Partagez | 
 

 here are many wild animals

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1024
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: here are many wild animals    Lun 16 Jan - 20:00





here are many wild animals
# natalia
# kurtis

Il avale une dernière gorgée de sa boisson à la taurine, puis la broie machinalement entre ses doigts. Il rejette ensuite négligemment sa canette en direction de la table basse, et reprend la manette de sa console à deux mains. Les yeux rivés sur l'écran de sa télévision, il se concentre sur le combat qu'il vient d'entamer contre les soldats envoyés contre lui. En quelques coups d'épées, il les maîtrise tous les trois et déplacé son personnage sur la m'as pour rejoindre Triss Merigold et le type qu'ils sont censés escorter en dehors de la ville. S'il ne s'est pas chié dessus, quand il en aura terminé avec cette quête, il pourra faire s'envoyer en l'air Geralt et la magicienne...
son portable vibre sur la table et le Prospect laissé échapper un grognement contrarié. Il ne peut jamais jouer tranquille. Faut toujours que quelqu'un l'emmerde avec des conneries. Renonçant à sa chevauchée sur le dos d'Ablette, il met son jeu en pause et attrape son téléphone.
« Ouais ? » grogne-t-il, ne se sentant pas gêné outre mesure de faire sentir à son interlocuteur qu'il le dérange.
Sitôt que Natalia s'annonce au bout du fils, il change cependant d'attitude. Le coursier se redresse sur son sofa et grimace quand sa cuisse proteste vivement. Ravalant sa douleur, il serre les dents et écoute la serveuse en congé lui demander s'il est libre et si elle peut passer. Elle lui annonce que son fils sera également de la partie et, après une seconde de réflexion, Kurtis prend la parole.
« Non. Oui. Enfin c'est cool, bien sûr » bredouille le jeune homme, pris au dépourvu. « Vous pouvez passer quand vous voulez. »
Il se demandé si James est au courant mais n'ose pas demander à son interlocutrice si c'est le cas. Parce qu'il n'a pas envie qu'elle change d'avis et le prenne pour un gosse incapable de se torcher le cul sans l'avis des autres... Kurt sait que ce n'est pas une décision prudente et qu'il pourrait avoir à regretter d'accueillir Natalie et son gosse sans l'aval du KOS mais... bon bah voilà, il se fait chier quoi ! Et puis il aime bien Talia et ça fait une paie qu'ils ne se sont plus croisés.
« Vers qu'elle heure ? » lui demande encore le jeune homme, jetant un regard critique sur son propre salon en bordel. En plus des déchets alimentaires (principalement de la malbouffe bien sûr), il y a des vinyles un peu partout, des cendrier plein dans tous les coins et des fringues éparpillées ça et là.
La réponse de la femme de James lui glace le sang. Elle sera chez lui dans deux minutes, le temps de garer sa voiture. En fait, elle passait dans le coin et attendait juste son aval pour s'aventurer chez lui. Fait chier...
Mais ce n'est pas ce qu'il lui dit bien entendu. Il lui fait savoir que c'est cool et puis lui raccroche au nez pour se mettre à ranger la baraque au plus vite.

Il retire sa jambe immobilisée de la table basse et la repose en essayant de ne pas se faire mal, et puis se penche pour attraper un carton de pizza qui traine. Il fourre tous ses emballages et cadavres de canettes dedans et entreprend de se redresser pour aller jeter le tout. Et bien sûr, Ram s'empresse de se jeter sur lui, pensant qu'il est enfin temps pour elle d'aller faire un tour dehors.
Kurtis retombe sur le sofa et tout son Borel lui retombe dessus. Il peste, soupire et essaie de tout rassembler en vitesse tout en criant sur sa chienne qui va se planquer dans un coin du salon.
« Tu fais chier Ram ! »
Intrigué, Gram lève son cul pour venir voir de quoi il retourne et narguer sa camarade. Il tente d'obtenir quelques caresses mais Kurtis est trop pressé. Il lui ordonne de bouger et se baisse pour rattraper une bouteille de bière vide qui a roulé sous le canapé.
Il vient de mettre la main dessus quand quelques coups sont frappés à la porte. Oubliant qu'elle n'est plus dans les bonnes grâces de son maître, Ram se redresse et dérape jusqu'à l'entrée pour sauter comme un cabri dans le hall minuscule.
« Fait chier » se répète Kurt en se redressant tant bien que mal, son carton de nouveau plein en main. Il attrape sa béquille de son autre main libre et claudique vers la cuisine. Il fourre tant bien que mal son carton dans un sac poubelle déjà plein puis revient vers l'entrée, hésitant.
« J’arrive ! » cri-t-il avant de retourner vers le salon pour se charger de remettre encore un peu d’ordre. Il fourre tous ses teeshirts sales derrière le canapé, attrape quelques cendriers et ouvre sa baie vitrée pour jeter leur contenu dans le bac de composte que sa mère l’a obligé à avoir. Il décide de laisser ouvert pour aérer un peu et puis revient au salon. C’est toujours le bordel. Il a oublié pas mal de canettes et autres paquets de chips, et la couche de poussières sur les meubles et de poils de chien un peu partout fait peur à voir. Mais tant pis. Il n’a plus le temps.

Pestant entre ses mâchoires, il recommence à boitiller en s’aidant de sa béquille jusqu’à la porte.  Il tire sur son teeshirt Nirvana, vérifie qu'il ne sent pas trop la sueur, passe sa main lourdement baguée dans ses cheveux récemment coupés et ordonne à sa chienne de se calmer.
« Kurtis ! » s'exclame joyeusement le gamin, sitôt qu’il a ouvert sa porte. Eliott ouvre ses bras, attendant son feu vert pour l'enlacer comme il a l’habitude de le faire. Le Prospect place sa béquille devant sa jambe blessée puis l'invite à l'approcher. Mais l'étreinte ne dure pas très longtemps. Dès qu'Eliott aperçoit Ram, il s’écarte et pénètre dans la maison pour aller s’accroupir face au molosse qui prend visiblement sur elle pour ne pas lui sauter dessus et le couvrir de coups de langues. Sa queue bat rudement la mesure sur le carrelage et elle observe tour à tour son maitre et le gosse, ne sachant visiblement plus où donner de la tête.
« Woh ! Il est trop gros ! Je peux le toucher dis ? » questionne-t-il les deux adultes.
« Attends » le prévient Kurtis en se rapprochant, remettant ses embrassades avec Talia à plus tard. « Ram. T'fais pas ta grosse sauvage, c’t un môme, OK ? Doucement. Tends ta main. E' va la r'nifler. »
Le fils de Talia s’exécute prudemment, s’assurant que sa mère est tout proche avant de se lancer dans cette aventure. Kurtis tapote affectueusement le crâne de sa chienne, qui étend son museau pour venir renifler la menotte un peu potelée qui vient à la rencontre de sa truffe. Elle finit par la lécher copieusement et, n’y tenant plus, se redresse pour venir tourner autour du gamin qui éclate de rire. Ram, excitée, commence alors à lui lécher copieusement le visage.
« Ah non c’est dégoutant ! » s’esclaffe pourtant le gamin en essayant d’échapper aux coups de langues enthousiastes de la chienne.
Kurtis se laisse attendrir par la scène quelques instants, ses pensées allant à Petey, son neveu. Il se souvient du bonheur qu’il a éprouvé en découvrant la chienne, tout juste sauvée par son père… Quelques mois avant qu’il ne se fasse abattre froidement.
S’arrachant à ses pensées, il se tourne vers Talia alors qu’Eliott commence déjà à s’éloigner, incitant la chienne à le suivre. Il n’a pas vraiment besoin de se faire prier pour ça…
« Salut » lance-t-il à la serveuse, ne sachant pas trop s’il doit garder ses distances ou non.
« Maman ! L’autre il est encore plus gros ! Viens voir ! » s’écrie Eliott en revenant vers eux, se faisant un peu bousculé par Ram qui en comprend pas pourquoi il se désintéresse d’elle alors qu’ils jouaient si bien. « Il s’appelle comment cui-là ? »
« Gram. »
« Ah oui ! Ram et Gram ! Comme Am-Stram-Gram ! »
« Ouais, c’ça » approuve Kurtis en refermant la porte derrière Natalia. « Vas-y rentre. Désolée pour le bord… Bazar. »
« T’allait dire bordel » commente Eliott en caressant le chien.  « Salut toi ! On va jouer hein OK ? Dis Kurtis, pourquoi qu’il a plus son oreille ? »
« Parce que le type qui l’a eu quand il était p'tit l’obligeait à s'battre avec d’aut' chiens et il a perdu son oreille. Mais il est supra gentil, t'inquiète. »
Scandalisé, le gamin se retourne vers sa main, comme pour essayer de vérifier que l’histoire qu’on vient de lui raconter est plausible ou pas.



Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 489
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Jeu 19 Jan - 23:44

Here are many wild animals


Δ Kurtis & Talia


Les journées lui paraissaient un peu longues depuis qu’elle avait « perdu » son emploi. Les évènements d’Halloween ne s’étaient visiblement pas cantonné au vieil entrepôt du North Side mais avaient répandu leurs racines empoisonnées un peu partout dans la ville de Chicago. Lorsque Natalia était sortie de l’hôpital après vingt-quatre heures d’observation, elle avait rapidement contacté son employeur pour lui expliquer pourquoi elle ne s’était pas présenté au Maureen’s pour son shift deux jours d’affiler, mais à sa grande surprise le téléphone avait sonné dans le vide quasiment toute la journée, ce qui était particulièrement inhabituel. Lorsqu’elle avait finalement réussi à joindre le propriétaire des lieux, celui-ci lui avait appris que le bar avait mis à sac par ses occupants lors de la soirée qui avait été organisé le 31, elle avait par la même été mise au courant de son chômage imposé pour une durée d’au minimum deux mois…comme si elle avait besoin de ca après la facture monstrueuse que lui avait remise l’infirmière lorsqu’elle avait quitté l’hôpital…Si la nouvelle l’avait abattue, elle avait tâché de ne pas trop laisser paraître son désarroi, d’une parce qu’elle n’avait pas vraiment envie que James viennent encore claquer son fric pour elle, elle l’acceptait sans peine lorsqu’il s’agissait de leur enfant, mais c’était une chose tout à fait différente de le faire payer pour elle et deuzio, il se sentait déjà suffisamment coupable de l’avoir emmené dans cet entrepôt où elle avait bien failli se faire piétiner. La Serbe avait alors essayé de se rassurer en se mettant rapidement à la recherche d’un nouvel emploi, mais les temps étaient durs en ce moment et son emploi du temps compliqué lui fermait un bon nombre de portes, aussi elle avait fini par entamer de façon considérable ses maigres économies. Aujourd’hui n’avait pas fait exception, elle avait contacté pas moins de six annonceurs, mais n’avait pas décroché ne serait-ce qu’un entretien, à dire vrai la seule proposition qu’elle avait eu était pour servir dans un club miteux de strip et on ne parlait pas d’un endroit comme le Crash, non celui-ci a défaut de sentir le fric, sentait probablement ma moisissure ! Elle était désespérée, mais peut-être pas à ce point.

Quelques jours plus tôt, James avait laissé échapper au milieu d’une conversation que le prospect était encore plus inutile que d’habitude depuis qu’il s’était fait sauter la jambe et Talia avait demandé quelques précisions quant à ce qui s’était passé, mais voyant que James n’était pas particulièrement enchanté à l’idée qu’elle puisse s‘intéresser au sort de ce pauvre garçon, elle avait laissé tomber, se disant qu’elle irait voir par elle-même après tout, elle ne l’avait pas vu depuis longtemps, l’aimait bien et n’avait pas grand chose de mieux à faire de ses journées. Aussi en allant chercher son petit garçon à l’école, elle s’était dit que ca pourrait être sympa de faire une halte par chez lui, elle n’était pas bien loin et Eliott n’avait pas cessé de réclamer d’aller voir ses chiens, il le lui avait promis ne manquait-il jamais de mentionner. « Mets ta ceinture chéri, ca a été l’école ? » Le gamin hoche la tête en tripotant son manteau. « hinhin j’aime pas trop Arthur, il est pas gentil. » Elle fronce les sourcils. « Pourquoi ? Est-ce qu’il t’a embêté ? » Il secoue la tête de haut en bas. « Il a dit que je disais des mensonges et que j’avais pas de papa et moi, je lui ai dit que c’était pas vrai et il m’a dit que j’étais un sale menteur » La surprise laisse place à un sourire en coin qu’elle adresse au petit garçon dans le rétroviseur. « Ne l’écoute pas chéri, tu sais bien que tu as un papa et tu sais quoi, on l’appellera ce soir et c’est lui qui viendra te chercher à l’école la prochaine fois, comme ca tu pourras montrer à Arthur qu’il dit des idioties. Un sourire s’affiche sur le visage de l’enfant qui paraît plutôt séduit par l’idée de voir son géniteur débarqué à la sortie des classes. En attendant qu’est-ce que tu dirais d’aller chercher un goûter et d’aller voir Kurtis et…ses chiens ! » Eliott se met à taper dans ses mains exprimant à présent joyeusement son accord, Arthur avait finalement quitté toutes ses pensées.

Après s’être arrêté au supermarché pour acheter le goûter soigneusement choisie par son fils, la jeune maman avait attrapé son portable, histoire de passer un coup de fil au principal intéressé et s’assurer qu’il était bien chez lui, ce qui elle avait de la chance était le cas, elle n’était qu’a quelque minutes de son logement aussi elle lui indiqua qu’elle serait là d’ici peu. Si il avait eu l’air un peu contrarié lorsqu’il avait décroché, son ton s’était considérablement détendu au fil de la conversation enfin en tous les cas, c’est l’impression qu’elle avait eue, loin d’elle l’idée de venir le déranger au milieu de ses occupations quelle qu’elles soient. Lorsqu’ils arrivent devant la porte de la petite maison du West Side, elle frappe quelques coups et une certaine agitation parvient jusqu'à ses oreilles et après quelques secondes, la porte finit par s’ouvrir à la volée, le petit garçon congratule le biker d’un bonjour joyeux et l’étreint un instant sous le regard souriant de sa mère avant de délaisser le jeune homme pour son chien qui gigote derrière lui. Natalia observe le petit manège qui se joue entre l’animal et son fils qui affiche une mine qu’elle a l’impression de ne pas l’avoir vu porter depuis un petit moment maintenant et cela lui réchauffe considérablement le cœur, un sourire s’étend sur ses lèvres tandis que Kurtis facilite la rencontre entre les deux avant de finalement se retourner vers elle pour la saluer avec tout la distance du monde. Un sourire, cette fois amusée s’affiche sur son visage et elle lui rend son bonjour. « Maman ! L’autre, il est encore plus gros ! Viens voir ! » La jeune femme s’avance et pénètre dans l’entrée avant de s’acquitter d’un regard vers le molosse. « Effectivement, tu y vas doucement Eliott hein, il ne te connaît pas. » Kurtis referme la porte sur elle et l’invite à s’avancer, s’excusant du désordre qui effectivement est un peu partout, mais bon ca ne l’étonne pas vraiment, c’est une baraque de célibataire et si celui-ci n’est pas le plus rutilant, elle se souvenait que son mari à l’époque où elle l’avait connu n’était pas lui non plus un fanatique de l’ordre. Elle se met à rire lorsque son fils reprend Kurtis qui s’apprêtait à plus ou moins juré, elle hausse les épaules en jetant un regard plaisantant à son hôte et dépose sur le comptoir de sa cuisine le sac de provisions qu’elle a amener avec elle. « Il y a des gens qui sont méchants et idiots mon cœur, mais heureusement, tu vois Gram va bien maintenant que Kurtis s’en occupe. » Le petit garçon finit par hocher la tête et détourne son attention pour caressé le dessus de la tête de l’animal. « Alors Kurtis comment ca va ? Ca fait longtemps que t’es pas venu nous voir ! La Serbe lui adresse un regard faussement accusateur, enfin faussement...il y avait là peut-être un fond de vérité. J’ai appris que t’avait eu un…petit accident… Elle jette un œil vers sa jambe invalide, ca ne doit pas être le truc le plus fun du monde à en croire les difficultés qu'il pouvait démontrer à se déplacé. Pas trop douloureux ? Elle grimace machinalement avant de continuer sur un ton qu'elle veut un peu plus léger. J’ai ramené deux trois trucs a manger, des fois que tu en ait marre des pizzas ! » lui dit-elle en riant, n’ayant pas manqué l’amas de carton sur le dessus de sa poubelle.
© GASMASK

_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1024
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Dim 22 Jan - 11:34





here are many wild animals
# natalia
# kurtis

Ça lui fait drôle de se retrouver seul avec Natalia et son gosse. Non, la vérité, c’est que ça le fait sentir coupable…et peut-être un peu envieux. Ce qui le fait sentir coupable, voyez ? Parce qu’une famille, il a toujours voulu en avoir une. Peut-être pas aussi nombreuse que celle de ses parents ou de Clyde qui vient d’engrosser sa femme pour la cinquième fois, mais un môme, ça le tenterait bien. Juste pour voir à quoi il pourrait ressembler, s’il prendrait ses traits à lui ou bien ceux de sa mère ; s’il serait une feignasse dans son genre ou un hyperactif comme Mia… Parce que bien sûr, c’est Mia qu’il fréquente et qu’il voit dans le rôle de la mère de ses enfants. Kurt ne sait pas trop ce que ça donnerait, par moment il a l’impression de ne faire que se disputer avec elle, que rien ne va… Mais dès que ça va bien entre eux, alors c’est le pied total.
Sauf que là, il est avec Natalia et il s’imagine malgré lui que c’est elle sa femme et que Eliott est son fils… C’est une chic fille, jolie, sympa et plutôt bien roulée et son môme est génial. Il aimerait que son fils, s’il en a un un jour, lui ressemble. Auparavant, Kurtis aurait voulu que son gamin ressemble au fils de Samwell, Petey, mais plus maintenant. Le gosse est trop… Il a trop changé depuis la mort de son père. Ce n’est pas sa faute bien sûr, mais c’est un fait.
Penser à lui le fait culpabiliser également. Parce qu’il n’a pas été le voir depuis longtemps. Il l’a appelé sur le portable que Casey lui a donné pour son onzième anniversaire mais le gamin n’a pas répondu et il n’a plus essayé depuis… Eh bien deux semaines maintenant. Ça craint.    

« Alors Kurtis comment ca va ? Ca fait longtemps que t’es pas venu nous voir ! » L’intéressé – qui était en train de la fixer d’un air rêveur pendant qu’elle échangeait avec son fils – sursaute et détourne le regard. Il se concentre sur Eliott qui gratouille le crâne de son molosse qui ferme les yeux et savoure l’instant. Il sait que dans quelques secondes, Ram lui volera la vedette. Cette petite peste aime que toute l’attention soit pour elle… « J’ai appris que t’avait eu un…petit accident… » reprend Natalia en jetant un œil sur sa jambe bandée sous son pantalon.  
Bien sûr que c’est douloureux, manque-t-il de répondre quand elle l’interroge à ce propos. Mais un vrai mec ne dit pas ça. Si James prenait une balle, il n’irait sûrement pas se plaindre auprès de sa femme alors c’est aussi ce qu’il va faire. Ça ne le dérangerait pas de se faire un peu bichonner pour une fois, d’avoir quelqu’un qui s’inquiète pour lui (autre que Mia qui pour le coup en fait trop et devient chiante), mais tant pis. Et puis il ne préfère pas trop s’appesantir sur la question, vu qu’il ne sait pas exactement ce que son mari lui a dit. Est-ce qu’il l’a prévenue qu’il avait pris une balle ou lui a-t-il simplement parlé d’un accident, genre de vélo ou autre chose de ce genre ? Puisque les oreilles d’Eliott traine pas loin, mieux vaut éviter le sujet.
« Nah. Ça va » répond donc bravement le coursier en se déplaçant un peu dans la cuisine, comme pour confirmer ses dires. Ça lui fait, bien entendu, un mal de chien…
« J’ai ramené deux trois trucs a manger, des fois que tu en ait marre des pizzas ! »
Kurtis jette un œil à sa poubelle et se sent rougir un peu. Et puis finalement, face au sourire amusé, mais pas moqueur de Natalia, il se détend un peu et lui rend même son sourire.
« Ouais, j’sais. Mais j’pas pu aller faire de courses encore. C’plus facile de m’faire livrer… Et m’faire livrer une salade franchement, ça m’frait mal. »
Là-dessus, il ouvre le frigo quasiment vide et demande à Natalia ce qu’elle veut boire. Mais elle l’arrête tout de suite et lui fait savoir qu’elle a prévu les boissons aussi, tout en commençant à déverser le contenu de son sac de course sur le comptoir de cuisine.

Le Prospect se rapproche donc un peu, curieux. Son ventre bien rempli n’est pas tellement intéressé par ce qu’elle déballe, mais c’est l’attention qui compte. Il se doute bien que certains trucs sont à son goût à elle et d’autres à celui de son fils, mais elle a quand même pensé à lui et ça lui fait quelque chose… Quelque chose qui le culpabilise, bien entendu.
« C’tait pas la peine t’sais. J’peux survivre à une cure de pizza/bière/redbull/chips » lui sourit le grand brun, les joues encore un peu colorées.
Attiré par le bruit des froissements de papier, Eliott se rapproche un peu, suivi par ses deux nouveaux amis qui l’encadrent comme deux gardes du corps. Amusé par cette vision, Kurtis s’adresse au petit.
« Pointe ton doigt vers eux et demande leur de s’asseoir. Faut l’dire fermement sinon i’ vont t’nier la face. »
« C’est quoi "nier la face" ? »
« I’ vont pas t’écouter. »
Eliott se tourne alors vers les deux chiens et s’exécute, leur ordonnant de sa plus grosse voix de s’asseoir. Et le miracle se produit. Les deux chiens s’assoient sagement de part et d’autres du gamin, le fixant, la langue pendante. Kurtis est satisfait de voir le gamin se réjouir d’avoir réussi du premier coup. En vérité, les chiens auraient obéis même s’il le leur avait demandé en dansant la macarena… Samwell les a parfaitement bien dressés. Mais Eliott n’a pas besoin de le savoir.
« Wow. T’es doué dis donc. Tu t’es sûrement entrainé… »
« Non ! »
« Ah oui ? C’était sûrement un coup d’chance. On va essayer quelque chose de plus difficile alors… » le défi le Prospect en contournant le comptoir pour rejoindre le petit, sous l’œil vigilant de ses chiens à qui il fait discrètement signe de ne pas bouger. Pendant ce temps, Natalia leur prépare un petit encas. « Demande-leur de se coucher maintenant. »
« Couchez-vous ! »    
Nouveau succès.
« Demande-leur de faire les morts maintenant » continue Kurtis en croisant les bras sur sa poitrine et en s’adossant au comptoir. Eliott s’exécute et les deux chiens se retrouvent les quatre fers en l’air, immobile. Eliott éclate de rire et se jette à son tour par terre pour les imiter, pour le plus grand plaisir de Kurt qui, s’il n’avait pas un trou dans la jambe et Natalia pour public, les aurait bien rejoint…



Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 489
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Jeu 26 Jan - 23:58

Here are many wild animals


Δ Kurtis & Talia


Elle essaye d’imaginer à quel point le chemin d’une balle peut-être douloureux, mais c’est bien trop abstrait pour qu’elle puisse ne serait-ce que s’en approcher de près ou de loin. Aussi qu’en Kurtis lui lance nonchalamment que ca va, elle ne le crois pas tellement mais les hommes ont toujours tendance à jouer les durs sauf bien évidemment quand ils ont décider de jouer les gros bébés en quête d’attention et d’un tant soit peu d’affection. Ils utilisent toutes les mêmes techniques ancestrales, tous sans exception aucune. Un sourire vient se loger au coin de ses lèvres tandis qu’elle commence à s’activer à déballer un peu les provisions qu’elle vient d’acheter et qui comprennent plus de cochonnerie qu’autre chose et c’est son fils qui est à remercier pour ca. Finalement, elle n’a pas beaucoup plus sains à lui offrir que les innombrables pizzas qu’il a dû s’enfiler ces derniers jours et si il laisse transparaitre un semblant de gêne lorsqu’elle le lui fait remarquer, celle-ci semble disparaître en à peine une seconde au profit d’un sourire qu’il lui rend avant de se justifier quand même un peu. La jeune femme se met à rire plutôt franchement, une salade ? Quel intérêt ? Clairement, elle n’était pas vraiment du genre à raffoler d’un truc aussi insipide que ca, mais elle avait bien été obligé d’abandonner la bouffe facile au profit de plat bien plus sain à mettre dans l’estomac de son petit garçon. « Clairement ! Personne pourra te blâmer pour ca et puis tu va peut-être finir par te remplumer un peu ! » Elle lui adresse un clin d’œil avant que sa tête ne disparaisse dans le réfrigérateur pour lui proposer à boire. « On a pensé à tout ! Lui lance-t-elle en secouant deux petites bouteilles de jus de fruit devant elle. Avec les compliments d’Eliott comme tu peux le constater par le nombre de trucs sucrés que j’ai ramené. » Elle penche la tête sur le côté avec un sourire, tandis que son fils lève le bout de son nez à l’énonciation de son nom, mais constatant que personne ne le demande vraiment, il se reconcentre sur le chien enfin pas pour très longtemps…

« C’tait pas la peine t’sais. J’peux survivre à une cure de pizza/bière/redbull/chips »

Elle secoue la tête à la négative et lève les yeux au ciel. « Ca jm’en doute bien, mais je suis pas sûre que ca t’aide vraiment à te remettre sur pied ! Elle pose ses mains sur le comptoir et se retourne vers lui. Si tu veux, je peux aller te faire deux trois courses, ca ne me dérange pas ! Non parce que j’ai vu le contenu de ton frigo Kurt ! » Elle se met à rire, quand bien même elle est parfaitement sérieuse quant à sa proposition de lui donner un coup de main, après tout, elle n’a pas grand chose à faire de ses journées et puis ce ne serait qu’un juste retour des choses après tout ce qu’il a pu faire pour elle. Elle sort les bonbons préférés d’Eliott qui attiré par le bruit débarque illico presto, se dressant sur la pointe des pieds pour essayer de voir ce que sa mère a à lui proposer. Kurtis l’encourage alors à jouer de quelques astuces de dressages pour faire obéir au doigt et à l’œil les deux molosses que la jeune femme préfère voir à une certaine distance d’elle, parce que oui ce que le prospect ignore, c’est que Natalia à une peur toute particulière des chiens, elle ne sait pas d’où cela lui vient, elle n’a pas le souvenir d’avoir subi quelconque traumatisme étant plus jeune, mais toujours est-il qu’elle ne s’est jamais sentie très à l’aise avec ces bestioles et encore moins quand ils font la taille de ceux de Kurtis. Pendant que les garçons jouent avec les molosses, Talia s’applique à leur faire des sandwichs au beurre de cacahuète et à la confiture, farfouillant dans la cuisine à la recherche d’assiette et de couverts, histoire de ne pas en foutre absolument partout.

« Mamaaaan, t’a vu comment ils m’obéissent bien ? Kurtis, il a dit que j’étais fort alors tu vois, je peux avoir un chien moi aussi, je m’en occuperais bien. » Le gamin la regarde avec de grands yeux implorants et un petit sourire adorable, il sait parfaitement ce qui fonctionne avec sa mère, mais si il y a bien un point sur lequel elle ne cède pas depuis aussi longtemps qu’elle s’en souvienne, c’est de lui accorder d’avoir un chiot. « On en a déjà parlé mon trésor, tu sais bien qu’il n’y pas de place à la maison pour un chien, mais tu pourras toujours venir voir ceux de Kurtis si il est d’accord et que tu es sage évidemment. » Elle hausse les sourcils et ne le quitte pas du regard, il lui adresse alors une moue un peu triste. « Allez…Elle tape un grand coup dans ses mains. Vient manger ton goûter, tu pourras continuer de jouer avec Ram et Gram et…Kurtis après. » Elle adresse un sourire au prospect et attrape l’assiette pleine pour la dépose sur la table, avant de récupérer des verres et une bouteille de jus de fruit pour accompagner les sandwichs. Le petit garçon s’installe alors à côté de sa mère et se sert comme si il était affamé.  « Tu sais maman, je pourrai faire de la place dans ma chambre pour un chien, un petit, pas un gros comme lui. Il montre l’un des chiens du doigt. il pourrait me protéger en plus. ». Natalia tique un peu, elle qui pensait calmer l’envie de son fils en lui donnant un peu de temps avec l’objet de sa convoitise se rend compte que c’est complètement l’effet inverse qui se produit. « Eliott…non c’est non et je te protège déjà, tu n’as pas besoin d’un chien pour ca… » Elle passe une main dans la chevelure blonde du petit garçon qui n’a pas l’air de vraiment vouloir se contenter de cette réponse qui ne lui plaît pas.
© GASMASK

_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1024
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Dim 5 Fév - 10:55





here are many wild animals
# natalia
# kurtis

« Si tu veux, je peux aller te faire deux trois courses, ca ne me dérange pas ! Non parce que j’ai vu le contenu de ton frigo Kurt ! »
Il sent une vague de chaleur l’envahir. Evidemment qu’elle a remarqué. C’est une maman (pas la sienne, mais une maman quand même) et elles repèrent toujours ce genre de trucs. Bon et puis faut dire qu’il n’a pas été hyper efficace au niveau du rangement. C’est pas son truc, c’est tout. Il a d’autres qualités. Qui restent encore à trouver d’après tout le monde mais il en a sûrement.
« Non c’bon. Je gère. » Autrement dit : je ne gère pas du tout mais laisse-moi tranquille parce que ce sujet m’agace et/ou me fait sentir complètement con, merci. Kurt espère que depuis le temps qu’ils se connaissent et se fréquentent (de manière très épisodique depuis la sortie de prison de James), elle n’a pas pigé le truc et ne se vexera pas. Parce que chaque fois que sa mère ou sa sœur l’entendent répondre ça, elles montent tout de suite sur leurs grands chevaux et lui vomissent des discours complètement chiants sur le sens des responsabilités, son avenir flou et ce genre de trucs.
Du coup, pour lui couper l’herbe sous el pied, il saute immédiatement sur l’occasion de changer de sujet qui se présente lorsqu’Eliott revient vers eux. Il lui fait exécuter quelques tours à ses molosses et ça fonctionne. Natalia ne répond pas et n’insiste pas pour aller lui faire des courses comme s’il était un handicapé ! …Bon, OK, c’est plus ou moins ce qu’il est ces derniers temps, mais il n’a pas envie qu’elle le lui fasse ressentir. C’est la honte.

Le truc, c’est qu’il ne réalise que trop tard pourquoi ce petit malin d’Eliott voulait voir ses chiens… Il aurait dû le voir venir à des kilomètres. Le gamin veut un chien et il a utilisé sa venue ici et cette rencontre avec Ram et Gram comme prétexte pour glisser à sa mère qu’il serait capable de s’occuper d’un tel animal. Est-ce que Talia va lui en vouloir maintenant ?
Un peu refroidi, Kurtis suit l’échange entre la mère et le fils, n’osant pas commencer à mordre dans le sandwich beurre de cacahuète/confiture qui vient de lui être préparé. A la place, il referme sa main sur son verre de jus de fruit, se faisant la réflexion qu’il aurait quand même vraiment préféré boire une bière, à choisir… Mais il ne veut pas contrarier Natalia ou risquer de mal se comporter devant Eliott.
« …il pourrait me protéger en plus » fait remarquer le gamin.
Le Prospect tourne un regard interrogatif vers la serveuse, curieux de savoir comment elle va réagir face à cette remarque. Parce que Kurtis n’ignore rien des bouleversements qui ont secoués récemment la petite famille… Il y a d’abord eu le retour de James dans leur vie, la fois où lui-même a sauvé le môme d’une mort certaine alors qu’il s’apprêtait à traverser la route et la fois où sa mère est restée bloquée il ne sait combien de temps dans sa voiture de location. Et puis il y a eu le braquage bien sûr… Le sort a semblé s’acharner sur le gosse et sa mère ces temps-ci et Kurtis se demande si le petit utilise tout ça comme excuse pour amadouer sa génitrice ou s’il a vraiment peur que quelque chose leur arrive à nouveau… Si c’est le cas, ce serait vraiment moche. L’idée qu’Eliott ne se sente pas à l’abri le chagrine beaucoup.
« Eliott…non c’est non et je te protège déjà, tu n’as pas besoin d’un chien pour ca… »
La déception qu’il lit dans le regard d’Eliott termine de lui couper l’appétit. Bon, le fait qu’il vienne tout juste de s’envoyer une pizza et une canette de RedBull n’aide pas non plus, c’est un fait.

Ne sachant pas trop s’il peut (ou doit) se mêler de cet échange, il se racle nerveusement la gorge et finit quand même par le faire. Parce que la bouille du gamin lui est trop pénible à voir. Ça lui rappelle trop Petey…
« Ta maman a raison. Et James est là aussi... Puis tu pourras venir voir Ram et Gram quand tu voudras. »
Il répond par un haussement d’épaules, gardant la tête basse, picorant dans son sandwich alors qu’un instant plus tôt, il le dévorait à pleine bouche.
« Quand tu auras mangé tout ton sandwich, on pourra les faire sortir si tu veux » propose-t-il, espérant réveiller un peu la flamme dans le regard du môme.
« C’est vrai ? On pourra les promener ? J’pourrai tenir la laisse ? »
« Hem… Non… Enfin…on ira pas vraiment les promener, juste…on les lâchera dans le jardin. »
« Oh mais pourquoi ? J’voulais les promener moi… »
« J’suis désolé mais c’est pas possible Eliott » grimace Kurt, lui-même contrarié par la tournure des évènements. S’il comptait remonter le moral du gamin, c’est raté. « J’peux pas les tenir avec ma jambe. »
« Mais j’peux les tenir moi ! »
« Tu pèses combien ? »
« Je pèse 18 Kg ! Et je fais plus que un mètre maintenant ! Enfin pas beaucoup plus mais quand même… »
« Bon, alors t’vois, Ram, rien qu’elle, e’ pèse d’jà 27 KG et elle d’vient complètement dingue dès qu’elle fout un pied dehors. Elle tire beaucoup sur sa laisse. Elle te ferait faire du jet ski sur le goudron et crois-moi, c’pas fun » le prévient Kurtis. « Et Gram, il pèse 32KG. C’est un lent mais dès qu’il voit un aut’ chien, il flippe et il se colle dans tes jambes. I’ pourrait t’faire tomber » tente de lui expliquer Kurtis. Mais il remarque bien vite que les données chiffrée n’émeuvent pas beaucoup le gamin qui reste très déçu. « Mais s’tu veux vraiment essayer j’suppose que j’peux mettre la laisse à Gram et tu pourras l’promener dans l’jardin ? »
« Non. C’est nul » lui répond Eliott, sans prêter attention aux remontrances de sa mère. « Je peux sortir de table et aller jouer ? J’ai plus faim toute façon. »    
Kurt grimace, puis se tourne vers Natalia, espérant qu’elle ne lui en veuille pas pour son idée de merde et la façon dont son échange avec son fils a tourné. D’ailleurs, dès que le petit a finalement obtenu la bénédiction de sa mère et s’éloigne, Kurt prend la parole dans l’idée de s’excuser.
« J’voulais pas l’énerver… J’ai cru qu’ça lui plairait… Désolé » lui lance-t-il donc, continuant de tripoter son sandwich auquel il n’a toujours pas touché.  



Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 489
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Dim 5 Fév - 23:41

Here are many wild animals


Δ Kurtis & Talia


Il gère ou en tout cas veux le lui faire croire, elle connaît bien ce genre de réponse et n’insiste donc pas, en lieu et place de cela, elle se contente de lever les mains devant elle en signe de replis. « Ok, mais si tu changes d’avis… » Elle ne termine pas sa phrase et se repenche sur les sandwichs qu’elle est en train de faire, Kurtis ne l’écoute de toute façon plus vraiment puisqu’il s’occupe de montrer deux ou trois tours de dressage au petit.

Elle comprend bien qu’il n’a pas envie qu’on le prenne en pitié ou qu’on le traite comme un gamin, il doit déjà bien en avoir plus que pour son grade avec les gars du club, son mari y comprit, elle imagine, enfin non à dire vrai, elle n’a pas vraiment envie de visualiser James jouer les bourreaux avec ce pauvre prospect. Pourtant, elle connaît les règles et les usages des KOS, elle sait que James n’y a pas échappé à l’époque où il n’était pas encore un membre à part entière et bien que la raison pour laquelle chacun de ces types s’inflige ce genre de chose la dépasse, elle essaye de ne pas tomber dans le jugement trop facile. Après tout des rites d’initiation, il y en a pour presque tout maintenant, mais c’est toujours compliqué d’y rester insensible. Fort heureusement, elle n’a pas eu à voir le père de son fils subir ce genre de chose, force était d’imaginer qu’elle n’aurait pas vraiment su rester de marbre face à ca. Ses pensées s’échappent rapidement face au spectacle de son fils amusé et un sourire vient marquer ses lèvres puis elle se fraie un chemin en évitant soigneusement les deux molosses qui ne la rassure pour le coup vraiment pas. La conversation prend un tournant qui ne lui plaît pas du tout à l’instant même ou tout le monde se retrouve autour de sa préparation. Elle sait qu’Eliott à été profondément marqué par ce qui s’est passé à la banque et que tous les changements que leur vie bien rôdé avait subi avec le retour de James. Bêtement cependant, elle avait naïvement cru que l’orage était passé et que l’enfant s’était adapté sans véritablement de mal, qu’il avait surpassé tout ca, mais c’était tout le contraire visiblement et elle ne pouvait s’empêcher de culpabiliser d’avoir voulu se faciliter les choses au détriment de son enfant. Quand bien même il doit le ressentir, Natalia n’entend pas céder à tous ses caprices et certainement pas quand il s’agit d’adopter un animal qui non seulement prend de la place, coûte un fric monstre et finirait sans aucun doute à sa charge à elle quand le petit s’en sera lassé. Donc non et elle ne reviendrait pas là-dessus, elle prend donc sur elle et fait face à l’air tellement peiné d’Eliott qui visiblement s’attire la sympathie de Kurtis puisqu’il essaye de faire passer la pilule avec les moyens du bord. Et autant dire que c’est un énorme flop, mais Natalia apprécie l’effort que le motard déploie pour contenter l’enfant qui quant à lui n’a visiblement pas la moindre envie d’être limité dans ses envies.  

« Non. C’est nul »
« ELIOTT ! Ca suffit maintenant ! Kurtis te dit qu’il ne peut pas sortir promener les chiens alors c’est comme ca et si tu n’es pas content, c’est la même chose, il est déjà bien gentil de te laisser jouer avec eux, tu ne crois pas ? » La jeune maman lui adresse un regard en colère, ce n’est certainement pas comme ca qu’elle a élevé son enfant et compte bien le garder sur les rails. « Je peux sortir de table et aller jouer ? J’ai plus faim toute façon. » Elle a bien envie de continuer ses remontrances, mais de toute évidence, il n’en a pas grand chose à faire et ca l’agace profondément, il n’a que cinq ans bon dieu, elle était censé avoir encore un bon nombre d’années avant d’avoir à essuyer la typique impassibilité. « Oui bonne idée et profites-en pour réfléchir à ton comportement, quand tu seras calmé, tu viendras t’excuser auprès de Kurtis, allez file, dépêche-toi ! » Elle agite sa main pour lui indiquer de déguerpir, oui, elle l’envoie carrément promener sachant pertinemment qu’il s’en trouvera vexé, mais elle sait aussi que c’est ce qui le fera revenir certainement tout penaud et puis elle n’a pas vraiment envie de se donner en spectacle devant Kurtis, elle réglera les problèmes de comportement de son fils plus tard.

« J’voulais pas l’énerver… J’ai cru qu’ça lui plairait… Désolé »

La jeune femme repousse son assiette devant elle et secoue la tête à la négative. « Nan, nan c’est pas ta faute t’en fait pas, il est un peu…Exigeant ces derniers temps, je pense qu’il profite du fait que son père soit revenu et n’ose pas encore trop le restreindre. Elle pousse un soupir, c’était gentil d’avoir essayé de limiter les dégâts, je suis désolé, je pensais pas que ca tournerais comme ca ! » Elle se sent un peu idiote maintenant, un peu déplacé dans cet environnement qui n’est pas le sien aussi et elle sait que sa présence chez Kurtis toute seule, serait certainement très mal vu par bien des gens et par gens, elle entend des membres des KOS, parce que bien évidemment, ils s’imaginent toujours tout et n’importe quoi. Elle se pince les lèvres et finit par prendre la décision de repasser sur le sujet de son hôte parce que c’est bien plus simple que de chercher des excuses à son fils. « Alors dis moi, comment tu t’es retrouvé avec une balle dans la jambe ? Oui parce que bien évidemment qu’elle est au courant, James n’a pas tenu sa langue parce que contrairement à elle, ca a eu l’air de beaucoup l’amuser ce que bien évidemment, elle va garder pour elle. J’en ai entendu d’autres tu sais, elle laisse échapper un petit rire amusé. Je te rappelle que je suis marié à James depuis un sacré bout de temps alors les blessures en tous genre, je suis rôdé ! Si elle se permet de poser la question, c’est parce qu’elle sait que c’est pas vraiment en rapport avec le club et que donc il n’est pas tenu par le plus grand secret blablabla, tout ce qu’elle a compris, c’est qu’apparemment cette histoire avait avoir avec une tarée et elle est un peu curieuse de savoir ce qui s’est vraiment passé. Et promis, je dirais rien à personne. » Elle lui adresse un clin d’œil et un sourire espérant que ca le détendra un peu.
© GASMASK

_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1024
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Lun 6 Fév - 20:09





here are many wild animals
# natalia
# kurtis

Kurtis ne peut s'empêcher de se sentir responsable de ce qui vient de se passer. Il a le sentiment d'avoir déçu Eliott et l'impression d'avoir agacé Natalia... Cette dernière tente de le rassurer sur ce point et de lui faire savoir que ce n'est pas de son fait, mais ça ne change pas grand chose. Il sait que les relations humaines, ce n'est pas son fort. Il tombe toujours des kilomètres à côté de la plaque. Il n'y a que sa jumelle qui parvienne un tant soit peu à le comprendre. Et encore...la plupart du temps, elle comprend surtout ce qui l'arrange et comme il n'est pas du genre à la contrarier... Bref. Voilà pourquoi il vit avec deux chiens. Avec eux, il n'a absolument jamais aucun souci. Pas de malentendus, pas vraiment de disputes (même s'ils font quelques conneries de temps à autres) et beaucoup d'amour, offert sans condition.
Finalement, la jeune mère s'excuse à son tour pour le comportement de son garçon qui est retourné jouer avec les molosses un peu plus loin. Sauf que son sourire béat a laissé place à une moue boudeuse qui fait peine à voir... En tout cas, elle contrarie beaucoup le Prospect qui se faisait une joie de présenter ses chiens au fils de James et Nat.
Enfin encore une fois, ça lui fait surtout mal au cœur parce qu'il ne peut s'empêcher de comparer Eliott au fils de feu son frère. Ça le tue de voir son neveu déprimer, lui qui était autrefois si plein de vie, si confiant et dégourdi...

« Alors dis-moi » enchaîne tout à coup son invitée surprise, l'arrachant à ses pénibles pensées « comment tu t'es retrouvé avec une balle dans la jambe ? »
Bon, au moins maintenant il est fixé : elle sait. Mais qu'est-ce qu'elle sait exactement ? Est-ce que James lui a tout raconté ? Est-ce qu'il a exagéré les faits pour l'humilier ? Pourquoi est-ce qu'il a été raconter cette histoire à sa bonne femme ? Kurtis n'a même pas voulu s'expliquer auprès de sa propre petite amie ! ...Ce qui lui a valu une bonne crise d'hystérie de la part de Mia qui a été horriblement frustrée par son silence buté. Mais il la connaît bien maintenant et il savait qu'en lui parlant de Maggie, il exposerait la jeune femme à des représailles. Et c'est la dernière chose qu'il souhaite pour elle. Elle en a suffisamment chié comme ça à son sens.
Mais s'il parle à Natalia, il ne prend pas trop de risques, pas vrai ? Sauf celui qu'elle répète à James qu'il parle de ce genre de choses ouvertement alors qu'il n'est pas supposé le faire... Sauf qu'il ne s'agit pas d'une affaire du club. C'est une affaire personnelle... Et puis la serveuse vient de lui promettre de ne rien dire et Kurtis lui fait confiance. Peut-être à tort mais tant pis.

« Hm... Bah... Tu t'souviens de la soirée d'Halloween ? » demande-t-il avant de réaliser sa connerie. « Ouais. J'suis con...t'y étais. Donc bref, j'étais d'corvée d'chiottes c' soir là et y a deux filles qui s'sont senties mal. J'ai essayé d'm'en occuper. Mon père avait des soucis cardiaques alors j'avais appris à...enfin tu sais. Donc j'ai essayé d'les aider mais j'pouvais pas être partout à la fois et...enfin y en a une qui s'en est pas tirée » lâche Kurt dans un raclement de gorge nerveux, fixant son sandwich qui décidément ne lui fait pas envie... « Sa meilleure amie était là. J'lui avais filé l'relai vu qu'l'autre meuf était seule et du coup...ben du coup voilà quoi... Elle est morte dans ses bras. Alors après j'lui ai laissé ma carte. Au cas où elle ait besoin de parler ou j'en sais rien moi... »
Nouveau raclement de gorge. Il commence à dépioter le pain pour enlever la croûte. Penser à tout ça est pénible. Il lui a fallut du temps pour réussir à retrouver le sommeil, pour se convaincre qu'il n'aurait rien pu faire de plus pour cette fille, qu'elle était déjà partie quand il a commencé le massage et qu'avoir passer le relai à Maggie n'a pas aggravées les choses.
« Sauf qu'elle l'a pas utilisée pour ça... Elle s'est fait passer pour une cliente et quand j'me suis pointé pour livrer le paquet, elle m'attendait avec un flingue. Mais c'est pas sa faute » s'empresse d'expliquer Kurtis, croisant enfin le regard de la serveuse, espérant être plus convainquant comme ça. « Elle voulait pas vraiment tirer. L'coup est parti tout seul quand j'ai voulu lui prendre le gun. J'lui ai fait peur, tu vois ? Elle a tout d'suite regretté et elle m'a aidé. Enfin bref voilà... » conclut le coursier en repoussant l'assiette devant lui, renonçant pour de bon à y toucher. « Tu peux rire si tu veux. James s'est pas privé... Les autres non plus. »
Lui il ne voit pas ce qu'il y a de drôle là-dedans. Maggie a perdu sa meilleure amie et, d'après ce qu'elle lui a confié par la suite : l'amour de sa vie. Son existence a pris un tournant terrible, tous ses projets se sont effondrés et il ne peut pas lui en vouloir d'avoir cherché à se venger. Évidemment, quand il pense à sa mère et sa sœur, à la manière dont elles auraient vécu son décès, Kurtis est un peu moins conciliant mais la plupart du temps, il se met à la place de Maggie et comprend. N'a-t-il pas lui-même rejoint les KOS dans l'espoir d'avoir les moyens de tuer le salaud qui a froidement abattu Sammy ?

« Ça va toi d'ailleurs ? Par rapport à Halloween et tout ça... James m'a dit qu'tu pouvais plus bosser. Enfin i' m'la pas dis à moi mais j'ai entendu qu'il en causait avec Thomas. »
Ouais, faut pas rêver, James n'est pas son ami et il ne lui tape pas la discute.


Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 489
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Ven 10 Fév - 17:30

Here are many wild animals


Δ Kurtis & Talia



Ca pour s’en souvenir, elle s’en souvenait, difficile d’oublier un chaos pareil, d’autant plus quand ca lui avait valu une journée d’observation à l’hôpital et une facture qu’elle n’est même pas en mesure de payer… Il faut dire que sans boulot et donc sans revenus, il est bien compliqué de pouvoir déjà gérer les dépenses habituelles, mais c’est évidemment sans compter sur les soins hors de prix dont elle avait eu besoin. Elle arque un sourcil et hausse les épaules en signe d’acquiescement tandis que Kurtis continue de lui replacer la situation, ce qui en soit n’est pas nécessairement du luxe puisqu’elle n’avait pas eu l’occasion de le croiser lors de la soirée et n’avait eu vent de ses actes que par les journaux qui l’avaient proclamé héros du jour suite au sauvetage réussi qu’il avait entrepris pour sortir pas mal de personne de cet enfer. Bien évidemment les coupures presse ne s’étaient le concernant pas étendu sur la partie beaucoup moins glorieuse de cette affaire à savoir ceux qu’il avaient vu sombrer sous ses yeux. Kurtis mentionne son père et ses problèmes cardiaques, c’est la première fois qu’il mentionne ses parents, ce qui en soit n’est pas très étonnant, il faut dire qu’ils n’ont jamais vraiment parler de choses personnelles, limitant leurs échanges à des banalités de rigueur, mais ce détail l’interpelle tout de même, il vient lui rappeler qu’il a aussi une sœur jumelle, elle se souvient qu’il lui en avait parlé une fois au détour d’une conversation dont elle ne se souvient plus vraiment, enfin parler est encore une fois un grand mot... Enfin tout ca pour dire qu’elle se demandait ce qu’un type comme lui faisait dans le club, c’est vrai, il n’avait que peu de chose à voir avec les autres, déjà pour commencer, il avait une famille, ce qui était loin d’être le cas de la majorité des gars et quelle famille laisserait son rejeton se fourvoyer avec une bande d’outlaws ??puis il n’était pas…ou plutôt il était plus peut-être pas innocent, mais en tout cas visiblement beaucoup moins convaincu que les autres, quelque chose chez lui, lui faisait penser que sa place était loin d’être au milieu des Kings of speed, mais ce n’était pas sa place de juger les décisions et les choix du jeune homme.

Bon dieu, le pauvre, la surprise se lis sur le visage de Natalia qui laisse filer cette expression au profit d’une mine bien plus désolé, elle pose sa main sur l’avant-bras de kurtis et lui offre un regard compatissant. « Je suis désolé de l’entendre Kurt, ca n’a pas du être facile. Elle peut facilement l’imaginer, elle a vu trop de gens se faire piétiner, trop de gens qu’elle peut encore voir sans peine en fermant les yeux surtout ce gamin qu’elle a vu s’éteindre lentement sous ses yeux…et ils sont tous des inconnus, des gens à qui elle n’a jamais parlé… se sentir responsable de la mort de quelqu’un doit être absolument insoutenable, elle le conçoit sans peine. Mais il n’y a rien que tu aurais pu faire de plus pour elle, tu as essayé et…tu n’es pas médecin, ce n’est pas de ta faute. » C’est certainement plus facile à dire qu’à faire, mais ca avait le mérite d’être dit, elle en oublie presque la raison pour laquelle il lui parle de ca, en réponse à sa question sur la provenance de la balle qui lui avait transpercé la cuisse. Il continue donc et fait le lien entre cette pauvre fille, sa meilleure amie et l’incident dont il avait été victime. Les yeux de la serveuse s’arrondissent, c’est un plan absolument abject et visiblement réfléchi… «… Mais c'est pas sa faute » pas sa faute ? De toute évidence, elle ne s’est pas retrouvée dans cet endroit avec un flingue à l’attendre par le plus grand des hasards, dans quel monde ce n’était pas sa faute ? Elle ouvre la bouche, mais Kurtis continue ses explications et la défense de la jeune femme alors elle la referme et le laisse poursuivre avec attention.

Natalia ne comprend pas vraiment où il veut en venir enfin si, mais la raison lui en reste particulièrement étrangère, pourquoi défendre celle qui l’a attaqué ? Elle peut évidemment comprendre le chagrin de cette jeune femme et la détresse dans laquelle la mort de son amie la plongé, mais en quoi s’attaquer au prospect qui n’a fait qu’essayer de la sauver l’aiderai à satisfaire ses désirs de vengeance parce que c’est clairement de ca qu’il s’agit. Tout cela la laisse perplexe et elle se demande ce qui se serait passé si sa blessure avait été plus grave ou pire ?

« Tu peux rire si tu veux. James s'est pas privé... Les autres non plus. »

Elle fronce les sourcils, c’est une information qui ne lui plaît pas beaucoup même si ca ne la surprend guère, elle sait que James n’aime pas Kurtis et elle ne sait pas trop pourquoi, il devrait au contraire lui être reconnaissant pour avoir veillé sur elle et Eliott quand il n’était pas en mesure de le faire et sans jamais faillir à sa tâche. Elle secoue la tête à la négative tout en jouant avec son verre de jus de fruit dont elle n’a pas encore bu ne serait-ce qu’une gorgée. Il rebondit en lui demandant si elle, se portait bien et comment elle gérait le fait de ne plus avoir de boulot, sans oublier de mentionner que ce n’est pas à lui que James a directement fait ce petit récit.

« Je ne trouve pas ca drôle non et je suis désolé que James ne t’ai pas montré un peu plus de compréhension. Elle secoue la tête. Mais je comprends pas Kurt pourquoi est-ce que tu la défend ? Je peux comprendre que ce tir soit accidentel, mais si elle t’a attiré là-bas et qu’en plus, elle était armée, je doute que ses intentions n’aient été que de te faire peur…d’autant que tu as essayé de sauver sa copine alors pourquoi s’en prendre à toi ? Elle aurait pu te tuer ! »

il y avait surement plus dans cette histoire, plus qu’il ne voulais bien le lui dire sans doute et loin d’elle l’idée de le pousser à lui révéler ce qu’il ne voulait pas mais peut-être avait-il besoin d’une oreille compatissante, alors dans le doute, elle lui en offrait une.

« Quant à moi, ca va, je m’en tire pas trop mal, une commotion c’est pas cher payer quand on voit ce qui s’est passé…oui l’entrepôt n’a pas été le seul endroit à se retrouver hors de contrôle, le Maureen’s à été saccagé par une bagarre générale et il est fermé jusqu'à nouvel ordre ! Ce qui je te l’avoue n’arrange en rien mes affaires ! Surtout que trouver un taf avec mes impératif de mère célibataire c’est pas le truc le plus facile du monde. Elle pousse un soupir désabusé. Le seul avantage dans tout ca c’est que ca me permet de passer plus de temps avec mon fils, même si j’avoue qu’il n’est pas facile en ce moment, la banque à laisser des séquelles difficiles à panser. Enfin, on y travaille et de préférence, j’aimerais bien éviter d’avoir à lui acheter un chien. » Elle laisse échapper un rire amusé, même si en réalité, la situation n’a absolument rien de risible.
© GASMASK

_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1024
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Sam 11 Fév - 12:42





here are many wild animals
# natalia
# kurtis

Ca le fout sacrément mal à l’aise de parler de ça avec elle. Sentir sa main se poser sur son avant bras n’arrange rien… C’est gentil de sa part m’enfin il doute que ce genre de geste plaise beaucoup à James et ça le gêne. Et puis il se doute qu’elle va prendre un petit ton compatissant pour lui dire que c’est pas sa faute (ce qui se révèle exact) et ça l’ennui parce qu’il n’arrive pas à y croire et ça l’agace plus qu’autre chose. Parce que chaque fois qu’il se repasse la scène, le Prospect ne peut s’empêcher de conclure qu’il a pris une décision. Il a choisi qui sauver et qui abandonner. S’il était resté auprès de la copine de Maggie, peut-être qu’elle serait encore en vie et que rien de tout ça ne se serait passé. Evidemment, l’autre fille serait peut-être morte, en contrepartie, mais cette autre fille là, il ne connaît pas ses proches. Il aurait pu cela dit, puisque la famille de la fille a souhaité le rencontrer pour le remercier. Il a refusé. Catégoriquement. Parce que chaque fois qu’il pense au fait qu’il l’a possiblement sauvée, il pense au choix qu’il a fait dans les chiottes dégueulasse de l’entrepôt et ça lui fiche le cafard. Il préfère donc ne pas rebondir sur ses propos et aller au bout de ce qu’il a à dire. Il tente aussi d’occulter le contact qu’elle maintient quelques secondes sur son bras.
Kurtis voit bien que ce qu’il dit la fait réagir, et pas forcément dans le bon sens, mais elle ne l’interrompt pas. Elle le laisse lui faire le récit complet de ce qui s’est passé le jour où Maggie lui a tiré dessus. Il la voit cogiter et ça le contrarie. Alors il finit par arrêter de la regarder, tout simplement, pour poser son regard sur son assiette, qu’il finira par repousser.  

« Je ne trouve pas ca drôle non et je suis désolé que James ne t’ai pas montré un peu plus de compréhension » lui répond finalement la mère d’Eliott, secouant la tête avec réprobation.
Pour toute réponse, le Prospect se contente d’hausser les épaules. Peut-être que c’est eux qui sont trop coincés. Peut-être que le fait qu’il se soit fait avoir par une gonzesse est vraiment risible… Toute façon, les gars saisissent chaque opportunité de le faire passer pour un dégonflé, un faible ou une tapette.  
« Mais je comprends pas Kurt pourquoi est-ce que tu la défend ? » reprend Natalia, le surprenant un peu à son tour.
Pour être tout à fait honnête, le coursier supposait qu’elle aurait compris… Que Max, James et les autres ne soient pas suffisamment sensibles pour saisir, Kurt ne s’en est pas étonné, mais il pensait obtenir l’approbation de la serveuse sur ce coup-là. Il la laisse terminer et ouvre la bouche pour répondre. Mais il la referme finalement, se demandant si ça vaut le coup d’essayer de la convaincre, de lui faire comprendre son point de vue. Est-ce qu’elle en sera capable ? Est-ce que ce n’est pas lui qui est bizarre en fin de compte ? Peut-être qu’il devrait simplement être furieux après Maggie et avoir envie de se venger à son tour. Peut-être que la logique voudrait qu’il veuille la blesser à son tour et qu’il lui manque une case. C’est après tout ce que tout le monde s’échine à lui dire depuis qu’il est gosse. Ça doit donc être véridique.

Constatant peut-être qu’il hésite à s’étendre sur le sujet, Natalia enchaine en lui parlant de sa propre situation. Une situation visiblement compliquée… Ça le fait chier qu’elle se retrouve dans la merde. Il trouve qu’elle et le petit en ont assez bavé comme ça et ça le dérange franchement. Il se demande pourquoi James ne l’aide pas financièrement. Est-ce qu’il injecte tout l’argent qu’il a dans son projet de maison close ? Est-ce que Natalia a refusé son aide ? A sa place en tout cas, il ne laisserait pas sa meuf galérer autant… Combien de fois a-t-il déjà proposé à Mia de se ranger, de se dégoter un job plus habillée en lui assurant qu’il pourrait l’aider financièrement si nécessaire ? Enfin, ça ne le regarde sans doute pas.
« Le seul avantage dans tout ça c’est que ça me permet de passer plus de temps avec mon fils » enchaine la serveuse en jetant un coup d’œil en direction du salon où a disparu Eliott, avant de s’essayer à plaisanter. Mais tout ça tombe un peu à plat.
« J’irai lui faire ramasser les merdes de Ram et Gram dans l’jardin. Ça va t’le calmer avec ces histoires de chiens » tente quand même de la dérider Kurtis, avant de pousser un soupir à son tour. « Ça craint… »
Bien résumé, crétin… Enfonce le clou, vas-y !
Le Prospect se racle un peu nerveusement la gorge, et puis passe une main dans ses cheveux (qui auraient bien besoin d’un coup de shampoing), avant de se tourner vers Talia.
« Ma belle-sœur…’fin elle fait voir un psy à son môme. Il est un peu plus âgé qu’Eliott mais… Disons qu’il a traversé une sale période… Elle dit que ça l’aide pas mal… S’tu veux j’pourrais lui d’mander l’adresse. J’crois pas trop à ces trucs là mais ça peut pas faire d’mal… Ou p’t-être que si, j’sais pas. »
Il espère que ça aidera Petey à surmonter la mort de son père en tout cas. Et s’il peut aider Eliott d’une manière ou d’une autre, il ne crachera pas dessus.



Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 489
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Dim 12 Fév - 22:48

Here are many wild animals


Δ Kurtis & Talia



Kurtis n’a pas vraiment l’air à l’aise, c’était peut-être un sujet sur lequel il n’avais pas envie de s’étendre après tout, elle espère qu’il ne s’est pas senti obligé de lui faire le récit de son « petit accident », le but de sa visite n’étant pas de l’obliger à quoi que ce soir. À dire vrai, elle se rend compte que si elle avait eu dans l’idée de le distraire un peu, tout en faisant plaisir à son fils, elle n’avait jusque-là pas brillamment réussi et ca à son grand regret. En lieu et place de cela, elle lui avait amené sur un plateau un enfant malpoli et une conversation qui l’avait sans doute mis mal à l’aise, bravo Natalia, vraiment bravo. Lorsqu’elle se rend compte qu’il ne répond pas à son questionnement, elle n’insiste donc pas, le pauvre a probablement déjà dû se remémorer ce mauvais moment plus de fois qu’il n’en fallait et les gars du club ne devaient pas nécessairement lui laisser l’occasion de l’oublier. Elle le laisse ainsi reporter la conversation sur elle, même si elle n’aime pas vraiment être au centre des conversations, mais là en l’occurrence vu à quel point Kurtis est un grand bavard, c’est souvent ce qui se produit lorsqu’ils se retrouvent tous les deux à bavasser, autrement dit, elle parle et il écoute…ce qui ne doit pas souvent être très divertissant pour ce pauvre garçon vu les emmerdes qu’elle semble constamment traînés.

Dernièrement, les choses semblaient s’être calmés, si on occultait bien sûr la perte de son emploi et les événements d’Halloween, il faut dire que la Serbe ne risquait pas de rencontrer tant de déconvenues que ca en restant chez elle, parce que c’était globalement ce qu’elle faisait…s’occuper de son fils et de sa maison, les seules variables à cela étaient les visites de James et le peu de sorties qu’elle avait pu s’octroyer avec des amis, ce qui lui faisait penser qu’elle n’avait pas vu Felicity depuis une éternité. Enfin mise à part cela, les choses semblaient allez dans le bon sens avec son mari, quand bien même elle imposait encore pas mal de limites au motard, principalement pour se protéger et pour protéger le petit d’un éventuel départ, mais surtout dans l’éventualité que le nouveau commencement qu’ils essayaient de se prendre ne fonctionne pas.

« J’irai lui faire ramasser les merdes de Ram et Gram dans l’jardin. Ça va t’le calmer avec ces histoires de chiens » Le retour de Kurtis sur ce qu’elle vient de lui raconter brise l’analyse déprimante sur sa vie qui se joue silencieusement dans son esprit et elle se met à rire, c’est sans doute une idée à exploiter, parce que le petit garçon ne voit clairement que les côtés amusants et positifs dans le fait d’avoir un chien et certainement pas les mauvais. Mauvais côtés qu’elle devrait sans doute prendre en charge, c’était certain. « Ça craint… » Ouai c’est un bon résumé…pas forcément très efficace dans le côté remonte moral, mais au moins c’était franc et direct ! « C’est une idée à exploiter, ca devrait le calmer…elle lui adresse un sourire. Quoi que je suis même pas sûr pour être franche, il serait capable de trouver ca marrant juste pour me prouver qu’il peux s’occuper d’un chien ! Elle roule des yeux et secoue la tête, ce n’était pas toujours facile d’avoir un enfant aussi malin que le sien. Et oui ca craint, je suis bien d’accord avec toi ! J’espère que la fin de l’année sera un peu plus clémente pour moi, pour toi aussi d’ailleurs. » (AH AH AH)

Le prospect continu en mentionnant sa belle-sœur qui visiblement fait voir un psy à son gamin, Natalia ne peux pas dire qu’elle n’y a pas pensé, bien sûr que si et ca dès que l’attaque de la banque et puis les flics qui ont pris sa déposition se sont bien gardé de venir lui dire comment gérer son enfant et lui ont refilé deux trois cartes de psy du coins, sauf que tous ces médecins demandent une fortune pour leurs séances et malheureusement la mère de famille n’a pas une telle somme sous la main, alors elle avait pris parti de se dire qu’elle essayerait de se débrouiller toute seule et de faire en sorte que son fils ne souffre pas trop de ce qui s’était passé, mais elle n’avait pas vraiment réussi, il faisait encore de terrible cauchemars et quand bien même ceux-ci s’étaient considérablement espacés, ils existaient toujours. « Ouai…je veux bien! A vrai dire c’est pas comme si j’y avait pas pensé, mais tous ceux que j’avais contacté étaient un peu…Hors de prix et je préfère quand même nourrir mon gamin que de le faire parler à un étranger ! Enfin, tu vois le genre ! C’est quel genre de problèmes qu’il a ton neveu ? Elle voit le visage de Kurtis se décomposer un peu. Désolé, je voulais pas être indiscrète, le numéro suffira ! » elle lui adresse un sourire un peu contrit, elle vient encore une fois de foutre les pieds dans le plat.
© GASMASK

_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1024
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Lun 13 Fév - 18:03





here are many wild animals
# natalia
# kurtis

Un fin d’année plus clémente ? Kurtis n’y croit pas trop mais ça ne veut rien dire. Il est loin d’être un modèle d’optimisme… Et puis avec son trou dans la cuisse, ses relations de plus en plus tendues avec sa famille biologique et les railleries et la pression de celle qu’il s’est récemment choisie : le Prospect a dû mal à envisager son futur comme très brillant. Mais il va bien se garder d’en dire quoi que ce soit à Natalia. Il préfère lui parler d’une solution éventuelle pour le problème de comportement d’Eliott. Enfin du point de vue de Kurtis, le gosse n’a pas de souci. Si Natalia voyait de quelle manière se comportent les enfants de Clyde, elle chérirait sa situation, c’est certain. Ce sont de véritables monstres… Le coursier a conscience que ce n’est pas très correct d’avoir des préférences pour ses neveux/nièces mais… Il aime assurément Petey beaucoup plus que les autres.
« Ouai…je veux bien! A vrai dire c’est pas comme si j’y avait pas pensé, mais tous ceux que j’avais contacté étaient un peu…Hors de prix et je préfère quand même nourrir mon gamin que de le faire parler à un étranger ! »
Bon…ça commence mal. Il sait pas trop combien ça coûte à Casey de faire suivre son fils, mais ce n’est certainement pas donné. Surtout qu’elle a pris quelqu’un de compétent dans sa branche. Enfin soi-disant… C’est vrai que dans sa famille, ils n’ont jamais vraiment connu de soucis d’argent. Tout ce que Kurtis a voulu, il ne l’a pas obtenu par principe, pour lui inculquer la valeur des choses, mais il aurait PU les avoir. Quant à Casey, à la mort de Samwell : elle a touché le pactole. Pour le bien que ça leur fait, à elle et le petit…
Mais si cette partie de son discours l’embête un peu, c’est bel et bien la suite qui termine de le mettre foutument mal à l’aise. En même temps c’est légitime. Il lui dit que son neveu voit un psy et qu’elle pourrait faire de même, elle veut forcément savoir de quoi il retourne exactement, histoire de se situer.

« Non t’inquiète » lui répond-t-il dans un raclement de gorge un peu nerveux. Décidément, le Prospect n’est pas super fan de cette journée. Il ne manquerait plus que Mia débarque à l’improviste et qu’il doive expliquer sa présence à la serveuse… A moins que ce ne soit James qui ait subitement décidé de venir lui taper la discute. Ce serait le comble franchement…
« C’est euh… J’t’ai déjà parlé d’mon frangin ? Sammy ? » lui demande-t-il, avant qu’elle lui signifie que ce n'est pas vraiment le cas, bien que le prénom lui soit vaguement familier. Putain, va falloir qu’il parte de zéro alors… Fait chier… « Bon, alors j’ai un…j’avais un frère, plus âgé qui s’appelle Samwell. S’appelait Samwell. J’en ai deux autres. Logan et Clyde. Mais c’est des sales connards donc, bref, c’pas l’propos. Sam était flic… Brigade anti-gang. Il était lieutenant depuis un an et demi. C’était aussi le meilleur ami de Karl Gratchiov. T’as du le connaître. C’est lui qui m’a présenté au club, juste avant de devenir nomade parce qu’il avait du mal à… Hm… »
Il marque une courte pause, essayant de rassembler ses idées. Il s’y prend un peu dans le désordre. Il essaie d’évacuer tout ça au plus vite et ça l’amène à s’embrouiller bêtement. Il se racle à nouveau la gorge et frotte ses mains sur son jean. Sauf qu’il appuie précisément sur sa blessure et grimace de douleur avant de laisser échapper un juron et de soupirer un bon coup.
« Bon, tu t’en doutes, ça s’est mal terminé. Sam s’est fait descendre. On sait pas par qui. L’enquête a été bâclée. Ils nous ont filé un drapeau, un chèque et une bonne tape sur le dos en nous demandant poliment de pas faire trop de bruit. C’qui y a c’est qu’il avait un gosse, mon neveu donc. Petey. Il a huit… non, neuf ans maintenant. Presque dix du coup… Bon et comme tous les gamins j’suppose : son père, c’était son héros tu vois ? C’était pas un héros que pour lui d’ailleurs. Sammy… Enfin c’était Sammy quoi » abrège Kurtis qui n’a finalement pas très envie de s’orienter sur cette pente savonneuse. « Il était pas parfait. Loin de là. Il avait eu des soucis avec l’alcool mais il était sobre depuis deux ans. Petey l’a vu dans des états possibles mais…enfin c’était un bon père. Il a jamais levé la main sur lui ou sa femme, il était…il était juste malade mais il a fait ce qu’i’ fallait. Il tenait bon et il consacrait tout son temps libre à son fils. Enfin bref, Petey l’a pas bien vécu. Il s’est mis à…enfin à faire des cauchemars toutes les nuits, il dormait pratiquement plus, il mangeait plus et il a recommencé à…’fin…à pisser au lit » avoue Kurtis à demi-mots. « C’était un gosse brillant. Vraiment brillant. Personne savait d’qui i’ tenait ça. Puis il était drôle aussi…et du genre charmeur. Un peu comme Eliott… Puis ça a été fini… Maintenant ça va un peu mieux. C’est pas encore ça et puis Casey – c’est sa mère Casey – a un nouveau mec et il le vit pas forcément bien, surtout qu’elle veut déménager donc… Enfin en tout cas, l’aut’ fois elle avait l’air de dire que ça lui faisait du bien. Puis même lui j’lui en ai parlé une fois et il a dit que c’était un mec gentil et qu’il aimait bien parler d’son papa avec lui. »

Kurtis se redresse pour aller débarrasser la table et occuper ses mains un moment. Il veut surtout échapper au regard de Natalia qu’il sent peser avec un peu trop d’insistance sur lui.
« J’te filerai son numéro s’tu veux. Après j'sais bien qu'c'pas l'même genre de trauma, Petey a rien vu contrairement à Eli mais... Bon puis c’est sûrement un peu cher, j’avoue… T’verras » conclu-t-il en allant vider le contenu de son assiette dans la poubelle. « Désolé pour ça… J’avais pas très faim… J’te rembourserai » ajoute-t-il, un peu gêné parce qu’ils viennent juste d’aborder la question des finances serrées de la jeune femme.  


Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 489
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Dim 19 Fév - 15:30

Here are many wild animals


Δ Kurtis & Talia



Il tente de la rassurer, mais Natalia n’est pas vraiment, dupe et voit bien qu’elle vient de mettre le doigt sur un sujet relativement délicat pour le prospect, néanmoins, il prend quand même la peine de continuer, alors elle l’écoute attentivement. Kurtis n’est pas en tous les cas à sa connaissance le genre de gars qui parle si il n’en a pas envie, il le lui a prouvé à maintes reprises, aussi elle se dit que peut-être finalement une partie de lui à envie de se décharger un peu de cette histoire qui elle est sur le point de le découvrir n’a rien de très joyeux.

« C’est euh… J’t’ai déjà parlé d’mon frangin ? Sammy ? »
Le nom ne lui est pas inconnu, mais elle ne remet pas vraiment la personne, elle secoue la tête à la négative. « Ca me dit quelque chose, mais je ne le remets pas vraiment. Elle grimace légèrement. Désolé. » Le motard ne s’en formalise pas vraiment en tous les cas en apparence et reprend donc ses explications en la remettant en contexte. Elle ignorait qu’il avait une si grande famille… quatre frères et sœurs ca fait un sacré potentiel animation dans la maison, bon a priori, ils ne sont désormais plus que trois. Flic ? les Kos ont foutu dans leur rang le frangin d’un flic ? En voilà une bonne ! La jeune femme est plus qu’étonnée de l’entendre encore plus lorsque Kurtis indique qu’il faisait partie de l’antigang. Elle grince un peu des dents intérieurement, bien sûr, elle n’a rien contre le frère du prospect et son métier ne rend pas son histoire moins malheureuse, mais elle a une dent contre les flics en générale et elle est parfaitement consciente que c’est une chose tout à fait puéril et complétement arbitraire, mais elle n’arrive pas à s’enlever de la tête le fait que non seulement, ils ont jeté son mari en prison, mais qu’en plus, le connard de poulet qui l’avait interrogé n’y avait pas été de main morte avec elle…était-il nécessaire d’ajouter qu’ils n’avaient pas été d’une très grande aide lorsqu’elle et son fils s’étaient retrouvés aux mains de putain de braqueurs lors du cambriolage de la banque ? Enfin ca commençait à faire un peu beaucoup, même pour elle. Elle ne laisse cependant rien paraître des idées que lui inspirent ces informations et se contente de hocher la tête de temps à autre. Karl était donc celui qui avait foutu Kurt dans le sillage des KOS, juste avant de se barrer, c’était quoi ? un cadeau de départ ? du mal à quoi ? « Hum oui bien sûr, je ne savais pas que c’était Karl qui t’avais présenté au club, bon en même temps c’est pas comme si à l’époque de son départ, j’étais forcément très au faîte de ce qui se passait. » Elle secoue sa main dans le vent comme pour lui dire que cela n’avait pas vraiment d’importance et l’encourager à poursuivre son histoire, ce qu’il fait après une courte pause. Il grogne et laisse échapper un juron en jetant un œil à sa jambe blessé. « Hey ca va ? » Il acquiesce d’un signe de tête et se replonge dans son récit, la serveuse sent que c’est un sujet pénible pour Kurtis et elle s’en veut un peu de l’avoir poussé à ressasser tant de mauvais souvenirs, visiblement la mort de son frère la profondément touché, ce qui est parfaitement compréhensible, elle a du mal à s’imaginer ce que l’on peut bien ressentir pour la simple et bonne raison qu’elle est enfant unique, mais la simple idée de pouvoir perdre les seules personnes qui lui restent est tout bonnement insupportable. « Je suis désolé pour ton frère Kurt…je ne savais pas. » Sinon elle n’aurait jamais engagé pareil sujet, c’est clair, mais c’était désormais un petit peu tard pour ca. « Enfin bref, Petey l’a pas bien vécu. Il s’est mis à…enfin à faire des cauchemars toutes les nuits, il dormait pratiquement plus, il mangeait plus et il a recommencé à…’fin…à pisser au lit » La jeune femme se pince les lèvres, son fils aussi fait des cauchemars, c’est par ca que ca avait commencer, des réveils violents au milieu de la nuit et des crises de larmes à n’en plus finir, il commençait aussi à extérioriser ses terreurs nocturnes à travers des dessins somme toute effrayants et Natalia s’était convaincue qu’à défaut de bien vouloir lui en parler, il les apposait au moins sur des feuilles de papier. « C’est terrible pour ton neveu, j’espère vraiment qu’il se remettra de tout ca, les enfants sont surprenants et avec l’aide du thérapeute, il devrait pouvoir se défaire de tout ca en tout cas suffisamment pour rester un petit garçon… » Ca l’inquiète quand même, certes ce qu’a subit le petit Petey est foncièrement plus traumatisant que ce à quoi Eliott avait assisté, mais cela restait quand même un gros traumatisme pour un enfant de cinq ans

Le prospect s’était levé pour débarrasser les restes qui jonchaient la table et qu’au final quasiment personne n’avaient touché. La jeune femme rester assise se retourne de trois-quarts vers la cuisine et observe le motard s’affairer. « Je veux bien oui, je pense que ca ne peux de toute façon pas lui faire de mal et très honnêtement, j’ai l’impression d’avoir tout essayé pour le faire parler et ca n’a pas mené à grand chose alors… » Il s’excuse de mettre ce qu’elle avait préparé à la poubelle et lui indique qu’il lui remboursera bien évidemment. Elle secoue la tête. « Non t’en fait pas pour ca, c’est pas grave ! »

À ce moment-là, le petit revient visiblement de meilleure humeur que tout à l’heure. « Maman ? Je peux dessiner ? les chiens, ils ont plus trop envie de jouer. » Il secoue la tête en affichant une moue déconfite. « Tu n’oublies pas quelque chose d’abord ? » La jeune maman, croise les bras sur sa poitrine et toise son fils avec un air ferme, il a peut-être oublié le comportement qu’il avait adopté quelques minutes plus tôt, mais pas elle. Il colle ses bras dans son dos et gigote d’un pied à l’autre. « Pardon Kurtis d’avoir crié. » Finit-il par dire d’une voix tristounette. « Je préfère ! Aller assied toi, je vais te trouver de quoi dessiner. Elle se retourne vers Kurtis. Tu n’aurais pas une feuille et un stylo qui traînent par hasard ? »
© GASMASK

_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1024
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Jeu 23 Fév - 17:56





here are many wild animals
# natalia
# kurtis

Il se sent bête de lui avoir déballé tout ça comme ça, autour d’un stupide sandwich au beurre de cacahuète… Elle avait sûrement envie d’une version courte. Elle ne le dira jamais, Natalia est trop polie, mais c’est certain. Kurtis s’en convainc en moins de trois secondes et maintenant, il se sent complètement idiot et impudique. Sammy détesterait sûrement qu’il parle de tout ça à une parfaite inconnue… Enfin pour lui, la serveuse n’est pas une inconnue mais pour Sam si. Et il vient de lui parler de son alcoolisme, de son gosse et de la manière dont il pissait au lit depuis quelques mois. Génial…
Le prospect a très envie de changer de sujet à présent. Sauf que, comme chaque fois qu’il tente de réfléchir à quelque chose : son cerveau se vide de toutes les informations qu’il pouvait convenir. Chaque fois, il pense à ces films où les gens voient le contenu de leur disque dur se vider sous leurs yeux impuissants… Bon, bref, c’est comme ça qu’il se sent. Il est ennuyé, rouge de honte et elle, elle essaie d’être gentille. Ce qui n’arrange rien du tout. Mais il ne va pas le lui faire remarquer. Lui aussi, il lui arrive d’être poli.
Heureusement, Eliott crée une bonne diversion en revenant dans la cuisine. Il a l’air dans de meilleures dispositions. Apparemment, jouer avec Ram et Gram lui a fait du bien. Peut-être même que ce genre de trucs pourrait palier bien plus efficacement à ses problèmes qu’un rendez-vous régulier avec une pédopsy… Kurt aurait tendance à trouver ça plus sain, mais il n’y connaît pas grand chose. Il va se renseigner auprès de Casey pour obtenir le numéro de téléphone de la meuf et le filer à Natalia, comme il s’y est engagé : point. La façon dont elle veut gérer ça ne le regarde pas davantage.

« Maman ? Je peux dessiner ? Les chiens, ils ont plus trop envie de jouer. »
Plus envie de jouer ? Ca n’est pas très étonnant de la part de Gram qui se fatigue vite et a toujours été un gros paresseux, mais c’est inhabituel chez Ramona. Elle a toujours un trop plein d’énergie à revendre… Mais Kurt ne s’appesantie pas beaucoup plus sur ses réflexion, son attention étant tout à coup reportée sur le gamin qui lui présente des excuses… Ça lui fait un peu drôle. En fait, ça termine de le mettre super mal à l’aise.
« T’inquiète » s’empresse-t-il de marmonner, espérant que Natalia ne va pas se lancer dans un discours sur l’importance d’apprendre les bonnes manières aux gosses. Il n’est pas contre mais bon, c’est pas comme si Eliott avait fait un caca nerveux. Il s’est pas jeté la tête la première dans les murs et n’a insulté personne… Mais la serveuse se contente d’approuver et de demander au Prospect s’il n’aurait pas de quoi occuper son garçon.
« J’même mieux qu’ça » répond-t-il, en leur faisant signe de le suivre dans le salon.
Il constate alors que Gram est retourné dans son panier et que sa partenaire de jeu, qui vient de fêter son second anniversaire, est vautrée sur le canapé. Elle lui jette un coup d’œil, agite furieusement sa queue, mais ne bouge pas. Bizarre… Mais une fois encore, Kurt ne s’arrête pas sur ce détail. Il se figure qu’Eliott l’a simplement plus fatiguée qu’il ne l’estimait possible.
Le coursier continue de boitiller jusqu’à atteindre une armoire vieillotte que sa mère lui a filé pendant son aménagement. Il l’ouvre doucement (c’est qu’une des portes ne tient plus très bien et il ne veut pas qu’elle sorte de ses gonds) et révèle toute une batterie de jeux pour enfants.
« J’ai récupéré tout c’qu’on avait à la baraque » se justifie-t-il auprès de Natalia, pendant qu’Eliott se rapproche pour regarder ce que contient le meuble à trésors… « J’ai cinq neveux et nièces. Bientôt six, alors… ‘fin voilà. Ils viennent parfois ici dormir comme la maison d’ma mère est trop p’tite pour coucher tout l’monde. »
Mais de ça aussi, Talia se fiche certainement.

Alors pour couper court, sans prendre en compte les envies du petit garçon qui ont possiblement évolué depuis qu’il a découvert la caverne d’Ali baba, il attrape une valisette de feutres, quelques feuilles et referme le tout. Se souvenant peut-être que son comportement lui a valu des remontrances de sa mère, le gamin ne bronche pas et accepte volontiers  de se contenter de feuilles et de crayons.
Il va s’installer sur le tapis autour de la table basse et Kurtis le suit. Il bouscule un peu sa chienne pour se faire de la place sur le canapé et mettre sa jambe un peu douloureuse au repos. C’est qu’il a oublié ses béquilles dans la cuisine… Natalia, elle, s’installe sur le seul fauteuil du salon, un peu à l’écart.
« T’vas faire quoi ? »
« J’ai pas encore décidé » lui répond le petit en haussant une épaule, tirant sur le capuchon de son feutre avec ses dents, avant de se lancer.
Machinalement, Kurtis attrape une feuille à son tour et se penche un peu pour dessiner pendant que Ram lui donne des petits coups de tête et se love dans son dos. C’est une de ses passions, depuis qu’il est tout gosse. Il a un bon coup de crayon. La plupart de ses tatouages sont d’ailleurs des réalisations à lui. Il laisse parfois carte blanche à Reese qui le connaît bien, mais la plupart du temps, il aime se débrouiller. D’ailleurs, il a lui-même réalisé tout le remplissage de sa jambe gauche.    
 


Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become





Dernière édition par Kurtis Hawkins le Sam 25 Fév - 15:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 489
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Ven 24 Fév - 23:05

Here are many wild animals


Δ Kurtis & Talia



« J’même mieux qu’ça »
Talia lui adresse un sourire et suit le prospect dans le salon en tendant la main à son fils qui vient la prendre, foncièrement plus guilleret que quelques dizaines de minutes plus tôt. Kurtis se déplace en se traînant un peu, ralenti par sa jambe morte qui ne le supporte plus vraiment et se dirige vers une vieille armoire de bois et laisse découvrir au petit garçon une tripotée de jeux de toute sorte. Eliott écarquille grand les yeux et regarde sa mère qui fait un O avec sa bouche et lui sourit. « Vas-y… » Le petit garçon lâche sa main et se rapproche du motard examinant avec attention le choix qui lui est proposé pour s’occuper un peu. Il lui explique pourquoi il est en possession d’autant de trucs destiné aux enfants et visiblement sa famille est encore plus grande que ce qu’elle avait pu imaginer de part les propos qu’il avait disséminés au milieu de leurs différentes conversations, elle s’amuse un peu du fait qu’il se sente obliger de se justifier de la sorte, ce n’est pas comme si elle s’était imaginée que c’était qu’un sale taré de pédophile ou qu’il avait des gosses cachés. Finalement, Kurtis attrape des feutres et du papier et le tend au petit garçon qui ne paraît, pas le moins du monde, désappointé, ca n’étonne guère sa mère, il passe son temps dernièrement sur ses dessins, si elle le laissait faire, il pourrait très certainement y passer des heures, ce qui en soit n’est pas un mal, non seulement, elle préfère de loin le voir faire quelque chose de créatif que de passer des heures devant une console et en prime ca lui laissait un peu de temps pour s’afférer à d’autres tâches sans forcément à avoir à la surveiller de près. « Ils doivent être ravie de venir chez leurs tonton Kurtis avec tout ca ! c’est une caverne d’ali baba que tu as là ! » Elle secoue la tête en souriant. Eliott et le KOS se dirigent vers le canapé et prennent place, l’un sur le sofa et l’autre sur le sol et le petit garçon ouvre la mallette trop content d’avoir un choix de couleur bien plus important qu’a la maison, ou la moitié de ses feutres avaient séchés parce qu’il avait la mauvaise manie de ne jamais les refermer. À son tour, elle les rejoint et s’installe dans le fauteuil adjacent et les observe un instant, totalement silencieuse.

« T’vas faire quoi ? »
« J’ai pas encore décidé » Eliott hausse les épaules et attrape un feutre noir qu’il décapuche avec les dents avant de se lancer d’un air très sérieux, au moins tout aussi sérieux que celui de Kurtis qui s’est lui-même lancé dans un projet artistique. Elle sourit, c’est un tableau plutôt attendrissant et finir par se lever pour repartir dans la cuisine finir de débarrasser ce qui reste sur la table et laver la vaisselle qu’elle a utilisée. Elle entend Kurtis lui dire de laisser, mais évidemment, elle n’en fait rien ! « T’en fais pas j’en ai pour deux minutes. » Elle s’affaire donc dans la cuisine l’esprit tranquille et des bribes de voix lui parvienne au travers de celui de l’eau qui coule dans l’évier. Visiblement, les deux sont en grande conversation. Lorsqu’elle termine, elle s’apprête à les rejoindre de nouveau lorsqu’elle reçoit un sms de son mari.

Hey !
Je finis plus tôt que prévu au garage, ca te va si je passe ce soir ?
On pourrait manger tous les trois ! Je cuisinerais…


La jeune femme se met à sourire bêtement et entreprend de répondre au motard.

Si tu cuisines alors tu peux venir ☺
Vers 19h ca te va ? on est pas encore rentrés à la maison !


Elle pose ensuite son téléphone sur la table et change de pièces, pour rejoindre les garçons qui continuent de discuter. « Nan, c’est un monstre comme quand je rêve des fois, il sont pas gentils parce qu’ils serrent fort fort fort les gens avec leurs mains, t’a vu ils ont des graaaandes griffes et après ils sont morts. » Le petit hausse les épaule et sa mère fronce les sourcils, s’approchant d’un peu plus près pour constater que le dessin qu’a fait son fils est horrifiant, une espèce de grand bonhomme avec d’énormes yeux noirs et vides et une bouche dans le même état. Il ne semble pour sa part pas vraiment s’en préoccuper et choisie un feutre rouge pour coller ce qui en tout logique ressemble à du sang sur une bonne partie du dessin. Natalia place une main devant sa bouche et jette un regard rond à Kurtis. « Hum Eliott ton dessin, il est un peu… » Elle n’a pas le temps de finir sa phrase qu’il enchaîne. « Il est pas fini maman après je vais dessiner Kurtis là, il tapote du doigt sur la partie encore blanche de la feuille situé juste à côté de son horrible monstre, puis il se tourne vers Kurtis, et même que le monstre, il a enlevé ta jambe avec ses griffes et il l’a mangé après et du coup, tu saignes. Il hausse les épaules de nouveau et change de feutre pour commencer à dessiner le prospect qui pour le coup regarde Natalia avec un air un peu stupéfait. « Eliott, mon coeur, elle pose la main sur son dessin pour qu’il lui accorde sa pleine attention. Ce n’est pas très gentil comme dessin, tu ne crois pas ? Pourquoi est-ce que tu veux que le monstre fasse du mal à Kurtis comme ca ? » L’enfant fronce les sourcils. « Mais c’est pas ma faute maman, c’est parce que c’est pour de vrai. » C’est à son tour de froncer les sourcils. « Bien sur que non mon coeur ce n’est pas vrai, tu vois bien que Kurtis va très bien et que sa jambe est toujours là ! » Il se retourne vers le motard comme si il voulait vérifier que ce que sa mère lui racontait avait du sens. « Alors pourquoi ta jambe, elle est morte et elle marche plus ? »


Petit Bonus:
 
© GASMASK

_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1024
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Sam 25 Fév - 15:48





here are many wild animals
# natalia
# kurtis

A peine s’est-il mis à dessiner qu’il voit Talia se relever. Il l’interroge du regard et elle le prévient qu’elle va terminer de mettre un peu d’ordre dans la cuisine et s’occuper de la vaisselle. Il fait mine de se relever mais elle le rassure sur le fait que ça ne lui prendra pas longtemps. Il n’a pas envie de paraître lourd en insistant et puis c’est sans doute mieux comme ça… Si elle reste dans le coin, elle va se faire chier (ce qui était sûrement déjà le cas : faut vraiment se faire chier pour vouloir faire du ménage) et finir par lui faire la conversation. Il n’a pas envie de prendre le risque de relancer un sujet de conversation qui l’amènera à lui déballer sa vie dans le détail deux ou trois fois. Kurt se sent suffisamment ridicule comme ça. Du coup, il renonce à l’empêcher de jouer les fées du logis. Et puis avec un peu de chance, elle mettra le nez dans ses affaires et lui rangera un peu ses placards… Bah quoi ?  
Peu à peu, Kurtis se laisse absorber par son dessin. Il sait bien qu’il ne va pas pouvoir se lâcher tout à fait et dessiner ce qui lui passe par la tête. Il y a un gamin assis à quelques pas de lui. Alors il a décidé de se lancer dans un portrait du gamin justement. Rien qu’une esquisse. Kurt sait qu’il lui faudrait un long moment pour parvenir à faire quelque chose de potable. Il lui faudrait surtout une image fixe du môme qui est certes concentré sur son dessin, mais change assez souvent de position, obligeant le Prospect à repartir souvent de zéro. Mais ça ne le dérange pas.
« J’avais jamais vu Ram aussi calme. Tu m’l’as épuisée » fait-il finalement remarqué au gamin, histoire de rompre le silence un peu monotone qui s’est installé dans le salon.
« Elle avait plus trop envie de jouer. Moi j’aimerai bien un chien qui joue tout le temps. »
« Si un jour t’as un chien, i’ sera p’t-être pas exactement comme tu as envie. C’comme les humains. On a tous une personnalité différente et faut faire avec. »
« C’est quoi la personnalité ? »
« C’est…hem… Ben la façon dont tu es. Si tu es gentil ou méchant, si t’aime bien…les pizzas ou plutôt le chocolat. ‘fin c’est ce qui fait qu’tu es toi et qu’y a personne d’aut’ comme toi. C’est c’qui nous rend différent les uns des autres quoi. ‘fin j’crois… »
« Ma maitresse elle dit que c’est bien d’être différent. Et aussi unique. »
Kurtis esquisse un sourire.
« Ouais. Moi aussi j’trouve ça bien. Ma maitresse à moi était pas trop d’accord avec c’t’idée par contre. »
« Ah bon ? Elle était pas très gentille comme personnalité alors. »
« Ouais, j’crois… »
« Moi je trouve que tu es gentil. J’aime bien quand on te voit avec maman et aussi quand tu viendais me chercher à l’école avant avec ta moto des fois. »
« Ouais, c’était cool » acquiesce Kurtis qui se souvient néanmoins très vite du savon que lui avait passé Natalia pour avoir fait grimper son fils sur un moto…
« Tu reviendras encore me chercher un jour ? »
« Peut-être. Si ton papa et ta maman sont d’accord. »
« Je demanderai alors si tu veux. »
« Deal. »
Là-dessus, il lève sa main pour qu’Eliott vienne la percuter de la sienne.

Ce n’est qu’à ce moment qu’il s’intéresse un peu plus au dessin d’Eliott. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est assez intriguant. Des dessins d’enfants, Kurt en a vu pas mal avec la tripoté de mômes dans sa famille. Généralement, ceux-ci sont assez colorés et plutôt simplistes. Un genre de gros smiley plutôt souriant pour la tête, des cheveux hérissés sur le crâne pour les hommes et pendouillant lamentablement pour les femmes, un second ovale, plus gros celui-ci pour le corps et des bras et jambes bâtons. Mais le dessin d’Eliott est différent. Il dégage quelque chose… Quelque chose d’un peu angoissant, mais que le Prospect trouve plutôt cool.
« C’est ton père ? » se risque-t-il finalement à demander, alors qu’Eliott se concentre à nouveau sur son œuvre.
« Nan, c’est un monstre comme quand je rêve des fois, il sont pas gentils parce qu’ils serrent fort fort fort les gens avec leurs mains, t’a vu ils ont des graaaandes griffes et après ils sont morts. »
Les sourcils de Kurtis se froncent. Mais avant qu’il n’ait pu poser une autre question à ce propos, Natalia revient vers eux. L’expression de son visage fait rapidement comprendre au coursier que, pour sa part, elle ne trouve pas ce dessin plutôt cool et intriguant… Elle essaie d’ailleurs de le faire remarquer à son fils qui l’empêche d’aller au bout de sa phrase pour lui annoncer qu’il n’a pas terminé et qu’il s’apprête à ajouter le propriétaire des lieux sur sa feuille. Mais avant que ce dernier ait le temps de se sentir flatté, Eliott ajoute qu’il compte le représenter avec une jambe arrachée…
OK, peut-être que ce n’est pas SI cool que ça en fin de compte. Kurtis tourne un regard un peu perplexe vers la serveuse qui décide de prendre les choses en main et de tenter de raisonner son garçon. Sauf que ce n’est pas très concluant. Ca devient même carrément flippant en fait.
« Alors pourquoi ta jambe, elle est morte et elle marche plus ? » l’interroge le garçon en se tournant vers lui, une note de défi dans la voix et le regard.
« Ben…elle est pas morte » se contente d’abord de répondre Kurt, haussant une épaule sans trop savoir quoi ajouter.
« Mais pourquoi alors elle marche plus bien ? »
« Parce que j’ai eu mal, c’est tout. Ca t’arrive jamais de t’faire mal ? »
« Si. »
« Bon, bah voilà, c’est tout. J’me suis fait mal. Mais ça ira mieux après et j’pourrai marcher comme avant. »
Du moins l’espère-t-il. Savannah l’a prévenu que ça pourrait ne pas être le cas et le toubib qui le suit de loin et est rattaché aux KOS a confirmé se diagnostic et lui a imposé plusieurs semaines de repos absolu et quelques autres de rééducation.
« Comment tu t’as fais mal ? »
« Ben… C’est… J’suis tombé. »
« Tout à l'heure, Maman a dit que tu avais retrouvé une balle dans ta jambe. »
Les deux adultes échangent un regard interloqué. Ils ne pensaient pas être écoutés un peu plus tôt. Ils auraient pourtant dû se douter que ça pourrait bien être le cas… Kurtis essaie de se rejouer le film de son échange avec Natalia et sent son sang affluer vers son visage. Il a parlé de la soirée d’Halloween, de la fille qui est morte dans les toilettes… Ila  aussi parlé de Samwell et de Petey… Putain, qu’est-ce que le gosse a entendu exactement ?
« C’est pas…hem… C’est des trucs de grands Eliott. Mais ma jambe va aller mieux. Là elle est un peu malade mais j’la soigne. Comme toi quand t’es malade. Tu prends des médocs et puis ça va mieux. »
« Parfois je sais que les gens sont malades et que après ils sont morts. J’espère que tu seras pas mort Kurtis » soupir le petit garçon en se penchant à nouveau sur son dessin. « Mais si tu es mort, je m’occuperai de tes chiens. D’accord maman ? »

 


Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: here are many wild animals    

Revenir en haut Aller en bas
 
here are many wild animals
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Baptême de Wild Cloud
» Sarah Wild
» 07. Girls running wild
» Minnesota Wild
» Le Wild soumet au ballotage...Roulement tambours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: West Side :: LOGEMENTS-
Sauter vers: