AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 here are many wild animals

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage

avatar
Profil
crédits : ... (avatar) Myuu.BANG (code signature)
Messages : 815
quartier : une petite maison à West Side, achetée avec l'héritage de son paternel
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: here are many wild animals Ven 28 Avr - 16:51





here are many wild animals
# madmax
# kurtis
« Hum…je crois pas avoir dit que j’en avais fini avec le sujet si ? »
Eh putain, se lamente silencieusement Kurtis qui voulait justement éviter qu’ils s’attardent cinq mille ans sur le sujet. Il n’a rien fait de mal, Natalia non plus. Alors pourquoi le faire chier ? il n’a pas demandé à la femme de James de venir chez lui ! Et putain, si elle était venue ici, avec son môme, dans l’intention de faire quelque chose de mal, ça aurait été foutument malsain ! Max doit bien le savoir… James n’a pas à s’en faire, le Prospect n’a jamais représenté une menace pour son couple. Pas que Kurt n’ait jamais fantasmé la chose, mais il sait parfaitement que ça n’arrivera jamais. Il ne sait pas si Natalia est folle amoureuse du motard mais, une chose est sûre, si elle devait choisir un autre type, elle ne jetterait sans doute pas son dévolu sur un autre membre du club. Elle est trop droite pour ça et puis elle en a déjà trop chié par leur faute.
Kurt ne bronche pas. Il attend donc que son mentor en ait terminé avec son petit laïus aussi inutile que rébarbatif. Et déprimant… Parce que même s’il a bien senti depuis le temps que James ne l’apprécie pas et a pleinement conscience qu’il pourrait s’opposer à son patch,  ce n’est pas quelque chose auquel il aime à penser. Ca le fait doublement chier que MadMax aborde ce sujet aussi directement.
« Et puisque tu demandes si gentiment, je suis venu parce que à ce que je vois et comme je le pensais t’es pas vraiment au bord de la mort et que du coup va falloir rempiler mon grand ! » enchaine Max, pour terminer d’enfoncer le clou.
Kurtis retient un soupir de dépit. Tout ça l’emmerde. Il était peinard chez lui, à bouffer de la merde et jouer à des jeux vidéos et en quelques minutes, tout a basculé. Journée de con… Bon, en même temps, il commençait à sacrément se faire chier. Mais Max se trompe. Il a encore sacrément mal. S’il ne gobait pas les cachets antidouleur comme des bonbons, il ne l’aurait pas trouvé dans cet état.
Kurt ne dit toujours rien. A quoi bon. Il ne va pas avoir le choix. Il savait que ce moment viendrait et qu’il viendrait vite. Et bien voilà, il y est, c’est tout. Ca ne sert à rien de protester, d’essayer de se justifier ou de se débiner. Il va devoir reprendre son boulot au Crash, sur une jambe au lieu de deux.

Affichant une moue un peu bougon, il observe Max se balader dans son salon comme s’il y était chez lui et…et se fige en l’entendant subitement parler de Mia. Kurt fixe le gérant du bar, la bouche tout à coup asséchée, ses couilles se ratatinant complètement. Que vient faire la stripteaseuse dans cette conversation ?
Et pourquoi est-ce qu’il en parle comme si elle avait mis les voiles ?
Kurtis déglutit péniblement, conscient qu’il faut qu’il réponde très vite quelque chose. Mais comment faire alors que sa langue a subitement adhéré à son palais ? Il fait fonctionner ses méninges à toute allure. Sauf que, comme toujours, ça ne fonctionne pas vraiment. Il se demande depuis combien de temps il n’a pas pris de nouvelles de sa petite amie. Deux jours ? Elle a très mal pris le fait qu’il ne lui annonce pas tout de suite s’être fait tirer dessus. Et quand il lui a tenu tête alors qu’elle réclamait l’identité du coupable, la dispute a méchamment tourné… Depuis, ils se sont envoyés quelques messages mais ne se sont plus croisés.
« Pourquoi sans Mia ? » se risque-t-il finalement à demander, essayant de garder un ton parfaitement neutre et désintéressé. « Elle a pris un congé ? »
Il sait bien qu’il aurait plutôt dû faire comme si ça ne changeait strictement rien, comme s’il ne voyait pas du tout de quoi il voulait parler. Mais il veut savoir…  


Code made by Wanderlust

_________________


I'm Sick of those wounds that never heal
Yeah, I've been dancing with the devil, I love that he pretends to care if I'll ever get to heaven when a million dollars gets you there
Oh, all the time that I have wasted, chasing rabbits down a hole when I was born to be the tortoise I was born to walk alone


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : Avatar and gifs @me
Messages : 255
quartier : West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: here are many wild animals Mar 9 Mai - 19:43

Here are many wild animals


Δ Kurtis & Max & Talia



« Pourquoi sans Mia ? »

Ah ba voilà, enfin quelque chose qui fait réagir le prospect…je savais qu’il ne saurait pas garder son regard de poisson mort statique si le nom de ma frangine venait à sortir de ma bouche et encore une fois j’ai tapé dans le mille. Nan parce que si le prospect croit que j’ai pas grillé leur petit manège, il se fourre le doigt dans l’œil et jusqu’au coude. Si j’approuve ? non pas vraiment, j’avais quand même meilleur aspiration pour Mia, mais cette bécasse à visiblement des goûts de chiotte et pas la moindre considération pour ce que lui en pense. En ce qui concerne Jacqueline ici présente, lui sait très bien qu’il n’est même pas censé poser ses yeux vicieux sur la jeune femme, mais c’est encore là quelque chose qu’il n’a sans doute pas tout à fait compris ou arranger à sa sauce…comme d’habitude.

« Elle a pris un congé ? » Je me retourne vers lui un sourire perlant au coin de mes lèvres, oh le petit hamster n’est pas au courant que sa maîtresse à décider d’aller faire une virée sans lui ? Finalement, il n’était peut-être pas si important que ca pour elle…je retiens un soupir parce que je sais que ca n’est pas tout à fait vrai, j’avais croisé Mia y a trois jours quand elle était venu me trouver dans mon bureau pour me demander un congé exceptionnel, ce qui en soit ne lui ressemblait pas vraiment et c’était la raison pour laquelle je l’avait sérieusement travaillé pour qu’elle me balance ce qui semblait la contrarier et pire l’attrister et cette fois-ci, elle avait fini par lâcher le morceau, sans doute poussé par la colère qu’elle éprouvait à ce moment-là envers son petit ami.

« Oooh elle ne t’a rien dit ? Je prends un air exagérément pleurnicheur avant de me rapprocher du sofa, à côté duquel je reste debout, histoire de surplomber le prospect qui lui est avachi comme un saucisson. C’est curieux, j’ai cru comprendre que vous étiez plutôt proche tous les deux non ? Je croise les bras sur ma poitrine et toise le gamin, je n’attends pas de réponse, je commence à le connaître et je sais qu’il utilise, que dis-je abuser du silence quand il ne sait pas comment se défendre, parade qu’il vient juste d’utiliser sur le sujet des Manning. Oui parce que si t’as pas encore compris, j’ai des yeux et des oreilles partout jacqueline et puis bon t’es pas plus le roi de la discrétion que Mia… Je finis par me rassoir à côté du prospect et étale mes bras sur le haut du dossier. Quoi que t’a encore la bouche fermée alors que la sienne était encore grande, même très grande ouverte y a trois jours ! T’as peut-être des choses à me dire du coup ? » Je lève les sourcils et garde un visage impassible tandis que j’observe celui du prospect qui laisse quant à lui transparaître un état bien moins à l’aise que moi, reste à voir si sa langue se déliera aussi facilement que celle de la strip-teaseuse qui se trouvait prestement à des milliers de kilomètres de son petit chouchou. « Je te laisse réfléchir, je vais me chercher à boire. » Je lui colle une petite claque (plutôt amicale pour une fois) derrière la tête et me tire dans sa cuisine histoire de le laisser mariner un peu, de toute façon c’est pas comme si j’avais le temps de me prendre la tête avec les amourettes de Kurtis, même si c’est avec ce qui se rapproche le plus de ma famille. Pour être honnête, j’aurais pensé que ca me mettrait hors de moi et quand bien même ca ne me plaît pas du tout et que bien évidemment, il ne lui passera jamais la bague au doigt tant que je serai dans les parages, j’accuse le coup mieux que je ne l’aurait pensé et Kurtis peux très certainement remercier ces connards de terroriste pour me distraire aussi bien de sa propre situation.

© GASMASK

_________________



A true outlaw ⊹ finds the balance between the passion in his heart and the reason in his mind. The outcome is the balance of might and right.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ... (avatar) Myuu.BANG (code signature)
Messages : 815
quartier : une petite maison à West Side, achetée avec l'héritage de son paternel
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: here are many wild animals Mer 10 Mai - 19:21





here are many wild animals
# madmax
# kurtis
Il essaie de se souvenir du dernier message de Mia, de ce qu’il disait. Il se souvient bien de passage coléreux, de menaces, mais c’est habituel avec la stripteaseuse. Peut-être bien qu’elle lui a dit quelque chose comme : "je vais te foutre la paix pour de bon" ou "tu me reverras plus jamais", mais des trucs comme ça, elle lui en sort quinze à la minute quand ils sont en dispute. En général, Kurtis attend juste qu’elle ait terminé de râler, vidé son sac, et il revient avec un petit mot gentil ou une attention quelconque qui lui permet de revenir dans ses bonnes grâces. Evidemment, il supporte qu’elle le boude un peu, le prive de son corps quelques jours, et ensuite, elle oublie tout simplement qu’ils sont en froid et redevient la Mia souriante et coquine qu’il apprécie tant.
Sauf qu’apparemment cette fois, les choses vont être différentes. Cette fois, Mia a visiblement mis ses menaces à exécutions et a pris un congé. La question est de savoir ce qu’elle en a fait de son congé ? Est-ce qu’elle est calée chez elle à se goinfrer de glace au chocolat en matant des films d’amour ? Ou bien est-ce qu’elle a enfin réalisé son projet d’aller rendre visite à sa tante qui l’a recueilli après la mort de ses parents ? Mais pourquoi est-ce qu’elle le lui a pas dit plus clairement ? Merde, elle sait bine qu’il ne comprend rien aux sous-entendus et aux métaphores ! Elle l’a même surnommé Drax pendant des semaines après qu’ils aient vu Les Gardiens de la Galaxie ensemble ! Ca l’avait copieusement emmerdé d’ailleurs…  
Putain, il a l’air de quoi maintenant ?
Sauf qu’elle l’a peut-être justement fait pour qu’il paraisse véritablement surpris en apprenant son départ et pour qu’ils ne soient pas grillés par Max. Peut-être qu’elle a agit de cette manière pour assurer leurs arrières encore un peu.
« Oooh elle ne t’a rien dit ? » se moque justement son patron et mentor au sein du club, venant se placer face au Prospect qui se sent de plus en plus mal à l’aise. Il n’aime pas quand Max rentre dans son périmètre… C’est généralement signe qu’un mauvais coup va tomber. Et le mauvais coup l’atteint en plein dans l’entrejambe. Enfin façon de parler parce que le KOS ne le touche pas, mais ses mots ont le même effet qu’un bon coup de pied dans les couilles. Ca lui fiche la nausée et ça l’abruti complètement.
Et quand il lui fait comprendre que Mia a parlé, Kurtis voit trente-six chandelles.

Il n’arrive pas y croire. C’est faux. C’est forcément un mensonge. Il prêche le faux pour connaître la vérité. Quelqu’un lui a peut-être parlé d’eux (cette connasse de Judith ?) mais pas Mia. Mia n’aurait jamais fait ça ! Elle est fâchée contre lui parce qu’il a refusé de lui donner l’identité de la personne qui lui a tiré dessus et parce qu’il n’a pas voulu la prévenir tout de suite de son état, mais elle n’irait pas jusqu’à se venger aussi salement. Non. Impossible. Kurt ne peut pas envisager qu’elle ait été suffisamment fâchée pour le balancer à MadMax en sachant ce qu’il pourrait lui faire subir.
Et si elle l’avait fait, elle lui en aurait forcément parlé ! Elle lui aurait envoyé un message pour le prévenir de fuir la ville ou au moins pour se préparer à recevoir la visite de son mentor. Pas vrai ?
A moins qu’elle ait été vraiment, vraiment vexée cette fois…ou déçue. Une femme déçue est votre pire ennemie, lui avait un jour dit Samwell… Parce qu’elles savent précisément où appuyer pour vous faire mal. Et plus elles vous aiment, mieux elles vous connaissent et plus la sentence est terrible… Mia aurait-elle été capable de compromettre ses chances d’intégrer le club ? Est-elle capable de mettre sa vie en danger en prévenant son "frangin" de sa relation avec son Prospect ?
« Je te laisse réfléchir, je vais me chercher à boire » lui lance Maximilian avant de lui asséner une petite claque derrière la tête, qui l’arrache à sa torpeur.

Il le suit du regard se diriger vers sa cuisine, n’en revenant toujours pas. Il n’arrive pas à associer l’image de Mia à cette trahison odieuse. Elle ne peut pas avoir parlé. EN même temps, Max a l’air au courant…
Vraiment ? Moi je l’ai juste entendu te demander ce qui se passait et sous entendre que vous étiez proches… Il pouvait parler d’une amitié profonde.
Mais Kurtis n’y croit pas. Il sait. Max sait tout. Et il attend une explication de sa part. une explication de laquelle découlera peut-être sa fin. Une fin violente, à n’en pas douter. Kurt est au pied du mur. Et son regard se porte naturellement vers la porte d’entrée. Sa porte de sortie, sa chance de s’en tirer indemne. Mais de tout perdre en même temps.
En même temps…il n’avait pas l’air SI énervé que ça…
Lui glisse la petite voix dans sa tête. Et quand il analyse la scène qui vient de se jouer et se repasse mentalement les propos de son mentor, Kurtis réalise que c’est vrai. Il se moque de lui, le provoque, lui a même donné une petite tape derrière la tête, mais ça n’a pas été bien méchant. Peut-être que c’est parce qu’il n’est pas encore au courant de tout, mais peut-être que c’est surtout parce que toutes ces grandes menaces n’étaient que du vent… Peut-être qu’il n’est pas tout à fait contre l’idée de les voir ensemble et qu’en réalité, il apprécie même sa compagnie.
Là tu t’emballes un peu…
Ouais, carrément…

Peut-être qu’il est temps qu’il avoue tout. Peut-être que c’est l’opportunité qu’il attendait et qu’il est grand temps que Kurtis pose ses couilles sur la table et avoue éprouver des sentiments pour Mia. Peut-être que c’est ce qu’elle attend de lui, qu’elle voulait juste le mettre au pied du mur et le voir assumer leur relation. Bordel, c’est même sûrement ça ! Elle lui a répété un millier de fois récemment qu’elle n’en pouvait plus de vivre dans le mensonge et qu’ils ne devraient pas avoir à se cacher de s’aimer.
Kurt soit bien avouer que cette histoire de congé lui fait un peu peur. Et si elle était partie pour de bon ? Si elle rencontrait un autre type ? Est-ce que tout ça est un test ? Ou bien est-ce qu’elle est sérieusement lassé et espère un geste de sa part ?
Ce dont le Prospect est certain, c’est qu’il ne veut pas la perdre. Elle est chiante, jalouse, collante, mais il l’aime quand même. Il l’aime même pour toutes ces petites choses insupportables qu’elle peut faire.

C’est pour cette raison que, quand Max reparait avec sa boisson, Kurtis prend une grande inspiration et soutient son regard, prêt à tout avouer. De toute façon, il n’a plus vraiment le choix. Il sera dévasté si cette relation lui coute son patch mais… Mais il est temps d’être honnête envers son mentor. Ca a déjà trop duré.
« Ca nous ait tombé dessus » lâche-t-il donc de but en blanc, s’étant redressé dans son sofa pour ne pas avoir l’air de prendre tout ça à la légère. Ce n’est absolument pas le cas. « J’attendais d’être…à la hauteur à tes yeux pour t’en parler. Parce que j’sais bien qu’jsuis pas exactement l’meilleur parti pour elle… »
Sans déconner, a l’air de lui hurler l’expression de Max…  
« Ça a commencé peu d'temps après qu'on ait été attaqués par ce type qui harcelait Mia et...et dont j'me suis occupé » se reprend Kurtis, toujours incapable d'associer le bon verbe à l'acte effectué cette nuit là dans la maison de Mia. Pas qu'il regrette en soi d'avoir protégé la jeune femme, mais... Maintenant son âme est irrémédiablement souillée et il a du mal à assumer, à se reconnaître dans le comportement qu'il a été contraint d'adopter pour sauver sa vie et celle de la stripteaseuse.
Son regard fuit un instant celui de Max. D'abord parce qu'il a honte et aussi parce que...eh bien disons qu'il commence ses confessions par un mensonge. Parce qu'à l'époque, même s'il résistait fermement aux avances de Mia, il commençait déjà à éprouver quelque chose pour elle et ils étaient finalement tous deux dans un jeu de séduction. Et puis ils s'étaient envoyés en l'air le soir même, avant de prévenir Max de l'attaque, pas quelques temps après cette soirée, comme il vient de le dire.
Trop conscient du regard de son mentor pesant sur lui, Kurt préfère enchaîner pour se débarrasser de cette tâche au plus vite.
« J'ai essayé d'mettre un terme à tout ça plein d'fois mais... Ben j'ai pas réussi quoi. J'suis aussi doué pour les relations d'couple que pour tout l'reste - c'est à dire pas très doué - mais avec Mia...ça coulait d'source ou j'sais pas comment expliquer... Je sais bien c'que j'risque. J'sais bien qu'c'est pas raisonnable mais j'crois que j'l'aime bien... Et j'sais qu'elle m'aime bien aussi. Ça la bouffe c'te situation... Elle voulait t'en parler mais elle flippait que tu m'butes. Elle voulait attendre le bon moment et moi... Ben moi c'est comme j't'ai dis. J'voulais attendre que tu m'considères plus juste comme un trou du cul. »
Ce qui n'arrivera probablement jamais. Kurt n'arrive pas à concevoir un avenir où Max ne le traiterait pas avec autre chose que du mépris. Plus le temps passe et plus il se dit qu'il n'obtiendra jamais son approbation. Ça le désespère mais c'est comme ça. Et plus il se le dit, plus il semble foirer et baisser dans l'estime du KOS.
« Tu peux m'casser la gueule maintenant. C'est pas comme si j'allais pouvoir me défendre ou fuir » se résigne le Prospect en désignant sa mauvaise jambe, avant de déglutir et de croiser le regard de Max. « Mais m'enlève pas mon cuir. J'te jure que cette fois c'est terminé pour de bon. C'est l'seul truc que j'ai fait dans ton dos. J'sais qu'c'est pas trop un argument mais j'ai b'soin d'ça. Me l'enlève pas s'te plait. »
Il a besoin de Mia aussi bien sûr. Elle lui fait du bien... Elle est la seule à ne pas le faire sentir comme une sous merde bonne à rien. Mais il a été clair avec elle dès le départ. Si un jour venait où il devrait choisir : il choisirait le club. Et elle l'a accepté, comme toutes les autres femmes de Kings...
Si ça se trouve de toute manière, elle ne se considère plus comme ayant avec lui... Sinon pourquoi partir dans le prévenir ? Et pourquoi surtout prendre le risque de mettre Max au courant de leur histoire ? Cherchait-elle à le provoquer, l'obliger à parler et assumer leur histoire au risque qu'il s'attire de gros soucis ? À moins qu'il s'agisse d'une vengeance...auquel cas, le Prospect ne voudrait plus avoir grand chose à faire avec elle.

La gorge sèche, le ventre noué, il attend la réaction de son mentor.  



Code made by Wanderlust

_________________


I'm Sick of those wounds that never heal
Yeah, I've been dancing with the devil, I love that he pretends to care if I'll ever get to heaven when a million dollars gets you there
Oh, all the time that I have wasted, chasing rabbits down a hole when I was born to be the tortoise I was born to walk alone


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : Avatar and gifs @me
Messages : 255
quartier : West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: here are many wild animals Sam 13 Mai - 15:30

Here are many wild animals


Δ Kurtis & Max & Talia




Je file dans la cuisine et ouvre le frigo dans lequel je ne trouve pas grand chose si ce n’est des bières et du soda, je me rabats sur le deuxième comme d’habitude, je déroge rarement aux règles que je me suis imposé depuis maintenant de nombreuses années et l’alcool est en haut de la liste, je ne sais que trop bien comment ca me rend et la dernière fois que j’en ai abusé, j’ai finie en taule, je crois que c’est un sérieux vaccin ! Alors si il m’arrive encore de boire un verre ce n’est que dans des cas très particuliers. J’attrape une cannette et l’ouvre avant de reprendre le chemin en sens inverse, sachant pertinemment que le prospect doit être en train de mouiller son pantalon, flipper à l’idée que je soit venue là pour le tuer ou lui couper les couilles, les deux seraient plausible ceci dit, dans la mesure ou non seulement il a été mettre ses sales pattes là où le lui avait interdit, mais qui plus est, c’est de ma frangine qu’il s’agit…rien que de l’imaginer ca me donner franchement la gerbe. Retour à la case départ, je laisse tomber mon cul sur le sofa, appuis mon dos contre l’accoudoir et sirote ma boisson en fixant froidement le gamin qui pour une fois soutient mon regard sans chercher à s’échapper par une pirouette mal amenée. « Ca nous est tombés dessus » Nous y voilà donc.

Et Hawkins d’enchaîner sur des explications ou plutôt des justifications plus poussées sur le pourquoi je ne l’apprenais que maintenant, sur les raisons plus ou moins obscures pour lesquelles il m’a délibérément menti en plus d’enfreindre les règles. Je crois qu’au final, il a de la chance, j’imagine sans mal que si je l’avais appris de sa bouche ou pire de celle de quelqu’un d’extérieur à l’histoire, je lui aurai sérieusement fait passer l’envie de tremper sa larve dans qui que ce soit, mais c’était Mia qui m’avait craché le morceau et avec, elle m’avait fourni des explications sur les sentiments qui entouraient cette incartade et sur le fait que cet abruti comptait vraiment pour elle et j’avais fini par voir cette frustration et cette colère disparaître d’elle-même, et cela, à ma plus grande surprise. J’irai pas jusqu'à dire que j’approuve loin de là, je continue de penser que ma frangine mérite carrément mieux que cet incapable, qui au bout d’un an n’a toujours pas réussi à comprendre ce qu’on attendait de lui, mais peut-être que c’était justement ce côté petite fille fragile qui plaisait à Mia, elle était de celle qui aimait à mener la danse et je préférais sûrement la voir avec un type prêt à se plier à ses quatre volontés qu’a un con comme moi qui impose plus qu’il ne donne. Enfin le sujet n’était de toute façon prestement pas moi et je me contente de hocher la tête lorsqu’il dit qu’il n’est pas le meilleur parti, il ne croit pas si bien dire et tous les traits de mon visage semblent le crier.

Je reste enfermé dans un silence morbide et sans doute inquiétant pour mon interlocuteur, ce qui est clairement un pris parti, ca me fait plaisir de le voir flipper, ce n’est qu’une trop juste récompense après qu’il est choisi d’enfreindre mes putains de règles. BLABLABLA ca pour être pas doué, c’est clair qu’il ne l’est pas, c’est même carrément désespérant et c’est pas faute d’avoir tout essayé, sauf peut-être de jouer les papa gentils, mais ca pas de bol, c’est carrément un truc dont je suis incapable et de toute façon, je suis convaincu du faite que c’est pas ce qui marchera avec lui, il a besoin de s’endurcir, de comprendre que son prospectorat est censé lui faire comprendre dans quoi il s’embarque parce que contrairement à ce qu’il peut bien penser (et je le sais parce que moi aussi, j’en ai chié peut-être même encore plus que lui avec Gabriel qui n’a fait que me pousser à bout encore et encore jusqu'à ce que j’atteigne la limite pour ensuite pousser encore plus , moi aussi, je me suis senti persécuté, moi aussi, je suis passé par des phases ou je me suis demandé si ca en valait la peine, mais j’ai tenu bon parce que je savait que ca me mènerait exactement là ou je le voulais et que c’était un mal pour un bien et ca je le sait aujourd’hui parce que le recul m’a ouvert les yeux.).

« Tu peux m'casser la gueule maintenant. C'est pas comme si j'allais pouvoir me défendre ou fuir » c’est plutôt tentant comme proposition et je m’apprête à lui dire de ne pas tendre le bâton pour se faire battre comme ca, qu’il devrait faire attention à ce qu’il propose et aux idées qu’il m’insuffle, mais il ne s’arrête plus et j’ai l’espace d’un instant l’impression d’avoir ouvert la boite de Pandore, lui qui est habituellement loquace comme un poisson mort au fond de son bocal, dégueule à présent les mots sans s’arrêter.  « Mais m'enlève pas mon cuir. J'te jure que cette fois c'est terminé pour de bon. C'est l'seul truc que j'ai fait dans ton dos. J'sais qu'c'est pas trop un argument mais j'ai b'soin d'ça. Me l'enlève pas s'te plait. » Je me redresse, poker face de compétition en place et bois une gorgée de soda tranquillement, le laissant mariner encore quelque instants. Je pose la canette sur la table basse devant moi entre deux crayons de couleurs abandonnés par le fils de James quelques dizaines de minutes plus tôt. Je dois dire que j’apprécie que sa première pensée soit pour son cuir, peut-être que finalement sa place au club est plus importante pour lui que ce qu’il ne laisse paraître, c’est toujours bon à savoir, dommage qu’il ne le montre pas au quotidien dans ses actions, ca me faciliterai grandement la vie. Enfin…on va prendre ce qu’il y a, c’est déjà un début.

« Arrête de chialer, je vais pas t’enlever ton cuir. Pause dramatique. En tout cas pas pour une gonzesse. » Oui bon okay la gonzesse en question, c’est ma sœur mais bon ca reste une nana face au club. « Pour commencer, tu crois que tu l’aimes ou tu l’aimes ? Parce qu’y a une sacrée différence. Que tu ailles volontairement dans le mur en violant mes règles parce que t’es amoureux d’elle c’est pas franchement la même que si tu veux juste la sauter ! Parce que, et bien que ca me casse profondément les couilles, il semblerait qu’elle te trouve quelque chose, je vois franchement pas quoi à part si on aime les pleurnicheuses de quatre ans mais bon… » Je roule des yeux en secouant la tête à la négative. « Tu peux t’estimer avoir le cul bordé de nouille prospect jte le dit ! Parce que tu vois, je vais être grand seigneur et vous laissez faire vos trucs, que les choses soient claires, je le fais certainement pas pour toi. Je lève un index vers lui comme pour le mettre en garde. Mais soit très très prudent si tu veux pas perdre ton service trois pièces, t’as intérêt à la traiter comme il faut, enfin en admettant qu’elle décide de reprendre ton cul d’handicapé. » Je suis agacé, cette conversation m’énerve, j’ai pas envie de lui donner l’impression que passer au-dessus de mes règles est quelque chose qui peut rester impunie parce que bon sang c’est pas le cas et si c’était pas de Mia qu’il s’agissait, il serait déjà en train de me supplier d’arrêter de le cogner. Je reprends donc pour mettre les choses parfaitement au clair, mon ton se durcit donc un peu plus et mon visage lui montre tout le sérieux et la colère que je possède. « Maintenant, deux choses et ouvre bien tes oreilles parce que je ne le répéterais pas. Pour commencer plus jamais tu enfreins ou même contourne les règles que ce soit les miennes ou celle du club sinon ton cuir je te le fait bouffer jusqu'à ce qu’il en reste plus de traces, c’est clair ? De deux si tu tiens tant à ton blouson et accessoirement à ta place parmi nous, va falloir commencer à te secouer et à montrer que tu en es digne Kurtis, parce que ca cause et pas qu’un peu et Ô surprise c’est pas dans ton sens que ca le fait ! Alors va falloir, faire fonctionner ta caboche et te décider parce que me faire perdre mon temps c’est pas une option qui finira bien pour toi ! Capish ? »

© GASMASK

_________________



A true outlaw ⊹ finds the balance between the passion in his heart and the reason in his mind. The outcome is the balance of might and right.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ... (avatar) Myuu.BANG (code signature)
Messages : 815
quartier : une petite maison à West Side, achetée avec l'héritage de son paternel
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: here are many wild animals Dim 14 Mai - 12:02





here are many wild animals
# madmax
# kurtis
MadMax fait durer le suspense. Evidemment qu’il le fait. Torturer psychologiquement (et plus rarement physiquement) son apprenti semble être un des grands plaisirs de sa vie. Kurtis le sait et il a envie de hurler pendant que son interlocuteur prend tout son temps pour siroter le soda qu’il s’est trouvé dans son frigo pratiquement vide.  Sa main se crispe sur le tissu de son jean alors qu’il essaie de deviner ce qui peut bien se passer dans la tête du motard, en vain. Il s’attend à tout. Au pire bien sûr.
« Arrête de chialer, je vais pas t’enlever ton cuir » lâche tout à coup Max, mettant un terme à son supplice.
Kurtis ne retient pas le soupir soulagé qui lui permet d’évacuer un peu de la tension qu’il a accumulée depuis que le sujet Mia a été abordé. Ses épaules s’affaissent également alors qu’il recommence à respirer plus facilement. Sauf que les questions qui suivent font renaitre très rapidement son angoisse. C’est qu’il n’a pas tellement l’habitude de parler de ses sentiments ou ce genre de conneries. Surtout pas avec Max avec qui il n’a pratiquement jamais discuté d’autres choses que du boulot. Ca lui fait bizarre d’ailleurs. Ca le fiche vraiment mal à l’aise et il s’attend à tout instant à ce que son mentor éclate d’un rire mauvais et lui sorte une saloperie réductrice et humiliante.
Le grand brun déglutit péniblement, attendant que Max se taise pour pouvoir en placer une, réfléchissant à ce qu’il va bien pouvoir lancer pour justement combler le silence qui viendra. Parce qu’il ne se voit pas lui répondre clairement qu’il est amoureux. Ce mot sonne trop bizarrement. Il ne l’a jamais prononcé en réalité… Bien sûr, il a chuchoté une fois ou deux à Mia qu’il l’aimait, mais c’est différent. Et puis c’était entre eux… Et franchement, l’idée de mêler Max à leur histoire et leurs sentiments, que ce soit de près ou de loin, le gêne beaucoup.
« Mais soit très très prudent si tu veux pas perdre ton service trois pièces, t’as intérêt à la traiter comme il faut, enfin en admettant qu’elle décide de reprendre ton cul d’handicapé. »
Kurtis, la bouche comme du parchemin, se contente d’hocher la tête pour lui signifier que le message est bien passé. Pourtant, il a du mal à réaliser que ça y est : c’est fait. Max est à présent au courant pour lui et Mia et ils n’ont plus à vivre dans le secret. Ils lui ont cachés cette relation pendant si longtemps, ont tellement stressés qu’il découvre la vérité, ont d’ailleurs failli rompre un bon nombre de fois à cause de la pression, que Kurtis n’a aucune idée de la manière dont ils vont gérer cette nouvelle dynamique. Il ne peut simplement pas se le figurer.
Et puis le fait que Mia l’ait balancé avant de disparaître pour il ne sait combien de temps, il ne sait où, le chiffonne encore. Est-ce qu’elle va rappliquer dès qu’il la préviendra qu’ils peuvent enfin vivre leur histoire au grand jour ? Est-ce que ça balaiera d’un seul coup la dernière dispute qu’ils ont eue et a apparemment provoqué le départ de la stripteaseuse ?
Ca lui semble encore très compliqué tout ça et il ne parvient pas à être véritablement heureux de la tournure des évènements.

« Maintenant, deux choses et ouvre bien tes oreilles parce que je ne le répéterais pas… »
Ah, voilà, ils y sont. Les menaces. Kurtis est presque soulagé qu’ils changent de sujet et qu’ils reviennent à une discussion plus habituelle, un air bien connu. Il s’exécute donc et ouvre bine grand ses oreilles, s’imprégnant de chacun des mots de son mentor qui le fixe intensément et pense visiblement chacune de ses paroles.    
« Alors va falloir, faire fonctionner ta caboche et te décider parce que me faire perdre mon temps c’est pas une option qui finira bien pour toi ! Capish ? »
« Oui, j’sais » assure-t-il en soutenant le regard de son mentor. « J’vais l’faire. J’essaie déjà, j’te jure, mais j’vais faire mieux. J’vais pas laisser passer c’te seconde chance. »
Il ne va pas plus loin dans le mélo. Il n’insiste pas trop sur le fait qu’il pense déjà donner son maximum mais que ça ne donne simplement jamais le résultat escompté. Il ne s’est jamais donné autan de mal pour quoi que ce soit dans sa vie. Il n’a jamais été foutu de garder un job plus de quelques semaines, mais puisque les gars lui ont demandé de conserver son poste de coursier, il supporte son connard de patron, la fatigue et les courbatures sans se plaindre afin de leur être utile. Bon, bien sûr, avec son putain de trou dans la cuisse, ça va être un peu dur d’assurer ses livraisons et il a été arrêté mais dès qu’il ira mieux, il reprendra le taf. Maggie lui a déposé son vélo en douce et il a pu le faire restituer à la boite pour laquelle il travaille, ce qui lui évite des histoires.
Et c’est son compter son investissement pour son second job, au Crashdown, où il ne compte pas ses heures et se plie aux quatre volonté de son exigeant patron, installé en face de lui. Il a fait le calcul un jour et s’est rendu compte qu’il ne dispose que de quelques heures pour lui par semaine, ses nuits étant souvent grignotées par les besoin du club : surveillance d’un bâtiment, escorte de marchandises aux côtés des autres membres, livraisons diverses pour satisfaire leurs besoins… Et ces heures, Kurt essaye de les réserver à sa famille ou Mia. Ce qui ne lui laisse aucune place pour ses propres loisirs.
Au final, recevoir cette balle lui a permis de souffler un peu, de dormir plus de trois heures par nuit et de passer enfin plus de cinq minutes avec ses chiens qu’il ne faisait que croiser. Une vraie bénédiction. Mais comme toutes les bonnes choses, ses pseudos vacances viennent de toucher à leur fin… Max va de nouveau être sur son dos. 24/24h maintenant qu’il est dans l’incapacité de se rendre à son boulot alimentaire. Et quelque chose lui dit que s’il tolère sa relation avec Mia, il va tout faire pour éviter qu’ils puissent passer du temps ensemble.
Ceci dit, cette question là est réglée tant que la stripteaseuse est dans la nature…
Bref ! Il va devoir se donner deux fois plus maintenant. Kurtis n’a aucune idée de comment il va s’y prendre, mais apparemment, c’est que son mentor attend de lui et il n’a pas intérêt de le décevoir...



Code made by Wanderlust

_________________


I'm Sick of those wounds that never heal
Yeah, I've been dancing with the devil, I love that he pretends to care if I'll ever get to heaven when a million dollars gets you there
Oh, all the time that I have wasted, chasing rabbits down a hole when I was born to be the tortoise I was born to walk alone


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: here are many wild animals

Revenir en haut Aller en bas
 

here are many wild animals

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Baptême de Wild Cloud
» Sarah Wild
» alignement wild du minnesota saison 10
» 07. Girls running wild
» Minnesota Wild
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: West Side :: LOGEMENTS-