AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 one way to life. | lloyd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar
Profil
crédits : H. | we♥it | tumblr
Messages : 207
quartier : west side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: one way to life. | lloyd Dim 12 Fév - 17:58




one way to life ft. lloyd
   

Elle aime l'idée qu'il puisse rester, elle aime l'idée d'apprendre à le connaître car, à ne pas en douter, il est l'une des personnes qu'elle pourrait admirer presque tout au long de sa vie ; notamment pour son courage, pour cette bravoure qu'il doit désormais trouver normale, ce sentiment qui le pousse à agir presque autant que ce devoir qu'il s'est promit de servir. Non, vraiment, elle envie cet élan qu'il a su trouver pour parvenir jusqu'à sa place actuelle parce qu'elle doute encore de sa capacité à y arriver, quand elle songe à cette possibilité. Aider autrui, Lou a toujours su le faire mais pas de manière aussi précise que celle qu'exerce Lloyd. Et, en ça, la jeune femme y accorde de l’intérêt, un regard des plus tendres à son égard. Finalement, il fait partie de ces âmes qu'elle aime à rencontrer, celles qui lui rappelle ô combien il existe encore de la bonté dans quelques cœurs éperdus des rues de Chicago, celles qui se sont enfermées dans des recoins discrets comme dans l'espoir de survivre à la noirceur du monde. C'est ainsi qu'elle voit le monde, ainsi qu'elle voit les gens, ainsi qu'elle le voit. Oui, finalement, Lloyd fait partie de ces héros qu'elle aime à remercier pour leur travail ; davantage le blond qui sacrifie de son temps à ses côtés sans qu'elle n'en ait pourtant demandé la moindre seconde. Ça lui réchauffe le cœur et ça l'amène à réfléchir, à songer à cette route, cette voie tracée sous ses pas qu'elle ne suit pourtant jamais. Elle aurait pu, Lou pourrait s'y risquer et le fait qu'il lui est rappelé sa bravoure, à elle, lorsque les choses s'étaient produites en témoigne aisément. Elle est intervenue quand d'autres ne l'osaient pas, quand personne n'était en mesure de pouvoir le faire. Un réflexe banal pour la jeune femme qui ne l'est pourtant pas aux yeux de sa compagnie momentanée, elle l'a comprit. « Mon grand-père était un combattant du feu et ça a donc toujours été une possibilité de carrière pour moi. J’allais souvent le voir à la caserne et je l’accompagnais à toutes les œuvres de charité que la caserne organisait. » Elle sourit lorsqu'il reprend la parole, lui laissant entendre cette douce histoire, celle dans laquelle elle n'a pas de mal à l'imaginer plus jeune, rêvant des exploits qu'il accomplie sûrement aujourd'hui ; loin de tous les malheurs qu'accompagnent ces réussites. Elle ne cache finalement pas son amusement en l'écoutant, tout de même absorber par ce qu'il lui laisse entendre. Bavarder parvient à lui faire oublier qu'elle est coincée ici, plus qu'elle n'aurait pu l'imaginer au départ. Ce qu'il dit par la suite, pourtant, défait ce rictus de ses lèvres pour ne laisser qu'une nostalgie des plus dures puisque, comme elle, ce sont des circonstances blessantes qui l'ont mené jusqu'ici. Elle en baisse d'ailleurs la tête, un peu gênée d'avoir fait remonter ces détails qu'elle voit impacter sur son comportement, bien qu'elle ne pouvait pas savoir. « Vous exposez ? Vos toiles je veux dire… J’aimerai voir votre travail à l’occasion. »

Puis, tout revient à elle, tout l’intérêt revient à ce qu'elle exerce de son temps libre, de tout ce temps qu'elle possède en vérité. La dernière partie de sa phrase vient la surprendre assez pour qu'elle n'en vienne à sourire, bêtement, songeant aux nombreuses personnes qui trouvaient refuge près de ses toiles, parfois. « Oui, ça m'arrive, j'essaie d'organiser ça, de temps en temps. » Souffle-t-elle, encore un peu gênée de voir son attention portée sur ce qu'elle peut faire, loin de penser que ce puisse être une réussite. Parce qu'elle peine à en vivre réellement, car les artistes ne sont pas forcément ceux qui s'en sortent le mieux. « Et ce sera avec plaisir de vous y voir. Vraiment. » Lance-t-elle, presque son enthousiasme retrouvé, bien que ses pensées aient encore du mal à se détourner des récents événements. Mais il parvient à canaliser tout ce qu'elle ressent pour l'amener à se poser sur une seule et même chose : ce qui est à venir. Il parvient à lui faire entendre, sûrement implicitement, que l'avenir vaut bien mieux que ce qu'elle ne pourra désormais changer. « J'essaierai d'en faire une, bientôt, ça vous donnera un prétexte pour revenir me voir et vous assurer par vous-même que je vais bien. » Tente-t-elle de faire entendre, une pointe de plaisanterie quant à la manière dont il peut refuser de la laisser partir, par peur qu'elle n'ait plus grave que ce choc constant imprimé – pour le moment – dans sa tête. Un sourire offert, elle reporte son attention au gobelet qu'il avait pu lui offrir, sirotant un peu son contenu en grimaçant légèrement, elle avait été prévenue, toutes les boissons chaudes des lieux ne sont pas forcément les meilleures, pas même malgré l'excellente compagnie qu'elle peut avoir. « Et vous allez me devoir un chocolat un peu mieux ! » Elle feint un air lamentablement mesquin, n'étant pas très douée en la matière, Lou faisant plutôt partie de ces personnes qui ne parviennent pas à juger les autres, de ceux dont les critiques ne viennent pas, inexistantes à leur boite crânienne. « Désolée d'insister de la sorte ; termine-t-elle par dire, ne perdant en rien son sourire bien qu'une once de tristesse vient s'en mêler. Elle a ce besoin de lui dire, de lui faire entendre tout ce qu'il parvient à insuffler chez elle alors qu'il n'est encore qu'un inconnu, une présence qu'elle ne connaît pas mais qui parvient à apaiser bien des choses. C'est que, la dernière fois que je me suis retrouvée ici, à attendre, personne n'a réellement fait ce que vous faites actuellement. » Sa voix se fait légèrement tremblante, rien que quelques secondes avant qu'elle ne vienne déglutir, prenant sur elle et ça, de toutes ses forces. « Ça me touche, vraiment. On dit que bien des personnes de votre rang sont de bonnes personnes par celui-ci mais vous, vous l'êtes vraiment et je tiens à vous remercier pour ça, pour ce que vous faites là, actuellement. » Elle fera au mieux pour lui prouver ça, en tout cas, si tant est que le temps le lui permette.

_________________


Why can't I get over this ?
Elle a essayé d'oublier son rire, son visage. Elle a essayé de se souvenir de son absence mais en vain, corruption dans un cœur trop faible.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
Messages : 1087
quartier : The Loop, Downtown
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: one way to life. | lloyd Dim 26 Fév - 12:27

one way to life

Lloyd & Lou

 
Il essaie de chasser la vague de nostalgie qui vient de déferler sur lui à l’évocation de feu son grand-père paternel et de Kevin. Il sait bien que ressasser n’arrangera rien. Lloyd sait que ce qui est fait et ne peut être défait. A moins de posséder un TARDIS peut-être…
Le pompier préfère donc aborder un sujet qu’il espère un peu plus léger. L’activité de la jeune femme semble donc un thème tout trouvé. La peinture, l’Art en général, l’intéresse beaucoup. Il aimerait être capable de faire quelque chose d’artistique de ses dix doigts mais il est plus doué pour tenir une lance à incendie qu’un pinceau. Chacun son truc.
« Oui, ça m'arrive, j'essaie d'organiser ça, de temps en temps » lui avoue la jeune femme en piquant un fard. Si elle est exposée, c’est qu’elle a un minimum de talent, ou alors des amis bien placés qui la pistonnent… Mais Lloyd préfère pencher pour la première option. Il ne sait pas trop d’où lui vient cette impression, mais depuis le début, il a celle que la jeune femme a l’âme créatrice.
Lou lui fait savoir qu’elle serait réellement ravie de le voir à une de ses expositions, avant de lui faire savoir qu’elle compte en organiser une prochainement. Il est sur le point d’ajouter que ça lui permettra de s’assurer qu’elle est toujours en un seul morceau, mais elle le devance, semblant lire dans ses pensées. Il ne peut retenir un petit éclat de rire.
« C’est précisément ce que j’allais dire. Vous lisez dans mes pensées, Lou. C’est pas très correct tout de même, j’vous prie d’arrêter. Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités mademoiselle, au cas où vous l’ignoriez » fait-il mine de la sermonner avant de terminer son gobelet de chocolat chaud qu’il jette dans la poubelle à proximité. Si elle comprend la référence à Spiderman : il l’épouse sur le champ.
Cette idée le fait doucement sourire alors que la jeune femme reprend la parole, évoquant justement le chocolat qu’ils viennent de partager et n’était, effectivement pas fameux…
« OK. Je me charge du chocolat chaud et vous, vous fournissez les cookies » la prévient Lloyd en levant sa main pour qu’elle vienne la frapper de la sienne et sceller leur deal. En vérité bien sûr, le pompier n’est même pas certain de la revoir un jour. Ce n’est pas la première fois qu’il parle avec une patiente de cette façon et fait ou reçoit la promesse de se revoir… Parfois, si l’idée semble bonne pour les victimes, elles finissent par réaliser qu’elles n’ont aucune envie de se remémorer un moment pénible de leur existence en retrouvant le pompier qui leur est venu en aide. Le plus souvent, elles repassent à la caserne afin de déposer des chocolats/muffins ou autres sucreries, mais ce n’est pas systématique. Ce n’est pas une science exacte.
Lloyd ne serait vraiment pas contre retrouver la jeune femme, mais il ne veut pas s’immiscer dans sa vie et risquer de la blesser d’une manière ou d’une autre. Il attendra donc plutôt qu’elle le contact d’une manière ou d’une autre et l’invite officiellement à son expo.  

« Désolée d'insister de la sorte » reprend-t-elle finalement, perdant un peu son sourire, son regard se faisant un peu plus lointain. « C'est que, la dernière fois que je me suis retrouvée ici, à attendre, personne n'a réellement fait ce que vous faites actuellement… »
Il fronce les sourcils. La dernière fois qu’elle s’est retrouvée aux Urgences ? Elle vient de piquer sa curiosité. La raison de sa venue ne devait pas être très grave si elle a dû patienter. A moins qu’elle n’ait pas été la victime cette fois-là…  Elle lui a parlé d’avoir failli perdre quelqu’un, peut-être que c’est à nouveau à cet épisode qu’elle fait référence. Cependant, avant de rebondir là-dessus et de la questionner un peu plus, Lloyd préfère réagir aux compliments qu’elle vient de lui faire.
« C’est gentil de me le dire. Vous n’avez pas à me remercier ceci dit, ça me fait plaisir. Vous êtes de bonne compagnie Lou » lui sourit le jeune homme en la débarrassant de son gobelet de chocolat vide pour le jeter à sa place, puisqu’il est plus près de la poubelle qu’elle. « Mais vous savez, on essaie au mieux de suivre les personnes que l’on rencontre en intervention. Je suis certain que, la dernière fois que vous étiez là, quelqu’un aurait aimé pouvoir faire ce que je suis en train de faire, malheureusement, ce n’est pas toujours possible. C’est quelque chose que tout le personnel soignant déplore d’ailleurs et… »
« Madame Fitzgerald ? » appelle tout à coup l’infirmière, un dossier d’inscription en main, jetant un coup d’œil sur la salle d’attente, à la recherche de l’intéressée.
« C’est vous ça, non ? » lui demande Lloyd, aidé par le fait que Lou ait immédiatement tourné la tête de ce côté du hall. Elle acquiesce et ils échangent un regard, ne sachant pas vraiment comment réagir, l’un comme l’autre.
Le pompier a l’impression d’avoir encore mille choses à dire à la jeune femme et il voit bien qu’elle a également un tas de choses sur le bout de la langue. Mais ils savent qu’ils n’ont plus le temps. Ils ont tous deux consciences que, malgré leur échange et les engagements pris, c’est peut-être la dernière fois que leurs routes se croisent…

C’est finalement le pompier qui prend les devant, posant une dernière fois sa main sur l’épaule de la blonde.
« Tout va bien se passer Lou » lui assure-t-il en frottant un peu son épaule, dans un geste encourageant, avant de laisser retomber son bras. « Prenez soin de vous et n’hésitez pas à passer à la caserne si le cœur vous en dit. Ça me fera plaisir. »
« Madame Fitzgerald ? » s’impatiente la soignante.
« Ici » la renseigne le pompier en faisant un geste à l’infirmière qui les repère et fait signe à Lou de la suivre. « Filez avant qu’elle ne remette votre dossier au bas de la pile » la taquine Lloyd avant qu’ils se séparent, pour de bon cette fois.
Il adresse un dernier salut à la jeune femme lorsque celle-ci se retourne, juste avant de passer la porte qui la mènera aux salles d’examens où elle risque de perdre encore quelques bonnes heures... Mais mieux vaut ça que ne plus être de ce monde.
La conscience tranquille, un sourire satisfait aux lèvres, il rejoint ses camarades qui l’accueil avec des airs lubriques. Forcément. Mais ça ne le dérange pas et il accepte leurs railleries sans s’offenser alors qu’ils quittent le service des Urgences pour regagner le camion.




  (c) chaotic evil

_________________
 
Wherever you go You know I'll be there
If you go far You know I'll be there
I'll go anywhere So I'll see you there

Revenir en haut Aller en bas
 

one way to life. | lloyd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: Downtown The Loop-