AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | .
 

 Hey babes — Juju

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
Profil
crédits : ava+gifs me
Messages : 655
quartier : south side
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Hey babes — Juju Jeu 19 Jan - 22:58


Judith Cassandra Williams

Your halo slipping down, to choke you now # A Perfect Circle


Âge ■ 28 ans Lieu de naissance ■ San Diego, Californie , Nationalité ■ Américaine  Lieu de résidence ■ South SideOccupation/métier ■ Serveuse au Crashdown   Situation amoureuse ■ Célibataire Groupe ■ Citizens  Avatar ■ Emily Blunt Thème song

# Le métier que vous exercez est :
Alimentaire
L’emploi que Judith occupe est purement alimentaire, elle ne compte pas là-dessus pour faire une belle carrière, d’ailleurs peu lui importe. Elle ne veut ce boulot que pour payer son loyer, ses factures, acheter de quoi manger et le câble dans un premier temps, ensuite pour faire tout ce qu’elle n’a pas pu faire depuis la Californie. Sortir, aller au musée, s’acheter des fringues… Serveuse au Crashdown. Ce n’était pas parti comme ça, au départ, il lui fallait seulement aller quelque part où elle n’aurait pas peur qu’on fouille plus que de raison dans son passé. Un endroit proche de chez elle. Elle s’est pointée dans la boite en se disant que tortiller du cul autour d’une barre serait toujours moins pire que claquer des talons sur les trottoirs.  Elle avait essayé, passer une sorte « d’audition », les proprios de la boite recrutaient après de nombreux départs. Elle n’avait pas posé de question, avait balancé son sac et essayé de faire quelque chose de ce corps dont elle n’avait pas honte mais qui lui semblait un peu étranger. Une catastrophe, le proprio s’était mis à rire puis à l’envoyer chier parce qu’il avait autre chose à faire. Judith avait insisté et force est de constater qu’il était dans un bon jour, au lieu de la laisser repartir il lui avait proposé une place de serveuse à l’essai. « Une semaine. T’as une semaine. Et compte pas venir habillée comme un sac, ce que t’as aujourd’hui sur le dos n’y pense même plus quand tu viens ici. »  

# Film préféré ■ Judith adore passer du temps devant sa télé, regarder série et film toute la journée en trainant dans son canapé. Si elle devait ne citer qu’un seul film… Seven , probablement.
# Odeur préférée  ■  Judith aime la cannelle et l’odeur de l’air lorsqu’il va pleuvoir.
# Chanson préférée ■  Il serait bien trop difficile de résumer les goûts de Judith à une seule chanson, elle qui a une âme de musicienne. Mais s’il le fallait vraiment alors : A minute to breath, Trent Reznor & Atticus Ross.
# Si vous étiez un animal  ■  Un chat ou un oiseau, indépendant et libre.
# Si vous étiez un personnage célèbre  ■ Elle a déjà été célèbre, en quelque sorte, ça ne la tente pas plus que ça à vrai dire.
# Sucré ou salé  ■ Judith aime le mélange des deux, comme un équilibre complexe à étudier.  
# Batman ou Superman  ■ Judith n’aime ni l’un ni l’autre mais par décence elle choisira Batman, avec l’éternel argument du slip par-dessus le pantalon.
# Plus grande peur  ■ La plus grande peur de Judith est que l’on découvre son secret, qu’on la reconnaisse, qu’on lui rappelle le prénom qu’on lui a donné à la naissance et pas celui qu’elle s’est achetée en sortant de prison. Judith ne veut plus jamais avoir à faire à Elizabeth Moore. Si l’on découvrait son secret, il faudrait tout refaire, tout recommencer, disparaître à nouveau en minimisant ses traces. Elle ne veut plus jamais lire son nom dans les journaux, faire face aux paparazzis et aux impressions étouffantes d’un procès.
# Sales manies  ■ Lorsqu’elle n’a pas les ongles peints elle se les ronge, alors elle les refait très souvent, d’ailleurs son stress bien qu’il soit inconscient se manifeste par une jambe qu’elle fait bouger frénétiquement, sans arrêt. Elle ne sait pas tellement arrêter de bouger tout le temps, partout.




Satan

Âge ■ still 666  Comment as-tu connu C911 ? ■ by my handsome biker & my pretty paranoid Présence ■ 5/7. Un commentaire ? ■ toujours pas, excepté que je remercie ma famille, ma girl, mon chat, pour être arrivée jusque là… bref
images by ikyrel, tumblr (c) fiche by .reed


Code:
emily blunt # [url=http://chicago911.forumactif.org/t241-hey-babes-juju#6233]judith c. williams [/url]


Dernière édition par Judith C. Williams le Ven 20 Jan - 22:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ava+gifs me
Messages : 655
quartier : south side
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Hey babes — Juju Jeu 19 Jan - 22:59



GOODBYE FRIENDS, HELLO STRANGERS


Louis et moi sommes nés un vingt décembre, San Diego, Californie. Moi d’abord, lui ensuite, même si à cette époque là, Louis était encore Meredith. Elizabeth Moore, voilà le prénom que mes parents m’ont donné. Catholiques, qui ne s’aimaient pas vraiment, j’ai appris bien plus tard que mes parents n’étaient pas près pour ça, pour moi, et encore moins pour nous deux. Louis, qui leur a fait une surprise le jour de la naissance puis plus tard, quand il décidera qu’il n’est pas elle mais lui. L’annonce de la grossesse de ma mère les avait poussé à se marier, pour ne pas faire de vagues.

Nous n’étions pas très riches, mais pas complètement pauvres non plus. Ma mère passait son temps entre l’église et les voisines, mon père était au travail ou devant la télé à la maison. J’ai appris à conjuguer avec une vision de la famille assez particulière, ce manque de cohésion nous a poussé, Louis et moi, à chercher en l’un et l’autre ce qu’il nous manquait quand on rentrait à la maison. Ma vie n’était pas transcendante, mais c’était bien comme ça, amplement suffisant.

Je ne sais pas quand ça a commencé, mon cerveau doit encore aujourd’hui faire une impasse. Mon père était flic, respecté qui grimpait les échelons tranquillement. Employé remarqué et remarquable, il avait le profil du parent parfait, à qui on pouvait avoir confiance. Si j’avais raconté ce qu’il se passait entre les murs de notre petite maison résidentielle, personne ne m’aurait cru. Si j’avais dis qu’il buvait un peu trop, parfois, certains soirs, si j’avais dis qu’il avait la main bien trop leste, les mots trop durs, souvent, on ne m’aurait pas crue. Peut-être que j’aurais du tirer la sonnette d’alarme, mais nous étions enfants et je ne suis même pas sure que ma mère aurait eu le courage de se tenir entre lui, et nous. Je leur en veux, tous les deux. L’un pour sa violence et l’autre pour sa lâcheté. Ils auraient mis ça sur le compte de l’alcool, j’imagine. Mais les bleus et les fractures les plus importantes n’étaient généralement pas ceux résultants d’un délire éthylique de mon père. Et il n’était pas alcoolique, non. Sa violence était amoindrie par l’alcool, qui le rendait pataud, lent, soudain on pouvait l’esquiver. C’était déjà ça.

Ø


J’ai toujours aimé la musique. Tous les moments où ça n’allait pas, et c’était assez souvent, c’est dans la musique que je me plongeais. J’ai vite compris que ça n’était pas seulement une question de goût, je le sentais en moi, dans les frémissements que je ressentais à l’écoute d’un instrument parfaitement exécuté ; ça devait faire partie de moi. J’avais un talent, et j’ai eu de la chance, celle d’avoir l’oreille absolue. Ce n’est pas mes parents qui m’auraient mis un instrument entre les mains. Mon père refusait d’en entendre parler et même si je suppliais ma mère de me laisser prendre des cours, de n’importe quel instrument j’entends, elle ne me l’aurait jamais permis. Elle avait trop peur de mon père de toutes façons, même si elle avait eu envie de braver sa cruelle autorité.

J’ai eu de la chance d’avoir un professeur passionné et compétent, capable de déceler ces choses chez ses étudiants. C’est grâce à lui que j’ai pu toucher mes premiers instruments, le piano, la guitare, violon et plus tard violoncelle, qui est encore aujourd’hui mon instrument préféré. Je n’ai pas pu intégrer une école de musique, bien sur, mais j’ai eu la chance que ce professeur m’accompagne durant mes études. Il me permettait de me raccrocher à quelque chose.

Ø


Ma mère est morte jeune. Louis et moi n’avions que neuf ans, à peine. Elle est morte en accouchement de notre petit frère. Neuf ans d’écart, après leur premières erreurs de jeunesse, un nouvel enfant. Evidemment : l’avortement était interdit. Alors je savais pourquoi il était là. On est donc restés sous l’autorité de mon père, lequel n’avait plus aucune raison d’attendre le départ/coucher de ma mère pour exercer sa colère sur nous.

