AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | .
 

 who you really are | matthew goodwin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Profil
crédits : tetra | tumblr | we♥it
Messages : 306
quartier : downtown, en colocation avec Judith Williams
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: who you really are | matthew goodwin Dim 22 Jan - 17:39


Matthew Goodwin

why did you ever feel... pain? # sherlock


Âge ■ quarante ans, le temps passe et fait son œuvre, aussi macabre puisse-t-elle être  Lieu de naissance ■ chicago, sa mère y était en vacances mais s'est avérée prise de court Nationalité ■ anglo-américain, né sur le sol américain, une mère anglaise, un père américain Lieu de résidence ■ downtown, au plus près du travail, ça évite les ennuis en chemin Occupation/métier ■ lieutenant au chicago police department, bien que ses relations soient loin d'être aussi honorables que son métier Situation amoureuse ■ célibataire, ça se comprend vite, je vous assure Groupe ■ police department Avatar ■ benedict cumberbatch ||►

# Caractère ■
Ambitieux, talentueux. C'est ce qu'on dit, ce qu'on laisse entendre, ce qu'on énoncera à son sujet dès lors que les conversations se tourneront vers lui, vers cet homme qui aura su laisser perplexe toute une équipe avant qu'elle ne lui soit loyale, dévouée. Parce qu'il est doué, il l'a toujours été, depuis son plus jeune âge. Doué parce qu'il comprend vite, doué parce qu'il sait se concentrer sur ce qui s'avère nécessaire. Il est obsessionnel, taiseux mais efficace, aussi bien sur le terrain que sur la paperasse, sachant aisément tirer les ficelles, sachant superviser comme bon lui semble ; parce qu'il estime que chaque chose réussit parce qu'il les pense ainsi. Il est de ces personnes qui n'exposent pas leurs émotions, de ceux qu'on qualifie de sociopathe, finalement. Parce qu'il l'est, presque. Disons que la sociabilité n'a jamais été son fort, son perfectionnisme ayant prit toute la place que des amis auraient pu avoir durant son enfance. Il a été seul, il n'a personne et se convainc d'en vivre plus sereinement. C'est un solitaire, peu habitué au contact humain dès lors qu'il quitte les locaux du commissariat et ce n'est pas un secret, être ami avec cet homme n'est pas facile. Car derrière tous les éloges qu'on pourrait lui attribuer, personne ne se cache de dire qu'il peut être méprisable, arrogant, d'une noirceur exécrable ; ça même malgré ceux qui peuvent lui être proches, les rares âmes qui y parviennent et à qui, parfois, un sourire s'adresse. Un sourire sincère, réellement, parce qu'il n'en reste pas moins très honnête, parfois même un peu trop. Au final, il est le genre d'homme que tout le monde, TOUT LE MONDE, déteste.

# Le métier que vous exercez est :
■ Une vocation
Ça a vite prit une place importante dans sa vie. Il s'est risqué au concours très rapidement, parvenant à réussir chacun d'entre eux ; usant de moyens persuasifs, en vérité. Parce qu'il avait tous les atouts pour y parvenir, absolument tous, mais les critères sont stricts et servir son pays requiert également de ressentir la douleur. Une sensation qui lui est pas attribué depuis son plus jeune âge. Pourtant, l'y voilà. Après toutes ces années, Matthew est parvenu à cette place, à ce bureau, dans ce fauteuil ; parce qu'il a su se faire malin, parce qu'il sait manipuler certaines choses. Il a falsifié son propre dossier et prié, prié pour que les choses ne tombent que dans un oublie considérable. Ce qui s'est fait jusqu'à sa promotion, jusqu'à son rôle même de lieutenant. Parce qu'il a été blessé, parce qu'il a été dans l'incapacité de s'en rendre compte et elle l'a couvert. Après s'être rendu compte des choses, Jordan Valeri a passé sous silence ce point-là, elle a choisi de le garder parce qu'il est un bon élément, parce qu'il reste une valeur sûre. Il lui en doit une. Matthew lui doit une faveur ; chose qui ne tombera pas dans l'oreille d'un sourd, évidement. Néanmoins, malgré ça, sa manière de travail parvient toujours à des réussites et c'est ce qui lui a valu le respect de son équipe, des siens désormais, même s'il ne l'avouera jamais. Mais les lauriers n'apportent pas forcément que de bonnes images car les ennuis ne sont jamais très loin, des obstacles qui attendent, tapis dans l'ombre jusqu'à ce qu'on tombe dessus. Ça a été le cas et malgré tout ce perfectionniste au cours de sa carrière jusqu'alors, Matthew se doit désormais de devoir gérer un deuxième visage, quelque chose de plus noir, de plus corrompu. Il doit jouer agent double, tenir le coup, faire taire le peu d'humanité qu'il possède et ça, définitivement. Agir sans agir, un paradoxe qui ronge et déchire, qui heurte jusqu'à détruire. Conséquence d'une bavure sans pareille, conséquence d'un acte impardonnable pour un homme de son rang. Et pourtant, il tient le coup. Il tient, Dieu seul sait encore pour combien de temps.




Tetra

Âge ■  :luv5:   Comment as-tu connu C911 ? ■  :luv5:  Présence ■  :luv5:  Un commentaire ? ■  :luv5:
images by shiya, tumblr (c) fiche by .reed


Code:
benedict cumberbatch # [url=http://chicago911.forumactif.org/t253-who-you-really-are-matthew-goodwin]matthew goodwin[/url]

_________________


Breathe.
You think your world is safe? ⊹ It is an illusion. A comforting lie told to protect you. Enjoy these final moments of peace because, i'm not a hero.


Dernière édition par Matthew Goodwin le Dim 22 Jan - 20:16, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : tetra | tumblr | we♥it
Messages : 306
quartier : downtown, en colocation avec Judith Williams
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: who you really are | matthew goodwin Dim 22 Jan - 17:39



pressure point


On parle d'un gamin calme et sérieux, on parle d'un enfant silencieux, habitué à être dans son coin. Parce qu'il veut l'approbation de tout le monde, parce qu'il veut prouver qu'il est intelligent, qu'il est doué et donc, depuis toujours, travailler jusqu'à s'en fatiguer. C'est un gamin pourri gâté, l'enfant chéri d'une femme aimante, attachante sortie des contrées perdues d'Angleterre et d'un père autoritaire bien qu'un peu sot dans le fond, en vacances loin de Chicago pour y rencontrer ce qu'il appellera l'amour de sa vie. Matthew ne remettra pas cette pensée en question bien qu'il n'en pense pas moins. Lui et les émotions ne font pas bon ménage et ça se devine rapidement parce qu'il méprise l'humanité, parce qu'il méprise quiconque se risquant jusqu'à lui. Il trouve les autres ennuyants, lents. Trop lents. C'est ce qui l'a poussé dans sa solitude, dans son petit monde personnel. En grandissant, on lui a tout de même appris les valeurs du monde, les conventions qu'il se devait de connaître ; ça en parallèle de son éducation quant aux dangers du quotidien. Parce qu'en plus d'être atypique, associable, Goodwin est atteint d'asymbolie totale à la douleur, ne la ressentant pas comme étant pénible. Un atout pour lui à vrai dire, une source d'inquiétude pour ses parents qui auront craint, jusqu'à ses vingts-cinq ans à peu près, ce qu'il aurait pu faire pour comprendre sa prison de chair. Finalement, il s'est fait à l'idée que rien ne pourrait lui être clairement accessible, il s'est fait à cette idée pour parvenir à la contourner. Monsieur Fanfaron s'est risqué dans des études de droits pour finalement rejoindre les concours des forces de l'ordre. Car les valeurs instituées, la pitoyable sécurité de la ville dans laquelle ils ont fini par se perdre expliquée au jeune homme, l'ambition s'est faite d'elle-même. Il méprise les gens mais respecte l'éducation reçue. Il a fait de son mieux, il s'est tué au travail jusqu'à parvenir à obtenir sa place dans les rangs de ce qui rassure, de ce qui permet aux citoyens de dormir quand lui songe, encore et encore, au moment où ça ne leur échappera plus. Il ne ressent pas la douleur et c'est un fait qui ne se lit pas sur ce qui le concerne. Un secret bien gardé, un silence qu'il devra faire perdurer et, ce, en faisant attention. Jusqu'à ce qu'une intervention ne le trahisse.
Sa promotion en tant que lieutenant lui aura valu une enquête des plus horribles, de celles qu'on pense ne jamais pouvoir résoudre. Il a mit du cœur à l'ouvrage, il s'est risqué sur le terrain avec autant de hargne que la plupart des gens de son équipe. Il a fait ce qu'il sait faire de mieux jusqu'à être prit de court. Une blessure, pas plus grave qu'elle n'y paraissait. Une inquiétude qui s'était faite inutile mais bien présente parce qu'il n'avait pas su dire le degré de la douleur, parce qu'il ne pouvait pas le dire. Il n'a jamais su et ne le pourra pas. C'est ce qu'il a du expliquer à sa supérieure, à celle qui s'est déplacée pour l'occasion et qui, finalement, en viendra à le couvrir pour cela. Parce qu'il est un bon élément, parce qu'il fait un excellent travail. Il lui doit désormais une faveur, un service ; quelque chose qu'il pensait pouvoir rembourser sans se salir les mains mais rien ne suit forcément le cours de l'histoire qu'on souhaite réaliser et il ne le comprendra clairement que plus tard.

-------------------------------

« Votre excellent travaille ne rattrapera pas cette erreur, vous le savez ? » Il lui un petit temps pour comprendre pleinement la question, pour inscrire dans sa tête tout ce qui peut l'attendre, tout ce qui pourrait l'arracher à ce métier pour qui il a tant donné. Mais la perfection peut avoir un prix cher et s'être risqué à dissimuler quelques preuves dans l'espoir de pouvoir avoir raison témoigne aisément de la valeur qu'elle peut avoir. Il soupire alors, l'azur clair de ses prunelles posé sur un vide abyssal qu'il distingue depuis là où il se tient, créé de toute pièce par son esprit qui cherche déjà une issue à cette triste mélodie. Un triste sourire s'étend sur ses lèvres, quelque chose de mélancolique alors qu'il songe à tous les obstacles déjà franchis. « Mais je peux vous être utile, sans quoi je ne serais pas ici à vous écouter faire l'éloge d'un travail que vous avez, par le passé, déjà sauvé. » Elle laisse son rire animer les murs de son bureau dans lequel il attend toujours, les mains entrelacées devant lui tandis qu'il demeure perché sur toute sa hauteur, ne la quittant pas du regard, ce rictus toujours présent, presque méprisant en vérité. Il sent venir les choses, il les devine en vérité. « Allez-y, je vous doit une faveur. » Lui rappelle-t-il comme pour la mettre en confiance maintenant que lui s'y était risqué. Il a avoué, il a choisi d'expliquer ses actes, de conduire la conversation jusqu'au résultat qu'il attendait de cette bavure irréparable, celle qui aura permit à un gros bonnet de gang de se faire enfermer, n'offrant plus aucun obstacle à un tout autre groupe, aucun. Erreur monumentale qui, il le sait pertinemment désormais, sera tenue sous silence du moment qu'il suit les ordres, la demande qui vient s'imposer à son cortex cérébrale et qui permet à ses songes de s'offrir un débat de taille. « Paiement pour service rendu, ça vous parle ? » Il ne dit rien mais fronce les sourcils, tournant légèrement sa tête sur la droite comme à chaque fois qu'il essaie de comprendre le dialecte du commun des mortels. Non, il ne voit pas où elle veut en venir et pourtant, la situation est tellement simple qu'elle en est ridicule. Matthew a cette mauvaise habitude de ne voir que par le mal, que par le compliqué ; loin d'être axé facilité. « J'aimerai que vous les rencontriez. Racontez-leur comment vous avez réussi à saccager cette affaire, dîtes-leur que si cet homme ; elle pointe de son index la photographie qui aura fait le tour du tribunal, il s'en doute. Si cet homme-là est désormais enfermé, c'est grâce à vous et que vous attendez un retour quant à cette aide fournie, ça étant donné que leurs affaires pourront se faire davantage fleurissantes. » Il se redresse légèrement, buvant ses paroles pour les analyser, trouver le message de fond, avoir de l'avance sur ce qu'elle peut avoir à dire sans pour autant être pleinement sûr de là où ils se dirigent. Matthew garde alors le silence, continuant de fixer la jeune femme, ses traits toujours figés dans une neutralité déconcertante, comme toujours de sa part : l'homme sans cœur, sans émotion aucune. « Jouer avec les gens, vous savez le faire Lt. Goodwin, non ? Vous êtes plutôt doué pour induire en erreur, après tout. » Effectivement.

« Ce n'est pas à vous que je parlais, taisez-vous, vous faites baisser le QI de toute la rue, merci. » Et le coup vient. Ça l'envoie à même le sol, ça l'étourdit un instant et pourtant, il n'en ressent rien. Matthew met tout de même quelques longues secondes à se relever, à retrouver toute sa hauteur bien qu'encore légèrement vacillante. Il aurait dû s'y attendre, se risquer dans la gueule du Loup de cette manière, en grand fanfaron, implique un accueil quelque peu belliqueux. Il se risque à un sourire incontrôlé, quelque chose qui lui échappe et s'imprime sur ses lèvres, dont l'inférieure ouverte. Les cicatrices plaisent aux femmes, dit-on ; une maigre consolation pour celui qui ne s'approche pas plus que cela du genre humain féminin. D'aucun genre encore, en vérité. Il reste ce solitaire, cette âme vagabonde qui erre seule bien qu'en tirant les ficelles d'autres ; comme on le fait avec la sienne, sa supérieure riant sûrement des ennuis dans lesquels il s'est mit, bêtement bien que ce fut nécessaire. Pour l'égocentrisme de son professionnalisme en tout cas, le quadragénaire peu enclin à avoir tord, prêt à tout, à brûler même si cela permet l'ascension de son image vers une gloire dont il n'a même pas besoin en vérité. De la frime, une soif insatiable de reconnaissance. C'est tout lui, ça l'a toujours été, ici également. Finalement, il lève les mains comme pour faire comprendre que ce n'est rien, qu'il n'en tiendra pas rigueur, replaçant sa mâchoire du mieux qu'il le peut comme pour prévenir des éventuelles séquelles. « C'était sûrement mérité, je le conçois, je ne suis pas en position de rappeler la condition de chacun. Néanmoins ! Je me risque à vous laisser ceci. » Il tend les dossiers qu'il a apporté, la couverture marquée de quelques lettres inscrites en grand 'RÉFLÉCHISSEZ', ceux-ci comportant toutes les preuves nécessaires à la possibilité d'un arrangement qui se fera très bientôt, il s'en fait sûr. « Vous m'avez fouillé. Vous avez même fait plus que ça, vous m'avez écouté. Vraiment, réfléchissez, vous avez à y gagner tout autant que moi. » Un clin d’œil et un geste de main, un petit sourire satisfait d'accroché à ses lèvres abîmées. Il est fier de lui, il l'est toujours dès lors qu'il parvient à tourner les situations à son avantage bien qu'il n'en soit pas à le dire, à le démontrer. Parce qu'ils doivent penser qu'ils ont l'avantage, ils doivent penser qu'ils ont une longueur d'avance.
Ces derniers mots sont ceux qu'il est venu faire entendre à la jeune femme, à la seule qui soit dans la confidence, la seule qui le sera jusqu'à la fin de cette pathétique pièce, aussi longue soit-elle. Il ne permettra à rien ni personne de mettre sa grandeur en péril, il ne permettra à personne de lui enlever le privilège d'un respect aussi pure que celui qu'on lui porte. « Vous me laissez faire, il leur faudra du temps. La paranoïa est un défaut majeur chez ce genre de... personnes. Il fronce les sourcils en énonçant ce mot, cette personnification d'un mal qu'il ne comprend pas encore. A quoi bon ? Vivre, sauver leur misérable existence, arrondir les fins de mois de ceux qui leurs sont chers ? Non, il ne comprend pas. Vraiment. Mais ils s'y feront. Ils vont revenir vers moi. » Laisse-t-il entendre tandis qu'un silence vient planer sur son petit bureau du commissariat, là où il se tient, debout dans un recoin de ce dernier, le téléphone à peine poser contre son oreille. « D'ici-là, bonne soirée. Il faut que je travaille. » Il raccroche sans attendre, sans même se soucier de ce qu'elle pourrait avoir à dire. Elle connaît ses habitudes, elle connaît sa manière d'agir, de parler, de faire. Elle le connaît, elle l'a cerné.  

_________________


Breathe.
You think your world is safe? ⊹ It is an illusion. A comforting lie told to protect you. Enjoy these final moments of peace because, i'm not a hero.


Dernière édition par Matthew Goodwin le Lun 23 Jan - 12:57, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : another pan
Messages : 308
quartier : North Side
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: who you really are | matthew goodwin Dim 22 Jan - 17:53

REBIENVENUE, keupine de QC :luv2:

Je déteste cet alien de Cumberbatch (avec son nom imprononçable tsss!) mais je te souhaite quand même bien du plaisir !
Si tu as des questions, n'hésite pas ma belle.

Bonne rédaction !

_________________



She puts her makeup on Like graffiti on the walls of the heartland
She's got her little book of conspiracies right in her hand

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : @me
Messages : 489
quartier : Westside Chicago - au dessus du garage Ossinov
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: who you really are | matthew goodwin Dim 22 Jan - 18:03

Re bienvenue avec El concombre ! Razz
Amuse toi bien :fun3:

_________________



"There's only two ways an old lady makes it. Either you tell them everything or you tell them nothing. Anything else, shit falls apart."

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : Avatar : Me ; Signature + gifs : Daya
Messages : 242
quartier : Downton - appartement dans un immeuble banal.
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: who you really are | matthew goodwin Dim 22 Jan - 18:07

Rebienvenue!! Amuse toi bien avec ce nouveau personnage !

_________________

   
ça m'a fait comme un bras d'honneur, l'insoumission qui dit " je n'ai ni Dieu ni Maître ni qui que ce soit ", comme un doigt levé bien haut à tous les Dieux, tous les suppôts, c'est l'solidaire des travailleurs puis c'est la liberté du cœur.

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
Messages : 281
quartier : South Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: who you really are | matthew goodwin Dim 22 Jan - 18:09

NATALIAAAAA tu dis comme mouaaa CONCOMBRE ! ou Mimosa (comme les oeufs...parce que y'a des oeufs Benedict) ouuuu CUMBERBITCH

j'aime pas ton avatar mais tu le sais déjà, j'aime pas ton personnage tu le sais aussi, mais je t'aime alors je te dis bienvenue quand même :dino:

_________________



I'm drifting through the halls with the sunrise, Climbing up the walls for that flashing light. I'm gonna be free and I'm gonna be fine. Now the sun is up and I'm going blind, Another drink just to pass the time. It's a different kind of danger And the bells are ringing out. Too fast for freedom. Sometimes it all falls down. These chains never leave me. I keep dragging them around...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : tetra | tumblr | we♥it
Messages : 306
quartier : downtown, en colocation avec Judith Williams
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: who you really are | matthew goodwin Dim 22 Jan - 18:17

Mais Cha, on avait prévu un lien love non ? Arrow
Natalia, c'est méchant mais tellement vrai, bordel, tellement...
Merci mon Josef ! :aaaaaaaaaaaaaaah:

Mily, c'est l'intention qui compte, merci petit chat !
I love you I love you I love you

_________________


Breathe.
You think your world is safe? ⊹ It is an illusion. A comforting lie told to protect you. Enjoy these final moments of peace because, i'm not a hero.
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar
Profil
crédits : BereniceWCL
Messages : 478
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


http://chicago911.forumactif.org


MessageSujet: Re: who you really are | matthew goodwin Lun 23 Jan - 17:41


WELCOME TO CHICAGO !

Félicitations ! Te voilà validé(e) !


Bon, tu sais déjà ce que j'en pense hein entre l'avatar et le personnage What a Face J'ai hâte de le voir évoluer en jeu ce Matthew. Ta fiche est parfaite, je l'aime ce mec, je l'aime : FILE ! :gosh:

Congrats ! Tout est allé comme sur des roulettes et te voilà validé(e) ! Tu vas pouvoir t'en payer une tranche !

Quelques petits liens pratiques maintenant que tu as passé la grande porte :
- La gestion du personnage : Tu peux créer ta fiche de liens juste . N'oublie pas d'aller recenser ton métier ici ainsi que ton logement ici. Tu peux même ouvrir un sujet de téléphone portable ici.
- La gestion globale : Si tu dois t'absenter ce sera par là ! C'est également là-bas que tu pourras dépenser tes points !
- Nos protagonistes : Tu vas pouvoir créer ton scénario dans ce coin-là et pour ce faire, faudra dépenser tes points justement !
- L'appel du devoir : Une petite section propre à Chicago 911 où tu pourras demander des situations RP ! N'hésite pas à aller jeter un œil (n'oublie pas de récupérer ton œil après quand même) !
- Flood et jeux : Tu pourras t'amuser là-bas ! Ne sois pas timide, va donc y faire un tour !
- Enfin, n'oublie pas d'être un membre choupinou et de voter régulièrement sur les top-sites ici ! Plus le forum sera connu, plus on aura de nouveaux membres alors GO GO GO !

Bien sûr, le staff est ta disposition si tu as besoin de quoi que ce soit !

Nous te souhaitons un excellent jeu sur Chicago 911 !

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: who you really are | matthew goodwin

Revenir en haut Aller en bas
 

who you really are | matthew goodwin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Matthew "Matt" Williams
» matthew & manuela ❝ apologize ❞
» Matthew Lombardi signe a Philladelphie
» (f) Ginnifer Goodwin - P'tite soeur, tu es plus précieuse que tous les diamants dans le ciel.
» [M] Matthew Gray Gubler - Indépendants
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: BIENVENUE À CHICAGO :: Service de douane :: VOUS POUVEZ CIRCULER-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.