AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 ONESHOT — fin nov. début dec.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Profil
crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
Messages : 415
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: ONESHOT — fin nov. début dec. Mer 28 Déc - 16:24

oneshot
fin novembre début décembre



Le froid de décembre commençait à s’installer tranquillement, James le voyait à la visière de son casque qu’il avait du installer en prévision des rides d’hiver. Aujourd’hui, alors qu’il roulait tranquillement en voiture sur une portion de route un peu isolée, le temps était particulièrement froid. Il devait aller chercher une pièce d’un moteur particulier qu’on lui avait vendu d’occasion (mais presque neuf) et à bas prix pour la vieille bagnole du garage qu’il s’obstinait à réparer. Il avait parié avec Thomas sur la faisabilité de son projet, et James n’avait pas envie de perdre 50 balles.

Le motard baisse les yeux sur le tableau de bord, il roule un peu trop vite, puis relève les yeux et aperçoit une masse blanche et noire s’extirper à toute vitesse de l’accotement et se foutre sur la portion gauche de la route. Il braque son volant à droite puis à gauche pour revenir sur la voie et s’arrête sur l’accotement. Merde, heureusement qu’il est seul sur la route pour le coup.

Il se passe une main sur le visage, coupe le contact et sort de sa voiture bien décidé à aller voir ce qu’il a failli renverser. Il fait quelques pas prudent et cherche la chose sur la route et son regard tombe sur la masse noire un peu satinée calfeutrée contre le tronc d’un arbre. Il s’approche tout doucement tandis que la chose se remet à bouger. Il fronce les sourcils et se rapproche encore un peu de la masse et se rend rapidement qu’il s’agit d’un chien. D’un chiot pour être plus précis, dont la tête est sortie d’un sac et qui essaie visiblement de se dépêtrer du reste du plastique.

Evoquer la colère qui se déploie au cœur de la poitrine de James est surement inutile en tout cas pour l’instant, le motard se contente de jurer, serrer la mâchoire et s’approcher en douceur de l’animal. Il ne veut pas que celui-ci se mette à courir dans tous les sens et cette fois-ci finisse réellement écrasé.

Il lui faudra bien vingt minutes pour approcher la bestiole effrayée. Lorsqu’il arrive enfin à poser une main sur la tête du chiot, celui-ci reste couché, immobile et tremblant. Il passe encore quelques minutes à essayer de le rassurer et d’imposer sa présence, James est patient et fait attention à ne pas faire de gestes brusques. Lorsqu’il estime que le moment est venu, il entoure le chiot de ses mains et le ramène doucement à lui. Il réussit assez facilement à défaire le plastique autour de l’animal et découvre un chien à la fourrure complètement blanche, un peu amaigri, poil long et touffu et petites oreilles pointues. Il est hors de question qu’il laisse cet animal ici, alors il enfonce le plastique dans sa poche et ramène le chiot avec lui, le pose sur la banquette arrière de sa voiture et reprend rapidement la route, jetant constamment des regards dans le rétro pour observer l’animal recroquevillé contre le siège le plus éloigné de lui.

Ø

Text.
« Talia »
Send img.

Regarde ce que j’ai trouvé sur la route !
Ton fils va devoir lui trouver un nom.


James pose son portable sur la pile de livre qui orne sa petite table et se redresse, observant le chien renifler chaque centimètre carré de l’appartement. Il sourit bêtement. Il le savait, c’était couru d’avance, il allait le garder. Il voulait un chien pour son fils, et pour lui aussi, un petit peu il fallait être honnête et quoi de mieux que cette gentille petite boule de poil abandonnée sur le bas-côté ? Son ami internet lui a permis de découvrir de quelle race était cette petite bestiole, un petit berger blanc suisse alors. Parfait.

Il est bêtement content, comme un gamin, il se retient d’aller passer ses doigts dans la fourrure touffue de l’animal pour le laisser s’habituer. Il ne pense pas encore aux divers frais qui s’accompagneront, il s’en fiche. Pour l’instant il est passé par chez Kurtis histoire de lui piquer des croquettes et lui demander deux trois trucs, genre qui est son véto. Le motard est déjà impliqué, trop content de faire ces petits trucs pour le chien. Son chien.

Ø

« Hey c’est quoi ça !
Je l’ai trouvé sur la route, il a pas encore de nom.
heyyy boule de poils !
— Il est mignon hein ? Mais il a encore un peu peur. »

Thomas et James échangent encore un moment, particulièrement autour du chien, du fait qu’il soit à Eliott et que Natalia n’est pas spécialement heureuse. James se marre un peu à ce propos, car bien que sa femme déteste les chiens, elle sait bien que son fils sera lui heureux d’avoir un animal à câliner.
Ce jour-là, alors qu’il promène son mini-modèle de berger (pour l’instant) il fera ses premières courses pour lui. Il veut le remplumer pour l’emmener le samedi matin à son fils, pucé, vacciné et moins apeuré.

Puis, il a quelque chose d’autre à faire aujourd’hui. Réunion du club.

Quelques semaines plus tôt, James a repéré une maison à vendre dans le sud du North Side, limite West side, dans une petite résidence tranquille et éloignée et restant dans le secteur contrôlé par les KOS. Hors de question pour lui de retoucher le trafic d’armes, sachant pertinemment que cette fois sa peine ne serait pas de « seulement » six ans, et le motard s’est donc mis en tête de trouver un autre moyen de participer à la vie du club, de faire rentrer de l’argent et d’étendre leur emprise sur la ville.
Alors pourquoi pas étendre les activités du club de strip ? Pourquoi pas ouvrir une sorte de « maison d’hôtes » ?
C’est sur un ton tout à fait sérieux qu’il avait présenté l’idée au chef du club. Le cout de l’achat pourrait être avalé par les rentrées d’argent en proposant un service de luxe, une maison proposant un service d’escort tout ce qu’il y a de plus légal, tout du moins en apparence. Il ne serait pas difficile de trouver des filles, ni de pratiquer des tarifs élevés en fonction des demandes de clients, surtout dans cette partie de la ville. Il serait facile de trouver des clients et le réseau pourrait s’étendre facilement, tranquillement, presque tout à fait légalement.

Il y avait réfléchi. Il avait porté le projet à maturation et l’avait exprimé. Après le chaos provoqué par la dernière fête d‘Halloween, toute idée était bonne pour aider à renflouer les caisses du club. Surtout que James en avait bien pâti, se retrouvant sans Caleb au milieu du bordel, alors que Kurtis lui s’en était sorti avec un titre plus ou moins légitime de « héros ». Ce petit con savait se tenir encore heureux sinon James lui aurait fait manger ses dents, parce que les nuits blanches qui avaient suivi toute cette merde l’avait usé. Mais bref.

Réunion donc. Et James le sentait venir, son instinct lui disait qu’on lui donnerait, peut-être, la direction de la maison. Il n’avait pas proposé l’idée pour pouvoir en disposer lui-même, même si l’idée n’était pas celle qui lui déplaisait le plus sachant qu’il voulait s’éloigner du trafic d’armes. Il avait plutôt soumis que MadMax serait plus apte à se démerder avec le projet. Mais voilà, James devait envisager l’éventualité et, de ce fait en avait d’ores et déjà parlé à Natalia.

Ø

« Bon, les gars, déjà, transaction terminé, la maison du north side est achetée, les travaux sont commencés.
Aaaah !
Je veux bien faire le casting des nanas moi si ça vous arrange.
Vieux pervers va ! »

Les exclamations fusent des différentes places de la table de vote et James se contente de sourire, content que l’idée ait été adoptée unanimement.

« Maintenant il va s’agir de diriger cette maison. Comme vous le savez c’est James qui a trouvé la maison et proposé l’idée. MadMax a déjà assez de boulot avec le club, et puis vous passeriez la moitié de votre temps à visiter les chambres. Un léger rire parcourt les motards attablés. Qui vote pour que James s’occupe de notre nouvel investissement ? »

Les mains se lèvent en silence et James est le dernier à lever la sienne au-dessus de sa tête. Coup de marteau.

« Adjugé, ouverture de la maison dans deux semaines maximum ! Et fin de la réunion.
— Allez, c’est ma tournée les gars. »

Les chaises crissent sur le sol, Thomas donne une accolade à son frère et James s’empare de son téléphone pour envoyer un message à Natalia.

« J’avais raison pour la maison. »
© code par Nostaw.

_________________
when my time comes around, lay me gently in the cold dark earth, no grave can hold my body down ; I'll crawl home to her. my babe would never fret none about what my hands and my body done. if the Lord don't forgive me, I'd still have my baby and my babe would have me
SHE NEVER ASKED ME ONCE ABOUT THE WRONG I DID
Revenir en haut Aller en bas
 

ONESHOT — fin nov. début dec.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Faire un rp dit "Oneshot", c'est possible ?
» Oneshot Pathfinder
» The Beast Below [OneShot 162X]
» The Hunt for Red October (à deux trois détails près mais on va pas chipoter). [OneShot 1622]
» Five Weeks in a Balloon [OneShot 1622/3]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: West Side-