On a fait ce qu’on a cru être bon de faire. Dès qu’on a pu se faire émanciper, on a sans peine réussi à faire signer notre père. Après tout on ne lui rapportait rien, absolument rien. On était jeunes, nous avions peur, on en avait assez et je grandissais. Je voyais bien que ses regards changeaient quand il m’observait. Et ne parlons pas de Louis. Mon père faisait comme s’il n’existait pas. Il ne lui a jamais dis, a attendu qu’à nos quinze ans, on puisse s’en aller. On a vécu chez une tante, plus jeune sœur de ma mère qui n’habitait pas loin. Aujourd’hui je me demande, si on était restés auprès d’Emerson, est-ce que ça aurait changé quelque chose ?
Nous émanciper nous a permis de vivre. Partir de chez nos parents a été notre vraie naissance. Nous avons pu aller en cours de manière assidue, Louis a finit par s’accepter, j’ai pu avoir mon propre instrument. Ma tante a été d’une infinie générosité, rien ne l’obligeait à accepter deux enfants déserteurs. On a essayé de lui rendre la vie la plus facile possible. J’ai encore du mal à croire que ma mère et ma tante aient étés de la même famille.

Ø


Régulièrement, je venais voir Emerson. Je jouais un peu le rôle de nounou, mon père n’était pas souvent là, toujours occupé à son fichu boulot. Je voyais bien qu’il n’avait pas arrêté ses activités. Je me sentais terriblement coupable. J’ai bien essayé de retirer mon petit frère de cet endroit, mais jamais mes requêtes n’ont aboutis.
J’ai pas pu continuer mes études, bien sur. On n’avait pas assez d’argent, pour que Louis et moi allions tous les deux à l’université. Je me suis mise à bosser dans un magasin de musique, Louis lui a poursuivi des études de droit.

J’ai eu 22 ans. On essayait encore d’extraire Emerson de chez mon père. On lui parlait de l’émancipation, lui aussi. Il aurait pu venir avec nous, on se serait démerdés, j’avais prévu de louer un truc pour qu’on puisse vivre tous les deux, tous les trois si c’était assez grand. C’était un de ces soirs normaux, mais cette fois j’avais les papiers d’émancipation avec moi. Emerson avait peur mais j’avais préparé mes arguments.
C’est en poussant le portail grinçant de la maison que j’ai entendu ce bruit venant de la maison. Une sorte de détonation. Ça venait de la maison alors j’ai couru pour trouver mon petit frère, une arme à la main et mon père au sol, en train de crever dans son sang.

Emerson tremblait. C’était l’arme de service de mon père. Le choc m’a saisie et mon esprit s’est mis à calculer à toute vitesse ce qui allait se passer, ils allaient l’emmener, les collègues de notre père allaient débarquer et leur loyauté parlerait. Je ne leur ai pas laissé le bénéfice du doute, j’ai agis par instinct. Je me suis dis qu’il était hors de question que mon frère de quatorze ans ne se fasse arrêter, ruine sa vie, pour mon père alors qu’il s’était défendu.

J’ai fais ce qu’il fallait. J’ai arrangé la scène de crime comme je le voulais, pour diriger les preuves contre moi. Ça n’a pas été compliqué, j’ai nettoyé l’arme pour déposer mes empreintes dessus, barbouillé mon t-shirt de sang. Je pleurais d’avance, pour la suite, pour le traumatisme de mon frère, parce que j’avais peur. Mais j’étais déterminée, je l’ai toujours été. Et avant que je comprenne réellement ce qu’il venait de se passer, j’avais le téléphone à l’oreille.

Je m’appelle Elizabeth Moore. J’ai tiré sur mon père, Reagan Moore. Je crois qu’il est mort.

Ø


Je ne sais pas ce qui a été le pire, le moment, l’arrestation, ou le procès.
J’ai eu raison de ne pas leur accorder le bénéfice du doute. Mon procès, mon histoire, mon visage et ma vie, toute ma vie privée a été exposée à tort et à travers dans les médias. Eux non plus ne m’ont pas laissé l’ombre d’une chance. La presse a été hargneuse, la ville et surtout mon quartier aussi. J’avais tué mon père, un bon flic, respecté. Je n’étais pas la fille parfaite, quelque part, j’étais responsable. L’opinion publique ne s’est pas privée de me détruire. Je voyais mon visage aux infos, dans les journaux, on parlait de moi comme si on me connaissait par cœur. En quelques jours le pays s’était fais une opinion de moi particulièrement acérée.

Louis m’a soutenu pendant tout le procès. J’ai eu un avocat performant et j’ai été condamnée pour homicide involontaire. 4 ans de prison, plus un an entre l’arrestation, le procès et le verdict. En tout et pour tout j’ai passé 5 ans en prison, enfermée à la Central California Women's Facility.

J’ai perdu du poids, j’ai sombré dans la dépression. Mais j’avais la chance d’avoir Louis, Emerson et ma tante Donna. En sortant de là-bas, cependant, j’ai compris que mon calvaire ne s’arrêterait pas comme ça, je croyais qu’on m’avait oubliée mais visiblement ma sortie annoncée a réveillé le monde autour de nous. J’ai mis quelques mois à me constituer une nouvelle identité, mon avocat, un ami de Louis, a été une nouvelle fois assez performant pour ne pas faire trainer les choses en longueur. J’ai choisi de m’appeler Judith Williams et d’être né au Texas, à Austin. N’importe ou ailleurs. J’ai seulement gardé ma date de naissance, comme pour garder avec moi le lien que j’ai avec mon frère jumeau.

Ø


« Hm… C’est toi qui choisi, allez.
J’ai pas vraiment de choisir où est-ce que tu seras, sans nous, Elizabeth.
Judith. C’est Judith maintenant, Louis. »

Il a poussé un soupir, je lui ai souris.

« Vous serez mieux sans ma présence partout autour de vous. Ça t’évitera de déménager encore une fois. » Louis a ouvert une carte du pays et l’a observée attentivement.

« Au hasard ?
Au hasard.
J’arrive pas à croire qu’on fait ça. »

Il a tourné son doigt au-dessus de la carte, fermé les yeux et fait reculer l’échéance un long moment, un peu tremblotant. Il a finit par poser son doigt et je n’ai pas regardé tout de suite. Je lui ai laissé m’annoncer.

« Chicago. Judith Williams, jolie texane de 28 ans, tu débarques à Chicago.
Tu vas me manquer Louis. »




Dernière édition par Judith C. Williams le Ven 20 Jan - 22:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ... (avatar) Myuu.BANG (code signature)
Messages : 832
quartier : une petite maison à West Side, achetée avec l'héritage de son paternel
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Hey babes — Juju Ven 20 Jan - 7:32

J'ai trop hâte qu'on mette notre plan baise à exécution ! Ralala :red:

Rebienvenue dans le coin ! Éclate toi bien avec ce nouveau perso. Comme je te l'ai dit, le combo Blunt + le prénom m'a déjà conquise huhuhu

Bon par contre je te remercie pas pour le rappelle à Jasper qui m'a buté la vie de bon matin :tears:

_________________


I'm Sick of those wounds that never heal
Yeah, I've been dancing with the devil, I love that he pretends to care if I'll ever get to heaven when a million dollars gets you there
Oh, all the time that I have wasted, chasing rabbits down a hole when I was born to be the tortoise I was born to walk alone


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: Hey babes — Juju Ven 20 Jan - 16:02

I love you I love you I love you
tu es bien comme ça dis donc!

Amuse toi bien avec ce compte <3
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : Avatar and gifs @me
Messages : 255
quartier : West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Hey babes — Juju Ven 20 Jan - 20:32

Enfile ton poompoom short et met toi au boulot ! T'es pas payé à causer princesse ! :red:

Allez bisous :lilheart:

_________________



A true outlaw ⊹ finds the balance between the passion in his heart and the reason in his mind. The outcome is the balance of might and right.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ava+gifs me
Messages : 655
quartier : south side
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Hey babes — Juju Ven 20 Jan - 20:39

Rêve pas Tom pouce tu sais bien que tu corresponds pas à mes standards :red: :red: muahahah
Merciiii j'ai hâte de m'installer avec :3 ET de rie, j'aime faire le mal :red:

Merciiii encore merci m'sieur linch ! I love you I love you

Oh ça va ça va, je suis encore en train de choisir de quelle couleur il sera :red: Doré comme Kylie ? Rouge ou paillettes ? :red: bisous bye big bitch boss :red: I love you

_________________


walking through the city streets, is it by mistake or design ? i feel so alone on the friday nights, can you make it feel like home, if i tell you you’re mine ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : Avatar and gifs @me
Messages : 255
quartier : West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Hey babes — Juju Ven 20 Jan - 20:42

Parce que tu crois que tu choisi! AH AH AH
T'es pas chez H&M ici! :nop: Tu enfile ton short doré et tu va t'occuper de Kurtis tient ca t'apprendra !

_________________



A true outlaw ⊹ finds the balance between the passion in his heart and the reason in his mind. The outcome is the balance of might and right.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ava+gifs me
Messages : 655
quartier : south side
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Hey babes — Juju Ven 20 Jan - 20:43

Beuh... Hé mais t'es pas commode toé, pff. Ça va ça va !
* middle finger dans ton dos bébé * What a Face

J'essaie de terminer ce soir si tout va bien dans mon cerveau ouaip ! ouaip !

_________________


walking through the city streets, is it by mistake or design ? i feel so alone on the friday nights, can you make it feel like home, if i tell you you’re mine ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : avengedinchains
Messages : 1309
quartier : The Loop, Downtown
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Hey babes — Juju Ven 20 Jan - 21:29

T'inquiète Max ! C'est déjà gravé dans l'marbre qu'ils vont finir ensemble Kuku et elle ! On a  tout prévu ! TMTC Jud' :ahahah:

_________________
 
Wherever you go You know I'll be there
If you go far You know I'll be there
I'll go anywhere So I'll see you there

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ava+gifs me
Messages : 655
quartier : south side
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Hey babes — Juju Ven 20 Jan - 21:44

Mdr ce qui se passe dans ta tête c'est pas toujours la réalité chéri :red: ON SE CALME !
#nomicropenis What a Face

_________________


walking through the city streets, is it by mistake or design ? i feel so alone on the friday nights, can you make it feel like home, if i tell you you’re mine ?
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar
Profil
crédits : BereniceWCL
Messages : 433
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


http://chicago911.forumactif.org


MessageSujet: Re: Hey babes — Juju Sam 21 Jan - 8:19


WELCOME TO CHICAGO !

Félicitations ! Te voilà validée !


Une nouvelle fiche excellente à ton actif ! ...déchirante aussi. Quelle VDM :wtf6: Heureusement que Kurtis s'est engagé à lui faire redécouvrir l'amour et la vie lolilol tmtc
Amuse-toi bien avec ce nouveau perso (même si avec elle, ça promet pas d'être fun tous les jours XD )


Congrats ! Tout est allé comme sur des roulettes et te voilà validée ! Tu vas pouvoir t'en payer une tranche !

Quelques petits liens pratiques maintenant que tu as passé la grande porte :
- La gestion du personnage : Tu peux créer ta fiche de liens juste . N'oublie pas d'aller recenser ton métier ici ainsi que ton logement ici. Tu peux même ouvrir un sujet de téléphone portable ici.
- La gestion globale : Si tu dois t'absenter ce sera par là ! C'est également là-bas que tu pourras dépenser tes points !
- Nos protagonistes : Tu vas pouvoir créer ton scénario dans ce coin-là et pour ce faire, faudra dépenser tes points justement !
- L'appel du devoir : Une petite section propre à Chicago 911 où tu pourras demander des situations RP ! N'hésite pas à aller jeter un œil (n'oublie pas de récupérer ton œil après quand même) !
- Flood et jeux : Tu pourras t'amuser là-bas ! Ne sois pas timide, va donc y faire un tour !
- Enfin, n'oublie pas d'être un membre choupinou et de voter régulièrement sur les top-sites ici ! Plus le forum sera connu, plus on aura de nouveaux membres alors GO GO GO !

Bien sûr, le staff est ta disposition si tu as besoin de quoi que ce soit !

Nous te souhaitons un excellent jeu sur Chicago 911 !

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : BereniceWCL (avatar & gifs) - Anaëlle (code signature)
Messages : 372
quartier : North Side / Maison de quartier
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Hey babes — Juju Sam 21 Jan - 9:52

J'suis à la bourre mais OSEF :yerk:

Rebienvenue à la maison et j'te souhaite de bien t'éclater (même si je sais pas si c'est le bon terme vu le BG du perso) avec cette demoiselle What a Face

_________________

V.E.R.D.A.D

Mas vale una verdad que duela, que una mentira que ilusione.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: Hey babes — Juju

Revenir en haut Aller en bas
 

Hey babes — Juju

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Juju Grenier dans tout ses états.
» Brume, juju déconneuse !
» arrêtons de nous voiler la face ▽ brynaël [Terminé]
» You are ...not Elijah [fe-Juju le dada]
» coucou c'est juju :) (hihi)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: BIENVENUE À CHICAGO :: Service de douane :: VOUS POUVEZ CIRCULER-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.