Partagez | 
 

 Un nouveau départ

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar



crédits : Zuz'
messages : 361
quartier : Dans un studio. Downtown, the loop.

MessageSujet: Un nouveau départ   Dim 1 Juil - 15:57

Les débuts
EXORDIUM.


La journée commençait mal. La voiture de Laura faisait encore des siennes, la demoiselle sentait arrivait les factures douloureuses pour réparer son moyen de locomotion. Pour la peine elle avait décidait de venir par d'autres moyens et autant dire que par cette chaleur cela devenait compliqué de marcher dans les rues de Chicago. Sa tenue devait jouait également la-dedans. Un short en jean taille haute avec un débardeur rose pâle, rentré à l'intérieur, portant le nom du petit restaurant où elle travaillait depuis maintenant deux ans. Laura, jeune fille assez mignonne sans aucune connaissance de son potentiel physique. En rentrant dans le diner, elle alla rapidement saluer le cuisinier et la seconde serveuse qui travaillait avec elle aujourd'hui. Il n'y avait pas à se plaindre, ses patrons étaient relativement cool et ses collègues super sympa. Il y avait toujours de quoi rire ici. Et pour être honnête les clients chiants étaient présents mais n'avaient pas trop d'incidence sur le service, il était rare que les clients dépassent la limite. Il y a pas longtemps, l'un deux l'avait dépassé et quelqu'un s'était interposé. Ce quelqu'un n'était autre qu'un garçon qui avait d'ailleurs finit par devenir un ami. Il était assez marrant, intéressant, gentil...un garçon bien. Enfin en tout cas avec elle. Pour l'instant.

Il faisait chaud, les gens préféraient étaient présents et après quelques heures de rush, Laura put enfin soufflé quelques instants, accoudé sur le comptoir intérieur au comptoir, là ou le serveur était venu lui parler. C'était un homme d'une vingtaine d'années comme elle, qui adorait lui raconter ses conquêtes masculines et faire des commentaires sur certains clients sexy. D'ailleurs, tandis que la cloche de la porte se déclencha, il rigola discrètement puis salua le client dos à Laura avant de se mordre la lèvre: "Rohlala, lui j'aimerai bien lui enlever sa veste...Un peu trop jeune pour moi mais dans cinq, dix ans, je le mange." Laura se retourna en rigolant avant de se rendre compte qu'il parlait de Donald, ce fameux client devenu un ami. Laura regarda le cuisinier, la tête penchée et avant même qu'elle puisse lui dire quelque chose il la poussa vers la salle: "Je rigole je te le laisse ton prince charmant." Laura manqua se tomber mais se rattrapa de justesse au comptoir comme si de rien était, rougissant probablement avant de se racler la gorge et de redresser son torse.

" Salut Donald, ça va? Pas trop chaud?" Elle était au niveau de lui, arrivant par derrière alors qu'un autre jeune l’appela. "Excuses-moi, je reviens." Elle se dirigea vers le blondinet pas très loin de là pour l'encaisser. Celui-ci tenta de la draguer mais Laura refusa rapidement de lui donner son numéro de téléphone et le jeune homme s'en alla sans jeter un dernier regard éloquent vers elle. Ce genre de chose arrivait très rarement ou plutôt Laura ne voyait pas forcément qu'on la draguait. Elle retourna voir Donald après être allé chercher sa commande, celle qui était automatiquement lancée quand il pénétrait dans le restaurant.

"Steack saignant, frites, mayonnaise, eau gazeuse et..." La serveuse enlevait tout de son plateau pour lui mettre devant lui puis s'empara d'un de ses dessert préféré: "Milkshake à la fraise. Bon appétit." Elle s'apprêtait à partir pour le laisser manger en paix quand elle revint sur ses pas, puis vint se planter devant lui, son plateau dans les mains: "Dis...je me disais..." Elle se mordilla la lèvre inférieur puis observa autour d'elle avant de s'assoir sur la banquette face à lui: "Tu peux dire non, c'était juste au cas où. Je me disais. Enfin tu sais?" Il fallait parfois que l'on traduise Laura. Elle se dit qu'elle supposait déjà que son ami refuserait, elle n'avait même pas posé la question. Elle le comprit quand Donald la regarda avec un air interrogateur. "Oh oui pardon, il y a un film assez sympa qui sort cette semaine, ça te dirai? Je me doute que tu as d'autres choses à faire mais je trouvais ça sympa. En tout cas quand j'y ait pensé ça l'était, désolé."


_________________

Cette douleur je ne peux pas t'en parler.
J'aime mieux que tu ne saches pas qu'elle existe
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Eriam & Tumblr
messages : 44
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Sam 7 Juil - 15:10



Un nouveau départ

Laura & Donald



Elle était sans cesse dans son esprit, trop souvent se disait-il, trop souvent, alors que pourtant, il savait qu'elle ne devait pas être la priorité, sa priorité, mais elle était là, dans un coin de sa tête, et plus il y pensait, plus elle entrait ailleurs, dans son coeur. Il savait que s'il fallait choisir entre elle et les KOS, il devrait choisir les KOS, s'il devait choisir entre elle et son frère, il ne savait plus qui aurait la priorité, car entre la sang et l'amour d'une autre, le dilemme était grand. Mais jusqu'à présent, il n'y avait pas eu de dilemme, rien de ce genre là, et il espérait que cela en soit ainsi pendant encore de longs mois. Il ne savait pas le traitement que les KOS pourraient lui réserver, dans quelques temps, lorsqu'il réussira à passer la barre fatidique du prospectorat. Pour le moment, c'est un simple prospect, qui n'a aucune influence, qui dit oui à tout ce qu'on lui demande, qui fait profil bas, tout en observant attentivement tout le monde, en observant les grosses brutes qui frappent avant de véritablement réfléchir. Lui, il n'est pas comme ça, il est plus réfléchi, il en a plus que la plupart dans le cerveau, mais il préfère ne pas s'amuser, pour le moment, à jouer à celui qui a la plus grosse. Alors, ce soir, il a décidé d'aller manger, un peu plus tard qu'à son habitude sur le lieu de travail de Laura. Il sait qu'il vient à la fin de son service, mais c'est totalement volontaire, car il faut qu'ils parlent, qu'ils mettent des mots sur ce qu'il y a entre eux, car s'ils s'apprécient, est ce que c'est seulement un passage qui ne durera pas, ou est ce que c'est plus durable ? Donald préfère ne pas faire de plans sur la comète, mais il ne veut pas non plus jouer au plus grand des imbéciles qui jettera la jeune femme comme si elle était une chaussette puante. Elle n'a pas eu une vie facile de ce qu'il sait. Ils sont fait dans un bois similaire, ils ont un boulot alimentaire mais vouent de plus grandes ambitions dans ce bas monde. Il arrivait donc, prenant sa place habituelle, place qui semblait lui être réservée car depuis qu'il venait ici, il n'avait jamais vu quelqu'un s'y assoir avant lui, comme si elle était marquée de son empreinte. Cette réflexion le fit sourire lorsque la belle Laura arriva pour prendre sa commande, enfin pour lui demander ce qu'il allait prendre. Elle le savait à force, toujours la même chose, toujours, alors il n'avait qu'à claquer des doigts pour que cela arrive sur sa table, enfin presque. Il lui souriait donc.

" Salut ! Moi ça va bien, un peu chaud mais c'est la saison après tout. Et toi ? Le service s'est bien passé ce soir ? "

Il faisait occurrence à de potentiels clients pénibles comme ce qu'il y avait eu, il y a quelques mois maintenant. Il avait pris sa défense car le client agissait d'une façon tout à fait irrespectueuse. Elle alla encaisser un client qu'elle avait servi précédemment sans doute. Il observait toujours les hommes qui étaient là, et celui-ci semblait en vouloir après elle, comme beaucoup trop à son goût. Il faut dire qu'elle était belle Laura, l'une des plus belles que la terre puisse avoir donnée. Il le savait, il était sous son charme et il pensait croire que la réciproque était vraie, à en croire sa façon de faire, le fait que sa commande soit passée sans qu'il ne dise plus rien. Les signaux semblaient être au vert pour que leur amitié devienne plus que cela, mais il ne voulait pas mal faire, mal agir, même si ce soir, il avait une idée en tête. Elle lui apporta donc sa commande. Il allait attendre de finir pour lui parler, mais visiblement, elle allait faire un pas de plus vers lui pour le conforter dans son choix. Elle tenta de communiquer de façon étrange, il la regarda, non surpris, mais légèrement perplexe car elle n'exprimait pas vraiment ce qu'elle voulait lui dire. Mais elle finit par se reprendre pour lui dire ce qu'elle désirait. Elle était cependant confuse, elle n'avait pas l'habitude, elle n'était pas très sûre d'elle. Il lui prit alors la main droite dans sa main gauche à lui.

" Cela me ferait très plaisir d'aller voir ce film avec toi. "

Et un petit clin d'oeil se fit alors qu'il relâcha sa main pour la laisser aller dans le petit restaurant, pour servir d'autres clients ou simplement aller se cacher en cuisine tellement elle allait se mettre à rougir. Il ne savait de quel film elle parlait, peut être qu'il n'aimerait pas, mais c'était un pas dans la direction qu'il désirait. Alors, il n'allait pas dire non, pour un "premier rencard" cinéma, n'est ce pas ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Zuz'
messages : 361
quartier : Dans un studio. Downtown, the loop.

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Dim 8 Juil - 22:19





Cela faisait plusieurs mois désormais que Laura avait rencontré Donald. Au départ il était revenu pour prendre de ses nouvelles alors que c'était lui qui avait finit blessé lors de leur premier véritable échange verbal. Et puis tout cela, ça c'était transformé. Il venait toujours régulièrement, toujours à la même heure, et puis il a commençai à délier un peu sa langue en la raccompagnant chez elle ou autre part. Ils ont finit par se raconter un peu leur histoire. C'était assez choquant de voir qu'ils avaient eu un peu le même parcours. Laura ne connaissait pas encore les défauts de son ami. Elle se posait souvent des questions sur son caractère, ses pensées, ses ambitions. Qu'allait-elle supporter ou la freiner? Elle savait, ou en tout cas elle avait l'impression qu'elle lui plaisait mais il ne faisait rien. Quand je dis qu'il ne faisait rien, c'est qu'il n'avait jamais eu un geste déplacé, ils ont déjà été proches, une accolade comme des amis...des amis fusionnels. Le soucis c'est que dès que son manque de confiance refaisait surface elle imaginait qu'elle se faisait des films et tenter de ne plus penser à ce garçon. Il était toujours gentil avec elle, prévenant, doux, elle savait qu'il la surveillait d'un coin de l’œil. Ils n'étaient pas ensemble mais elle se sentait importante quand il était là.

Son cœur s’emballât et elle plongea son regard dans le sien quand il lui saisit la main pour la tenir. Un sourire se dessina sur son visage instinctivement sans qu'elle ne sache exactement pourquoi. Il avait ce don pour lui faire sentir qu'elle avait raison sur ses interrogations à ce sujet. Elle souffla un bon coup, rassurée avant de juste sortir un "Ok" entendu à Donald. "C'est un film à la 50 nuances de Grey" C'était faux, elle n'aimait pas ce genre de film, surtout dans une salle de cinéma, observée par tout le monde. Lire pas de problème mais regarder ça devant tout le monde, très peu pour elle. Elle se leva, se rapprocha de lui puis lui caressa le bras, par dessus sa veste en signe de réconfort: " Une blague, rassures toi."

Elle savait ce qu'elle voulait voir. "The outsiders" un très vieux film qu'elle adorait, un de ces films qui pourrait aider à parler de la veste qu'il portait. Laura resta un moment debout à côté du jeune homme, perdu dans ses pensées. Si vraiment un jour ils finissaient par se rapprocher...comment cela se passerait? C'était effrayant. Elle avait des amis mais un petit ami qui est également un ami? jamais. Si ils avaient été un couple normal elle aurait, pour la première fois eu des sentiments, eu l'estomac noué après une engueulade, peur lorsqu'il n'aurait pas répondu à ses messages. Mais là il y avait autre chose qui rentrait en compte: le club. Elle connaissait pas grand chose, juste ce qu'elle entendait, elle ne voulait pas tout croire, préférait qu'il lui parle. En fait elle ne voulait aucun mensonge, elle voulait garder cette confiance aveugle qu'ils entretenaient mais est ce que cela serait possible. Après une journée de prospectorat à en avoir chié, aurait-il supporter les cris et pleurs de sa petite amie si il n'avait pas put répondre à ses messages? Tout ça, son manque de confiance en elle, sa peur irrationnelle de perdre un garçon qui commençait à compter, tout ça l'effrayait au plus au point. Elle n'arrivait pas à en parler avec lui car cela voudrait dire qu'elle envisageait quelque chose...et ça, c'était dur. Elle venait déjà de le "rencarder".

"Les filles." Laura se retourna vers la cuisine ou le cuisinier et la seconde serveuse les observait avec un sourire. La blondinette se rapprocha avant qu'ils lui signalent qu'elle venait de rester pensive devant son "ami" pendant au moins deux minutes. Elle ne put s'empêcher de s'insulter intérieurement pendant que ses collègues rigolaient gentiment. Ils partagèrent ensuite les pour boire équitablement avant que la demoiselle finisse de nettoyer la salle pendant que ses collègues s'occupaient de la cuisine et provisions. Donald était le dernier client comme souvent,assis tranquillement pendant que Laura finissait de rendre cet endroit parfait. Elle s'assit à une table éloignée de Donald, dos à lui puis commença à sortir ses billets pour les compter. Il fallait qu'elle fasse un choix: manger à sa faim ou réparer sa voiture qui commençait vraiment à faire n'importe quoi. Elle glissa une main dans sa queue de cheval parfaite avant de ranger ses billets dans sa poche. Elle finit par se rapprocher de D. en lui souriant, se glissa à côté de lui tout en regardant ce qu'il avait mangé:

"J'ai besoin de toi. Et s'il te plaît ne blesse pas mon égo en voulant t'en occuper tout seul." Elle connaissait son travail, elle savait qu'elle pourrait jeter un coup d’œil lui même mais elle ne voulait aucune faveur. Elle aimait être une personne normale. En plus elle ne voulait pas abuser de lui, hors de question. "Faut que je dépose ma voiture au garage, je pense qu'il va falloir débourser une petite fortune pour la remettre sur pattes. Je pense que j'ai assez mit de côté mais...tu pourrais vérifier qu'on ne m'arnaque pas trop à ton travail?" Elle ne savait pas comment il travaillait, si ils aimaient comme beaucoup de garagiste, réparer plus que nécessaire. "Je n'aime pas juger mais je ne vais pas te mentir je ne m'y connais pas, si je peux ne pas prendre un deuxième travail, de nuit cette fois-ci ou faire des danses dans ton club ça m'arrangerait." Elle venait enfin d'évoquer le club. Çà elle en avait entendu parler...de femmes toutes plus belles les unes que les autres qui dansaient voir plus pour les hommes en blouson de cuir comme lui. "Je me suis posée la question d'ailleurs... Tu les fréquentes souvent ces femmes...Oui parce que je te vois seul, on est toujours que à deux mais j’aimerai savoir si tu as quelqu'un en tête en ce moment? Tu sais pour pas qu'un jour je me morfonde parce que tu te rend compte que tu préfère être avec une fille plutôt que venir passer du temps avec une petite serveuse." Elle rigola mais était véritablement sérieuse. Elle attendit quelques réponses avant de repartir pour remplir les pots de sel et poivre des tables.

_________________

Cette douleur je ne peux pas t'en parler.
J'aime mieux que tu ne saches pas qu'elle existe
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Eriam & Tumblr
messages : 44
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Lun 16 Juil - 20:26



Un nouveau départ

Laura & Donald



Il ne sait toujours pas pourquoi il l'a défendu ce soir là, enfin, il ne sait pas pourquoi il a attendu ce soir là, parce qu'il aurait pu le faire avant avec d'autres clients un peu pénible, mais celui avait clairement dépassé la limite qu'il pouvait supporter. Il s'était peut être fait des plans sur la comète avec Laura, il se dit qu'il ne devrait même pas y penser, pourtant, il revenait, chaque semaine, le même soir, et il prenait toujours la même chose, sans jamais en changer, comme si cette habitude nouvelle avait toujours fait partie de lui. Pourtant, ce n'était pas le cas, Donald n'est pas le genre de type à s'enfoncer dans ce genre de routine et d'habitudes. Mais il y avait quelques choses qui le poussait à agir de la sorte, il y avait elle, même s'il ignorait totalement si elle pouvait ressentir quelques choses à son égard. Il n'avait pas voulu brusquer les choses sous peine de peut être perdre l'opportunité de l'avoir pour lui. Mais ce n'était pas sa priorité, alors que pourtant, il revenait là pour la voir, plus que pour manger son repas justement. Inconsciemment, elle prenait de l'ampleur, dans son esprit, dans son coeur aussi, elle n'avait rien fait de spécifique, elle lui plaisait, et ce n'était pas qu'une passade, non, c'était plus fort, plus profond que cela. Il le savait, il l'avait compris, petit à petit, mais il n'osait pas franchir le palier sous peine d'être rejeté, comme il l'avait été des autres enfants dans son enfance. Il détestait se faire rejeter, si c'était le cas, il devait se prouver, leur prouver que ce rejet était une erreur. Mais là, il voulait que les choses se fassent lentement, mais sûrement, quitte à perdre sans avoir tenter une seule fois sa chance. Peut être qu'au fond, il espérait que son sentiment soit réciproque et qu'elle ferait le pas qui lui indiquerait la marche à suivre, ce pas qui lui dirait qu'il pourrait y aller sans crainte. Et ce soir, elle semblait le faire, ce pas qu'il attendait sans tellement l'attendre finalement. Un film, voilà ce qu'elle lui proposait, et honnêtement, cela aurait pu être n'importe quoi, il aurait accepté d'aller le voir avec elle, pour lui faire plaisir avant tout, car c'était ce qu'il voulait même s'il ne se l'avouait qu'à moitié, au trois quarts si vous voulez mais pas complètement. Il le voulait, il le désirait, mais il ne le faisait pas. Elle lui expliquait donc qu'il s'agissait d'un film à la 50 nuances de Grey, pas ce qu'il aime donc, mais si c'était ce qu'il y avait et qu'elle désirait voir, il ferait cette concession bien entendu. Mais visiblement, elle blaguait ce qui le rassura.

" Oh, alors quel est ce film si mystérieux que mademoiselle veut voir avec moi ? "

Il dit cela avec un ton incroyablement sérieux mais son faciès fit perdre tout crédibilité à sa question car il arquait un sourcil de façon presque vertigineuse, comme s'il allait se décoller de son front. Et elle resta perplexe devant lui pendant de longues secondes, sans qu'il ne dise rien de plus avant qu'elle ne soit appeler par son patron ou quelqu'un dans ce genre là pour qu'ils partagent les pourboires de la soirée qui avait été apparemment assez bonne à en croire les sommes. Enfin, de là où il était, il ne voyait pas précisément, mais il y avait pas mal de billets, peut être qu'ils étaient tous de un dollar cela dit. Peu importe, il s'en fichait. Puis, elle revint vers lui, lui disant qu'elle avait besoin de lui. Il ne comprenait pas, pas immédiatement. Qu'est ce qui pouvait se passer de si grave pour que son ego entre en ligne de compte ? Pourquoi son ego pourrait entrer en lignes de compte déjà ? Pourquoi le pensait-elle ? Il était un peu perdu, elle lui proposait un rencard qu'il acceptait et après, elle lui disait ça ? Mais il ne dit rien, rien avant qu'elle ne lui dicte l'énoncé du problème. Elle avait un soucis avec sa voiture donc, elle ne savait pas si elle avait assez d'argent pour la réparer et le cas échéant, elle n'était pas contre prendre un deuxième travail. C'était déjà beaucoup trop, trop de suppositions qu'elle faisait. Peut être que pour sa voiture ce n'était pas si grave que ça. Elle ne pouvait pas savoir, elle n'y connaissait rien. Et puis, elle lui demande finalement de but en blanc s'ils peuvent sortir ensemble, même si ... Alors, il ne réfléchit pas, et il l'embrasse pour la faire taire, car elle parle trop. Il sait que c'est le meilleur moyen de lui faire comprendre que le sentiment qu'elle a pour lui est réciproque. Il ne fait pas trop durer le baiser, elle est encore au boulot, mais ces quelques secondes sont pour lui plus délicieuse qu'il ne voudra se l'avouer. Il ne sait pas vraiment comment elle va réagir. Si elle en veut plus tout de suite, alors il n'hésitera pas à l'embrasser à nouveau car c'est finalement ce qu'ils veulent, n'est ce pas ? Alors, il l'observe quelques instants à peine, ne répondant pas encore pour sa voiture, juste pour voir si ce baiser réponds à nombre de ses interrogations avant de lui en dire plus à ce sujet là.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Zuz'
messages : 361
quartier : Dans un studio. Downtown, the loop.

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Dim 22 Juil - 14:19

Elle n'était pas niaise ou cruche non, son comportement hésitant était dût à un sentiment  d'insécurité extrême. Donald lui plaisait. Elle l'avait compris assez rapidement. Elle avait de suite trouver ça étrange qu'il vient chaque semaine au même moment, surtout qu'elle avait capter certains de ses regards. Elle aurait put croire que c'était un sérial-killer, ca lui a même peut-être traversé l'esprit mais à partir du moment où il prit sa défense au travail, tout changea. Elle le vit sous un autre jour dès qu'ils échangèrent quelques mots... Le temps fit les choses et bientôt la demoiselle devint accro à la présence du prospect. Des confidences, des rires, des gestes tendres. Dès qu'elle lui envoyait un messages, elle attendait sa réponse avec un sourire ou anxieté parfois.
Donc aujourd'hui elle était un peu mal à l'aise: que serait-il advenu si il lui avait dit avoir des choses plus importantes à faire? Certes ce n'était pas une proposition officielle pour sortir officiellement avec elle mais presque, surtout venant de Laura qui n'avait pas l'habitude de faire des démarches de ce type.

"The outsiders." Annonca alors Laura avec le sourire lorsqu'il se déforma le visage, intrigué. Et puis il fut encore plus intrigué lorsqu'elle parla de son égo. Voyons qu'il ne semblait pas bien comprendre ses appréhensions, elle se ratrappa aussitot, ne voulant pas qu'il comprenne mal sa requête. "Pour la voiture c'est juste que tu es toujours adorable avec moi mais mon égo me force à toujours devoir mérité les choses...Je voulais donc dire de ne pas blessé mon égo et d'accepter que je paie intégralement." Elle n'aimait pas demander de l'aide gratuitement. Si on l'aidait, elle dépannait en retour, peu importe comment. Mais avec lui c'était différent, ils avaient connu la même chose étant plus jeune, ils pouvaient donc se comprendre et tenter de s'aider au maximum. Cependant, selon elle, Donald avait plus de ressource qu'elle: les voitures, l'informatique (même si ça, elle ne le savait pas encore) tandis qu'elle à la rigueur...elle savait préparer un croque monsieur et de bons milkshakes. "Tu en fait déjà beaucoup." Il l'avait défendu mais pas que, il était régulièrement présent à son taff, prenant la peine de la raccompagner au maximum, lui envoyer des messages pour prendre de ses nouvelles ou lorsqu'il s’inquiétait. Ils parlaient des heures pour se raconter leurs soucis, leurs parcours, douleurs, joies, rêves...Des choses que personne n'avait fait pour elle. Sa présence était d'une douceur réconfortante, un peu comme le miel dans du chocolat chaud, un pur délice. Et puis elle ne put s'empêcher de l'interroger sur ses relations. Les bruits de couloir elle n'aimait pas mais apparement il y avait une tonne de femmes toutes plus plantureuses les unes que les autres qui s'adonnaient à quelques plaisirs avec les gars du club. Etait-ce vrai? Légende urbaine? au fond d'elle elle avait peur de savoir mais en même temps elle ne supportait aucunement le mensonge. Il valait mieux qu'elle sache maintenant si elle se faisait des idèes ou pas. En réalité Laura avait tellement attendu pour faire ne serait-ce qu'un pas microscopique qu'elle se ratrappa d'une traite.

Et puis tout à coup tout changea. Sans s'y attendre Donald fonça vers son visage pour l'embrassa fermement, comme pour lui démontrer que c'était elle qu'il voulait. Bien entendu c'était sa supposition à elle. Elle se laissa faire, ne répliquant pas de suite, étonnée qu'il fasse un pas vers elle. Une tonne de choses passèrent par sa tête. M'aime t-il bien alors? Mais ces filles alors? Que moi? Pourquoi? Vraiment que moi? Combien de temps? Jure, que moi? Pendant qu'elle pensait à tout cela, Laura fermait les yeux, profitant de ses lèvres jusqu'à ce qu'il les décolle des siennes. C'était trop rapide et en même temps si agréable. C'était nouveau, un nouveau départ. Elle rougit, agréablement surprise par son geste puis posa enfin son regard dans le sien. Il semblait attendre une réaction alors elle le lui offra. Un sourire vint s'étendre sur son visage épanouie alors qu'elle fit jouer ses doigts dans la main du garçon, ami, petit ami?

" Okey..." Elle ne savait pas trop quoi dire exactement et exprimer un peu trop sa joie était sûrement puéril. Elle souffla un bon coup, observant les alentours, tout était vide. "Ce qui veut dire que tu n'as ces femmes en vue alors?" Elle émit un petit rire nerveux, l'étouffant dans un sourire alors qu'elle se collait un peu plus à lui: " Donc c'est la serveuse. Quel honneur. Et tu embrasses souvent tes amies ou tu me réserve ça?" Le club elle n'y conaissait vraiment pas grand chose alors tous ls tracas qui y étaient liés, ça ne 'effrayait pas encore. Par contre la question est: veut il une relation exclusive ou parlait-elle trop?

_________________

Cette douleur je ne peux pas t'en parler.
J'aime mieux que tu ne saches pas qu'elle existe
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Eriam & Tumblr
messages : 44
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Sam 4 Aoû - 17:15



Un nouveau départ

Laura & Donald

Se jeter dans la gueule du loup, mettre les pieds dans le plat, voilà ce qu'elle venait de faire et mine de rien, il admirait son courage, car il en fallait clairement pour dire tout cela, pour le dire avec un calme apparent, comme si tout cela finalement était logique, mais s'il l'appréciait plus que de raisons, il ne voulait pas griller les étapes. Il ne devait pas non plus se dire qu'elle n'irait pas voir ailleurs s'il allait trop lentement, il devait avant tout trouver le bon rythme pour qu'elle soit là pour lui au bon moment, et vis versa. Et cette équilibre n'allait pas être simple à trouver. Mais si elle avait fait de nombreux pas vers lui aujourd'hui, plus que d'ordinaire, disons, il n'avait pas non plus reculé, il lui avait emboité le pas en lui disant oui pour le film alors même qu'il ne savait de quoi il s'agissait, comme une première marque de confiance dans le choix qu'elle allait faire pour eux deux. Il en avait sourit, d'ailleurs. Elle lui donna donc le titre du film : " The Outsiders " mais il n'en avait pas entendu spécialement parler même si ce nom là ne lui était pas totalement inconnu. Il ne l'avait pas coché sur sa liste de film à voir absolument en 2018, comme d'autres pouvaient faire partie de cette liste là. Mais c'était ainsi, il verrait ce film avec elle avec le plus grand des plaisirs. Puis elle s'en va quelques instants avant de revenir vers lui et lui parler de sa voiture. Il reste perplexe par rapport à son ego, mais au fond, ça n'a pas d'importance, alors elle lui en dit plus, qu'elle veut tout payer, qu'elle ne veut pas avoir de favoritisme si jamais il voudrait lui en faire profiter, ce qui aurait été sans doute le cas, réparant sa voiture comme si elle lui appartenait avec le plus grand soin possible. Il comprenait donc, elle voulait vraiment le mériter, complètement même alors il n'irait pas contre cela, surtout qu'il en avait déjà fait beaucoup. Il faut dire que le tournant dans leur relation avait été ce jour où il l'avait défendu contre ce client. Si elle avait eu des doutes sur ses intentions avant cela, elle n'en avait plus eu après, elle avait bien compris qu'il n'était pas indifférent à son charme, à sa beauté naturelle. Elle se posait beaucoup de questions, elle était dans le doute, mais elle n'avait pas osé faire trop de pas dans sa direction, plus de pas qu'il ne faudrait, car malgré leurs discussions, le fait que souvent il la raccompagne jusqu'à chez elle pour que tout aille bien, il n'y avait pas eu d'autres signes que ceux d'une réelle amitié. A vrai dire, Donald voulait être sûr qu'elle soit la bonne pour tenter une relation intime avec elle. Il savait que le club comptait sur lui, mais elle était là, alors il n'allait pas passé à côté même s'il savait que parfois, il pourrait la décevoir. Alors plutôt que de dire quelques choses qui pourrait être embarrassant, il prit le partie de l'embrasser pour lui faire comprendre qu'il acceptait de devenir son petit ami et de faire au moins un bout de chemin avec elle, si ce n'est le restant. Mais l'avait-elle vraiment compris ainsi ? Oui, elle l'avait compris, mais elle ne pouvait cesser de se poser encore des questions. Elle souriait, semblait satisfaite, jouant avec sa main à lui avant de lui poser la question qui lui brûlait les lèvres, enfin plutôt les questions car il y en avait encore, trop. Alors, il la prit dans ses bras pour que sa bouche soit à côté de son oreille, pour qu'elle soit la seule à entendre la réponse à ses questions, car il avait bien vu qu'ils avaient des spectateurs : certains clients, mais surtout les autres membres du personnel.

" C'est toi que je choisi Laura. Je n'embrasse jamais mes amies de cette façon si ça peut te rassurer, seulement celle qui fait battre mon coeur plus que de raison. Alors si tu l'acceptes, nous pouvons faire le reste du chemin ensemble, voir où cela va nous mener. "

Et finalement, sans qu'elle puisse réagir une de ses mains lui caressait les cheveux, et sa bouche revenait contre la sienne dans un baiser plus long que le premier, comme pour lui faire comprendre qu'il n'y aurait qu'elle, qu'elle n'aurait pas de soucis à se faire à ce niveau.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Zuz'
messages : 361
quartier : Dans un studio. Downtown, the loop.

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Sam 11 Aoû - 22:25




Les mots ont un impacte important dans la vie de tous les jours. Dans le cas de Laura, elle ne manquait pas de confiance quand à ses talents, son travail car de toute facon elle se donnait tout le temps à fond. C'était en l'existence d'un homme qui pourrait vraiment l'apprécier qu'elle n'avait pas foi. Trop maquillée, trop bien habillée? Elle restait donc banale car souvent un simple rouge à lèvre la perturbait si on la regardait de travers. Alors elle passait inaperçue, ou tout du moins le pensait. Jusqu'à ce qu'il y ait Donald. Ce n'est pas qu'il lui faisait tourner la tête mais il savait y faire avec elle. Tout d'abord ils étaient amis: bon point. Ensuite, alors qu'ils commençaient une relation, il trouva pile les mots qu'elle avait besoin d'entendre. C'est stupide ne trouvait vous pas? Les mots ont un fort impacte sur nos émotions. Il annonça qu'il l'avait choisit et cela personne ne l'avait jamais fait. Il ne jouait pas avec d'autres filles ET lui proposait quelque chose dans le futur, faire leur chemin ensemble. Certains hommes n'auraient jamais réussit à trouver ces mots pour la rassurer, ou alors au bout d'un long moment de relation. Donald quand à lui sut exactement quoi dire, dès le début.

Et puis il était tactile...Certains pourrait dire que ce n'est que le début d'une relation mais c'est ce que Laura aimait, aimait tout en étant ami, confident, tactile. Le contact était doux, désiré. Elle lui fit un signe de tête pour consentir à sa requête de faire leur chemin ensemble afin de voir ou cela les mènerait et il s'empressa de l'embrasser à nouveau, lui coupant le souffle. Elle n'avait jamais goûté à ses lèvres et en moins de deux minutes le contact se reproduisait comme s'ils étaient désormais incapable de se lâcher. Il le prouva d'ailleurs lorsqu'il la ramena à lui, l'entourant de son bras. Laura oublia tout, ses doutes, son taff...Son taff... Elle se laissa aller quelques minutes dans un baiser passionné avant de rougir tout en mettant sa main sur le torse de son petit-ami.

"Il vaut mieux que je continue à travailler, on se voit après, comme d'habitude?" Après qu'il lui ait confirmé qu'il attendrait bien la fin de son service, elle se décida enfin à se lever. "Pour information Donald, ça me rassure que tu n'embrasse personne d'autre, oui. J'ai envie de voir ou tout ça nous mène." A peine fut elle un peu éloignée qu'elle fut attirer dans la cuisine pour être questionné par son collègue masculin qui regardait avec jubilation le jeune prospect. Elle essaya ensuite de finir son service sans trop regarder le prospect, de peur de mal faire son travail. Quelques minutes plus tard, le dinner se vida avant de ne laisser plus que les serveurs et serveuses. Une fois tout rangé et nettoyé, Laura sortie enfin du travail. La fraîcheur était agréable mais la demoiselle enfila tout de même un petit gilet au dessus de son débardeur trop décolleté pour cette heure. Heureusement d'ailleurs que Donald la raccompagnait car dès qu'elle portait ce short en jean trop court, elle se faisait enquiquiner, sauf quand il était là.

"Désolé on a mit plus de temps à nettoyer, le collègue n'arrêtait pas de demandait si tu était aussi adorable que tu en avais l'air. L'attente n'était pas trop embêtante? Tu as l'air épuisé en ce moment je trouve." Elle se rapprocha de lui, se collant un peu plus que d'habitude. C'était étrange et à la fois très appréciable.
"Tu veux passer à l'appartement ou tu files ensuite chez toi pour te reposer?"  Non ce n'était aucunement une proposition à faire des folies de leurs corps, loin de là, mais le jeune homme était déjà rentré chez elle, cela ne la dérangeait même pas qu'il dorme chez elle. Elle savait très bien que dans ses bras, elle n'aurait aucun mal à dormir.

_________________

Cette douleur je ne peux pas t'en parler.
J'aime mieux que tu ne saches pas qu'elle existe
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Eriam & Tumblr
messages : 44
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Jeu 16 Aoû - 19:02



Un nouveau départ

Laura & Donald

Il ne sait pas pourquoi, il ne sait pas vraiment, mais c'est bien elle qu'il a choisi, ce soir là, en la voyant dans ce dinner somme tout assez basique, normal. Elle avait attiré son regard, mais il n'en avait rien dit, outre le fait de se forger une nouvelle habitude, celle de venir manger ici, chaque semaine, à la même heure, la même chose pour qu'il se forge dans son esprit à elle quelques choses de plus. Il ne savait pas si cela fonctionnerait, c'est un stratagème risqué, mais en même temps, il apprendrait à mieux la connaître, à l'observer, et dès ses premiers pas vers lui, il a compris qu'il n'avait pas fait fausse route. Ce n'est peut être pas la plus belle de toutes, non, mais elle est quand même très belle. Dans son esprit, il ne s'est jamais vraiment fixé de véritables critères de la beauté qu'il aime. Peut être qu'il aurait préféré qu'elle soit différente, que ses atouts soient plus volumineux peut être, mais au fond, il s'en fout. Il a fixé que la beauté qu'il allait adoré représentait parfaitement Laura. Personne ne pourrait lui arriver à la cheville, même s'il pourrait en croiser des plus belles aux yeux du monde, c'était elle qu'il avait décidé d'aimer, c'était elle qu'il avait décidé d'entraîner avec lui, car il ne faut pas oublier le club, les KOS ne sont pas des enfants de coeur, il n'en est pas un, par définition, mais devant elle, il savait devenir guimauve, comme les petits oursons enrobés de chocolat, pour qu'elle prenne envie de croquer dedans à pleines dents avec un rictus de plaisir. Mais il attendait le bon moment, il attendait qu'elle soit prête pour le lui dire de pleine voix. Il pensait qu'il n'en manquait pas beaucoup, quelques semaines, et il se trompait, car c'est elle qui a prit les devants, c'est elle qui a pris son courage à deux mains pour réaliser l'impensable, pour réduire ses plans à lui à néant, mais peu importe puisqu'elle lui confirmait ce qu'il pensait au fond de lui, au fond de son esprit. Il avait appris à l'aimer, et elle semblait avoir développer le même sentiment. Qu'est ce qu'il leur manquait alors ? Rien, rien du tout, alors elle avait sauté les pieds dans le plat, aux risques de se faire mal, très mal peut être, mais elle avait réussi à surfer sur la vague pour arriver jusqu'à son coeur sans trop d'encombres. Mais ce n'est que le début, d'accord, d'accord. Rien ne dit que la suite sera un long fleuve tranquille. Sans doute qu'ils aimeraient qu'il en soit ainsi mais ça ne sera pas le cas, il le sait, même si elle l'ignore encore. Le tournant restait cependant le soir où Donald l'avait sauvée de ce client passablement éméché et violent. C'était la fin du service, il ne restait plus qu'elle à ce moment là, ou alors, les autres n'étaient pas présents, alors il était intervenu, pour la défendre, se prenant un mauvais coup pour elle, sans forcément riposter auprès du dit client qui avait décidé de s'en aller d'ailleurs après cela. Cela avait accentuer bien des choses sans qu'elles ne soient réellement dites. Jusqu'à ce soir, jusqu'à ce qu'elle plonge tête la première dans cet ouragan. Elle ignorait qu'il s'agissait d'un ouragan, d'une violente tempête, car pour le moment, elle est au coeur du cyclone, tout est calme, tout va bien en apparence, parce que c'est le cas, mais va-t-elle réussir à naviguer longtemps dans ce calme là ? Même lui ne le sait pas, il espère que ça se passera bien pour ce bout de chemin qu'ils feront ensemble, si elle le veut bien aussi. Et elle le voulait même si elle ne mettait pas de mots là dessus, juste un signe de tête avant quelques doux baisers. L'espace de quelques instants, ils voyageaient dans un autre monde, comme si le temps venait de s'arrêter. Et c'était le cas après tout, mais il revint à la charge de façon plutôt douce finalement. Elle mit sa main sur son torse pour lui signaler qu'elle avait encore quelques minutes de travail à effectuer. Il fit comme elle, lui confirma par un signe de tête, puis elle lui répondit, se disant rassurer de savoir qu'il n'embrassait pas toutes les belles filles de cette façon à chaque coin de rue. Elle se leva et alla alors en coulisses, à savoir dans la cuisine comme pour se remettre de ses émotions, alors que Donald passait la langue sur ses lèvres comme pour sentir encore son parfum sur celles-ci, et un petit sourire se fit sur ses lèvres. Il n'avait pas prévu de faire ça ce soir, juste prochainement, mais c'était presque mieux que cela vienne d'elle. Il finit son repas, puis il sortir dehors pour l'attendre, un peu plus que d'habitude, comme si elle travaillait au ralenti, encore dans un autre monde.

" Tu sais très bien que l'attente ne sera jamais trop longue pour toi Laura. Mais oui, je suis fatigué, c'est la fin de la semaine aussi, ça doit y jouer. "

Mais il la rassurait par un grand sourire, à la fois charmeur mais aussi fatigué car il l'était vraiment, pas suffisamment pour ne pas la raccompagner chez elle, et qui sait ce qui arrivera à ce moment là ? Elle lui demanda d'ailleurs, mais si souvent, jusqu'à présent, il préférait s'éclipser, surtout quand elle finissait tard comme ça, là, il n'allait pas dire non, même s'il ignorait si cela serait pour la nuit ou juste quelques heures, peut être quelques minutes même.

" Je peux passer à ton appartement. "

Elles étaient rares les filles comme elle, belles, gentilles, souriantes, peu sûres d'elle et terriblement attachantes, car elle voulait bien faire, elle avait tellement peur de mal faire. Pourtant lui aussi est parfois dur en affaire, mais avec elle, tout semblait plus simple pour le moment. Pour combien de temps ? C'était difficile à dire. En tout cas, il lui prit la main et déjà prenait la direction de son appartement à elle.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Zuz'
messages : 361
quartier : Dans un studio. Downtown, the loop.

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Mar 21 Aoû - 11:09



Un nouveau départ

Laura & Donald

Elle n'avait pas énormément d'ami. En réalité ils se comptait sur les doigts d'une main, le reste c'était des connaissances avec qui ça lui arrivait de rigoler, aller boire un verre. Ces soirées n'étaient pas forcément triste, il lui arrivait de sortir de temps à autres mais objectivement son temps libre était utilisé pour faire ses courses, dormir, lire et peindre, rien de passionnant en soit. Depuis que Donald était arrivé dans sa vie, ses journées étaient un peu plus égayées. Il était passé d'inconnu à ami. Le genre de garçon que l'on regarde et avec qui le feeling passe directement, comme si cela faisait des années qu'ils se connaissaient. Il avait un don pour la faire rire peu importe la situation, l'intéresser en lui racontant quelques petites informations sur la ville, la mécanique ou bien autre, en fait avec lui elle était passionnée, sentiment qu'elle n'avait habituellement que pour le dessin. Il suffisait qu'elle le regarde pour avoir des étincelles dans les yeux. Elle avait envie de passer du temps avec lui, se sentir bien, joyeuse. Ils s'étaient surpris à se livrer l'un à l'autre sur leur passé respectif sans savoir pourquoi, c'était comme une évidence, ils avaient connus à peu près la même chose, se comprenaient. Alors quand elle s'aperçut qu'elle pensait à lui un peu plus que comme un ami, elle fut effrayé. Elle n'avait pas envie de le perdre pour quelque chose qu'elle ressentait. Mais au lieu de le taire, elle tenta un approche ce soir là et ce fut une réussite. Oui d'accord c'est lui qui lui offrit leur premier baiser mais quand même, il n'aurait sûrement pas fait le premier pas, si?

Ses lèvres étaient douces, sucrées et à la fois avec une pointe d'acidité, c'était délicieusement addictif. Son cœur battait la chamade comme si c'était la toute première fois qu'un garçon posait ses lèvres sur les siennes. Elle se retira au bout d'un petit moment afin d’achever son service, et de se remettre de ses émotions. Elle rougissait bêtement lorsqu'on lui lança quelques petites remarques salaces sur son petit ami mais ne s'y attarda pas pour vite finir et rejoindre Donald. Il était tout le temps gentil et serviable avec elle. Elle se doutait qu'il avait des défauts mais pour l'instant rien ne la dérangeait. Ils commençaient un nouveau quelque chose et tout était rose, en tout cas de son côté. Elle se doutait qu'un jour il ferait quelque chose qui ne lui plairait pas, qu'il lui mentirait et perdrait peut-être sa confiance, qu'il la rendrait jalouse sans forcément s'en rendre compte, qu'il la ferait pleurer d’inquiétude...Peut import, là tout de suite elle se sentait bien, appréciée et ça faisait un bien fou. Il lui raconta que l'attente pour elle pouvait être une éternité et aussi bateau que cette phrase pouvait être, le plus fou c'est qu'elle le croyait. Elle se mordilla la lèvre inférieur tout en rigolant, lui donnant une légère tape sur l'épaule:  

" Comment tu fais pour être toujours adorable avec moi?" Elle se colla un peu plus à lui, prenant un air un peu plus sérieux. Comment faisait-il pour être à la fois au club, travailler au garage et venir la voir régulièrement? Le pauvre devait être exténué sans qu'elle ne réalise encore le temps que le club lui demandait. " Je ne sais pas comment tu fais pour tenir. Moi, rien qu'avec ce travail et mes dessins ou peinture je suis épuisée...et encore j'ai réussit à avoir un vrai jour de congé dans la semaine." Ses dessins, peintures ça lui prenait énormément de temps mais par chance, elle parvenait à se faire de l'argent supplémentaire grâce à leur vente. Laura s'attendait à ce que Donald lui dit qu'il passerait une autre fois vu l'état de fatigue dans lequel il était mais il n'en fit rien, ce fut même tout le contraire, et avec le sourire en plus. Il rendait tout ça très facile. Elle était du genre à trop réfléchir, devait elle faire ce qui lui plaisait en lui donnant la main, l'embrassant...ou ne devait-elle pas le coller malgré le fait que leur relation ait évolué. Plus besoin de réfléchir Donald prenait les commandes s'en même s'en rendre compte, lui prenant la main sans se poser de question, naturellement, sans avoir peur de trop en faire. Ca c'était plaisant. Elle se sentait comme une princesse, une chérie désirée, un morceau de sucre dans un café trop amer. Ils marchaient dans la pénombre, vers l'appartement de la demoiselle. Laura en avait profité pour se coller encore un peu plus à son petit-ami, déposant même sa tête quelques secondes sur son épaule.

Une fois arrivés à l'appartement, Laura ouvrit la porte, laissa rentrer Donald puis referma derrière lui. La lumière fut rapidement allumée, en tout cas une petite veilleuse à l'entrée. Ce n'était pas un appartement luxueux mais le quartier l'était assez. En fait elle avait décidé de vivre dans le downtown car il y avait toujours de l'agitation positif, c'était tranquille en plus, loin  du west side où elle travaillait. Elle pouvait marcher dans les ruelles sans avoir trop peur de se faire embêter. Son appartement était composé d'un salon remplit d'un canapé en vieux cuir, de chevalet pour ses peintures, d'une petite cuisine équipée et d'une chambre. Il ne lui en fallait pas plus. Bien sûr elle aspirait à autre chose qu'être serveuse mais cet appartement était mieux que ce qu'elle avait visité dans le west-side, c'était petit mais sympa. Elle n'avait pas besoin d'une villa, elle se sentait déjà chanceuse de pouvoir vivre ici.

"Tu as quelque chose de prévu demain?" En général ils finissaient ce genre de conversation par message via leur cellulaire et à vrai dire c'était plus qu'agréable de l'avoir en vrai devant lui pour finir la soirée. "Vas-y fais comme chez toi. Tu veux quelque chose, café, thé, soda, pop-corn?" Elle lui adressa un sourire tandis qu'elle mettait au micro-ondes la boîte de nuggets qu'elle venait de ramener du travail. L'avantage en travaillant la bas c'est qu'elle repartait avec quelque chose lorsqu'elle n'avait pas eu le temps ou la possibilité de faire des courses pour s'alimenter. Parfois elle ne se nourrissait que de pop-corn et de céréales, sans véritablement en prendre conscience, pressée comme elle l'était.

"Tu m'excuses, cette fois-ci, c'est à mon tour." Lança la jeune fille en désignant ses nuggets chauds, enfin déposé dans un bol,qu'elle posa prêt du canapé. Elle se mit enfin à la hauteur de Donald, légèrement timide puis déposa ses mains sur les joues puis la nuque du monsieur. Elle rapprocha ses lèvres des siennes pour les baiser comme pour reprendre son souffle, comme si, loin d'elles, elle manquait d'oxygène. Cette fois-ci le baiser fut plus passionné, à l'abri des regards indiscrets. Elle descendit ensuite ses mains sur ses épaules avant de finir par lâcher: "Je te débarrasse de cette veste?" Parlant de la veste du club qu'il pouvait enfin retiré une fois à l'intérieur? "Promis je te la rend plus tard. Mais à chaque fois j'ai l'impression que quand tu la portes, tu vas partir la seconde suivante." Et c'était le cas, elle savait qu'il pourrait partir rapidement si le club le lui demandait. Mais elle avait envie qu'il soit là, intégralement.



_________________

Cette douleur je ne peux pas t'en parler.
J'aime mieux que tu ne saches pas qu'elle existe
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Eriam & Tumblr
messages : 44
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Sam 25 Aoû - 17:08



Un nouveau départ

Laura & Donald

Le feeling était bon depuis le premier jour, et il n'avait pas cessé de l'être, au contraire, il s'était comme accentué, jusqu'à arriver à ce jour, celui où l'un des deux sautait le pas pour que l'amitié devienne plus intime. Il ne se sentait pas encore complètement près pour cela, raison pour laquelle, il n'avait pas encore fait le pas en plus. Mais c'était elle qui l'avait fait, et c'était presque un soulagement pour lui. Bien sûr qu'il avait envie de faire un bout de chemin avec elle, peut être même qu'ils passeront le reste du chemin ensemble, il ne sait pas encore, il ne veut pas se projeter trop loin pour le moment, ce serait une erreur que de trop planifier, mais elle allait faire partie de sa vie, plus que la simple serveuse donnant son repas à un jeune homme, plus qu'un simple jeune homme raccompagnant parfois une amie alors qu'il est tard jusqu'à chez elle. Tout avait été accéléré, tout était à présent plus profond, plus intime, et cela semblait convenir aux deux jeunes gens, un sourire sur les lèvres. En tout cas, il l'avait attendu après la fin de son service, une attente qui en règle générale aurait été bien trop longue pour lui, mais pour elle, elle ne le serait jamais, c'était ce qu'il lui disait, de façon naturelle, parce que c'était la vérité. Elle appréciait cela, lui donnant une tape dans l'épaule avant de lui demander comment il faisait pour être toujours aussi adorable avec elle.

" Je sais pas, je crois que c'est inné en moi. "

Il disait cela très sérieusement alors que pourtant, il n'en savait rien du tout, enfin pas vraiment. Elle avait su bien faire les choses pour qu'il soit une guimauve avec elle. Bien entendu, il n'était pas tout le temps comme ça, au club, il ne pouvait pas montrer cet aspect là, il le savait, mais pour ce soir, il n'allait pas lui dire de mauvaises choses, pourtant, il allait devoir la mettre en garde pour plus tard, qu'elle ne s'étonne pas, si jamais il lui parle différent dans d'autres contextes. Donald était un homme occupé, entre le garage et le club, son temps libre n'était pas si grand que ça, pourtant, il avait pris du temps pour venir ici, rognant sur son temps de sommeil. Il n'y avait que là qu'il pouvait gagner un peu de temps, raison pour laquelle, il semblait être fatigué. C'était pourtant la vérité, il l'était pas, il n'est pas du genre à se laisser abattre, à se plaindre non plus. Il va de l'avant, il ne regarde pas en arrière, car parfois, cela fait plus de mal que de bien. Pourtant, il y avait aussi son frère, il ne pouvait pas l'oublier, alors il prenait aussi un peu de temps pour le voir.

" C'est inné, je te dis. Un claquement de doigts et je suis reposé. "


Et il claquait des doigts, pour lui faire constater immédiatement l'effet bienfaiteur de ce geste là.

" Me dis pas que tu vois pas une différence avec l'état de mon visage juste avant ! "

Il plaisantait, car même s'il était effectivement fatigué, il ne pouvait pas se montrer faible, il devait se montrer fort, et pour cela, avec elle, il jouait la carte de l'humour, juste ce qu'il fallait pour qu'elle fonde pour lui, du moins, il l'espérait. Et ils prenaient la direction de son appartement à elle, main dans la main. Elle s'était même lové quelques instants dans le creux de son épaule. Il en avait sourit, elle se sentait en confiance, c'était une bonne chose alors que leur relation est encore naissante, du moins, cette relation là, celle qui est plus intime que celle qui précédait. L'amitié était souvent un premier stade important, plus elle évoluait vers quelques choses d'autres comme ce soir. Il n'y eu pas d'encombre jusqu'à son appartement, et ils y entrèrent tous les deux bien qu'elle referme rapidement derrière lui, on ne sait jamais. Son appartement était loin d'être le plus luxueux, mais c'était loin d'être un taudis. Il lui ressemblait, avec toute cette peinture qui était ça et là. Il se demandait ce qu'il y avait de nouveau depuis la dernière fois d'ailleurs. Il n'aimait pas spécialement peindre à vrai dire, mais voir de la peinture ne le dérangeait pas, au contraire, il trouvait qu'elle était plutôt douée dans ce domaine. Elle lui demanda alors s'il avait des choses de prévues ce weekend.

" Comme d'habitude, je vais passer au club. Après, je n'ai rien planifié de spécifique. Et toi ? Des choses de prévues ? "

Elle l'incita alors à faire comme chez lui, ce qui le fit sourire. Il enleva juste ces chaussures les laissant dans l'entrée. Il se mettait à l'aise, sans trop en faire non plus comme si rien n'avait changé ou presque par rapport aux dernières fois. Elle lui proposa alors une boisson ou du pop corn. Il regarda l'heure, un jus de fruit si elle avait, sinon un soda ferait l'affaire.

" Si tu as un jus de fruit ça ira, sinon, un peu de soda ce sera suffisant rassure-toi. "

Il verrait bien ce qu'elle lui amènera, en tout cas, s'il avait pu se restaurer tranquillement, elle n'avait pas pu le faire, alors elle faisait réchauffer des restes qu'elle avait sans doute ramener du boulot. Elle s'excusa pour ça mais il ne fallait pas. Ses nuggets allaient pouvoir être dévorer tranquillement, mais avant, elle vint vers lui, presque timidement avant que leurs lèvres ne se rencontrent dans un ballet plus passionné, plus sensuel, et aucun des deux ne boudait son plaisir. Puis, elle posa ses mains sur ses épaules, le débarrassant de cette veste qui semblait la stresser un peu.

" Oui, faudra me la rendre, mais tu peux me l'enlever. Tu sais, je viens à peine d'arriver, je vais pas repartir tout de suite avec ou sans cette veste sur les épaules. "

Il n'avait pas l'intention de partir dans les minutes qui arrivaient et vu l'heure, il ne pensait pas que le club devrait avoir besoin de lui. Il la laissait donc le débarrasser de cette veste, lui ôtant un certain poids des épaules. Il ne savait ce qu'elle comptait faire après avoir déguster avec délectation son repas sur le pouce. Peut être qu'ils pourraient regarder un film ou une série, ou juste discuter, ou peut être des choses plus intimes, il ne savait pas, il ne voulait aucunement la brusquer, après tout, ils étaient chez elle.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Zuz'
messages : 361
quartier : Dans un studio. Downtown, the loop.

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Mer 29 Aoû - 21:10



Un nouveau départ

Laura & Donald



Elle se doutait qu'un jour cette qualité 'être toujours adorable avec elle ne serait plus innée. Ils ne se connaissaient pas encore par cœur, ne s'étaient pas vus dans leur mauvaise période. Elle ne l'avait jamais vraiment vu énervé, surtout pas contre elle ou faisant une crise de jalousie, l'éloigner par peur des représailles vis à vis du club, non, rien de tout cela, ils étaient dans la bonne période, celle ou l'on devrait toujours rester. Le rire de Laura transperça la tranquillité de la rue tandis que son petit ami dévoilait un de ses talents de magicien: "Oui oui, excuse-moi, tu transpire la fraîcheur là. Tu as d'autres talents?" Elle jouait le jeu, comme si ce claquement de doigts aurait put faire disparaître les nuits d'insomnie et le travail éprouvant qui l'attendait chaque jour. Les minutes passèrent sans qu'ils se dirent grand chose, parfois c'était bien mieux que de grands discours, elle se lova sur son épaule et tout semblait étrangement joli, apaisant. Elle aurait put dormir ainsi à n'importe quelle heure et peu importe son état de fatigue. Elle se sentait juste bien, sans raison particulière...C'était sûrement un des effets de l'amour. Elle attendait avant de le lui dire par contre.

Une fois arrivés chez elle, la demoiselle s'empressa de faire comme à chaque fois qu'elle rentrait chez elle. Une fois tout en place, et assurée que son hôte soit accueillit comme il se doit, elle écouta ce qu'il avait comme plan pour le lendemain alors qu'elle faisait réchauffer sa boîte de nuggets.

"Dis-moi, pour que je comprenne un peu mieux, tu y fais quoi exactement? Non parce que tu sais l'inconvénient d'être serveuse c'est que j’entends les gens parler toute la journée voir la nuit. Je ne sais pas si tu peux vraiment en parler, je ne suis pas certaine de vouloir tout savoir pour être honnête mais au moins dis moi que tu n'es pas un tueur psychopathe?" Elle bascula sa tête sur le côté en faisant une petite moue à la fois rigolote et interrogative. Elle n'aimait pas les ragots. Il était génial avec elle, elle était heureuse, devait elle se contenter de ça ou connaître la vérité sur le club de suite? Elle haussa les épaules pour répondre à sa question: " Je dois aller voir David." Mais lorsqu'elle aperçu sa mine interrogative elle ne put s'empêcher de le chambrer pour voir s'il parviendrait à avoir un soupçon de jalousie: "Mais si l'un des voisins, tu l'as peut-être déjà croisé. Un blond canon qui passe son temps à la salle de sport, il possède d'ailleurs une salle pas trop loin d'ici." Elle ne put s'empêcher de rire ne sachant absolument pas lui mentir: "Ok je te chambre il n'est absolument pas à mon goût et je m'en fiche éperdument et il est marié. Mais oui je dois aller le voir, sa femme et lui me commandent régulièrement des peintures. Je dois aussi aller faire des courses, rien de bien passionnant quand on vit toute seule."

Elle s'en alla dans la cuisine pour trouver de quoi l'hydrater mais fit une mine déconcertée en voyant un simple fruit sur le comptoir. Ce soir il n'aura le droit qu'à un pauvre soda. Elle se promit intérieurement qu'elle ferait désormais plus attention à ce qu'elle achèterait dans le futur pour qu'il ait tout ce qu'il faut et qu'elle ne passe pas pour une radine. Elle déposa le soda sur la table, à côté de ses nuggets puis l'embrassa fougueusement, les mains tremblantes sur sa veste. Il la rassura sur le fait qu'il n'allait pas partir de suite, tant mieux. En réalité elle n'avait pas envie qu'il s'en aille mais ne savait pas comment aborder le sujet. Elle n'était pas certaine de faire quelque chose avec lui ce soir mais elle voulait qu'il soit là, se blottir dans ses bras et s'endormir ainsi en ne pensant plus à rien d'autre.

" Je comptait justement te kidnapper alors ça tombe bien." Elle venait de le dire tout en le destituant de sa veste mais en chuchotant comme si demander ce genre de chose n'était pas dans ses habitudes, bon en réalité c'était complètement ça. Elle n'avait jamais, oh grand JA-MAIS demandé à un homme de rester dormir avec elle, dormir ou même autre chose. Et d'un seul coup elle prit peur de ce qu'il pourrait penser d'elle, ce qui se vu quand elle se mit à rougir: "Enfin non, enfin si, si, si, mais non, enfin si  mais non, ne va pas croire que je propose ça habituellement. Je ne propose pas ça, JAMAIS." Non c'est vrai jamais. Et c'était sûrement pire qu'il ne le pense, quelque chose qui la dérangeait énormément, au point où elle eu les larmes aux yeux et soupira nerveusement, baissant la tête honteuse par la situation: "Je suis désolé Donald, je ne suis certainement pas le genre de femme que l'on aimerait avoir en petite amie. Femme, je dis ça je n'en suis même pas une. C'est minable comme situation, le mec qui fait partit d'un club et la vierge du quartier." Elle s'assit, abattue. C'était certain maintenant il allait flipper et partir les jambes à son cou. Cela aura été de courte durée en fait au final? "Désolé Donald c'est nul comme annonce. Je ne vend plus du rêve. Je comprendrai si tu retire ta proposition de voir ou ça allait nous mener." Ca allait peut-être juste l'amener chez la gynéco ou dans un bar pour se saouler et supplier un super meilleur ami, qu'elle n'avait pas, de ne plus être ridiculement vierge.



_________________

Cette douleur je ne peux pas t'en parler.
J'aime mieux que tu ne saches pas qu'elle existe
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Eriam & Tumblr
messages : 44
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Sam 8 Sep - 16:39



Un nouveau départ

Laura & Donald

Oui, il était fatigué, cela se lisait sur son visage, mais il ne voulait pas se le faire dire, enfin, il ne voulait surtout pas se l'avouer, cela n'avait pas guère d'importance cela dit. Il voulait surtout détendre l'atmosphère après une rude journée, une rude semaine comme habituellement à vrai dire. Et cela fonctionnait puisqu'elle jouait le jeu, disant qu'il semblait être plus en forme à présent alors que ce n'était pas vrai. Mais il avait d'autres talents bien entendu. Pour autant, il n'allait pas les dévoiler tous dès le premier soir.

" Bien sur que j'ai d'autres talents, mais je ne vais pas tout te montrer ce soir, il faut en garder pour plus tard. "

Est ce qu'il avait d'autres talents en vérité ? Oui, sans doute, notamment avec les outils informatiques, mais pour le moment, il n'en avait pas besoin, pas véritablement. Il se débrouillait bien en mécanique également, sinon, il ne bosserait pas dans un garage, cela va de soit. Alors oui, il avait d'autres talents mais dans l'instant, il n'en avait pas véritablement besoin. Ils arrivèrent chez elle, et une fois bien installé, elle fit réchauffer des nuggets pour manger un peu. Être serveuse ne voulait pas dire que l'on mangeait pendant le service, bien au contraire. Alors, elle mangeait après, c'était ainsi le peu de fois qu'il était venu jusqu'ici, car en général, s'il la raccompagne, il ne monte que rarement, mais peut être que ce ne serait plus le cas à présent. Et les questions à propos du club arrivèrent, pour qu'elle comprenne mieux son rôle au sein de celui-ci. C'était un peu compliqué il n'est que prospect depuis quelques mois à peine, son rôle n'est pas clairement défini, pour le moment, il essaye de bien faire, mais même ça, ce n'est pas si facile que ça. Elle espérait en tout cas qu'il ne soit pas un tueur psychopathe, faisant une petite moue terrifiante qui le fit sourire. Il s'efforça alors d'avoir une tête correspondant au profil, comme pour lui faire presque peur.

" Mouahahaha ... Non, je ne suis pas un tueur rassure toi. Pour le moment, je suis en phase d'intégration, donc mon rôle n'est pas clairement défini, mais j'essaye de participer à ce qu'ils organisent, histoire de bien m'intégrer, c'est un peu une phase ingrate, mais il faut en passer par là. "

Le mystère résidait dans ce qu'ils pouvaient bien organiser, mais pour ça, il n'en disait pas plus, elle n'avait pour le moment pas besoin d'en savoir plus, peut être que plus tard, il se permettra d'en dire plus cependant. Elle allait donc voir David. Il fronça les sourcils, notant déjà mentalement ce prénom dans son esprit. Serait-il un concurrent ? La description qu'elle en faisait y ressemblait mais au fur et à mesure de la description son visage s'étirait dans un sourire qui prouvait que ce qu'elle disait n'était pas la vérité. Il notait donc qu'elle ne semblait pas être une très bonne menteuse en comparaison de lui, un point qu'il n'avait pas forcément remarqué jusqu'ici, un point qu'il appréciait, au moins, elle ne pourra rien lui cacher. Elle ne pourra pas cacher son inquiétude pour lui aussi. Il trouvait cela attendrissant. Lui et sa femme avait donc commander une peinture, elle devait donc leur la vendre, ainsi que quelques courses, les choses basiques pour ainsi dire, rien de fou. Il en sourit encore une fois. Elle s'en alla à la cuisine pour revenir avec un soda avant de lui sauter dessus assez fougueusement pour kidnapper ses lèvres. Puis, elle vint lui dire qu'elle comptait le kidnapper pour la nuit ce qui le fit rire. Etais-ce une invitation détournée pour rester là encore un peu plus longtemps ? Après tout, dormir ici ou chez lui, c'était presque du pareil au même, non ? Mais elle prit peur, elle avait rougi, d'un coup balbutient quelques mots contradictoire, comme si, au fond, elle ne voulait pas qu'il reste, même si, en réalité, tout cela est bien plus compliqué qu'il n'y parait. Il le voyait à travers le discours qu'elle lui donnait là maintenant, tout de suite. Si la situation avait été différente, il l'aurait sans doute jugé d'une autre façon, mais il était comme elle. Il n'avait jamais fait partie des personnes riches, il venait d'humbles conditions, alors elle ne devait pas croire qu'il allait être arrogeant, plus que de raisons, pas avec elle en tout cas, pas ici, pas maintenant. Il avait toutefois noté le fait qu'elle était encore vierge, chose qui la rendait encore plus délicate à ses yeux. S'il avait peut être eu l'idée de consommer leur amour ce soir, il n'y pensait plus. Il voulait qu'elle se sente suffisamment à l'aise pour se libérer complètement, et ce n'est pas ce soir qu'il en serait ainsi. Elle s'était assise, presque abattue à côté de lui. Il aurait pu lui lancer une petite vanne pour détendre l'atmosphère, mais elle serait mal venue. Alors, au lieu de ça, il ne lui dit rien, pas dans l'immédiat. Et simplement, il lui montra sur épaule droite, pour qu'elle y dépose sa tête, et qu'il passe son bras droit autour de ses épaules. Implicitement, il lui faisait comprendre qu'il ne voulait pas de ce rêve qu'elle ne possédait pas. S'il avait voulu le rêve ultime, il ne serait pas venu ici ce soir dans cet appartement. Il n'aurait pas pris pour habitude d'aller manger sur son lieu de travail. Il aurait simplement fait rugir sa moto ailleurs, devant des plantes plantureuses, avec une poitrine généreuse, des formes amplifiées, pour pouvoir se la péter. Mais ce genre de femmes là, il les détestait, elles représentaient tout ce qu'il n'aimait pas, tout ce qu'il n'avait jamais vraiment pu avoir. Il préférait de loin, une belle jeune femme, authentique, peu sûre d'elle, avec de belles formes naturelles. Elle ne se rendait pas compte, que s'il l'avait choisi elle, ce n'était que partiellement pour son physique, car oui, elle était à son goût, mais il avait su discerner cette pointe de sincérité dans son regard, une authenticité qu'il n'y avait pas chez la plupart des personnes.

" J'accepte de me faire kidnapper pour la nuit Laura. Et arrêtes de te déprécier de la sorte d'accord ? Tu es une magnifique personne à l'intérieur, et physiquement, tu n'as rien à envier à beaucoup, crois moi. Alors reste comme tu es, et tout ira bien. "


Et il venait embrasser son front, même si intérieurement, il avait envie de plus, mais elle était encore fragile, à fleur de peau, alors il ne désirait pas la froisser, au contraire. Il avait un diamant entre les mains qui ne demandait qu'une chose : être poli pour devenir le plus beau au monde. Elle était son diamant, il tenait à elle plus qu'il ne le voulait déjà, car dans un coin de sa tête, il y avait son ambition personnelle, il y avait le club qui se profilait. Il voulait mener les deux de fronts, il le voulait, mais il ne savait pas s'il y arriverait. Peut être qu'à un moment donné, il devrait la laisser sur le bord de la route, il y pensait, il savait que cela pourrait arriver. Mais pour le moment, leur histoire n'en n'est qu'à ses balbutiements, il veut y croire, pour elle, pour lui, à jamais.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Zuz'
messages : 361
quartier : Dans un studio. Downtown, the loop.

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Mer 19 Sep - 15:48



Un nouveau départ

Laura & Donald


Il avait tout à fait raison, mieux valait garder des choses secrètes pour le moment. Ses talents seraient les bienvenus lorsque leur relation deviendra un peu plus ennuyante ou blessante. Pour le moment tout était neuf, joli, délicat, rempli de tendresse comme on le fait à chaque début de relation. Elle continuait de sourire à chaque parole qui sortait de sa bouche. Il parvenait à la faire rire même en faisant un rire de psychopathe, mauvaise imitation d'ailleurs. Il n'en dit pas plus sur son implication dans le club ni les véritables actions de celui-ci. Elle savait qu'elle finirait par savoir, qu'elle voudrait savoir absolument tout sans aucune transparence mais en même temps elle laissa le sujet dans un cabanon au fond du jardin pour ne s'attarder qu'au meilleur, c'était ça la force d'un début de relation, on parvenait à prendre le maximum de positif pour que les choses plus douloureuses passent au second plan. Certains parvenaient à toujours laisser cela au second plan et parfois cela vient nous frapper en pleine tête sans prévenir.

"J'imagine que je n'en saurais pas plus pour ce soir. J'espère qu'un jour tu auras assez confiance en moi pour m'en parler ouvertement." Ce n'était aucunement pour l'embêter, juste pour montrer qu'il pouvait croire en son soutien infaillible tant qu'il ne lui mentait pas.

Ses yeux le fixèrent durant un bon moment lorsqu'il lui montra toute son affection en ne prenant pas peur devant sa virginité. Il resta présent, doux, sans pour autant essayer d'en faire trop. Il réalisa forcément qu'elle était agréablement surprise par sa réaction vu qu'elle ne parvient à produire un son, pourtant sa bouche était grande ouverte, qu'au bout d'une vingtaine de seconde au moins. " Oui mais je suis...vierge." Elle le répétait avec un regard insistant comme si cette information, d'une information capitale à ses yeux, aurait dut le déranger. "Enfin je veux dire. Tu sais. Vierge." Décidément elle ne s'en remettrait jamais. Elle avait toujours été persuadée que les hommes ne pensaient qu'à cela. Elle le savait également après toutes ces années de démonstration intensives données par sa mère ou la vie en général. "Enfin je veux dire j'ai déjà fait des choses."

Elle attendit que Donald la regard enfin et ne semble pas trop ravie d'avoir cette information pour rigoler nerveusement, se sentant tout de suite plus détendue. "Excuses-moi, c'est nerveux." Et plus elle le regardait et plus elle avait envie de rire, plus cette peur irrationnelle de le décevoir, sans savoir pourquoi disparaissait. "Ce n'est pas que je veuille t'expliquer EXACTEMENT ce qu'il s'est passé, je pensais juste que tant qu'à prendre cette décision, autant jouer carte sur table. Je n'aime pas les mensonges et je préfères tout savoir plutôt que d'apprendre des choses, j'applique donc cette règle avec tout le monde. Donc..." Elle se mordilla la lèvre inférieur avant de soupirer délicatement: "Pour information je n'ai eu que deux garçon, le premier un bisou et ma mère s'est empressé de me montrer que les hommes préfèrerait toujours des femmes plus sexy que moi et le deuxième, celui avec qui il s'est passé des choses, il est partit une fois qu'il a sut que je n'étais pas...expérimentée diront nous. Désolé je t'en dis trop c'est plus fort que moi dès que je suis nerveuse, je ne m'arrête plus." Et soudain la réalité la percuta. "Ma mère." Elle se redressa pourtant si confortablement collée à son petit ami et fit les cents pas juste devant lui. Elle ne la voyait pas souvent mais fut soudainement prise de panique: "Il ne faut pas qu'elle sache. Tu ne dois surtout pas la voir." Pensait elle réellement que Donald allait céder à ses avances? Peut être pas forcément, il semblait différent mais par contre elle pourrait lui retourner le cerveau, lui faire avoir des doutes envers elle, émettre son opinion quand au danger de la situation vu leur métier opposé, peut importe ce qu'elle pourrait lui dire, ca ne serait jamais une chose positive. "Jure moi Donald, il ne faut surtout pas qu'elle sache ou si, si elle finira par savoir je la connais c'est une ...aaaargh, tu ne dois pas lui parler je t'en prie, ne te laisse pas prendre dans ses filets, elle profitera de la moindre chose pour tout gâcher."

Cela faisait un moment qu'elle pensait à Darko comme plus qu'un ami mais elle ne profitait de ce nouveau statut que depuis quelques minutes qu'elle avait déjà peur de le perdre. Elle devait semblait hystérique mais c'était elle. Il y avait des moments où elle était la plus douée pour rassurer tout le monde et parfois, elle vrillait quand sa mère entrait en scène, lui faisant perdre toute confiance. Elle ne savait pas si il allait la prendre au sérieux alors en essayant de mentir de la meilleure façon, elle tenta un: " Ne te moque pas, elle est vraiment dérangée cette femme, si tu la laisse te parler je..." menace, menace. "Je..." Elle fit mine de réfléchir avant de sourire d'une façon plus qu'espiègle pour tester également sa jalousie. Elle croisa les bras, désormais debout face à lui: "Ou je vais draguer le client qui a voulu me donner son numéro de téléphone tout à l'heure. Je t'ai vu l'observer tout à l'heure quand tu as vu que j'ai refusé tu as souri. Oui monsieur Darko, je vous observe avec attention." Elle se pencha juste ce qu'il faut pour parvenir à se rapprocher de lui afin de capturer un baiser sur ses lèvres au goût exquis.



_________________

Cette douleur je ne peux pas t'en parler.
J'aime mieux que tu ne saches pas qu'elle existe
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Eriam & Tumblr
messages : 44
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Sam 22 Sep - 16:14



Un nouveau départ

Laura & Donald

Malgré une fatigue apparente, il ne voulait pas gâcher leur premier moment officiel ensemble. Il voulait faire en sorte que tout se passe bien pour elle, lui montrant qu'il saurait être attentif et doux avec elle, attentif à ses besoins, doux dans ses propos et ses gestes. Il n'était pourtant pas forcément très à l'aise. Mais entre les deux, il était celui qui avait le plus d'expérience même si elle n'allait pas chercher bien loin. Laura avait cette naïveté en elle qui la faisait resplendir comme le plus beau des diamants. Elle n'était pas assurée, alors que pourtant, elle était belle comme les lys des champs qui sont magnifiquement orné, doté naturellement d'une extrême beauté que pourtant, personne ne voit véritablement. Et Laura était ce diamant encore à l'état brut qu'il allait devoir polir pour qu'il ressemble à quelques choses de plus beau encore. Laura était naturellement ce lys, doté d'une beauté naturelle qu'il n'y avait pas besoin de changer ou de modifier. Elle voulait déjà en savoir plus sur le club, alors il lui en disait un peu, il lui disait la vérité, le minimum qu'elle devait savoir pour qu'elle ne se pose pas plus de questions. Elle aurait cependant voulu en savoir plus tout de suite, mais ça ne servirait à rien, pour le moment. Il lui faisait confiance, ce n'était pas la question, mais elle n'avait pas besoin d'un savoir plus, c'est tout. Il aurait pu, mais il lui fit un sourire, n'insistant pas sur ce sujet, pas qu'il était tabou, mais pour ce soir, ce ne serait pas très utile. Elle l'avait compris, et remettait donc le sujet à plus tard pour ainsi dire.

Elle n'était pas à l'aise, il le voyait et certains points la fâchait, notamment celui à propos de sa virginité encore intacte. Donald ne pouvait pas dire qu'il n'était pas étonné d'entendre cela. Il pensait qu'elle avait pu avoir déjà de l'expérience à ce niveau là, mais non. Quand le moment sera venu, il allait donc devoir prendre encore plus soin de la perle qu'il avait entre les mains, de cette perle qui était encore dans son coquillage et qui tentait à peine de sortir de celui-ci pour partir explorer un monde différent. Laura se dépréciait tellement, elle insista donc sur le fait qu'elle était vierge, mais n'étais-ce pas là ce que Dieu désirait ? Il n'était pas vraiment croyant mais il s'était renseigné sur la question, et en théorie, tout le monde devrait rester vierge jusqu'au mariage. Ils n'en étaient pas à ce point là, venant de commencer leur relation, et si tout se passait bien, ils pourraient peut être aller jusqu'à un potentiel mariage. Mais pour le moment, ce n'était que le début et cette information sur sa virginité à elle, ne lui donnait que plus de valeurs. Peut être qu'elle avait déjà eu de petits amis avant, mais elle n'était jamais passé à l'acte, se réservant pour celui qui serait sans doute le bon, le seul, l'unique, l'élu. Alors, il ne disait rien, il voyait bien qu'elle voulait s'exprimer, qu'elle devait lui dire pourquoi elle faisait une fixette sur cela. Elle lui parla donc de ces deux ex-petits amis si on pouvait dire cela comme ça, puis elle parla de sa mère. Elle semblait faire un complexe vis à vis d'elle, si bien qu'il ne devait pas la voir, pour ainsi dire jamais, pour que leur relation soit la plus saine possible. S'il pouvait se passer de belle maman, il ne dirait pas non de toute évidence. Laura n'aurait pas ce problème là, puisque la mère de Donald n'était plus de ce monde, mais ça, il le lui dirait plus tard évidemment. Alors elle lui demanda de ne rien dire à sa mère à elle, il devait le jurer. Elle était sur les nerfs, il devait la faire dédramatiser.

" Tu as une Bible pour que je puisse jurer ? Parce que sinon, je peux pas, c'est pas possible que je le fasse. Non, mais détends-toi tu veux ? Ne commence pas à penser à ta mère. Elle finira par savoir quoiqu'il arrive, mais je ne lui dirais rien, ça te va ? "


Il lui avait pris les mains pour qu'elle arrête de bouger, et son regard s'était plongé dans le sien, pour qu'elle comprenne que sa mère ne serait jamais un obstacle. Puis, elle lui demanda de ne pas se moquer, car sa mère semblait être un cas extraordinaire. Puis, elle lui dit qu'elle l'avait vu sourire lorsqu'un client lui avait donné son numéro et qu'elle avait refusée. Et cela le fit sourire à nouveau avant qu'elle ne vienne quérir un baiser. Il aimait voir cette qualité d'observation couplée à une franchise à toute épreuve. Si un jour, il avait à lui mentir, il allait devoir être doué pour qu'elle ne remarque rien. Mais pour le moment, il n'avait pas à le faire fort heureusement. Il prolongea alors ce baiser si bien qu'ils finirent par basculer sur le canapé.

" Tu sais que ta mère n'est pas une si mauvaise personne que ça. Elle a été capable de prendre toutes les étoiles des cieux pour les mettre dans ton regard. "

Et il en sourit, car il l'aimait ce regard d'une couleur si intense qu'il pourrait s'y perdre comme s'il s'agissait d'un océan calme qui n'avait à rougir de rien.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Zuz'
messages : 361
quartier : Dans un studio. Downtown, the loop.

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Jeu 27 Sep - 15:12



Un nouveau départ

Laura & Donald



Laura n'arrivait pas à le regarder parfaitement dans les yeux, non cette histoire avec sa mère l’inquiétait et il y avait de quoi quand on savait ce dont elle était capable. Donald s'empara de ses mains, détendant la demoiselle. "Mais..." Il semblait convainquant. Elle n'arrivait pas à rire à sa blague, montrant bien la capacité de sa mère à la mettre sous pression. Il disait que quoi qu'il se passe sa mère finirait par savoir, c'était évident, apparemment il ne lui parlerait pas alors comme d'habitude, pour ne pas déroger à la règle elle hocha la tête. Elle n'aimait pas contrarier. Elle avait peur de lui expliquer de quoi serait capable sa mère alors elle fit comme si tout allait bien.

Les mains de Donald étaient chaudes, réconfortantes tout comme le sourire qu'il lui adressa lorsqu'elle le taquina sur sa possible jalousie. Elle lui offrit un début de baiser et rapidement Donald prit les rennes de la situation en prolongeant le baiser si langoureusement qu'ils finirent par basculer sur le canapé. C'était comme s'ils étaient enivrés par leur étreinte au point ou ils ne savaient plus ce que leur membres faisait. Il gâcha ce moment en parlant de la mère de Laura mais celle-ci ne lui en voulait pas car il lui faisait un compliment. D'accord c'était une phrase bateau qui, lorsqu'elle est faite par un inconnu, est très relou mais qui semblait venir du cœur. Laura, assise à califourchon sur son petit-ami, fit glisser l'une de ses mains sur le visage de Donald, ses doigts caressant lentement sa joue puis vint se perdre dans ses cheveux, les caressant comme si cela la détendait.

" Vous êtes parfait Monsieur Darko. J'aime vraiment beaucoup ton regard tu sais? Mais...Je sais que si elle s'approche de toi elle finira par te convaincre de t'éloigner de moi. Et elle serait capable de venir pour me faire douter de toi, de...nous." Oui "eux". C'était récent mais elle voulait les protéger. Ils avaient enfin réussit à se laisser aller aux confidences et rapprochement, ce n'était très certainement pas pour sous estimer sa mère et ça, Donald devait le comprendre sans connaître toute l'histoire. " Sérieusement Donald, je me sentirai mieux si tu me le promet. Elle finira par t'attraper, fuit la comme la peste si tu as envie de passer du temps avec la serveuse . Tu veux bien?"

Elle était bien la, elle se sentait en sécurité, apaisée alors que pourtant il y avait un contact charnel. Il y a quelques heures encore ils se seraient peut-être balader bras sur l'épaule de l'autre, voir eu quelques gestes tactiles mais tout dans le respect de leur amitié et là, c'était comme s'il avait suffit qu'ils en parlent pour libérer leur intentions et enchainer les actes. D'accord ils n'étaient pas en train de s'envoyer en l'air comme la plupart des jeunes l'auraient fait, d'ailleurs c'était peut-être quelque chose que Donald avait imaginé mais non ils étaient sages, sans que cela n'empêche Laura de s'emparer à nouveau des lèvres de son petit ami. C'était un délice, elles semblaient légèrement salées et pourtant si tendres. Elle plongea ses yeux dans les siens avant de glisser sa main libre sur le bras du beau brun sur lequel elle était assise. Un bras bien plus agréable à toucher sans veste en cuir pour lui rappeler qu'il pourrait partir d'une minute à l'autre s'il le fallait. Il avait beau lui certifier qu'il n'avait as l'intention de partir de suite, elle se rappelait de cette fois où ils s'étaient posés un soir pour manger une glace, se rapprochant un peu plus que d'habitude et où il avait dut partir précipitamment. C'était le club apparemment mais Laura n'avait eu de cesse, en rentrant chez elle, de penser que ce rapprochement l'avait peut-être fait fuir, l'obligeant à prendre comme prétexte le club.

"Bon et moi alors, dois-je me méfier de quelqu'un? Des exs hystériques, possessives et encore complètement folles de toi? Elles ou quelqu'un d'autres, tant qu'on parle du négatif pour ensuite pour profiter du positif." Elle eu un sourire espiègle, haussant les épaules, incapable de lui cacher quoi que ce soit: "Mais c'est surtout les filles qui s'intéressent à toi qui m'intéressent!"

Quelques minutes plus tard elle finit enfin par demander: "Dooonc vu que tu es fatigué tu aimerais plutot quoi? Douche, film d'horreur ou quelque chose d'autre en tête?"


_________________

Cette douleur je ne peux pas t'en parler.
J'aime mieux que tu ne saches pas qu'elle existe
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un nouveau départ   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un nouveau départ
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» 01. Episode n°1 ; Un nouveau départ
» Petite Ode ○ La chanson du désespoir où la mélodie d'un nouveau départ ?
» Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]
» A l'aube d'un nouveau départ [AJ Lee]
» Besoin d'un nouveau départ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: West Side-
Sauter vers: