AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | .
 

 always find me here. | lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Profil
crédits : siouxsie | tumblr | we♥it
Messages : 568
quartier : west side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: always find me here. | lou Jeu 8 Déc - 21:54


lou fitzgerald

« what does it take to destroy lives forever? 12 people. hard-of-thinking arseholes. » | hardy, broadchurch


Âge ■ trente ans. (27.01.1986)  Lieu de naissance ■ chicago. Nationalité ■ américaine. Lieu de résidence ■ west side. Occupation/métier ■ artiste peintre, mais les tableaux ne rapportent pas assez pour parvenir à garder la petite maison qu'ils avaient acheté, autrefois. aussi, désormais, pompier volontaire. Situation amoureuse ■ seule avec ses souvenirs, cette cruauté appelée mémoire. Groupe ■ citizen. Avatar ■ billie piper ||►

# Caractère ■
Cette once de joie n'a jamais quitté ses prunelles, elle s'est éternisée, ancrée en elle comme une maladie incurable. C'est ce qui tient cet enthousiasme, cette volonté de vivre, de survivre en vérité. Lou est d'une ambition sans faille, d'une volonté qui dépasse toutes les frontières du concevable et elle ne le cache pas, en joue parfois, aussi, persuadée qu'elle peut parvenir à tout faire, à tout entreprendre car les freins imposés ne sont que ceux que l'on se donne. Elle ne l'a que trop compris, une rude leçon apprise au prix d'un quotidien brisé, d'un malheur accentué. Mais elle lutte, cette jeune femme pleine de vie, pour persévérer sur cette voie choisie, sur ce chemin sinueux mais voué à des heures plus claires, elle se le dit et s'oblige à y croire. Les choses ne peuvent pas s'éteindre, rien de son monde ne peut ternir. Les prières sont nombreuses et la naïveté inégalée. Parce qu'elle n'en reste pas moins cette fragilité, cette croyance que tout peut être beau malgré la noirceur qui, souvent, s'impose à ses yeux. Elle la connaît, pourtant, cette obscurité, elle ne la nie pas, ne l'ignore plus depuis peu. Elle la sait présente mais parvient à vivre avec, Lou parvient à tenir le coup malgré toutes ces chutes subies, malgré tous ces obstacles déposés là comme souvenirs des tragédies qui, de plus en plus, s'abattent sur elle. Elle est de ceux qui tiennent bon, qui gardent la tête haute et les épaules droites, qui paraissent forts mais qui, au fond, dans les profondeurs des êtres, n'ont plus l'équilibre et la stabilité nécessaires pour réussir à faire face. Un mensonge qu'elle s'impose et en lequel elle croit, petite fée pleine de bonté, de bienveillance, pleine de générosité qu'elle met d'ailleurs, désormais, à profit de ceux qui en ont le plus besoin. Elle s'est liée aux causes qui la touche le plus, elle s'est risquée vers autrui à défaut de l'avoir Lui. Lou a choisi la bravoure mais aussi la gentillesse, cette volonté de tendre la main pour partager une certaine idée : rien n'est insurmontable.

# Le métier que vous exercez est :
■ Une vocation pour une partie, alimentaire pour l'autre.

Elle peint depuis qu'elle est jeune, depuis qu'elle est en âge de faire comme bon lui chante. Lou s'est faite la main en dessin très tôt, parvenant à se hisser à un niveau que beaucoup n'ont pas parce qu'elle n'est douée qu'à cela, imaginative, créative au possible. Elle s'est construit un monde dans les couleurs, dans tous ces paysages sur lesquels elle s'arrête et se perd, dans toutes ces idées qui viennent et vont, qui s'ancrent pour finalement se dissoudre. C'est un torrent de songes qui alimente une passion qui ne faiblit pas et dans laquelle bien des économies familiales se sont perdues. Parce qu'on lui a offert une belle école, la possibilité d'un avenir qu'elle pensait être radieux mais qui, en vérité, ne la fera pas vivre. Pas encore. Lou s'est risquée sur cette voie sans imaginer que ses tableaux ne lui rapporteraient pas assez, sans imaginer qu'elle ne pourrait en vivre ; pas complètement. Alors, la jeune femme a dû quitter les limbes de l'univers qu'elle s'est construit, en revenir à la réalité des faits, à ce monde véritable bien plus triste que ceux dans lesquels elle se propage, parfois, quand mère solitude se rappelle à elle. Elle s'est trouvée une place, une formation en tant que pompier volontaire, rien que pour des fins de mois qu'elle ne tient pas, plus maintenant en tout cas, désireuse de garder cette maison qui – peu de temps plus tôt – fut la leur en plus de ce besoin de prouver qu'elle est en mesure d'aider, de partager cette bonté qui lui est propre.




lily

Âge ■ vingt et un ans.  Comment as-tu connu C911 ? ■ je suis la gangrène. Présence ■ 7/7. Un commentaire ? ■ meow  :cat:
images by tetra (c), we ♥ it fiche by .reed


Code:
billie piper # [url=http://chicago911.forumactif.org/t194-always-find-me-here-lou#3399]lou fitzgerald[/url]

_________________


Why can't I get over this ?
Elle a essayé d'oublier son rire, son visage. Elle a essayé de se souvenir de son absence mais en vain, corruption dans un cœur trop faible.


Dernière édition par Lou Fitzgerald le Ven 9 Déc - 15:49, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : siouxsie | tumblr | we♥it
Messages : 568
quartier : west side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: always find me here. | lou Jeu 8 Déc - 21:55



rewinding, unravelling, erasing.


L'éclat orangé s’éteint, il s'estompe au fur et à mesure que le temps s'effile ; si tant est que ce soit encore possible parce qu'elle n'y croit plus. Parce qu'elle refuse d'y croire. Ses perles claires fixes l'horizon obscurci qui s'étend par-delà l'eau qui la recouvre. Elle attend, encore et encore. Et encore. Elle attend un son, une mélodie, le ton d'une voix qu'elle n'a que trop connue et dont elle aimerait ne plus se souvenir, rien qu'un instant. Parce qu'il creuse, il s'enfonce dans les recoins de son âme comme dans l'espoir de chercher la faiblesse, l'impasse la plus fragile d'un for intérieur désormais réduit en pièce. Elle guette les mouvements, les ombres qui dansent, s'élancent ici et là comme pour lui rappeler que non, malgré tout, rien ne s'est arrêté. Pas même les secondes qui s'étaient faites tortionnaires, d'une cruauté sans pareille qui fusille, arrache chaque élan de volonté qui s'invite au détour de son esprit. Il ne reste plus rien. Plus rien qu'une enveloppe charnelle lente et abîmée, un amas de chair, de sang, de larmes aussi. Surtout. Et ses songes se rappellent à sa mémoire, ils ravivent le peu de conscience qu'il reste à la jeune femme, à celle qui attend, submergée d'eau froide, submergée de tout si ce n'est de vie. La petite maison s'est vidée, chaque instant lui fut volé aussi certainement que ce sourire qui, à l'époque, lui était si cher et qui s'est éteint, dieu seul sait pour combien de temps. Et la blonde y pense, elle se perd dans les méandres de ce qui lui reste de ces années, de tous ces jours passés ; désormais terminés, peut-être définitivement. Elle y songe, et craque. L'air lui manque, les larmes montent et se fondent dans l'océan qu'elle s'est créé, là dans les ténèbres d'une salle de bain presque devenue tombeau. Mais l'instinct revient, l'espoir se fait plus fort, plus coriace. La lueur persiste malgré les cieux grisâtres qui recouvre son monde. Alors elle revient, la respiration lui revient, emplie ses poumons, elle vient brûler sa gorge et la faire tousser ; plus qu'elle ne l'a jamais fait depuis que ses yeux à lui se sont fermés, depuis qu'elle essaie... d'y parer. Lou ne le peut pas. Elle n'a pas la force de franchir l'obstacle qu'est devenu son absence, elle n'a pas le courage de se faire à l'idée qu'elle peut y survivre. Comment le pourrait-elle, au final ? La question tourne en boucle, elle frappe dans sa tête comme pour lui rappeler qu'il faut une réponse. Il faut une réponse. Il en faudra une pour lui permettre de retrouver cette stabilité perdue, tout ce qui faisait qu'elle aimait vivre. Tout ce qui donnait une raison à ses actes, à ses avancées avant que ce pour quoi elle s'y risquait ne s'évapore à l'orée d'une aube à laquelle elle aurait voulu ne pas survivre. A laquelle elle survit encore pourtant. Et ses prunelles retrouvent le néant de la pièce, elles s'ouvrent sur la noirceur dans laquelle elle s'était abandonnée avant d'y revenir, comme chaque soir, comme à chaque fois que ses pensées basculent. Aucun son ne vient perturber la solitude dans laquelle elle s'est enterrée depuis déjà quelques semaines quand elle ne se risque pas sur ses peintures. Aucun bruit, aucune voix, pas même un mot. Rien n'est un rêve. Tout est réel, aussi réel que les sanglots qui reprennent comme parfois pour rappeler à son enthousiasme qu'il n'est encore que fragilité, ombre d'une réelle volonté qui peine à revenir ; souvent.

Ce sont les mêmes gestes qui recommencent, cette routine qui n'a plus aucun sens et qui, malgré ça, continue de tourner. Elle tourne et tourne jusqu'à ne plus laisser que des maux qui n'en finissent plus, pas même une fois étendue, pas même lorsqu'elle retrouve le confort de son lit, mausolée des perles salées, page éventrée des instants passés... avec lui. Lou qui s'était faite à sa présence, Lou qui s'était surprise à l'aimer, plus qu'elle ne l'aurait dû, Lou qui s'était imaginé tout un avenir, un futur, des jours qui – aujourd'hui – n'arriveront jamais mais qu'elle parvient à rendre tout de même meilleur. Lou se retrouve seule après deux ans. Deux ans à parcourir chaque pièce avec, en fond, ce rire, cette voix, cette chanson désormais silencieuse, tue dans les limbes de son esprit, submergée par les retours de vagues qu'imposent l'océan de souvenirs qui se ternit et perd en éclat, qui se creuse et sombre petit à petit. Et Lou nage, elle cherche, elle recherche. Lou essaie de rendre justice à l'image qu'elle garde précieusement, comme n'importe quelle enfant à son premier cadeau. Il n'aura pas été le premier mais promesse fut faite qu'il en serait le dernier, là, au-dessus d'un lit médical rejoint machinalement, finalement, comme si ses pas n'étaient destinés qu'à la mener là. Elle prie pour que cette scène se taise, elle prie pour que les dernières images qui puissent lui rester ne soient pas celles qui, dès lors que l'azur de ses prunelles croise ce visage défait d'émotions, se jouent comme pour fissurer davantage le cœur meurtri qui peine à battre sous sa poitrine lorsqu'elle se tient ici. Ombre d'une jeune femme pleine de vitalité, d'ordinaire. Lou l'entend encore rigoler malgré la douleur, malgré les larmes, malgré le sang que ses lèvres faillissent à tenir. Lou l'entend encore prononcer quelques mots tandis qu'un vent glacial frappe dans son dos, tandis qu'une foule horrifiée se forme autour d'eux deux, encore à terre, puisque lui blessé, elle sauvée, poussée par des bras qui, longtemps, l'avaient gardé entre eux. Tout a changé, tout s'est brisé. Elle entend encore les sirènes briser la sérénité des rues, ces allées qui s'étaient habituées à arpenter sans jamais songer que telle tragédie s'y jouerait. Et les regrets s'invitent, accompagnant cette rage, ce dégoût d'elle-même puisque impuissante lorsque toute vie s'éteignait sous ses yeux, sous ses mains finalement. La Belle n'a rien pu faire, pas même pour celui pour qui elle aurait tout donné jusqu'alors. C'est ce qu'elle retient de cette soirée de novembre, c'est ce qu'elle retient du jour où elle l'a perdu, du jour où tous ces précipices intérieurs se sont formés. Ce jour où Lou s'est rompue. Anéantie, éreintée, exténuée, vidée de tout... pourtant encore debout. Un souffle s'échappe d'entre ses lèvres, trahissant les soupirs accablés qu'elle lutte à faire taire, à ravaler comme pour se faire forte ; comme si elle pouvait en être capable. Parce qu'une légère brise se risque jusqu'à elle, parce qu'elle ressent ce même souffle froid qu'au court de cette nuit-là, ce même courant de marbre qui s'engouffre dans la cascade dorée qui tombe dans son dos, cette similitude qui fracasse ses défenses, brise ses barrages pour n'offrir de chemin qu'au torrent de larmes qu'elle retenait mais comme chaque fois en vain. En vain parce qu'elle les retient en se sachant trop faible pour pleinement y parvenir ; ça malgré sa manière de subsister, de tenir bien que l'envie n'y soit pas. Parce qu'il s'est écoulé déjà trop de temps, parce que Lou, en vérité, n'avance plus mais titube. Parce que Lou s'effondre, à chaque fraction de seconde un peu plus.

Pourtant, elle sait que tout est à reprendre, que tout n'est pas encore totalement fini. Lou s'est seulement faite à l'idée qu'elle devrait faire quelques pas seule, seule sans le repère qu'il pouvait être, sans la direction claire et précise de sa petite vie jusqu'alors tranquille. Il était celui qui savait, celui qui menait la barque vers la Terre Promise. Alors, elle s'était risquée à fermer les yeux, rien qu'un instant. Elle avait attendu, attendu qu'un signe ne se présente, attendu qu'un chemin ne se trace de lui-même, sous ses yeux, comme dans l'espoir de ne pas faiblir, de ne plus sombrer. Parce qu'elle se sait noyée, accaparée par des eaux froides et tortionnaires, liée à des profondeurs qu'elle craint autant qu'elle ne les aime. Lou sait qu'elle ne peut attendre ainsi, elle sait que ses peintures ne doivent perdurer aussi sombres qu'elles ne l'ont été au cours de ces derniers jours, une sorte de banalité retrouvée ; ou presque. Lou s'est essayée à sa passion, à ce passe-temps si important et qui, au début, lui paraissait également trop fade, elle s'est risquée vers tout jusqu'à comprendre, jusqu'à se rendre compte que cette vie-là ne la mènerait qu'à sa perte. Parce qu'elle n'est plus ce joyau d'enthousiasme, cette pleine vitalité contagieuse, cette preuve même que le bonheur naît d'un rien. Lou s'est assombrit, malgré elle, et c'est ce qu'elle vient constater, posant le regard sur son reflet avant que quelques larmes ne s'en mêlent. Ce n'est pas elle, ça n'a jamais été elle. Elle le sait et l'imprime dans sa tête, elle vient ancrer ce fait contre son esprit avant de se donner les moyens de remonter la pente dévalée, avant de retrouver cette volonté d'en sortir ; plus forte qu'elle n'aurait pu l'être au départ. Il lui aura fallu tout de même du temps avant d'apprendre à vivre par elle-même, Lou aura lutté contre bien des obstacles, bien des périples pour parvenir à cette petite routine, pathétique pour certains, satisfaisant pour la jeune femme. Parce qu'elle parvient à garder la petite maison tout en persistant sur la voie choisie, gardant du temps pour ses peintures, donnant désormais de sa personne pour autrui. Avoir été impuissante, ce soir-là, aura marqué son esprit plus que ce à quoi elle ne s'était attendue et l'aura dirigé vers une autre destination ; un pied sur sa passion, l'autre sur un besoin irréversible qu'elle n'arrive pas à taire. C'est dans l'espoir d'être utile qu'elle s'est inscrite aux pompiers volontaires, dans l'espoir de parvenir à faire quelque chose de productif puisque ses peintures ne sauveront personne ; surtout pas Lui. Aussi, Lou s'est reprise en main, elle s'est faite assez forte pour apprivoiser une fois de plus sa petite vie, pour parvenir à avoir la main dessus, comme Lui avait pu lui enseigné au cours des deux ans passés en sa compagnie. La jeune femme agit comme s'il se tenait là, à ses côtés, comme si elle retrouvait ses conseils, ses consignes aussi, cette habitude de façonner sa vie en fonction de ce qu'il désire, de ce qu'il voit pour elle. Lou pense à ce qu'il aurait voulu, à ce qu'il souhaiterait de sa part et croit bien faire en suivant ses instincts, le cœur qui bat sous sa poitrine avec un peu plus d'enclin qu'au cours de ces derniers temps. La belle aux cheveux d'or est parvenu à se reconstruire, à offrir une meilleure image de sa personne, pleine d'espoir, d'envie. Pleine de vie. Lou se fait alors déterminée, ambitieuse, elle met du cœur à l'ouvrage, assidue à la formation qu'elle a accepté sans pour autant abandonner ce pour quoi elle est douée. La jeune femme joue sur les deux fronts, tentant de se mettre des freins quant à la peinture parce qu'il doit être fier d'elle, parce qu'il doit voir ce qu'elle est prête à accomplir pour les autres ; davantage pour Lui. Elle fera le nécessaire, jusqu'à sa sortie de coma. C'est une promesse qu'elle se fait, une parole qu'elle compte bien tenir, enfin relevée, presque complètement.

_________________


Why can't I get over this ?
Elle a essayé d'oublier son rire, son visage. Elle a essayé de se souvenir de son absence mais en vain, corruption dans un cœur trop faible.


Dernière édition par Lou Fitzgerald le Ven 9 Déc - 17:22, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
Messages : 1352
quartier : Downtown - En colocation avec le sociopathe Matthew Goodwin
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: always find me here. | lou Jeu 8 Déc - 22:04

I love you :joe: :joe: RE BIENVENUE PETIT MATOUUUU :joe: :joe: I love you

_________________



You have eyes that lead me on; and a body that shows me Death. Your lips look like they were made for something else but They just suck my breath. I want your pain yo taste why you're ashamed. You're so sudden. Fuck me until we know it's unsafe. And we'll paint over the evidence. I want you wanting me. I want what I see in your eyes so give me something to be scared of.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : BereniceWCL (avatar & gifs) - Solosand (code signature)
Messages : 625
quartier : Downtown The Loop // Appartement
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: always find me here. | lou Ven 9 Déc - 9:02

Rebienvenue, c'pas comme si tu connaissais pas la maison :pc:

_________________
 
+ S.T.U.C.K+
I'm stuck between who I am, who I want to be, and who I should be.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : chevalisse
Messages : 1215
quartier : The Loop, Downtown
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: always find me here. | lou Ven 9 Déc - 17:26

REREBIENVENUE :joe:
LOUUUUUU :lilheart: :red: Bon j'ai plus mon Sammy pour une loveline mais on s'aimera autrement !

J'suis sure que tu vas t'amuser avec elle. J'ai hâte de la redécouvrir sous sa nouvelle forme.

_________________
this brutal love

Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar
Profil
crédits : BereniceWCL
Messages : 361
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


http://chicago911.forumactif.org


MessageSujet: Re: always find me here. | lou Ven 9 Déc - 18:06


WELCOME TO CHICAGO !

Félicitations ! Te voilà validée !


Le prénom, l'avatar, le caractère...comment ne pas l'aimer cette petite ? :meep: Superbe fiche et j'ai hâte de voir où tu vas la mener !

Congrats ! Tout est allé comme sur des roulettes et te voilà validée ! Tu vas pouvoir t'en payer une tranche !

Quelques petits liens pratiques maintenant que tu as passé la grande porte :
- La gestion du personnage : Tu peux créer ta fiche de liens juste . N'oublie pas d'aller recenser ton métier ici ainsi que ton logement ici. Tu peux même ouvrir un sujet de téléphone portable ici.
- La gestion globale : Si tu dois t'absenter ce sera par là ! C'est également là-bas que tu pourras dépenser tes points !
- Nos protagonistes : Tu vas pouvoir créer ton scénario dans ce coin-là et pour ce faire, faudra dépenser tes points justement !
- L'appel du devoir : Une petite section propre à Chicago 911 où tu pourras demander des situations RP ! N'hésite pas à aller jeter un œil (n'oublie pas de récupérer ton œil après quand même) !
- Flood et jeux : Tu pourras t'amuser là-bas ! Ne sois pas timide, va donc y faire un tour !
- Enfin, n'oublie pas d'être un membre choupinou et de voter régulièrement sur les top-sites ici ! Plus le forum sera connu, plus on aura de nouveaux membres alors GO GO GO !

Bien sûr, le staff est ta disposition si tu as besoin de quoi que ce soit !

Nous te souhaitons un excellent jeu sur Chicago 911 !

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: always find me here. | lou

Revenir en haut Aller en bas
 

always find me here. | lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» (akhésa) ✚ those who don't believe in magic will never find it.
» Glorfindel • Mornie utúlië... believe and you will find your way
» I've been dreaming for so long, to find a meaning to understand.
» (AGADRIEL) i'm gonna stand by you even if we can't find heaven
» Will you come find me if I crash and burn? — Siobhán
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: BIENVENUE À CHICAGO :: Service de douane :: VOUS POUVEZ CIRCULER-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet