AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 SAISON I # INTRIGUE 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Admin
avatar
Profil
crédits : BereniceWCL
Messages : 478
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


http://chicago911.forumactif.org


MessageSujet: SAISON I # INTRIGUE 2 Ven 23 Déc - 8:54




SAISON I # INTRIGUE 2


1 ■ Synopsis

08:05 pm ; WEST SIDE
Les voix de la chorale s’élèvent dans la nuit froide de ce 24 décembre. La plupart des habitants sont calfeutrés eux et des carrés de lumières se dessinent sur les trottoirs enneigés. Quelques passants s’y agglutinent pour se réchauffer un peu et écouter les chants de Noël.
Le moment est magique pour les grands comme pour les petits qui se moquent des basses températures et vivent l’instant présent à fond. Dans quelques heures, le Père Noël viendra garnir leur chaussette de cadeaux et déposera les plus volumineux d’entre eux au pied du sapin richement décorés par leurs petites mains.
Les parents, eux, profitent de ce moment de réunion pour converser avec leurs voisins dans le plus pur esprit de Noël, en sirotant du fin chaud. Ils échangent quelques politesses, complimentent le timbre de voix des chanteurs et se plaignent des dépenses ou du froid.
Aucun d’eux ne prête vraiment d’attention au bruit encore lointain d’un moteur qui vient polluer le chant de Noël et compte faire bien plus que ça…

STREET
Ne pouvant décemment pas emmener son fils dans un club de striptease, Natalia a proposé à James d'emmener Eliott écouter la chorale. Elle n'est pas la seule à attendre quelqu'un puisqu'Aleida, à nouveau trainée dehors par sa frangine, attend que le petit ami de cette dernière, Milo, ait terminé sa journée au salon de tatouage pour pouvoir rentrer se mettre au chaud. Heureusement, elle a du vin chaud pour alléger son humeur maussade. Jade, quant à elle, est en train de camper près du stand et s'en met plein le foie ! ...Sous le regard atterré d'Andrew qui n'arrive pas à croire que leurs chemins se croisent à nouveau.    

2 ■ Participants (ordre de passage)
# Natalia Manning
# Aleida R. Benitez
# Jade Lincoln
# Andrew Linch

3 ■ Règles à suivre pour cette intrigue
# 600 mots maximum par réponse
# suivre l'ordre de passage défini ci-dessus : si c'est votre tour et que vous savez que vous n'aurez pas le temps de répondre dans la journée, prévenez vos camarades dans le flood intrigue, merci  santa  
Il vous est permis de vous arranger avec vos partenaires pour intervertir votre tour avec un autre joueur si l'action s'y prête  

■ le staff de C911
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : @me
Messages : 489
quartier : Westside Chicago - au dessus du garage Ossinov
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: SAISON I # INTRIGUE 2 Mar 27 Déc - 22:10




SAISON I # INTRIGUE 2


Les rues s’étaient recouvertes d’une pellicule blanchâtre qui ne manquait pas d’illuminer les yeux de son petit garçon à chaque fois qu’il mettait le nez dehors et ce soir, il était littéralement intenable, il l’avait été toute la journée. L’ambiance, les cadeaux qu’ils s’attendaient à recevoir et l’excitation d’avoir sans doute et pour la première fois de sa vie un noël un peu plus traditionnel et semblable à celui de ses camarades était un cumul que le cœur du petit garçon ne semblait pas pouvoir retenir et le sourire qui était resté accrocher à son visage toute la journée durant en était bien la preuve. Élancé quelques mètres devant elle, il donnait de petits coups dans la neige accumulée sur le sol pour la faire virevolter autour de lui et Natalia l’observait avec un sourire amusé sur le coin des lèvres. La jeune femme replaça d’un geste machinal le bonnet qu’elle portait, l’air était froid et une légère buée s’échappait de ses lèvres, les mains resserrer autour de son gobelet fumant de vin chaud, elle s’avançait en direction du parvis ou la chorale est censé faire le spectacle ce soir, c’était un peu comme une tradition pour eux, chaque année, Natalia l’emmenait écouter les chants de Noël, enfin écouter est un bien grand mot, il se contentait de le faire pendant cinq bonnes minutes avant de se laisser distraire par les autres enfants qui avaient tenu bien moins longtemps que lui, avant de rentrer dîner en tête à tête et de le laisser s’endormir au creux de ses bras devant un dessins animé ou un film qu’il aurait choisi. Cette année, le programme serait sensiblement le même, si ce n’était pour la présence de James qui venait s’ajouter aux traditions bien ancrées de sa femme et son fils, mais dans l’immédiat le père de l’année était, quant à lui, bien au chaud au Crashdown où elle ne sait pas vraiment pourquoi il avait voulu traîner Josef, elle n’avait pas vraiment posé de questions, et cela, même si cette initiative en amenait des dizaines.

Lorsque la foule se fit un peu plus pressante elle appela Eliott d’une voix claire et sonore, la dernière chose dont elle avait envie était de perdre son enfant dans l’océan de monde qui prenait forme devant elle, le petit garçon s’arrêta net dans sa course et se retourna vers elle sans pour autant cesser de marcher… « Fait attention devant to.. » et l’accident failli bien avoir lieu, le bambin fonça droit dans les jambes d’une femme dont le verre bascula dangereusement, fort heureusement les quelques gouttes qui s’en échappèrent tombèrent droit sur le sol évitant agilement les deux protagonistes, la jeune mère se précipita récupérer son enfant qu’elle attrapa gentiment par le bras pour le ramener vers elle. « Je suis vraiment désolé !! pas de dégâts, j’espère ? » lanca-t-elle à l’inconnu en lui adressant un franc sourire. « Eliott qu’est-ce qu’on dit à la dame ? ». Le petit garçon la regarda d’un air penaud et elle leva les sourcils et lui adressa un signe de tête pour l’encourager. « Pardon madame. » Finit-il par dire en enchaînant par une moue renfrognée.

_________________



"There's only two ways an old lady makes it. Either you tell them everything or you tell them nothing. Anything else, shit falls apart."

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ava ; daya
Messages : 286
quartier : Une petite maison dans le West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: SAISON I # INTRIGUE 2 Mer 28 Déc - 16:32



grumpy christmas ?


 « Allez s’il te plaiiiiitttt !
— Oh ça va t’as plus quinze ans, No, tu vas pas me souler avec tes conneries de Noël, j’ai pas envie d’aller me geler le cul dehors à écouter deux trois gamins chanter faux pour en plus me retrouver seule quand ton mec va se pointer. Encore.
— Rah, allez, ça y’est, miss rabat-joie. T’as aucun esprit de noël. Tu veux que j’te paie un gigolo pour retrouver quelque part en toi ton âme perdue ?
— Oh la ferme. »

Aleida pousse un soupir qui pourrait s’entendre à l’autre bout de la ville alors elle pose déjà son manteau sur ses épaules. Elle préfère sortir se geler les miches plutôt qu’écouter encore les conneries que lui sort sa sœur. Sa sœur qui va l’abandonner bien sur. Ida n’aime pas beaucoup Noël. A chaque fois qu’elle suit sa sœur il lui arrive des bricoles. Mais bon. Quelque part elle a envie de lui faire plaisir. Un peu, quand même. Erf.

« Si t’es sage le père noël passera pour toi.
— J’suis sur la naughty list moi, tu le sais bien.
— Arrête de dire ça, en plus maman a prévu des trucs.
— Ah ! Plutôt rester toute la nuit aux chants de noël. »

Noemi ricane alors qu’elles sortent enfin de l’appartement d’Aleida.
Jolie robe, joli manteau. Chaussures de cuir, sac neuf, tout est impeccable, pas une trace de poil de chat. Elles sont au milieu de la foule compacte et Noemi est pratiquement extatique. Noël, sa fête préférée. Aleida peine à retenir son sourire. Voir sa sœur dans cet état est la seule chose qu’elle apprécie au milieu de tout ce bazar.

Elle a un paquet de chocolat dans la main mais n’a pas faim, sa sœur lui a refilé, comme ça dans sa générosité habituelle. Ida va pour regarder l’heure sur sa montre lorsqu’on la bouscule.

Oh elle le voit, elle le voit venir, le VIN !
Mais non. Rien, quelques gouttes qui s’écoulent par terre, entre elle et le petit garçon qui se fait attraper par sa mère, celui-là même qui vient de la bousculer. Elle a retenu son souffle une demi-seconde mais tout va bien, ses fringues sont intactes.
Oh, et Aleida n’aime pas vraiment les enfants. Mais son attention est accaparée par la jeune femme qui lui adresse maintenant la parole.

« Je suis vraiment désolé !! pas de dégâts, j’espère ?
— Non, ça va.  Elle lui rend un sourire simple, un peu pincé.
— Eliott, qu’est-ce qu’on dit à la dame ?
— Pardon madame. »

Aleida se sent soudain observée et jette un regard à sa sœur qui, semble agir comme la mère avec son fils. Aleida se fend alors d’un sourire sincèrement un peu plus aimable et se penche pour se faire entendre.

« Ce n’est pas grave, Eliott, c’est ça ? Est-ce que tu veux un chocolat ? »

Elle lève les yeux vers la jeune maman comme approbation et tend le paquet de chocolat à l’enfant, qui finit par le prendre timidement. Tiens ça c’est fait, débarrassée des chocolats, et ça fait plaisir à un enfant. C’est pas une bonne action ça ?

« Aleida, enchantée. Voici ma sœur Noemi. Vous avez un garçon très mignon. »

La jeune hispanique tend sa main libre et gantée à la jeune maman et lui sourit.

« Il n’y a pas de mal, tous les enfants sont excités en ce moment. Et pas que. » Elle lui désigne du regard Noemi en souriant. Pourquoi elle fait connaissance en fait ?

© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
Messages : 267
quartier : Downtown - En colocation avec le sociopathe Matthew Goodwin
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: SAISON I # INTRIGUE 2 Jeu 29 Déc - 0:44

SAISON I # INTRIGUE 2


On n'y pense jamais assez à Noël. On n'y pense jamais assez à tous ces vieux décrépis, crevant à petit feu seuls dans leur baraque, la bouche ouverte sans leurs dents pour ne serait-ce qu'imaginer un peu pouvoir bouffer un morceau de dinde. On n'y pense jamais assez à ces gens seuls à Noël tant qu'on ne se retrouve pas soi même comme un con, à poil face à son propre reflet dégueulasse qu'on ne peut même plus contempler par dégoût personnel ; tout ça dans le marasme sombre et funeste d'une chambre de motel moisie. On ne comprend pas encore la détresse de quelqu'un qui a tout perdu par le temps tant qu'on ne perd pas les choses par soi même, comme un grand, avec juste l'aide de sa propre connerie, de ses propres faiblesses, de ses propres névroses.
On ne comprend résolument pas comment Noël peut devenir une fête aussi merdique pour une femme comme Jade ; une femme qui possédait jadis une immense malle pleine de décorations en tout genre : qui mettait des heures à choisir un thème particulier afin de marier à la perfection les couleurs chatoyantes des illuminations et qui se mettait à rire et applaudir à chaque lutin au coin des rues. On ne comprend pas comment aujourd'hui, les seules réjouissances soient celles de constater que ça fait maintenant deux semaines qu'elle n'a pas touché aux fonds des cadavres de bouteilles qui se déclinent sur la seule et unique commode de sa chambre.
C'est un peu vaseuse d'une longue sieste diurne qu'elle se déplace entre les tas de vêtements en quête d'une robe encore propre ayant échappée à ses crises de nerfs ou de soûlerie vomitive. Faut qu'elle passe au pressing pour corriger ça d'ailleurs ; faut qu'elle prenne l'air, qu'elle occupe son esprit brouillé, faut qu'elle parte en quête de nourriture afin de combler son estomac avec autre chose que du liquide. Elle ne reboira pas, pas aujourd'hui, pas demain. Elle essaiera. Elle se l'est promis.

Dehors la météo n'est pas vraiment clémente avec ceux qui ne supportent pas le froid. Elle a tout de même passé une bonne heure à s'entretenir, comme d'habitude, histoire de se supporter elle même, de masquer ces gros cernes qui lui creusent le regard comme celui d'une morte. Elle déambule dans les rues, se dirigeant nostalgique vers ce qui lui causait avant une joie immense : la chorale de Noël. Affamée, elle se stop à un stand de foi gras avant d'attraper cinq toasts d'un coup, provoquant une réaction mauvaise du vendeur. « Quoi ? C'est pas censé être écris servez vous ? C'est pas écris plateau de dégustation ? Alors laissez moi déguster tranquillement vos merdes et p't être bien que j'vais vous acheter un truc à la fin... » Le type opine rapidement face à la réaction provocante et sans gênes de la jeune femme qui termine ses toasts avant de se resservir sans ménagement. Là, juste à côté d'elle, le stand de vin chaud lui fait méchamment de l’œil. Elle s'y dirige malgré elle, déposant quelques dollars et prenant dans une main tremblante un verre qu'elle manque de peu de porter à ses lèvres avant de répulsivement le tendre à l'une des deux jeunes femmes qui se trouvent devant elle « Euh tenez ! J'avais envie d'un verre mais en fait non alors euuh voilà j'vous l'offre! Joyeux Noël ! » Elle tente d'arborer ce même sourire qui lui valait la sympathie de n'importe qui autrefois. Elle tente de toutes ses forces de ne surtout pas paraître aussi bizarre qu'elle l'est véritablement.
Made by Neon Demon

_________________



You have eyes that lead me on; and a body that shows me Death. Your lips look like they were made for something else but They just suck my breath. I want your pain yo taste why you're ashamed. You're so sudden. Fuck me until we know it's unsafe. And we'll paint over the evidence. I want you wanting me. I want what I see in your eyes so give me something to be scared of.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: SAISON I # INTRIGUE 2 Jeu 29 Déc - 14:56




SAISON 1 | Intrigue 2
   

Eleonore n'a eu de cesse de contempler les miles guirlandes scintillantes déposées ici et là, il lui a fallu un temps fou pour parvenir – également – à la décrocher du sapin fait au cœur de leur séjour. Et ça lui aura permit d'accrocher un large sourire à ses lèvres tandis qu'ils rejoignaient la chorale à laquelle les invitations papiers ont été déposées dans les boites aux lettres. C'est le regard plein d'étoile de la jeune fille qui lui a rappelé la douceur de noël et la conséquence que son ambiance peut avoir sur l'esprit. Il s'en détend, s'en réjouie. Il a, pour la première fois depuis longtemps, l'impression que certaines choses peuvent s'arranger et il choisit de s'accrocher à cette idée, de l'enfermer dans un coffre, dans un recoin de son esprit comme dans l'espoir que cette soudaine force de caractère ne lui échappe pas à nouveau. Andrew est capable de franchir les limites de cette noirceur dans laquelle il erre depuis des mois, si ce n'est pas une année, en vérité, il ne sait plus lui-même. Les heures ont été sombres, les jours trop longs et sa conscience s'en est blessée ; plus qu'il n'aurait pu l'imaginer au départ. Il sait qu'il doit faire face, brandir ses armes au moins pour elle à défaut d'y parvenir à son égard. Carmen absente, sa fille n'a plus que lui, seul et unique repère dans un monde dépravé qu'il essaie de rendre meilleur du mieux qu'il le peut.
C'est une fois les portes du village de noël qui parvient à faire taire toutes ses réflexions, cette dépression collante et affligeante pour l'esprit qui tente de se reconstruire. Andrew fait barrage à l'obscurité, ne laissant de place que pour les amas de couleurs qui leur explose aux yeux et qui vient rendre Eleonore folle de joie. Il l'entend même fredonner quelques chants qu'il parvient à deviner un peu plus loin, choisissant d'essayer de s'y rendre, sa Belle toujours dans ses bras, sa confiance en cet endroit pas encore assez développée pour la laisser faire quelques pas à ses côtés. Aussi, en y songeant, il cherche d'un coup d’œil les forces de l'ordre présentes, balayant les alentours du regard pour finalement s'attarder sur une crinière qu'il ne connaît que trop peu, qu'il ne pensait pas revoir après qu'elle se soit enfuie à nouveau ; soyons réalistes. Il lui faut un petit instant de reprise pour parvenir à mettre un pied devant l'autre, allant jusqu'à leur hauteur tandis qu'elle s'anime, tandis que sa voix vient rappeler de nombreux souvenirs à sa mémoire. « Et les verres qu'elle offre se font rares, je pense que vous pouvez en profiter. » Laisse-t-il lui échapper en se hissant à ses côtés, tentant un sourire à l'encontre de Jade et des demoiselles qu'elle a choisit d'aborder malgré sa gêne qu'il devine aisément contre ses traits. Et s'il s'avoue silencieusement surpris de la voir ici, c'est sans compter Eleonore qui use de force pour rejoindre les bras de la jeune femme en question, encore hésitante à l'encontre de l'autre enfant.
Quant à lui, il en revient aux demoiselles accostées par Jade, faisant passer plus naturellement la situation ; s'y essayant, en tout cas. « Je peux offrir quelque chose à cette autre Dame? » Demande-t-il poliment, sortant déjà son portefeuille, en bon gentleman qu'il a toujours été ; peu enclin à user de modestie.
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar
Profil
crédits : BereniceWCL
Messages : 478
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


http://chicago911.forumactif.org


MessageSujet: Re: SAISON I # INTRIGUE 2 Sam 31 Déc - 9:47




SAISON I # INTRIGUE 2


1 ■ Synopsis

08:06 pm ; WEST SIDE
Le van aux vitres teintées, dénué de plaque d’immatriculation, s’est rapproché à vitesse réduite et arpente à présent la portion de la rue où se trouve les chanteurs et son public émerveillé. Lentement, la portière arrière coulisse.
Mais rare sont ceux qui voient les deux silhouettes encapuchonnées qui pointent le canon de leurs fusils mitrailleurs sur la foule. Et soudain, la musique change. Le chant mélodieux est couvert par le vacarme des balles qui sont tirées en direction des passants. Et des cibles immobiles et donc faciles, ont peut dire qu'il y en a sur cette portion de rue, entre la queue devant le salon de tatouage, celle devant le club de striptease et la foule qui s'est amassée devant la chorale... Bientôt, les voix chantantes sont remplacées par des hurlements de surprise, de terreur ou de douleur.

L’instinct de protection pousse les mères à se jeter sur leurs enfants pour qu’ils soient épargnés. Mais certains gestes seront vains ou trop tardifs. Tout se passe très vite et pourtant, pour chacune des victimes de cet assaut gratuit : les quelques secondes que dure la fusillade leur parait une véritable éternité. Quelques personne cependant n’ont pas eu le temps d’avoir peur ou de souffrir et sont mortes sur le coup.

Lorsque le van s’éloigne dans un crissement de pneus et que la portière se referme sur les assassins, les hurlements continuent de s’élever et de déchirer la nuit...

STREET
Natalia s'est jetée sur son garçon pour le protéger et son effort a porté ses fruits : son fils est indemne, bien que terrifié.
Ce n'est pas le cas d'Andrew qui s'est effondré, inconscient et a reçu deux balles dans le corps.
Jade se précipite à son chevet...un peu trop rapidement sans doute car dans sa précipitation, elle bute sur le corps sans vie d'un gosse et se tord la cheville. Mais le vrai souci, c'est qu'elle va maintenant devoir gérer la rage de la mère du gamin qu'elle vient de heurter et cherche un coupable à blâmer.  
Aleida de son côté, vient de constater que sa soeur a reçu une balle dans la cuisse et se vide dangereusement de son sang...

2 ■ Participants (ordre de passage)
# Natalia Manning
# Andrew Linch
# Jade Lincoln  
# Aleida R. Benitez

3 ■ Règles à suivre pour cette intrigue
# 600 mots maximum par réponse
# suivre l'ordre de passage défini ci-dessus : si c'est votre tour et que vous savez que vous n'aurez pas le temps de répondre dans la journée, prévenez vos camarades dans le flood intrigue, merci  santa  
Il vous est permis de vous arranger avec vos partenaires pour intervertir votre tour avec un autre joueur si l'action s'y prête  

■ le staff de C911
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : @me
Messages : 489
quartier : Westside Chicago - au dessus du garage Ossinov
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: SAISON I # INTRIGUE 2 Sam 31 Déc - 16:52




SAISON I # INTRIGUE 2



La jeune femme n’a vraiment pas l’air commode, mais finit par se détendre un peu et adresser un semblant de sourire au petit garçon qui quant à lui affiche un air penaud. Un air qui la plupart du temps fait fondre le plus fermé des cœurs, si ce n’est celui de sa mère qui connaît bien les astuces de son fils, en l’instant celui-ci fonctionne cependant à la perfection puisque la Portoricaine étend son rictus et se baisse pour proposer des chocolats à l’enfant qui après avoir hoché la tête pour confirmer son nom, s’empresse de jeter un œil à sa mère à la recherche de son approbation. Natalia adresse un signe de tête à la jeune femme, puis a son fils à qui elle adresse un clin d’œil. La brune se présente et complimente la Serbe sur son enfant, ce qui est bien connu pour être une parfaite première approche. « Merci. Lui répond-elle amicalement. Natalia enchantée !» enchaîne-t-elle en serrant la main qui lui est tendue. Elle se fend ensuite d’un rire sincère lorsque cette dernière laisse entendre que l’excitation ne se retrouve pas seulement chez les enfants, mais aussi chez les plus grands, ce qui n’est pas tout à fait prononcé, mais fortement suggéré, indiquant par la même à la jeune femme qu’une quatrième personne fait désormais partie du petit groupe qu’ils viennent juste et malgré eux de former. « Ceci dit ce genre d’ambiance ne fait jamais de mal, tant qu’elle ne dure qu’un mois dans l’année… »

Natalia n’a guère le temps de continuer qu’une jeune femme les interrompt pour tenter de coller un gobelet de vin chaud dans la main d’Aleida qui la regarde avec un certain dégout sur le visage, un peu décontenancé, la jeune mère se demande si elle se connaissent, ce qui n’a pas l’air d’être le cas et la femme reste là un sourire aux lèvres et le verre tendu vers elles. « C’est gentil, mais je suis paré contre le froid déjà. »Elle lève son verre en direction de l'inconnue et se retient d’ajouter qu’elle n’aurait de toute façon pas vraiment eu l’intention de récupérer un verre proposé par une inconnue qui n’en voulait plus. Une voix masculine vint lui répondre dans son dos, lui suggérant que c’était un geste inhabituel et qu’il fallait en profiter, la jeune femme se retourne pour se retrouver face à un homme élancé et sec à l’accent bien prononcé qui tient dans ses bras une petite fille tout à fait ravissante qui joue avec le col de son manteau. Elle lui adresse un sourire un peu forcé, parce que l’ambiance semble un peu en demi-teinte soudainement. Elle pose sa main sur l’épaule de son petit garçon qui commence à s’éloigner et le ramène contre elle pour le garder à proximité, la foule se fait plus présente et elle n’a pas vraiment envie de le perdre parce qu’elle se serait laissé distraire par ce petit groupe. Est-ce un coup de chance ? le destin ? mais force est de constater que quand le crissement de pneus et les premiers coups de feu se font entendre Natalia n’a que peu à faire pour protéger de son corps son enfant qu’elle pousse sans ménagement contre le sol et sur lequel elle appuie son corps tout entier.

Le regard rivé sur le sol, elle n’ose pas l’en détourné, tout du moins jusqu'à ce que le manteau blanc déposé sur le sol ne tourne au rouge…les cris continues de se répandre aussi sûrement que le sang sur le trottoir, mais Natalia n’entend plus que les pleurs déchirants de son bébé qui reste étendu sur le sol figé par la peur.

_________________



"There's only two ways an old lady makes it. Either you tell them everything or you tell them nothing. Anything else, shit falls apart."

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: SAISON I # INTRIGUE 2 Dim 1 Jan - 21:14




SAISON 1 | Intrigue 2
   

Il y a d'abord ces chants qui rappellent à la mémoire ô combien cette jovialité peut manquer, à quel point les temps se font rudes, violents et parfois, à quel point on peut oublier que les choses simples ne sont pas toutes si ridicules. Il le constate ici tandis que cet air encore tranquille parvient à apaiser sa conscience, apaiser les craintes qu'il tient à l'égard de tout et surtout de tout le monde. Parce qu'il craint l'univers et son hasard, parce qu'il craint l'incontrôlable qui lui file entre les doigts et s'estompe comme des grains de sable qu'il ne pourra jamais détenir complètement. Une réalité qui vient s'inscrire contre sa conscience tandis qu'il relève les yeux, le cœur appelé par un tout autre son que les chœurs plaisants de cette journée colorée. Il pose les prunelles sur les ombres qu’abritent trop bien les ruelles de cette grande ville, il pose le regard sur l'horreur même, matérialisée en un van, en deux armes tenues, brandies en direction de bien des personnes là dans l'espoir d'un noël aussi paisible que les autres. Puis, plus rien. Un néant des plus noirs, une obscurité digne de celles dans lesquelles il s'était longtemps noyé, trop longtemps. Elles lui reviennent, elles reprennent place en son for intérieur qui s'éteint et se brise, il se fracasse aussi certainement que son corps, possiblement. Il entend mais n'y parvient pas complètement, paradoxalement. Il se sait présent sur ce sol, sur ce manteau glacial qui vient offrir quelques brûlures de plus à sa peau. Et il aimerait bouger, se relever, il aimerait retrouver son animation avant de comprendre qu'il ne le peut pas ; pas encore. C'est douloureux et prenant, ça vient ronger chaque parcelle de son être jusqu'à lui donner cette impression de disparaître, de se fondre dans un océan brumeux, le calme légendaire de ces eaux brisé par les vagues qui vont et viennent pour finalement s'abattre sur l'amas de chair inerte qu'il représente ; malgré lui. Andrew lutte, Andrew essaie de reprendre pleinement conscience, Andrew se souvient. Eleonore est là, quelque part à côté de lui et il croit entendre sa petite voix, ses pleurs qui lui arrachent davantage son cœur, le peu de battement qu'il perçoit encore sous sa poitrine qui brûle, encore et encore, toujours plus intensément au fur et à mesure qu'il se risque à des tentatives de retour vers une clarté même des plus faibles. Puis le contact qui s'en suit se fait sulfureux, violent, brutal, il en sent la douleur mais se fait incapable du moindre mouvement. Conscient inconscient, ou presque au vu de la douleur qui commence à se propager jusqu'à sa tête ; conséquence d'une chute qui lui vaut certainement une belle entaille en plus des plaies chaudes qu'il sent se déchirer à chaque fraction de seconde qui s'écoule. Et, pour la première fois depuis cette perte totale de contrôle, Linch prend en compte ce qu'il sent couler le long de sa peau, ce liquide rougeâtre qu'il devine comme venant réchauffer ses vêtements rafraîchis par le duvet neigeux rejoint subitement. Le trentenaire qui s'était persuadé de vaincre s'éteint complètement, abandonnant malgré lui, ne parvenant pas à se rattacher à cette voix cristalline qui se perd dans les méandres de son subconscient, la douleur gagnant la bataille, les ténèbres envahissant à nouveau sa boite crânienne pour ne plus rien laisser qu'un goût acre au fond de sa gorge et la mélodie des sirènes chantante au loin.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
Messages : 267
quartier : Downtown - En colocation avec le sociopathe Matthew Goodwin
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: SAISON I # INTRIGUE 2 Mar 3 Jan - 20:52

SAISON I # INTRIGUE 2


Elle a l'air con avec son verre de vin chaud et le pire c'est qu'elle le sait. La nana en question à qui elle le tend la regarde non sans une pointe de gêne, non sans prendre garde à rameuter son agneau dans ses pattes. Elle l'effaroucherait presque si une voix familière ne s'était pas glissée à leurs côtés. Elle voudrait presque serrer le verre en plastique à s'en noyer les phalanges. Elle est dans une situation délicate, la main tremblante tendue par la répulsion de l'alcool vers une honte sans précédent et la tête perdue dans des mois sans nouvelles de l'être qui lui tend un truc qui s'agrippe subitement à elle, qui tire ses épaules vers l'avant et ne sert contre elle ce petit être instinctivement. Éléonore. Un ange encore dans l'innocence, bercé par la naïveté dans laquelle on la baigne par la force de l'enfance. Une innocence qu'elle se met à protéger lorsqu'un nombre incalculable de détonations se font entendre.
C'est instinctif, c'est animal presque. Le corps se baisse au raz du sol, les bras protègent l'enfant qui se met à gémir par le choc des mouvements et des bruits fracassant les tympans. Tout s’enchaîne, les yeux se ferment, se crispent tout comme les membres qui font carapace sur la petite fille.
Il y a comme des bourdons assourdissants autour de la jeune femme qui se relève même lorsqu'un silence sinistre s'abat sur l'hécatombe venue des cieux. Le champ de bataille macabre étale les amas de chairs inertes et peint des tâches rouges par pointes un peu partout. Un sang glacial lui parcourt les veines alors qu'elle masque automatiquement le regard puéril de ses paumes tout en cherchant le créateur de celui-ci d'une pupille robotique, occultant par automatisme l'horreur émanant de chaque coin de cette scène. Elle sent dangereusement les émotions se mêler en elle, elles se mélangent les unes aux autres si bien que c'est un gros vide et une expression presque de lassitude qui l'emportent lorsque ses jambes heurtent un môme au sol et que la mère - pas très au fait de ce qui vient de se dérouler apparemment - lui casse les rouleau, jusqu'à la suivre dans sa course vers Andrew qu'elle vient de repérer. Elle la harcèle, hurle sur une Jade paradoxalement silencieuse, un mutisme glacial dont qu'elle n'était capable qu'en cas d'urgence lorsqu'elle était encore infirmière. Elle en remue des reins dans l'espoir vain d'y sentir le flingue qu'elle planque tout le temps dans son jean depuis son arrivée ici...si elle n'était pas si distraite par l'anglais vers lequel elle abat ses genoux elle en regretterait presque d'être en robe. Elle ignore superbement la femme qui hurlent, elle constate les dégâts amèrement, des flash-backs s’immisçant derrière l'orbe de son azur humide qui commence à paniquer. « Andrew ? Andrew regarde moi, regarde moi...Putain ferme là ! Casse toi grognasse casse toi j'te dis ! » L'hystérie refait surface après le rien profond ; elle balance ce qu'elle trouve au sol à la gueule de la mégère qui elle aussi finalement réagit à sa manière devant la catastrophe. Cette crise passée, elle pose la petite incapable de reprendre la contenance de sa profession jadis. Elle arrache tout de même le manteau et tous les vêtements du procureur dans des saccades incontrôlables. Elle ne pense pas à boire mais il est clair qu'elle aurait bien besoin d'un verre parce qu'il a une balle logée sur le côté du bide et une dans la clavicule...Angoissée, secouée, elle comprime tout de même la plaie la plus minime en déchirant des lanière de chemise de créateur et en enveloppant de façon ferme la plaie avant de comprimer de ses mains celle logée plus bas. Les minutes défilent et doucement, elle s’intéresse au monde alentours, à cette femme dont la sœur a elle aussi été touchée. «  Comprimez la plaie, il faut comprimer la plaie avec vos deux mains avant que les secours n'arrivent » C'est le seul truc qu'elle puisse faire de là où elle est mais au moins cette nana se videra moins de son sang.
Made by Neon Demon

_________________



You have eyes that lead me on; and a body that shows me Death. Your lips look like they were made for something else but They just suck my breath. I want your pain yo taste why you're ashamed. You're so sudden. Fuck me until we know it's unsafe. And we'll paint over the evidence. I want you wanting me. I want what I see in your eyes so give me something to be scared of.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ava ; daya
Messages : 286
quartier : Une petite maison dans le West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: SAISON I # INTRIGUE 2 Mer 4 Jan - 0:29



bloody christmas


 Quand on lui demandera qui était avec elle avant les premiers coups de feu, Aleida ne saura répondre. Son cerveau aura fait l’impasse quant à la jeune femme venue lui refiler son verre de vin, au type avec sa gamine, a la jeune femme et son enfant avec qui elle discutait. Eliott. Ce prénom tournera dans son esprit comme une maudite ritournelle, elle ne saura se souvenir de ce qu’elle lui a donné.

« Je peux offrir quelque chose à cette autre Dame ? »

Il n’a fallu que quelques secondes avant que les chants soient remplacés par les balles. Elle ne sait pas comment mais le temps que les balles percent l’air comme des menaces de mort bien destinées à s’exécuter, Aleida est au sol, les mains sur la tête. Son cœur bat trop vite, une vitesse qu’elle considérerait comme dangereuse en temps normal. Lorsque le bruit des balles s’éteint, la jeune femme relève prudemment la tête et la première personne qu’elle cherche du regard est sa sœur.

« Noemi ? »

Elle n’est pas loin, mais la vision d’Ida est floue, elle tremble de peur alors que toujours à genoux, elle comprend ce qu’il vient de se passer. Les corps sont étendus autour d’elle et son manteau ne pourrait pas être plus rouge du sang des victimes.

« Noemi !
— I… Ida ? »

Elle entend sa voix, regarde en arrière, désorientée et s’aperçoit que sa sœur est là, à côté d’elle, étendue et pâle. Son regard glisse le long de son corps et l’aperçoit alors. La blessure. Aleida a l’impression qu’un pavé lui tombe dans l’estomac et s’élance dans un geste précipité aux côtés de sa sœur.
Ce sang qui coule lui fait peur. Ça va trop vite, Aleida se retrouve le souffle coupé, s’agitant, incohérente à la vue de sa petite sœur blessée.

« J’suis pas médecin, j’suis pas médecin… AU SECOURS ! »

Sa voix revient enfin pour crier, à l’aide, sa sœur a besoin d’aide. La panique l’empêche de réfléchir correctement et elle ne sait pas pourquoi, ne le saura surement jamais, mais elle le fait : sans plus attendre elle plaque ses deux mains sur la plaie, y dépose son poids, en faisant abstraction des pleurs de Noemi.

« Comprimez la plaie, il faut comprimer la plaie avec vos deux mains avant que les secours n'arrivent
— C’EST CE QUE JE FAIS ! »

Il faut que les secours arrivent, Aleida ne pense à rien d’autre, n’est capable d’articuler aucune autre pensée, son regard est dans celui de sa petite sœur, elle est incapable de faire autre chose que la regarder, même ses paroles, égrenées comme une prière rassurante n’atteignent pas Noemi qui se contente de gémir de douleur. La plus grande des sœurs a l’impression que les bruits autour d’elle sont amplifiées, elle a du mal à se rester focus, reconcentre son poids dans ses mains pleines de sang. Et ces enfants et les qui hurlent, ça lui casse la tête, c’est atroce, elle a du mal à garder les yeux ouverts et presse ses paupières l’une contre l’autre de manière frénétique, le souffle court. Elle détourne son regard une seconde, marmonnant toujours les mots censés rassurer Noemi. Et puis elle l’a voit, cette femme, allongée au sol, elle protège un enfant qui pleure lui aussi. Est-elle touchée ? Elle n’en sait rien, Aleida l’impression de ne plus rien savoir, ses yeux laissent échapper des filets de larmes ininterrompus.

« DEBOUT ! Debout, vous ! »

Elle a oublié son nom mais pas son visage, et elle ne veut pas qu’elle soit morte. Elle ne veut pas non plus que le type étendu près de la jeune femme au verre de vin chaud s’éteigne lui non plus. Aleida est simplement terrifiée.

© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : @me
Messages : 489
quartier : Westside Chicago - au dessus du garage Ossinov
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: SAISON I # INTRIGUE 2 Mer 4 Jan - 13:10




SAISON I # INTRIGUE 2


Tout n’est que chaos. Le bruit rutilant des balles à été remplacé par les cris et les pleurs des victimes et de leurs proches, les corps étendus sur le sol sont nombreux et la jeune femme reste quelque secondes interdites devant ce spectacles macabre qui lui rappelle la tragédie dont elle a été témoin à Halloween. Bien rapidement, elle s’enquiert de son fils qui sanglote avec force contre elle.

La brune avec qui elle discutait il y a encore quelques instants lui hurle littéralement dessus, elle la regarde et la panique qui se dégage de son regard la frappe de pleins fouets, elle réalise alors que sa sœur est étendue près d’elle dans une flaque rouge et brillante. Natalia prend une grande inspiration et retourne son petit garçon face à elle, avant de checker son corps pour s’assurer qu’il n’a rien. « Mon cœur, tu as mal quelque part ? Regarde-moi. Elle encadre de ses mains le visage de l’enfant et plante son regard dans le sien. Est-ce que tu as mal ? » Le petit garçon secoue la tête incapable de prononcer le moindre mot tant son visage est noyé dans les larmes. « Écoute moi, c’est très important, maman veux que tu fermes les yeux très forts et que tu ne les rouvres pas avant que je te le dise d’accord, Eliott, tu as compris ? » Elle tâche tant bien que mal de parler d’une voix calme mais assurée, elle refuse que l’image de ce qui se déroule autour d’eux ne viennent le hanter encore et encore, la banque à déjà suffisamment mis à mal l’innocence de son fils. « Je veux aller à la maison. » Laisse-t-il échapper dans un sanglot. « Je sais mon trésor, elle vient coller le visage de l’enfant contre elle et le sert dans ses bras avec intensité comme si il risquait de disparaître soudainement. On va rentrer bientôt».

Un gémissement presque inaudible au milieu du brouhaha attire soudainement son attention, est-ce parce qu’elle est sensible à son environnement ou est-ce l’instinct maternel qui fait des siennes, mais un rapide coup d’œil autour d’elle, lui permet de voir la petite fille qui encore quelques minutes, auparavant, gazouillait dans les bras de son père qui…est étendu sur le sol et sur lequel s’acharne avec vigueur celle qui lui avait proposé un verre…l’enfant est là assise dans un coin contre le mur et pleure à chaudes larmes. La serbe prend une inspiration et se relève soulevant de terre son enfant et collant de force son visage dans son cou. « Tu fermes les yeux trésor comme maman te l’a demandé. » Elle s’avance alors vers la petite fille et s’accroupit devant elle. « Vient là ma jolie, tout va bien, c’est terminé, vient. Elle lui tend la main et la petite reste pétrifié par la peur, elle lui adresse donc un sourire réconfortant et attrape sa petite main dans la sienne. Tout va bien. » L’enfant finit par bouger et vient se coller à elle, Natalia se laisse alors glisser dos au mur, les deux enfants dans ses bras, elle sent finalement la panique s’emparer d’elle et sa gorge se serre dangereusement. Elle ne bouge plus brossant les dos des enfants d’un geste calme avant de réaliser qu’il faut appeler les secours, elle glisse donc sa main dans sa poche et sort son téléphone qui affiche déjà trois appels en absence de James..James mon dieu, il est là quelque part et si il était blessé ou…Non, elle regarde l’heure affichée des appels et sent une onde de soulagement envahir son corps tout entier, il va bien, si il l’appelle, c’est qu’il va bien…Elle compose alors le 911 d’un geste tremblant.

_________________



"There's only two ways an old lady makes it. Either you tell them everything or you tell them nothing. Anything else, shit falls apart."

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: SAISON I # INTRIGUE 2 Jeu 5 Jan - 11:53




SAISON 1 | Intrigue 2
   

Les ténèbres s'épaississent, elles se font lourdes, pesantes sur les épaules du trentenaire qui peine à reprendre ses esprits, à sortir de ce néant qui le ronge, chaque seconde un peu plus ; presque autant que le brasier qu'il sent prendre de l'ampleur jusqu'à parvenir à conquérir toute sa personne, toute cette chair qu'il ne sent finalement presque plus. Et ce bruit qui n'en finit plus de se porter jusqu'à eux, jusqu'à cette scène pathétique et morbide, jusqu'à ce drame qui n'est sûrement pas le seul. Parce qu'elles portent, plus loin que l'endroit même où quelques véhicules s'arrêtent, là, quelque part autour de lui. Et la lueur s'invite, s'infiltre. Elle parvient jusqu'à ses profondeurs, jusqu'au cœur des limbes de son esprit dans lesquelles il erre sans plus aucune force. Elle s'impose à ses yeux pour lui faire comprendre que baisser les bras n'a jamais été l'issue la plus appropriée, pas ici en tout cas, pas alors qu'il les perçoit... tous ces cris, toutes ces larmes qui se versent aux alentours. Il les perçoit comme une complainte lointaine qui s'estompe au fur et à mesure que les précipices se referment. C'est ce qui amène son subconscient à lutter, à s'élever plus qu'il n'avait pu l'être, permettant au procureur de ressentir cette douleur, cette chaleur lancinante offerte à chacun de ses membres. Il en ressent les conséquences, il en perd la douceur de l'inconscience.
Puis la pression se fait plus forte, plus brutale. Il en ressent le froid et son opposé, ce paradoxe insoutenable qui lui arrache aussitôt un râle de douleur, une lamentation qui se brise en gémissement qu'il ne parvient pas à retenir. Et ses mains se portent sur celles qui compressent, qui viennent appuyer avec autant de hargne que possible les plaies qu'il porte, trous béants encore vifs. Il essaie de s'en défaire, il veut que cette torture s'arrête mais on ne le laisse pas faire, dégageant son contact d'un geste rapide bien que doux, suffisant pour le faire abandonner, pour l'amener à manquer de tourner de l’œil, une nouvelle fois. Tout semble si loin, si irréel. Tout lui semble peu plausible et pourtant, la souffrance est bien là, ancrée en un goût amer de rouille au fond de sa gorge. Puis, vient cette peine à respirer, ce besoin d'air qui commence à se faire plus violent, plus intense. Il sent ses poumons en manquer, il sent ce voile langoureux se poser sur sa vue et cette volonté de subsister devenir presque barbare. Vaincre l'affaiblie, vaincre le perd plus rapidement encore mais certaines images, remontées jusqu'à ses songes, l'empêche de mener sa retraite. Parce qu'il voit ce visage, parce qu'il distingue enfin quelques traits qu'il ne connaît que trop, des perles effrayées qu'il croit avoir déjà aperçu, fut un temps, lorsqu'il se tenait à même le sol, lorsqu'il s'éteignait pour presque un an. Et il se souvient, il se souvient de tous ces faits et gestes, de tout ce qui s'est passé jusque-là. Aussi, sa main se lève sur celle de Jade, tremblants et pourtant fermes. « Eleonore. » Il a du mal à le dire mais y parvient, sa voix semblable à une supplication des plus brisées. Il ne pense plus à lui mais à elle, parce qu'il ne la voit pas, car dans son esprit tout devient chaotique à l'idée que... « Pitié. » S'en suit d'autres voix, des teintes qu'il ne connaît pas, qu'il distingue à peine dans le carnage qui s'est joué, davantage sous le son strident qui n'en termine plus de sonner au creux de son esprit. Finalement, Andrew tente au mieux de s'accrocher à la jeune femme ; en vain.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: SAISON I # INTRIGUE 2

Revenir en haut Aller en bas
 

SAISON I # INTRIGUE 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» LA C N E UNE VACHE A LAIT EN TOUTE SAISON !
» Résumé de l'intrigue
» saison, l'automne : gratin de poires au roquefort
» SG-Universe, saison 1 [SPOILERS]
» Stargate Atlantis saison 5: le casting
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: West Side-