Partagez | 
 

 where we land ø nat

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar



crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
messages : 526
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Dim 20 Mai - 12:53


make it rain
ft. natalia & eliott

 « Il fréquente ce bar depuis des lustres babe, je t'assure que ça n'a rien à voir avec le fait que j'y travaille d'accord ? Il lève les yeux au ciel, secoue la tête de gauche à droite. Oui, oui, tout à fait. Il n’est pas prompt à croire ça, il ne connaît pas suffisamment Lloyd mais il sait. Il le sait ! Y a que toi qui es capable de plan pas possible et d'instance jusqu'à la mort pour m'avoir ! Elle sourit et il se laisse un peu emporter par le tableau qu’elle lui peint. C’est vrai que le jeune James avait usé de maintes techniques pour avoir Natalia. Il se délecte du contact de la main de son épouse contre sa joue, perdu à peine quelques secondes dans les souvenirs de leurs multiples et pas toujours hasardeuses, rencontres. Des « coïncidences », bien sur.
— Et même si c'était le cas, ce qui ne l'est pas ! C'est pas comme s'il avait la moindre chance que ça marche, parce que je n'aime que toi déjà. » Bien sur son petit égo gonfle, en même temps que l’organe principal dans sa poitrine déjà embrouillé par la jalousie, qui le fait pulser à une vitesse un peu plus effrénée, moins tranquille. Non, il ne sera plus tranquille tant que cet abruti sera dans les parages de son épouse. James sait qu’il ne peut pas éloigner tous les connards de la route de sa femme mais… mais celui-là tout particulièrement. Il n’a toujours pas digéré le fait qu’elle ait pu se tourner vers lui alors qu’il était derrière les barreaux. Il n’y arrivera jamais, ne passera jamais au-dessus, alors il fait un boulot remarquable en déviant sa colère uniquement sur le pompier blond. James se met des œillères, refuse toute implication volontaire de sa femme dans l’échange. Il est assez grand et intelligent pour savoir que c’est simplement du déni, et que peut-être le type ne savait pas qu’elle était mariée. Mais non. Non, c’est de la faute de Lloyd et ça le restera, il a couché avec sa femme et mériterait un bon coup de pelle pour ça.

« Et je suis enceinte James, dans tous les cas je pense que dès que ça se saura, ce sera on ne peut plus dissuasif tu crois pas ? Il hausse les épaules, presque enfant boudeur à ce stade. Il essaie de faire un effort colossal pour ne pas laisser la jalousie empoisonner ses mots, son regard, son attitude. J'ai pas la moindre idée du temps qu'il va rester et non. Il était dans l'accident… James relève la tête, lui accorde un regard interrogateur. Celui avec les camions dans lesquels Jo était tu sais !
— Hm, ah oui.
— Et la fille qui est morte c'était apparemment sa nana de ce que j'ai compris, du coup pour l'instant j'imagine qu'il peut plus vraiment se résoudre à rester à la caserne. J'ai pas trop eu l'occasion de discuter avec lui encore. James acquiesce, ne se force pas à afficher une peine ou une pitié qu’il ne ressent pas. Sa haine est discutable et certainement irrationnelle, mais ça lui importe peu. En vérité, il ne veut rien savoir de ce type, il veut juste… qu’il ne soit pas dans le sillage de son épouse, c’est tout. Mais il se contient, acquiesce, boit une nouvelle gorgée de café et hausse les sourcils.
— Ok, ok. Il fait tourner le gobelet entre ses doigts, posé sur la bâche sur laquelle ils sont assis. C’est bien si vous avez pas trop « d’occasions de discuter », hein, je trouve, pour être tout à fait honnête. Il ne peut pas s’en empêcher, pourtant, James sait que Natalia peut facilement lire sur son visage les milles idées qui lui passent par la tête et lui donnent d’ores et déjà envie d’éclater le crâne de Lloyd contre le comptoir du Maureen’s. Ce petit con qui se défend pas trop mal à priori. Mais qui n’aura rien face à la colère qu’il inspire au motard. Je te préviens Natalia… qu’il tente quoi que ce soit,… Et si tu me le dis pas, je le saurais. J’ai un sixième sens surdéveloppé, je sais. Cette fois je me retiendrais pas, je rigole pas. Il continue d’afficher un sourire, de parler calmement mais derrière ses prunelles bleues, c’est l’incendie. Même si t’es enceinte ! Ça en arrête pas certains ! Et d’ailleurs, tu devrais même arrêter de bosser… ou trouver autre chose quoi qui convient mieux. »

©️ code par Nostaw.

_________________
and let the clouds fill with thunderous applause, and let lightning be the veins that fill the sky with all that they can drop, when it's time to make a change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 517
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Sam 26 Mai - 6:40




Talia & James



Where we land

Treat me beneath this clear night sky
And I will lie with you
I start to feel those butterflies
When I’m next to you


Natalia ne se laisse pas intimider par la colère de son mari, elle la connaît suffisamment surtout quand elle est guidée par la jalousie et dans le cas présent elle est intimement persuadé qu'elle n'a pas lieux d'être. Lloyd sait ce qu'il en est, il a bien compris et elle le sait (au vu du jugement évident qu'il lui impose) qu'elle est totalement et entièrement accrochée à son mariage et à l'homme grincheux assis à ses côtés. Qui plus est, il avait de toute évidence été de l'avant puisque de ce qu'elle sait il avait une relation avec cette fille qui avait malheureusement perdue la vie et ce n'était pas comme s'ils avaient partagé une idée de futur ensemble ou quelque chose de ce goût-là, ils n'avaient fait que coucher ensemble, rien de plus. Son ok et la suite de sa phrase tendent à la faire sourire tant la mauvaise fois est évidente, ça lui arrache la bouche elle le sait, mais elle apprécie qu'il essaye néanmoins de se tempérer de la sorte, parce que si ses mots sont modéré, les expressions de son visage révèlent sans mal ce qui se joue sous silence dans son esprit. La main de la jeune femme vient attraper la main immobile de son mari et elle glisse ses doigts dans les siens sans rien dire, espérant juste faire passer par ce biais un peu de réassurance et de calme. Bon elle se rend bien vite compte que ça ne marche pas et qu'il ne sera visiblement pas aussi facile qu'elle aurait bien voulu le croire de le faire redescendre un peu, elle n'a franchement pas envie de passer la journée à se chamailler et à batailler pour lui faire entendre raison. Ceci étant dit, lorsqu'il reprend la parole dans la foulée, elle le laisse exorciser sa contrariété. « Je te préviens Natalia… qu’il tente quoi que ce soit,… Et si tu me le dis pas, je le saurais. J’ai un sixième sens surdéveloppé, je sais. Cette fois je me retiendrais pas, je rigole pas. Elle ne prend pas ça à la légère, elle sait très bien qu'il est très sérieux et que son sixième sens sera sûrement renseigné par n'importe qui ou quoi si le doute venait à s'insinuer chez lui, ce qui pourrait foncièrement arrivé même sans raison ou logique et très franchement, elle ne sait plus trop comment le rassurer à ce sujet, elle sait pourtant qu'il a confiance en elle et que ça n'est pas vraiment le sujet, mais son bon sens est totalement empoisonné dès qu'il s'agit de ce type-là en particulier. Elle hausse les sourcils, le laisse se faire son petit montage de jalousie, auquel de toute façon elle ne peut pas grand-chose, il n'y a pas vraiment d'arguments supplémentaires qu'elle pourrait ajouter et de toute façon rien qui ferait vraiment une différence. Même si t’es enceinte ! Ça en arrête pas certains ! Et d’ailleurs, tu devrais même arrêter de bosser… ou trouver autre chose quoi qui convient mieux. » Cette fois, ses yeux s'écarquille et son visage exerce un mouvement de recul. « Quoi ? Nooon ! Certainement pas James, j'ai pas l'intention de quitter mon taf et certainement pas juste parce que t'es jaloux d'un type qui ne sera JAMAIS rien de plus qu'un ami d'accord. Elle n'hausse pas le ton, ne s'énerve pas, elle n'a pas l'intention d'alimenter ce débat de quelque façon que ce soit, c'est juste un fait, elle restera au Maureen's jusqu'à ce que son patron décide ou non de la renvoyer lorsqu'elle ne pourra plus vraiment cacher son ventre qui commençait seulement à vraiment s'arrondir. Elle se doutait d'ailleurs bien de la finalité, elle en avait vue plus d'une se faire gentiment remercier d'aller pondre ailleurs que derrière son comptoir. Je sais que tu imagines le pire, je te connais, mais je peux t'assurer que ça n'en arrivera pas là et si jamais il montrait un intérêt, je te promets que je mettrai de la distance entre lui et moi après lui avoir clairement fait comprendre que je suis mariée et que je n'ai pas l'intention que ça change. Qui plus est personne n'embauchera une femme enceinte et je compte pas rester à la maison à rien faire, c'est pas pour moi tu le sais bien ! Et de toute façon non! Son air renfrogné ne le quitte pas, elle sait qu'elle pourrait lui dire n'importe quoi, ça ne changerai pas son entêtement...malheureusement. Il commence à parler et quelque part au milieu de sa phrase, elle se penche et attrape le gobelet qu'elle lui avait tendu et qu'il avait déposé à côté de lui, pour le ramener de son côté et le posé à bonne distance. Elle ne se laisse pas distraire par le motard et décale ses genoux pour se redresser et lui grimper dessus l'air de rien. C'est seulement après ça qu'elle laisse son regard rencontré le sien et elle vient alors déposer ses lèvres sur les siennes encore en mouvement. T'as dit assez de bêtises, il est temps que je te donne une bonne raison de te taire. La serbe affiche une expression très sérieuse alors qu'elle commence lentement à déboutonner la chemise de son mari. Elle s'arrête à mi-chemin et finalement lui adresse un sourire indiscipliné, puis dans son élan enlève le pull qu'elle porte et l'envoie valser un peu plus loin. Bien ça marche déjà ! Parfait ! » Et sur ces mots, elle glisse ses mains de chaque côté du cou de son mari et l'attire à ses lèvres pour un baiser cette fois-ci beaucoup moins sage. Il ne devrait plus s'en étonner, c'était le genre de situation qu'il devrait commencer à voir venir tant son épouse était ces derniers temps guidé par un trop plein d'hormones.

(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
messages : 526
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Mer 30 Mai - 18:25


make it rain
ft. natalia & eliott

 « Quoi ? Nooon ! Certainement pas James, j'ai pas l'intention de quitter mon taf et certainement pas juste parce que t'es jaloux d'un type qui ne sera JAMAIS rien de plus qu'un ami d'accord. » Il lève les yeux au ciel. Un ami. C’est déjà trop, James ne comprend pas pourquoi son épouse garde cet abruti dans son entourage. Ça le gonfle tout simplement. De toutes façons, elle n’en fera qu’à sa tête, James le sait, Natalia est au moins autant voir presque aussi butée que lui et quand elle a décidé quelque chose… il n’y a rien à redire. Il se contente simplement de pousser un soupir venu du fond du cœur, signe qu’il n’a pas assez de mots pour expliquer sa frustration, pas assez de temps pour donner tous les arguments qui lui passent par la tête. C’est pas grave, il se dit déjà qu’il ira faire son travail de mari jaloux de son côté. Le blond n’aura qu’à aller voir de lui-même pour être sur, ira toucher un ou deux mots gentils au pompier pour bien lui rappeler où est sa place. C’est-à-dire nul part autour de son épouse. Il a déjà fait son choix, alors quand Natalia reprend la parole, il lui adresse son regard et son attention, déjà décidé sur la marche qu’il va suivre pour régler cet inconvénient qui le gêne.

« …et si jamais il montrait un intérêt, je te promets que je mettrai de la distance entre lui et moi après lui avoir clairement fait comprendre que je suis mariée et que je n'ai pas l'intention que ça change. Qui plus est personne n'embauchera une femme enceinte et je compte pas rester à la maison à rien faire, c'est pas pour moi tu le sais bien ! Et de toute façon non !
— Moi j’t’embaucherais, c’est pas comme si j’en avais quelque chose à faire, tu vois ! Il pousse un soupir, ça l’agace, elle n’est même pas sure qu’il ne lui montre aucun intérêt ! La preuve dans ses paroles ! Je comprends qu’tu veuilles pas rester à la maison même si ce serait mieux pendant ta grossesse, mrs manning, y’a plein d’endroits où tu pourrais bosser qui sont plus adaptés qu’un bar, déjà et un bar avec Lloyd dedans. James a l’impression qu’elle ne l’écoute pas, elle a éloigné le gobelet et l’a poussé pour simplement lui grimper dessus. Il affiche une expression à la fois perplexe et intéressée, reprend la parole. Et… Qu’est-ce que tu me veux ?
— T'as dit assez de bêtises, il est temps que je te donne une bonne raison de te taire. La jeune femme a déposé un baiser sur ses lèvres et s’attèle maintenant à défaire lentement les boutons de sa chemise. Le sourire qu’il avait perdu réapparait finalement très vite, l’étonnement tout aussi rapidement passé. Effectivement, il s’est arrêté de parler et observe l’air sérieux de son épouse. Simple distraction d’un sujet pénible, ou peut-être les hormones qui font leur petites manigances, James n’en est pas moins ravi pour autant. Lloyd est déjà loin dans son cerveau alors qu’elle se défait de son pull. Bien ça marche déjà ! Parfait ! » Il ne réplique rien et se contente de profiter du contact, celui des mains sur sa peau et de ses lèvres sur les siennes. Les mains du motard on déjà quitté le sol sur lequel il était appuyé et remonte doucement, de ses cuisses à ses hanches, au creux de sa taille pour remonter dans son dos et l’approcher encore plus de lui si c’est possible, réduire la mince distance entre eux pour glisser ses lèvres le long de la ligne de sa mâchoire puis fondre dans son cou. Il ne lui faut pas plus de temps de réflexion pour l’aider à le défaire de sa chemise, quant à lui, ses mains glissent sous le tissu du t-shirt pour le défaire à son tour. Il rejoint ses lèvres à nouveau, ses mains posées sur la peau douce et chaude de son épouse, un mince sourire au coin des lèvres. Le sujet abordé est bien loin dans ses pensées, toute son attention est centrée vers son épouse alors qu’il parcourt sa peau, à la fois tendre et impatient. À cet instant précis rien ne compte plus que sa précieuse amante, qu’il garde contre lui, dévore du regard, convoite comme le plus rare des bijoux ; unique et parfait.

ø

MI-MARS

« En arrivant Eliott tu te charges d’ouvrir à Fish pour qu’il sorte ?
— Et je lui remets de l’eau fraîche ! » Le blond adresse un clin d’œil à son fils par le rétroviseur intérieur puis se recentre sur la route alors qu’il manœuvre pour se garer juste devant le garage encore fermé de leur maison. Héritée du père de James et enfin retapée, les trois (bientôt quatre) Mannings fraîchement débarqués de l’école du petit après un rendez-vous médical spécial et arrivent enfin chez eux. De l’intérieur, Fish aboie déjà alors qu’ils sortent de la voiture.

« Et après on ouvre l’enveloppe ?
— Je sais pas, peut-être, c’est maman qui décide ! James fait le tour de la voiture pour rejoindre son épouse qui a ouverte la porte à son fils. Allez, monte ! James se tourne, se met dos au petit garçon et se baisse pour le laisser grimper sur son dos. Le motard réajuste le poids de son fils sur son dos en tirant une grimace, exagère les gestes comme s’il pesait plusieurs tonnes et récupère le sac à dos du petit qui était dans les mains de son épouse.
— C’est trop cool on devrait faite ça tout. Le. Temps !
— Oh, rêve pas petit malin, c’est juste parce que t’as gagné la course ce matin mais demain c’est toi qui me porteras sur ton dos !
— J’pourrais jamais !
— Qu’est-ce que t’insinues microbe ! »

Les deux garçons Mannings suivent de près Natalia qui ouvre la porte la première et se doit donc de repousser un Fish très content de retrouver sa famille. Pour son plus grand plaisir, comme James se l’imagine.

« Allez, va ouvrir à ton chien ! James dépose l’enfant à terre et ferme la porte derrière lui puis dépose le sac à main sur un crochet, à sa place, défait ses chaussures et sa veste qu’il range également. Il pousse un soupir, jette un œil à sa montre et prie pour que ce soir on ne l’appelle pas pour aller bosser. Le Homewrecker tourne, James a laissé des instructions à son assistante et ce soir, il s’occupe de sa famille. Après avoir emmené Natalia chez le médecin puis être passés chercher le petit, il compte bien s’octroyer une fin de journée en famille. Famille qui va s’agrandir bientôt, par une petite fille ou un petit garçon, la réponse se trouve dans l’enveloppe que le médecin a remis au couple et que James a hâte d’ouvrir. Il fait ses premiers pas dans le salon et passe près de son épouse qu’il caresse dans le dos au passage. Il se laisse tomber dans le canapé, le regard tourné vers le jardin pour observer Eliott et Fish à l’extérieur, qui jouent ensemble.

« Tu paries sur quoi toi ? Tu "préfères" quoi ? » Un large sourire s’étire sur le visage du blond qui tend un bras vers son épouse comme pour lui faire signe de venir à ses côtés.

©️ code par Nostaw.

_________________
and let the clouds fill with thunderous applause, and let lightning be the veins that fill the sky with all that they can drop, when it's time to make a change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 517
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Lun 4 Juin - 2:17




Talia & James



Where we land

Treat me beneath this clear night sky
And I will lie with you
I start to feel those butterflies
When I’m next to you


La voiture s'arrête devant le garage de la maison, leur maison. Ils avaient finalement réussi à venir à bout des travaux de rénovations, il faut le dire plus que nécessaire à leur emménagement. La maison tenait plutôt bien sûr ses fondations, mais des décennies de complet laisser-allé leur avait donné plus de travail qu'ils ne l'avaient imaginé, entre les travaux de plomberie, le rafraîchissement des peintures et le désencombrement, les semaines s'étaient très largement étirés. Ils y étaient pourtant et s'il restait quelques cartons ici et là et que toutes les pièces n'avaient pas encore trouvés leur fonction définitive, ça ressemblait enfin à un vrai foyer. La Serbe attrape son sac et descend du véhicule avant de se diriger vers la porte arrière pour ouvrir à son fils. « Donne-moi ton sac-à-dos ! Le petit le lui tend et alors qu'elle le balance sur son épaule, elle tourne la tête vers la porte d'entrée de laquelle le chien aboie déjà plus que de raison. Elle lève machinalement les yeux au ciel, elle ne se fera donc jamais à cette boule de poil et ce n'est pourtant pas faute d'essayer. « Et après on ouvre l’enveloppe ? Un sourire vient marquer ses lèvres, il avait tout de suite montré beaucoup d'excitation à l'idée de découvrir avec eux le sexe du bébé, ce qui réjouissait Natalia qui essayait comme elle le pouvais d'inclure son petit garçon dans sa grossesse, parce qu'elle savait que ce ne serait pas forcément facile pour lui d'accepter de ne plus être le centre d'attention de ses parents et comme la psychologue le lui avait suggéré étant donné la relation fusionnelle et pour la plus grosse partie de sa vie, exclusive qu'il entretenait avec sa mère, il était primordial de le préparer à devoir la partager avec un nouvel enfant.— Je sais pas, peut-être, c’est maman qui décide ! Le gamin rencontre le regard de sa mère et elle hausse les sourcils d'un air plein de suspens alors que James récupère le petit garçon sur son dos avant de récupérer le sac à dos qu'elle tient dans ses mains. Alors qu'elle franchit les quelques pas qui la séparent de l'entrée, elle glisse sa main dans son sac pour y récupérer les clés qu'elle finit par glisser dans la serrure. À peine la porte est-elle ouverte que le chien se met à sautiller et japper le long de ses jambes. - Psst Pssst Fish aller. Elle s'avance le chien toujours dans ses pattes et essaye de ne pas lui marcher dessus, tandis que les garçons la suivent de près. - Allez, va ouvrir à ton chien ! À peine le gamin a-t-il retrouvé la terre ferme qu'il se met à courir vers le salon pour ouvrir la baie vitrée et laisser le monstre s'échapper. Natalia à son tour pénètre dans le salon et s'empresse d'aller refermer la porte fenêtre derrière son fils qui court déjà dans le jardin en faisant sauter son chien, son mari passe derrière elle et glisse une main dans son dos, avant qu'elle ne s'en retourne vers la table où elle dépose sa veste et son sac, parce que oui elle est nettement moins à cheval sur le rangement que son époux. Tu paries sur quoi toi ? Tu "préfères" quoi ? Elle se retourne vers lui avec un sourire et passe machinalement une main distraite sur son ventre qui est désormais un peu difficile à cacher, fort heureusement elle a plus d'un stratagème pour y parer lorsqu'elle doit se rendre au travail, même si elle se doute bien que d'ici quelques semaines ça ne pourra plus vraiment fonctionner. –Huuummm elle esquisse une moue pleine de réflexion et s'avance vers James pour venir s'installer à côté de lui sur le canapé. Elle appuie son dos contre son torse, attrape son bras qu'elle passe au-dessus d'elle et étend ses jambes sur le reste de l'assise. Je pense...enfin j'aimerais que ce soit un garçon, j'aime bien l'idée d'avoir tous ces hommes, rien que pour moi vois-tu. Elle lui adresse un large sourire espiègle. Mais ! Je sais pas, cette grossesse est vraiment très différente de la première alors je me dis que c'est peut-être une fille, même si je sais qu'au final ça ne veut rien dire ! Elle lève et tourne ensuite sa tête vers son mari. Je te demande pas ce que tu veux, il m'a semblé comprendre que tu voulais une fille à force ! Je te suffis plus je le sais bien ! Elle secoue la tête avec un air faussement attristé avant de se mettre à rire. Je dois me préparer à l'éventualité de plus être la femme de ta vie j'imagine ? »
(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
messages : 526
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Mar 5 Juin - 19:42


make it rain
ft. natalia & eliott

« Huuummm. Natalia se met à lui réfléchir alors qu’il tend toujours son bras en sa direction et qu’elle vient finalement s’installer à ses côtés. Elle se cale tout contre lui, tranquillement, s’étend sur le reste du canapé, prend de la place dans l’espace de James — ce à quoi il est habitué et ce qu’il préfère de toutes façons. Il fait glisser sa main tranquillement sur la peau qu’il trouve à portée et se replace dans le fond du siège en poussant un soupir soulagé. C’est un des moments qu’il préfère. Je pense...enfin j'aimerais que ce soit un garçon, j'aime bien l'idée d'avoir tous ces hommes, rien que pour moi vois-tu. Il lui rend le sourire malin qu’elle lui envoie et secoue la tête de droite à gauche. Bah tiens, et pourquoi pas. Mais ! Je sais pas, cette grossesse est vraiment très différente de la première alors je me dis que c'est peut-être une fille, même si je sais qu'au final ça ne veut rien dire ! Je te demande pas ce que tu veux, il m'a semblé comprendre que tu voulais une fille à force ! Je te suffis plus je le sais bien ! Il lui adresse un grand sourire. Le sexe de l’enfant lui importe peu mais c’est vrai qu’une part de lui aimerait plutôt avoir une fille. Il a déjà un garçon et pas sur qu’ils en fassent encore douze malgré ses petites blagues constantes. Je dois me préparer à l'éventualité de plus être la femme de ta vie j'imagine ?
— Heyyy… Il la serre contre lui, comme pour la rassurer, dépose une main sur sa joue et se contorsionne légèrement pour déposer un baiser sur ses lèvres avant de planter son regard dans le sien. Exactement. Il laisse échapper un rire franc, réceptionne et serre la main que Natalia fait claquer sur la sienne, et continue de se marrer. Naaan, mais, je sais pas. Après, fille ou garçon honnêtement peu importe. Mais ! Oui y’a toujours un mais, te moques pas… Mais, j’sais pas, t’sais une petite avec ton visage de petite maligne mais la couleur incroyable de mes yeux. Il en rajoute des caisses comme à chaque fois, lui adresse un clin d’œil. J’me dis 2 enfants c’est bien et, une fille un garçon ce serait équilibré. Il fait une pause, fait mine de réfléchir quelques longues secondes. J’te sors des arguments d’enfer, la vérité c’est que je veux juste pouvoir lui faire des couettes, ok ? Encore une fois, il se marre à ses propres conneries. M’enfin, si c’est une petite et qu’elle a ton caractère… je suis fichu. Il lui adresse à nouveau un petit sourire malin et dépose un baiser sur le côté de sa tête. Enfin dans tous les cas tu me diras je suis fichu, franchement ce petit a trop pris de toi il sait bien trop comment faire pour avoir ce qu’il veut de moi. Tu lui as données toutes tes techniques va falloir que je fasse gaffe avec le prochain. » Le blond s’amuse, la taquine tranquillement alors qu’enfin Eliott se décide à se manifester, toque à la vitre et leur communique par geste son intention de leur montrer un de ses « fameux tours » qu’il concocte avec Fish. L’enfant s’agite, doit s’y reprendre à plusieurs fois pour pousser l’animal à faire ce qu’il veut et lorsqu’il a finit, fait une petite révérence. Ce à quoi James répond par un pouce levé et un grand sourire.

« Avoue quand même que tu l’aimes cette boule de poil, t’as vu comment il se comporte avec Eliott ? Franchement ! »

©️ code par Nostaw.

_________________
and let the clouds fill with thunderous applause, and let lightning be the veins that fill the sky with all that they can drop, when it's time to make a change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 517
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Jeu 7 Juin - 5:27




Talia & James



Where we land

Treat me beneath this clear night sky
And I will lie with you
I start to feel those butterflies
When I’m next to you


Evidemment qu’il fait mine d’être sous attaque, James et son goût du drama en trente-sept actes. Natalia reste impassible devant lui, l’espace de quelques secondes, avant de laisser un sourire en coin perler sur ses lèvres. Les bras de son mari se resserrent autour d’elle et elle remonte ses jambes sur le canapé dans l’optique de se décalé un peu vers lui, mais sa main qui vient se poser sur son visage la stoppe dans son geste et elle se laisse embrasser sans vraiment demander son reste. « Exactement. La jeune femme secoue la tête et vient claquer sa main sur la sienne avec un air faussement renfrogné. Je le savais ! Une jolie bouille et y a plus personne ! Elle secoue la tête dans un jugement monté de toute pièce, plus pour rentrer dans le jeu qu’autre chose.

Il dit qu'il ne sait pas, mais elle le connait par coeur et elle sait très bien qu'il dit ça juste au cas ou, mais la vérité c'est que des tas de choses dans sa façon de parler et son comportement ont clairement fait comprendre à la jeune femme qu'il s'était déjà mis en tête d'avoir une petite fille. Mais ! Ah voilà on y est. Je sais pas, mais une fille c'est mieux quand même... Ça la fait rire et elle ne le cache pas trois secondes. Oui y’a toujours un mais, te moques pas… Mais, j’sais pas, t’sais une petite avec ton visage de petite maligne mais la couleur incroyable de mes yeux. Son expression se tend en O et elle se moque gentiment de son mari. – Oh rien que ça ? T’es sûr que tu veux qu’elle soit si jolie ? Non parce que réfléchie à l’avenir Manning et à tous ces garçons à qui tu vas devoir confier ta petite princesse ! T’es vraiment sûr que c’est ce que tu veux ?  Elle prend un air malicieux et laisse échapper un ricanement léger. Le motard finit par reprendre un peu son sérieux lorsqu’il vient à lui parler d’équilibre tout ça, le choix du roi comme dit l’expression, mais nan, elle continue de s’imaginer avec un deuxième petit garçon, peut-être que c’est son instinct qui lui souffle la réponse ou peut-être qu’elle projette juste ce dont elle a envie. - J’te sors des arguments d’enfer, la vérité c’est que je veux juste pouvoir lui faire des couettes, ok ? Natalia se met à rire de concert avec lui. N’importe quoi ! M’enfin, si c’est une petite et qu’elle a ton caractère… je suis fichu. Elle hoche la tête. Oh, mais il l’est déjà de toute façon et apparemment il le sait déjà. – T’as signé à vie en plus, maintenant que tu m’as fait un deuxième enfant,  c’est terminé pour toi Manning. Elle se redresse un peu et vient s’appuyer contre son flanc avant de planter son regard dans le sien TER-MI-NÉ ! Un large sourire vient s’étendre sur ses lèvres. Et ton fils ne connais pas encore la moitié des techniques de maman, alors je pense que tu devrais être très, mais alors très gentil avec elle tu vois. Trois contre un ça va faire mal ! »  En parlant du monstre le voilà qui vient tout sourire tapé à la vitre pour le faire comprendre dans un langage des signes approximatifs qu'il faut qu'ils regardent, ce qu'ils font bien évidemment, bienvenue dans le monde des parents. Le gamin essaye de faire faire un tour à son chien et Natalia le regarde avec un air ravi et intéressé, air qu'elle force assurément sur son visage, parce que bon ça n'a rien d'exceptionnel. Clairement.

« Avoue quand même que tu l’aimes cette boule de poil, t’as vu comment il se comporte avec Eliott ? Franchement !   Une exclamation s'échappe de la bouche de Natalia qui se retourne et vient coller son visage contre celui de son mari. - Nan ! Elle se recule un peu et continue. Hunhun bien essayé, mais j'aime toujours pas ce cleps ! Ça demande beaucoup de temps pour pas grand-chose et franchement si Eliott l'aimais pas autant, ça ferait longtemps que je l'aurai donné à quelqu'un ! T'as vraiment de la chance de lui avoir offert en douce babe - Elle laisse échapper un éclat de rire. - mais ne recommence jamais sinon je serai obligée de te tuer ! Elle fronce les sourcils avant de coller un baiser sur ses lèvres. T'as faim ? J'ai faim ! Tu veux pas aller me chercher un bol de céréale ? Grand sourire. S'il-te plaît ! » Elle vient passer une main évidente sur son ventre en jetant un coup d'oeil à son mari, juste histoire de l'obliger à se lever à sa place.
(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
messages : 526
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Ven 8 Juin - 12:03


make it rain
ft. natalia & eliott

« Oh rien que ça ? T’es sûr que tu veux qu’elle soit si jolie ? Non parce que réfléchie à l’avenir Manning et à tous ces garçons à qui tu vas devoir confier ta petite princesse ! T’es vraiment sûr que c’est ce que tu veux ?
— Nan, dis pas ça babe, s’il te plait. » Ça lui tord l’estomac, ça l’agace, d’ores et déjà. Il n’a même pas encore de fille, ne connaît pas même encore le sexe de l’enfant mais l’idée… il tordrait le cou à cette idée et à n’importe quel homme qui pourrait approcher sa fille. Il le sait, il n’a déjà aucun self-control, aucune logique quand il s’agit de sa famille. Sa femme. Il laisse échapper cette idée, un mouvement dans l’air, préfère recommencer faire son gros malin. Ce à quoi Natalia lui répond avec des arguments très clairs.

« T’as signé à vie en plus, maintenant que tu m’as fait un deuxième enfant,  c’est terminé pour toi Manning. TER-MI-NÉ !
— Bon courage à toi surtout. Il lui adresse un clin d’œil alors qu’elle s’est replacée contre lui. Il laisse glisser une main dans son dos et l’observe, son petit sourire de maligne sur les lèvres. Elle est belle.
— Et ton fils ne connais pas encore la moitié des techniques de maman, alors je pense que tu devrais être très, mais alors très gentil avec elle tu vois. Trois contre un ça va faire mal ! » Un large sourire se pose sur les lèvres du motard qui n’a pas le temps de répliquer avant qu’Eliott les interrompe pour un petit tour de dressage qu’il doit recommencer plusieurs fois. Ça le fascine de voir à quel point l’enfant et l’animal s’entendent, il est content de constater que cela ne fait que du bien à son fils. Ce qu’il fait remarquer d’ailleurs à Natalia histoire de lui prouver son point, évidemment, parce qu’ils n’auront jamais fini d’argumenter sur la présence de l’animal. James est persuadé qu’un jour elle finira par l’apprécier autant que les deux garçons. Fish est un excellent animal de compagnie, qui ne fait plus vraiment de bêtises maintenant qu’il a grandi, dressé pour garder la maison et premièrement, protéger l’enfant Manning. Au-delà de ça, Fish apporte un soutien à Eliott. Toujours collés, l’animal est là pour le réconforter, dort souvent avec lui. Et, et ça Natalia ne pourrait pas dire le contraire, la présence de l’animal donne aux deux parents parfois le temps de souffler alors qu’il accapare l’attention débordante de questions du petit garçon.

« Nan !
— Menteuse !
—  Hunhun bien essayé, mais j'aime toujours pas ce cleps ! Ça demande beaucoup de temps pour pas grand-chose et franchement si Eliott l'aimais pas autant, ça ferait longtemps que je l'aurai donné à quelqu'un ! T'as vraiment de la chance de lui avoir offert en douce babe. Il lui adresse un petit clin d’œil et n’a pas le temps de répliquer qu’elle élève à nouveau la voix pour le menacer de mort, ce à quoi il répond par une expression outragée et un petit rire malin qu’elle fait taire dans un baiser. T'as faim ? J'ai faim ! Tu veux pas aller me chercher un bol de céréale ? S'il-te plaît !
— C’est ça change de sujet grande maligne. Le blond l’attire à lui, glisse une main sur sa taille pour déposer un énième baiser sur ses lèvres puis sur son front, respire son parfum une seconde avant de récupérer son bras et se lever, étire son dos et se dirige vers la baie vitrée pour l’ouvrir. Eliott, c’est l’heure du goûter ! Maman veut des céréales tu veux la même chose ?
— J’peux avoir des tartines ?
— Céréales ou tartines tu choisis mais pas les deux après sinon on va devoir te faire rouler dans la maison. Le motard glisse une main dans sa poche, se repose sur le bord de la porte vitrée.
— Ok juste des tartines. Allez viens Fish !
— Quand tu rentres tu nettoies ses pattes sinon il va en mettre partout ok ?
— Oui, j’sais !
— Ouais tu sais ouais mais oublie pas p’tite tête. »

Le motard ferme la porte vitrée et s’éloigne vers la cuisine pour s’occuper du goûter de sa dame et son fils. De là où il est, il lève la voix pour qu’elle l’entende bien. « Tu veux un bavoir aussi chérie ou pas au passage ? » Il se marre dans la cuisine, verse le lait dans le bol et prépare les tartines pleines de chocolat de son garçon. Une épisode de vie « normale » pour un Kings Of Speed, un simple moment duquel il se délecte. Ces moments sont rares, surtout ces derniers temps entre les différents remaniements au sein du club et les difficultés qu’ils rencontrent. Sans Caleb, c’est différent. James n’a pas l’impression de pouvoir réellement se reposer maintenant qu’Ezra est placé sur le siège de président. Il préfèrerait que Gabriel tienne le marteau, au moins il pourrait dormir sur ses deux oreilles. D’ailleurs, il bâille, largement, avant de récupérer les goûters. Il ramène d’abord les tartines qu’il dispose sur la table et ramène ensuite le bol à son épouse alors qu’Eliott s’occupe de nettoyer les pattes du chien qui attend sagement, connaît la procédure.

Le motard vient s’écraser dans la chaise qui fait face à la place de son fils et passe une main sur son visage. Il n’a ni faim, ni rien envie d’autre que de rester là à « rien faire », s’occuper de sa famille tranquillement. Eliott se place à table et se met à manger son goûter alors que Fish fait le tour de la table pour poser sa tête sur le genou du blond. Il passe sa main gauche dans la fourrure du chien tout content et pose son visage contre le poing serré de l’autre.

« Bon et après fini l’attente hein, on ouvre cette enveloppe. » Peut-être qu’il a peur maintenant d’avoir une fille, la petite graine du doute plantée dans son cerveau. « Tu préfèrerais quoi toi Eliott ? »

©️ code par Nostaw.

_________________
and let the clouds fill with thunderous applause, and let lightning be the veins that fill the sky with all that they can drop, when it's time to make a change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 517
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Sam 9 Juin - 22:10




Talia & James



Where we land

Treat me beneath this clear night sky
And I will lie with you
I start to feel those butterflies
When I’m next to you


Elle sait exactement ou taper, elle le connaît par coeur et sachant le rôle plus que protecteur qu’il endosse avec elle, elle n’ose pas imaginer ce que cela pourrait donner si ce bébé se révélait être une fille. Ça la fait rire sur l’instant, parce que ce n’est encore que des si et parce qu’elle avait juste envie de le chercher un peu. Il change bien rapidement le sujet ou en tout cas n’alimente pas celui-là parce qu’il sait que ce sera forcément une problématique réelle et qu’il va assurément devoir faire un travail sur lui. « Bon courage à toi surtout. La jeune femme laisse échapper une expiration teintée d'amusement, ça c'est sûr qu'elle va en avoir besoin, ça ne lui vend pas que du rêve de devoir se remettre dans les couches et les biberons, surtout pas en ayant un petit garçon aussi énergique que le sien qui court autour d'elle. En parlant du monstre, il vient se donner en spectacle devant eux et essaye d'attirer leur attention sur le tour qu'il a appris à son chien. Natalia sait qu'elle devrait s'extasier devant les pseudo prouesses de son fils, mais franchement tout ce qui concerne son intérêt sans borne pour cet animal la dépasse un peu. Elle ne va pas mentir, elle a bien conscience que ce compagnon a beaucoup aidé son fils après la fusillade, lui a donné une occupation, du réconfort et quelque part, un nouveau sens des responsabilités et c'est une excellente chose (et la raison pour laquelle ce cabot est encore dans les parages.), ceci étant dit elle n’a jamais et ne sera de toute évidence jamais l’ami des bêtes. Son mari montre un intérêt plus poussé qu’elle au petit spectacle de son fils et alors qu’elle se contente de sourire, il l’encourage par les gestes avant d’essayer de lui faire admettre que finalement elle aimait peut-être bien l’animal. La Serbe réfute fermement l’accusation évidemment, il manquerait plus qu’il pense vraiment qu’elle ait changé d’avis et qu’il ait la bonne idée de lui en ramener un autre.  Menteuse !  Elle secoue la tête et vient défendre son opinion, histoire de bien le remettre sur le droit chemin, non, non et jamais, elle le tolère c’est bien différent de l’aimer et comme pour éviter le débat et surtout de voir le sujet s’étendre (bon et aussi parce qu’elle a soudainement envie de manger) elle envoie son mari dans la cuisine ou en tout cas tente de le faire. C’est qu’elle est bien installée sur le canapé.

La tactique ne passe évidemment pas inaperçu et le motard le lui fait bien remarquer avant de déposer un baiser sur ses lèvres, puis sur son front et de se lever pour aller appeler le petit à rentrer. Natalia se décale et vient caler son dos contre l'accoudoir du canapé et se ré-étend de tout son long sur le sofa. L'échange la fait sourire, heureusement que James est un peu plus à cheval qu'elle sur l'ordre sinon ils vivraient sûrement au milieu des jouets et des fringues. Parce qu'entre elle et son fils, ça pouvait vite devenir un champ de bataille et ce n'est que quand ça devenait un peu « trop » que la jeune femme se mettait en mode warrior du ménage. Ceci étant dit depuis le retour de James dans leur foyer, ça n'avait que rarement eu l'occasion d'en arriver là, parce qu'il aimait l'ordre. Tu veux un bavoir aussi chérie ou pas au passage ? Le rire de son fils se fait entendre avant qu’elle n’ait le temps de répondre quoi que ce soit. – T’as peur que je salisse ton canapé c’est ça ? Ca ira je te promets de faire attention. Elle jette un regard à son fils et secoue la tête en levant les yeux au ciel, ce qui fait ricaner le petit garçon qui entreprend d’essuyer les pattes de son chien sans tomber. Le mari revient dans leur champ de vision et dépose le goûter d’Eliott sur la table avant de venir tendre le bol à sa femme.  Merci ! Elle lui adresse un large sourire et se redresse un peu pour manger les céréales colorées et probablement bourrées de saloperies chimiques qui flottent dans le lait. Eliott se dirige vers a table son chien sur les talons et s’arrête en chemin pour jeter un œil à sa mère. – J’espère que t’as pas encore tout mangé, parce que c’est mes céréales du matin maman !  La jeune femme avale la bouchée qu’elle vient d’enfourner dans sa bouche et stop son regard dans celui de son fils. –Je vois pas du tout de quoi tu parles mon coeur ! Le petit vient coller ses poings sur ses hanches et la regarde en mode seriously ? ahah on se demande pas d’où il tient ça.  Ca la fait rire et elle se moque un peu gentiment de son garnement. – Ca va, ca va t’inquiète pas, j’en ai acheter un paquet d’avance, tu pourrais être plus gentil et partager avec ta mère d’amour quand même !  Le petit secoue la tête et va s’asseoir à table avec son père. – euh c’est un peu toi qui partage pas trop maman. Lance-t-il alors qu’il croque dans sa tartine. Elle jette un coup d’œil à James qui regarde son fils et hausse une épaule. – C’est arrivé deux fois, ca vaaaaa tous les deux là ! Elle se met à rire et avale une autre cuillère de céréale.

« Bon et après fini l’attente hein, on ouvre cette enveloppe. Tu préfèrerais quoi toi Eliott ?  Le petit garçon n'a visiblement pas besoin de réfléchir très longtemps avant de répondre enfin visiblement il s'empresse d'essayer de finir sa bouche pour le faire. - Un frère ! Comme ça je pourrais jouer au foot avec lui et aussi à la console et je pourrais lui montrer mes livres sur les dinosaures. Il avale une bouchée supplémentaire avec le sourire. - Tu sais que tu peux aussi faire tout ça avec une soeur Eliott. Les filles aussi peuvent s'intéresser au foot et aux dinosaures ! Il hausse une épaule. - Oui mais mon copain Mike il en a une de soeur et il dit que c'est chiant et qu'elle veut toujours jouer a la poupée et qu'elle chouine tout le temps !  Je préfère que ce soit un garçon du coup ! Natalia secoue la tête. - Mais est-ce que Mike a essayé de jouer au foot avec elle ou à la console ? Il fait mine de réfléchir. - Je sais pas trop ! La serbe adresse un regard à son mari, puis à son fils en penchant la tête sur le côté. - Ah ba tu vois ! Peut-être qu'il a juste pas essayer ou peut-être qu'il a une soeur nulle et c'est tout ! » Le petit se met à rire et elle fait signe à son mari de dire quelque chose, juste au cas ou.
(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
messages : 526
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Dim 10 Juin - 12:28


make it rain
ft. natalia & eliott

 « J’espère que t’as pas encore tout mangé, parce que c’est mes céréales du matin maman ! James laisse échapper un petit rire amusé et se contente de les observer, les écouter discuter. Il apprécie simplement les voir bouger, l’entourer de vie. Fort contraste avec la solitude de la prison, toutes ces fois où il s’est demandé ce qu’ils faisaient, où ils étaient, ce qu’ils se disaient… Il a de la chance aujourd’hui de pouvoir participer à ça, pouvoir en témoigner et savoir. Ça lui fait du bien, le soulage, l’apaise, c’est pourtant simple, rien d’extraordinaire dans une mise en scène familiale presque banale, juste un goûter. Alors il se contente de regarder, de s’imprégner, la main calée dans la fourrure blanche. Le chien a l’air aussi détendu que James alors qu’il pousse un soupir et se liquéfie à ses côtés — tout en veillant à garder le contact histoire de ne rien louper des caresses.

Lorsqu’il ouvre la bouche enfin c’est pour enfin mettre un terme au suspense qu’il se traine. James est patient de nature mais pas cette fois, il a envie de savoir. Et d’ailleurs, il s’enquiert de l’avis de son fils, lui accorde son attention et lui pose une question sans savoir à quoi s’attendre. Eliott ne met pas longtemps à lui répondre.

« Un frère ! Comme ça je pourrais jouer au foot avec lui et aussi à la console et je pourrais lui montrer mes livres sur les dinosaures. James laisse échapper un petit rire. Visiblement c’est une question à laquelle il a réfléchi par lui-même.
— Tu sais que tu peux aussi faire tout ça avec une sœur Eliott. Les filles aussi peuvent s'intéresser au foot et aux dinosaures ! James ne réplique rien, préfère les laisser parler, fait passer son regard de l’un à l’autre.
— Oui mais mon copain Mike il en a une de sœur et il dit que c'est chiant et qu'elle veut toujours jouer a la poupée et qu'elle chouine tout le temps !  Je préfère que ce soit un garçon du coup !  Deux dans la team garçon, un seul dans la team fille.
— Mais est-ce que Mike a essayé de jouer au foot avec elle ou à la console ? James sourit tranquillement, observe son épouse. Sa question fait réfléchir le petit garçon qui trouve surement dans l’argument de sa mère un nouveau point de réflexion. James est fier d’avoir un gamin qui pose des questions, autant aux autres qu’à lui-même, et même si c’est parfois fatiguant et qu’ils aimeraient le mettre sur pause… Le motard a confiance en son intelligence grandissante. Il aime lire et s’intéresse à plein de sujets. Il lui rappelle sa propre enfance, même s’il n’avait pas autant à disposition ni vraiment personne pour répondre à ses questions. James veut s’assurer de lui laisser la possibilité de réfléchir aux choses qu’il interroge, lui donner ce qu’il n’a pas eu, l’attention concrète d’un parent.
— Je sais pas trop !
— Ah ba tu vois ! Peut-être qu'il a juste pas essayer ou peut-être qu'il a une soeur nulle et c'est tout ! Le père et le fils se mettent à rire de concert et James redonne son attention à Natalia qui lui fait signe de rajouter quelque chose. Ce à quoi il réfléchit, laisse le petit finir de rire et de mâcher la bouchée de sa tartine, les joues pleines de chocolat. Le motard attrape une serviette et se penche pour en défaire les traces.
— Ça veut rien dire fiston, regarde je suis un garçon et pourtant est-ce que j’aime jouer à la console ? Le petit s’interrompt à nouveau, semble regarder ailleurs le temps de réfléchir à sa réponse.
— Bah tu joues avec moi !
— Parce que ça me fait plaisir de jouer avec toi mais tu sais bien que j’aime pas ça sinon ! C’est Tonton Josette qui préfère ! Eliott se marre, jette un œil à sa mère conscient qu’elle va surement jeter un de ses célèbres regards à son mari, comme chaque fois qu’il utilise n’importe quel prénom plutôt que Josef.
— C’est vrai.
— Du coup peut-être que si c’est une fille elle sera même plus forte que toi ! Peut-être même qu’elle réussira le niveau auquel t’es coincé…
— Non je serais plus fort !
— Hey tu sais quoi, peu importe lequel d’entre vous sera le plus fort parce que l’important c’est de s’aider pour le faire non ? C’est comme ça que ça marche dans une famille. Le blond laisse son fils méditer sur ses petites morales. Il est tout à fait sérieux dans ce qu’il raconte à son fils, il veut lui passer les valeurs qu’il considère comme levier au sein d’une famille, à peu près tout à l’inverse de ce que James et même Natalia aient pu vivre. Loin de la solitude et l’abandon, il veut apprendre à son fils la solidarité et le pardon. James est persuadé que c’est au sein de la famille qu’il pourra puiser la force d’avancer, comme il a pu le faire alors qu’on lui a ouvert les bras à ses quinze ans, puis plus tard lorsque Natalia s’est installée dans sa vie. T’auras qu’à voir avec tes tontons Josie ou Tomate, ils ont des sœurs tous les deux et ils s’entendent très bien avec. Il en est sur pour Thomas… pour Josef il ne sait pas trop mais il se doute que ça doit aller. Il a eu du mal à admettre que Josef est une bonne pâte finalement… erk, ce fichu poisson rouge. Et maman adoooooore tes dinosaures ! Elle adoooore quand tu lui poses toutes tes questions sur les diplodocus parce que c’est son dino préféré… hein maman ? » Il tourne son visage vers son épouse et lui adresse un gigantesque sourire de gros malin. Voilà, a elle maintenant la patate chaude de la grande passion du petit !

©️ code par Nostaw.

_________________
and let the clouds fill with thunderous applause, and let lightning be the veins that fill the sky with all that they can drop, when it's time to make a change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 517
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Ven 15 Juin - 0:48




Talia & James



Where we land

Treat me beneath this clear night sky
And I will lie with you
I start to feel those butterflies
When I’m next to you


Du coin de l'œil elle observe son mari essuyé les joues de leur petit garçon et elle sourirait bien, mais elle est trop occupée à littéralement ingurgiter les céréales qui se trouvent dans le bol que son mari lui a amené. C'est en ce moment le seul truc qu'elle a envie de manger de toute façon, alors qu'en temps normal c'est pas franchement quelque chose qu'elle apprécie plus que ça, mais la grossesse étant ce qu'elle est, elle s'empiffre littéralement quotidiennement. La jeune femme a bien conscience que ce n'est pas très très sérieux surtout vu le nombre de colorant et truc chimique là-dedans, mais ça pourrait être pire, elle pourrait avoir envie de truc qui la ferait ressembler à une montgolfière en deux temps, trois mouvements. « Ça veut rien dire fiston, regarde je suis un garçon et pourtant est-ce que j’aime jouer à la console ?  Ça la fait ricaner dans son coin, il fallait voir James jouer à la console, elle était sûre que si Josef le voyait il se ferait sûrement dessus tellement il était nul, mais il le faisait pour Eliott qui avait tendance à plus s'intéresser à sa console dernièrement qu'aux bouquins qui s'empilaient dans sa chambre.— Bah tu joues avec moi !  — Parce que ça me fait plaisir de jouer avec toi mais tu sais bien que j’aime pas ça sinon ! C’est Tonton Josette qui préfère ! Et voilà, exactement le fond de sa pensée, elle jette son éternel regard réprobateur à son mari sous le rire adorable de son petit garçon. Elle n'aime pas beaucoup quand il fait ca et il le sait, mais il ne s'en formalise pas pour autant. Natalia secoue la tête et s'en retourne à son bol de céréale, c'est pas comme s'il allait l'écouter de toute façon. Les deux garçons continuent leur petite discussion sur ce qu'une éventuelle petite sœur pourrait faire pour lui et si elle n'en a pas forcément l'air, elle écoute tout ça d'une oreille attentive, c'est mignon et elle apprécie que son mari essaye de transmettre ses valeurs familiales et fraternelles à Eliott, elle lui semble terriblement importante, surtout compte tenu du passif que tous les deux se traînent… C'est pour cette raison qu'elle essaye au maximum et comme elle le peux, d'intégrer l'enfant à sa grossesse et de le préparer à l'arrivée d'un autre enfant, à l'idée de devoir partager non seulement ce père dont il a manqué durant tant d'année et qu'il a finalement retrouvé il y a bien trop peu de temps et aussi la partager elle, elle qui l'avait toujours mis au centre de son univers, qui n'avait jamais eu d'autre inquiétude que lui et son bonheur. C'est une balance qu'elle imagine difficile à comprendre pour un enfant si jeune, mais elle tient à ce que leur famille soit soudée, elle veut que ses enfants soient proches, s'entraident, même si cela sera sûrement parfois à leur dépend.

Et maman adoooooore tes dinosaures ! Elle adoooore quand tu lui poses toutes tes questions sur les diplodocus parce que c’est son dino préféré… hein maman ?  Sale traître, il le lui payera plus tard pour sûr ! Elle colle un sourire sincère sur son enfant qui affiche toutes ses dents.– Bien sûr que j'aime quand tu me parles des dinosaures mon coeur et tu sais pourquoi ? Le blondine secoue la tête. Parce que tu sais plein de choses que je ne sais pas et que maman aime bien apprendre ET en plus j'aime bien les vieux trucs ! Elle fait mine de réfléchir un instant. Humm ça doit être pour ça que j'aime papa. Elle tourne son regard vers son mari et lui adresse un sourire amusé et malicieux. Take that ! Eliott porte sa main à sa bouche et se met à pouffer de rire en jetant un regard à son père. Natalia en profite pour se lever et vient poser son bol vide sur la table avant de dégager d'un geste le chien pour venir s'asseoir sur les genoux de son mari. Elle fait la maligne évidemment et vient passer ses bras autour de son cou. J'ai toujours eu un truc pour les types plus vieux de toute façon. Souffle-t-elle juste pour lui avant de se mettre à rire et tourne son visage vers son fils. Bon je sais pas ce que tu en penses Eliott, mais je trouve qu’il y a trop de suspens alors quand t’aura fini ton goûter t’auras le droit d’aller chercher l’enveloppe dans mon sac. Ses yeux s’écarquillent et il s’empresse de fourrer le reste de sa tartine dans sa bouche. Hey hey doucement t’étouffe par pour autant ! Évidemment c’est déjà trop tard pour le faire ralentir et il finit par ouvrir sa bouche terminée pour pouvoir filer récupérer le papier. La Serbe secoue la tête et lève les yeux au ciel avant de retrouver le regard de son mari. Il est pas très patient ce gamin…on se demande de qui il tient ! Y en a une autre dans le genre…elle écoute son mari avec attention, mais ils n’ont pas franchement le temps de s’étendre que le petit revient en faisant des petits bonds. – C’est booooooon je l’ai ! Elle lui adresse un sourire, puis un autre à son mari. – Ok moi je suis prête ! Papa ? James acquiesce à son tour et elle lève les sourcils vers son fils. C'est parti alors ! Le gamin sourit et ouvre finalement l'enveloppe avec une excitation non dissimulé. Il reste silencieux un instant, visiblement occupé à déchiffrer les lettres couchées sur le papier avant de pousse un petit soupir.– C'est une fiiiiiiiiiille !! » Crie-t-il à l'intention de ses parents. Un sourire vient finalement et quand même s'afficher sur son visage de bambin. Pas si déçu que ca au final apparemment.
(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
messages : 526
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Lun 18 Juin - 22:17


make it rain
ft. natalia & eliott

« Bien sûr que j'aime quand tu me parles des dinosaures mon coeur et tu sais pourquoi ? James est tout content de lui avoir refilé le bébé sans mauvais jeu de mots, parce que la passion du gamin est un sujet au cœur de leur quotidien. Lui et ses questions, ses interrogations quotidiennes, ses petites découvertes et ses récits qu’ils connaissent maintenant par cœur. Parce que tu sais plein de choses que je ne sais pas et que maman aime bien apprendre ET en plus j'aime bien les vieux trucs ! Bah tiens ! Le blond se marre à couvert, ne voudrait pas offenser le gamin car même si entendre parler des dinosaures 24h/24h, 7j/7 est quelque chose qui parfois peut parvenir à les mettre à bout, ils sont tout les deux d’accord sur le fait de l’encourager à s’instruire de lui-même et à pousser sa curiosité pour qu’il puisse s’épanouir. Humm ça doit être pour ça que j'aime papa.
— Hey ! Bam, et voilà. Au moins elle a de la répartie c’est ce qu’elle se dit. Mais il ne lui en veut pas très longtemps de toutes façons alors qu’elle finit par se lever et venir s’installer sur ses genoux après avoir dégager le chien sans plus de cérémonie. L’animal n’en demande pas plus et se contente de s’allonger au sol et piquer un somme en attendant.
— J'ai toujours eu un truc pour les types plus vieux de toute façon. James secoue la tête de gauche à droite, lève les yeux au ciel en direction de son fils qui au moins, lui, se marre. C’est à lui qu’elle adresse ses mots, il a bien entendu ce qu’elle a dit et la fera payer plus tard les terribles affronts faits à son jeune âge et à sa plastique parfaite. Bon je sais pas ce que tu en penses Eliott, mais je trouve qu’il y a trop de suspens alors quand t’aura fini ton goûter t’auras le droit d’aller chercher l’enveloppe dans mon sac.
— Bonne idée ça, maman ! Le blond glisse son bras autour de la taille de son épouse et, comme à son habitude, fais glisser ses doigts sur la peau qu’il a à portée. Le petit se met à manger son goûter comme un morfale et Natalia le rappelle à l’ordre mais ça ne l’empêche pas de continuer à tout fourrer dans sa bouche, soudain pressée surement très emballé à l’idée de découvrir s’il aura un frère ou une sœur.
— Eliott, doucement ! Mais ça ne fait rien non plus, le gamin mange à toute vitesse et finit par se lever pour aller chercher l’enveloppe. James pousse un soupir, bousculé par toute cette nouvelle énergie alors que lui n’en a pratiquement plus à ce stade et redonne toute son attention à son épouse.
— Il est pas très patient ce gamin…on se demande de qui il tient !
— Si je devais donner mon avis, plus de toi que de moi, regarde comme il fait son petit malin sans aucun regard pour les conséquences. Il hausse les sourcils à cadence régulière, joue d’une petite mise en garde alors qu’il réagit aux petites attaques amusées de son épouse, faites un peu plus tôt dans leur conversation. Mais Natalia n’a pas le temps d’ouvrir la bouche pour répondre à sa légère provocation qu’Eliott revient à toute vitesse avec l’enveloppe dans les mains, tout sourire.
— C’est booooooon je l’ai !
— Ok moi je suis prête ! Papa ? James acquiesce et se redresse un peu dans son siège, garde son épouse contre lui car, on ne sait jamais, peut-être serait-elle déséquilibrée et pourrait basculer en arrière… Son attitude devenue plus que protectrice inclus ce genre de comportements quotidiennement. Il est devenu plus prudent encore, plus prévenant, moins patient avec les petits tracas du quotidien qui entoure son épouse. Il essaie d’être là le plus possible, de la débarrasser des ennuis avant même qu’ils n’arrivent. C'est parti alors ! Le silence se fait alors qu’Eliott se met à ouvrir l’enveloppe. Voilà ce qu’il attendait depuis tout à l’heure, depuis qu’ils sont sortis du médecin en réalité. Il veut savoir, n’aime pas attendre. L’enfant ouvre donc le morceau de papier et se met d’abord à déchiffrer les lettres avant d’annoncer avec une subtilité propres aux enfants (en criant quoi) : C'est une fiiiiiiiiiille !! »

Le sourire de James s’agrandit immédiatement et il fait un petit geste de victoire qui ressemble étrangement à celui de son fils, poing serré et coude tiré vers le sol. Son cœur bondit dans sa poitrine et une vague de bonheur frappe contre ses côtes.

« Content quand même fiston ?
— Oui quand même ! Le motard attrape son fils et l’entoure de son bras libre, embarque son épouse et son garçon dans une étreinte enthousiaste. Il dépose un baiser sur le sommet du crâne de sa progéniture et le laisse enfin partir, pauvre petit garçon assailli par l’amour de ses parents.
— Et toi maman, contente ou pas ? Il adresse un sourire quant à lui ravi à son épouse, sincèrement heureux de cette nouvelle. Son cœur semble palpiter plus vite qu’à l’accoutumée, il se sent rempli d’une émotion qu’il a du mal à cacher. Une fille, un garçon, parfait. James a l’impression d’être béni par il ne sait quel puissance éventuellement supérieure, s’il y en existe une. Il a envie d’aller annoncer la nouvelle à n’importe qui pourrait l’entendre. Il attrape d’un geste tranquille le visage de son épouse et dépose un baiser sur ses lèvres avant même d’entendre sa réponse. Il dépose une main sur l’épaule de son fils qu’il serre affectueusement alors qu’il est collé à sa mère (comme d’habitude !) et lui sourit également. Ah, tu vas devoir être un grand frère exemplaire, hin ? Va falloir la protéger et l’aider ! Mais comme t’es super fort ça devrait aller nan ? Tu me montres tes muscles voir s’ils sont gros comme les miens ? L’enfant ricane et soulève son bras puis remonte la manche de son t-shirt et serre le poing, tout fier.
— Ahhh, bah voilà ! Parfait ! James dépose une caresse du pouce sur la joue de son garçon et sourit toujours plus. Sa famille s’agrandit et ils s’embarquent maintenant dans l’éducation d’une petite fille, c’est tout ce qu’il voulait pour l’avenir. Maintenant qu’on sait que c’est une fille, tu pourras nous aider à choisir un prénom, tiens, t’en penses quoi maman ? »

©️ code par Nostaw.

_________________
and let the clouds fill with thunderous applause, and let lightning be the veins that fill the sky with all that they can drop, when it's time to make a change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 517
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Mar 26 Juin - 22:39




Talia & James



Where we land

Treat me beneath this clear night sky
And I will lie with you
I start to feel those butterflies
When I’m next to you


Elle gigote et essaye de s’installer de façon un peu plus confortable sur les genoux de son mari dont la main est venue s’apposer dans le bas de son dos pour lui donner un minimum d’équilibre, la jeune femme passe son bras par dessus son épaule et glisse sa main sur la nuque du motard qui s’empresse de répondre à sa question qui n’en était pas vraiment une. De la provocation ni plus, ni moins et ca la fait sourire alors qu’elle secoue légèrement la tête à la négative, elle n’a pas le temps de lui répondre que ce qu’il décrit est un parfait reflet de sa propre personne et non de la sienne, car coupée dans son élan par leur petit garçon qui revient à grand pas et bruyamment. L’excitation d’Eliott lui réchauffe le coeur et la rassure aussi, ce n’est pas un petit changement qui les attends et si jusqu’ici elle donne le change, elle n’en est pas moins terrifiée. Il y a plus d’une raison à ca, mais elle préfère les taire en espérant qu’elles finiront juste par s’éteindre. Natalia réajuste sa position et se tourne légèrement vers son fils à qui elle annonce qu’elle est fin prête à découvrir le sexe du bébé, James à son tour acquiesce et le petit s’empresse d’ouvrir l’enveloppe et d’en extirper le morceau de papier qu’il déchiffre en fronçant les sourcils. Il en est encore à tâtonner niveau lecture, il se débrouille bien c’est évident, mais ca prend parfois du temps, surtout quand il excité ou peu concentré comme c’est le cas en l’instant. Puis finalement le couperet tombe…une fille. Elle aurait penser être déçue, mais ce n’est pas le cas, elle se rend compte qu’elle s’en fiche un peu au final, c’est vrai qu’elle s’était mise en tête que ce serait un autre petit garçon et c’était une idée à laquelle elle s’était attaché elle s’en était vite rendu compte quand à chaque fois qu’elle parlait du bébé, elle se projetait avec un fils, mais le sourire qui s’affiche sur ses lèvres est sincère et naturel.  Machinalement, elle jette un coup d’œil à son époux qui évidemment affiche un air triomphant et enchanté, de ceux qu’elle ne lui avait pas vu porter depuis longtemps. « Content quand même fiston ? — Oui quand même ! répond le petit garçon qui n’a pas l’air si déçu que ça, elle se dit que l’excitation compense un peu beaucoup le reste et que dans tout les cas ils leur restent encore pas mal de temps pour l’y préparer.

Sans vraiment savoir comment elle se retrouve au milieu d’une étreinte familiale qui bien sûr ne dure qu’un quart de seconde avant que le plus jeune ne se faufile ailleurs que dans les bras de ses parents. — Et toi maman, contente ou pas ?  Natalia pose une main sur son ventre et la fait glisser dans un geste régulier. – Maman est contente répond-elle dans un sourire sentimental. Même si j’avait tout faux...pour une fois ! Précise-t-elle en levant un sourcil amusé. Eliott qui avait été récupéré le bout de papier sur la table, l ‘avait finalement de nouveau abandonné sur la table pour venir se coller contre elle et touché du bout du doigt son ventre. Ah, tu vas devoir être un grand frère exemplaire, hin ? Va falloir la protéger et l’aider ! Mais comme t’es super fort ça devrait aller nan ? Tu me montres tes muscles voir s’ils sont gros comme les miens ?  Il laisse immédiatement tomber l’intérêt qu’il portait à sa mère pour se reculer et jouer les gros bras avec son père. De toute façon dès que James ouvrait la bouche y avait peu de chance qu’Eliott calcule quoi que ce soit d’autre. Ca fait dans le cas présent beaucoup rire la mère de famille qui trouve son bambin parfaitement adorable. (comme d’habitude certes, mais encore plus là tout de suite.) Maintenant qu’on sait que c’est une fille, tu pourras nous aider à choisir un prénom, tiens, t’en penses quoi maman ?  

Natalia jette un regard accusateur à James. La bonne idée tient ! Comme ça il vont se retrouver avec des propositions  du genre Rebelle ou Moana ou un truc de dessins animés. Bravo, super ! Elle force un sourire qui au vu du visage ravie de son gamin devient un peu plus réel. – Évidemment, si tu as des idées mon coeur tu nous  le dis et on verra si ca nous plait, mais c’est quand même papa et maman qui choisiront  d’accord! Elle préfère mesurer les attentes de  l’enfant, qu’il ne se retrouve pas désappointé si ses choix ne sont pas retenue, ce qui est il faut l’admettre plus que probable.  – Okay je vais réfléchir alors. Il le fait dans la seconde d’ailleurs, mais son chien vient lui courir dans les pieds et le distrait aussi sec. La sœur de Mike elle s’appelle Rosie, j’aime pas trop c’est un peu moche. Natalia se met à rire et jette un coup d’œil à son mari et lève une épaule. Il joue à faire sauter son chien et le cabot se met à courir partout. Peut-être on peux l’appeler comme toi maman, moi j’aime bien ton nom il est jolie. Cet enfant est vraiment trop mignon. – C’est gentil ahah mais non on peut pas l’appeler comme moi trésor ! mais t’inquiète pas tu as le temps d’avoir des idées et si tu n’en as pas c’est pas grave.  Un bruit sourd lui fait soudainement tourner la tête, tandis qu’Eliott porte sa main à sa bouche qui s’est étiré en O.  Le chien avait finir par faire tomber le verre que Natalia avait laisser ce midi sur la table basse et celui-ci s’était renversé partout sur le sol.  La Serbe pousse un soupir audible.  Fait sortir ton chien Eliott, visiblement il a envie de courir. La moue de l’enfant disparaît alors qu’il tape contre ses cuisses pour faire venir l’animal. – Je peux allez avec lui un peu ? Elle hoche la tête alors qu’elle se lève. – Pas trop longtemps t’as tes devoirs à faire après et met ton manteau et ton écharpe ! Lorsque la porte fenêtre se referme elle se retourne vers son mari. Je déteste ce chien ! Natalia se dirige vers la cuisine pour attraper une serpillère et de quoi ramasser les éclats de verre, mais James les lui prend des mains. Mains qu’elles lèvent devant elle en signe de replis. Je vais pas t’empêcher de faire le ménage â ma place, je t’en pris chéri ! Elle dépose sa main sur son bras et la fait glisser avant d’aller ramasser les vestiges du gouter de son fils et du sien qu’elle vient déposé dans l’évier. Du coup t’es prêt à appeler ta fille Moana ou Cendrillon ? Un rire cristallin s’échappe de sa bouche et elle vient rejoindre son mari qui s’active au sol. Je pense que tu devrais enlever ta chemise pour faire ça. Elle lève ses sourcils avec un air mutin. Ce serait dommage de la mouillée… »
(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
messages : 526
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Jeu 28 Juin - 14:25


make it rain
ft. natalia & eliott

« Évidemment, si tu as des idées mon coeur tu nous le dis et on verra si ca nous plait, mais c’est quand même papa et maman qui choisiront d’accord !
— Okay je vais réfléchir alors. » James suit l’échange de sa femme et son fils avec un petit sourire léger. Ses pensées sont accaparées par la nouvelle, l’idée d’avoir une fille et malgré lui il est déjà en train d’essayer de composer le visage de leur deuxième enfant. Il profite de ce moment léger, heureux, avec un délicieux plaisir. Il se dit que c’est presque comique, qu’un hors-la-loi, un KOS, habitué à manipuler les armes et les chairs se retrouve à prier pour des moments de vie simples, comme ceux-ci. Il n’y a rien de banal à cet instant, ils vont avoir un enfant, c’est un miracle que James attend avec impatience. Il essaie de faire abstraction des ombres noires sur le tableau pour se concentrer sur ce positif, bascule son deuil inachevé dans un espoir vibrant de voir leur bébé.

Son attention est rattrapée par un bruit soudain et les deux parents tournent leur tête dans un même geste en direction du petit qui affiche un air surpris et à moitié coupable, attendant visiblement la sentence. Un verre est renversé et James comprend que l’excitation du chien encore jeune est la cause du bazar. Alors il soulève son regard vers sa femme qui ne s’est toujours pas faite à l’idée d’avoir l’animal dans les pattes. James adore son chien, Eliott également, c’est pourquoi elle ne dit rien, il le sait. Tout comme lui, Natalia a remarqué à quel point il aide Eliott à aller mieux après les nombreux traumatismes. Il s’attend alors à ce qu’elle grogne mais les mots qui sortent de la bouche de son épouse lui tirent un sourire, plutôt.

« Fait sortir ton chien Eliott, visiblement il a envie de courir.
— Je peux allez avec lui un peu ?
— Pas trop longtemps t’as tes devoirs à faire après et met ton manteau et ton écharpe ! » Ce qu’il exécute rapidement et court bientôt à l’extérieur pour jouer avec Fish. Dès qu’il ferme la porte vitrée, Natalia s’exprime sur son amour pour le chien et James éclate d’un rire franc alors qu’elle tire une moue en accord avec son discours. Il l’observe se lever, se diriger vers la cuisine et revenir avec de quoi nettoyer le bazar provoqué par l’enfant et le chien. Ce à quoi il réagit quasi-immédiatement en se levant lui aussi et lui retirant les outils.

« Je vais pas t’empêcher de faire le ménage â ma place, je t’en pris chéri ! » Le blond lui adresse un sourire et secoue la tête de gauche à droite alors qu’il se met au travail. D’abord, il ramasse les éclats de verre un par un. Il déteste ces trucs là, de mauvaise qualité, le verre se brise en millier de petits morceaux dangereux. Il pousse un soupir et son épouse revient dans l’espace du salon.

« Du coup t’es prêt à appeler ta fille Moana ou Cendrillon ? » James laisse échapper un rire avec elle et lui jette un regard amusé. Les morceaux de verre ramassés, il s’active maintenant à nettoyer la flotte partout. Ça lui fait penser quelques secondes au dégâts des eaux dans l’ancien appartement de son épouse, qui les avait poussé à se loger au-dessus du garage avant d’arriver ici. Avant que son père ne meurt et sa mère se ramène.

« Je pense que tu devrais enlever ta chemise pour faire ça. Le motard s’arrête dans ses gestes et se redresse, à genoux près de la table. Il l’observe avec son air de petite maligne. Ce serait dommage de la mouillée…
— Subtile, Manning. » Il se marre alors qu’il lui adresse un regard tout aussi malin, se penche à nouveau pour terminer son petit ménage. Un homme un peu maniaque qui finit par se relever et récupérer les jouets de Fish sur son passage pour les balancer dans le petit bac prévu pour leur rangement.

« T’inquiètes pas mon amour, j’irais prendre ma douche après et je gratifierais toute ta soirée de mes abdos. » James n’étant pas du tout pudique a l’habitude de se balader torse nu chez lui, pour le plus grand plaisir des yeux de sa femme, et des petites mains de son fils qui se dit qu’il est plus facile ainsi de lui faire des guilis. Lorsqu’il revient dans le salon, c’est pour se diriger vers son épouse qu’il saisit par les hanches pour la rapprocher de lui. Il fait glisser ses mains dans son dos et l’enferme contre lui, dépose ses lèvres sur les siennes pour ensuite tracer un chemin de baiser dans son cou. Il s’y attarde, respire le parfum adoré, remonte le long de sa mâchoire pour l’emporter à nouveau dans un baiser qui se veut léger mais impatient. Lorsqu’il la laisse enfin tranquille c’est pour lui adresser un petit sourire de malin accompagné d’un regard enflammé. Il vient glisser une mèche débraillée derrière son oreille et replacer sa main dans le bas de son dos. « Je serais là, incroyablement beau, une tentation se baladant dans ta maison sans pouvoir en profiter ! » Le naturel revient au galop et le motard se met à plaisanter, fait glisser sa main gauche dans l’air comme s’il dépeignait un paysage ou donnait un titre à une pièce de théâtre. « Et, pour revenir aux idées de ton fils, c’est dans l’idée de l’intégrer dans le choix mais clairement si on pouvait l’éviter de l’appeler Cendrillon ou « caillou » après le scandale « Fish » ça m’arrangerait. » Il se marre à nouveau, attrape le menton du mince visage de sa femme pour à nouveau y poser un baiser.

« Tu veux t’assoir un peu ? J’ai tout le temps pour toi ce soir, t’as envie de faire quelque chose ? Eliott va faire ses devoirs, moi je ferais à manger… C’est le moment d’en profiter Madame. » A ses mots il remonte ses mains le long de son dos en appuyant ici et là, lui donnant l’aperçu du traitement royal qu’il lui réserve. Il sait qu’il n’est pas là souvent, la plupart de leurs moments interrompus par des appels du Home ou du club. Alors ce soir, dans la joie d’un moment heureux, il décide qu’elle a bien le droit à toutes les attentions du monde après tout, elle porte leur fille et c’est déjà un travail conséquent.

©️ code par Nostaw.


_________________
and let the clouds fill with thunderous applause, and let lightning be the veins that fill the sky with all that they can drop, when it's time to make a change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 517
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Sam 7 Juil - 23:43




Talia & James



Where we land

Treat me beneath this clear night sky
And I will lie with you
I start to feel those butterflies
When I’m next to you


James se redresse et lui adresse un regard du genre « vraiment ? » avant de lui rétorquer que c'est subtil à souhait. Ça la fait sourire alors qu'il se remet au travail et termine de nettoyer les conneries de son chien, oui parce que bon ou mauvais Natalia ne considère jamais vraiment l'animal comme le sien, c'est avant tout celui de son fils et l'excellente idée de son mari, en aucun cas la sienne. Elle fait avec parce que d'une, elle ne l'a pas non plus en horreur il ne faut pas exagérer et deuxio elle sait à quel point la présence de ce chien a pû aider son fils à passer outre beaucoup de choses : Les cauchemars et les idées noires en tête de liste, ça lui avait permis de se concentrer sur autre chose, de mettre son énergie au profit de 'éducation du chiot, d'y trouver quelque chose de réconfortant et de protecteur pour calmer ses nuits perturbées. En cela elle faisait l'effort d'accepter la présence de Fish et si elle avait pensé s'y attacher, elle n'avait pas jusque là l'impression que ca avait été le cas. La jeune femme jette un regard à l'extérieur ou son fils cours dans un sens puis dans un autre la bestiole sur ses talons, son visage rieur lui tire un léger sourire. « T’inquiètes pas mon amour, j’irais prendre ma douche après et je gratifierais toute ta soirée de mes abdos. Une exclamation amusée s'extirpe de ses lèvres et elle secoue doucement la tête à la négative. - le mot que tu cherches c'est se pavané chéri ! Pour changer de tes habitudes ! Elle jette un coup d'oeil derrière son épaule en direction de son époux qui revient vers elle. Ce n'était pas une nouveauté il était non seulement le maniaque de la maison, mais aussi le plus narcissique sans aucun doute, m'enfin c'était là un signe distinctif des KOS comme le répète souvent Judith. Il la rejoint et l'attrape par les hanches pour la ramener contre lui et déposer un baiser sur ses lèvres, enfin déposer tout est relatif, parce que c'est là un baiser qui n'a strictement rien de très chaste, la Serbe remonte ses bras, derrière sa nuque et le laisse volontiers faire lorsqu'il dévie un peu et vient tracer un chemin le long de son cou où il s'attarde un peu avant de rejoindre sa mâchoire, elle laisse échapper un soupir alors qu'il vient retrouver une nouvelle fois ses lèvres. Lorsque finalement il les quitte c'est de nouveau pour faire le malin. Signature move ultime. Je serais là, incroyablement beau, une tentation se baladant dans ta maison sans pouvoir en profiter !  Il accompagne la parole par des gestes forts dramatiques et elle hoche d’un grand coup la tête, pas franchement convaincue, pas par le fait qu’il sera beau, mais qu’elle ne pourra pas en profiter, enceinte ou pas c’est pas franchement ça qui l’arrête et tant qu’elle sera capable de pouvoir en profiter elle le fera sans se priver. – Ah oui ? Je vois franchement pas pourquoi je pourrais pas en profiter jte signale ! Ses doigts s’entrelacent sur la nuque du motard et elle hausse les sourcils un brin de provocation dans le regard. T’es obligé de faire ce que je veux jusqu’à la naissance de ta fille, c’est le deal ! Son sourire est glorieux et elle ricane un instant avant de lui rendre sa liberté sans pour autant nécessairement s’éloigner. Il secoue la tête à la négative sans se défaire de ce sourire enjôleur dont il a toujours su parfaitement se servir. - Pour revenir aux idées de ton fils, c’est dans l’idée de l’intégrer dans le choix mais clairement si on pouvait l’éviter de l’appeler Cendrillon ou « caillou » après le scandale « Fish » ça m’arrangerait. Bon okay elle doit bien avouer que le choix d'Eliott concernant le nom de son chien était particulier, mais elle trouvait ça très drôle pour sa part, beaucoup moins s'il proposait réellement d'appeler sa petite soeur caillou évidemment. - Justement après Fish tu penses vraiment que c'est une bonne idée de lui faire choisir un nom ?Vraiment James ? Elle se met à rire et il en profite pour reprendre la parole et lui offrir tout son temps sur cette fin de journée, apparemment il n'a pas l'intention d'aller de sitôt au Homewrecker et il associe les gestes à ses mots encore une fois. T'as gagné le droit de lui expliquer pourquoi sa petite soeur ne peux pas s'appeler XBOX ou caillou si l'occasion se présente. Elle lève ses mains devant elle en signe de défense. Je refuse toute implication quand tu provoqueras un énoooorme élan de déception dans son petit coeur. Elle en fait des caisses et tâche de garder son sérieux, ce qui ne dure pas très longtemps comme d'habitude. Hum..elle étire sa nuque. Je veux bien que tu continues ça sur le canapé, j'ai mal au dos ce seras pas de trop, ensuite...je ne sais pas on verra si je m'endors pas douze fois d'affilés pour commencer... » parce que c'était ça sa vie maintenant, dormir...dormir...dormir et à oui dormir.

Fin du sujet
(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: where we land ø nat   

Revenir en haut Aller en bas
 
where we land ø nat
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» tutorial chariot de guerre sur base de land raider
» land speeder dark eldar
» Plusieurs land raider
» Comment détruire les Land Raider ???
» Quête à Weed Land

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: West Side :: LOGEMENTS-
Sauter vers: