Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Blurring the enemy line Ft Tomislav

Aller en bas 
avatar



crédits : @me
messages : 513
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Blurring the enemy line Ft Tomislav   Jeu 23 Aoû - 5:21

Blurring the enemy line
EXORDIUM.
Ce second trimestre de grossesse état sans pareil surtout en comparaison du premier dont non seulement elle n'avait pas vraiment eu connaissance, mais qui en plus l'avait complètement terrassé de fatigue. Si ces derniers mois n'avaient été que ça, honnêtement elle s'en serait contenté sans broncher plus que ça...mais non il avait fallu que la vie du club ne vienne assombrir son quotidien un peu plus, vienne frapper au coeur son mari qui y avait laissé quelque chose de plus douloureux qu'un simple camarade, c'était un père qu'il avait perdu encore une fois...Ce n'est pas quelque chose qui disparaîtrait si facilement elle en avait bien conscience et elle tachait à son niveau de lui offrir un quotidien plus léger que les longues journées qu'il passait parmi les Kings of Speed. Heureusement elle avait finalement retrouvé son énergie et les jours passant avait commencé à faire disparaître cette crainte latente qu'elle avait jusqu'ici tut, celle de mettre au monde un enfant dans ce contexte qui n'avait rien de sûr et qui semblait tout détruire sur son passage. Elle avait passé la journée ; puisqu'elle ne travaillait pas aujourd'hui à faire les magasins, notamment pour acheter de quoi pouvoir mettre autre chose que les deux pantalons dans lesquels elle pouvait encore rentrer et encore c'était un bien grand mot compte tenu du fait qu'elle ne pouvait en fermer qu'un seul des deux. Judith l'avait accompagné et bien sûr avait tenu à acheter deux ou trois trucs (en réalité plutôt dix si elle ne l'avait pas arrêté) pour la petite et comme il ne fallait pas oublier Eliott, il avait fallu s'arrêter dans un autre magasin pour lui acheter des bouquins et un kit pour fabriquer son propre système solaire parce que oui fini les dinosaures, sa nouvelle passion était désormais les planètes et l'espace.

Natalia avait déposé la jeune femme au Crashdown où elle devait prendre son service un peu plus tard ce soir, elle était en avance, mais elle ne doutait pas qu'elle saurait trouver à s'occuper avec son patron, maintenant que la nouvelle avait été rendue publique et c'est par la suite qu'elle s'était quant à elle, arrêtée sur le chemin du retour pour passer à la librairie, puis au supermarché. Elle aimait bien cet endroit, même si elle n'était pas une grande lectrice, mais elle aimait bien l'ambiance de ce vieux commerce et l'odeur des vieux livres d'occasions. C'est souvent là qu'elle venait quand elle avait envie de trouver quelque chose pour James quand en tout cas il n'y avait pas d'occasion particulière et aujourd'hui c'était le cas... elle avait juste envie de lui faire un cadeau. Elle était en train de farfouiller dans de vieux bouquins quand la sonnette accrochée à la porte et renseignant sur les aller et venues s'était mise à sonner et lui avait fait lever la tête, seulement pour apercevoir un visage familier que pour le moins elle n'avait pas envie de croiser. Elle ne l'avait pas revu depuis qu'elle avait été contrainte d'annoncer sa grossesse à Lloyd quelques semaines auparavant et elle comptait bien ne pas avoir à lui parler, pas aujourd'hui, pas demain et certainement pas les jours suivants. Ca l'agace et la frustre, mais elle pousse un soupir et prend sur elle, ce n'est qu'une coïncidence et rien d'autre...elle continue donc de vaquer à ses occupations et finit par ressortir de la boutique pour continuer ses emplettes.

Il doit bien s'écouler vingt minutes avant qu'au détour d'un des rayons du supermarché elle ne l'aperçoive encore. Ce serait difficile de le louper en même temps vu la taille qu'il fait et cette fois-ci le coup de la coïncidence commence à devenir, en tous les cas à son sens un tant soit peux plus difficile et parce que c'est Natalia et qu'elle à tendance à se laisser porter par ses émotions elle plante littéralement son panier de course sur le sol et franchit le rayon qui les séparent pour venir se planter devant lui du haut de son petit mètre soixante-huit.et colle ses poings de chaque côté de sa taille dont l'arrondie ne laisse à présent plus beaucoup de doute sur sa condition. « Hey sale perv! C'est quoi ton problème hein ? Faut que je te le dise en Serbe pour être sûre que tu comprennes ? Elle marque une seconde de silence et vient planter son regard dans le sien. Bien ok ! Elle lève ses deux mains devant elle en secouant la tête à la négative comme pour marquer le fait qu’elle rend les armes. Не желим да те видим, нисам заинтересован, јасно је? Bon elle espère pour la forme qu’elle n’a pas fait d’erreurs parce que ça enlèverait à son grand discours de force, mais bon ca devrait le faire. C'est mieux, ça rentre là? Elle le fusille du regard. Petite, mais terrifiante. Mon taf, la librairie, le supermarché, c’est quoi la suite ? l’école de mon gamin ? mon jardin ? T’as intérêt d’arrêter de me suivre parce que crois moi t’as pas envie que mon mari te tombe dessus. » Oui bon okay c’est la menace facile, mais dans son cas ça ne pouvait pas être plus vrai, ni plus dangereux.

_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.



Dernière édition par Natalia Manning le Mer 10 Oct - 2:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



crédits : Vava: Me, signature : Daya
messages : 95
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Blurring the enemy line Ft Tomislav   Dim 16 Sep - 16:07

Blurring the ennemy line
Natalia & Tomislav

Sac de sport dans la main, il sort par la grande porte et ça n’est pas forcément glorieux. Le serbe se sent humilié, profondément en colère, d’avoir été si salement accusé de quelque chose dont il n’est absolument pas coupable pour se voir aujourd’hui licencié comme un sale chien après tout ce qu’il a fait pour cette femme. Tomislav se dirige vers l’arrêt de bus d’un pas rageur. C’est quand même une grosse blague. Maxime le soumet, profite de lui, de ce tout ce qu’il a à lui donner, lui glisse une culotte dans son sac et c’est lui qui trinque, comme s’il était un gros pervers harceleur. Lui qui voyait ça comme un message, une invitation, se retrouve à se demander si ça n’était pas un stratagème savamment mener pour avoir une opportunité de le virer. Ca ne l’étonnerait pas, après tout il n’était que le petit immigré sans carte verte que l’on peut exploiter sans risquer de se voir trainer en justice.

Il est injuste quelque part, Adler l’a toujours très bien payé même si elle se montrait pire qu’une sorcière, un véritable tyran – côté qui lui plaisait finalement -. Mais l’humiliation lui reste au travers de la gorge, marquée au fer rouge.
Sans un bonjour pour le chauffeur de bus, Tomislav s’assoit et contemple les murs de Chicago défiler devant ses grands yeux ternes. Le rêve américain lui échappe certains jours et il ne s’imaginait pas trimer comme un clébard à ce point. Et quand il pense à Natalia qui a déménager avec son mari dans un appart qui doit certainement être immense, vivant sa vie paisiblement avec son gosse, sans se soucier de sa gueule à lui… Sa colère ne fait que s’accroitre. Elle n’a eu aucune pitié pour lui, comme la sale petite égoïste qu’elle était, une véritable pourriture. De quoi le complaire dans ce qu’il pense depuis le début : Elle a injustement obtenue cette chance dorée.

Le serbe descend du véhicule, ouvre grimpe les marches et pénètre dans son appartement sous la grimace contrariée du jeune homme. L’odeur de ce putain de chinois empeste la pièce malgré ses efforts. Appartement pourri, fiancée à l’hosto entre la vie et la mort, taff perdu… et frigo vide.

- Putain.

Pas même une bière ou un truc sympa à bouffer. Il hésite à contacter Nikki pour au moins se venger sur le sexe mais se ravise. Il a pas envie de se défoncer la gueule au shit ce soir. Tomislav soupire avant de se décider à prendre un peu d’argent pour faire un tour au supermarché. Les mains enfoncés dans sa veste noir, l’air frais le fait redescendre un peu de cette colère persistante pour finalement le pousser dans une boutique de bouquin, espérant pouvoir trouver un truc intéressant à lire pour Ayleen, de quoi pouvoir l’occuper durant ses longues journées d’attentes et d’ennuis à l’hôpital. Il finit par mettre la main sur un bouquin qui pourrait lui plaire ; Enfin, c’est ce ce qu’il se dit en voyant la couverture étrange mais superbe du livre. Elle aime tout ce qui est un peu bizarre, pour preuve, elle l’aime bien lui.
Direction le supermarché où il compte s’acheter quelques bières, une pizza à bouffer devant un truc à la con à la tv. Il devrait au contraire s’évertuer à économiser maintenant qu’il a été viré mais il n’en a présentement rien à foutre. Il réussira à trouver un job et il ne va certainement pas se laisser miner par cette conne d’Adler.

Il vogue entre les rayons, remplit distraitement son panier…

- Hey sale perv!

Tomislav marque un sursaut lorsqu’il voit ce gnome sortir de nulle part. Un gnome au ventre horriblement rond. Et à l’air hystérique, également.
Le jeune homme fronce les sourcils, constate que visiblement tout roule pour Natalia puisqu’elle semble avoir la possibilité d’assumer un deuxième mioche. Mais ça n’est pas le problème puisque cette nana décide de débarquer de nulle part pour l’insulter elle aussi gratuitement. Sans qu’il ne pige rien.

- C'est quoi ton problème hein ? Faut que je te le dise en Serbe pour être sûre que tu comprennes ? Bien ok !

What the fuck ? Qu’est-ce qu’elle vient le faire chier avec sa crise hormonale à la con ? Tomislav ne bronche même pas, la laisse gueuler comme un teckel en plein milieu du supermarché, attirant les regards de certains clients, dont il se fout éperdument ceci dit.

- Не желим да те видим, нисам заинтересован, јасно је?

Elle ose lui parler en serbe, elle qui a reniée ses origines et pisser sur la propre gueule de son frère.

- C'est mieux, ça rentre là? Mon taf, la librairie, le supermarché, c’est quoi la suite ? l’école de mon gamin ? mon jardin ? T’as intérêt d’arrêter de me suivre parce que crois moi t’as pas envie que mon mari te tombe dessus.

Ah, son mari. Celui dont il se fout comme de la dernière pluie. Il ne minimise pas les menaces de Natalia, avec ses yeux exorbités, il a bien compris qu’elle était plus que sérieuse mais il ne compte pas pour autant s’écraser comme un chien. Et il sait également qu’il peut faire ça de façon subtile et intelligente.

- Sinon quoi Natalia ? Ton mari va me crever le yeux pour avoir faire quelques courses dans un supermarché ?


Il montre le panier devant elle, complètement ahuris par le comportement de tarée qu’elle adopte, expression blasé sur le visage. De celui qui ne comprend pas. Il aurait pu effectivement la suivre, il l’a déjà fait sans qu’elle ne se rende compte de rien. Preuve que si vraiment il avait voulu réitérer l’expérience aujourd’hui, il se serait fait plus discret. Mais encore une fois, la jeune femme assoit sa soit disant supériorité sur lui en le prenant pour un demeuré. Encore plus condescendante qu’elle ne l’avait été la dernière fois.

- Qu’est-ce qui ne tourne pas rond chez toi ? J’ai autre chose à faire que venir suivre ma "demi-sœur" qui me renvoyer chier comme un merde l’autre temps.

Il appuie là où ça fait mal, l’air de rien, parfaitement innocent presque abattu. Même si l’envie de lui claquer la gueule le démangerais presque à faire un scandale aussi stupide en plein milieu du magasin. Ca n’est clairement pas le jour pour venir le faire chier mais quelque part, cette situation pourrait lui servir.

- J'ai juste venue faire mes courses, qu’est-ce que j’y peux si on se retrouver au même endroit en même temps. Et si j’avais voulu te suivre ou t’emmerder, je l’aurai faire depuis plus longtemps que ça. Et certainement pas devant tout le monde.

code by bat'phanie

_________________

   

"Au royaume du sombre, de la thune et des rats,
je serais comme une ombre à chacun de tes pas."
(c)Saez - Comme une ombre.

   
(c)BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 513
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: Blurring the enemy line Ft Tomislav   Mar 25 Sep - 22:39

Blurring the enemy line
EXORDIUM.
Elle est en colère, c'est le moins que l'on puisse dire, elle n'en peut plus de voir sa tête partout, ne comprend pas pourquoi il ne la laisse pas tranquille…quel est l'intérêt ? Insisté ne va franchement pas l'aider à lui faire changer d'opinion et qui plus est, quel est l'intérêt de vouloir nouer des liens avec quelqu'un qui ne veut rien avoir à faire avec vous ? Alors, elle laisse son exaspération se répandre autour d'eux, sans aucune considération aucune pour le reste du monde, elle n'a que faire des regards qui peuvent se porter sur eux ou du jugement qui pourrait être porté, elle n'est pas en tort, elle n'exagère en rien la situation, elle ne fait que le mettre face à ce qu'il est, ce qu'il fait et qui doit s'arrêter maintenant. Un bref instant de latence prend place avant que finalement il ne lui offre une réaction et elle imagine pour une raison qu'elle ignore, pour être tout à fait honnête, qu'il va se complaire dans le rôle de l'innocent…Sinon quoi Natalia ? Ton mari va me crever le yeux pour avoir faire quelques courses dans un supermarché ? Et voilà, ajouter à ça un air de bêta et la panoplie est entière. Elle roule des yeux de façon plus qu'excessif tant ça ne prend pas avec elle. Elle pousse un soupir, les dents serrées et vient secouer sa tête à la négative. – Ba voyons. C'est tout ce qu'elle lui lance alors qu'il continue de jouer au plus malin. - Qu’est-ce qui ne tourne pas rond chez toi ? J’ai autre chose à faire que venir suivre ma "demi-sœur" qui me renvoyer chier comme un merde l’autre temps. Son sang ne fait qu'un tour, pas parce qu'il nie la suivre ou traîner autour d'elle de façon « inexpliquée », mais pour son choix de mot, pour ce qualificatif qu'elle réfute vivement, elle ne veut pas être sa demi-sœur, parce qu'elle ne veut pas donner d'importance à ce père, à ce pan de sa vie qu'elle a rangée bien loin de son quotidien et de ce qui fait à présent son monde…de famille elle n'en a qu'une et elle se compose uniquement de James et leurs enfants, le reste n'est que dérisoire. - J'ai juste venue faire mes courses, qu’est-ce que j’y peux si on se retrouver au même endroit en même temps. Et si j’avais voulu te suivre ou t’emmerder, je l’aurai faire depuis plus longtemps que ça. Et certainement pas devant tout le monde…Cette fois c’est un rire ironique qui franchit le seuil de ses lèvres…bon sang qu’il était fatiguant.

- Oh épargne moi ton blabla okay ! Pour commencer je ne suis pas ta demi-sœur met toi bien ça dans le crâne, ce type n’a jamais été mon père fin de l’histoire !  La Serbe vient croiser les bras sur sa poitrine avec un air terriblement contrarié.  Et tu veux savoir ce qui ne tourne pas rond hein ? Toi c’est toi le problème Tomislav, je t’ai dit que je ne voulais rien avoir à faire avec toi ou ta famille et pourtant tu continues à venir au Maureen’s encore et encore et curieusement toujours pendant MES shifts et voilà que maintenant dans une ville de la taille de Chicago, on se retrouve à fréquenter le même supermarché, la même micro-librairie, tu te fouterais pas un peu de ma gueule ? C’est quoi ton plan dis-moi ? Elle s'arrête, plante un regard à la fois interrogateur et assassin dans le sien. Tu t'es dis qu'à force j'allais changer d'avis ? Que peut-être que je me serais dit que c'était le destin ?? Elle agite ses mains comme pour imager la bêtise même que représenterait cette pensée, elle n'était pas du genre à croire en quelque chose d'aussi illusoire et chimérique que le destin, on le créait, il ne tombait certainement pas du ciel. Désolée de te décevoir, mais ça ne marche pas, tu vois ça à même plutôt l'effet inverse, alors je réitère oublie moi, oublie cette histoire de sœur et de famille. Ça ne peut pas arriver ! »


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.



Dernière édition par Natalia Manning le Mer 10 Oct - 2:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



crédits : Vava: Me, signature : Daya
messages : 95
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Blurring the enemy line Ft Tomislav   Dim 30 Sep - 17:16

Blurring the ennemy line
Natalia & Tomislav

Elle ne le croit pas, ça se voit dans ses yeux de folle qu’elle préfère continuer de lui gueuler dessus plutôt que de l’écouter. Tomislav a bien compris que tout ce qui pourrait sortir de sa bouche ne serait que mensonge, incohérence et bla et bla et bla. Putain, qu’elle se la ferme. D’autant plus qu’elle n’a aucune raison de gueuler comme elle le fait et la seule chose qu’elle réussit à faire c’est d’attirer un peu plus les regards sur eux.
C’est vraiment pas le jour pour venir l’emmerder, pour venir lui titiller sa patience déjà limitée depuis qu’il est revenu du manoir des Adler.

- Oh épargne moi ton blabla okay ! Pour commencer je ne suis pas ta demi-sœur met toi bien ça dans le crâne, ce type n’a jamais été mon père fin de l’histoire !


Cette fois, c’est à son tour d’avoir un rire sec.
Fin de l’histoire hein ? Qu’elle parle pour elle, facile de faire la nana qui ne veut rien entendre lorsque l’on a grandit sur cette terre dorée, avec de l’argent accessible à la clé et qui n’a jamais manqué de rien. Petite garce.

- Et tu veux savoir ce qui ne tourne pas rond hein ? Toi c’est toi le problème Tomislav, je t’ai dit que je ne voulais rien avoir à faire avec toi ou ta famille et pourtant tu continues à venir au Maureen’s encore et encore et curieusement toujours pendant MES shifts et voilà que maintenant dans une ville de la taille de Chicago, on se retrouve à fréquenter le même supermarché, la même micro-librairie, tu te fouterais pas un peu de ma gueule ? C’est quoi ton plan dis-moi ?

A la base, c’était de la faire plonger. De jouer le frangin paumé, de lui sucrer le plus d’argent possible pour pouvoir faire sa vie tranquillement à Chicago. Sans manquer de lui pourrir la vie au passage, une douce vengeance discrète et invisible mais suffisamment corsée pour qu’elle paie le prix de son arrogance, de sa prétention qu’elle lui affiche à la gueule. Mais en vue de son sale caractère de conne, Tomislav a tout intérêt de la jouer fine, de ne pas déborder dans ses réactions. Il est presque ironique de la voir lui hurler dessus pour du hasard en sachant que ça fait des mois qu’il la stalke de temps en temps sans qu’elle ne se rende compte de rien.

- Tu t'es dis qu'à force j'allais changer d'avis ? Que peut-être que je me serais dit que c'était le destin ??

Il continue de la regarder en silence, ça ne sert à rien de chercher à l’interrompre alors qu’elle s’agite dans tous les sens, bougeant les bras, les mains.

- Désolée de te décevoir, mais ça ne marche pas, tu vois ça à même plutôt l'effet inverse, alors je réitère oublie moi, oublie cette histoire de sœur et de famille. Ça ne peut pas arriver !
- MERCI J’AI COMPRIS ! Putain.

Il s’agace, faussement. Tomislav est un sang-froid mais cette fois, il juge bon de s’emballer un peu, de gueuler un peu plus fort qu’elle parce qu’il en a plein le cul de l’entendre gueuler dans le vide.

- Tu crois que j’ai pas entendre la premier fois ? Que t’as pas été assez clair ? Merci Natalia, j’ai déjà pigé que t’avoir pas envie qu’un bouseux comme moi ne venir bousculer ta petite vie tranquille de citadine.

Il note la différence parce qu’elle n’a pas manqué de le juger après tout, de le regarder comme s’il n’était qu’une misérable merde à la seconde où elle a su qui il était. Alors Tomislav s’amuse à jouer sur ce terrain-là, la poussant avec un peu de chance vers la culpabilité.

- J’suis là pour faire ma course, pas pour venir te harceler parce que figure toi que TOUT ne tourner pas autour de TOI, que j’avoir d’autre problème à règlementer.
Et même là, il ne ment pas. Entre son renvoi et sa femme qui est l’hôpital, ces dernières semaines ont été occupés par d’autres visages que celui de Natalia. J’suis pas le connard qui t’as abandonne, moi j’voulais juste te rencontrer, apprendre à se connaitre.

code by bat'phanie


_________________

   

"Au royaume du sombre, de la thune et des rats,
je serais comme une ombre à chacun de tes pas."
(c)Saez - Comme une ombre.

   
(c)BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 513
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: Blurring the enemy line Ft Tomislav   Mer 10 Oct - 5:07

Blurring the enemy line
EXORDIUM.
Il ose rire ?? Vraiment ça le fait rire ce sale connard ? Le sang de Natalia ne fait qu'un tour et si l'éventualité de pouvoir se calmer et faire redescendre l'habituel trop plein hormonal qui la secoue presque constamment depuis des mois n'était pas de base une possibilité évidente, ça lui semblait désormais complètement impossible. Alors, son ton monte et elle l'agresse sans vergogne, elle n'a que faire d'être civile ou de faire un quelconque effort, pourquoi le ferait-elle après tout ? C'est lui qui envahit son territoire, la suit et ne veut pas comprendre que c'est un pan de sa vie bien trop pénible et qu'elle ne veut pas rouvrir. Cette blessure aussi profonde soit-elle, elle l'avait refermée, cicatrisée même ou en tout cas elle l'avait crue avant que Tomislav ne vienne lui coller l'image de son père sous le nez…il n'avait pas la moindre idée de ce qu'avait pu être sa vie, son enfance et il n'avait pas le droit de venir mettre un coup de pied dans les fondations qu'elle avait réussies à bâtir.

« MERCI J’AI COMPRIS ! Putain.  Il la coupe dans son élan ravageur en venant haussez le ton à son tour, faire entendre sa voix sans doute et bien qu'elle se contrefiche de savoir ce qu'il peut bien penser, elle se tait pourtant, pas vraiment intéressé parce qu'il peux bien penser, mais plutôt parce qu'elle veut juste l'entendre dire qu'il a finalement compris et qu'il entend la laisser tranquille. La petite Serbe vient faire reposer ses bras sur son ventre et les croisent sur sa poitrine, les sourcils froncés et l'air mauvais elle l'écoute pestiférer. - Tu crois que j’ai pas entendre la premier fois ? Que t’as pas été assez clair ? Merci Natalia, j’ai déjà pigé que t’avoir pas envie qu’un bouseux comme moi ne venir bousculer ta petite vie tranquille de citadine.  Il croit qu'il a compris, mais il en est loin, ça n'a rien à voir avec lui enfin en tout cas ça n'était pas le cas jusqu'ici, jusqu'à ce qu'il continue de tourner autour d'elle comme un vautour, jusqu'à ce qu'il choisisse de passer outre sa volonté de garder ses distances avec tout ça, elle n'était pas prête et il n'avait pas su l'entendre.  J’suis là pour faire ma course, pas pour venir te harceler parce que figure toi que TOUT ne tourner pas autour de TOI, que j’avoir d’autre problème à règlementer. J’suis pas le connard qui t’as abandonne, moi j’voulais juste te rencontrer, apprendre à se connaitre. Allez, sortez les violons maintenant ! Il va lui chialer sur l'épaule parce qu'elle lui met le nez dans sa merde ? Mais fallait y penser avant, qu'est ce qu'il espérait qui allait se passer hein ? À quoi il s'attendait ?? Ça l'agace. Doublement. Parce qu'elle a franchement envie de lui coller sa main dans la tronche et de le voir disparaître finalement et définitivement, mais aussi parce que lui laisser entendre qu'elle le fait payer pour les erreurs de leur père la culpabilise, ce n'est pas le genre de personne qu'elle est, elle l'affirme sans détour, mais il y a pourtant là une part de vérité, le comportement de la jeune femme envers ce garçon est de bien des façons guidées par les actions et les décisions d'Ivan Antonović et ce n'est pas juste, mais c'est pourtant quelque chose qui dépasse la jeune femme.

Natalia laisse échapper un grognement contrarié et elle se retourne, prête à se casser, essayant de se convaincre que ça ne servait à rien de parlementer, mais…. ce n'est pas franchement son genre et elle ne s'y résout finalement pas, alors elle rebrousse le pas qu'elle a franchie et fait volte face. « Visiblement non j'ai pas été assez clair puisque tu continues de me tourner autour Tomislav !! Tu crois que t'as compris…elle laisse échapper un rire bourré d'ironie, mais pourtant teinté de tristesse. Mais t'en est loin, très très loin. Ça n'a rien avoir avec toi et je te l'ai déjà dit okay. Elle pousse un soupir, lève son regard vers le plafond d'un blanc passé et craquelé. Putain, mais est-ce que t'ai demandé ne serait ce que deux secondes ce que ça pourrait me faire de te voir débarquer ? Cette fois c'est dans son regard que le sien vient se poser. Que tu viennes me renvoyer notre père à la tronche alors qu'il nous a laissé crever moi et ma mère dans un putain de taudis au fin fond du south-side ? Est-ce qu'il t'a raconté comment ça c'était passé ? Comment il s'est cassé comme un sale connard sans dire un mot, comme ça ? Non bien sûr que non et si c'était le cas c'était encore pire, parce que ça voulait dire qu'il venait lui imposer ca en toute connaissance de cause. Tu sais rien Tomislav et si t'avais vraiment eu envie d'apprendre à me connaître, peut-être que t'aurais pu juste me laisser du temps au lieu de me harceler ! » Elle lève ses mains puis les rabaissent dans un dépit visible. S'énerver dans son état n'est franchement pas une bonne idée, elle commence d'ailleurs à avoir un peu chaud avec toutes ces conneries.


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



crédits : Vava: Me, signature : Daya
messages : 95
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Blurring the enemy line Ft Tomislav   Dim 4 Nov - 16:35

Blurring the ennemy line
Natalia & Tomislav

Qu’est-ce qu’elle peut se montrer terriblement agaçante avec sa gueule de vierge effarouché, de celle qui pense avoir le droit de lui balancer toutes ces saloperies à la gueule gratos. Parce qu’elle est comme ça Natalia, à vouloir faire sa loi, imposer sa supériorité d’américaine ayant renié ses origines serbes.
Lui qui s’était évertué à la rechercher, pour la connaitre pour pouvoir mieux la détruire, se retrouve à presque regretter ce choix tant il est agacé aujourd’hui. C’est clairement pas le moment pour venir l’emmerder avec ses petits problèmes existentiels à la con parce que de sa vie, putain qu’il s’en contrefout. A tous les coups, le chiard qu’elle porte est la cause de cette humeur massacrante de mère dragonne.

- Visiblement non j'ai pas été assez clair puisque tu continues de me tourner autour Tomislav !! Tu crois que t'as compris… Mais t'en est loin, très très loin. Ça n'a rien avoir avec toi et je te l'ai déjà dit okay.
- Si ç’a na rien à l’avoir avec moi, pourquoi j’en prend plein mon gueule comme ça hein ?

Pourquoi devrait-il se prendre tous ces reproches gratos, dans la tronche. Si ça n’était pas lui le problème, il était injuste qu’il soit traité de cette façon car dès les premières minutes, Natalia ne s’est pas gênée pour salement le mépriser.

- Putain, mais est-ce que t'ai demandé ne serait ce que deux secondes ce que ça pourrait me faire de te voir débarquer ?

Si elle savait. C’est bien la première chose qu’il s’est demandé, qu’il s’est dit. Qu’il avait hâte de voir sa gueule à la seconde où elle captera qui il est, d’où il vient. Et s’il y a bien une chose sur laquelle elle ne l’a pas déçue, c’est bien sa réaction. Mais Tomislav joue les mecs concernés, prêt à écouter ce qu’elle a à dire alors qu’il n’en a très certainement rien à foutre.

- Que tu viennes me renvoyer notre père à la tronche alors qu'il nous a laissé crever moi et ma mère dans un putain de taudis au fin fond du south-side ? Est-ce qu'il t'a raconté comment ça c'était passé ? Comment il s'est cassé comme un sale connard sans dire un mot, comme ça ? Tu sais rien Tomislav et si t'avais vraiment eu envie d'apprendre à me connaître, peut-être que t'aurais pu juste me laisser du temps au lieu de me harceler !
- Mais JUSTEMENT Natalia.

Il s’est rapproché d’un coup d’elle, pour se faire entendre, lâchant ces quelques mots entre ses dents. Elle commence à lui courir sur le système à faire sa chialeuse. « Moi j’ai été la plus malheureuuuuuse, la plus triiiiste, pauvre Natalia ». Qu’elle s’estime heureuse d’avoir eu l’opportunité de vivre sur le sol américain avec plus de possibilité, plus d’opportunité. Quoi que ça ne lui a pas servi tant que ça, à part se faire engrossée par un biker à la con. Il est carrément injuste mais il faut croire que cela est de famille…

- C’est pour ça que je suis venir, pour SAVOIR. Mais est-ce que tu m’as laissé ne serait-ce qu’un seul chance à ce que ça arrive ? Non. T’as préféres me renvoyer chier tout de suite, comme un sale merde.

Presque. Elle ne lui a pas laissé grande chance de s’exprimer, de lui laisser le temps de comprendre toute la difficulté de la situation quant bien même il s’en fout en réalité. Mais les faits sont là et il le lui rappelle, se fait un plaisir de le faire quand bien même les états d’âmes de la jeune femme lui importent peu.
Tomislav affiche une expression à la fois blessée et agacée.

- T’es pas la seule à en avoir chier, tu voir ? Et arrête de faire ton drama-queen, j’te harcèle pas. J’venais dans ton bar mais jamais j’t’ai faire chier, j’t’ai laissé la temps en me disant qu’un jour t’allais peut-être faire le part des choses mais visiblement, tu sais pas le faire.

Si c’est ça qu’elle prend pour du harcèlement… heureusement qu’elle ne connait pas réellement ses faits et gestes. Elle lui aurait déjà planté ses ongles dans les yeux.
Tomislav pourrait saisir cette opportunité pour l’enfoncer mais il n’en fait rien, trop agacé par sa journée de merde, avec pour seul envie de se coller le cul sur le canapé et de manger n’importe quoi, boire une bière et que le reste du monde ne vienne pas le faire chier.

- Alors maintenant lâche moi.


code by bat'phanie


_________________

   

"Au royaume du sombre, de la thune et des rats,
je serais comme une ombre à chacun de tes pas."
(c)Saez - Comme une ombre.

   
(c)BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 513
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: Blurring the enemy line Ft Tomislav   Jeu 8 Nov - 4:24

Blurring the enemy line
EXORDIUM.
Bouh bouh bouh pourquoi j'en prends plein mon gueule. Je ne suis qu'un pauvre innocent maltraité. Fou-taise ! S'il y a bien un truc que Natalia ne supporte pas c'est les victimes, chialer sur son sort ne va pas y changer quoi que ce soit et en l'occurrence là tout de suite, il s'est mis lui-même dans cette merde, il a lui-même choisie de faire fi de ce qu'elle avait pu lui dire lorsqu'il était venu lui dire qui il était et c'était encore son choix de la chasser comme visiblement il le faisait. Elle ignore si Tomislav le fait exprès ou si vraiment il est idiot, à moins qu'il ne comprenne pas les putains de mots qui sortent de sa bouche. C'était quoi la suite ? Lui parler comme à un gamin de six ans ? Pas de soucis c'est quelque chose qu'elle savait très bien faire et avec un peu de chance ça finirait par rentrer. En l'instant la seule chose dont il puisse s'estimer heureux c'est qu'à chaque fois qu'il ouvre la bouche la suite de son discours énerve la jeune femme encore plus que la précédente, ce qui lui donne l'avantage certain de ne pas voir sa soeur réagir verbalement à tout ce qui peut bien fuser dans son esprit enragé. Ceci étant dit et parce qu'au final le fond de la chose est là, c'est sur leur père que la serveuse rebondit, sur cet homme dont elle ne sait que trop peu de choses finalement, si ce n'est le fait qu'il avait pour une raison qu'elle ignore décidé un beau matin d'abandonner femme et enfant sur un territoire qui n'était pas le leur et sans explication aucune…un lâche comme rarement elle en avait vu. De souvenirs avec lui, elle en avait pourtant, peu c'est vrai, mais de qualité, des flashs de situations banales, mais heureuses, qui ceci étant dit restaient bien enfermés quelque part dans la mémoire de Natalia qui ne préférait pas y penser…

« Mais JUSTEMENT Natalia. Vient-il l'interrompre, levant une fois de plus la voix pour essayer de lui faire entendre des explications ou en tout cas des justifications qui ne fonctionneront pas sur elle. Il se rapproche, un pas, un peu brusque et soudain et machinalement, dans un réflexe défensif, elle fait quant à elle, un pas en arrière. C’est pour ça que je suis venir, pour SAVOIR. Mais est-ce que tu m’as laissé ne serait-ce qu’un seul chance à ce que ça arrive ? Non. T’as préféres me renvoyer chier tout de suite, comme un sale merde. Son visage se renfrogne et l'arrête de son nez vient se plisser, les bras à présent remontés et croisés contre sa poitrine. Peut-être que s'il avait joué franc jeu dès le départ, les choses se seraient passées autrement ou en tout cas elle voudrait le penser, mais la vérité c'est que non seulement Tomislav avait traîné autour d'elle des mois durant, parler avec elle presque toutes les semaines et jamais, non jamais il n'avait saisie l'opportunité de lui dire la vérité, mais en plus quand finalement il avait choisi de le faire des mois après, le contexte était à ce moment sans doute le pire qu'il pu avoir choisi, parce que sa communauté, leur communauté était alors en pleine guerre froide avec celle de son mari.

Et c’était alors sans compter sur le fait qu’elle s’était sentie trahie et piégé par ce type qu’elle ne connaissait même pas. T’es pas la seule à en avoir chier, tu voir ? Et arrête de faire ton drama-queen, j’te harcèle pas. J’venais dans ton bar mais jamais j’t’ai faire chier, j’t’ai laissé la temps en me disant qu’un jour t’allais peut-être faire le part des choses mais visiblement, tu sais pas le faire. Alors maintenant lâche moi. Elle se met à rire. De façon ironique bien sûr. Qu'elle le lâche ? Oh, mais pas de problème, elle n'a jamais eu de problème pour ça contrairement à lui. « Aucun soucis ! Elle ne dit rien de plus et tourne les talons, agacée. Ceci étant dit, elle ne fait que quelques pas avant de faire volte face, une fois de plus, pour revenir en arrière et plantée sa petite taille juste devant lui avec une assurance qui pourrait visuellement prêter à rire à les voir de la sorte. Tu sais quoi Tomislav, peut–être que si t'avais fait les choses correctement au lieu de me prendre pour une conne, peut-être que je t'aurais écouté, peut-être que j''aurai eu envie de savoir…mais tu t'es enfermé dans ton mensonge tout seul dès le début. Pourquoi hein ? Si vraiment t'était aussi bourré de bonnes intentions que tu le dis ?? Hein ? Je t'ai dit de ne plus venir au bar et qu'est-ce que tu fais ? Tu continues d'y venir encore et encore alors vient pas me demander de faire la part des choses quand t'es même pas capable de…c'est qu'elle à chaud la tout de suite. De… » Elle s'arrête et expire bruyamment une main sur sa taille et le regard rivé sur le sol. La poitrine de la Serbe se soulève dans un rythme un peu trop soutenu et elle s'applique à prendre de grandes inspirations. Il faut juste qu’elle se calme.


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Blurring the enemy line Ft Tomislav   

Revenir en haut Aller en bas
 
Blurring the enemy line Ft Tomislav
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la fiche de Méline Laura
» Aëline
» Education féline
» Virginie vient raconter ce qu'elle a vu au bar (pv Céline)
» Virginie passe Chez Céline

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: West Side-
Sauter vers: