Partagez | 
 

 we're the ones who live | kean

Aller en bas 
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : - | tumblr | we♥it
messages : 247
quartier : west side, l'appartement au-dessus du Penitent ; possède une maison isolée aux abords de Chicago légalement grâce à sa fausse identité (David Castle), retapée entièrement par ses soins
physique : il a le dos lacéré, seul et unique cadeau de sa génitrice lorsqu'il était plus jeune. il a également quelques cicatrices de blessures par balle, dont l'une se trouve à sa clavicule suite aux tirs portés par les serbes lors des attentats de noël. mais aussi une cicatrice à la cuisse droite d'un coup de couteau. ses bras sont remplis de tatouages, sa main gauche porte encore fièrement la croix celtique, allégeance à l'irish mob faite à new-york, ainsi qu'un petit coeur sur l'intérieur du poignet, similaire à celui que Jade s'est fait en même temps

MessageSujet: we're the ones who live | kean   Lun 17 Sep - 15:56



we're the ones who live
EXORDIUM.
Les sombres secondes s'écoulent lentement, silencieusement. Au loin ne subsiste que le bruissement de quelques lattes de plancher endommagées, le chant du vent contre l'une des fenêtres brisées. Des mois de travail pour pouvoir lui offrir ce dont elle pouvait peut-être rêver, ce havre de paix qu'il pensait sécurisé. Pas un son, pas un cri, pas un rire. Rien, rien si ce n'est la lueur qui s'éternise au bout de l'un des couloirs et le sang, le sang qui orne les murs jusqu'à tenter de lui arracher le moindre espoir. Il a le cœur qui se serre, le cœur qui s'enserre, les poumons qui manquent d'air. Pourtant il ose, avance, s'y essaie sous la lourdeur de ses pas qui hésitent à se risquer sur cette voie. La porte entrouverte sous son regard qui s'éclaircit, ses prunelles qui s'humidifient. En une fraction de seconde, son arme vient briser le silence retrouvé, s'abattre à même le sol poussiéreux de ces pièces qu'ils n'ont pas assez foulé. Plus aucune arme, plus aucune défense, l'impression même que rien ne puisse l'aider à s'animer, au-devant de cette vérité cacher l'aider à s'élancer. Il craint les ombres, les ténèbres. Il craint les conséquences de ses actes, de ces décisions prises lorsque rien ne semblait réel. Il craint la mort et ses cadeaux, le poison glacial qui s'immisce jusque contre ses os. Et ces perles salées qui s'abandonnent, il ressent contre ses joues ces sillons dessinés au fur et à mesure que la vérité résonne. Par delà la porte légèrement fermée, il croit percevoir le glas silencieux d'un fait qu'il n'a pas su éviter. C'est cette idée qui l'empêche d'aller plus avant, balayant la barrière de bois verni qu'il avait construit quant à ce projet d'enfant. Et il songe, il songe à quel aurait été son émerveillement devant cette réponse qu'elle attendait tant. Il y songe assez pour s'y résigner, la main qui se lève dans un mouvement lent pour découvrir la vérité, la cause de tout ce sang. Et ce qu'il perçoit parvient à mettre un terme à tout ce qu'il ressent, venant défaire toute la force qu'il parvenait à faire perdurer, les genoux embrassant le sol dans une chute qu'il n'a pas cherché à éviter. Il a, sur son corps mutilé, son regard qui ne parvient pas à s'en détacher, la conscience qui lui rappelle l'origine de ce qu'il n'a pas su empêcher : sa Belle au cœur arraché, les yeux vers lui tournés. Parce qu'il est celui à blâmer, l'unique assassin de cette vie bousillée ; vérité trahie par la larme qu'il croit voir couler, là, au coin de ce regard attristé, l'une de ses mains vers lui tendue. Et, l'espace d'une seconde, Elijah peine à savoir si elle accuse ou le supplie de l'aider. L'espace d'une seconde, oui, Elijah croit être celui qui l'a tué. Lui ou tout ce qu'il vient engendrer, tout ce qu'il essaie de monter, là, récupérant cette place dont on l'avait exilé. Aucun souffle ne parvient à franchir la barrière de ses lèvres, de sa gorge enflammée. Rien ne subsiste le long de ses traits si ce n'est ces larmes qui ne cessent de perler, là, mêlées à l'eau salée qui s'écoule encore de ses boucles trempées. Détaché, immuable... vide.

Et il n'aura fallu que d'un soupire pour revenir, des cauchemars s'élever, pleinement en partir. Il a senti la lame s'enfoncer dans son dos avant qu'il ne revienne, l'hypothèse silencieuse de tout ce qui pourrait découler de leur échec. Ils ne sont pas assez nombreux. Il souffle entre ses lèvres à peine ouvertes, venant défaire son front de la sueur accumulée, ses joues des larmes qui s'y étaient installées. Il ose un bref coup d’œil sur celle qui dort paisiblement à ses côtés, dans une respiration à peine perceptible, il se doute que ses rêves sont un peu plus clairs que celui qu'il vient de traverser. Et ça lui suffit à essayer de s'en relever, il devra tout tenter ; tout ce qui est en son pouvoir pour s'assurer qu'elle soit épargnée, quoi qu'il puisse arriver. Et il sait, au fond de lui, que pour ça, il leur faudra davantage de bras. C'est ce qu'il se met en tête de quérir, aujourd'hui même pour s'éviter le pire, il se souvient de cette âme délaissée malgré les années de prison dont on l'a enfin laissé sortir. Il soupire, une fois préparé, déposant un baiser contre le front de sa Belle par nécessité pour finalement s'y risquer, braver l'aube tremblant de Chicago jusqu'à cette maison qu'il a déjà surveillé. Les quelques rayons froids d'un soleil matinal se lèvent lorsqu'il parvient jusque sous le porche, prenant place sur les marches qui mènent à la rue, s'allumant une cigarette dans la foulée ; qu'importe qu'il soit vu. Le temps est compté, il n'a en tête plus que cette idée.  

_________________


« Il parla beaucoup du passé, comme pour rattraper quelque-chose. Une idée de lui-même qu'il avait placé dans son amour pour Elle. Ce n'est qu'après cela qu'il comprit. Il savait, oui. Il savait que son esprit ne serait plus jamais libre de s'ébattre comme l'esprit de Dieu ; que tomber amoureux bouleverserait son destin, à jamais. » - Gatsby, le magnifique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
we're the ones who live | kean
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» Live your life to death (Featuring Nayki)
» Vive le Naheulband en live !!!!
» Ghost in the shell : un remake en live ?
» Live your dreams

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: West Side :: LOGEMENTS-
Sauter vers: