Partagez | 
 

 here are many wild animals

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar



crédits : @me
messages : 515
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Mar 28 Fév - 14:11

Here are many wild animals


Δ Kurtis & Talia



« Tout à l'heure, Maman a dit que tu avais retrouvé une balle dans ta jambe. »
Une suite de jurons silencieux s’enchaîne dans l’esprit de la jeune femme, il a entendu ca ? Puis la pensée suivante est encore pire. Est-ce qu’il a été le témoin discret de l’entièreté de la conversation qu’elle venait d’avoir avec le prospect ? Une courte vague de chaleur la traverse et elle espère vraiment que ce n’est pas le cas, sinon elle ne donne pas très cher de la suite des évènements, si cela n’empirait pas les problèmes de comportement de son petit garçon alors elle aurait bien de la chance. Kurtis doit probablement partager sa réflexion puisqu’il lui lance un regard interloqué, elle se sent dans l’instant comme la pire mère du monde et c’est un sentiment acide et douloureux qui la prend littéralement aux tripes. Le motard essaye de rassurer l’enfant comme il le peut en lui expliquant avec des mots relativement faciles à comprendre pour lui que sa jambe est simplement malade et en voie de guérison et qu’il n’y a pas là lieu de s’inquiéter outre mesure. Natalia appuie les propos de son comparse par un sourire réconfortant et encourageant qu’elle adresse à son fils. L’enfant semble s’en contenter et explique à Kurtis qu’il espère qu’il ne passera pas l’arme à gauche, non sans préciser pour la forme que si c’était le cas, il s’occuperait de ses chiens. Il ne perdait visiblement pas le nord dans le contexte particulier de cet échange.

« Kurtis va très bien mon cœur, il ne va pas mourir de toute façon. »
Le petit garçon ne lève pas les yeux de son dessin sur lequel il s’applique malgré l’horreur de ce qu’il couche sur le papier. « Oui, mais quand même, les chiens, ils peuvent pas rester tout seuls. » Elle ne relève pas vraiment, elle connaît suffisamment le petit pour savoir que cela pourrait durer très longtemps. À dire vrai, la seule question qui la travaille vraiment, c’est de savoir exactement ce qu’il a entendu et elle a foncièrement peur de la réponse. « Eliott mon trésor dit moi, tu as entendu quoi d’autres quand maman et Kurtis parlait ? » Il hausse les épaules et semble parfaitement concentré sur le visage du propriétaire des lieux qu’il fait grossièrement apparaître sur sa feuille. « Humm que papa des fois, il se blesse depuis très longtemps que t’es mariée avec lui, même si moi je trouve pas trop que ca fait longtemps maman et aussi que Kurtis, il a été dans des toilettes pour l’halloween. Il se retourne vers le KOS et fronce ses sourcils. C’est pas très rigolo de faire ca, pourquoi t’as pas été chercher des bonbons ? avec maman et papa, on en a eu plein et ptet que l’année prochaine, tu peux viendre avec nous. »

« Venir ! pas viendre. » L’enfant fait une petite grimace avant de reprendre. « venir avec nous, c’est trop marrant, et même que moi, j’étais un dinosaure. » Un large sourire s’affiche sur son visage. Il se retourne ensuite vers sa maman. « et après Kurtis, il a dit que la dame avait pas tiré la chasse dans les toilettes et c’est sale et après j’ai fait la course avec Gram et j’ai presque gagné. » Une vague de soulagement envahit la serveuse, qui comprend que le pire à été évité, elle respire plus librement tout à coup et se sent nettement plus légère.

Elle passe une main dans les cheveux d’Eliott et les lui ébouriffe rapidement. « Tu sais que tu ne dois pas écouter les conversations des adultes hein ! Tu y penseras la prochaine fois ! » Elle n’a pas vraiment la foi de le réprimander, il n’a en soit pas entendu le plus gros de la conversation et c’est ce qui importe. « J’ai une idée ! Et si tu dessinais Halloween pour montrer à Kurtis comment on était costumé ? » Oui parce que ce serait en soi bien moins glauque que l’horreur posée sur la table. « Ouaiiiii » Il pousse le dessin actuel un peu plus loin sur la petite table. « Je finirais celui la après. » Ouai ou pas hein ! Ce n’est qu’a cet instant que Natalia aperçoit le dessin du prospect qui est une esquisse de portrait, celui d’Eliott…elle est un peu surprise, ignorant jusqu’ici les talents cachés du jeune homme. Elle donne un petit coup de tête en direction du dessin et détourne son regard vers celui de l’intéressé. « Je ne savais pas que tu dessinais, c’est de l’excellent travail. Tu nous caches tes talents Hawkins ! » Elle lui adresse un sourire, essayant désormais de détendre un peu l’atmosphère, ne pouvant tout de même s’empêcher de penser que sa visite chez lui ne laisserait au brun pas grand chose d’autre qu’un goût amer et une motivation toute nouvelle à ne pas la laisser remettre les pieds chez lui avant un moment. « Ca te dit qu’on aille s’en griller une dans la cuisine ? » ouai parce qu’elle n’aimait pas vraiment fumer devant ou en présence de son enfant et puis elle voulait quand même s’excuser auprès de Kurtis sans les oreilles attentives du gamin. Le prospect acquiesça d’un signe et elle se remit debout, lissant machinalement de ses mains son jean qui n’en avait guère besoin. « Tu restes là mon coeur et tu nous fait un beau dessin. » Elle se pencha pour coller un baiser sur le dessus de sa tête tandis que l’estropié essaye de se relever tant bien que mal du canapé sans l’aide précieuse de ses béquilles. « T’as besoin d’un coup de main ? »
© GASMASK

_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1085
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Mer 8 Mar - 18:14





here are many wild animals
# natalia
# kurtis

Il en vient à regretter d’avoir ouvert la porte à Talia et son môme. Tout cet échange le met très mal à l’aise… Il s’attend à chaque instant à ce que la serveuse le fusille du regard te l’accuse d’avoir détraqué son môme. Va-t-elle lui reprocher de ne pas s’être montré assez discret un peu plus tôt, lorsqu’il a abordé le sujet de la balle qu’il a reçu ? Si James était là, le Prospect ne doute pas une seconde qu’il le tiendrait pour personnellement responsable de tout ça… Préférant jouer la carte de la prudence, le jeune homme décide de fermer sa gueule à partir de maintenant et de laisser la mère d’Eliott gérer tout ça. Il ne veut pas aggraver les choses en n’employant pas les bons mots, en manquant de tact. Kurt se contente donc d’écouter la mère et son fils qui se renvoient la balle.
Il ne se mouille pas lorsque le gamin lui propose de participer à la chasse aux bonbons familiale l’année prochaine et fait mine d’être absorbé par la contemplation de sa chienne, vautrée près de lui. Il lui gratouille distraitement la tête alors qu’elle lui donne quelques coups de langue affectueux sur la main puis cherche à venir se coucher sur lui…  
« J’ai une idée ! Et si tu dessinais Halloween pour montrer à Kurtis comment on était costumé ? » propose Natalia, cette idée semblant emballer le gamin qui s’empresse de mettre son autre dessin de côté pour se mettre à l’œuvre.
Kurtis continue de cajoler Ram, toujours très peu à l’aise. Il en a oublié ce qu’il était lui-même en train de dessiner, jusqu’à ce que la serveuse le lui rappel en complimentant son travail. Comme souvent, Kurtis se contente d’hausser une épaule. Natalia n’insiste pas tellement et lui propose plutôt d’aller s’en griller une.
Une clope lui ferait pas de mal mais tout le reste…sans doute que oui. Il a mal à la jambe et aucune envie de marcher jusqu’à la cuisine. Cuisine dans laquelle il a bêtement oublié sa béquille tout à l’heure. Mais le pire, c’est de savoir qu’il va "courir" à sa perte. Pas besoin d’avoir fait Sciences Po’ pour savoir que la véritable intention de Nat est de parler avec lui de l’incident qui vient d’avoir lieu. Elle l’attire dans un odieux piège. Elle prévoit certainement de lui passer un savon, loin des oreilles innocentes de son môme.
Putain d’merde… Se retient-il de laisser échapper pendant qu’elle demande justement à Eliott de ne pas les suivre…

« T’as besoin d’un coup de main ? »
« Non. Je gère » soupir le grand brun, la mort dans l’âme. En langage Kurtis bien sûr, "je gère" signifie qu’en réalité, il en maitrise rien du tout.
Mais il prend sur lui et écarte Ram pour pouvoir se relever en une seule fois. Ca lui fait mal mais il ne veut pas paraître faible. Il sait ce qui l’attend et il va affronter les remontrances de la mère de famille sans broncher, comme un homme. Même s’il trouve tout ça un peu injuste.
Le Prospect se redresse donc et se dirige sans l’aide de Natalia vers sa cuisine, sautillant plus qu’il ne marche, s’appuyant au mobilier et aux murs dès qu’il le peut pour ne pas risquer de chuter stupidement. Ram lui emboite le pas alors que Gram se contente de suivre sa progression maladroite depuis son panier.
Une fois dans la cuisine, Kurtis va s’installer sur l’un des tabourets du comptoir central, affichant un air digne. Il est prêt à recevoir sa raclée. Mais pas sans véritablement se prendre une clope. Ca lui fait trop envie.
« Vas-y, dis-moi c’que t’as à dire » l’encourage-t-il en faisant glisser la flamme sur l’embout de sa clope.  


Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 515
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Mer 29 Mar - 12:14

Here are many wild animals


Δ Kurtis & Talia




Kurtis accepte de la suivre sans rechigner, mais met un certain temps à se redresser, elle esquisse machinalement un geste vers lui pour l’aider, mais s’en retient à la dernière seconde, repensant à la façon qu’il avait eu de lui dire qu’il pouvait gérer ca tout seul, elle n’avait pas pour intention de le vexer en l’assistant un peu trop. Elle arrive dans la cuisine en premier et attrape son portable qu’elle avait laissé traîner sur la table et jette un coup d’œil sur l’écran qui affiche un nouveau message sans doute James en réponse à celui qu’elle lui avait envoyé quelques minutes plus tôt.
Bingo.

Deal ca me va!
Ah ouai ?! Vous faites quoi de beau ?


Elle referme le message sans y répondre, elle le ferait tout à l’heure, pour l’instant, elle se contente de sortir son paquet de cigarettes de son sac et d’en porter une à ses lèvres. Pendant ce même temps, Kurtis s’est quant à lui installer sur un tabouret : « Vas-y, dis-moi c’que t’as à dire » Elle écarquille les yeux, puis fronce les sourcils avec automatisme. Voilà qui sonnait plutôt très accusateur comme invitation et elle en s’en étonne, est-ce que Kurtis imagine qu’elle lui a proposé de passer dans la pièce d’à côté pour le fustiger ? Visiblement oui, mais pourquoi ? Ca c’est une autre question. Elle allume à son tour sa cigarette et tire une latte sur cette dernière avant de laisser échapper un nuage de fumée puis finalement une réponse. « Ce que j’ai à te dire ? Tu crois que j’ai l’intention de te pourrir ou quoi ? Sa question est légitime et laisse transparaitre toute la surprise que cette idée engendre chez elle. Nan parce que ce que je voulais te dire c’est plutôt que je suis désolé pour Eliott, comme je te disait en ce moment c’est pas trop ca…mais je pensais pas qu’il agirait comme ca quand j’ai proposé de passer…au contraire, bref ! On t’a probablement déjà suffisamment dérangé, alors on va pas tarder à filer, je dois visiblement jouer les psychologues de fortune sur le chemin du retour et je vais t’épargner ce grand moment de bonheur ! »

La Serbe secoue la tête à la négative avant d’adresser un sourire amusé au motard. « Moi qui voulais venir te distraire un peu, je crois que la mission est accomplie même si c’était pas vraiment ce que j’avais prévu de base…la prochaine fois t’aura le droit de trouver une excuse pour refuser poliment que je passe ! Je m’en formaliserais pas ! » Elle laisse échapper un gloussement avant de porter de nouveau sa cigarette à ses lèvres. « J’espère pour toi que t’en auras pas pour trop longtemps avec ta jambe en tout cas ! »

Le temps que Kurtis prenne à son tour le temps de répondre à la jeune femme, quelques coups sont frappés à la porte d’entrée et de là où ils sont, ils peuvent entendre les chiens s’activer. À en croire l’air surpris du prospect, il n’attendait personne. « Tu veux que j’aille ouvrir ? » lui propose-t-elle en jetant un coup d’œil à sa jambe, le pauvre à certainement du se déplacer plus qu’a l’accoutumé de par sa présence cette après-midi alors c’est bien le moins qu’elle puisse faire. La serveuse attend donc réponse avant d’éventuellement bouger pour ouvrir au KOS qui s’impatiente déjà de ne pas voir son poulain venir lui ouvrir la porte plus vite que ca, mais bon Madmax n’est pas connu pour faire preuve d’une patience légendaire bien au contraire.
© GASMASK

_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1085
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Ven 7 Avr - 17:25





here are many wild animals
# natalia
# kurtis

Il la voit écarquiller les yeux d’incompréhension et puis froncer les sourcils. Est-ce qu’il aurait mal compris ? Est-ce qu’elle n’est pas sur le point de l’engueuler parce qu’il a manqué de discrétion tout à l’heure ? Parce qu’à cause de lui, le gamin s’est mis à faire des trucs louches ? Ça ne serait pas la première fois que le Prospect passerait à côté de signaux… C’est presque devenu une spécialité. Le talent de toujours être à côté de la plaque. Les secondes s’écoulent et, au lieu de lui répondre, Natalia prend à son tour le temps de s’allumer une cigarette, rendant le suspense presque intenable. Kurtis ne sait plus trop à quoi s’attendre et il déteste ça. Finalement, la mère d’Eliott prend la parole et vide son sac.
La serveuse y va franco, lui demandant s’il pensait qu’elle allait lui passer un savon. Alors qu’elle tire sur sa clope, il lui répond par un haussement d’épaule incertain. Il ne préfère pas se mouiller. M’enfin au ton qu’elle emploie, il devine que ça n’était pas du tout son intention. Ça le soulage un peu.
« Nan parce que ce que je voulais te dire c’est plutôt que je suis désolé pour Eliott, comme je te disait en ce moment c’est pas trop ca…mais je pensais pas qu’il agirait comme ca quand j’ai proposé de passer… »
C’est au tour de Kurt de froncer les sourcils. Il ne comprend pas trop pourquoi elle devrait s’excuser… Il ne va pas la faire chier avec ça, ne va pas tenter de discuter et de la rassurer sur ce point. D’expérience, il sait qu’il ne faut pas contrarier une mère et que, quand Natalia a une idée en tête, il est difficile de l’en déloger. Alors il laisse courir.
N’empêche, ça le fait chier qu’elle se sente mal à cause de ça et envisage de mettre les voiles. C’est vrai qu’elle est arrivée un peu comme un cheveu sur la soupe, mais ça le dérange pas tant que ça… Ça lui fait un peu de compagnie au moins.  
Natalia continue d’en rajouter des couches, lui expliquant qu’elle venait le distraire et qu’il aura droit de mettre son véto la prochaine fois qu’elle voudra passer aux vues de la manière dont les choses se sont déroulées.
« J’espère pour toi que t’en auras pas pour trop longtemps avec ta jambe en tout cas ! »

« On verra pour ça. Le Doc dit qu’ça devrait aller et qu’j’pourrais la récupérer comme avant si j’force pas trop. M’enfin j’suis coursier vélo et les gars veulent pas qu’j’lâche ce taf parce que ça leur rend service donc j’vais pas avoir trop l’choix que d’forcer… »
Réalisant qu’il est en train de se plaindre du club et qu’il ne devrait pas, Kurtis préfère s’arrêter là et enchainer.
« ‘fin bref, ça ira. Je gère » se répète-t-il en haussant à nouveau les épaules, avant de revenir sur le sujet de la visite surprise de Talia et son fils. « Et t’en fais pas pour Eli. C’t’ un chouette gamin qu’a vécu de sales trucs. Mais ça va aller mieux pour lui. Pour toi aussi » se permet-il d’ajouter avec assurance. « Et vous êtes les bienvenus quand vous voulez. »
Il ne va pas plus loin. Pas besoin de sombrer dans le sentimentalisme. Il aime bien Eliott, il aime bien Natalia et elle doit le savoir. De toute manière, ils sont interrompus dans leur échange par quelques coups secs frappés à la porte d’entrée. Kurtis entend les griffes de ses molosses cliqueter sur le carrelage et il devine qu’ils sont déjà en train de s’approcher de l’entrée pour aller accueillir le nouveau venu comme il le méritera. Soit en montrant les crocs, soit d’une manière bien plus affectueux. Ils ont le nez pour repérer les connards…
« Tu veux que j’aille ouvrir ? » lui demande Natalia, constatant qu’il n’a pas encore esquissé le moindre mouvement pour aller ouvrir. Il s’est contenté de se creuser la cervelle pour essayer de savoir s’il était supposé recevoir quelqu’un aujourd’hui… Tout en espérant qu’il ne s’agisse pas de sa mère ou de sa sœur.
Elles ne savent toujours pas ce qui lui est arrivé et Kurtis préfère que les choses restent comme ça. Sa mère paniquerait et sa sœur pèterait les plombs si elles venaient à savoir qu’il a reçu une balle… Et le leur a caché des jours durant.

« C’est qui ? » s’élève la voix du gamin, attablé dans le salon.
« C’est bon, j’y vais » soupire Kurt en se relevant, gardant sa clope au bec. Il chope ses béquilles qui l’attendaient sagement dans la cuisine et se dirige dans l’entrée, Natalia malgré tout sur ses talons. Par curiosité ou parce qu’elle veut rejoindre Eliott ?
Kurtis se fraye un passage entre ses deux chiens et jette un œil sur le judas. Il ravale un juron en constatant que c’est MadMax qui se trouve sur le pas de sa porte. Pas que voir son mentor le fait chier (même si un peu parce qu’il se doute qu’il n’est pas là simplement pour prendre de ses nouvelles… ce serait une première) mais il se demande ce qu’il va penser de la présence de la famille d’un autre KOS dans son salon. Kurtis est presque tenté de leur proposer de sortir par derrière. Mais ce serait trop bizarre…
Alors il se résigne à ouvrir. Et comme toujours, ses deux chiens font la fête à Max sitôt que la porte s’ouvre, Gram avec bien plus de mesure que Ram qui saute comme un cabri pour essayer d’atteindre le visage du motard et le gratifier de quelques coups de langue. Pour sa part, il se contente d'écouter les gentillesses que Max a à lui déballer sur sa rapidité à lui ouvrir, avant de s'écarter tant bien que mal pour le laisser pénétrer chez lui. S'il fait mine de vouloir le maintenir dehors, le motard se posera sans doute des questions.  



Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become





Dernière édition par Kurtis Hawkins le Dim 16 Avr - 11:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 515
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Dim 9 Avr - 23:30

Here are many wild animals


Δ Kurtis & Talia




Elle en avait presque oublié que Kurtis n’était pas juste prospect de métier, mais avait un véritable boulot et pas des plus facile qui plus est. Il était facile d’oublier ce genre de détail, elle ne voyait plus vraiment le motard depuis que son mari avait quitté les quatre murs de sa cellule et que Kurtis avait donc par la même, arrêté de la surveiller constamment. Le pauvre ne devait plus faire grand chose ces derniers temps que de rester dans cette maison à traîner…elle s’apercevait qu’elle ne savait pas grand chose de lui au final, elle ne l’avait jamais vraiment vu en dehors du club (ce qui serait de toute façon considéré comme hautement inapproprié par la plupart des membres, son mari le premier) et leurs conversations restaient habituellement très basiques et impersonnelles à quelques exceptions près. Le KOS continue de parler, essayant visiblement de la rassurer concernant les agissements étranges de son fils, elle apprécie le geste même s'il n’est pas suffisant pour la convaincre, elle sait que ca ne tourne pas rond chez Eliott, elle voit le changement qui s’est opéré sur sa façon de voir le monde qui l’entoure et c’est une constatation qui l’effraie plus qu’elle ne saurait le dire. « Tu ne vas pas reprendre pour le moment si ? Parce que je suis désolé de te dire ca mais tu va pas aller bien loin dans ton état…je sais que tenir tête aux gars c’est pas vraiment envisageable, mais il doit bien avoir quelque chose à faire. Elle lui adressa un sourire amical. T’as de la ressource, je suis sûre que tu trouveras une solution ! » Elle tira une latte de sa cigarette et tapota d’un geste sec le filtre pour faire tomber dans l’évier les cendres qui menaçaient de souiller le sol de la cuisine quelques secondes auparavant. Son regard reporté sur le prospect, elle se contente de hausser les épaules avant de sourire « Merci Kurtis. » Elle se racle a gorge, ne sachant pas vraiment quoi répondre à ce genre de chose, il faut dire que lui qui d’habitude n’était pas très loquace, ne l’avait pas tant préparer à ce genre de discours aussi agréable soit-il. Quelques coups frappés à la porte interrompirent de toute façon leur échange et la jeune maman s’empressa de proposer à son hôte d’aller ouvrir pour lui éviter de se déplacer…

« C’est qui ? »
La voix fluette d’Eliott se fit entendre et poussa Kurtis à se déplacer pour accueillir son visiteur mystère et Natalia lui emboîta le pas pour rejoindre son petit garçon, il était sûrement temps pour eux de rentrer chez eux, d’autant que James devait maintenant les y rejoindre dans quelques heures. La serveuse n’eut pas vraiment besoin de se retourner pour reconnaître la voix de MadMax dans son dos…il ne manquait plus que ca !

« Heureusement que je suis pas pressé ! Un peu plus et j’aurai pu penser que t’avait pas envie de me voir ce qui serait complétement impensable hein Muriel ! » Max vient donner un coup sur l’épaule du prospect qui finalement s’écarte pour le laisser rentrer et le motard se fraye un chemin au milieu des cleps qui lui sautent joyeusement dessus. « Tes chiens sont plus accueillant qu’toi tu le sais ? » le barbu s’avance, mais s’arrête bien vite lorsqu’il aperçoit la femme de James et son gamin assis sur le canapé de l’éclopé. « Maaax!! regarde maman, c’est Max ! » Natalia adresse un sourire un peu gêné au frangin de son mari et l’accompagne d’un signe de la main. « Hey ! » se contente-t-elle de lui balancer, tandis que le petit s’est déjà levé pour aller à la rencontre du motard.

« Et bien, et bien ! Tu fais une petite fête et tu m’invites pas ? » Max se retourne vers Kurtis et lui jette un regard noir, autant dire qu’il n’apprécie pas du tout de voir Natalia ici sans James, oui parce qu’il sait très bien que ce dernier est prestement au club et donc pas ici. « James est dans le coin ? » Cette fois-ci, c’est Natalia qu’il regarde de façon beaucoup moins outrancières cela va sans dire. La serveuse se lève à son tour et lisse son jean machinalement. « Non, il est au club, on s’est arrêté en passant pour voir si Kurtis allait bien. » Elle croise les bras sur sa poitrine et toise un peu le KOS, pas vraiment impressionné par le jugement qu’elle décèle dans son regard. « On est venu voir les chiens de Kurtis ! ils sont troooop coooool » ajoute Eliott en montrant du doigts les deux molosses. « Toi aussi, t’es venu pour jouer ? »

Max ne peut retenir un sourire, le môme de James lui fait perdre son sérieux une minute, il s’accroupit devant lui et lui passe une main dans les cheveux qu’il ébouriffe légèrement. « Non, je suis venu discuter avec Kurtis. Petit regard parlant vers le prospect puis il se relève. Mais j’avais pas réalisé que je risquais de déranger un petit interlude privé. » Ok ca commence à sentir le roussit, Natalia sent que c’est clairement le moment de partir, mais elle hésite à laisser le prospect affronter les foudres de son mentor pour une visite qui est, on ne peut plus, innocente. Elle préfère cependant pour l’instant se taire, laissant le champ libre à Kurtis de s’exprimer.
© GASMASK

_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1085
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Dim 16 Avr - 11:43





here are many wild animals
# natalia
# kurtis

Kurtis garde la bouche fermée, réfléchissant à ce qu’il va bien pouvoir trouver comme excuse à la présence de la femme et le fils de James chez lui. C’est pas sa faute à lui s’ils sont là, mais c’est à lui que Max va demander des comptes et sûrement pas à Natalia. Kurt est prêt à parier sa chemise là-dessus… Ça le fait doublement chier parce qu’ils ne font vraiment rien de mal. Bon, il n’ira pas jusqu’à dire que ses intentions vis-à-vis de la serveuse sont parfaitement pures parce que c’est faux. Il la trouve jolie, gentille et il a déjà tâché ses draps plus d’une fois en pensant à elle la nuit… N’empêche qu’il ne tentera jamais rien. Et pas seulement parce qu’il sait qu’il n’intéresse pas Natalia le moins du monde, mais parce qu’elle est mariée à James. Elle est intouchable.
Bref, il cogite. Et comme ce n’est pas sa spécialité, ça lui demande du temps et des efforts. Du coup, Max a eu le temps de rentrer dans la maison, gratifier ses clébards de quelques caresses avant de les écarter un peu de son chemin et d’être salué par Eliott et Natalia. Elle n’a pas l’air mal à l’aise, contrairement à lui et peut-être que ça va aider un peu. Ils n’ont rien à se reprocher l’un comme l’autre, mais lui au moins en donne sans doute l’impression. Bon, OK, le simple fait qu’elle soit chez lui est un problème en réalité et il a donc quelque chose à se reprocher… Mais qu’est-ce qu’il était supposé faire ? Lui interdire l’entrée dans sa baraque ? La tenir sur le seuil avec son môme ? Ne pas aller lui ouvrir ?
…Ouais. Sans doute qu’il aurait mieux fait de faire ça. Il s’en rend compte maintenant, mais c’est trop tard. Comme toujours, il a manqué de jugeote.
« Et bien, et bien ! Tu fais une petite fête et tu m’invites pas ? » ironise MadMax, son regard coléreux et accusateur braqué un instant dans sa direction. Kurt ne répond rien. Il ne veut pas tendre le moindre bâton pour se faire battre et, puisqu’il n’est toujours pas parvenu à établir une stratégie : mieux vaut pour lui qu’il évite de se mettre davantage dans la merde. De toute façon il n’a pas d’excuse et il n’existe pas de bonne réponse à cette question… « James est dans le coin ? »
La suivante est tout aussi déplaisante. Et c’est Natalia qui se charge d’y répondre, croisant les bras sur sa poitrine et défiant le mentor de Kurt du regard. Mauvaise idée, se dit-il. Pas pour elle. Elle, dans cinq minutes, elle aura mis les voiles à n’en pas douter. Mais lui, il va devoir faire face à Max et ce genre d’attitude ne va certainement pas aider sa cause. Si elle le provoque, si elle l’agace, c’est sur lui que ça va retomber…

Heureusement, Eliott s’en mêle et semble détendre un peu l’atmosphère. Ca ne fera pas oublier tout l’incident au gérant du Crashdown mais ça aide quand même un peu. A ce stade, Kurtis est prêt à accepter n’importe quel coup de main. Même celui d’un gosse de cinq ans qui souffre de stress post-traumatique et veut le tuer sur ses dessins…
« Non, je suis venu discuter avec Kurtis. Mais j’avais pas réalisé que je risquais de déranger un petit interlude privé. »
Bon, apparemment, ça n’a pas tant aidé que ça. Cette fois, Kurtis ne peut plus se contenter d’être simple spectateur de sa mise à mort. Alors il s’approche un peu avec ses béquille, gratifiant Ram de quelques gratouille alors qu’elle vient chercher auprès de lui l’affection qu’elle n’a pas obtenue de Max.
« Tu déranges rien » répond-t-il laconiquement. « J’avais promis au gosse qu’il pourrait v’nir voir les chiens y a des mois d’ça. Maintenant c’fait. »
Il espère que Max relèvera bien ce détail à propos du temps écoulé entre la promesse faite et sa réalisation. Kurt espère qu’il comprendra que cette fameuse promesse a été faite avant la sortie de prison de James, à l’époque om il était en droit de fréquenter sa femme et son môme, puisqu’il était chargé de leur protection. Sur ordre de Max justement…
« I' voulait dessiner alors Natalia attendait qu'il ait terminé pour partir » ajoute le jeune homme en se déplaçant à l’aide de ses béquille sur son canapé, pour se laisser tomber dessus et soulager un peu sa cuisse qui commence à sérieusement le lancer.
« Tu veux voir mes dessins ? Au début j’ai fait les monstres des rêves qui voulaient tuer Kurtis mais après maman m’a plutôt dit de faire Halloween pour montrer nos costumes à Kurtis. Parce que lui il a pas été faire la chasse aux bonbons et tout ça » fait remarquer le petit en haussant les épaules, paumes tournées vers le plafond. Après ça, il se retourne pour attraper son dessin sur la table et venir le montrer à MadMax, toujours accroupit près de lui. « Là c’est moi ! J’suis un dinosaure. Billy il était aussi un dinosaure mais c’est pas vrai que son costume était plus effrayant que mon mien. Et là c’est papa ! Il était James Bond. Je sais pas trop bien c’est qui mais bon il était content et maman aussi alors voilà » commente encore le gamin en essayant de monopoliser l’attention de Max, ce qui convenait très bien à Natalia et Kurtis… « J’ai eu méga beaucoup de bonbons et j’ai pu en manger plein avec ma Martha ! C’était ma baby-sitter que j’connaissais pas. Mais maintenant je la connais. Elle m’a laissé manger plein de bonbons pendant que papa et maman faisaient leur chasse des bonbons pour les adultes. Moi je pouvais pas y aller parce que je suis encore trop petit ! Mais demain, quand je serai grand alors je pourrai y aller aussi. »


Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Avatar and gifs @me
messages : 593
quartier : Dans une maison du West Side qu'il a retapé
physique : Des cicatrices ici et là, vestiges des longues années qu'il a passer au sein des KOS et avant ça en foyer. Des tatouages qu'il a arrêter de compter et aux représentations diverses.

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Lun 17 Avr - 15:53

Here are many wild animals


Δ Kurtis & Max & Talia




Je ne fais pas vraiment d’effort pour prendre en compte ce que me dit mon prospect en réalité tout ce que je vois, c’est que la femme de James est dans le salon de Kurtis sans son mari et ca ne me plaît pas beaucoup, certes la présence du gamin calme un peu la danse et fait probablement taire pas mal de mes suppositions, toujours est-il que je trouve ca déplacé et à la limite des règles établies par le club, qui n’interdisent certes pas ce genre de choses, mais c’est un putain de prospect et il a plutôt intérêt à ne pas se mettre des patchés à dos, encore moins James qui ne l’aime déjà pas beaucoup et qui n’apprécierait que très moyennement et c’est là un euphémisme que sa femme traîne dans le salon d’Hawkins plutôt que dans le sien. Je jette un regard franchement peu intéressé à l’éclopé lorsque ce dernier termine ses jérémiades, je ne lui réponds pas, n’en prend pas vraiment la peine estimant que ce coup d’œil est amplement suffisant à transmettre ma réponse et je connais suffisamment Natalia pour savoir qu’elle se permettrait sans mal de venir foutre son putain de grain de sel si jamais je lâchais le fond de ma pensée et qui plus est loin de moi l’idée de taper scandale devant le gamin. Gamin qui d’ailleurs semble être le seul à sourire à ma présence, il est d’ailleurs peut-être un chouia trop enjoué et tente d’accaparer mon entière attention. Bon, j’ai rien contre les enfants, à dire vrai, je les aime même bien et puis la bouille d’Eliott ne me laisse pas vraiment d’autres choix, sur bien des aspects ce petit ressemble à son père et force est de croire qu’il risquait fortement de donner du fil à retordre à son paternel d’ici quelques années.

« Tu veux voir mes dessins ? » J’ai pas vraiment le temps de répondre que le gamin part dans un laïus interminable sur ce qu’il a fait, puis ce que sa mère lui a suggéré de faire et quelque chose sur des monstres qui voulaient tuer Kurtis ? Okayyyy c’est pas genre super bizarre comme idée pour un gamin de cet âge, je jette un regard un peu confus à Natalia qui pousse un soupir et lève les yeux au ciel en secouant la tête, bon visiblement c’est pas moi qui comprends rien aux chiards. Le petit se dirige vers la table basse du salon et vient se placer à côté de Kurtis qui s’est affalé sur le divan, Natalia, quant à elle, ne bouge pas, il revient en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire pour m’expliquer tout ce qu’il a dessiné avec le plus de détails possible et bien évidemment aucun des deux autres adultes présents dans la pièce ne chercher à dévier son attention. Je fais donc mine de m’intéresser un tant soit peu à ses explications et hoche la tête à cadence régulière, un sourire débile collé sur ma tronche. « Elle m’a laissé manger plein de bonbons pendant que papa et maman faisaient leur chasse des bonbons pour les adultes. Moi je pouvais pas y aller parce que je suis encore trop petit ! Mais demain, quand je serai grand alors je pourrai y aller aussi. » Je ne peux retenir une expression passablement ironique, si il savait que papa était toujours, non pas à la chasse aux bonbons, mais à ceux qui les avaient généreusement distribués ce soir-là. « Effectivement, ce sont de chouettes costumes mon grand ! » Je passe une main affectueuse dans sa chevelure blonde avant de me redresser de toute ma hauteur « et oui va falloir attendre d’être un peu plus grand pour pouvoir allez aux mêmes fêtes que papa et maman. » Mon regard tombe dans celui de la mère du gamin et je lui laisse le loisir d’interpréter à sa guise le sourire en coin qui barre mes lèvres.

« Eliott ! Allez mon cœur, on va y aller. » Le petit se retourne vers sa mère et fronce les sourcils. « Naaan j’ai pas fini de dessiner maman. » Elle n’en a visiblement pas grand chose à faire et est plus que pressé de mettre les voiles, ptêt que finalement, je dérange ! Oops ! Bien dommage ! « Tu n’as cas emporter ce que tu as commencé et tu pourras les finir à la maison et les montrer à papa tout à l’heure comme ca ! »

« Ouaiiiiiii » La posture du gamin change presque immédiatement à la mention de son père et il ne rechigne soudainement plus à partir, il me prend le dessin des mains avec un petit sourire et sautille gaiement pour récupérer l’autre. « Celui-là, tu veux le garder Kurtis ? » Il lui tend un autre dessin qui de loin ressemble plus à un vague gribouillis incolore si ce n’est pour le rouge qui le barde de part et d’autre. « Je pense que tu devrais l’emporter aussi celui-là ! » La tête de Natalia s’agite de gauche à droite tandis que son attention est désormais portée sur le prospect qui s’adresse en suite au blondinet. « Merci pour l’accueil Kurt’ et ménage toi okay ! Elle me jette un regard réprobateur dans la foulée et je retiens un franc éclat de rire, se ménager ca il sait faire ce petit con ! Te bouge pas, on trouvera le chemin. » Elle lui adresse un sourire et fait un petit détour par la cuisine pour récupérer ses affaires et revient près de son fils. « Max ! » Moi je n’ai pas vraiment le droit à un sourire, simplement à un hochement de tête, avant que le gamin me fasse un petit signe de la main et que les deux quittent finalement l’appartement. À nous deux mon petit !

« Alors tu pleures dans les jupons de nana qui sont pas les tiennes Joséphine ! Je me rapproche du prospect et viens m’asseoir dans le canapé à côté de lui. T’as besoin qu’on te rappelle les règles ? non parce que sinon je passe un coup de fil à James, il se fera un plaisir de te faire une piqûre de rappel ! » Je sors mon portable de ma poche et commence à en fouiller le répertoire, bien évidemment, je ne compte pas véritablement le faire, c’est juste trop facile de le faire changer de couleur en moins de deux secondes top chrono alors pourquoi s’en priver ? à moins que ce petit con ne dise rien et dans ce cas il se démerdra avec Manning. « C’est ta jambe qu’a morflé pas ta petite tête à ce qu’il me semble non ? Je prends un air exagérément réfléchi T’as rien à foutre autour de sa femme depuis des mois alors qu’est ce qu’elle foutait dans ton salon ? T’as besoin de réconfort ? c’est ca ? » Une petite moue moqueuse de gamin de cinq ans et ca devrait suffire à le faire réagir.
© GASMASK

_________________



Blood ⊹ makes you related. Loyalty ⊹ makes you family.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1085
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Jeu 20 Avr - 10:44





here are many wild animals
# natalia
# kurtis

Kurtis fait mine d’être captivé par le trou qui orne son jean à mi-cuisse, pendant qu’Eliott monopolise la conversation. Il n’arrive à réfléchir à rien. Il aimerait bien trouver une parade miraculeuse pour justifier la présence de Talia chez lui, mais il n’y en a sans doute pas… Alors à uqoi bon se fatiguer ? Quoi qu’il dise, il aura tort. Il a toujours tort et est toujours un imbécile fini aux yeux de Max. Aux yeux de pratiquement tout le monde d’ailleurs. N’empêche, il aimerait bien en avoir déjà terminé avce tout ça, pouvoir s’enfiler quelques cachets avec une bonne bière et aller se pieuter jusqu’au lendemain. Mais il doute de pouvoir mettre ce programme à exécution. Son mentor n’est pas là pour lui faire la conversation et prendre de ses nouvelles, il a certainement quelque chose à lui demander. Peut-être qu’il est venu lui dire que, jambe trouée ou pas, il est temps qu’il reprenne du service au bar. Après tout, avec ses béquilles, il est capable de tenir debout et de servir des verres… Finit le bon temps.
Il relève les yeux lorsque Natalia annonce à son fils qu’ils vont partir. C’est la meilleure chose à faire bien sûr, mais ça rend tout ça suspect. Comme s’ils avaient été pris en flagrant délit de quelque chose. Bordel de chierie de merde… pense Kurtis en retenant un soupir qui n’arrangera rien à la situation actuelle.
Le Prospect reste silencieux pendant que mère et fils débattent sur ce qu’il convient de faire des dessins. Kurt n’a pas spécialement envie de conserver le dessin qui lui était destiné et il n’ose pas proposer au petit d’emporter son dessin à lui. Max trouverait certainement bizarre de voir qu’il a réalisé un portrait d’un gamin qui n’est pas le sien… Heureusement, la boite de crayons de couleur a finit par atterrir dessus et le dissimule à sa vue.  

Quand vient véritablement le moment pour la petite famille de James de mettre les voiles, Kurtis fait mine de se lever pour les raccompagner. Mais la serveuse l’en dissuade après lui avoir recommandé de se ménager.
« A la prochaine » lance-t-il, sans trop savoir si c’était la chose à faire ou pas. Il ne va pas leur dire adieu non plus et ne pense pas que les remercier pour leur visite soit judicieux… D’autant que, là, tout de suite, ça le met plus dans la merde qu’autre chose et il n’a pas tellement de raisons d’être reconnaissant.
Max non plus ne les raccompagne pas à la porte de la petite maison qu’il s’est payé grâce à sa part de l’assurance vie contractée par son père avant sa mort. Il reste là où il est et les regarde disparaître dans un silence qui promet de ne pas durer… Et effectivement, stot la porte refermée sur le museau des deux molosses de Samwell, MadMax prend la parole, usant d’un ton laissant clairement pensé à Kurtis qu’il s’apprête à passer un mauvais quart d’heure.
« T’as besoin qu’on te rappelle les règles ? non parce que sinon je passe un coup de fil à James, il se fera un plaisir de te faire une piqûre de rappel ! » le menace ouvertement son mentor et patron, tirant son portable de sa poche pour faire mine de chercher le numéro de son ami et lui faire savoir où se trouvaient sa femme et son fils. Cette fois, Kurt soupire, pendant que Max lui rappelle que c’est sa jambe qui a pris et non sa tête, qu’il aurait dû utiliser aujourd’hui. « T’as rien à foutre autour de sa femme depuis des mois alors qu’est ce qu’elle foutait dans ton salon ? T’as besoin de réconfort ? c’est ca ? »
« J’ai b’soin d’rien du tout » se décide enfin à répondre Kurtis. « C’est comme j’t’ai dit. J’avais promis au gamin qu’i’ pourrait voir mes chiens et jouer avec eux s’i’ voulait et j’suppose qu’ils étaient dans l’coin alors Natalia a décidé d’venir. C’est tout. »  
Il se garde d’ajouter sur un ton ironique que la prochaine fois, il les laissera se geler le cul dehors et fera le mort. Quelque chose lui dit que MadMax n’apprécierait pas tellement ce genre de réponse…

« Bon et j’suppose que t’es pas v’nu m’réconforter non plus donc… Qu’est-ce que j’peux faire pour toi ? » préfère-t-il enchainer, essayant d’user d’un ton le plus neutre possible pour ne pas provoquer la colère de son mentor. Mais en même temps, lui faire comprendre qu’il n’a rien d’autre à dire sur le sujet de la présence de Talia ici et qu’ils feraient mieux d’enchainer.  


Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Avatar and gifs @me
messages : 593
quartier : Dans une maison du West Side qu'il a retapé
physique : Des cicatrices ici et là, vestiges des longues années qu'il a passer au sein des KOS et avant ça en foyer. Des tatouages qu'il a arrêter de compter et aux représentations diverses.

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Dim 23 Avr - 23:04

Here are many wild animals


Δ Kurtis & Max & Talia




Besoin de rien hein ? Parfait du coup si il se sent si bien que ca, peut-être qu’il pourrait songer à ramener son cul de feignant au club, c’est pas comme si il était handicapé moteur et incapable de servir trois verres ou extrêmement difficile poser son cul à l’entrée pour faire un tri ! Quoi qu’à l’entendre, il serait foutu de dire que c’est encore trop compliqué. Des blessures, j’en ai eu plus que je ne peux les compter et pourtant, j’ai jamais rechigné à me bouger, à passer au-dessus, parce que c’est pas dans ma nature, parce que j’ai pas grandi dans une putain de famille prête à ramasser la merde que je pouvait laisser derrière moi et à me câliner chaque fois que je décidais de chouiner un peu et à bien y réfléchir, c’est quand même le cas de pas mal de mes frangins du club…c’est sas doute un peu trop loin de la réalité de Kurtis à en croire les quelques photos que j’ai pu apercevoir dans son appartement, sauf que sa famille maintenant, c’est nous, finie de courir voir maman, on oublie jusqu'à l’idée de faire défaut au club pour l’anniversaire de la sœur, la nièce ou je ne sais qui, la priorité, elle se trouve au sous-sol du Crashdown et il allait falloir qu’il intègre ca, peut-être qu’alors les choses se passeraient un peu mieux pour lui avec le reste du groupe.

Il s’explique encore, au final franchement, il pourrait dire ce qu’il veut la finalité est la même, je connais James, mieux que pas mal, d’autres gars du club même et je sais, je sais qu’il ne porte pas le prospect dans son cœur, il n’aime ni son attitude, ni sa façon d’être et en toute franchise, je suis persuadé que le fait qu’Hawkins ai été celui qui avait été chargé de la surveillance de sa famille lui a laissé un goût acerbe dans la bouche et que c’est ce qui à empêcher dès le départ le blond de s’intéresser à ce type qui avait pu profiter de ce qu’on lui avait arraché de force. Alors oui peut-être qu’il n’y avait au final pas d’autre idée derrière cet aparté que celui de faire plaisir au gamin, toujours est-il que fait dans le dos du KOS cela restait inacceptable et comment dire que les petites cachotteries sournoises de ce type c’est franchement pas ma tasse de thé ! « Bon et j’suppose que t’es pas v’nu m’réconforter non plus donc… Qu’est-ce que j’peux faire pour toi ? » Je m’arrête dans tous mouvements que mon corps pouvait encore exercer et éteint mon portable sans lui jeter le moindre regard, puis je prends mon temps pour le ranger dans l’intérieur de ma veste. Et bien et bien, ca ne pleurniche pas ? ca ne supplie pas son papa de ne pas appeler tonton James ? Est-ce que cette putain de balle aurait au passage fait grossir ses balls ? Faut croire que les progrès sont possibles même quand on y croit plus ! Je décide quand même de pas répondre tout de suite à son interrogation, parce que j’ai pas finie de lui faire un petit point sur ses fréquentations et dont de toute évidence, il en a encore besoin à ce stade de son prospectorat, ce qui me fait profondément chier faut bien le dire. « Hum…je crois pas avoir dit que j’en avais fini avec le sujet si ? Je me redresse un peu et pose mes coudes sur mes genoux, entrelaçant mes doigts et fronçant un peu les sourcils, le regard dirigé vers Kurtis. Je vais t’aider, la réponse, c’est non ! et figure toi qu’on va te rendre les choses encore plus faciles, ce sera la même réponse à chaque fois que tu te demanderas si tu peux faire ci ou ca avec Natalia ! Capish ?! Je secoue la tête à la négative et me pince les lèvres de frustrations. Parce que met toi bien dans le crâne que James en a fait suffisamment pour le club pour t’empêcher d’être patcher si il a décidé qu’il ne voulais pas de toi, ses actions ont donné plus de poids à sa voix que tu n’en aura jamais…alors à partir d’aujourd’hui, tu vas faire en sorte qu’il t’apprécie, parce que tu me donnes pas vraiment matière à pouvoir défendre ta cause tout seul mon grand ! » C’était dit, parce que oui, des échos sur lui, j’en avais eu et ils étaient généralement plutôt négatifs ou neutres, mais jamais très enthousiastes. À ce rythme-là, le gamin serait patcher d’ici à ce que je prenne ma retraite si on m’a pas troué la peau entre-temps ca va sans dire, bref, j’estime qu’il en va de ma responsabilité et j’ai une tolérance proche de zéro face à l’échec…je prends donc sur moi et je continue à essayer tant que je le pourrais en tout cas. « Crois-moi, je t’aurais à l’œil sur ce sujet, tu fais ce que tu veux et comme tu veux, mais je veux plus entendre une remarque négative sur toi de la bouche de Manning ! Et puisque tu demandes si gentiment, je suis venu parce que à ce que je vois et comme je le pensais t’es pas vraiment au bord de la mort et que du coup va falloir rempiler mon grand ! » Je me lève tout à coup et commence à faire un tour dans son salon, laissant planer le silence et l’occasion pour lui de me répondre. « Je sais que le Crash est sans doute moins attrayant sans Mia, mais bon… » J’attrape une photo que je regarde un instant avant de la reposer à sa place, un sourire en coin bardant ma bouche, et oui mon grand t’es pas le type le plus discret du monde faut croire.
© GASMASK

_________________



Blood ⊹ makes you related. Loyalty ⊹ makes you family.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1085
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Ven 28 Avr - 16:51





here are many wild animals
# madmax
# kurtis
« Hum…je crois pas avoir dit que j’en avais fini avec le sujet si ? »
Eh putain, se lamente silencieusement Kurtis qui voulait justement éviter qu’ils s’attardent cinq mille ans sur le sujet. Il n’a rien fait de mal, Natalia non plus. Alors pourquoi le faire chier ? il n’a pas demandé à la femme de James de venir chez lui ! Et putain, si elle était venue ici, avec son môme, dans l’intention de faire quelque chose de mal, ça aurait été foutument malsain ! Max doit bien le savoir… James n’a pas à s’en faire, le Prospect n’a jamais représenté une menace pour son couple. Pas que Kurt n’ait jamais fantasmé la chose, mais il sait parfaitement que ça n’arrivera jamais. Il ne sait pas si Natalia est folle amoureuse du motard mais, une chose est sûre, si elle devait choisir un autre type, elle ne jetterait sans doute pas son dévolu sur un autre membre du club. Elle est trop droite pour ça et puis elle en a déjà trop chié par leur faute.
Kurt ne bronche pas. Il attend donc que son mentor en ait terminé avec son petit laïus aussi inutile que rébarbatif. Et déprimant… Parce que même s’il a bien senti depuis le temps que James ne l’apprécie pas et a pleinement conscience qu’il pourrait s’opposer à son patch,  ce n’est pas quelque chose auquel il aime à penser. Ca le fait doublement chier que MadMax aborde ce sujet aussi directement.
« Et puisque tu demandes si gentiment, je suis venu parce que à ce que je vois et comme je le pensais t’es pas vraiment au bord de la mort et que du coup va falloir rempiler mon grand ! » enchaine Max, pour terminer d’enfoncer le clou.
Kurtis retient un soupir de dépit. Tout ça l’emmerde. Il était peinard chez lui, à bouffer de la merde et jouer à des jeux vidéos et en quelques minutes, tout a basculé. Journée de con… Bon, en même temps, il commençait à sacrément se faire chier. Mais Max se trompe. Il a encore sacrément mal. S’il ne gobait pas les cachets antidouleur comme des bonbons, il ne l’aurait pas trouvé dans cet état.
Kurt ne dit toujours rien. A quoi bon. Il ne va pas avoir le choix. Il savait que ce moment viendrait et qu’il viendrait vite. Et bien voilà, il y est, c’est tout. Ca ne sert à rien de protester, d’essayer de se justifier ou de se débiner. Il va devoir reprendre son boulot au Crash, sur une jambe au lieu de deux.

Affichant une moue un peu bougon, il observe Max se balader dans son salon comme s’il y était chez lui et…et se fige en l’entendant subitement parler de Mia. Kurt fixe le gérant du bar, la bouche tout à coup asséchée, ses couilles se ratatinant complètement. Que vient faire la stripteaseuse dans cette conversation ?
Et pourquoi est-ce qu’il en parle comme si elle avait mis les voiles ?
Kurtis déglutit péniblement, conscient qu’il faut qu’il réponde très vite quelque chose. Mais comment faire alors que sa langue a subitement adhéré à son palais ? Il fait fonctionner ses méninges à toute allure. Sauf que, comme toujours, ça ne fonctionne pas vraiment. Il se demande depuis combien de temps il n’a pas pris de nouvelles de sa petite amie. Deux jours ? Elle a très mal pris le fait qu’il ne lui annonce pas tout de suite s’être fait tirer dessus. Et quand il lui a tenu tête alors qu’elle réclamait l’identité du coupable, la dispute a méchamment tourné… Depuis, ils se sont envoyés quelques messages mais ne se sont plus croisés.
« Pourquoi sans Mia ? » se risque-t-il finalement à demander, essayant de garder un ton parfaitement neutre et désintéressé. « Elle a pris un congé ? »
Il sait bien qu’il aurait plutôt dû faire comme si ça ne changeait strictement rien, comme s’il ne voyait pas du tout de quoi il voulait parler. Mais il veut savoir…  


Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Avatar and gifs @me
messages : 593
quartier : Dans une maison du West Side qu'il a retapé
physique : Des cicatrices ici et là, vestiges des longues années qu'il a passer au sein des KOS et avant ça en foyer. Des tatouages qu'il a arrêter de compter et aux représentations diverses.

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Mar 9 Mai - 19:43

Here are many wild animals


Δ Kurtis & Max & Talia



« Pourquoi sans Mia ? »

Ah ba voilà, enfin quelque chose qui fait réagir le prospect…je savais qu’il ne saurait pas garder son regard de poisson mort statique si le nom de ma frangine venait à sortir de ma bouche et encore une fois j’ai tapé dans le mille. Nan parce que si le prospect croit que j’ai pas grillé leur petit manège, il se fourre le doigt dans l’œil et jusqu’au coude. Si j’approuve ? non pas vraiment, j’avais quand même meilleur aspiration pour Mia, mais cette bécasse à visiblement des goûts de chiotte et pas la moindre considération pour ce que lui en pense. En ce qui concerne Jacqueline ici présente, lui sait très bien qu’il n’est même pas censé poser ses yeux vicieux sur la jeune femme, mais c’est encore là quelque chose qu’il n’a sans doute pas tout à fait compris ou arranger à sa sauce…comme d’habitude.

« Elle a pris un congé ? » Je me retourne vers lui un sourire perlant au coin de mes lèvres, oh le petit hamster n’est pas au courant que sa maîtresse à décider d’aller faire une virée sans lui ? Finalement, il n’était peut-être pas si important que ca pour elle…je retiens un soupir parce que je sais que ca n’est pas tout à fait vrai, j’avais croisé Mia y a trois jours quand elle était venu me trouver dans mon bureau pour me demander un congé exceptionnel, ce qui en soit ne lui ressemblait pas vraiment et c’était la raison pour laquelle je l’avait sérieusement travaillé pour qu’elle me balance ce qui semblait la contrarier et pire l’attrister et cette fois-ci, elle avait fini par lâcher le morceau, sans doute poussé par la colère qu’elle éprouvait à ce moment-là envers son petit ami.

« Oooh elle ne t’a rien dit ? Je prends un air exagérément pleurnicheur avant de me rapprocher du sofa, à côté duquel je reste debout, histoire de surplomber le prospect qui lui est avachi comme un saucisson. C’est curieux, j’ai cru comprendre que vous étiez plutôt proche tous les deux non ? Je croise les bras sur ma poitrine et toise le gamin, je n’attends pas de réponse, je commence à le connaître et je sais qu’il utilise, que dis-je abuser du silence quand il ne sait pas comment se défendre, parade qu’il vient juste d’utiliser sur le sujet des Manning. Oui parce que si t’as pas encore compris, j’ai des yeux et des oreilles partout jacqueline et puis bon t’es pas plus le roi de la discrétion que Mia… Je finis par me rassoir à côté du prospect et étale mes bras sur le haut du dossier. Quoi que t’a encore la bouche fermée alors que la sienne était encore grande, même très grande ouverte y a trois jours ! T’as peut-être des choses à me dire du coup ? » Je lève les sourcils et garde un visage impassible tandis que j’observe celui du prospect qui laisse quant à lui transparaître un état bien moins à l’aise que moi, reste à voir si sa langue se déliera aussi facilement que celle de la strip-teaseuse qui se trouvait prestement à des milliers de kilomètres de son petit chouchou. « Je te laisse réfléchir, je vais me chercher à boire. » Je lui colle une petite claque (plutôt amicale pour une fois) derrière la tête et me tire dans sa cuisine histoire de le laisser mariner un peu, de toute façon c’est pas comme si j’avais le temps de me prendre la tête avec les amourettes de Kurtis, même si c’est avec ce qui se rapproche le plus de ma famille. Pour être honnête, j’aurais pensé que ca me mettrait hors de moi et quand bien même ca ne me plaît pas du tout et que bien évidemment, il ne lui passera jamais la bague au doigt tant que je serai dans les parages, j’accuse le coup mieux que je ne l’aurait pensé et Kurtis peux très certainement remercier ces connards de terroriste pour me distraire aussi bien de sa propre situation.

© GASMASK

_________________



Blood ⊹ makes you related. Loyalty ⊹ makes you family.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1085
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Mer 10 Mai - 19:21





here are many wild animals
# madmax
# kurtis
Il essaie de se souvenir du dernier message de Mia, de ce qu’il disait. Il se souvient bien de passage coléreux, de menaces, mais c’est habituel avec la stripteaseuse. Peut-être bien qu’elle lui a dit quelque chose comme : "je vais te foutre la paix pour de bon" ou "tu me reverras plus jamais", mais des trucs comme ça, elle lui en sort quinze à la minute quand ils sont en dispute. En général, Kurtis attend juste qu’elle ait terminé de râler, vidé son sac, et il revient avec un petit mot gentil ou une attention quelconque qui lui permet de revenir dans ses bonnes grâces. Evidemment, il supporte qu’elle le boude un peu, le prive de son corps quelques jours, et ensuite, elle oublie tout simplement qu’ils sont en froid et redevient la Mia souriante et coquine qu’il apprécie tant.
Sauf qu’apparemment cette fois, les choses vont être différentes. Cette fois, Mia a visiblement mis ses menaces à exécutions et a pris un congé. La question est de savoir ce qu’elle en a fait de son congé ? Est-ce qu’elle est calée chez elle à se goinfrer de glace au chocolat en matant des films d’amour ? Ou bien est-ce qu’elle a enfin réalisé son projet d’aller rendre visite à sa tante qui l’a recueilli après la mort de ses parents ? Mais pourquoi est-ce qu’elle le lui a pas dit plus clairement ? Merde, elle sait bine qu’il ne comprend rien aux sous-entendus et aux métaphores ! Elle l’a même surnommé Drax pendant des semaines après qu’ils aient vu Les Gardiens de la Galaxie ensemble ! Ca l’avait copieusement emmerdé d’ailleurs…  
Putain, il a l’air de quoi maintenant ?
Sauf qu’elle l’a peut-être justement fait pour qu’il paraisse véritablement surpris en apprenant son départ et pour qu’ils ne soient pas grillés par Max. Peut-être qu’elle a agit de cette manière pour assurer leurs arrières encore un peu.
« Oooh elle ne t’a rien dit ? » se moque justement son patron et mentor au sein du club, venant se placer face au Prospect qui se sent de plus en plus mal à l’aise. Il n’aime pas quand Max rentre dans son périmètre… C’est généralement signe qu’un mauvais coup va tomber. Et le mauvais coup l’atteint en plein dans l’entrejambe. Enfin façon de parler parce que le KOS ne le touche pas, mais ses mots ont le même effet qu’un bon coup de pied dans les couilles. Ca lui fiche la nausée et ça l’abruti complètement.
Et quand il lui fait comprendre que Mia a parlé, Kurtis voit trente-six chandelles.

Il n’arrive pas y croire. C’est faux. C’est forcément un mensonge. Il prêche le faux pour connaître la vérité. Quelqu’un lui a peut-être parlé d’eux (cette connasse de Judith ?) mais pas Mia. Mia n’aurait jamais fait ça ! Elle est fâchée contre lui parce qu’il a refusé de lui donner l’identité de la personne qui lui a tiré dessus et parce qu’il n’a pas voulu la prévenir tout de suite de son état, mais elle n’irait pas jusqu’à se venger aussi salement. Non. Impossible. Kurt ne peut pas envisager qu’elle ait été suffisamment fâchée pour le balancer à MadMax en sachant ce qu’il pourrait lui faire subir.
Et si elle l’avait fait, elle lui en aurait forcément parlé ! Elle lui aurait envoyé un message pour le prévenir de fuir la ville ou au moins pour se préparer à recevoir la visite de son mentor. Pas vrai ?
A moins qu’elle ait été vraiment, vraiment vexée cette fois…ou déçue. Une femme déçue est votre pire ennemie, lui avait un jour dit Samwell… Parce qu’elles savent précisément où appuyer pour vous faire mal. Et plus elles vous aiment, mieux elles vous connaissent et plus la sentence est terrible… Mia aurait-elle été capable de compromettre ses chances d’intégrer le club ? Est-elle capable de mettre sa vie en danger en prévenant son "frangin" de sa relation avec son Prospect ?
« Je te laisse réfléchir, je vais me chercher à boire » lui lance Maximilian avant de lui asséner une petite claque derrière la tête, qui l’arrache à sa torpeur.

Il le suit du regard se diriger vers sa cuisine, n’en revenant toujours pas. Il n’arrive pas à associer l’image de Mia à cette trahison odieuse. Elle ne peut pas avoir parlé. EN même temps, Max a l’air au courant…
Vraiment ? Moi je l’ai juste entendu te demander ce qui se passait et sous entendre que vous étiez proches… Il pouvait parler d’une amitié profonde.
Mais Kurtis n’y croit pas. Il sait. Max sait tout. Et il attend une explication de sa part. une explication de laquelle découlera peut-être sa fin. Une fin violente, à n’en pas douter. Kurt est au pied du mur. Et son regard se porte naturellement vers la porte d’entrée. Sa porte de sortie, sa chance de s’en tirer indemne. Mais de tout perdre en même temps.
En même temps…il n’avait pas l’air SI énervé que ça…
Lui glisse la petite voix dans sa tête. Et quand il analyse la scène qui vient de se jouer et se repasse mentalement les propos de son mentor, Kurtis réalise que c’est vrai. Il se moque de lui, le provoque, lui a même donné une petite tape derrière la tête, mais ça n’a pas été bien méchant. Peut-être que c’est parce qu’il n’est pas encore au courant de tout, mais peut-être que c’est surtout parce que toutes ces grandes menaces n’étaient que du vent… Peut-être qu’il n’est pas tout à fait contre l’idée de les voir ensemble et qu’en réalité, il apprécie même sa compagnie.
Là tu t’emballes un peu…
Ouais, carrément…

Peut-être qu’il est temps qu’il avoue tout. Peut-être que c’est l’opportunité qu’il attendait et qu’il est grand temps que Kurtis pose ses couilles sur la table et avoue éprouver des sentiments pour Mia. Peut-être que c’est ce qu’elle attend de lui, qu’elle voulait juste le mettre au pied du mur et le voir assumer leur relation. Bordel, c’est même sûrement ça ! Elle lui a répété un millier de fois récemment qu’elle n’en pouvait plus de vivre dans le mensonge et qu’ils ne devraient pas avoir à se cacher de s’aimer.
Kurt soit bien avouer que cette histoire de congé lui fait un peu peur. Et si elle était partie pour de bon ? Si elle rencontrait un autre type ? Est-ce que tout ça est un test ? Ou bien est-ce qu’elle est sérieusement lassé et espère un geste de sa part ?
Ce dont le Prospect est certain, c’est qu’il ne veut pas la perdre. Elle est chiante, jalouse, collante, mais il l’aime quand même. Il l’aime même pour toutes ces petites choses insupportables qu’elle peut faire.

C’est pour cette raison que, quand Max reparait avec sa boisson, Kurtis prend une grande inspiration et soutient son regard, prêt à tout avouer. De toute façon, il n’a plus vraiment le choix. Il sera dévasté si cette relation lui coute son patch mais… Mais il est temps d’être honnête envers son mentor. Ca a déjà trop duré.
« Ca nous ait tombé dessus » lâche-t-il donc de but en blanc, s’étant redressé dans son sofa pour ne pas avoir l’air de prendre tout ça à la légère. Ce n’est absolument pas le cas. « J’attendais d’être…à la hauteur à tes yeux pour t’en parler. Parce que j’sais bien qu’jsuis pas exactement l’meilleur parti pour elle… »
Sans déconner, a l’air de lui hurler l’expression de Max…  
« Ça a commencé peu d'temps après qu'on ait été attaqués par ce type qui harcelait Mia et...et dont j'me suis occupé » se reprend Kurtis, toujours incapable d'associer le bon verbe à l'acte effectué cette nuit là dans la maison de Mia. Pas qu'il regrette en soi d'avoir protégé la jeune femme, mais... Maintenant son âme est irrémédiablement souillée et il a du mal à assumer, à se reconnaître dans le comportement qu'il a été contraint d'adopter pour sauver sa vie et celle de la stripteaseuse.
Son regard fuit un instant celui de Max. D'abord parce qu'il a honte et aussi parce que...eh bien disons qu'il commence ses confessions par un mensonge. Parce qu'à l'époque, même s'il résistait fermement aux avances de Mia, il commençait déjà à éprouver quelque chose pour elle et ils étaient finalement tous deux dans un jeu de séduction. Et puis ils s'étaient envoyés en l'air le soir même, avant de prévenir Max de l'attaque, pas quelques temps après cette soirée, comme il vient de le dire.
Trop conscient du regard de son mentor pesant sur lui, Kurt préfère enchaîner pour se débarrasser de cette tâche au plus vite.
« J'ai essayé d'mettre un terme à tout ça plein d'fois mais... Ben j'ai pas réussi quoi. J'suis aussi doué pour les relations d'couple que pour tout l'reste - c'est à dire pas très doué - mais avec Mia...ça coulait d'source ou j'sais pas comment expliquer... Je sais bien c'que j'risque. J'sais bien qu'c'est pas raisonnable mais j'crois que j'l'aime bien... Et j'sais qu'elle m'aime bien aussi. Ça la bouffe c'te situation... Elle voulait t'en parler mais elle flippait que tu m'butes. Elle voulait attendre le bon moment et moi... Ben moi c'est comme j't'ai dis. J'voulais attendre que tu m'considères plus juste comme un trou du cul. »
Ce qui n'arrivera probablement jamais. Kurt n'arrive pas à concevoir un avenir où Max ne le traiterait pas avec autre chose que du mépris. Plus le temps passe et plus il se dit qu'il n'obtiendra jamais son approbation. Ça le désespère mais c'est comme ça. Et plus il se le dit, plus il semble foirer et baisser dans l'estime du KOS.
« Tu peux m'casser la gueule maintenant. C'est pas comme si j'allais pouvoir me défendre ou fuir » se résigne le Prospect en désignant sa mauvaise jambe, avant de déglutir et de croiser le regard de Max. « Mais m'enlève pas mon cuir. J'te jure que cette fois c'est terminé pour de bon. C'est l'seul truc que j'ai fait dans ton dos. J'sais qu'c'est pas trop un argument mais j'ai b'soin d'ça. Me l'enlève pas s'te plait. »
Il a besoin de Mia aussi bien sûr. Elle lui fait du bien... Elle est la seule à ne pas le faire sentir comme une sous merde bonne à rien. Mais il a été clair avec elle dès le départ. Si un jour venait où il devrait choisir : il choisirait le club. Et elle l'a accepté, comme toutes les autres femmes de Kings...
Si ça se trouve de toute manière, elle ne se considère plus comme ayant avec lui... Sinon pourquoi partir dans le prévenir ? Et pourquoi surtout prendre le risque de mettre Max au courant de leur histoire ? Cherchait-elle à le provoquer, l'obliger à parler et assumer leur histoire au risque qu'il s'attire de gros soucis ? À moins qu'il s'agisse d'une vengeance...auquel cas, le Prospect ne voudrait plus avoir grand chose à faire avec elle.

La gorge sèche, le ventre noué, il attend la réaction de son mentor.  



Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Avatar and gifs @me
messages : 593
quartier : Dans une maison du West Side qu'il a retapé
physique : Des cicatrices ici et là, vestiges des longues années qu'il a passer au sein des KOS et avant ça en foyer. Des tatouages qu'il a arrêter de compter et aux représentations diverses.

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Sam 13 Mai - 15:30

Here are many wild animals


Δ Kurtis & Max & Talia




Je file dans la cuisine et ouvre le frigo dans lequel je ne trouve pas grand chose si ce n’est des bières et du soda, je me rabats sur le deuxième comme d’habitude, je déroge rarement aux règles que je me suis imposé depuis maintenant de nombreuses années et l’alcool est en haut de la liste, je ne sais que trop bien comment ca me rend et la dernière fois que j’en ai abusé, j’ai finie en taule, je crois que c’est un sérieux vaccin ! Alors si il m’arrive encore de boire un verre ce n’est que dans des cas très particuliers. J’attrape une cannette et l’ouvre avant de reprendre le chemin en sens inverse, sachant pertinemment que le prospect doit être en train de mouiller son pantalon, flipper à l’idée que je soit venue là pour le tuer ou lui couper les couilles, les deux seraient plausible ceci dit, dans la mesure ou non seulement il a été mettre ses sales pattes là où le lui avait interdit, mais qui plus est, c’est de ma frangine qu’il s’agit…rien que de l’imaginer ca me donner franchement la gerbe. Retour à la case départ, je laisse tomber mon cul sur le sofa, appuis mon dos contre l’accoudoir et sirote ma boisson en fixant froidement le gamin qui pour une fois soutient mon regard sans chercher à s’échapper par une pirouette mal amenée. « Ca nous est tombés dessus » Nous y voilà donc.

Et Hawkins d’enchaîner sur des explications ou plutôt des justifications plus poussées sur le pourquoi je ne l’apprenais que maintenant, sur les raisons plus ou moins obscures pour lesquelles il m’a délibérément menti en plus d’enfreindre les règles. Je crois qu’au final, il a de la chance, j’imagine sans mal que si je l’avais appris de sa bouche ou pire de celle de quelqu’un d’extérieur à l’histoire, je lui aurai sérieusement fait passer l’envie de tremper sa larve dans qui que ce soit, mais c’était Mia qui m’avait craché le morceau et avec, elle m’avait fourni des explications sur les sentiments qui entouraient cette incartade et sur le fait que cet abruti comptait vraiment pour elle et j’avais fini par voir cette frustration et cette colère disparaître d’elle-même, et cela, à ma plus grande surprise. J’irai pas jusqu'à dire que j’approuve loin de là, je continue de penser que ma frangine mérite carrément mieux que cet incapable, qui au bout d’un an n’a toujours pas réussi à comprendre ce qu’on attendait de lui, mais peut-être que c’était justement ce côté petite fille fragile qui plaisait à Mia, elle était de celle qui aimait à mener la danse et je préférais sûrement la voir avec un type prêt à se plier à ses quatre volontés qu’a un con comme moi qui impose plus qu’il ne donne. Enfin le sujet n’était de toute façon prestement pas moi et je me contente de hocher la tête lorsqu’il dit qu’il n’est pas le meilleur parti, il ne croit pas si bien dire et tous les traits de mon visage semblent le crier.

Je reste enfermé dans un silence morbide et sans doute inquiétant pour mon interlocuteur, ce qui est clairement un pris parti, ca me fait plaisir de le voir flipper, ce n’est qu’une trop juste récompense après qu’il est choisi d’enfreindre mes putains de règles. BLABLABLA ca pour être pas doué, c’est clair qu’il ne l’est pas, c’est même carrément désespérant et c’est pas faute d’avoir tout essayé, sauf peut-être de jouer les papa gentils, mais ca pas de bol, c’est carrément un truc dont je suis incapable et de toute façon, je suis convaincu du faite que c’est pas ce qui marchera avec lui, il a besoin de s’endurcir, de comprendre que son prospectorat est censé lui faire comprendre dans quoi il s’embarque parce que contrairement à ce qu’il peut bien penser (et je le sais parce que moi aussi, j’en ai chié peut-être même encore plus que lui avec Gabriel qui n’a fait que me pousser à bout encore et encore jusqu'à ce que j’atteigne la limite pour ensuite pousser encore plus , moi aussi, je me suis senti persécuté, moi aussi, je suis passé par des phases ou je me suis demandé si ca en valait la peine, mais j’ai tenu bon parce que je savait que ca me mènerait exactement là ou je le voulais et que c’était un mal pour un bien et ca je le sait aujourd’hui parce que le recul m’a ouvert les yeux.).

« Tu peux m'casser la gueule maintenant. C'est pas comme si j'allais pouvoir me défendre ou fuir » c’est plutôt tentant comme proposition et je m’apprête à lui dire de ne pas tendre le bâton pour se faire battre comme ca, qu’il devrait faire attention à ce qu’il propose et aux idées qu’il m’insuffle, mais il ne s’arrête plus et j’ai l’espace d’un instant l’impression d’avoir ouvert la boite de Pandore, lui qui est habituellement loquace comme un poisson mort au fond de son bocal, dégueule à présent les mots sans s’arrêter.  « Mais m'enlève pas mon cuir. J'te jure que cette fois c'est terminé pour de bon. C'est l'seul truc que j'ai fait dans ton dos. J'sais qu'c'est pas trop un argument mais j'ai b'soin d'ça. Me l'enlève pas s'te plait. » Je me redresse, poker face de compétition en place et bois une gorgée de soda tranquillement, le laissant mariner encore quelque instants. Je pose la canette sur la table basse devant moi entre deux crayons de couleurs abandonnés par le fils de James quelques dizaines de minutes plus tôt. Je dois dire que j’apprécie que sa première pensée soit pour son cuir, peut-être que finalement sa place au club est plus importante pour lui que ce qu’il ne laisse paraître, c’est toujours bon à savoir, dommage qu’il ne le montre pas au quotidien dans ses actions, ca me faciliterai grandement la vie. Enfin…on va prendre ce qu’il y a, c’est déjà un début.

« Arrête de chialer, je vais pas t’enlever ton cuir. Pause dramatique. En tout cas pas pour une gonzesse. » Oui bon okay la gonzesse en question, c’est ma sœur mais bon ca reste une nana face au club. « Pour commencer, tu crois que tu l’aimes ou tu l’aimes ? Parce qu’y a une sacrée différence. Que tu ailles volontairement dans le mur en violant mes règles parce que t’es amoureux d’elle c’est pas franchement la même que si tu veux juste la sauter ! Parce que, et bien que ca me casse profondément les couilles, il semblerait qu’elle te trouve quelque chose, je vois franchement pas quoi à part si on aime les pleurnicheuses de quatre ans mais bon… » Je roule des yeux en secouant la tête à la négative. « Tu peux t’estimer avoir le cul bordé de nouille prospect jte le dit ! Parce que tu vois, je vais être grand seigneur et vous laissez faire vos trucs, que les choses soient claires, je le fais certainement pas pour toi. Je lève un index vers lui comme pour le mettre en garde. Mais soit très très prudent si tu veux pas perdre ton service trois pièces, t’as intérêt à la traiter comme il faut, enfin en admettant qu’elle décide de reprendre ton cul d’handicapé. » Je suis agacé, cette conversation m’énerve, j’ai pas envie de lui donner l’impression que passer au-dessus de mes règles est quelque chose qui peut rester impunie parce que bon sang c’est pas le cas et si c’était pas de Mia qu’il s’agissait, il serait déjà en train de me supplier d’arrêter de le cogner. Je reprends donc pour mettre les choses parfaitement au clair, mon ton se durcit donc un peu plus et mon visage lui montre tout le sérieux et la colère que je possède. « Maintenant, deux choses et ouvre bien tes oreilles parce que je ne le répéterais pas. Pour commencer plus jamais tu enfreins ou même contourne les règles que ce soit les miennes ou celle du club sinon ton cuir je te le fait bouffer jusqu'à ce qu’il en reste plus de traces, c’est clair ? De deux si tu tiens tant à ton blouson et accessoirement à ta place parmi nous, va falloir commencer à te secouer et à montrer que tu en es digne Kurtis, parce que ca cause et pas qu’un peu et Ô surprise c’est pas dans ton sens que ca le fait ! Alors va falloir, faire fonctionner ta caboche et te décider parce que me faire perdre mon temps c’est pas une option qui finira bien pour toi ! Capish ? »

© GASMASK

_________________



Blood ⊹ makes you related. Loyalty ⊹ makes you family.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1085
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: here are many wild animals    Dim 14 Mai - 12:02





here are many wild animals
# madmax
# kurtis
MadMax fait durer le suspense. Evidemment qu’il le fait. Torturer psychologiquement (et plus rarement physiquement) son apprenti semble être un des grands plaisirs de sa vie. Kurtis le sait et il a envie de hurler pendant que son interlocuteur prend tout son temps pour siroter le soda qu’il s’est trouvé dans son frigo pratiquement vide.  Sa main se crispe sur le tissu de son jean alors qu’il essaie de deviner ce qui peut bien se passer dans la tête du motard, en vain. Il s’attend à tout. Au pire bien sûr.
« Arrête de chialer, je vais pas t’enlever ton cuir » lâche tout à coup Max, mettant un terme à son supplice.
Kurtis ne retient pas le soupir soulagé qui lui permet d’évacuer un peu de la tension qu’il a accumulée depuis que le sujet Mia a été abordé. Ses épaules s’affaissent également alors qu’il recommence à respirer plus facilement. Sauf que les questions qui suivent font renaitre très rapidement son angoisse. C’est qu’il n’a pas tellement l’habitude de parler de ses sentiments ou ce genre de conneries. Surtout pas avec Max avec qui il n’a pratiquement jamais discuté d’autres choses que du boulot. Ca lui fait bizarre d’ailleurs. Ca le fiche vraiment mal à l’aise et il s’attend à tout instant à ce que son mentor éclate d’un rire mauvais et lui sorte une saloperie réductrice et humiliante.
Le grand brun déglutit péniblement, attendant que Max se taise pour pouvoir en placer une, réfléchissant à ce qu’il va bien pouvoir lancer pour justement combler le silence qui viendra. Parce qu’il ne se voit pas lui répondre clairement qu’il est amoureux. Ce mot sonne trop bizarrement. Il ne l’a jamais prononcé en réalité… Bien sûr, il a chuchoté une fois ou deux à Mia qu’il l’aimait, mais c’est différent. Et puis c’était entre eux… Et franchement, l’idée de mêler Max à leur histoire et leurs sentiments, que ce soit de près ou de loin, le gêne beaucoup.
« Mais soit très très prudent si tu veux pas perdre ton service trois pièces, t’as intérêt à la traiter comme il faut, enfin en admettant qu’elle décide de reprendre ton cul d’handicapé. »
Kurtis, la bouche comme du parchemin, se contente d’hocher la tête pour lui signifier que le message est bien passé. Pourtant, il a du mal à réaliser que ça y est : c’est fait. Max est à présent au courant pour lui et Mia et ils n’ont plus à vivre dans le secret. Ils lui ont cachés cette relation pendant si longtemps, ont tellement stressés qu’il découvre la vérité, ont d’ailleurs failli rompre un bon nombre de fois à cause de la pression, que Kurtis n’a aucune idée de la manière dont ils vont gérer cette nouvelle dynamique. Il ne peut simplement pas se le figurer.
Et puis le fait que Mia l’ait balancé avant de disparaître pour il ne sait combien de temps, il ne sait où, le chiffonne encore. Est-ce qu’elle va rappliquer dès qu’il la préviendra qu’ils peuvent enfin vivre leur histoire au grand jour ? Est-ce que ça balaiera d’un seul coup la dernière dispute qu’ils ont eue et a apparemment provoqué le départ de la stripteaseuse ?
Ca lui semble encore très compliqué tout ça et il ne parvient pas à être véritablement heureux de la tournure des évènements.

« Maintenant, deux choses et ouvre bien tes oreilles parce que je ne le répéterais pas… »
Ah, voilà, ils y sont. Les menaces. Kurtis est presque soulagé qu’ils changent de sujet et qu’ils reviennent à une discussion plus habituelle, un air bien connu. Il s’exécute donc et ouvre bine grand ses oreilles, s’imprégnant de chacun des mots de son mentor qui le fixe intensément et pense visiblement chacune de ses paroles.    
« Alors va falloir, faire fonctionner ta caboche et te décider parce que me faire perdre mon temps c’est pas une option qui finira bien pour toi ! Capish ? »
« Oui, j’sais » assure-t-il en soutenant le regard de son mentor. « J’vais l’faire. J’essaie déjà, j’te jure, mais j’vais faire mieux. J’vais pas laisser passer c’te seconde chance. »
Il ne va pas plus loin dans le mélo. Il n’insiste pas trop sur le fait qu’il pense déjà donner son maximum mais que ça ne donne simplement jamais le résultat escompté. Il ne s’est jamais donné autan de mal pour quoi que ce soit dans sa vie. Il n’a jamais été foutu de garder un job plus de quelques semaines, mais puisque les gars lui ont demandé de conserver son poste de coursier, il supporte son connard de patron, la fatigue et les courbatures sans se plaindre afin de leur être utile. Bon, bien sûr, avec son putain de trou dans la cuisse, ça va être un peu dur d’assurer ses livraisons et il a été arrêté mais dès qu’il ira mieux, il reprendra le taf. Maggie lui a déposé son vélo en douce et il a pu le faire restituer à la boite pour laquelle il travaille, ce qui lui évite des histoires.
Et c’est son compter son investissement pour son second job, au Crashdown, où il ne compte pas ses heures et se plie aux quatre volonté de son exigeant patron, installé en face de lui. Il a fait le calcul un jour et s’est rendu compte qu’il ne dispose que de quelques heures pour lui par semaine, ses nuits étant souvent grignotées par les besoin du club : surveillance d’un bâtiment, escorte de marchandises aux côtés des autres membres, livraisons diverses pour satisfaire leurs besoins… Et ces heures, Kurt essaye de les réserver à sa famille ou Mia. Ce qui ne lui laisse aucune place pour ses propres loisirs.
Au final, recevoir cette balle lui a permis de souffler un peu, de dormir plus de trois heures par nuit et de passer enfin plus de cinq minutes avec ses chiens qu’il ne faisait que croiser. Une vraie bénédiction. Mais comme toutes les bonnes choses, ses pseudos vacances viennent de toucher à leur fin… Max va de nouveau être sur son dos. 24/24h maintenant qu’il est dans l’incapacité de se rendre à son boulot alimentaire. Et quelque chose lui dit que s’il tolère sa relation avec Mia, il va tout faire pour éviter qu’ils puissent passer du temps ensemble.
Ceci dit, cette question là est réglée tant que la stripteaseuse est dans la nature…
Bref ! Il va devoir se donner deux fois plus maintenant. Kurtis n’a aucune idée de comment il va s’y prendre, mais apparemment, c’est que son mentor attend de lui et il n’a pas intérêt de le décevoir...



Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: here are many wild animals    

Revenir en haut Aller en bas
 
here are many wild animals
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Baptême de Wild Cloud
» Sarah Wild
» 07. Girls running wild
» Minnesota Wild
» Le Wild soumet au ballotage...Roulement tambours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: West Side :: LOGEMENTS-
Sauter vers: