AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 How to get away with murder, again ? — Kurt & Max

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

PRINCE DE LA CB 〜(•‾̑‿‾̑•)ノ
avatar
Profil
crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
Messages : 375
quartier : West side bitch
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Mar 17 Jan - 10:44

how to get away with murder again ?
Kurtis & James




« Il se fout de ma gueule là ? »

James tapote à toute vitesse sur son téléphone, grognant dans sa barbe, des insultes en chapelets hautement sophistiquées relatant plus ou moins cruellement de quelle manière il compte exploser chacun des os de ce pauvre débile de prospect. Il relit. Puis efface ses paroles. La rage qui bouillonne en lui le pousse à recommencer, ça lui fait un bien fou de pouvoir juste se décharger de tout ce qui lui passe par la tête. Les dents serrées, posé sur le côté pour pouvoir texter sans se prendre la tête avec son bras en écharpe, James lit, encore une fois, son message. Qu’il efface à nouveau.

« Hin ? Tu ma pas dit que je devrai aussi prendre un dico..javais que les filles ! »

Ah ah ah.
Il est drôle hein, hmhm.
James laisse échapper un rire. Un rire jaune, nerveux, il ne sait pas quoi faire face à cette réponse. Sérieusement ? Dans les deux cas, le type est mort. Soit il est complètement con et il faut l’abattre avant qu’il ne coule le club, soit il se fout de sa gueule, fait de l’ironie, ce qui est mauvais dans sa situation. Le KOS lui donne dix minutes pour rentrer au Crashdown, ou qu’il soit, il n’en a strictement rien à foutre. Bordel.

Cinq ukrainiennes. James s’était qu’après tout s’il ne laissait pas sa chance à ce type il ne pourrait jamais vraiment savoir comment il peut œuvrer pour le club. Il s’était dit qu’après tout, prendre sa putain de bagnole, faire monter cinq nanas et revenir au QG, ça n’était pas si compliqué. Une mission simple, qui ne demandait uniquement qu’il reste derrière son volant, les yeux sur la route.

Est-ce qu’il savait au moins combien le club avait payé ces filles ?
La logique de la situation échappe au KOS qui attend le prospect de pied ferme, lui balançant un texto toutes les 10-20 secondes, comme le balancement du couperet au-dessus de sa tête. Bon dieu mais qui avait pris ce gamin ? Max ? Il devait lui dire, il faut. « Hé bro, ta poulette d'occasion attardée a perdu mes filles. »

AH AH AH, Hilarant !
Pas facile de faire sortir James de ses gonds, mais très franchement il avait la rage, de savoir son investissement envolé, puisque c’est ce qu’il lui avait dit. Envolé. Oh James avait hâte de retrouver le poulain de max devant lui. D’ailleurs il avait dépassé les dix minutes consacrées à son retour, alors James lui fait part de son honnête déception. Chaque minute sera une corvée en plus, parfait, pour le héros de Chicago. Et pas seulement 12 travaux pour le prospect.

Le KOS passe une main sur son visage. Inspire, expire. Une toute petite part de lui espère encore qu’il s’agisse d’une vieille blague qu’il lui fera payer de toutes façons. Mais le reste pressent que Kurtis a réellement « paumé » cinq nanas. Il s’est fait avoir. Et il lui demande encore quoi faire ? Ne pas s’énerver, ne pas s’énerver.
Inspire, expire.

Le bruit d’un moteur suivi d’un crissement de pneu exagéré lui parvient, James se redresse et se dirige vers la porte, qu’il ouvre alors que Kurtis descend de la bagnole. Un mince sourire se plaque sur le visage du motard mais ses yeux le mitraille, le pend, le découpe. James, tout à fait poli, retient la porte avec son dos pour Kurtis. Mais dès qu’il arrête d’hésiter et passe enfin devant lui, il ne peut pas s’en empêcher et lui décoche une claque à l’arrière de la tête. Les dents serrées, il le suit en direction du comptoir. Le club est fermé, évidemment, Max doit trainer quelque part dans son bien, mais pour l’instant James et Kurtis sont seuls.

« Alors vas-y je t’écoute, parce que j’ai pas bien capté quand tu m’as dis que les nanas s’étaient envolées ? Ça m’échappe un peu. Dis-moi qu’elles ont sauté de la voiture ? Sorties par le coffre ? Par le toit ouvrant ? Comment elles ont fait alors que tu étais censé les conduire ici ? »

James déblatère ses questions sur un ton presque enjoué, son visage crispé et il vient poser son bras valide sur le comptoir pour s’appuyer.

« T’auraient-elles… agressé ? »

Il appuie sa question d’un air bien que trop méprisant, il est à deux doigts d’éclater de rire. Un rire nerveux. Le prospect commence son histoire à deux balles mais le motard n’en a pas fini, en réalité il n’a pas même pas commencé son manège.

« Stop, attends j’te coupe. Tu sais c’que tu vas faire ? Une démo. Te contente pas de me raconter comme ça avec ton air de chien battu à deux balles, c’que tu fais c’est que tu me souris, avec les dents, et tu me fais une démo, tu vois, tes petites mains posées sur ton volant, le moment ou tu leur ouvres la porte, etc. Tu vois le genre ou pas ? »

© code par Nostaw.

_________________
when I was a man, I thought it ended ; when I knew love's perfect ache. But my peace has always depended, on all the ashes in my wake.
YOU SOON FIND YOU HAVE FEW CHOICES


Dernière édition par James W. Manning le Mer 18 Jan - 16:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : junkiie (avatar) Myuu.BANG (code signature)
Messages : 808
quartier : une petite maison à West Side, achetée avec l'héritage de son paternel
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Mar 17 Jan - 22:04





how to get away with murder
again...
#james
#madmax


C'est pas juste. Ça le fait d'autant plus chier qu'il savait parfaitement à quoi s'en tenir. Il sait que James ne l'apprécie pas des masses et se doute que cette mission spéciale était pour lui un moyen d'essayer de faire un effort, un pas vers lui. Peut-être à cause de son attitude pendant l'attaque éclair de Noël qui lui a bien plu ou peut-être parce que Max le lui a demandé. Peu importe la raison puisque Kurtis a foiré dans les grandes largeurs... Il s'était juré de faire bonne impression, était désireux de rendre le KOS fier de lui, et au lieu de ça, il est en train de passer un débile incapable. Et ce n'est pas juste. Il se donne du mal au quotidien, supporte les moqueries de tout le monde et il a l'impression d'avoir fait des progrès auprès des membres du club. Mais tout ça va être balayé à cause d'une simple petit erreur de jugement.
Comment est-ce qu'il était supposé deviner que les filles allaient se faire la malle comme ça ? James ne lui a jamais dit qu'il était censé les séquestrer ! Kurtis ignorait qu'elles ne s'étaient pas tout à fait portées volontaires pour rejoindre la maison close de Manning. Lui, il avait l'habitude de travailler avec les filles de Max qui étaient libres de leurs mouvements et venaient travailler avec bonne humeur. Si James ou le type qui avait fait grimper les filles dans sa caisse l'avaient prévenu, le Prospect ne se serait jamais arrêté dans cette foutue station essence et il n'en serait pas là.

Son portable vibre pour la septième fois au moins depuis qu'il a démarré. Il y jette un coup d'œil nerveux, sentant une goutte de sueur dégouliner le long de sa nuque. Il tend Le Bras pour attraper l'appareil et consulter le message. Dans la même veine que tous les autres. Un message de menace. Ça le stress putain ! Et il sait que James en fait exprès ! Il est en train de le punir, de jouer avec ses nerfs. Bordel de putain de chierie de merde !  Les vibrations sont en train de le rendre dingue. Il sait qu'il n'est pas prêt d'arriver. Il était trop loin au moment de son arrêt pour être au QG en moins de dix minutes. Ça aussi c'est injuste. Maintenant, il ne se dit plus que James lui a confié cette tâche pour lui permettre de lui prouver sa valeur, mais dans le seul but de Le tourner encore un peu plus en ridicule. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y est parvenu... Et Kurt a parfaitement conscience d'avoir tendu le bâton pour se faire battre encore et encore. Mais c'est pas sa faute ! Il est mauvais sous la pression. Il l'a toujours été. Il a compris juste après avoir envoyé son SMS à propos du dico que James faisait de l'ironie, mais c'était déjà trop tard. Et puis pas question de revenir là-dessus... Il aurait sans doute eu l'air encore plus con.

Nouvelle vibration. Kurtis se met à frapper rageusement son volant, poussant quelques jurons avant de pousser un hurlement supposé le décharger un peu de sa colère. Mais ce n'est pas suffisant. Il serre les dents, prend sur lui. Quel autre choix a-t-il de toute manière ? Il essaie de préparer son discours. Celui qu'il va devoir tenir devant James dans cinq minutes, quand il atteindra Le Crashdown. Et si c'était Caleb qui l'attendait, en personne ? Kurtis sait qu'il l'a déçu à Noël. Il n'a pas été capable de lui dire qui avait ouvert le feu. Leur Président l'a appris par ses contacts dans la police, qui ont découvert un sachet contenant la même drogue distribuée durant la rave d'halloween.
Kurtis va droit dans le mur. Il imagine déjà les KOS le débarrasser de son cuir et lui dire de ne plus jamais remettre les pieds dans le coin. Il peut presque déjà sentir le regard accusateur et humilié de Max l'escorter jusqu'à la porte... Et quelque chose lui dit que si les choses devaient se passer comme ça, son mentor ne se contenterait pas le fusiller du regard. Il irait le trouver et lui ferait payer l'humiliation ressentie par son échec. Kurtis est certain que le tuer ne serait pas exclu pour le gérant du Crash.

Kurtis donne un coup de frein et immobilisé son véhicule sur le parking du club. Sa cuisse est en feu. Il a l'impression que quelque chose à cédé à l'intérieur... Ça ne serait pas étonnant. Il est capable de conduire de nouveau depuis quelques jours seulement. Il était censé y aller doucement et on ne peut pas dire qu'il se soit ménagé cette dernière demi-heure.
Prenant sur lui, il boite aussi vite que possible en direction de la boite. Son sang se glace lorsqu'il remarque James qui l'attend de pied ferme et lui tient la porte. Kurt sait exactement ce qui l'attend. Des qu'il va être à sa hauteur, James va lui en coller une. Il ne cherche pas à éviter le coup. Il rentre un peu la tête dans les épaules et accepte son sort sans broncher. Pas de coup de pied au cul, juste une claque dans la nuque.
Le Prospect dirigé ses pas vers le comptoir et s'y appuie, espérant ouvrir soulager un peu sa jambe en feu. Il n'ose pas s'asseoir ou se mettre à l'aise. Il sait qu'il va passer un sale quart d'heure, qu'il a merdé et que ce serait mal venu. Il préfère également attendre que James l'invite à prendre la parole plutôt que de prendre une quelconque initiative.
« Alors vas-y je t'écoute... »
Kurtis déglutit péniblement. Il cherche MadMax du regard mais ne le voit pas. Il ignore encore si c'est une bonne ou une mauvaise chose...
« Ben... c'comme j't'ai dit mec... Les filles ont dit qu'elles voulaient pisser et tout puis moi j'étais pas chaud tu vois mais elles ont commencés à... »
Mais Le KOS l'interrompt déjà. Et Kurtis déchante. Il devine que James ne va pas lui faciliter la vie. Qu'il va même sûrement le malmener allègrement... Et le coursier ne se trompe pas. Voilà que James lui demande de mimer la scène. Une façon de l'humilier. Si Kurtis se sent coupable, il n'en est pas au point d'accepter d'être traité de cette manière. Gêné, il passe une main dans ses cheveux sales, récemment coupés.
« T'es sérieux ? » grimace-t-il, sachant déjà que James est on est peut plus sérieux. Ce qu'il lui confirme. Kurtis pousse un lourd soupir. « J'vais pas faire ça James... C'est pas ma faute OK ? Comment je pouvais deviner qu'elles étaient pas consentantes et tout ça ? Moi on m'a dit de faire le chauffeur et quand je fais chauffeur pour les filles de Max - tu peux lui demander - j'dois céder à tous leurs caprices ! Elles voulaient juste pisser ! J'pensais pas qu'ça poserait souci... J'suis désolé mais fallait m'dire ! Fallait m'dire dès l'début qu'j'devais pas les écouter ! »
En gros : c'est ta faute aussi un peu...



Code made by Wanderlust

_________________


never thought that I could be happy
I sang a hymn to bring me peace & then it came, a melody ; it felt so sweet, it felt so strong, it made me feel like I belonged ; & all the sadness inside me melted away like I was free ; I found what I'd been looking for in myself ; found a life worth living for




Dernière édition par Kurtis Hawkins le Ven 20 Jan - 17:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

PRINCE DE LA CB 〜(•‾̑‿‾̑•)ノ
avatar
Profil
crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
Messages : 375
quartier : West side bitch
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Mer 18 Jan - 16:01

How to get away with murder again ?
Kurtis & James



James n’apprécie pas beaucoup Kurtis, c’est un fait. Un fait avoué. Il lui a déjà clairement dit, et tant que ce type ne sera pas capable de porter correctement le patch de prospect, James ne croira pas en sa capacité à être membre. Sérieusement, parfois le motard a l’impression qu’il est le seul à voir qu’il est lent ? Il l’a déjà remercié pour avoir gardé sa famille à l’œil, mais ça s’arrête là. Il l’a très bien fait, maintenant James n’a plus besoin davantage de ses services. Et malgré ça, parce qu’une petite voix dans sa tête lui disait de lui laisser sa chance, une nouvelle fois.

Le motard est du genre à vouloir se faire son propre avis, en toute circonstances. Lui, a sa place à la table de vote. Il a été ce que sa place au sein du club lui demandait d’être, à en laisser sa femme et son fils derrière lui. James n’est pas prétentieux mais il estime qu’il mérite son cuir et sa fierté de hors-la-loi est palpable. Alors il voulait voir ce qu’allait donner Kurtis, en live, savoir s’il pouvait lui faire confiance ou s’il devait désormais le garder dans ses contacts uniquement comme nounou. Et puis, même s’il ne voulait pas spécialement se le dire, l’avis de Natalia et Eliott sur ce type entrait dans l’équation. Qu’avait-il pour que sa femme l’apprécie ? James voulait savoir, c’est tout. Il voulait toujours tout savoir.

Alors il lui a fait confiance. Pour plusieurs milliers de dollars. Et il regrette amèrement maintenant alors qu’il textote à ses contacts la descriptions de ses ex-futures potentielles filles.

« T’es sérieux ?
— J’ai l’air de plaisanter ? »

Le prospect souffle. Putain mais il a quel âge ? James l’observe avec une pointe de… il ne saurait dire si c’est de la consternation ou du mépris.

« J'vais pas faire ça James... C'est pas ma faute OK ? Comment je pouvais deviner qu'elles étaient pas consentantes et tout ça ? Moi on m'a dit de faire le chauffeur et quand je fais chauffeur pour les filles de Max - tu peux lui demander - j'dois céder à tous leurs caprices ! Elles voulaient juste pisser ! J'pensais pas qu'ça poserait souci... J'suis désolé mais fallait m'dire ! Fallait m'dire dès l'début qu'j'devais pas les écouter ! »

James laisse échapper un rire jaune, qui s’éteint aussi vite qu’il est né. Sérieusement ? Le motard n’y crois pas, n’arrive pas à accepter le culot d’un prospect. Il en oublie son portable qu’il pose sur le comptoir alors qu’il se redresse.

« Attends excuse-moi j’ai pas compris, vraiment c’est fou j’ai du mal à comprendre c’que tu m’balbuties aujourd'hui, prospect. » Si déjà la rage bouillonnait en lui, c’est autre chose qui nait au creux de sa poitrine et se matérialise en un petit, petit sourire pincé sur le côté de ses lèvres. « C’est pas ta faute ? Déjà quand je te dis de faire quelque chose, tu le fais, si je te demande de laver les barres du club avec ta putain de langue trop pendue, tu le fais. Ensuite, je crois pas que ce soit moi qui était au volant de la bagnole, ni aucun autre membre du club, c’était toi, c’était ta mission, que JE t’ai donnée et si tu l’as foirée, t’assumes. »

Le motard fait un pas vers le prospect, son air paraît absolument calme en contraste avec le ton sec et narquois qu’il emploie pour parler à son inférieur.

« Mais si t’as quelque chose à me dire, vas-y, je t’en laisse l’occasion là, Kurtis, mais avant j’ai une question : En plus d’insinuer que je séquestre des filles, c’est de ma faute si t’es con maintenant ? Il faut absolument tout t’expliquer ? Ces nanas viennent d’Ukraine, elles étaient assez malignes pour préférer faire le trottoir aux US qu’en Ukraine, et visiblement assez futées pour se barrer à la première occasion. On vient de leur payer le transfert. Gratos le voyage. Et toi tu leur as ouvert la porte et par la même occasion t’as laissé la thune du club s’échapper par la fenêtre. »

Il se rapproche encore, le jauge.

« Va falloir trouver une solution, à moins que t’aies envie d’aller faire un tour chez Caleb pour lui apprendre la nouvelle. Jusque-là je pense qu’on va bien s’amuser tous les deux. Tu m’allumerais pas une cigarette par hasard ? J’ai plus qu’un bras. »

James le fixe quelques secondes, cherche la moindre trace de défi dans les yeux de Kurtis, avant de se retourner pour s’accouder au comptoir.

« Et t’as compté tes minutes de retard au fait ? Précisément ? »  Histoire de savoir combien de fichues corvées tu vas te ramasser ?

© code par Nostaw.

_________________
when I was a man, I thought it ended ; when I knew love's perfect ache. But my peace has always depended, on all the ashes in my wake.
YOU SOON FIND YOU HAVE FEW CHOICES
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : junkiie (avatar) Myuu.BANG (code signature)
Messages : 808
quartier : une petite maison à West Side, achetée avec l'héritage de son paternel
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Ven 20 Jan - 18:38





how to get away with murder
again...
#james
#madmax


Kurtis sent que son petit discours n’a pas convaincu. D’abord à l’expression de son interlocuteur, ensuite à la manière dont il l’appelle "prospect", en insistant bien sur ce qualificatif. Le jeune homme espérait bêtement avoir une petite chance de s’en tirer en argumentant, en faisant comprendre son point de vue à James, mais ce sera peine perdue. Il le sait à présent. James a décidé qu’il n’était qu’une sous merde et rien de ce qu’il pourra lui dire ne pourra le convaincre du contraire. Son vis-à-vis l’a enfermé dans la cellule "incapable" et a jeté la clé… Kurtis serre les dents, serre les poings à s’en faire mal aux articulations. Il a envie d’exploser, envie de se défendre, de justifier chacune de ses décisions pour faire entendre raison à James mais il sait que ce sera vain. Alors il faut qu’il prenne sur lui. Il faut qu’il ferme sa grande gueule et qu’il subisse la déferlante qui va s’abattre sur lui dans un tout petit instant. Mais ça l’emmerde profondément. Kurt en a assez de subir et de fermer sa gueule. Il en a assez que tout ce que tout le monde retienne, ce soit ses actions foireuses ! Et il continue de penser qu’il n’est pas le seul à blâmer pour la tournure des évènements.
James lui parle justement d’assumer ses erreurs et il doit se mordre l’intérieur de la bouche et enfoncer ses ongles dans ses paumes pour ne pas ciller. Et sa part d’erreur à lui, il compte l’assumer ? Non ! Bien sûr que non ! Toujours tout coller sur le dos du Prospect, c’est tellement mieux ! Évidemment, Kurtis sait que c’est justement son rôle, qu’il est là pour servir de carpette et permettre aux membres des Kings de nettoyer leurs sales godasses sur sa tronche plutôt que sur le pas de leur porte. Mais il commence à en avoir assez de ces conneries. Il se démène et ce n’est jamais bon !
Oui, OK, il a merdé. Mais c’est parce qu’il avait pas toutes les données en mains ! Sinon il n’aurait jamais laissé partir ces saletés de connasses d’ukrainiennes de merde ! Ce ne serait jamais arrivé si James avait été clair dès le départ, voilà ce qu’il en dit. Le souci, c’est qu’il va très certainement être le seul à le dire… D’ailleurs, quand James lui fait un topo de la situation de manière ironique, Kurt est à deux doigts de l’interrompre pour lui sortir un tonitruant : mais putain c’est ÇA qu’il fallait me dire dès l’début, connard !
Ça aurait assurément mal fini et heureusement, il parvient à se taire, même si son ressentiment doit se lire sur ses traits bougons.

« Va falloir trouver une solution, à moins que t’aies envie d’aller faire un tour chez Caleb pour lui apprendre la nouvelle » lui glisse-t-il méchamment. Autrement dit : à partir de maintenant, j’ai ton destin entre mes mains alors t’as intérêt à répondre à la moindre de mes envies… « Jusque-là je pense qu’on va bien s’amuser tous les deux. Tu m’allumerais pas une cigarette par hasard ? J’ai plus qu’un bras » enchaine d’ailleurs James, lui faisant connaître sa première requête. La première d’une très longue liste, à n’en pas douter.
Encore une fois, le coursier est à deux doigts de lui rétorquer que ça le changera pas beaucoup de d’habitude. Allumer des clopes, servir des bières et raccompagner et coucher des KOS trop ronds pour le faire, c’est ce qu’il fait depuis des mois maintenant ! Au lieu de ça, il s’arrête de respirer et s’assurer de rester immobile. Il a une envie folle de soupirer, de grogner, de protester, de faire connaître sa façon de penser au KOS. Mais s’il le fait, il va se retrouver dans l’bureau du President et il n’en a pas envie… Depuis la fusillade, Caleb fait comme s’il ne se souvenait même pas de son prénom et ne lui accorde pas un regard. Il n’existe plus. Ça lui fiche une frousse d’enfer mais il se raccroche à l’espoir que, si le Président du MC avait voulu le virer, il serait déjà sans son cuir…
Voilà pourquoi il était si motivé à prouver sa valeur à James. Il sait que James a pris pour le club et qu’il est dans les bonnes grâces de Caleb Cavanaugh. S’il avait assuré aujourd’hui, peut-être que son interlocuteur aurait pu glisser un mot doux ou deux à l’oreille du Président pour lui. Ça n’arrivera plus maintenant.
« Et t’as compté tes minutes de retard au fait ? Précisément ? »  
« Non » répond-t-il du bout des lèvres, faisant bien attention au ton qu’il emploie, pour ne pas paraître trop brusque. Mais c’est un peu raté. Il est trop sur les nerfs et n’a jamais été très bon acteur. « On a qu’à arrondir à vingt minutes. »
Il a dû en mettre à peine plus d’une quinzaine. Il tend un bâton pour se faire battre, il le sait. Mais ce qu’il sait surtout, c’est que c’est précisément ce que James attend de lui. Ce qu’il attend d’un Prospect.

Là-dessus, il fouine dans ses poches pour trouver son Zippo. Il sort aussi ses propres clopes pour en filer une au KOS. Il se trouve qu’ils apprécient la même marque. De mauvaise grâce, il en tend donc une à James et la lui allume, supportant le nuage de fumée qu’il lui envoie dans la tronche. Kurtis meurt d’envie de s’en prendre une, mais il y renonce. Il n’est pas là pour se la couler douce. Il doit faire pénitence. Ça l’emmerde royalement, il ne pense pas le mériter, mais c’est comme ça…
Après un petit soupir contrarié, il reprend la parole pour répondre aux propos tenus par James un instant plus tôt. Et les mots qu’il prononce lui écorchent la bouche et l’égo.
« J’suis désolé, OK ? J’savais pas tout ces trucs. Dans l’doute, j’aurai mieux fait d’pas l’faire mais j’l’ai fait alors maintenant…voilà quoi » lance-t-il en levant les bras au ciel dans un geste traduisant son impuissance face à toute cette situation totalement injuste… « J’peux r’prendre la voiture et m’faire chaque rue pour leur mettre la main d’sus s’tu veux. J’peux t’filer du blé pour rembourser ou…ou d’mander à ma sœur si elle a pas des potes qui pourraient dépanner pour une soirée ! …’fin c’pas des putes, mais c’des mannequins et elles sont bonnes quoi… Ce s’rait juste de la vitrine… Pour distribuer des tracts ou j’sais pas quoi… ‘fin j’en sais rien. Dis-moi c’que j’dois faire et j’le ferai. …Mais dis rien aux gars s’te plait. Laisse-moi rattraper l’coup. »
Il ne sait même pas trop d’où lui sort cet espèce de ton un peu geignard qu’il finit par employer. Pas de son caleçon en tout cas. Ses couilles se sont apparemment fait la malle par sa bouche pendant qu’il vomissait ses excuses…


Code made by Wanderlust

_________________


never thought that I could be happy
I sang a hymn to bring me peace & then it came, a melody ; it felt so sweet, it felt so strong, it made me feel like I belonged ; & all the sadness inside me melted away like I was free ; I found what I'd been looking for in myself ; found a life worth living for


Revenir en haut Aller en bas

PRINCE DE LA CB 〜(•‾̑‿‾̑•)ノ
avatar
Profil
crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
Messages : 375
quartier : West side bitch
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Lun 23 Jan - 12:04

How to get away with murder again ?
Kurtis & James



« Non »

James a presque envie de se marrer face à ce nom dit du bout des lèvres. Mais il ne le fera pas, parce qu’il a déjà un petit sourire méprisant et que c’est ce qu’il compte porter encore un moment en regardant Kurtis.

« On a qu’à arrondir à vingt minutes. » Le motard lève les sourcils. Il a, encore une fois, l’envie d’être le sale con qu’il peut être parfois, un peu plus, et lui demander précisément combien de minutes il avait de retard. Mais quelque chose dans la tension du grand corps (trop grand à son avis) lui dit qu’il est pas loin de l’implosion. Et il n’a pas envie de gérer un prospect en larmes. (héhé)

Si seulement, si seulement il avait pu juste réfléchir un peu plus… instinctivement ? Le motard ne sait pas comment expliquer ce qu’il pense de Kurtis à cet instant. Il a géré après la fusillade au Crashdown, lui a permit d’avoir les yeux ouverts et d’être sur ses pattes avant que Natalia ne le rejoigne. Il l’a sorti de l’inconscience, lui a permit de ne pas tomber en hypothermie. Étrangement il ne l’aurait pas cru réellement capable de tant de jugeote jusque-là. Sa décision de le laisser gérer cette mission n’était pas qu’un petit jeu pour James.

Il récupère la clope que Kurtis lui tend et le laisse l’allumer, puis lui rejette directement la fumée dessus. Il la récupère entre ses doigts et se gratte le dessus de l’arcade, réellement perturbé par la perte de ses filles.

« J’suis désolé, OK ? J’savais pas tout ces trucs. Dans l’doute, j’aurai mieux fait d’pas l’faire mais j’l’ai fait alors maintenant…voilà quoi » Le motard le laisse parler, il l’observe lever les bras, faire la moue, petit calimero blessé dans son égo par le grand vilain James. Il reprend la parole, maintenant pour se mettre à proposer des solutions. Lorsqu’il évoque les copines de sa sœur, le motard laisse échapper un rire jaune. Puis vient le coup de grâce : « dis rien aux gars, quoi, s’teuplé. », sur un ton qui file la gerbe à James. Pour un peu il se mettrait à genoux ou quoi ?

Ça l’agace en réalité, de le voir comme ça, tout plaintif. Il s’imagine salir sa fierté en lui présentant des excuses (que James estime amplement méritées) et il pense surement que ça suffira à faire redescendre le motard devant lui mais ça n’est pas le cas. Ça a probablement l’effet contraire. Quoi qu’il fera, James ne sera pas satisfait. Tout ça, ce qui se passe, est trop important. Dans un contexte différent, James se serait surement allé à rire plus fort qu’il ne grognerait mais cette fois ça n’est pas possible. Kurtis peut prendre ça de manière personnelle, ou non, James s’en fout. N’importe qui serait devant lui à cet instant aurait la même impression de dédain en face de lui.

Les circonstances sont ce qu’elles sont, James est déjà fatigué de ne pas pouvoir faire son boulot correctement et passablement énervé ces derniers temps, d’être un fichu handicapé. Il doit lancer sa maison dans quelques jours, ce projet est important et il compte dessus pour se faire un petit paquet de fric (les dépenses commencent dangereusement à augmenter ces derniers temps…), l’investissement que Kurtis a perdu appartient également à tout le club. Si Caleb capte que James ne gère pas, il sera en danger. Il le sent chez son président, sait bien que s’il est soudainement à la tête de la maison ce n’est pas par hasard. Il connaît ce type mieux que son propre père, puisque plusieurs fois il a été la tête de substitution que James cherchait plus jeune.

C’est son honneur aussi, qui est en jeu. Pour qui le prendrait-on de se laisser aller à fléchir à la première plainte d’un prospect ? Il entend déjà les railleries de ses frères, après six ans de prison, après tout, ils n’auraient que trop envie de lui faire des blagues de mauvais goût. Autant lui marcher dessus avec des bottes pleines de boues. Et enfin, last but not least, la sécurité financière de sa famille dépend de cette maison.

Alors il reste là, immobile, comme suspendu. La tension qui lui traverse le corps est palpable. Il s’efforce de garder un fin sourire sur le côté de ses lèvres.

« Tu me prends pour qui au juste, Kurtis ? Pour savoir. Parce que j’ai l’impression que parfois tu me prends pour un con. » Le motard se redresse pour poser le bas de son dos contre le comptoir. « On te dira pas tout à chaque fois, faut agir avec la pensée du groupe. Si tu te fais avoir par une troupe de blonde tu m’expliques comment ça va marcher par la suite ? En perdant les filles tu me restreins à un bénéfice inférieur, et si ça n’était que moi, encore, mais j’ai besoin de te rappeler qu’il y a Natalia et Eliott derrière ou pas ? « J’savais pas tout », bah ouais, et donc ça va être ta défense à toute épreuve ? Tu risques de déchanter rapidement. »

James en rajoute volontairement une couche. Ce type doit apprendre à voir plus loin que le bout de son nez, à réfléchir aux conséquences que ça engendre pour le club et au final pour le prospect lui-même.

« Et parle-moi encore avec ce ton à pleurer et je pense que je vais sérieusement perdre patience. Redresse-toi, tu m’énerves. » Il se penche sur son téléphone, la clope coincée entre les lèvres et échange quelques sms avec ses contacts. Aucune trace des ukrainiennes pour l’instant, encore. Il relève la tête enfin et range son portable dans la poche de son cuir.

«  Laisse ta sœur en dehors de ça, tu veux ? J’ai pas besoin de meuf en vitrines, j’ai besoin de putes. J’ai pas besoin de tracts, j’ai besoin que quand j’ouvre ma maison, ukrainiennes et américaines se tiennent joyeusement la main pour accueillir mes clients. Alors à moins que t’aies envie de porter une perruque et travailler ton accent jusque-là, trouve-moi d’autres solutions. »

Le motard se prendrait bien un verre là, à vrai dire. Son bras commence à lui faire un mal de chien. Il fait le tour du bar et se sert un verre de whisky.

« Pense pas que j’ai oublié, hein, je pense que tu pourras mimer la scène à ton papa ours, Tatiana. Parce que si tu penses que je vais pas mettre Max au courant tu te fourres le doigt dans l’œil jusqu’au coude. »


© code par Nostaw.

_________________
when I was a man, I thought it ended ; when I knew love's perfect ache. But my peace has always depended, on all the ashes in my wake.
YOU SOON FIND YOU HAVE FEW CHOICES
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : junkiie (avatar) Myuu.BANG (code signature)
Messages : 808
quartier : une petite maison à West Side, achetée avec l'héritage de son paternel
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Dim 29 Jan - 17:57





how to get away with murder
again...
#james
#madmax


Et s’il te demande de faire se prostituer Meghan ? Et s’il fait des blagues de cul dégueulasse en parlant d’elle maintenant hein ? Il en serait capable, juste pour te faire chier et assouvir sa vengeance complètement injuste !
Kurtis regrette déjà les propositions qu’il vient de faire à son interlocuteur. Il sait que si James commence à déblatérer des saloperies sur sa sœur, il ne pourra pas se contenir. Il faudra qu’il lui saute à la gorge (malgré sa jambe en vrac et le bras en écharpe de James) et alors il pourra dire adieu à son patch. Ce qui est peut-être exactement ce que cherche à provoquer Manning… Peut-être qu’il l’a mis dans cette situation exprès, en payant des filles non pas pour bosser pour lui dans sa future maison close, mais bel et bien pour l’empêcher, lui, d’accéder au statut de membre des Kings… Peut-être que tout ça est un horrible traquenard ! Peut-être qu’il cherche à le faire sortir de ses gonds pour avoir une excellente excuse pour le faire virer sans passer par la case départ et toucher les 200 $... Et s’il voulait carrément le faire buter ? Ils ont fait disparaitre un corps ensemble après tout. Est-ce que James le laisserait simplement se tirer en prenant le risque que, par esprit de vengeance, il aille le balancer, quitte à se compromettre ?
Respire. Inspire par la bouche et expire par où tu peux…
Kurt essaie de se raisonner, de se calmer. Mais ce n’est pas hyper efficace. Il se sent transpirer comme un gros porc sous sa veste. Il se sent moite, il a la nausée et son cœur cogne avec force dans sa poitrine. Tout ça l’angoisse terriblement. Depuis qu’il a intégré le club de motards, son cœur a pris dix ans dans les dents… Et vu les antécédents familiaux de ce niveau là, Kurtis est déjà pratiquement certain de mourir jeune.
« Tu me prends pour qui au juste, Kurtis ? Pour savoir. Parce que j’ai l’impression que parfois tu me prends pour un con. »
Le Prospect ouvre la bouche pour répondre, mais comprend à la dernière second que c’est une question rhétorique et qu’il vaut mieux qu’il garde sa bouche bien fermée. C’est donc ce qu’il fait, serrant également ses poings par la même occasion.
C’est qu’un mauvais moment à passer. Un AUTRE mauvais moment passé, à ajouter à la longue liste des mauvais moments à passer…
Putain d’chierie de bordel de putain d’merde à la con.


Et pendant qu’il tente de se raisonner, de prendre sur lui, James continue son monologue. James aussi a remarqué que sa voix était devenue plus larmoyante que d’ordinaire et il lui fait comprendre qu’il ne veut plus jamais l’entendre s’adresser à lui sur ce ton. Là encore, Kurtis aimerait intervenir et lui faire savoir que ça en se reproduira plus, mais il se contient. Heureusement. Il passerait encore pour un pleurnicheur ridicule…
De toute façon, à ce stade, le coursier a compris que ce ne sont pas des excuses que James attend. Ni des excuses du genre "Désolé mec" ni des justifications de ses erreurs. James ne se mettra pas à sa place et n’essaiera pas de comprendre son point de vue. Tout ce qu’il a décidé de voir : c’est que Kurtis a échoué.
Il n’y a rien que le Prospect puisse faire à présent, si ce n’est fermer sa gueule et affronter la tempête Manning qui vient de se déchainer. Ca et s’estimer heureux de ne pas avoir MadMax en face de lui, sans quoi la situation serait nettement moins agréable. Oui… C’est possible.
Et comme si cet enfoiré arrogant avait lu dans ses pensées, le voilà qui évoque Max. Subitement, les belles paroles de Kurtis s’envolent et sa résignation fond comme neige au soleil.
« J’vais rattraper l’coup j’te dis ! T’as pas b’soin d’lui dire » insiste-t-il, se gardant bien d’avoir l’air de pleurnicher… Sauf qu’il s’entend parler et il voit bien que ce n’est pas une réussite.
Putain de foutre de nom de dieu de merde !
« J’pas encore de solution mais j’vais en trouver une ! Laisse-moi juste deux minutes pour réfléchir ! » s’agace Kurtis dans une grimace contrariée, essayant de prendre sur lui pour ne pas déverser son flot d’insultes et sa colère directement sur James qui ne veut rien entendre et commence à le courir. « J’ai du blé ! S’tu veux j’te rembourse le fric que t’as investi dès ce soir, j’te l’ai dis ! Et des filles, j’vais t’en trouver pour l’ouverture ! Mais c’pas en restant planter là à t’allumer des clopes comme un connard que j’vais y arriver ! Alors lâche-moi, merde ! »
Oops…?  



Code made by Wanderlust

_________________


never thought that I could be happy
I sang a hymn to bring me peace & then it came, a melody ; it felt so sweet, it felt so strong, it made me feel like I belonged ; & all the sadness inside me melted away like I was free ; I found what I'd been looking for in myself ; found a life worth living for


Revenir en haut Aller en bas

PRINCE DE LA CB 〜(•‾̑‿‾̑•)ノ
avatar
Profil
crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
Messages : 375
quartier : West side bitch
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Dim 5 Fév - 12:28

How to get away with murder again ?
Kurtis & James



« J’vais rattraper l’coup j’te dis ! T’as pas b’soin d’lui dire »

James hausse les sourcils, surpris par le nouvel « enthousiasme » du prospect qui semble se réveiller. C’est fou ce que lui fait le nom de Max évoqué, juste comme ça. Il y réagit beaucoup plus vite qu’à n’importe quelle parole de James. Apparemment le seul moyen de le faire réagir est d’appeler à son mentor, très bien. Donc le prospect en plus de faire des conneries n’agit correctement qu’à la demande d’un seul des KOS ? Ça le fait un peu rire intérieurement que Kurtis soit aussi paniqué subitement a la simple évocation de Max. Il le voit qui s’agace, se redresse, adopte à nouveau cet air pleurnichard qu’il maitrise avec beaucoup de talent visiblement.
James reste là, adossé contre le comptoir et continue de l’observer. Il est déjà agacé mais ça commence à sérieusement lui porter sur les nerfs, le petit manège du prospect le fatigue. Quand Kurtis élève à nouveau la voix pour lui demander deux minutes pour réfléchir, James se redresse. Il se permet un peu trop de choses, perdre son argent, hausser le ton ou pleurnicher, James a généralement de la patience mais pas en ce moment. Caleb le gonfle, cette histoire le gonfle, l’attitude du prospect le gonfle, ce putain de bras en écharpe le gonfle. Si Kurtis continue à aborder le problème de cette manière, il va littéralement tout se prendre dans la gueule.

« J’ai du blé ! S’tu veux j’te rembourse le fric que t’as investi dès ce soir, j’te l’ai dis ! Et des filles, j’vais t’en trouver pour l’ouverture ! Mais c’pas en restant planter là à t’allumer des clopes comme un connard que j’vais y arriver ! Alors lâche-moi, merde ! »

Le sang de James ne fait qu’un tour.

« HEY ! »

Il s’approche de deux pas et attrape le col de Kurtis pour l’approcher violemment de lui et le confronter directement.

« Répètes un peu pour voir ? Vas-y ? Regardes-moi bien dans les yeux Hawkins et répètes-moi ça et articule. Tu veux que j’te lâche ? »

Le motard resserre sa prise en réponse à cette question.
Cette fois-ci il a dépassé les limites. Il croit qu’il peut lui parler comme ça ? Lui marcher dessus comme un vulgaire paillasson ? James lui empoigne le col avec force, il a juste envie de le balancer au sol et lui faire comprendre où est sa place.

« Pour qui tu t’prends ? Si tu t’attends à seulement une petite tape sur la main pour tes conneries : CASSE-TOI ! Tu resteras là comme un connard à m’allumer des clopes tant que j’aurais envie que tu le fasses, tu cireras mes pompes et mon cuir et tu pourras bien me torcher le cul que t’auras juste à fermer ta putain de grande gueule de chiard. »

Le motard reste bien droit dans ses bottes et laisse son regard fixe dans celui de Kurtis. James est presque heureux de voir qu’il le soutient, enfin, au lieu de pleurer comme un bébé à qui on a volé sa putain de sucette.

« C’est pas parce qu’il me manque un bras que l’autre peut pas te décoller une bonne tarte dans la gueule, c’est c’que tu cherches ? Crois-moi je serais ravie de remettre ta petite cervelle en place. »

Le motard relâche le prospect d’un geste violent comme s’il ne tolérait plus sa présence aussi près de lui. C’est à ce moment-là qu’il entend des pas dans son dos.

« Je vais te coller aux basques un temps histoire de rattraper tes vingt minutes de retard. Toi et moi on va apprendre à se connaître cette semaine, on va s’amuser un peu. Et va pas falloir trainer de la patte ou j’te pèterais la deuxième. Max ! Viens voir par ici une minute ! »

Le motard se repose sur le comptoir, son bras lui fait un mal de chien. Il ressort une cigarette de son paquet planqué dans sa poche intérieure et s’adresse à nouveau à Max derrière lui.

« Je crois que ton chiot veut te faire la démo d’une de ses prouesses ! Je t’en prie Kurtis je te laisse lui annoncer la couleur. »

© code par Nostaw.


_________________
when I was a man, I thought it ended ; when I knew love's perfect ache. But my peace has always depended, on all the ashes in my wake.
YOU SOON FIND YOU HAVE FEW CHOICES
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : junkiie (avatar) Myuu.BANG (code signature)
Messages : 808
quartier : une petite maison à West Side, achetée avec l'héritage de son paternel
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Dim 5 Fév - 15:21





how to get away with murder
again...
#james
#madmax


Ca y est. Il a atteint le point de non retour. Et va sûrement se prendre le poing de James dans la face… Mais le membre des Kings se contente de l’attraper tout à coup par le col. Et alors que Kurt se contracte, près à encaisser le coup, rien ne vient. Rien d’autres que quelques postillons qui s’échappent de la bouche de James et le défi de répéter ses propos. Ce que le Prospect ne va certainement pas se risquer à faire. Il regrette déjà que les mots aient franchi ses lèvres une fois et ne va pas jouer avec le feu… Enfin, ça ne changera sans doute rien. Le mal est fait. Il vient de ruiner ses chances d’intégrer le club. C’est sûr maintenant. Caleb le déteste déjà, MadMax le méprise et James n’a jamais eu l’air d’éprouver autre chose que de l’antipathie à son égard. Kurt se laisse faire, serrant les dents pour s’empêcher de piper mot et parce que sa jambe recommence à lui faire mal et qu’il ne doit rien laisser paraître.
« Pour qui tu t’prends ? Si tu t’attends à seulement une petite tape sur la main pour tes conneries : CASSE-TOI ! »
Bien sûr qu’il ne s’attendait pas à un traitement de faveur. Surtout pas de la part de Manning. Mais il continue à penser qu’il a des circonstances atténuantes et ça l’emmerde que ce connard ne veuille pas le reconnaître ! …En même temps, à sa place, Kurt n’est pas certain qu’il n’emprunterait pas le même chemin que lui, niant sa part de responsabilités en bloc. Mais ce n’est plus le moment de se partager les torts. Ce temps-là est révolu.
Maintenant, c’est l’attitude du Prospect qui est jugée et il n’a aucune excuse valable. Encore une fois, réfléchir sous la pression, prendre des décisions et rester de marbres sont des bases dans ce milieu. Et Kurtis a l’impression que toutes ces qualités lui font cruellement défaut. Et il va le payer cher aujourd’hui…

Sa bile déversée, James le repousse violemment et Kurtis, par reflexe, prend appuie sur sa mauvaise jambe après avoir titubé en arrière. Il doit se rattraper au bar pour ne pas se vautrer comme une merde et tomber aux pieds de James. Il sait que si ça devait arriver, ce dernier se ferait une joie de lui mettre quelques coups.
« Je vais te coller aux basques un temps histoire de rattraper tes vingt minutes de retard » le prévient James affichant un air provocateur qui déplait fortement à Kurtis. Cet enfoiré est en train de prendre son pied…et ne va pas s’arrêter là.
En réalité, le Prospect est à deux doigts de renoncer à sa place au sein du gang pour avoir le plaisir de rentrer dans le lard de ce fils de pute, pour lui faire ravaler son sourire aussi arrogant qu’irritant. De toute manière, il sait parfaitement qu’après ce qui vient de se passer, James va tout faire pour qu’il gicle. Alors quitte à partir, autant le faire la tête haute, non ? Autant lui rentrer dedans, lui foutre quelques patates et partir comme un homme au lieu de subir pendant une semaine pour finalement se faire remercier à coups de pieds au cul ?
Sauf qu’au moment où il réalise qu’il n’en a plus rien à foutre, qu’il est prêt à passer à l’offensive, le nom de Max est prononcé par son interlocuteur et tout son courage se fait la malle.

Alors que les yeux du Prospect repèrent son mentor et s’ exorbite d’horreur, James s’accoude tranquillement au comptoir du bar. Il se sort une clope alors que la bouche du coursier s’assèche et qu’il est envahi par une désagréable vague de chaleur.
J’suis foutu…
« Je crois que ton chiot veut te faire la démo d’une de ses prouesses ! Je t’en prie Kurtis je te laisse lui annoncer la couleur. »  

Le chiot a surtout l’impression qu’il va tourner de l’œil ou vomir. Mais il ignore dans quel ordre. Si ses joues sont en feu, son teint est d’une pâleur inquiétante et ses yeux écarquillés lui donnent un air fiévreux et maladif.  
Kurtis déglutit péniblement alors que son boss sort de l’ombre et se rapproche du comptoir, attendant visiblement une explication. Kurtis se demande s’il ne devrait pas tout simplement prendre ses jambes à son cou et déguerpir. Mais ses pieds sont à présent coulés dans du ciment… Il est incapable de bouger. Alors il fait la seule chose qu’il lui reste à faire : il ouvre la bouche et parle.
« J’ai merdé. »
Mais encore ? semble dire le regard pesant de son mentor, alors que son expression reste indéchiffrable pour Kurtis. Ceci dit, pas besoin d’être un génie pour deviner que MadMax est déjà contrarié et que ça va chier pour son matricule.
« Je… » Kurtis déglutit, prend une longue inspiration et se lance en essayant de se débarrasser du ton geignard qu’il a adopté précédemment et a tant agacé James. Il y parvient. Plus ou moins… « J’me suis arrêté pour laisser les filles pisser et elles se sont tirées. J’vais rattraper l’coup Max. Si vous m’laissez une chance, j’vais… »
Mais son mentor ne le laisse pas aller plus loin.  




Code made by Wanderlust

_________________


never thought that I could be happy
I sang a hymn to bring me peace & then it came, a melody ; it felt so sweet, it felt so strong, it made me feel like I belonged ; & all the sadness inside me melted away like I was free ; I found what I'd been looking for in myself ; found a life worth living for


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : Avatar and gifs @me
Messages : 307
quartier : West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Lun 6 Fév - 16:35

How to get away...


Time to put the puppy down
▲ James & Kurtis.




Bon, le staff était désormais presque reformé, malgré des pertes substantielles après l’attaque qu’a subit le club, j’avais réussi à reformer une équipe de danseuse complète ce qui en soit était le plus important, j’avais aussi récupéré une serveuse enfin ca, ca restait à voir parce que si elle avait des couilles, rien ne disait qu’elle était plus doué avec un plateau qu’avec une barre et j’espérait franchement ne pas avoir fait une monumentale erreur en l’embauchant, ne me restait qu’a remplacer cette petite pute de Lydia qui avait apparemment une fâcheuse tendance à la cleptomanie et à remplacer Amber qui s’était fait la malle après la fusillade. Ca prenait forme dieu merci, et je devrais pouvoir rouvrir le club dès demain, pile pour le début du week-end et force était de constater que cette semaine avait fait un trou considérable dans les revenus du club et c’est compter les pots-de-vin que j’ai dû verser pour obtenir les passe-droits pour la réouverture. À cette heure de la journée et surtout en ce moment le club baigne dans un calme plutôt reposant enfin sauf pour moi, perso ca me stresse carrément ce silence et ce manque d’agitation, j’aime pas ca du tout, c’est pesant et ca me déprime carrément, j’ai besoin que ca bouge, que ca remue parce que franchement passer la journée enfermé dans ce putain de bureau, c’est juste no fun ! Je suis pas un putain d’expert-comptable moi !

Juste au moment où je me plains intérieurement du manque d’agitation, des éclats de voix me parviennent aux oreilles et je suis à l’étage, c’est pour dire si ca gueule en bas, mon visage prend un air surpris, à ma connaissance y a que James dans les parages alors à moins qu’il se tape un bon gros trip à base de calmants, je vois pas. Je me lève et prends la direction de la salle principale, histoire de satisfaire ma curiosité et m’assurer qu’il n’est pas en train de me démolir le club fraîchement remis en ordre. Je trouve rapidement une partie de mes réponses quand je vois la silhouette de Kurtis faire face au visage colérique de James. Ce dernier l’a empoigné par le col et lui crache son venin à la gueule et visiblement, il est plus que passablement énervé, ce qui en dit plutôt long parce que si Manning ne se retient jamais de martyriser un prospect pour le plaisir, je l’ai rarement vu aussi remonté qu’en ce moment. C’est pas pour autant que je presse le pas, à dire vrai, j’observe un instant, histoire de me faire une idée sur ce qui se passe, mais à part comprendre que Kurtis aurait dépasser les limites de sa qualité de prospect ca m’en dit pas vraiment plus. Une chose est sûre le blondinet n’y va pas de main morte, mais ca non plus ca ne m’étonne pas vraiment, en plus de dix ans, je l’ai pas vu s’énerver beaucoup, mais le peu de fois ou ca c’est produit, j’était plutôt content que ca soit pas contre moi, parce que ca finirait probablement en bain de sang vu nos caractère respectifs. Je me rapproche d’un pas tranquille, loin de moi l’idée d’interrompre leur petit tête à tête, ce qui ne veut évidemment pas dire que je ne veux pas savoir ce qui se passe, disons que je vois ca comme un petit spectacle improvisé, je me sert un verre d’eau pendant que James à l’autre bout du bar m’interpelle pour que je me ramène, bon finalement, je vais délaisser ma position de spectateur, en scène !

« Je crois que ton chiot veut te faire la démo d’une de ses prouesses ! Je t’en prie Kurtis je te laisse lui annoncer la couleur. »

Qu’est-ce qu’il a encore fait celui-là ? Ou pire pas fait, à croire que le gamin me laissera jamais de répit, il est indomptable (et pas dans le bon sens du terme) et je ne sais même plus comment m’y prendre pour le faire réagir. Le gamin me regarde avec des yeux exorbités comme si j’allais le bouffer, ce qui en soit est tout à fait probable si sa connerie est à la hauteur de son air livide. Je me plante à côté de James, face à Kurtis et je dis rien, je me contente de poser un regard lourd de sous-entendu et de question sur le prospect en attendant qu’il agisse comme un homme comme je lui ai déjà demandé un milliard de fois. J’ai merdé, j’ai merdé, mais encore ? J’arque un sourcil et lui adresse un regard insatisfait, c’est pas comme si j’avais l’impression qu’il passait son temps à essayer vaguement de faire amende, il va m’en falloir plus là de suite.

« J’me suis arrêté pour laisser les filles pisser et elles se sont tirées. J’vais rattraper l’coup Max. Si vous m’laissez une chance, j’vais… »  Je lève ma main devant sa face de pleurnicheur pour le couper dans ses jérémiades. « TU AS QUOI ? c’est la meilleure celle-là, il vient sérieusement de perdre des gonzesses ? Non mais j’hallucine !!! Je secoue la tête à la négative. Tu le fais exprès, dis-moi que tu le fais exprès Kurtis ! On te confie une mission que même le môme de James serait capable de faire et tu te ramasses ?? Qu’est-ce qui va pas dans ta putain de tête hein ? » Je me retourne vers James et je lève les yeux au ciel. « Une chance, il veut une chance…je prends un ton faussement larmoyant et fait une moue de gamin en disant ca, pile celle que le prospect affiche H24. Qu’est-ce que t’en pense James ? t’as ca sous la main toi ? je retourne mon regard vers Kurtis avant d’enchaîner. Parce que moi perso, elle a dû se faire la malle avec MA PUTAIN DE PATIENCE ! »

Je pose violemment le verre que je tiens encore dans la main sur le comptoir, faisant gicler de la flotte tout autour. « Dis moi Kurtis, comment tu comptes rattraper le coup hein ? T’as 3000$ qui dorment sous ton oreiller peut-être ? À moins que James vende ton petit cul au premier venu histoire de rentrer dans ses frais ! T’en penses quoi James ? »
© GASMASK

_________________



A true outlaw ⊹ finds the balance between the passion in his heart and the reason in his mind. The outcome is the balance of might and right.
Revenir en haut Aller en bas

PRINCE DE LA CB 〜(•‾̑‿‾̑•)ノ
avatar
Profil
crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
Messages : 375
quartier : West side bitch
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Jeu 9 Fév - 23:32

How to get away with murder again ?
Kurtis & James



James a l’impression que Kurtis se fout doublement de sa gueule. Il lui donne la sensation qu’il ne craint que la présence de Max, comme en témoigne sa gueule de merlan frit. Madmax se pose près du motard qui tire tranquillement sur sa clope. Il devient spectateur à présent, se repose un peu les cordes vocales. Et il vaut mieux pour Kurtis qu’il se mette un peu en retrait, parce que s’il pousse le motard au-delà de ses réelles limite, il risque de ne plus pouvoir ouvrir les yeux pendant longtemps. Un James calme c’est presque la garantie de s’en sortir sur ses deux jambes. Il est difficile de réellement le faire sortir de ses gonds, mais une fois que l’étape est passée, il devient deux fois plus difficile d’éteindre sa rage et de le contenir.

James savait que Max allait réagir et heureusement. S’il savait qu’il allait réagir aussi fort ? Absolument pas, pour un peu il se serait laissé surprendre. Le KOS coupe Tatiana dans son récit à deux balles et se met à lui gueuler dessus. Oh oh oh, ben voilà daddy bear est pas du tout content. James ne bouge pas, le laisse faire avec son prospect, après tout, c’est son puppy il a le droit plus que n’importe quel KOS de lui en foutre plein la gueule.

Son bro finit par se tourner vers lui et lui adresser une parfait imitation d’un Kurtis geignard. Ça le fait marrer et il ne s’en cache pas, se permet même de laisser échapper un rire avant de secouer la tête à la négative pour répondre à la question de MadMax, puis se reconcentre sur Kurtis.

Il est très loin d’en mener large. James a l’impression que le prospect rétrécit un peu plus chaque fois que MadMax prononce un mot, ou plutôt, hurle un mot. D’ailleurs il gueule tellement qu’il fout de la flotte partout. Mais le motard ne va certainement rien dire à son frère d’arme déjà assez énervé comme ça. Madmax élève à nouveau la voix et James pose son regard sur le prospect. Alors oui tu comptes faire comment ? c’est quoi ta solution miracle ? Parce que même si James semble se marrer un peu, il n’oublie pas pour autant que son investissement court surement les bars dehors et s’envole peu à peu. Il baisse les yeux sur son portable pour constater qu’il n’a toujours aucune nouvelle de ses contacts. Sous peu il devra lui-même faire le tour de la ville pour essayer de retrouver ses potentielles filles et en réalité ça le gave d’avoir à courir après ces meufs.

Le motard relève la tête au son de la voix de son bro qui reprend sa terrible sérénade. A l’idée que Kurtis se mette à tapiner pour James, il laisse échapper un deuxième rire. Max se tourne pour lui demander son avis, c’est une bonne chose, parce qu’il a bien envie de lui donner.

« C’que j’en pense c’est que je lui ai déjà donné un petit nom ! Tu trouves pas que Tatiana lui sied à merveille ? On n’a plus qu’à lui foutre une perruque et c’est parti ! Un petit 32 pour les amateurs de taille de guêpe. T’auras plus qu’à foutre des mouchoirs dans tes soutifs. »

Le motard tire une latte sur sa cigarette.

« J’pense même que tu devrais la mettre tout de suite ta perruque, histoire qu’on jauge si tu passes ou pas. Peut-être que tu pourrais nous jouer la scène du point de vue des ukrainiennes, ça t’aideras peut-être à comprendre comment elles ont réussi à te baiser. »

Le mépris siffle entre ses dents, il ne peut pas s’en empêcher. Le prospect va devoir bosser pour rembourser sa dette à défaut de retrouver ses nanas.

« Mais vas-y ton boss attend ton explication, comment tu comptes t’y prendre donc ? Va falloir trouver quelque chose si tu veux pas que ton cul finisse sur les genoux d’un banquier plein de fric. »

© code par Nostaw.


_________________
when I was a man, I thought it ended ; when I knew love's perfect ache. But my peace has always depended, on all the ashes in my wake.
YOU SOON FIND YOU HAVE FEW CHOICES
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : junkiie (avatar) Myuu.BANG (code signature)
Messages : 808
quartier : une petite maison à West Side, achetée avec l'héritage de son paternel
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Ven 10 Fév - 14:17





how to get away with murder
again...
#james
#madmax
Voilà. C'est parti. Si Kurtis redoutait son face à face avec James, l'idée de subir le courroux de son mentor m'emballe nettement moins encore. Parce que, justement, c'est lui qui est chargé de sa "formation", lui qui préviendra ses camarades lorsqu'il le sentira prêt à devenir un membre à part entière du club. Inutile de préciser que ça ne va pas être pour tout de suite... Avoir sauvé le cul de James et de MadMax lui a fait gagné quelques points (mais ce n'était qu'un coup de chance) et il voit dans le regard du gérant du Crash qu'il vient de tous les perdre.
T'as pas à subir tout ça mec. Ramasse ce qui te reste de dignité et casse-toi de là putain !
C'est sûrement ce qu'il devrait faire. Mais le Prospect ne le fera pas. Parce qu'il en a trop chié. Mais aussi parce que, nom d'une pute !, il estime ne pas être totalement en tort sur ce coup ! S'il se tire, il sera considéré à jamais comme le loser ayant perdu une bande de gonzesses dans les chiottes d'une station service au rabais. Alors que ce n'est pas entièrement de sa faute. James aussi est à blâmer pour ne pas lui avoir tout dit. Et Max aussi d'ailleurs, plus l'avoir habitué à traiter les putes comme des divas...

Kurt prend sur lui, sa peur de se faire mettre à pied peu à peu remplacée par de la frustration et un sentiment d'injustice. S'il se fait éjecter à cause de cet incident, alors c'est que ces connards de motards n'en valaient pas la peine. Et puis rien ne lui garanti qu'en parvenant à intégrer les Kings of Speed, il obtienne ce qu'il veut ! Peut-être que Caleb s'est foutu de sa gueule au moment de leur entretien. Peut-être qu'il ne sera même pas en mesure de l'aider à dénicher le meurtrier de son frangin... Il l'a prévenu qu'il ne rendait pas ce genre de faveurs à des inconnus et que dénicher un tueur de flic n'était pas sa priorité. Même Karl qui appartenait à cette époque au club et l'avait introduit n'avait pas pu l'aider. Putain... comme sa vie aurait été différente si au lieu de devenir Nomade, le meilleur ami de son défunt frère était resté et devenu son mentor...
Mais Karl était parti en le confiant à MadMax. Son soi-disant ami... Kurtis s'était figuré être entre de bonnes mains mais il avait vite (très vite) déchanté. Max n'avait absolument rien à voir avec Karl.

Le gérant de la boite de strippers continue de l'incendier. Kurtis sent sa peau céder et ses ongles percer sa chair. Il continue de serrer les poings, essayant d'occulter les propos humiliants de son mentor et l'amusement de James. Il en a sa claque de toutes ces conneries. Vraiment.
Il se dit qu'à un contre deux, avec sa jambe, il ne pourra pas se les faire. Mais s'il commence par en foutre une bonne à Max, avec sa blessure et sa position assise, il pourrait avoir le temps de cognée James au moins une fois avant que son mentor se relève... Mais est-ce que ça en vaut la peine ? Est-ce qu'il est prêt à tout gâcher pour un seul coup porté ? Non. Bien sûr que non. N'empêche que ça le démange sévèrement.
Et quand James se fiche ouvertement de sa gueule avec cette histoire de perruque : Kurt voit rouge. Il sent quelques chose de poisseux et chaud couler dans sa paume. La parole lui revient enfin.

Il contracte sa mâchoire. Ce qu'il s'apprête à dire, il l'a déjà dit trois fois et il commence à en avoir sérieusement marre...
« Je t'ai dis que j'avais de quoi rembourser... » articule le Prospect en soutenant le regard de James puis de MadMax. « C'pas l'souci. »
Et pas besoin de se prostituer pour ça. Il a touché le pactole à la mort de son père, ce sui lui a permis de s'acheter sa maison sur West Side. Tout ce qu'il gagne, il le place et n'est pas connu pour être franchement dépensier... Kurtis se contente de peu. C'est d'ailleurs parce qu'il se sent suffisamment à l'abris financièrement que, lorsqu'il a trouvé le sac de vingt-cinq mille boules, il a pratiquement tout cédé au club. Encore une action que tout le monde à l'air d'avoir oublié... pourtant tout le monde en a bien profité.
« Mais j'préférerai largement qu'vous m'laissiez leur mettre la main d'ssus. J'peux rester ici faire le travelo si ça vous chante, mais j'crois vraiment qu'j'serai plus utile dehors à chercher ces garces. »
Ça aussi il l'a déjà dit. Mais soit James est sourd, soit il ne veut rien entendre, tout simplement. Ils perdent du temps. Un temps précieux. Mais apparemment, il est le seul à s'en rendre compte. Ou alors... Tout ça n'est qu'une mise en scène et c'est pour ça qu'ils jouent aux cons et préfèrent se foutre de lui plutôt que de rechercher activement les gonzesses.

Code made by Wanderlust

_________________


never thought that I could be happy
I sang a hymn to bring me peace & then it came, a melody ; it felt so sweet, it felt so strong, it made me feel like I belonged ; & all the sadness inside me melted away like I was free ; I found what I'd been looking for in myself ; found a life worth living for




Dernière édition par Kurtis Hawkins le Sam 25 Fév - 12:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : Avatar and gifs @me
Messages : 307
quartier : West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Dim 12 Fév - 16:04

How to get away...


Time to put the puppy down
▲ James & Kurtis.



James s’en donne à cœur joie, c’est pas nouveau pour moi, je sais qu’il n’aime pas mon prospect et ca, ca ne date pas d’hier, le pourquoi du comment par contre j’en suis pas vraiment sûr, sans doute qu’il n'a pas dû apprécier que le gamin soit afférer à la surveillance de son old lady, enfin c’est pas comme si il avait vraiment à s’en faire, à ce que je sais Kurtis est pas du genre à faire chavirer les cœurs. Je glousse un peu, faut dire que le frangin en a à revendre en matière de blague de mauvais goût, je regarde le visage de Kurtis se tendre et sa mâchoire se contracter, le petit oisillon n’est pas très content apparemment, en même temps si cet abruti n’avait pas tout fait foirer on en serait certainement pas là. Je ne comprends toujours pas comment on peut perdre des gonzesses sérieusement, c’est pourtant pas compliqué, tout ce qu’on lui avait demandé, c’était de les emmener d’un point A à un point B bordel ! Ca me gonfle, j’essaye vraiment de faire quelque chose de ce petit con, mais il me facilite vraiment pas la tâche, merci du cadeau ! En attendant, c’est quand même moi qu’il fait passer pour un con et ca, ca va juste pas être possible alors cette fois, il va vraiment falloir qu’il se sorte sérieusement les doigts du cul.

« Je t'ai dis que j'avais de quoi rembourser... C'pas l'souci. »

Hum ca en fait déjà une de solution, ce qui est déjà pas si mal au moins le club n’aura pas à payer doublement pour des Ukrainiennes bas de gamme, ce que Caleb n’aurait de toute façon pas fait, pas après tout les frais engrangés par l’attaque du club et je suis bien placé pour le dire vu que la moitié des pots-de-vin que j’ai dû verser pour le Crash sont sortie directement de ma propre poche. « C’est que tu nous as cachés que t’était blindé Hawkins ! » le gamin se démonte pourtant pas et enchaîne en demandant à ce qu’on le laisse essaye de réparer la merde dans laquelle il vient de mettre James et plus généralement le club avec son manque de jugeote. « Et comment tu comptes faire ca dis moi ?? hein ?? tu crois qu’elles sont en train de faire le pied de gru au coin de la rue à t’attendre gentiment ? Je secoue la tête à la négative, il m’agace très franchement, je chope le verre d’eau devant moi et lui balance la flotte à la gueule avant de jeter le verre dans l’évier qui se brise en un bruit sonore. Voilà ca va mieux ? T’avais visiblement besoin qu’on te rafraîchissent un peu les idées ! Tu réalises que tu viens de leur offrir le rêve américain là monsieur gnagnagna je vais les retrouver ! je rigole, jaune clairement… Elles sont probablement déjà loin ou sous le coude de quelqu’un d’autres ! mais vas-y mon grand, part les chercher, j’emphase mes propos avec de grands gestes en me retenant franchement de lui en coller une derrière la tête, il devrait s’estimer heureux que le comptoir du bar nous séparent là tout de suite. Impressionne-moi pour une fois, ce serait pas du luxe, parce que si tu continues à faire de la merde, je vais pas pouvoir faire des miracles pour toi ! Alors fait, ce que tu veux, mais t’as intérêt de trouver une solution et vite parce que ton fric suffira pas à nous refaire livrer des putes avant l’ouverture de la maison ! Et si c’est le cas tu te démerdera toute seule pour expliquer ca à Caleb et je doute qu’il soit aussi sympa que nous ! » Oui parce que là, et même si il en prend cher pour son grade, c’est une vraie partie de plaisir en comparaison avec ce que le prez serait foutu de lui faire manger, il la déjà à l’œil et ne le porte clairement pas dans son cœur, alors ce ne serait qu’un putain de cadeau gentiment déposé à ses pieds pour le coup et autant dire qu’il ne se gênerait pas pour s’essuyer généreusement les godasses dessus.

« Alors Einstein, c’est quoi le plan ? Parce que si c’est de prendre ta bagnole et arpenter Chicago, ca va pas être suffisant ni pour moi, ni pour James. Je me tourne vers le blond pour obtenir confirmation. Alors vas-y explique à oncle James ce que tu compte faire pour lui ! Et au passage t’oublieras pas de bien lui cirer les pompes ! Mon regard quitte le visage furibond du prospect pour se reporter sur Manning. Évidement Kurtis sera à ton entière disposition à partir de maintenant, avec ton bras en écharpe, on dirait que tu vas avoir besoin d’une petite assistante et t’as de la chance celle-là ne dit jamais non. »

© GASMASK

_________________



A true outlaw ⊹ finds the balance between the passion in his heart and the reason in his mind. The outcome is the balance of might and right.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max

Revenir en haut Aller en bas
 

How to get away with murder, again ? — Kurt & Max

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Murder Party "Apothéose"
» Murder Party Harry Potter
» [Murder] Dieu est mort ! - Chez Octavio - 19h-epsilon
» DYP organise sa murder party!
» La Pension Saint Sauveur (Murder Party Provins)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: West Side :: CRASHDOWN-