant les bouteilles derrières lui. « Nan ca va, parce que putain c'est la mort Marcia et nos trois clients sont servis et satisfaits ! Elle esquisse une vague révérence sarcastique avant de ramener ses mains sur le comptoir. Une petite pause ? Ca te dit ? J'ai besoin de prendre l'air et elle peut gérer y a pas grand monde. Lance-t-elle en désignant leur collègue d'un geste de la tête. C'est en plus la vérité elle a la gerbe pour la millième fois de la journée et si elle sait qu'elle ne vomira pas, ca n'en restait pour autant pas très agréable, son premier trimestre venait pourtant de toucher à sa fin et elle avait espéré que les nausées faussement matinales disparaîtrais comme ces connasses étaient censées le faire, mais ce n'était pas aussi réglé qu'elle l'aurait voulu et elle les subissait encore à son grand désarroi. Le barman accepte et ils préviennent la troisième de garder un oeil partout le temps qu'ils se rendent à l'extérieur. «  J’en ai tellement marre de ces shifts où ils se passent rien du tout, ca passe paaaas c’est d’un chiant ! Elle pousse un soupir alors qu’elle enfile son manteau et vient remonter la fermeture éclair aussi haut qu’elle le peut. J’avais demandé à faire un ou deux shifts jour par semaine et c’est déjà le troisième cette semaine…jte jure demande jamais rien ici ! » Elle grogne gentiment plus en mode blablabla que par réel attente d’obtenir quelconque réaction de la part de son tout nouveau collègue. Lorsqu’ils arrivent dehors ce dernier allume une cigarette et rien que de le voir faire Natalia sent son estomac venir la titiller, ca lui manque tellement…plus que l’alcool honnêtement. Elle sait qu’en théorie elle pourrait se permettre d’en griller une de temps à autre, mais elle préfère se retenir, sachant que ca ne lui rendrait le manque que plus difficile et que ca restait quand même relativement mauvais pour le bébé qui avait déjà eu son quota d’alcool et de cigarettes lorsqu’elle ignorait encore son existence. Alors, elle se contente de respirer de loin les effluves de nicotine et vient resserrer ses bras autour de son corps, comme pour créer un cocon de chaleur qui la protégerait du froid cinglant de cette fin janvier.

« Alors, quoi d’neuf ? » Elle hausse les épaules, c'est pas comme si elle comptait lui dire gaiement qu'elle était en cloque, elle n'imaginait pas qu'il soit du genre à colporter quoi que ce soit, mais il valait mieux être prudent, elle travaillait ici depuis suffisamment longtemps pour savoir que sa grossesse lui couterait forcément son job à un moment ou un autre. « Humm laisse-moi réfléchir. Une moue pensive vient s'afficher sur son visage avant qu'elle ne continue sa phrase. Je t'ai dit qu'on allait redéménager ? enfin pas tout de suite, il va falloir faire pas mal de travaux pour rendre la maison de son père habitable, mais au moins ce sera la nôtre, je suis super excitée j'ai vraiment hâte de voir le rendu ! Et toi ? Ca va ca te déplait pas trop ici ? » Ses lèvres se pincent en une moue un peu désolée, c'est sûr qu'entre la caserne et ce bar du south side il y avait plus d'un monde.

(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : avatar : swan / codage sig : frimelda
messages : 956
quartier : un appartement dans le Loop, Downtown, sur le même pallier que celui de sa mère, atteinte d'agoraphobie sévère et cloitrée depuis des années maintenant
physique : depuis son accident, survenu le 31/10/16, la main droite de Lloyd, piétinée durant un mouvement de foule, présente des cicatrices dues aux opérations subies pour la réparer

MessageSujet: Re: fading winter   Dim 1 Avr - 11:22

Dreaming, I was only dreaming, Of another place and time Where my family's from
Singing, I can hear them singing, When the rain had washed away All these scattered dreams
Dying, everyone's reminded, Hearts are washed in misery, Drenched in gasoline

Natalia & Lloyd

Il voit Natalia hausser les épaules, en réponse à sa question. En même temps, il ne peut pas lui en vouloir, lui-même déteste cette question et ne sait jamais trop comment y répondre. C’est trop vague et ça n’indique pas vraiment si l’interlocuteur est réellement intéressé par la réponse ou non. Lloyd sait d’expérience que de plus en plus de monde la pose en attendant surtout que leur tour vienne pour s’exprimer et déballer le contenu de leur sac, devenu un peu trop difficile à porter. Ca lui est déjà arrivé, alors il ne lancera pas la première pierre mais aujourd’hui, il a réellement envie de s’intéresser à Natalia et de faire un point sur sa vie. A moins qu’il ne cherche qu’à tuer un peu le temps et tromper son ennui ?
Un ennui que partage vraisemblablement la jeune femme. C’est du moins ce qu’il en a déduit du discours qu’elle lui a tenu un peu plus tôt, avant qu’ils ne sortent du Maureen’s pour s’accorder une pause peu méritée, vu la quantité de boulot qu’ils ont accompli l’un et l’autre depuis le début de leur shift aujourd’hui…  
Après quelques secondes, la langue de la brunette se délit pourtant et elle lui annonce qu’elle va redéménager. Enfin non, pas juste elle… Pas non plus juste elle et son fils comme une part de lui l’espérait, pour son propre bien. Elle inclut son mari dans l’équation.
En même temps, à quoi s’attendait-il ? Depuis qu’il s’est rapproché d’elle en venant bosser dans le bar où il savait pertinemment qu’elle travaillait, Lloyd n’a eu que des échos assez positifs sur sa relation avec James… Leur couple s’est visiblement ressoudé et l’époque où elle ne l’évoquait même pas est belle et bien révolue. Lloyd ne dirait pas qu’elle ne jure plus que par lui - Natalia reste tout de même une femme d’un naturel plutôt indépendant - mais on n’en est pas loin. A moins qu’elle le cite abondamment en sa présence par crainte qu’il se fasse des idées ? C’est possible. Elle sait après tout qu’il en pinçait réellement pour elle avant de faire la connaissance de son mari, récemment sorti de prison dans des circonstances aussi brutales que gênantes pour tout le monde.

« Tu m’étonnes » glisse-t-il sobrement, dans un sourire poli, en tirant un peu sur sa cigarette, pas mécontent dans l’entendre aborder un autre sujet.  
Il est content qu’elle soit heureuse et excitée par la perspective d’un déménagement (surtout que, de ce qu’il a compris, l’appartement au-dessus du garage est souvent envahi et laisse peu de place à la création d’un espace intime, primordial dans une vie de couple et familiale) mais il ne peut s’empêcher de penser au danger que représente une existence aux côtés d’un membre de gang.  
Lloyd aimerait reprendre le débat avec elle, essayer de lui ouvrir les yeux sur tout ça, mais il sait que c’est peine perdue. Tout ce qu’il y gagnera, c’est une nouvelle brouille avec la jeune femme et il n’a pas envie de ça. L’ancien pompier n’a pas envie de perdre à nouveau Natalia, de la voir sortir de sa vie. Et cette fois, il sait que ce sera définitif… Elle l’a pardonné une fois mais ne le refera pas. Tout ce qu’il peut faire, c’est donc se tenir prêt, pour elle, au cas où ses pires craintes se réaliseraient. Ce qu’il espère, n’arrivera jamais… Mais c’est un 50, 50. Il y a une chance sur deux pour que la situation dégénère, pour que le monde de Natalia soit à jamais bouleversé. En a-t-elle conscience ? Vit-elle avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête en permanence ou enfouit-elle cette pensée très loin ?  
Elle est du genre à avoir la tête sur les épaules et les pieds bien ancrés au sol, seulement…seulement l’amour rend aveugle. Et il craint que James ne l’éblouisse au point qu’elle n’ait plus conscience des risques qu’elle encoure et fait encourir à son fils.

« Non, ça m’déplait pas » répond-t-il donc, réalisant que son ton laisse à penser qu’il va bientôt ajouter un "mais". Et c’est vrai. Ca ne lui déplait pas de travailler ici, d’autant qu’il a vite sympathisé avec l’équipe et certains clients réguliers, mais c’est trop calme et ce n’est pas ce pour quoi il est fait. Lloyd en a conscience. Et si retourner travailler à la caserne n’était pas si compliqué, il y serait en ce moment même… Mais les choses sont ce qu’elles sont et il doit faire avec.
Le regard de Natalia est interrogateur et reste braqué sur lui. Elle attend visiblement une suite à sa réponse et il finit par la lui accorder.
« C’est juste…différent. Un peu trop. Je suis encore un peu…tu sais…sur le qui-vive. J’en viens à espérer qu’un client va s’étouffer avec une cacahuète pour pouvoir intervenir, faire quelque chose. J’attends qu’il se passe un truc et évidemment – et heureusement bien sûr – il ne se passe rien. En même temps, c’est exactement ce que je voulais après…ce qui s’est passé, avec Lou. Je sais que j’ai besoin de calme, d’une pause dans cet enchainement de merdes qui me dont tombées dessus mais…j’crois que ma cervelle de moineau n’est pas encore au courant » lui sourit le barman avec un peu d’amertume, jetant un œil sur sa main droite, couverte de cicatrices à cause des broches qu’il a portée un moment après qu’elle ait été piétinée pendant la soirée d’Halloween à laquelle Natalia et son mari participaient eux aussi. « J’ai encore trop de vieux réflexes aussi, trop d’énergie à dépenser. Mon corps n’a pas reçu le mémo non plus. Enfin bref, je vais finir par m’y faire. J’ai repris la boxe et je continue à donner des cours de plongée donc ça me permet de me dépenser un peu. »
Ce n’est pas suffisant mais il va devoir faire avec.
« C’était la bonne solution de toute façon. Pour moi et pour Merrin. Elle a besoin de moi. »
Besoin de moi en vie, voilà ce qu’il veut vraiment dire et il suppose que Natalia le comprendra.
« Et Eliott, ça va ? Il doit être excité lui aussi, non ? »


(c) chaotic evil

_________________


she's got a smile it seems to me reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky & if i'd stare too long i'd probably break down and cry

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 489
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: fading winter   Dim 8 Avr - 5:31




Talia & Lloyd



Fading Winter

And it sure been a cold, cold winter
And the wind ain't been blowin' from the south
It's sure been a cold, cold winter
And a lotta love is all burned out


Sa réponse est plus que sobre et sommaire, mais ce n'est pas si étonnant que ca en réalité, elle sent sa façon subtil de se crisper à chaque fois qu'elle mentionne son mari et elle ne peut franchement pas le lui reprocher, même si elle avait espéré qu'il finirait par comprendre et passez au-dessus. Apparemment ce ne sera pas encore pour aujourd'hui et pour autant elle ne compte pas se réprimer et effacer James de l'équation, ils en ont déjà parlé et il devra apprendre à faire avec s'il veut garder un semblant d'amitié entre eux. Elle laisse ceci-dit sa réponse retombée et ne réplique que d'un mince sourire un peu dépité, ce n'est pas très grave il y a bien d'autres sujets visiblement un peu moins désagréables pour lui à aborder et c'est ce qu'il fait d'ailleurs il enchaîne bien vite sur la question qu'elle lui a posée en retour. « Non, ça m'déplait pas... le ton dont il use laisse traîner un peu de suspens et elle lui adresse un regard interrogateur attendant une suite qui ne semble pas venir aussi rapidement qu’elle l’aurait pensée. Parce que visiblement il y a un mais qui traîne quelque part et ce n’est pas franchement dur à deviner, elle imagine sans mal que l’adaptation n’est pas la plus facile, passer d’un boulot de pompier à barman dans un bar un peu moisi c’est franchement sûrement pas l’idéal. C’est juste…différent. Un peu trop. Je suis encore un peu…tu sais…sur le qui-vive. J’en viens à espérer qu’un client va s’étouffer avec une cacahuète pour pouvoir intervenir, faire quelque chose. Elle laisse un rire amusé s'échapper de ses lèvres avant de venir resserrer ses bras autour de sa poitrine, histoire non seulement de parer au vent qui comme à l'accoutumé souffle un peu trop, mais aussi pour s'occuper les mains qui aimeraient bien être en possession d'une cigarette elles aussi. Arrêter de fumer n'avais pas été si difficile qu'elle l'aurait cru, elle n'était de base pas une grosse grosse fumeuse et ça l'aidait clairement, mais elle devait bien reconnaître que par moment ça la démangeait très sérieusement comme maintenant.

…après…ce qui s’est passé, avec Lou… Elle en avait entendu parler comme tout le monde évidemment, l’accident avait été largement médiatisé et bien sûr il y avait eu Josef…ca lui avait foutu un sacré coup et il était passé par une sale période, de celles dont elle n’avait jamais été témoins auparavant et si elle en savait les faits de façon généraux, il ne l’avait pas plus mis dans la confidence, mais en sachant l’ampleur que tout ça avait pris avec Daya, elle avait conscience du fait que c’était assez sérieux. En ce qui concernait Lloyd, elle n’en savait pas tant, ce n’était pas le sujet sur lequel il s’était le plus épanché et elle avait respecté ça, il savait qu’il pouvait lui parler, elle le lui avait dit lorsqu’il avait pris ce job il y a quelque temps, mais jusqu’ici il ne l’avait pas vraiment fait, si ce n’était d’en faire mention de temps à autre. Elle sentait qu'il y avait quelque chose dans tout ça, qui avait eu un impact plus que fort sur lui, quelque chose de subtil avait changé, mais elle ne saurait pas tout à fait dire quoi. Ses lèvres dans une expression désolée parce qu'elle l'est vraiment pour lui, elle à beaucoup de considération et d'affection pour lui et si elle sait que leur relation est désormais bien compliquée, cela n'enlève en rien à l'intérêt qu'elle lui porte au grand dam de son motard de mari. La jeune femme hoche la tête, en un sens elle comprend son besoin de changement, de calme et peut-être finalement un peu de solitude. Elle aussi était passé par là, pour des raisons bien différentes évidemment, mais au final certainement dans le même but...se reconstruire.

J’ai encore trop de vieux réflexes aussi, trop d’énergie à dépenser. Mon corps n’a pas reçu le mémo non plus.   C'est sûr que dans le genre, c'est franchement pas le boulot le plus physique du monde, au mieux il pourrait peut-être se muscler un peu les bras à force de remplir des verres et de les coller sur le comptoir, mais guère plus à moins évidemment qu'il s'investisse un peu plus sérieusement dans le sport le moins réglementé du monde à savoir ramasser des clientes un peu éméchés, comme elle l'avait d'ailleurs déjà vu faire. Sujet d'ailleurs qu'elle comptait bien aborder en temps voulu, bien trop curieuse sur la finalité de son petit manège de dragueur de comptoir. C'était la bonne solution de toute façon. Pour moi et pour Merrin. Elle a besoin de moi. Là encore, c'est quelque chose qu'elle peut comprendre certainement mieux que quiconque, elle avait fait elle-même beaucoup de sacrifice pour son petit garçon et si elle ne les regrettait pas, cela ne voulait pas dire qu'elle n'en éprouvait pas un minimum de frustration. Natalia ouvre la bouche pour lui répondre, mais il enchaîne un peu trop rapidement sur son sujet préféré et sur lequel elle est intarissable comme tout parent qui se respecte, à savoir son fils. Un sourire mécanique et bourré d'affection vient éclairer son visage et elle entreprend de répondre par la fin. « Eliott va bien. Il est...sur-ex-cité ! surtout de décorer sa nouvelle chambre. Elle laisse échapper un gloussement. Il a choisi un affreux orange pour les murs de sa chambre, mais bon... elle hausse une épaule avec un sourire. J'imagine qu'on va devoir aire avec ! Ses mains glissent dans les poches de son large manteau noir et elle oscille de gauche à droite sur ses pieds. Ca fait du bien tu sais un peu de calme des fois, tu vas t'y faire je suis sûr et puis c'est une bonne façon de prendre du recul et de se donner une perspective différente. Elle glisse un sourire maladroit au milieu de sa phrase. Ca sonne un peu pompeux hein ? Elle rit. Ca te donnera plus de temps pour ta fille et au final c'est ça qui est le plus important ! Et puis tu sais que si tu as besoin de conseils pas forcément trop avisés, je suis là ! Elle sort ses mains de ses poches et écarte les bras de chaque côté de son corps. Et pour les activités physiques...il me semble que tu as trouvé de quoi faire avec la jolie brune assise au bar la dernière fois non ? » Sourire malicieux et levé de sourcils...c'est l'heure des potins.

(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : avatar : swan / codage sig : frimelda
messages : 956
quartier : un appartement dans le Loop, Downtown, sur le même pallier que celui de sa mère, atteinte d'agoraphobie sévère et cloitrée depuis des années maintenant
physique : depuis son accident, survenu le 31/10/16, la main droite de Lloyd, piétinée durant un mouvement de foule, présente des cicatrices dues aux opérations subies pour la réparer

MessageSujet: Re: fading winter   Sam 14 Avr - 9:43

Dreaming, I was only dreaming, Of another place and time Where my family's from
Singing, I can hear them singing, When the rain had washed away All these scattered dreams
Dying, everyone's reminded, Hearts are washed in misery, Drenched in gasoline

Natalia & Lloyd


Un sourire amusé apparaît sur les traits de l’ancien pompier. Il sait aujourd’hui d’expérience à quoi ressemble un gamin surexcité et souhaite bonne chance à ses parents… Mais son sourire s’effrite un peu à cette réflexion personnelle muette. Ses parents. Merrin n’a que lui. Elle n’a pas la chance d’avoir une mère. Et lui n’a pas la celle d’avoir un compagnon de vie avec qui partager ses doutes, ses joies, quelqu’un à qui passer le relai quand sa fille l’épuise ou l’agace, quelqu’un sur qui compter.
Lou aurait pu être cette personne. Pour Merrin et pour cet autre enfant à venir qui aurait été le leur. Peut-être que ça n’aurait pas fonctionné et qu’il idéalise un peu la relation qu’ils avaient mais… Peut-être que ça aurait fonctionné et qu’ils auraient pu être heureux ensemble, tous les quatre. Peut-être qu’ils auraient pu avoir des projets, emménager dans une nouvelle maison, adopter un chien et vivre le parfait rêve américain. Mais ça, Lloyd ne le saura jamais.
Et l’idée que James puisse prendre sciemment le risque de tout compromettre, d’exposer son propre fils, sa propre femme au danger le perturbe grandement. Ca lui hérisse le poil, ça le rend dingue. Ce qui le rend dingue, c’est que Natalia – qui lui semble pourtant être une personne censée – ne soit pas capable de le réaliser et de prendre des mesures pour éviter le pire à son garçon.
Encore une fois, Lloyd est à deux doigts de lui faire savoir sa façon de penser et ravale sa bile à la dernière seconde.
« J’imagine oui » se force-t-il à lui sourire, portant sa cigarette à ses lèvres. « D’ici quelques années, il couvrira certainement ses murs de posters ou de graffitis ceci dit et vous serez libérés. C’est la technique que j’ai utilisé pour couvrir le papier peint immonde que mes parents m’avaient choisi. »

Elle enchaine en lui faisant remarquer qu’un peu de calme peut aussi être bénéfique et il acquiesce silencieusement, conscient qu’elle a raison. Le souci c’est que ce fameux calme est en train de le rendre dingue. Il a besoin de bruit… Pour couvrir les bruits de taule froissée qui le hante, pour couvrir la voix étouffée de Lou prononçant ses dernières paroles à l’arrière du camion secours, pour combler le silence assourdissant qu’elle laisse derrière elle…
Une perspective différente…
Laquelle ?
a-t-il envie de lui demander. Il n’a aucune idée de ce qu’il veut faire de lui-même, aucun projet d’avenir. A quoi bon ? Tous ses plans sont toujours systématiquement tombés aux oubliettes. Il a dû renoncer à tout ce qui lui faisait envie. Renoncé à une famille normale, à son frère, à l’amour de son père, accepter l’état de sa mère, renoncé à son plan d’être pompier, de profiter de la vie en célibataire sans attache, à avancer aux côtés de la personne qu’il s’était choisi… Tout ce qu’il planifie échoue. Lamentablement.
Il se contente donc de lui sourire poliment, sans chercher à l’embarrasser avec ses états d’âme. Natalia a certainement assez des siens.

« Et pour les activités physiques...il me semble que tu as trouvé de quoi faire avec la jolie brune assise au bar la dernière fois non ? »
Il fronce les sourcils, cherchant à savoir à qui elle fait référence exactement. Il faut dire qu’il y a eu un tas de brunes pour tromper son ennui et épuiser son chagrin. Des blondes aussi et même une rousse. Lloyd finit par supposer qu’il s’agit de la dernière en date, Marguerite. Maggie pour les intimes, ou Jo…
« Je plaide coupable » s’entend-t-il répond en se forçant à continuer de sourire. Parce que c’est sans doute ce qu’elle attend de lui : qu’il joue les Dom Juan, fier de lui et de son pouvoir de séduction. Après tout, c’est sous ce genre de traits qu’elle l’a connu, non ? « Il faut bien que le job présente quelques avantages quand même. T’en sais quelque chose. J’te rappelle que tu m’as odieusement dragué dans ce même bar il y a…mille ans de ça à peu près, c’est ça ? » fait-il mine de la questionner, préférant aborder ce sujet épineux sous un angle humoristique. « T’es bien conservé d’ailleurs, permets-moi de te le dire. »
Il tire encore sur sa cigarette déjà bien entamée, sentant son portable vibrer dans sa poche.
Il y jette un coup d’œil pendant qu’elle le cingle gentiment, entrant dans son jeu. Elvis. Pourquoi est-ce qu’il l’appelle ? Lloyd n’envisage pas de décrocher. Il continue de parler à son ancien collègue, en attente de procès, mais là tout de suite, il veut profiter de ce moment aux côtés de Natalia.  
« Tu devineras jamais dans quoi elle bosse » reprend-t-il en faisant disparaître l’appareil dans sa poche. Elle s’y essaie un peu et puis capitule. « Elle est fossoyeur. Et elle adore ce qu’elle fait, c’est un genre de vocation. En parlant de vocation…j’crois qu’on a déjà abordé la question ensemble mais avec le temps – et parce que je l’avoue, j’étais souvent un peu trop fasciné par la courbe de tes lèvres pour écouter ce qui en sortait quand elles remuaient – j’m’en souviens plus : tu voulais faire quoi quand tu était plus jeune ? T’as toujours voulu être serveuse ? »
Il se doute que non, mais on ne sait jamais.


(c) chaotic evil

_________________


she's got a smile it seems to me reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky & if i'd stare too long i'd probably break down and cry

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 489
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: fading winter   Jeu 19 Avr - 21:10




Talia & Lloyd



Fading Winter

And it sure been a cold, cold winter
And the wind ain't been blowin' from the south
It's sure been a cold, cold winter
And a lotta love is all burned out


Ca a au moins le mérite de le faire sourire avant qu’il ne lui offre un des possible scénarios qui saurait sûrement s’apposer à elle d’ici à quelques années, mais elle a bien du mal à s’imaginer son petit garçon devenir grand, même si en soit c’est ce qui l’attend et ce à quoi elle travaille si durement, mais en même temps, elle aime à la savoir si dépend d’elle, si innocent et pur.  Elle laisse poindre à son tour un sourire, bien plus large que le sien, sur ses lèvres. « Ohlala me projette pas si loin, l’adolescence c’est franchement pas un truc qui me fait rêver jte jure, mais oui c’est sûr qu’il trouvera à s’exprimer par-dessus. C’est pas comme si c’était le gamin le plus introvertie du monde de base. Elle secoue la tête avec un sourire attendri et pas peu fière, elle avait toujours mis un point d'honneur à faire en sorte que son fils s'intéresse à tout, qu'il pose des questions et soit avide de connaissance, parce qu'elle savait que ce serait-là une force pour lui dans la vie et que l'intelligence et l'ouverture d'esprit le mènerait partout où il voudrait aller. Elle pourrait parler de son gamin pendant mille ans, mais elle passe pourtant à un autre sujet, essayant de s'enquérir un peu de l'état d'esprit de son collègue et ami...elle ne veux pas le brusquer sur un sujet ou un autre concernant sa vie privée, mais elle veut pourtant et sans pour autant lui jeter au visage, lui indiquer qu'elle est là, elle est une bonne épaule, elle l'avait toujours été et elle se dit qu'il le sait...mais sans certitude réelle, elle ne préfère pas trop s'avancer. Alors, elle attend, mais c'est à un silence un peu inconfortable qu'elle se heurte... elle le regarde tirer une latte supplémentaire sur sa cigarette en se disant qu'elle aura au moins essayer. Ceci étant dit et n'ayant pas nécessairement envie de le regarder fumer en dans un silence gênant, elle saute sur un autre sujet qui elle l'espère lui déliera un peu plus la langue.

« Je plaide coupable… Il faut bien que le job présente quelques avantages quand même. T’en sais quelque chose. J’te rappelle que tu m’as odieusement dragué dans ce même bar il y a…mille ans de ça à peu près, c’est ça ?  La serveuse ouvre la bouche choquée avant de se laisser aller à rire. - Non mais… - T’es bien conservé d’ailleurs, permets-moi de te le dire. Elle secoue la tête à la négative, avant de venir repousser une mèche de ses cheveux derrières son épaule dans un geste dramatique. - Déjà je ne t'ai pas dragué c'est toi qui me faisais un gringue pas possible avec tes grands sourires et tes ouiiii moi je suis pompier. De sa main droite elle mime une bouche qui blablate alors qu'elle lui offre une piètre imitation de lui-même. Et ensuite tu as utilisé la carte bébé sans aucun scrupule pour m'attendrir...C'est toujours ta technique ? » Son visage s’éclaire d’un large sourire alors qu’il semble donner son attention à son portable plutôt qu’à elle. Elle croise alors les bras et le fixe avec insistance, histoire qu’il décroche cinq minutes, ce qu’il fait rapidement en revenant à elle pour lui en dire plus sur sa mystérieuse conquête. Le regard de Natalia se fait interrogateur et Lloyd se lance alors dans la réponse à sa propre question.  « Elle est fossoyeur. Et elle adore ce qu’elle fait, c’est un genre de vocation. Sa réaction est…elle reste interloquée, bon fossoyeur ma foi c’est un métier comme un autre, mais une vocation ? En parlant de vocation…j’crois qu’on a déjà abordé la question ensemble mais avec le temps – et parce que je l’avoue, j’étais souvent un peu trop fasciné par la courbe de tes lèvres pour écouter ce qui en sortait quand elles remuaient – Elle baisse la tête et vient pincer ses lèvres l’une contre l’autre, peut-être un peu rougissante.  j’m’en souviens plus : tu voulais faire quoi quand tu était plus jeune ? T’as toujours voulu être serveuse ? » Un léger hoquet amusé s'échappe de sa gorge. Est-ce que ca existe seulement ? Parce que bon serveuse c'est pas nécessairement un super plan de carrière. - Alors, déjà comment fossoyeur peut-être une vocation ? Elle secoue ses mains. Sans vouloir juger c'est pas un peu creepy ? Et Nan, nan serveuse a jamais été mon choix de prédilection...en vérité, j'ai pas vraiment eu le temps de me demander ce que je voudrais faire, que j'en avais plus vraiment l'opportunité et y a besoin d'aucun talent pour servir des bières. La Serbe hausse une épaule, elle s'était dit que peut-être elle prendrait le temps de se poser la question à présent qu'elle en avait l'opportunité, mais sa grossesse avait changé la donne avant même qu'elle ait eu le temps de le faire...une fois de plus. Elle réfléxionne un instant. Je crois que si je pouvais j'aimerai bien avoir mon propre business. Elle fronce le bout de son nez. Je pourrais t'embaucher si tu veux ! La jeune femme hausse les sourcils avec un sourire malin. Mais hey je te signale qu'on est censé parler de toi et de ton date ! Pas de moi...Alors, au choix tu me parles de ta fana des cimetières ou de toi et de ta vocation...tu va vraiment laisser ta carrière de côté pour être serveur ? »
(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : avatar : swan / codage sig : frimelda
messages : 956
quartier : un appartement dans le Loop, Downtown, sur le même pallier que celui de sa mère, atteinte d'agoraphobie sévère et cloitrée depuis des années maintenant
physique : depuis son accident, survenu le 31/10/16, la main droite de Lloyd, piétinée durant un mouvement de foule, présente des cicatrices dues aux opérations subies pour la réparer

MessageSujet: Re: fading winter   Mar 1 Mai - 9:29

Dreaming, I was only dreaming, Of another place and time Where my family's from
Singing, I can hear them singing, When the rain had washed away All these scattered dreams
Dying, everyone's reminded, Hearts are washed in misery, Drenched in gasoline

Natalia & Lloyd


« Déjà je ne t'ai pas dragué c'est toi qui me faisais un gringue pas possible avec tes grands sourires et tes ouiiii moi je suis pompier. »
Cette remarque lui arrache un éclat de rire franc. L’imitation n’est pas flatteuse mais pour être tout à fait honnête, c’est effectivement plus ou moins comme ça que ça s’est passé. A l’époque de sa rencontre avec Natalia, sa technique de drague consistait effectivement pour la majeure partie à faire savoir à son interlocutrice qu’il était pompier et à laisser l’imagination et les fantasmes des demoiselles travailler pour lui. Son sourire enjôleur et la combinaison de ses yeux clairs et de sa chevelure blondine faisaient pour beaucoup et sa légèreté terminait le boulot !
Il est sur le point de lui répondre quelque chose lorsque son portable vibre dans sa poche et le distraie, ne lui permettant pas vraiment d’entendre la dernière question de la jeune femme. C’est bien connu, les hommes sont incapables de véritablement se concentrer sur deux tâches simultanées…
Lorsqu’Elvis renonce (ou bascule plus probablement sur sa messagerie), Lloyd redonne sa pleine attention à la jolie serbe et reprend la conversation là où il lui semblait l’avoir laissée. C’est à dire sur Marguerite et sa vocation pour le moins étrange. Son interlocutrice lui demande d’ailleurs d’emblée comment quiconque pourrait placer cette profession dans son top 5…
« C’est sans doute un peu creepy » concède-t-il en faisant mine de réfléchir un instant sur cette question. « En même temps, j’peux t’assurer que foncer dans un immeuble en flammes c’est totalement contre nature et en un sens…tout aussi creepy, non ? »
Quand on y pense, il faut être totalement cinglé pour accepter de mettre sa vie en jeu chaque fois qu’on passe la porte de son lieu de travail. Le jeu en vaut la chandelle bien entendu et sauver une vie est on en peut plus gratifiant mais ça reste une vocation un peu étrange, quand on se penche un peu sur la question.

Mais, abandonnant provisoirement le sujet de sa propre vocation, ils en viennent à parler de Natalia et ses ambitions. Enfin plutôt le manque d’ambition qui l’a conduite à servir au Maureen’s Tavern. En même temps, Lloyd peut comprendre. Elle devait avoir quoi : dix-neuf ? vingt ans lorsqu’elle était tombée enceinte ? Quelque chose dans ce genre là. A moins d’être vraiment carriériste, ce genre d’événement chamboule tous vos plans. S’il avait eu Merrin plus jeune, qui sait quel métier lui-même exercerait aujourd’hui ?
« Je crois que si je pouvais j'aimerai bien avoir mon propre business. Je pourrais t'embaucher si tu veux ! » plaisante la serbe avant d’enchainer subitement, ramenant le sujet à lui.
« Alors premièrement : j’suis pas certain d’avoir envie de toi comme boss. Je tiens trop à mes pauses et tu serais sûrement un peu trop rigide et autoritaire à mon goût ! J’pense que je serai obligé de foutre le feu à ton business avant de quitter les lieux dans un ralenti de film d’action. Je serai sexy mais toi tu serais ruinée » la taquine-t-il en arrivant pratiquement au bout de sa cigarette qu’il devra bientôt écraser, avant de reprendre du service. « Ensuite, pour en revenir à moi – apparemment je suis ton sujet préféré dis donc – eh bien… Pour être honnête j’en sais foutre rien. »
Le grand blond arbore une expression un peu moins rieuse. Il continue de sourire, mais ce sourire ne monte pas jusqu’à son regard qui se perd un peu dans le vague alors qu’il médite un peu sur le sujet. Il ne se laisse pas beaucoup aller à le faire. Ca lui fait peur…
« Si j’pouvais… J’ai essayé d’y retourner mais chaque fois que je passe la porte de la caserne… Tout me La rappelle. Et puis il y a les camions. Quand l’alarme a sonné et que j’ai compris que j’allais devoir foutre un pied dans le même genre de camion duquel Elle n’est jamais ressortie… Disons que ça n’a pas été beau à voir. »
Lloyd n’était jamais rentré dans le détail avec elle à propos de tout ça et ne compte toujours pas le faire. Peut-être que Josef lui a parlé de sa la crise d’angoisse carabinée qu’il a eue le jour de sa reprise. Peut-être qu’il lui a dit que Tito avait été obligé de le sédater avant de raccompagner la loque qu’il était devenu chez lui. Peut-être pas. Il espère que ce n’est pas le cas parce que c’est assez gênant.  
« J’suis pas prêt. Et puis comme je le disais, c’est sans doute mieux pour Merrin de toute manière. C’est pas…c’est pas la vie dont je rêvais mais…c’est pas si terrible. »
Et puis il se voit mal critiquer une profession similaire à celle de Natalia. Ce serait déplacé, voire carrément insultant.
« Tu voudrais un business dans quelle branche ? »
Son portable recommence à vibrer dans sa poche et il tique un peu, se gardant cette fois de l’en sortir puisqu’il se doute de l’appelant.
« Pourquoi tu bosses pas dans celui de ton mari ? » lui demande-t-il, se fendant d’un sourire grivois. Pour être passé au Homewrecker une fois, il sait de quel genre de business il s’agit… Enfin du moins il pense le savoir. C’est un petit tacle. Gentillet. Ou pas.



(c) chaotic evil

_________________


she's got a smile it seems to me reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky & if i'd stare too long i'd probably break down and cry

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 489
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: fading winter   Mer 9 Mai - 2:33




Talia & Lloyd



Fading Winter

And it sure been a cold, cold winter
And the wind ain't been blowin' from the south
It's sure been a cold, cold winter
And a lotta love is all burned out


Un peu creepy ? Beaucoup même. C'est d'ailleurs ce qu'elle lui laisse percevoir au travers de l'expression qu'elle affiche avant de laisser un sourire amusé perler sur ses lèvres. Ceci étant dit ce n'est pas vraiment un détail particulièrement important quand la finalité n'est que de s'amuser un peu pour présenter les choses poliment et proprement. Il vient cependant apporter une comparaison qui ne convainque que très peu la jeune femme, en soit oui ça peut-être vu comme une drôle d'idée, mais sans doute un peu plus compréhensible comme vocation de vouloir sauver des vies que de vouloir les mettre en terre mais bon...il faut de tout comme on dit.

Et c'est justement sur elle que le sujet bascule et sur ses « choix » si on pouvait vraiment les qualifier comme ça de carrière. Évidemment elle lui révèle sans grande surprise elle imagine que serveuse n'est la concernant pas une vocation, mais plutôt la seule opportunité qu'elle ait vraiment pu avoir ou qu'en tout cas elle s'était donné la possibilité d'avoir. C'est vrai que peut-être si elle avait fait l'effort de chercher autre chose, d'au moins essayer de faire mieux, elle aurait pu...qui sait ! Mais elle ne l'avait pas fait, elle s'était juste contenté du peu, de ce job qu'elle connaissait par coeur, des faveurs que son ancienneté lui conférait et du planning rôdé et fonctionnel qui s'était créé autour dans son quotidien familial. C'était sans doute dommage, mais c'était là qu'elle en était pourtant. Elle laisse ceci dit entendre à son comparse qu'elle aimerait avoir son propre business, même si c'est juste là une vague idée à laquelle elle n'a jamais vraiment réfléchie, mais des années de service et de gestion des stocks, des collègues, voir occasionnellement des plannings lui ont donné une plutôt bonne idée de ce que cela représentait sans compter les combines pas possible pour gérer financièrement factures et salaire en étant une mère célibataire et sans le sous. Quelque part elle se dit qu'elle en serait capable, elle n'était pas idiote et plutôt débrouillarde, c'était déjà deux qualités indispensables.  « Alors premièrement : j’suis pas certain d’avoir envie de toi comme boss. Je tiens trop à mes pauses et tu serais sûrement un peu trop rigide et autoritaire à mon goût ! La bouche de la Serbe s’arrondit sans perdre son sourire. – Voyez-vous ça et qu'est-ce qui te fait dire ça d'abord? Lâche-t-elle dans un rire clair. - J’pense que je serai obligé de foutre le feu à ton business avant de quitter les lieux dans un ralenti de film d’action. Je serai sexy mais toi tu serais ruinée. Elle lève ses mains devant elle et secoue la tête. - Toujours plus Lloyd quoi ! Ok, ok c'est bon tu m'as convaincue t'es viré sache-le ! » Elle se laisse aller à rire alors qu'il use de son intérêt envers lui pour la taquiner avant de réellement abordé le sujet qui elle s'en doute, n'est sûrement pas son favori ces derniers temps et lui fait perdre un peu de son aplomb elle le voit sans trop de mal. Si j’pouvais… J’ai essayé d’y retourner mais chaque fois que je passe la porte de la caserne… Tout me La rappelle. Et puis il y a les camions. Quand l’alarme a sonné et que j’ai compris que j’allais devoir foutre un pied dans le même genre de camion duquel Elle n’est jamais ressortie… Disons que ça n’a pas été beau à voir. Elle ne peut franchement qu'imaginer l'horreur qu'il a pu vivre et si elle arrive via d'autres expériences à compatir et à comprendre dans une moindre mesure l'impact, elle sait aussi que ce ne sera jamais là qu'un dixième de ce que lui peut bien ressentir là-bas et c'est déjà il lui semble beaucoup trop. Lorsqu'elle avait cru perdre James lors de la fusillade elle avait sentie son monde tout entier s'écroulé avant qu'il ne reprenne de sa stature lorsqu'elle avait finalement été assurée qu'il irait bien, mais c'était une chance dont Lloyd et surtout Lou n'avait malheureusement pas eu l'occasion de bénéficier. De même elle savait de quoi il parlait lorsqu'il lui décrivait à quel point un endroit peut vous hanter peut-être plus fortement encore qu'un événement et le cumul de tout ça ne rendait pas son retour à la réalité des plus faciles, elle en convenait bien. La mine de Natalia elle aussi perd de sa jovialité et elle affiche un air bien plus sérieux, écoutant attentivement Lloyd se confier peut-être un peu plus que les quelques grandes lignes qu'il lui avait auparavant renseignés. Pour être tout à fait franche, elle tenait le plus gros de ses connaissances sur ce qui s'était passé des informations et de Daya qui lui avait expliqué ce qu'il en était lorsque Josef s'était révélé incapable de communiquer avec apparemment qui que ce soit y compris sa petite-amie. J’suis pas prêt. Et puis comme je le disais, c’est sans doute mieux pour Merrin de toute manière. C’est pas…c’est pas la vie dont je rêvais mais…c’est pas si terrible. »  Elle acquiesce d'un hochement de tête, les lèvres pincées comme si elle réfléchissait, ce qu'en soit elle est en train de faire. « Je comprends. Enfin.. Elle écarte les mains avant de les laisser revenir le long de son corps.  Comme je te disais, peut-être que t'as juste besoin d'un peu de temps loin de tout ça, pas pour oublier parce qu'évidemment c'est pas possible, mais pour d'une certaine façon faire la paix avec l'environnement plus que les circonstances. Prendre du recul, te concentrer sur ta fille c'est une bonne première étape, mais te contente pas du peu sur le long terme, crois-moi ça t'apportera rien de plus au final et à elle non plus. Et elle était bien placée pour le savoir vu le nombre d’employés qu’elle avait vu passer dans ce bar pourrave. Elle accroche un sourire amical sur son visage. Prend le temps qu’il te faut pour avancer à ton rythme, c’est encore ce que tu as de mieux à faire. Elle vient dans un geste bienveillant poser sa main sur son épaule et l'y laisse un instant, avant de le pousser gentiment. En attendant profite des avantages de bosser dans un bouge comme celui-ci, à savoir ma charmante compagnie…Elle lui tend un large sourire, exagéré au possible, jusqu'à ce qu’éventuellement  elle puisse en voir un apparaître sur son visage. Et des demoiselles qui ne demandent qu’à se faire raccompagner par le barman ! Désolée c’est tout ce que tu as à y gagner, mais c’est déjà pas si mal non ? Elle s’écarte un peu et s’éloigne des effluves de cigarette qui viennent s’enrouler autour d’elle et qu’elle évite plus par réflexe qu’autre chose.

« Tu voudrais un business dans quelle branche ? Finit-il par lui demander sans doute pris de curiosité un peu à retardement. Pourquoi tu bosses pas dans celui de ton mari ? Elle lève un sourcil et lui adresse un regard facilement traduisible par un sérieusement Lloyd ? S'ensuit un levé d'épaule. - J'en sais rien ! C'est juste une idée stupide ! Elle secoue sa main dans l'air. Et c'est pas comme si j'avais de toute façon les moyens d'en faire quoi que ce soit ! Ce qui en soit était on ne peut plus vrai, ce genre de choses demandait des tas de diplôme et qualifications et elle n'avait rien de tout ça, si ce n'est son diplôme de fin d'étude. ET je ne travaille pas pour mon mari parce que je suis pas escort, qu'il a déjà une assistante qui fait parfaitement son travail et qu'on a pas besoin de tout faire ensemble dumbo ! Elle plisse le bout de son nez et fait la maligne. Bon la pause est finie ! » Elle attrape la poignée de la lourde porte et vient de nouveau respirer la lourde atmosphère du bar dans lequel Lloyd la suit.
(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : avatar : swan / codage sig : frimelda
messages : 956
quartier : un appartement dans le Loop, Downtown, sur le même pallier que celui de sa mère, atteinte d'agoraphobie sévère et cloitrée depuis des années maintenant
physique : depuis son accident, survenu le 31/10/16, la main droite de Lloyd, piétinée durant un mouvement de foule, présente des cicatrices dues aux opérations subies pour la réparer

MessageSujet: Re: fading winter   Mer 9 Mai - 11:47

Dreaming, I was only dreaming, Of another place and time Where my family's from
Singing, I can hear them singing, When the rain had washed away All these scattered dreams
Dying, everyone's reminded, Hearts are washed in misery, Drenched in gasoline

Natalia & Lloyd

Il boit les paroles de Natalia, l’écoute attentivement. Il veut croire qu’elle a raison. Il a besoin de se raccrocher à cet espoir, parce que c’est tout ce qui lui reste à l’heure actuelle : l’espoir de pouvoir un jour retourner faire le job de ses rêves. Lloyd espère que ce n’est effectivement qu’une question de temps, que la douleur s’estompera et lui permettra de remettre les pieds dans un camion… Le Chef lui a proposé un poste de bureau mais ce serait à son sens encore plus frustrant. Être à la caserne, voir ses anciens camarades réagir à l’alarme et le laisser sur le carreau… Non, ça ne lui conviendrait pas. Et puis ça voudrait sans doute bosser dans le sillage de Miss Addison Adler et rien que pour ça, il n’a pas envie.
« Prend le temps qu’il te faut pour avancer à ton rythme, c’est encore ce que tu as de mieux à faire. »
Il apprécie ce qu’il entend. Il apprécie le contact de la main se la serveur sur son épaule. Le geste a l’effet escompté et l’apaise un peu, lui donne l’impression de ne pas évoluer seul dans le brouillard. Il lui rend le sourire doux qu’elle lui adresse, même si son regard azuré est encore un peu voilé par le chagrin.
Peut-être pour éviter tout malentendu, Natalia met fin à ce petit moment d’intimité en le bousculant gentiment avant de plaisanter à propos de la chance qu’il a de travailler à ses côtés. Le grand blond laisse échapper une petite exclamation amusée en hochant la tête pour approuver. Il ne cherche pas à se rapprocher physiquement après qu’elle l’ait un peu déséquilibré et met lui aussi de la distance entre eux. C’est plus prudent. Il se sait fragile et… Mieux vaut qu’il garde ses distances.
Il pousse un petit soupir, comme pour chasser toutes les émotions qui l’ont assailli pendant ce court mais intense échange de bons sentiments et porte une ultime fois sa cigarette à ses lèvres.
« J’m’en contenterai » acquiesce-t-il en la voyant éviter la fumée qui part dans sa direction alors qu’il prend la parole. Il se demande fugacement si elle cherche à diminuer sa consommation, réalisant qu’il ne l’a pas vue fumer depuis un moment, puis passe à autre chose, le relançant à propos du business qu’elle a vaguement évoqué plus tôt.

Il lève une main en signe d’excuse quand elle le fusille du regard face à sa remarque sur son mari, écrasant sa cigarette sur sa semelle de l’autre. Elle finit par daigner lui répondre, pour lui faire savoir qu’en vérité, elle ignore dans quoi elle pourrait se lancer. Il n’est pas d’accord avec sa remarque sur le fait que l’idée soit stupide, elle doit juste se pencher sur la question. Mais avec un gosse à charge et un boulot aussi abrutissant que celui de serveuse…ça ne doit pas être simple. Peut-être ne se fait-elle pas confiance aussi et préfère-t-elle ne pas y penser par peur de l’échec. Ca, Lloyd peut le comprendre.
« Bon la pause est finie ! »
« Tu vois c’que je voulais dire tout à l’heure, hm ? Tu pourras te recyclé dans une carrière militaire et mater tous un tas de trous du cul trop zélés dans mon genre » la taquine-t-il en lui emboitant le pas, après avoir jeté son mégot dans la benne la plus proche.
Il fait une passe par les toilettes pendant que la serveuse reprend du service et profite de son temps de lavage de main pour faire un point sur l’échange qu’ils viennent d’avoir.
« T’as juste besoin d’un peu de temps mon vieux » se répète-t-il, pensant ensuite à cette histoire de long terme qu’elle a évoqué. S’il se frustre trop, il pourrait devenir aigri et passer ses nerfs sur Merrin… C’est sans doute à ça qu’elle faisait allusion. Enfin quelque chose d’approchant. Et ça se tient. Il commence déjà à se montrer moins patient et a un mal fou à trouver la volonté de se lever le matin.
Poussant un lourd soupir, il essuie négligemment ses mains sur l’arrière de son pantalon, réajuste son bonnet et va reprendre sa place derrière le bar.

Le bar ne s’est pas rempli pendant leur absence et l’ambiance est plutôt pesante, morne. Lloyd remet de l’ordre derrière le comptoir mais recommence très vite à n’avoir rien d’autre à faire que ruminer. Lorsque Natalia revient enfin vers lui avec une commande, une dizaine de minutes se sont déjà écoulée.
« Tu veux pas subtilement faire tomber quelques verres ? Histoire de me filer un peu de boulot… » se plaint Lloyd en servant deux pressions qu’il dépose sur le plateau de la jeune femme. « J’partagerai mes pourboires avec toi en compensation, promis ! »
Ils plaisantent encore un peu et la voilà déjà repartie, puis revenue, sans commande pour lui.
« Tu veux jouer à un jeu ? » lui propose-t-il alors qu’elle s’accoude au comptoir et qu’il se penche dessus pour se rapprocher d’elle. « J’te désigne un client et tu dois lui inventer une vie puis me dire comment tu ferais pour l’aborder… Je commence si tu veux. Enfin tu me désignes une nana - ou un mec d'ailleurs, j'suis ouvert - et… »
La porte du Maureen’s Tavern s’ouvre à ce moment, laissant apparaître un client, dans la vingtaine, grand et maigrelet.
« Je retire ce que j’ai dit : c’est toi qui commence et avec ce type ! »


(c) chaotic evil

_________________


she's got a smile it seems to me reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky & if i'd stare too long i'd probably break down and cry

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 489
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: fading winter   Dim 13 Mai - 19:23




Talia & Lloyd



Fading Winter

And it sure been a cold, cold winter
And the wind ain't been blowin' from the south
It's sure been a cold, cold winter
And a lotta love is all burned out


La jeune femme laisse échapper un rire amusé alors qu'il lui laisse entendre qu'elle pourrait mener n'importe quel groupe de laisser pour compte à la baguette et qu'elle a peut-être loupé la sa vocation. Elle n'a pas beaucoup de mérite, des années à superviser les petits nouveaux au bar et les clients un peu trop envahissants l'avait plutôt bien rodée dans le genre autoritaire et puis elle avait toujours été un peu ferme, tout du moins lorsqu'il s'agissait d'obtenir ce qu'elle voulait. « Arrête tu me vends du rêve là Hatfield ! » Elle passe la porte et s'avance directement vers l'arrière salle où se trouver les vestiaire, glisse son portable de la poche de son manteau à celle de son jean et fourre le vêtement dans le casier qui lui est attitré et dont l'étiquette a été rendue à moitié illisible par le temps. Pendant ce temps Lloyd file vers les toilettes et elle retourne à son service, se faisant bien rapidement alpaguer par deux types qui jouent aux fléchettes un peu plus loin et ça depuis deux bonnes heures déjà. Elle se demande comment on peut trouver de l'intérêt pendant autant de temps à ce jeu un peu barbant, enfin en attendant ils picolent et ils sont sympa et en toute honnêteté elle ne leur en demande pas plus. La Serbe ne prend pas la peine de sortir le calepin qui dépasse de la poche arrière de son pantalon et prend note mentalement de la commande on ne peut plus basique des deux jeunes hommes avant de retourner vers le bar où Lloyd range pour la énième fois le peu de vaisselles qui traînent. « Deux blondes, pression, pour les deux champions du fond steuplait ! Il attrape deux verres et se tourne vers elle. - Tu veux pas subtilement faire tomber quelques verres ? Histoire de me filer un peu de boulot… Elle lui adresse un sourire et vient s’appuyer sur le comptoir – Et avoir ça retenu sur mon salaire ? Non merci je passe mon tour mon grand ! La brunette le regarde déposer les pintes sur son plateau et essayer de marchander sur son refus. – Ah ah tu parles des trois dollars que cette foule en délire va te laisser ? Elle laisse passer un filet d’air sonore entre ses dents en prenant un air contemplateur. C’est tentant je dois bien le dire, mais NA ! Je vais devoir rejeter ton offre. Désolée ! Elle se marre et soulève son plateau. Essaye de trouver de meilleur argument d’ici à ce que je revienne. »

Elle s'éloigne et s'acquitte de sa tâche avant de revenir son plateau sous le bras, se planter exactement au même endroit. « Alors, je t'écoute ! Éblouie moi. Elle colle un sourire moqueur sur ses lèvres et pose le plateau devant elle avant de se hisser de moitié sur un des tabourets.  - Tu veux jouer à un jeu ?Elle lève un sourcil et frotte ses mains l’une contre l’autre. – Je suis ton homme bring it ! Il se rapproche d’elle de l’autre côté du bar et précise sa pensée. - J’te désigne un client et tu dois lui inventer une vie puis me dire comment tu ferais pour l’aborder… Je commence si tu veux. Enfin tu me désignes une nana - ou un mec d'ailleurs, j'suis ouvert - et… La jeune femme l'écoute avec attention, glissant son poing sous son menton et elle se demande si la fin de sa phrase est genre une vraie révélation ou si c'est juste pour le jeu, c'est franchement indiscret, mais puisqu'il a amené le truc, ça lui donne le droit de demander non ?Elle le regarde avec un air interrogateur, un léger sourire au coin des lèvres, mais n'a pas le temps de poser sa question qu'il reprend la parole. Je retire ce que j’ai dit : c’est toi qui commence et avec ce type. Évidemment elle se retourne vers la porte qui vient de s'ouvrir et qui est l'endroit où le regard de Lloyd c'est arrêté et son visage se renfrogne presque automatiquement, ce type elle n'a pas besoin de lui inventer une vie puisqu'elle en connaît une partie déjà et quel n'est toujours pas sûre de vouloir en connaître le reste. Ça faisait un bail que Tomislav n'avait pas mis les pieds au Maureen's, il l'avait fait plus d'une fois depuis sa petite révélation, mais elle ne lui avait adressé la parole aucune de ces fois et elle ne comptait pas le faire aujourd'hui. Elle le suit du regard en silence et l'observe s'asseoir dans un coin de la salle comme il a l'habitude de le faire. La voix de Lloyd la fait revenir vers lui, elle n'avait pas réaliser qu'elle avait déconnecté de la sorte. « Désolée, hum pas lui non. Elle regarde autour et cherche du regard sa collègue qui n’est pas dans la salle apparemment. D’ailleurs si tu peux t’en occuper j’apprécierais. Elle secoue sa main dans le vide. C’est une longue histoire. Un soupir s’échappe de ses lèvres et elle jette un énième coup d’œil au Serbe qui ne la lâche pas du regard avant de le détourner et de le porter sur son camarade. Ca t’ennuie pas ? »  

(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : avatar : swan / codage sig : frimelda
messages : 956
quartier : un appartement dans le Loop, Downtown, sur le même pallier que celui de sa mère, atteinte d'agoraphobie sévère et cloitrée depuis des années maintenant
physique : depuis son accident, survenu le 31/10/16, la main droite de Lloyd, piétinée durant un mouvement de foule, présente des cicatrices dues aux opérations subies pour la réparer

MessageSujet: Re: fading winter   Mer 16 Mai - 12:54

Dreaming, I was only dreaming, Of another place and time Where my family's from
Singing, I can hear them singing, When the rain had washed away All these scattered dreams
Dying, everyone's reminded, Hearts are washed in misery, Drenched in gasoline

Natalia & Lloyd

Lloyd a déjà vu ce type au Maureen’s une fois ou deux. A l’époque où il en était simple client d’abord, et une fois seulement depuis qu’il travaille derrière le bar. Ce jour là, il était venu interroger une des serveuses pour savoir pourquoi Natalia n’était pas là, alors qu’elle aurait dû effectivement être de service. A croire qu’il connaissait donc son planning. Planning que la jeune femme avait dû changer pour une raison dont Lloyd n’arrive présentement pas à se souvenir. Lui-même ne s’était pas adressé au grand maigre, mais la serveuse s’était empressée de faire circuler l’information, espérant lancer une rumeur quelconque sans doute… Lloyd n’y avait pas prêté plus d’attention que cela, mais maintenant qu’il voit l’expression de son amie changer du tout au tout il se demande s’il n’aurait pas dû se montrer un peu plus curieux. Natalia le connaît, ça parait évident, et ne l’apprécie visiblement pas. Sans quoi son nez ne se serait pas froncé de la sorte, comme si une odeur désagréable venait la gêner. Elle le suit du regard pendant que Lloyd, lui, ne la quitte pas des yeux, ses sourcils froncés dans une expression trahissant sa curiosité. Qui est-il pour elle ? Un admirateur trop insistant ? Quelqu’un de son entourage ou de celui de son mari ? Un type censé la fliquer en son nom peut-être ?
« Désolée, hum pas lui non » lui répond finalement Natalia en lui refaisant face, s’arrachant à la contemplation du grand brun au visage singulier, non pas pour s’intéresser à lui mais pour parcourir la salle des yeux. Mais elle ne trouve vraisemblablement pas ce qu’elle cherchait et finit par lui demander s’il peut s’occuper de ce client, malgré le fait qu’il soit installé dans sa zone.
« Euh…OK » concède Lloyd, de plus en plus intrigué par l’histoire. Une histoire qu’elle lui dit longue. Trop longue pour lui être relatée apparemment…ou trop dérangeante ? Qu’est-ce qu’elle lui cache ?
Il n’y a pas trente-six façon de le savoir.
« Ouais, non, t’inquiète » lui fait-il donc savoir en faisant rapidement passer sa main sur son épaule. Il la questionnera à son retour, quand il se sera déjà adressé au client qui semble tant la rebuter.

Délaissant son poste, le grand blond se rapproche donc de la table du brun qui fixe Natalia d’une manière qui ne plait pas beaucoup à Lloyd. Il s’empresse de se placer de manière à lui boucher la vue et se fend d’un sourire que l’autre ne lui renvoie pas.
« Bienvenue au Maureen’s Tavern. J’m’appelle Lloyd et je vais m’occuper de vous aujourd’hui. Vous avez déjà une idée de ce que vous voulez consommer ? »
Il n’a pas l’air ravi et demande rapidement à Lloyd pourquoi Natalia ne se charge pas de le servir. L’ancien pompier note immédiatement son accent à couper au couteau. Un accent slave qui lui met la puce à l’oreille. Il connaît les origines de la serveuse et d’autres questions lui viennent en tête. L’homme est-il serbe, comme elle ? Et si c’est le cas, de quelle manière sont-ils liés ? Est-ce qu’il apprécie simplement d’être servi par elle parce qu’ils peuvent parler de leurs origines et qu’il est plus à l’aise comme ça ou…c’est autre chose ?    
« Parce qu’elle a d’autres chats à fouetter » lui fait savoir Lloyd, sans se dépeindre de son sourire. Il voit bien le regard du slave balayer l’endroit et réaliser qu’elle n’est sûrement pas débordée, mais ce n’est pas son souci. « Votre choix est fait ou vous avez besoin de plus de temps Monsieur ? » Il finit par commander une bière au hasard, et Lloyd devine qu’il le fait surtout pour se débarrasser de lui. « Je vous amène ça tout de suite. »
Il s’éloigne pour rejoindre le bar et Natalia qui semble guetter son retour, désireuse de savoir ce qu’ils se sont dits sans doute.
Lloyd passe derrière le comptoir et se charge de préparer sa bière au jeune homme pendant qu’il reprend la parole.
« Tu le connais bien ? » lui demande-t-il de but en blanc, hésitant un instant à faire référence au jeu qu’il proposait un peu plus tôt pour la taquiner, mais y renonçant en voyant l’expression tendue de son visage. « Il te cherchait il y a quelques jours… Va en réserve si tu veux. Il va finir par comprendre le message et se lasser, non ? » Et puis après une seconde de réflexion, son regard planté dans ceux de la jeune femme, il lui demande : « Tu veux que j'lui demande de partir ? Je peux le faire s'il... » Mais elle le coupe dans sa phrase.



(c) chaotic evil

_________________


she's got a smile it seems to me reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky & if i'd stare too long i'd probably break down and cry

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 489
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: fading winter   Sam 19 Mai - 21:34




Talia & Lloyd



Fading Winter

And it sure been a cold, cold winter
And the wind ain't been blowin' from the south
It's sure been a cold, cold winter
And a lotta love is all burned out


Ça le laisse de toute évidence un peu surpris, ce qui est compréhensif dans la mesure où la jeune femme ne demande jamais rien à personne, en tout cas la plupart du temps. Alors, refuser de servir un client a de quoi surprendre c'est vrai, pourtant il accepte sans vraiment poser de question ce qui soulage clairement Natalia. Le blond contourne le bar et vient au passage poser une main réconfortante sur son épaule avant de filer vers la table ou Tomislav avait l'habitude de s'asseoir. C'était en réalité un choix stratégique, de cet endroit il était possible de balayer sans mal l'ensemble de la salle sans pour autant être au centre de toutes les attentions et du passage. Judicieux ou réfléchi tout dépendait du pourquoi.

La jeune femme ne peut pas s'empêcher de jeter vers lui des coups d'oeil, parce qu'elle sent son regard pesé sur elle et elle n'aime pas cette façon qu'il a de la fixer, comme s'il attendait quelque chose d'elle, comme si elle lui devait quelque chose et la serveuse savait au fond que c'était quelque part surement ce qu'il pensait. Elle n'avait pas manqué de repenser à ce qu'il lui avait dit en novembre, à cette histoire qui malgré son caractère romanesque tenait tout de même un peu la route et si à ce moment-là beaucoup trop de choses reposaient sur ses épaules pour qu'elle ne serait-ce qu'envisage, de prendre ce poids de plus à bout de bras, la situation s'était depuis fortement décantée. Bien sûr d'autres choses étaient venues remplacer les précédentes et peut-être qu'en un sens, elle s'était laissée prendre a les utiliser comme excuse pour ne pas faire face à cette révélation, surtout pas après le fiasco familial que son mari avait subi il y a si peu de temps et qu'en toute honnêteté elle n'était pas prête a risquée, pas maintenant alors que c'était finalement sur sa famille et sur le bébé à venir qu'elle pouvait finalement concentrer ses efforts.

Natalia fait mine de s’occuper derrière le bar, pas franchement pour le principe, mais plus parce qu’elle a besoin de se distraire de la situation qui, elle le sent, la stresse tout à coup et elle rince ainsi le même verre depuis au moins une minute. Elle voit Lloyd revenir vers elle et ferme alors le robinet. « Tu le connais bien ? lui lance-t-il alors qu’il se glisse à son tour derrière le bar pour servir la bière apparemment commandé. Les mains occupées avec le chiffon sur lequel elle les essuie, la Serbe secoue la tête à la négative avec une moue préoccupée. Il te cherchait il y a quelques jours…Va en réserve si tu veux. Il va finir par comprendre le message et se lasser non ? Tu veux que je lui demande de partir ? Je peux le faire s’il… La jeune femme le coupe avant qu’il n’ai le loisir de terminer. – Nan, nan c’est bon merci tant fait pas. Laisse-le boire sa bière, il va bien finir par piger que je veux pas lui parler. Elle pousse un soupir et lève les yeux au ciel avant d’envoyer le torchon valsé sur le plan de travail. Je le connais pas, non, mais il prétend être mon demi-frère…Le visage de Lloyd laisse transparaitre sa surprise. Ouai ça fait très soap opéra hein ! Un mince sourire vient parer ses lèvres, même si la situation ne l’amuse pas du tout, surtout pas avec le bordel qui se passe ces derniers temps autour du club et implique justement ses compatriotes. Pour ce qu’elle en sait ça pourrait un putain de piège sournois. Il m’a abordé en novembre après des mois de chit-chat sans intérêt ici même, c’est pas super louche franchement ? Bon de toute façon elle serait rapidement fixée puisque James avait insisté pour qu'Alma jette un coup d'oeil à cette histoire de lien de parenté, la serveuse n'est pas sûre que ça changera quoi que ce soit, mais elle sait que son mari a raison lorsqu'il lui dit qu'il vaut mieux savoir. Elle soupire une fois de plus. J'aime pas trop l'idée qu'il continue à venir ici malgré ce que je lui ai dit, je me sens oppressé, mais bon c'est un pays libre....La Serbe hausse une épaule, alors qu’une des filles du petit groupe d’étudiantes/ clientes de la section de sa collègue (dont la pause s’étend plus que de raison) se rapproche du bar et les interromps. « – Huuuum je peux avoir un de ces cocktails à la tequila avec du sirop dedans ? Elle sourit et secoue la tête avec un large sourire en direction du barman. Sunrise…tequila sunrise ahah c’est ça ! » Et vas-y que je balance mes cheveux derrières mon épaule et tout le tralala. Okayyy pense Natalia qui adresse discrètement un haussement de sourcils équivoque à son collègue et reste plante a proximité pour pas louper une miette du spectacle, sauf que la nana qui gigote derrière le bar a apparemment décidé de se doucher au parfum et que le sien est sucre comme pas possible et la serveuse sent dans la seconde qui suit l'instant ou l'odeur arrive à ses narines que ça ne va pas le faire. Elle porte sa main à sa bouche et vient y coller ses narines, essayant de se concentrer pour prendre deux-trois inspirations le temps que ça passe, parce que oui en général ça n'est pas parce qu'elle a envie ou qu'elle croit qu'elle va vomir que c'est ce qui se passe. Elle s'éloigne de quelques pas et prend deux-trois inspirations supplémentaires, en tachant de combattre la chaleur désagréable qui l'envahit, ok bon en fait ça ne va pas du tout. Sans demander son reste et sans vraiment réaliser ce qui peut se passer autour, elle s'échappe vers les toilettes du personnel dans l'arrière salle.
(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : avatar : swan / codage sig : frimelda
messages : 956
quartier : un appartement dans le Loop, Downtown, sur le même pallier que celui de sa mère, atteinte d'agoraphobie sévère et cloitrée depuis des années maintenant
physique : depuis son accident, survenu le 31/10/16, la main droite de Lloyd, piétinée durant un mouvement de foule, présente des cicatrices dues aux opérations subies pour la réparer

MessageSujet: Re: fading winter   Dim 20 Mai - 11:07

Dreaming, I was only dreaming, Of another place and time Where my family's from
Singing, I can hear them singing, When the rain had washed away All these scattered dreams
Dying, everyone's reminded, Hearts are washed in misery, Drenched in gasoline

Natalia & Lloyd

Natalia le coupe et lui fait savoir qu’elle n’a aucune intention de prendre la suite. Il devra comprendre par lui-même qu’elle n’est pas disposée à lui faire la conversation. Lloyd hoche a tête pour lui signifier qu’il a compris, n’osant pas la relancer pour savoir qui il est au juste pour elle. Cependant, il n’en a pas besoin parce que la serveuse enchaine finalement pour lui donner la réponse à toutes ses interrogations. Ses yeux s’écarquillent sous l’effet de la surprise. Un demi-frère ? Alors ça…ce n’est pas banal en effet.
« Waw… Des jours et des Vies…version serbe » se permet-il de sourire, digérant encore l’information qu’elle vient de lui donner. Natalia ne s’en formalise pas et continue de sourire. Après tout, c’est elle qui a tourné ça en dérision la première. « Waw… » se répète encore Lloyd en jetant un coup d’œil du côté du jeune homme qui s’est installé dans la zone de service de son amie. Il ne leur trouve aucune ressemblance. Mais ça ne veut rien dire. Lui-même ne ressemblait pas le moins du monde à son frère. Et pas seulement parce que Kevin était trisomique. Il était brun alors que lui est blond et ses yeux était marrons alors que les siens sont très clairs.
« Il m’a abordé en novembre après des mois de chit-chat sans intérêt ici même, c’est pas super louche franchement ? »
Lloyd se garde de lui faire remarquer qu’elle aurait pu lui en parler plus tôt si elle appris ça en novembre… Peut-être qu’elle n’était pas prête, que l’occasion ne s’est pas présentée ou qu’elle jugeait simplement que ça ne le regardait pas. Sans compter qu’à la manière dont elle évoque aujourd’hui le sujet avec lui, elle semble douter de la véracité des propos du garçon…
« C’est… »
Mais elle le coupe, n’ayant sans doute même pas conscience qu’il s’apprêtait à parler. Elle lui confie ne pas être à l’aise avec l’idée qu’il continue de venir malgré ce qu’elle lui a dit. Lloyd en conclut qu’elle a donc refusé d’accorder beaucoup de crédit à son histoire et de le laisser entrer dans sa vie et celle de sa petite famille.

Avant qu’il puisse prendre la parole et lui demander des informations supplémentaires, une jeune femme s’avance et prend la parole, adressant un sourire charmeur au grand blond. Il le lui rend, se forçant un peu. Elle tombe assez mal et, même si elle est plutôt jolie, pour le moment, il voulait accorder toute son attention à Natalia et cette histoire de parentalité étrange.
« Je m’occupe de vous tout de suite » lui répond-t-il dans un clin d’œil qui devrait la contenter, pendant qu’elle lui sort le grand jeu et bat des cils, ravie. La vérité, c’est qu’il veut se débarrasser d’elle au plus vite… Il s’attèle donc à lui préparer son cocktail, sortant lui aussi le grand jeu et lui dévoilant tous ses talents de mixologie, histoire de lui en mettre plein la vue et qu’elle se contente de ça pour un moment.
« C’est quoi déjà votre prénom ? »
« Lloyd. »
« Vous êtes un vrai irlandais ? »
« Parce qu’il y a de faux irlandais ? Je veux des noms » plaisante-t-il en lui servant son verre, pendant que la jeune femme joue avec une mèche de ses cheveux en gloussant.
« Non mais vous voyez c’que j’veux dire ! Vous êtes né en Irlande et tout ? »
« Bien sûr » ment-il effrontément. La vérité étant qu’il n’y a jamais mis un pied et a seulement adopté l’accent de son irlandaise de mère en apprenant à parler.
Lloyd jette un coup d’œil à Natalia, certain de capter un regard chargé d’ironie, un brin moqueur ou dépité, agrémenté d’un sourire amusé. Mais ce n’est pas ce qu’il voit. Ses sourcils se froncent au-dessus de ses yeux clairs alors qu’il observe le visage grimaçant de la serveuse, à demi masqué par la main plaquée sur sa joue. Elle a le teint livide.
« Hey, ça va ? »
Mais elle ne lui répond pas. A la place, elle s’enfuit précipitamment vers l’arrière salle.  
« Qu’est-ce qu’elle a ? »
« J’en sais rien » répond distraitement le barman en arrêtant son petit jeu de séduction pour servir au plus vite la fille. Il aimerait rattraper Natalia mais tant qu’il sera seul en salle, il ne pourra pas se le permettre.
« Vous travaillez là depuis longtemps ? »
« Non. Pas tant que ça. Quelques mois. »
« Moi et mes amies on a découvert cet end… »
« Excusez-moi, je dois aller servir un client. »
Il vient de la vexer et va pouvoir dire adieu au pourboire généreux et à ce qui aurait pu suivre s’il l’avait caressée dans le sens du poil mais peu lui importe. Il va servir sa bière au soi-disant demi-frère de Natalia, se demandant si c’est toute cette histoire qui l’a rendue malade. Parce qu’à la tête qu’elle faisait, il y a peu de doutes à avoir.

Lloyd lutte contre lui-même pour ne pas faire de remarque au grand brun quand il fait glisser sa boisson devant lui. Il le voit ouvrir la bouche pour lui poser une question et s’éloigne en vitesse. Pas de pourboire là non plus…
Dans sa poche, son portable sonne à nouveau. Lloyd ne cherche même pas à voir qui l’appelle et s’empresse de se rapprocher de la seconde serveuse qui vient enfin de réapparaitre.
« T’étais où ? »  
« En pause. Aux dernières nouvelle j’y ai droit moi aussi » s’agace-t-elle à cause du ton un peu sec qu’il vient malheureusement d’utiliser.    
« Oui, désolé, j’voulais pas… C'était pas censé sonner comme un reproche. T’as vu Natalia ? »
« J’l’ai entendue en tout cas… »
« Ca t’ennuie si… »
Elle soupire, devinant ce qu’il va lui demander et lui fait signe de déguerpir. Lloyd ne demande pas son reste et se rend donc dans l’arrière salle, rejoignant rapidement les toilettes du personnel. Il frappe à la porte, doucement, et s’enquiert de l’état de sa collègue. Elle le rassure et il attend qu’elle ait terminé. Il entend l’eau couler et puis elle ouvre la porte.
« T’es sûre que ça va ? T’as mangé un truc pas frai ou… »
Il ne termine pas sa phrase. Son cerveau vient d’additionner quelques données (plus de cigarettes, des complaintes à propos de certaines odeurs, un air plus fatigué qu’à l’accoutumée, des nausées à présent) et il se fige.  


(c) chaotic evil

_________________


she's got a smile it seems to me reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky & if i'd stare too long i'd probably break down and cry

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 489
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: fading winter   Dim 27 Mai - 4:50




Talia & Lloyd



Fading Winter

And it sure been a cold, cold winter
And the wind ain't been blowin' from the south
It's sure been a cold, cold winter
And a lotta love is all burned out


Bon dieu elle y croyait qu'elle en avait fini avec les nausées du premier trimestre, elle s'était apparemment un peu emballée...elle a en l'instant presque envie de prier pour s'assurer qu'elle ne les as pas échangés contre des putains de vomissements intempestifs parce que c'est une chose de se sentir barbouillée et nauséeuse, s'en est une autre de gerber ses tripes en plein shift à la première personne qui aurait mis un peu trop de parfum. Elle ne se souvenait pas avoir été aussi sensible aux odeurs lors de sa première grossesse, elle avait été malade comme un chien pendant environ un mois puis plus rien, en toute honnêteté si elle avait pu mesurer la qualité et la facilité de sa grossesse à l'époque, elle en aurait bien plus profité, parce que bordel celle-là ne lui laissait pas le moindre répit. Elle entend les voix de la majorité des mères ici-bas dire gnagnagna le deuxième trimestre est juste tellement merveilleux gnagnagna ouai ba là tout de suite c'est pas franchement « merveilleux » si vous voulez son avis et c'est pas non plus un putain de miracle de la vie, elle a chaud, sent la couche de transpiration s'étendre sur son front et son estomac commence à lui faire mal à force d'être sollicité par les hauts de coeur intempestif qui lui lève la poitrine. Heureusement pour elle ça lui passe relativement vite et elle sent la tension de son corps se faire la malle, emportant avec elle cette sensation désagréable d'être brassée.

Quelques coups frappés à la porte la font sursauter. Shit. La voix de Lloyd se fait alors entendre au travers de la porte et il lui demande si ça va, aucun doute ne subsiste donc dans son esprit sur le fait qu'il la entendu joyeusement gerber. Elle prend une inspiration et attrape un peu de papier toilette pour venir s'essuyer la bouche. « Ça va...ça va t'inquiète. » Elle jette le papier dans la cuvette des toilettes et tire la chasse d'eau avant de venir se placer devant le lavabo pour non seulement se laver les mains, mais aussi se passer un peu d'eau sur le visage. Ça lui fait du bien, elle se sent déjà un peu mieux, même si elle a encore l'impression d'être à côté de ses pompes. Ça passera elle le sait d'ici une dizaine de minutes, elle pourra reprendre son travail là où elle l'avait laissée. Elle glisse sa main humide le long de sa nuque et vient ensuite passer une serviette en papier sur les restes d'eau qui perlent sur son visage un peu blanchâtre. Elle jette la feuille d'un geste fatigué dans la poubelle et finit par ouvrir la porte sans se douter que l'ancien pompier s'y trouve encore.  « T’es sûre que ça va ? T’as mangé un truc pas frais ou… Il s'arrête en plein milieu de sa phrase et elle pousse un soupir...- plutôt « ou » ouai. Elle passe une main sur son front et vient s'asseoir sur un empilement de caisses dans la réserve. Le dit à personne s'il te plaît Lloyd. Elle relève son regard vers lui et lui adresse un air implorant. Si le boss l'apprend il va me virée et j'ai besoin de garder ce boulot aussi longtemps que possible. Parce qu'ils ont pas mal de frais qui tombent ces derniers temps avec la maison et c'est sans compter ceux qui commenceront à pleuvoir avec l'arrivée du bébé. Je sais comment il fonctionne, je me fait pas d'illusion, mais je voudrais pouvoir le cacher encore un ou deux mois. » La serbe hausse une épaule, jusqu'ici elle s'était pas trop mal débrouiller, mais son ventre avait récemment commencé à sérieusement s'arrondir et les hauts amples et les pulls un peu trop grands ne feront pas illusion bien longtemps, surtout pas quand les beaux jours commenceront à arriver. La main de la jeune femme vient se poser sur sa nuque qu'elle frotte doucement, elle espère que Lloyd sera tenir sa langue, mais c'est pour l'instant sans se douter qu'il n'est pas le seul à avoir entendu son petit concerto. Avec un peu de chance son autre collègue n'aura pas été aussi déductive.
(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : avatar : swan / codage sig : frimelda
messages : 956
quartier : un appartement dans le Loop, Downtown, sur le même pallier que celui de sa mère, atteinte d'agoraphobie sévère et cloitrée depuis des années maintenant
physique : depuis son accident, survenu le 31/10/16, la main droite de Lloyd, piétinée durant un mouvement de foule, présente des cicatrices dues aux opérations subies pour la réparer

MessageSujet: Re: fading winter   Dim 10 Juin - 12:00

Dreaming, I was only dreaming, Of another place and time Where my family's from
Singing, I can hear them singing, When the rain had washed away All these scattered dreams
Dying, everyone's reminded, Hearts are washed in misery, Drenched in gasoline

Natalia & Lloyd

« - plutôt « ou » ouai » lui répond Natalia après avoir poussé un soupir résigné.
Lloyd se demande s’ils se comprennent vraiment ou s’il est en train de se monter un film tout seul. Tous les signes sont là pourtant mais…une part de lui n’a pas envie d’y croire. Une part de lui, infime, est agacée par la réponse qui s’est formulée d’elle-même dans son esprit.
Natalia est enceinte. Enceinte de ce crétin de James qui à son sens ne pourra lui attirer que des ennuis. Et encore, il est gentil de n’utiliser que ce terme alors qu’il était présent au moment de la fusillade qui a éclaté dans le West Side, pendant la tragédie d’Halloween (même s’il ne garde qu’un souvenir très flou de la soirée et des semaines qui ont suivies) et a vu son lot d’horreurs liées aux guerres de gangs. James et ses petits copains motards pourraient bien apporter à la serveuse et son fils plus que de simples ennuis… Et maintenant elle est enceinte. Elle expose un autre être innocent à la cruauté du monde.
Il ne peut s’empêcher de penser à l’enfant que Lou attendait. Son enfant, à lui, broyé par la bêtise humaine. Il n’avait eu aucune chance… Lui aussi l’avait exposé au danger en incitant Lou à poursuivre ce qu’il pensait être son rêve. S’il avait su qu’elle ne voulait pas de cette vie, qu’elle comptait tout abandonner pour se préserver, pour protéger ce petit être qui grandissait en elle…  

« Le dit à personne s'il te plaît Lloyd » reprend sa collègue, son regard on ne peut plus sérieux planté dans le sien. « Si le boss l'apprend il va me virée et j'ai besoin de garder ce boulot aussi longtemps que possible. Je sais comment il fonctionne, je me fait pas d'illusion, mais je voudrais pouvoir le cacher encore un ou deux mois. »
« O-oui… D’accord. Tu peux compter sur moi, je serai une tombe » parvient-il à lui répondre, encore sous le choc de cette annonce et luttant pour chasser le parallèle que son esprit torturé essaie de faire avec la grossesse de Lou. « J’suis… »
Quoi ? Désolé ? Mais désolé pour quoi exactement ? D’être tombé sur un patron sexiste ou pour la grossesse en elle-même ? Lloyd n’est pas franchement certain de ce qu’il éprouve. Rien de très positif en tout cas, c’est certain. Mais quelque chose lui dit que son amie n’a pas envie d’entendre quoi que ce soit de ce genre.  
« …content pour toi » se force-t-il donc à lui dire, avant de nuancer ses propos. « Enfin ça fait chier que tu doives le cacher et peut-être que pour toi… C’est… C'est une bonne nouvelle hein ? » préfère-t-il lui demander de but en blanc, histoire de ne pas faire de bourde et de savoir exactement à quoi s’attendre. Ce sera assurément plus simple pour lui.  
Si elle lui répond que oui, c’est une bonne nouvelle et que James et elle sont comblés, alors il fera semblant d’être heureux pour elle, l’étreindra amicalement et tentera de la soutenir de son mieux et de la couvrir le plus longtemps possible auprès de leur patron.
Si en revanche, elle lui fait comprendre que ce n’est pas le cas, que l’enfant n’était pas vraiment désiré, qu’elle a peur des conséquences de cette grossesse, alors il se montrera tout aussi présent.
Cependant, une part de lui devine déjà quelle sera sa réponse. Parce qu’elle ne se traine pas comme une âme en peine ces temps-ci. Elle semble préoccupée mais pas malheureuse, au contraire...  



(c) chaotic evil

_________________


she's got a smile it seems to me reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky & if i'd stare too long i'd probably break down and cry

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: fading winter   

Revenir en haut Aller en bas
 
fading winter
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Test Winter Assaut par Manik
» Jean-Guillaume de Winter
» campagne de Fading suns
» Une arme éveillée pour tuer : Winter is coming
» Winter Tournament kits!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: South Side :: MAUREEN'S TAVERN-
Sauter vers: