Partagez | 
 

 jealousy ø natalia

Aller en bas 
avatar



crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
messages : 513
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov

MessageSujet: jealousy ø natalia   Mar 30 Oct - 21:50


jealousy
ft. natalia

« T’as regarder dans les poches de ton jean, dans la chambre ? » L’idée lui paraît lumineuse alors qu’il se retourne d’un geste sec pour aller courir plus que monter tranquillement les escaliers. Il doit aller au Homewrecker, passer par le club ensuite, causer un moment avec Thomas ; tout un tas de trucs à faire et il prend du retard à force de perdre le fil de ses idées. Ça lui arrive de plus en plus souvent, débarquer dans une pièce sans se souvenir pourquoi il est là en premier lieu, déposer des trucs et ne jamais les retrouver ; lui qui vit par le crédo « chaque chose à sa place, chaque place a sa chose » perd les places et les choses. Ça le frustre d’être aussi étourdi, lui qui n’oublie rien, lui qui a la mémoire vive des gens rancuniers.

Il monte donc les marches quatre à quatre, débarque dans la pièce et jette un œil à son jean plié sous le t-shirt, lui aussi plié ; monsieur a des réflexes de maniaco-taré. Le motard fouille donc dans sa poche pour trouver les clefs de sa moto comme prédit par son épouse, ça le fait sourire, même lâcher une petite expression amusée alors qu’il prend la direction inverse et redescend les escaliers plus tranquillement. Il interrompt son épouse pour glisser ses bras autour d’elle et l’enfermer dans une étreinte amoureuse, puis lui dire les quelques mots magiques :

« Comme d'habitude t'avais raison.
— C'est parce que je suis parfaite, chéri tu le sais bien. » Ça le fait sourire, il aime son arrogance, ce n’est pas comme s’ils en manquaient à deux. Il dépose un baiser sur ses lèvres, respire son parfum, la garde encore un peu contre lui avant de lui répondre et s’adonner à leur rituel. Un baiser sur les lèvres, un sur le front ; et maintenant, une main affectueuse passée sur l’arrondi de son ventre. Ça le remplit de joie et fierté chaque fois.

« Tu rentres tard ?
— Nan je devrais être là avant que le petit aille au lit, je vais essayer de rentrer pour le diner, mais je suis vraiment pas sûr alors ne m’attendez pas ok ?
— Fait attention à toi, à ce soir. Il a déjà récupéré sa veste en cuir, serre ses gents contre les gants de la même matière contre la paume de sa main.
— Comme toujours, à ce soir ! » Et sur ce il ferme la porte de la maison. Sa maison, la leur. Son chien arrive d’ailleurs à sa rencontre, fichu dehors par l’un des deux Manning encore derrière la porte. Il s’arrête une seconde pour glisser sa main dans la fourrure de l’animal qui grandit et se calme, obéit de mieux en mieux, de jour en jour.
Un coup d’œil à sa montre et il se force à se redresser, jette un œil à son téléphone pourri qu’il doit changer à l’occasion et répond à un message de Thomas, toujours aussi délicat.

ø

« C’est ça, t’es aussi prêt de régler mon problème de sécurité que trouver une bourgeoise avec laquelle te caler pour filer le parfait amour. »

James est calé derrière son meilleur ami, appuyé contre le mur et joue à balancer son téléphone d’une main à l’autre alors qu’il observe l’écran plein de données de son ordi, balayé par le regard de Thomas. Il ne comprend rien à ce qui se joue sur l’écran. « Ce serait juste bien d’éviter que la flicaille puisse infiltrer ce truc. Franchement je vois pas pourquoi tu me refourgues un ordi.
— On est en 2018, Manning, va falloir que tu songes à passer au-delà du pigeon voyageur et des archives au monastère. Le trésorier laisse échapper un soupir. Bon, voilà. Pour que tu saches, j’ai instauré le même système d’auto-défense que les autres bécanes du club
— Ok alors admettons que je connaisse rien à ton merdier, tu m’expliques la suite dans un langage simple ? »

Les deux KOS échangent un moment, passent de la sécurité informatique à la pluie et au beau temps, aux gonzesses de Thomas, à la famille de James. Un peu comme avant quand il ne lui semblait n’y avoir aucun problème. Quand il n’avait pas la tête prise dans un étau, fatigué, la présidence lui pesant sur les épaules. Ils s’échappent peut-être une heure, ou deux, jusqu’à ce qu’il se rappelle qu’il doit aussi bosser et que cumuler la trésorerie et la gérance de la maison close n’est pas chose aisée.

« Passe taleur je serais…
— Laisse-moi deviner : au Crash. »

ø

« Allez salut,
— Salut bouclettes ! » Le trésorier des KOS fait un signe de la main en direction de Madmax posté à côté de Thomas alors qu’il s’en va rejoindre son épouse et laisse son meilleur ami entre les mains plus graciles des danseuses du Crashdown et que la journée commence pour la montagne de muscles du club. Chacun ses talents dira-t-on, certains ont le cerveau d’autres ont des muscles… Il se marre tout seul en grimpant sur sa bécane et se dit qu’il fera bien à nouveau la remarque au concerné, James ne se lasse jamais de l’emmerder sur leur différence de gabarit et les subtiles comparaisons qui vont avec.

Il ne met pas trop longtemps à rentrer : d’abord parce que l’heure de pointe est passée, ensuite parce qu’il roule assez vite et entre les files, enfin parce que toute sa vie tourne autour du West side maintenant qu’ils se sont installés dans la maison du paternel.

« BOUH !
— Aaah ! aaaaahhhh ! Le blond porte une main à son cœur alors qu’il tombe à genoux dans l’entrée, « surpris » par l’arrivée tout à fait subtile de son fils en pyjama combinaison vert avec des petites pattes de chien orange comme motif ; le petit  d’ailleurs se gausse avant de lui sauter dessus et enrouler ses petits bras autour de son cou. Tu vas casser le cœur de ton vieux père si tu continues à lui faire peur. C’est pas encore la saison d’Halloween j’te rappelle… Le petit dépose un baiser sur la joue de son père.
— Tu piques encore.
— Je sais mais maman aime bien. » Il passe un bras autour des jambes de son fils et le soulève en se relevant, enlève ses chaussures d’un geste habitué à se retrouver dans cette situation. Père et fils entament une discussion tournant autour de la journée du plus jeune Manning (pour l’instant). « Ce soir on mange des frites j’ai demandé.
— Ouh des frites de maman, trop bien, tu gères fiston ! Le trésorier tend son poing fermé à son fils qui vient y apposer le sien, et puis l’éloigne dans un bruit d’explosion qu’ils font à l’unisson. Bonsoir maman ! Le motard arrive, son fils toujours calé sur la hanche et attrape celle de son épouse de sa main libre pour venir déposer un baiser sur ses lèvres. Comment elle va maman ?
— Attends papa je dois te ramener un truc un texte, j’arrive à lire en entier !
— Okkk… attends attends, doucement ! »

James libère l’enfant de l’étreinte puisque visiblement il est si pressé tout à coup et se retrouve en moins deux seul avec Natalia.

« Et bien, y’en a un qui va pas dormir tout de suite… Alors, ça va ? » Le blond se défait enfin de sa veste en cuir alors qu’il se retrouve en pleine possession de ses moyens.

©️ code par Nostaw.

_________________
and let the clouds fill with thunderous applause, and let lightning be the veins that fill the sky with all that they can drop, when it's time to make a change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 515
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: jealousy ø natalia   Dim 4 Nov - 5:59


James & Natalia

Jealousy

Natalia se tient là, debout devant l'entrée de l'école et réfléchie à tout ce qui a été dit aujourd'hui. Elle processe encore un peu ses retrouvailles ou plutôt cette mise au point qui avait attendu de bien trop nombreuses années. Ça l'avait laissé mélancolique, elle devait bien le reconnaître, pas de cette relation bien sûr, mais de ce qui en avait découler. « Oh Natalia. Dis-donc c'est que tu te portes bien ! Elle n'a pas besoin de se retourner pour reconnaître cette voix nasillarde. Un sourire entièrement faux collé aux lèvres et elle le fait pourtant. – Helen ! Ça fait un moment. La mère du petit Joshua se rapproche et vient poser une main amicale sur son bras. Tu sais que mon fils n'arrête pas de me dire à quel point Eliott à de la chance d'avoir une petite sœur en prévision ! Elle laisse échapper un éclat de rire qui ne sonne pas si sincère que ça. Tu me donnes du fil à retordre ! Continue-t-elle en secouant un doigt accusateur devant elle. Comment va ton mari d'ailleurs ?? Ahh voilà, on y était, son sujet préféré. – Tu m'en vois désolée Helen, mais tu sais l'avantage c'est que maintenant on peut faire des enfants tard..à son tour elle pose une main sur son bras. T'as encore un peu de temps. Un sourire aussi faux que le sien et elle répond finalement à sa dernière question. Et mon mari va très bien, je te remercie. Et comme un coup de pouce dû à un karma bien trop souvent érodé, la sonnerie retentie finalement et les têtes blondes commencent à sortir et s’agiter dans tous les sens dans un vacarme suffisamment sonore pour interrompre cette conversation qu’elle n’a franchement pas envie d’avoir. Très vite elle reperd celle de son petit garçon qui est définitivement, sans conteste et le plus objectivement du monde le plus craquant de tous. Un large sourire s’affiche sur les lèvres du petit garçon et il abandonne son meilleur copain (le petit Joshua donc) pour se mettre à courir dans la direction de sa mère. – Coucou maman !!! La jeune femme se baisse (comme elle le peut) et vient passer ses bras autour de l’enfant avant de coller un baiser sur le sommet de son crâne. – Ca a été ta journée mon coeur ?  Il hoche la tête alors qu’elle se redresse. – Ouaip c’était cool, on a un texte sur les planètes du sylstème solaire à lire et c’est grave cool surtout saturne parce qu’elle a des anneaux.  Natalia lui sourit, adresse un sourire à Joshua qui a les yeux fixés sur son ventre et finit par saluer sa mère qu’elle est bien contente de quitter. – J’ai hâte d’en savoir plus dis-donc ça à l’air drôlement intéressant. Par contre on dit sys-tème mon coeur. » Il répète, elle l’entend, le mot une ou deux fois à voix basse alors qu’il grimpe dans la voiture.

XX

« Bonsoir maman ! Affairé dans la cuisine, Natalia jette un coup d’œil par-dessus son épaule et adresse un sourire à son mari, contente de le voir rentrer avant le diner, mais pas surprise de le voir arriver dans la pièce dans la mesure où leur fils a fait de son entrée un instant relativement notable. Le motard s’approche et vient déposer une main sur sa hanche, puis un baiser sur ses lèvres. Comment elle va maman ? Natalia s’apprête à répondre quand le petit garçon s’agite et essaye de s’échapper des bras de son père pour lui ramener, bien évidemment, le texte sur les planètes, qu’ils avaient lues ensemble un peu plus tôt dans la soirée. Et bien, y’en a un qui va pas dormir tout de suite… Alors, ça va ? Elle lève un sourcil qui vient approuver les dire de James, effectivement le gamin est surexcité aujourd’hui, contrairement à sa mère qui elle est relativement fatiguée. – Maman va bien ! Elle pose le couteau sur le plan de travail. Tu m’en diras tant…je le tiens plus depuis que je l’ai récupéré, je l’ai fait jouer avec le chien dehors pendant presque une heure, mais… et elle tend une main vers l'entrée où se trouve l'escalier menant à l'étage. Comme tu peux le voir ça n'a pas été super efficace ! Un soupir vient ponctuer sa phrase alors qu'elle attrape un chiffon pour essuyer ses mains. Et c'est pas le seul ! La petite est super agitée aussi, je crois que j'ai mangé trop épicé…et on sait tous les deux ce que ça lui fait ! Sa bouche se tort dans une grimace un peu fautive, c'était toujours le problème, c'est tout ce qu'elle avait envie de manger, mais ça rendait toujours le bébé intenable…il n'y avait pas franchement de solution idéale dans son cas. Elle vient finalement s'approcher de son époux et glisse ses mains sur ses bras. Et toi dis-moi ca a été ta journée ? » Elle ne lui laisse pas le temps de répondre et vient glisser ses lèvres sur les siennes avant de les lui rendre avec un air tendre.


AVENGEDINCHAINS

_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
jealousy ø natalia
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Milana Natalia Nina Mednikova [M.N.N.M~FINISHED]
» (F) Natalia Dyer (négociable) ϟ lil' sis, pregnant.
» Kelly Kelly Vs Eve Vs Natalya
» Livres pour l'été
» Dawn M. Jones | Natalia Tena

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: West Side :: LOGEMENTS-
Sauter vers: