AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 |flashback| I'll be there for you. [Lloyd]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar
Profil
crédits : BereniceWCL (avatar) narcosedits (gifs) - Anaëlle (code signature)
Messages : 368
quartier : North Side / Maison de quartier
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: |flashback| I'll be there for you. [Lloyd] Ven 24 Fév - 16:31

I'll be there for you.



Je suis forcément un lâche et un idiot pour réagir de cette façon. En tout cas, il est clair que je manque cruellement de courage, ça ne fait aucun doute. Je reste dans mon coin, je me contente de flirter comme un adolescent trop apeuré pour aller plus loin mais je ne suis plus un adolescent. J’ai dépassé la quarantaine, je suis un vieux croûton et elle… Elle est jeune, belle, pleine de vie… Je ne dis pas que je suis un cadavre ambulant parce que j’estime être plutôt le genre de type avec lequel on aime bien passer du temps mais je ne sais pas… Je dois avoir vraiment la frousse en fait. Avec Donna, c’était simple et ça l’était parce que nous étions ensemble depuis des années. Becca c’est nouveau et ça veut dire qu’il faut tout recommencer… Dans le fond, au-delà de son âge qui me gêne quand même, c’est cela qui m’impressionne. Plus les secondes passent et plus je m’en rends compte : j’ai la frousse de tout ce qui est à faire. Je me souviens que c’était des moments merveilleux, le début de la relation avec Donna mais est-ce que je ne suis pas trop vieux pour recommencer tout ça justement ? Ceci étant dit, entendre Lloyd m’affirmer que je ne suis pas un lâche me fait beaucoup de bien et je lui adresse un sourire sincère et reconnaissant. Il trouve les mots, comme d’habitude. Il me connaît comme personne. J’observe Lloyd alors qu’il se tourne vers moi pour planter un regard résolu dans le mien et j’ouvre grand mes oreilles pour écouter ce qu’il a à me dire et tous ses mots… Ils sont tout ce dont j’ai besoin. Je ne peux m’empêcher de détourner le regard, soudain piquant, quand il mentionne la mort de Donna. Les larmes me montent aux yeux quand  il évoque le fait que ça a été un sacré coup dur et que pourtant je m’en suis bien sorti. J’ai bien l’envie de lui lancer un « Tu trouves ? » mais il est sincère et j’ai envie de le croire. J’ai envie de croire que jusque là je m’en suis bien sorti et que j’ai fait ce qu’il fallait pour mes garçons.

Malgré le départ d’Emilio…

Je relève mon regard vers Lloyd quand il me dit que je dois m’écouter mais que je dois surtout trouver un juste équilibre. Je hoche la tête, prend le conseil et le grave au fer rouge dans mon esprit : trouver un juste équilibre. L’ombre d’un sourire apparaît sur mes lèvres quand il reparle de Donna et du fait que je ne dois pas me cacher derrière elle car elle aurait détesté ce comportement davantage que de me savoir avec une « jeunette ». Et il a raison. Je ne dois pas me laisser bouffer mais voilà, il faut que je parvienne à le trouver ce fameux équilibre dont il parle et j’ignore pour le moment comment faire. Finalement, quand il parle des garçons et de leur vie qui les attend en s’éloignant de moi, je détourne le regard en soupirant : j’ai tellement du mal avec cette idée… Déjà, avoir vu partir Emilio a été une sacrée épreuve alors imaginer Saul et Vito loin de moi ? Oh la la la non, pas encore. Mais pourtant… Pourtant il a raison, ça va arriver et quand ça arrivera, je vais me retrouver seul comme le vieux croûton que je serai vraiment pour le coup à ce moment-là. Mon regard se reporte sur Lloyd quand évoque Saul et Vito et il semble certain qu’ils pourront comprendre… Si je tente ma chance avec Becca, si ce flirt se transforme en quelque chose de plus réel, ils pourront le comprendre. Même si cela ne fonctionne pas, ils pourront le comprendre. J’aimerais bien. Je n’ai cependant pas autant confiance en mes garçons. Ils ont vécu tellement d’épreuves entre la mort de leur mère, le départ de leur frère… Ils ont eu du mal à donner leur confiance à Becca et je n’ai pas envie de tout foutre en l’air. Lloyd rebondit rapidement en reparlant de Becca et je l’écoute me dire que nous sommes deux adultes responsables. Puis je l’écoute me dire que si ça se trouve je me fais des films.

Je me fige.
Et s’il avait raison ?

Et il insiste en me disant que si ça se trouve elle me trouve très lourd, non hyper lourd il dit, et qu’elle se montre juste gentille avec moi. Mes yeux s’écarquillent finalement d’horreur quand il emploie le terme « affreux pervers ». J’ouvre la bouche puis la referme, me retrouvant incapable de dire quoi que ce soit tant je suis pétrifié par ce qu’il vient de me dire. Du coup, son sourire je n’y fais pas vraiment attention. Je ne pense pas un instant qu’il soit possible que Lloyd me taquine. Je grimace juste avant qu’il me dise que le plus simple serait qu’il la rencontre, surtout qu’il va avoir besoin d’une baby-sitter maintenant. Ah oui… Sa mère ne s’occupera plus de Merrin…

« Euh… Je... Euh… »

J’ai du mal à me remettre les idées en place.

« On verra. Je veux dire… Je vais pas te la présenter si elle me prend pour un vieux pervers tu vois ?... Si en plus elle se retrouve à garder la fille de mon meilleur ami, elle va vraiment me prendre pour un malade… » Une pause. « Tu crois que c’est dans ma tête ? Tu crois que j’ai imaginé tout ça ? La vache… Elle doit penser que je la harcèle… Elle doit oser rien dire… Tu crois que je devrais m’excuser ? Dans le doute je veux dire… Faudrait que je tourne ça de façon à ce qu’elle comprenne que je ne voulais pas… »

Je me ratatine sur les coussins du canapé.

Voilà, je suis un pervers qui tripotte la baby-sitter et qui en plus s’imagine qu’elle aime être tripottée. Quelle honte…



(c) sweet.lips

_________________

V.E.R.D.A.D

Mas vale una verdad que duela, que una mentira que ilusione.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
Messages : 1087
quartier : The Loop, Downtown
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: |flashback| I'll be there for you. [Lloyd] Sam 25 Fév - 9:45

i'll be there for you

Lloyd & Tito

 
Le pompier voit le visage de son ami se décomposer. Après avoir perdu toutes ses couleurs, il voit ses joues prendre peu à peu une teinte écarlate. Lloyd n’en croit pas ses yeux. Son ami est réellement en train de remettre en question tout ce qu’il a vécu dernièrement avec la dénommée Rebecca ? Est-ce qu’il vient VRAIMENT de prendre sa remarque au premier degré, comme un parfait imbécile ? Évidemment la réponse est oui. Lloyd le sait. Il connaît suffisamment Tito pour savoir que, quand il prend les choses à cœur, il ne fait pas semblant et a tendance à perdre toute logique. Parfois, ça le sidère vraiment. Comment un type aussi intelligent et perspicace en tant normal, peut devenir un abruti fini dès que le cœur s’en mêle un peu… En même temps, cette naïveté est ce qui fait son charme et le grand blond aime aussi son ami pour ça.
Alors il se mord l’intérieur de la bouche pour contenir l’éclat de rire qui menace de passer ses lèvres. il veut le voir mariner un peu dans son jus. C’est sans doute un peu cruel, peut-être que certains trouveraient que ça en se fait pas, mais peu importe. Lui ça l’amuse et il sait qu’une fois que Tito aura compris qu’il joue avec ses pieds, il pourra en rire aussi. Enfin techniquement…
« Tu crois que c’est dans ma tête ? Tu crois que j’ai imaginé tout ça ? La vache… Elle doit penser que je la harcèle… » commence à paniquer Tito, son regard ahuri perdu dans le vague alors qu’il réalise l’étendu des supposés dégâts.
Lloyd se mord un peu plus fort pour ne pas craquer et essaie d’adopter une attitude concernée de circonstance. Une petite voix (celle de Donna en fait) le sermonne gentiment et ça ne l’aide pas à rester concentré… Ca le replonge quelques années en arrière, quand la femme de son meilleur ami était encore parmi eux et qu’elle assistait à ce genre de scènes. Elle le laissait toujours faire, se rendant parfois complice. Et quand Lloyd en avait finalement terminé avec ses blagues foireuses, elle se chargeait de faire disparaître la moue boudeuse de sa moitié à l’aide de quelques baisers tendres… Leur trio lui manque.
« Tu crois que je devrais m’excuser ? Dans le doute je veux dire… Faudrait que je tourne ça de façon à ce qu’elle comprenne que je ne voulais pas… » conclut le secouriste en se laissant aller dans les coussins, arborant un air abattu que le plus jeune regrette de ne pas pouvoir capturer d’une photographie.

« T’excuser ? Tu es malade Tito ! Si tu reconnais que tu la harceler, elle pourrait utiliser ça contre toi devant un tribunal… »
A ce mot, Tito redresser la tête, les yeux exorbités. Apparemment, il vient de réaliser jusqu’où toute cette histoire pourrait éventuellement aller.
« Non, c’est trop risqué. Elle pourrait décider de te faire chanter. Si ça se trouve, elle a déjà enregistré vos conversations ou filmé des scènes avec une Nanny Cam ! » poursuit Lloyd qui sent bien qu’il est grand temps d’arrêter sa plaisanterie puérile ici. Parce que Tito est presque au bord des larmes, ce grand imbécile trop sensible. « Je crois qu’à ce stade, la seule chose à faire, c’est de la tuer et de découper son corps en touts petits morceaux avant de s’en débarrasser dans le Lac Michigan… »
Tito continue de le fixer pendant de longues secondes, avec une tête de carpe tout juste arrachée de l’eau. Et puis le déclic se produit tout à coup dans son esprit, ou du moins, un doute commence à s’insinuer dans son esprit. Alors qu’il ouvre la bouche, certainement pour lui demander s’il se moque de lui, le pompier le devance.
« Bien sûr que j’me fiche de toi ! » lui lance-t-il en élongeant son bras valide pour lui mettre une pichenette sur le front. Mais Tito est plus rapide que lui et dévie son poignet, lui faisant manquer son attaque. Lloyd ne s’en formalise pas et se laisse enfin aller à rire un peu, au dépend du secouriste qui se détend un peu mais commence à bouder. « Non mais sérieusement, Tito ! T’es si rouillé que ça ? Tu crois vraiment que tu te planterais là-dessus ? Que tu serais pas capable de remarquer qu’une fille te drague ? Si t’as encore un doute cela dit, je réitère ma demande : laisse-moi la rencontrer ! Enfin plus qu’entre deux portes quand je viens te chercher pour une petite virée. Et arrête de croire tout c’que j’dis ! Chaque fois tu ne marches pas, tu cours comme un gros naze Bro' » fait-il mine de le sermonner, avant de reprendre son thé pour en avaler une longue gorgée.

Il en profite pour calmer un peu son hilarité. Malheureusement, il y parvient assez vite. Il est fatigué et la journée a été pénible et longue.
« J’vais aller jeter un œil sur Merrin. Pour être sûr que ça va » décrète-t-il en se mettant déjà debout pour mettre son plan à exécution. Tito tente de le retenir, de le convaincre que les médecins ne l’auraient pas laissé sortir s’ils avaient le moindre doute, mais le jeune père est incapable de l’écouter et va faire un tour dans la chambre.
Merrin ne dort pas, elle joue tranquillement avec une de ses peluches dans son lit. Il reste un petit moment à l’observer le mastiquer, le secouer, le passer d’une main à l’autre précautionneusement et battre des pieds. Quand elle bascule sur le côté pour se tourner sur le ventre, il s’empresse de s’éloigner pour qu’elle ne le repère pas et ne réclame pas qu’il la lève.
Soulagé (mais pas complètement…jamais complètement depuis qu’il est papa), il rejoint Tito au salon et revient se laisser tomber à ses côtés.
« Tu veux bien rester là encore un peu ? J’voudrai dormir mais j’ai peur…de pas entendre si elle pleure ou si ça va pas. Y a qu’en toi que j’ai confiance » avoue-t-il en étouffant un bâillement derrière sa main, avant de frotter ses paupières brûlantes de fatigue. Il est debout depuis près de trente-six heures maintenant et commence à sérieusement piquer du nez. Ces montagnes russes d’émotions ne l’ont pas aidé. « Promis, j’te laisserai bientôt retourner auprès de ta baby-sitter sexy… J’ai juste besoin de fermer les yeux une heure ou deux. Au pire, tu peux lui demander de conduire les garçons chez moi ? Comme ça on sera ensemble… J’vous emmènerai manger un bout au chinois en bas de la rue. Les garçons avaient bien aimé l’autre fois, non ? »



  (c) chaotic evil

_________________
 
Wherever you go You know I'll be there
If you go far You know I'll be there
I'll go anywhere So I'll see you there

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : BereniceWCL (avatar) narcosedits (gifs) - Anaëlle (code signature)
Messages : 368
quartier : North Side / Maison de quartier
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: |flashback| I'll be there for you. [Lloyd] Dim 5 Mar - 11:27

I'll be there for you.



Je redresse la tête vers Lloyd. Il me semble que mes yeux sont sur le point de sortir de leurs orbites. Il a bien dit « tribunal », n’est-ce pas ? J’ai bien entendu, n’est-ce pas ? Donc, si elle le décidait, elle pourrait décider de m’envoyer en prison. Ou… Elle pourrait me faire chanter ? Les larmes me montent aux yeux quand Lloyd me fait part de cette possibilité. Entregistrement des conversations, Nanny Cam… Je me sens de plus en plus mal. De sordides images se font une place dans mon esprit, je m’imagine déjà perdre au tribunal et être arraché à mes enfants, je m’imagine déjà me ruiner alors que je ne roule pas sur l’or pour m’éviter justement le dit tribunal et la dite prison. Ce sont les mots que Lloyd prononce ensuite qui m’éloignent de ces pensées sordides. Quoi ? Je… Hein ? La tuer et découper son corps ? Qu… Je le fixe, la bouche entrouverte, tout prêt que je suis à goper la première mouche qui passe, avant de comprendre ou, plus exactement, avant de croire comprendre que Lloyd se moque de moi. Je ferme la bouche un instant et la rouvre en prenant une profonde inspiration, nécessaire vu que je me suis presque mis en apnée avec ses bêtises, pour lui demander s’il se moque de moi mais je n’ai pas le temps de le faire qu’il me confirme que oui. Rah ! Je vois venir son attaque vers mon front, l’évite et dévie son poignet en bougonnant quelques syllabes incompréhensibles pour montrer mon mécontentement à mon ami : il m’a bien eu et c’était moche, très, très moche ! Le fait qu’il aille jusqu’à en rire est encore plus moche et je me ratatine sur moi-même dans le canapé avant de croiser les bras et de me mettre à bouder.

Non mais…

Quand il reprend sur des mots plus sérieurs, je grimace et  lève les yeux au ciel en répétant ses mots dans ma barbe comme le font les gosses. Même si j’entends ce qu’il me dit et le comprends mais je m’obstine à bouder (j’ai vraiment eu la trouille). J’arrête ceci dit mes grimaces quand il me demande une nouvelle fois de la rencontrer. Je bougonne un « Mmm… » sans lui donner la moindre réponse ni positive ni négative. Et, encore une fois comme un gosse, je me tourne vers lui pour lui adresse une belle grimace accompagnée d’un vilain tirage de langue quand il évoque le fait que je gobe absolument tout ce qu’il me dit « comme un gros naze ». En même temps c’est vrai, je prends tout ce qu’il dit pour argent comptant mais après toutes ces années d’amitié, je doute que ça finisse par changer. J’ai soudain en tête l’image du génie dans Aladdin de Disney (merci les enfants), quand le génie se transforme en chèvre et qu’il dit « J’ai fait une belle bourde mais j’me laisserai plus tondre ». C’est tellement moi… Du coup, j’arrête rapidement de bouger et esquisse un petit sourire. Lloyd, lui, cesse bientôt de rire avant de m’annoncer qu’il va aller voir Merrin pour être certain que ça va. Je le regarde avec insistance.

« Tout va très bien. Souffle un peu, les médecins ne l’auraient pas laissée sortir s’ils pensaient qu’elle était en danger, et tu le sais très bien. »

Mais il ne m’écoute pas, ce dont je ne lui tiens pas rigueur. Si les rôles étaient inversés, je ne l’écouterais sans doute pas non plus. Je récupère ma tasse et boit quelques gorgées de thé en attendant Lloyd, en repensant à tout ce qu’il m’a dit. Pas aux bêtises et à sa blague douteuse mais au reste. Ses mots sont réconfortants et aidants mais ça ne me dit pas ce que je vais faire. Je suis toujours autant paumé. Lloyd réapparaît rapidement et se laisse tomber sur le canapé à côté de moi. Il me demande alors si je veux bien rester un peu plus. Ses peurs sont légitimes et je lui adresse un sourire sincère quand il me dit qu’il n’a confiance qu’en moi. Il étouffe un baillement derrière sa main et se frotte les yeux : il est épuisé, ce qui est totalement compréhensible. Il a besoin de se reposer et ça, je suis le premier à le dire. Je laisse échapper un petit rire quand il me dit que je pourrai bientôt retourner auprès de ma baby-sitter sexy. Quand il évoque la possibilité de faire venir les garçons jusque lui, il ne me faut que quelques secondes pour adopter l’idée.

« On va faire ça oui. » je lui dis finalement avec douceur. « Je vais appeler Rebecca pour qu’elle amène les garçons et quand tu auras récupéré un minimum, on ira chercher de quoi manger ici pour que Merrin reste au calme. En attendant… » Je pose une main ferme sur son épaule. « Toi, tu vas dormir. Je te promets de veiller sur elle comme si c’était ma fille. »

Et il sait que je ne dis pas ça à la légère, il sait que je le pense et c’est parce qu’il le sait qu’il a dit qu’il a confiance en moi. Je n’ai pas besoin d’insister davantage pour qu’il aille se coucher : il n’en peut plus. Je le laisse donc aller dans sa chambre avant de pousser un profond soupir : de soulagement. Savoir qu’il va enfin se reposer me soulage véritablement. Je me saisis de mon téléphone portable et appelle Rebecca qui répond rapidement. Quelques mots échangés, non sans un étrange nœud à l’estomac pendant ce temps en ce qui me concerne, et elle raccroche pour m’amener les garçons. Je lui ai expliqué qu’elle ne devait pas sonner mais m’appeler quand elle sera là parce que d’une, je ne veux pas réveiller Lloyd ni Merrin qui sera sans doute endormie quand Rebecca arrivera, et de deux, je ne suis de toutes les façons pas prêt pour une rencontre Lloyd/Rebecca. Je me redresse pour aller nettoyer les tasses et tout ce qui va avec et quand tout est propre, je m’en vais vérifier que Merrin va bien. En fait, maintenant que Lloyd dort, je réalise que je suis au moins autant stressé que lui à l’idée qu’il arrive quelque chose à la petite puce, petite puce qui s’est finalement endormie. Je m’approche lentement de son lit, juste pour l’écouter respirer, juste pour m’assurer qu’elle respire en fait. La vache, je comprends que Lloyd ait été dans un tel état… Je souffle en voyant qu’elle respire, que ça va et quitte la chambre aussi silencieusement que je suis entré. Je me réinstalle sur le canapé et pose mon téléphone sur mes genoux : il est en vibreur et de cette façon je ne manquerai pas l’appel de Rebecca. Nouveau soupir. Je me détends doucement.

On peut dire que ça aura été des heures absolument dingues…



(c) sweet.lips


OVER

_________________

V.E.R.D.A.D

Mas vale una verdad que duela, que una mentira que ilusione.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: |flashback| I'll be there for you. [Lloyd]

Revenir en haut Aller en bas
 

|flashback| I'll be there for you. [Lloyd]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» RP flashback en 1623
» [Flashback] Les cicatrices d’un passé douloureux
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: South Side :: CHICAGO MEDICAL CENTER-