AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | .
 

 leo | harlem on parade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Profil
crédits : ranipyaar | we♥it | tumblr
Messages : 397
quartier : south side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: leo | harlem on parade Mer 29 Mar - 22:20


leo sanders

citation citation citation # AUTEUR


Âge ■ trente-quatre ans Lieu de naissance ■ chicago l'a vu grandir, chicago l'a elevé, chicago l'a fait devenir l'homme aux bonnes manières qu'il peut être désormais Nationalité ■ américain, pur souche, racines prises mais loin d'être solides puisque le désir de voyager ronge ses songes Lieu de résidence ■ south side, pour sa diversité, pour son bruit incessant, cette culture qui s'impose à la gueule de tout passant, de tout cœur errant Occupation/métier ■ auxiliaire de vie pour personnes âgées en maison de repos Situation amoureuse ■ seul, à l'âme vagabonde et aux sentiments faciles Groupe ■ medics Avatar ■ ryan "pookie" gosling ||►

# Caractère ■
Il est cette silhouette que l'on distingue qu'après quelques heures, dans le fond de la salle, cette âme silencieuse et pourtant bien présente. Il est de ceux dont l'optimisme peine à ternir, même malgré les horreur, la noirceur. Leo, c'est le mec timide du bout de la rue, celui qui aime à rencontrer les gens et qui, pourtant, n'ose pas s'en approcher. Parce qu'il craint le monde autant qu'il aime, amateur de belles choses, habitué à enjoliver. Il est celui qu'on aime à côtoyer, celui qu'on croit connaître en une journée sans pourtant se douter de ce qu'il traîne derrière, ce à quoi ses mains peuvent être liées. Parce qu'il ne dit rien, vraiment. Parce qu'il se contente d'écouter, de sourire, d'argumenter les conversations sans jamais les mener jusqu'à lui... parce qu'il a honte. Il est fier mais honteux. Paradoxale, non ? Car ça le décrit plutôt bien aussi, ce foutu mot. Il est l'ombre et la clarté, la joie et cette tristesse qui ronge, pullule ses nuits jusqu'à ses crises d'insomnies. Il est ce qu'on croit être le calme humanisé quand, au derrière des beaux rideaux, s'alimente toute une colère sans nom. C'est un artiste impulsif, une petite boîte pleine de joie néanmoins abîmé par les rafales qui l'ont frappée. Il est cet esprit fatigué mais combatif, ces songes qu'on aime à posséder sans pour autant savoir s'ils sont salvateurs ou malveillants. Il est un tout parsemé de bien des différences.

# Le métier que vous exercez est :
■ Un choix tardif

Il a longtemps hésité avant de quitter son statut d'infirmier. Trop longtemps. Mais, à voir son frère enchaîner les visites aux urgences, sur ses brancards, sous ses mains, Leo n'a pas tenu davantage entre ces murs. Alors il a cherché, longtemps, il a essayé de se faire une raison, de trouver une autre issue, quelque chose de complètement différent ; oui, pourquoi pas. Mais rien, rien n'est parvenu à stimuler son enthousiasme jusqu'à cette place prise, jusqu'à ce nouvel emploi quelque peu oublié de tous. Il aura fait quelques formations de routine, apprit les bases concernant toutes les tâches qu'il aurait à faire dans ce nouvel établissement ; et il ne regrette pas la mauvaise volonté dont il avait pu faire preuve, ça lorsqu'il lui fallait chercher loin du domaine médicale, le jeune homme à court d'idées. Et, c'est dans une maison de repos, comme ils aiment à l'appeler, qu'il s'est rendu, les compliments de bien des noms reconnus pour finalement adopter la petite communauté qui réside dans ce bâtiment-ci. Leo s'est fait sa place, prenant rapidement soin de ceux dont il doit aujourd'hui encore s'occuper. Il fait de son mieux, transfert l'amour qu'il porte à deux âmes disparues de son petit monde à celles qui animent désormais son quotidien. Il s'est prêté au jeu, devenu un auxiliaire exemplaire, à l'écoute de toutes ces personnes ayant franchi le pas, libérées d'une solitude des plus pesantes. Il leur apporte une certaine gaîté, quelques chants, quelques danses, quelques clichés par passion, quelques sourires aussi précieux que n'importe quelle richesse aux yeux de ces êtres abandonnés. Il est le petit jeune qui fait tourner les têtes des anciennes et qui ravivent la nostalgie des anciens. Il est ce joyau de vie, cette candeur des plus envoûtantes, une perle des plus éclatantes, un halo de bonheur pour ce qui se passe entre ces murs, un univers bien à part dont les plaines se font – encore maintenant – plus que rayonnantes. Leo noie son chagrin et ses quiétudes dans cette bouffée de jeunesse délaissée par un temps que beaucoup pensent usé.  




POMMERAMEAU

Âge ■ vingt-et-un ans  Comment as-tu connu C911 ? ■ la folie derrière les murs... Présence ■ 7/7. Un commentaire ? ■  :jo:
images by ikyrel, tumblr (c) fiche by .reed


Code:
ryan gosling # [url=http://chicago911.forumactif.org/t364-leo-harlem-on-parade]leo sanders[/url]


Dernière édition par Leo Sanders le Jeu 30 Mar - 21:08, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ranipyaar | we♥it | tumblr
Messages : 397
quartier : south side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: leo | harlem on parade Mer 29 Mar - 22:20



And the rest is... silent.


Quelques semaines se sont écoulées et ils se tiennent toujours là, Leo et son frère, attendant bêtement une bonne nouvelle qui ne viendra jamais. Leur sœur d'à peine neuf ans, disparue, ne rentrera pas à la maison. Son rire ne viendra plus envahir les murs de la maison familiale, ses éclats de voix ne viendront plus couvrir les disputes fraternelles qui l'effrayaient tant. Non, plus rien. Plus rien si ce n'est eux deux, le plus jeune, Abraham, les larmes aux yeux, peinant à se contrôler et lui... Lui. Leo se tient sur le sofa, cet éclat autrefois si actif au cœur de ses prunelles s'est brisé, éteint et perdu avec les cheveux d'or de Claudia. Rien ne vient briser la tristesse silencieuse qui s'étend avec acharnement dans le séjour, entre ces murs qui – il le croit – semblent se rapprocher pour l'asphyxier. Aussi, il aura mit un terme au réconfort donné à son frère, quittant l'intérieur jonché de policiers pour rejoindre le balcon, ce léger havre de paix où, ce soir, se mêle tempête invisible d'une colère qui gronde dans les abysses de son être. Leo se tait, comme toujours. Parce qu'il ne sait pas comment réagir, parce qu'il n'a aucune idée de comment pourrait être les choses maintenant. Et on vient le rejoindre, un homme, un peu plus vieux, plein de bonne foi, le cœur sur la main sûrement ; pas assez puisque les recherches se suspendent. « Gardez espoir, ne tombez pas. Votre frère a besoin de vous. » Des mots qui résonnent en lui et qui creusent la plaie ouverte ancrée contre son esprit délaissé de tout bon sens, de toute candeur ; de tout ce qu'il avait pu être, ne serait-ce que quelques semaines plus tôt. C'est son regard qui laisse supposer la bonne chose à faire à sa compagnie qui, instinctivement, recule et offre au trentenaire un nouvel espace personnel, une bouffée d'air frais pour le cœur qui se sert, encore et encore, jusqu'à finalement se taire.
Il lui aura fallu plus de quelques jours pour retrouver un semblant de vie normal, rendossant son rôle du plus vieux, tentant de raisonner son frère qui, quant à lui, en vient à sombrer dans des abysses plus terrifiantes que les ombres que Leo côtoie la nuit, lorsque règne une certaine insomnie. Il a essayé de se faire présent, de ménager ses horaires d'infirmiers durant quelques années ensuite. Il a essayé de se faire soutien, épaule sur laquelle se poser ; ça, en vain. Parce qu'il a prolongé ses heures de garde, lassé par l'absence de son frère dans cette grande maison, autrefois déjà délaissée par sa mère qui les avait élevé seule avant de mourir au volant. Il aura essayé de noyer bien des soirs destinés à passer seul jusqu'à devoir recevoir son frère sur un brancard, un blessé par balle comme ils l'appelaient. Puis pour bagarre, puis pour des raisons qui ont fini par leur échapper. La pression, les disputes, la perte de tout jusqu'à ne plus rien posséder. Abraham s'est trouvé un squat et Leo un nouvel appartement, la maison était vendue et s'imposait alors à eux une nouvelle issue aux ombres du passé. Et si les allés aux urgences d'Abraham se sont multipliés, d'abord pour voir son frère avant d'y supplier des soins, c'était sans compter l'abandon de Leo de ce poste qu'il avait aimé à assurer durant des années pour une toute autre ambiance, une toute autre forme d'occupation. Ses pas l'ont mené jusqu'aux couloirs d'une maison de repos, dans de grandes salles agréables, silencieuses, embaumées d'une jeunesse à peine fanée. Il a accepté, optant pour quelques mises à niveau, trouvant quelques formations avant de s'y faire complètement adopter. Après tout, sa voix charme et son sourire ravive, il est venu offrir une seconde jeunesse à ce havre de temps fatigué. Il s'est donné corps et âme dans ces responsabilités jusqu'à y retrouver son enthousiasme, tout ce qui faisait de lui cet homme si joviale, empli d'une certaine paix, loin des tracas qu'impose son frère, loin du souvenir déchirant d'une sœur arrachée aussi soudainement que se perdent les vagues en bord de mer.

Une paix de l'esprit retrouvé, Leo s'est fait plus positif, plus compréhensif. Il a essayé, en tout cas, sur les conseils de cette nouvelle famille qu'il chérit chaque jour que Dieu fait, réprimandé par son supérieur pour toutes ces heures supplémentaires qu'il ne réclame même pas, plutôt habitué. Il aime à y passer ses heures, il aime à se consacrer à ces cœurs abandonnés, leur offrant quelques chansons, quelques mélodies, quelques séances photos comme pour les convaincre que l'âge n'a toujours été que dans la tête, bien loin d'une fatalité physique qui rappelle à la terre. Il aime à leur confier cette vision des choses et beaucoup en tiennent compte, s'essayant à des efforts qu'ils n'envisageaient pas autrefois. Il est un bon élément à la positivité et aux sourires contagieux ; tendresse innommable qu'on craint de briser. Leo est passé au-dessus de son chagrin, au-dessus des quiétudes quant à l'absence de nouvelles de la part de son frère jusqu'à de malheureux jours, jusqu'à cette faiblesse fraternelle qui se sera faite fatale pour l'esprit si clair et innocent du trentenaire. Il l'a vu déboulé, paniqué, un soir lorsqu'il daignait enfin retrouver la chaleur de son petit appartement. Ils étaient recherchés, son frère et « quelques amis », deux en vérité. Il les a vu se faufiler dans sa voiture en attendant un verdict qui devait se régler en quelques minutes et Leo a failli tout laisser tomber, gardant le regard d'Abraham sur le sien, essayant de le raisonner sans pour autant dire le moindre mot. Un combat silencieux que Leo aura perdu, par amour pour un frère qu'il ne souhaite pas perdre définitivement, presque satisfait de le revoir après des mois sans aucun signe de vie, bien que les conditions soient des plus sombres. Alors, il les a aidé, il s'est fait présent, vous vous souvenez, épaule sur laquelle s'appuyer, se reposer. Ce soir-là, cachés dans le petit appartement de Leo, Abraham l'a compris et interprété, à sa manière. Parce qu'ils sont venus, souvent, profiter de son hospitalité, en quête d'un toit, en quête de quelques soins, abusant de cet amour qu'il porte à l'égard d'un jeune frère qu'il a perdu, il le sait enfin bien que peu à même de l'admettre.  
Quelques nuits se sont faites sans repos, Leo en venant à trouver refuse, parfois, entre les murs d'une chambre encore vide de son lieu de travail, bien trop gentil, bien trop silencieux. Il a essayé de comprendre davantage, de voir quels ont été les chemins empruntés par le plus jeune après que la nouvelle soit tombée, après qu'on ait décidé d'abandonner les recherches, tout l'espoir qu'ils portaient, fatigués, sur leurs maigres épaules. Il essaie de se souvenir de cette nuit-là, de tous les mots qui s'en sont exprimés, de toutes les phrases qui ont trouvé domaine que au-travers d'une oreille – en cet instant-ci – sourde. Puis, elle revient, lancinante, aussi cinglante que les bagarres essuyées quand, par malheur, une main alcoolisée venant à se lever sur cette partie de frère qu'il lui reste : « votre frère a besoin de vous ». Bien-sûr qu'il en avait eu besoin quand lui, pathétique, tombait dans les ombres d'un chagrin des plus denses. Et s'il culpabilisait de ne pas avoir pu empêcher ça, c'était sans compter les efforts faits pour se rappeler que chacun choisit sa manière de surpasser les choses ; Abraham y comprit. Aussi, le blond s'est fait à l'idée qu'il n'y pourrait rien, offrant l'asile aux amis les plus proches de son frère, fermant sa porte pour ceux cherchant à en abuser ; ça avait été des règles compliquées à mettre en place mais qu'il était parvenu à faire entendre, non sans user de violence et de menaces ; pourtant conscient d'avoir les mains désormais aussi sales que les leurs. Mais il s'est fait déterminé à continuer sa vie, offrant le meilleur de sa personne au métier qu'il exerce, continuant ses clichés des résidents dont il s'occupe, chantonnant dès que l'envie se présente, sortant ici et là, gagnant les pubs de jazz dans l'espoir d'y trouver le refuge de bras éphémères pour ne garder ses fantômes et ses sombreurs que pour ses nombreux allés aux salles de sport ou pour ses longues heures de solitude qui l'attendent chaque nuit à finir.





Dernière édition par Leo Sanders le Jeu 30 Mar - 22:49, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
Messages : 267
quartier : Downtown - En colocation avec le sociopathe Matthew Goodwin
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: leo | harlem on parade Mer 29 Mar - 22:56

:vnr4: :vnr4: :vnr4: :vnr4: :vnr4: :vnr4: :vnr4: :vnr4: :wtf3: :wtf3: :wtf3: :wtf3: :wtf3: :wtf2: :wtf2: :wtf2: :wtf2: :wtf1: :wtf1: :wtf1: :wtf1: :wtf1: :gosh: :gosh: :gosh: :gosh: :yeehaa2: :yeehaa2: :yeehaa2: :yeehaa2: :baverose: :baverose: :baverose: :baverose: :bave: :bave: :bave: :bave: :fun5: :fun5: :fun5: :fun4: :fun4: :fun4: :fun4: :bro4: :bro4: :bro4: :bro4: :sex2: :sex2: :sex2: :sex2: :sex3: :sex3: :sex3: :sex3: :sex1: :sex1: :sex1: :sex1: :luv5: :luv5: :luv5: :luv3: :luv3: :luv3: :luv3: :lilheart: :lilheart: :lilheart: :lilheart: I love you I love you I love you I love you


Voilà tout ce qui se passe dans la tête de Jade à la vue de Gosling...

<3 Ce perso va dépoter du feu d'un chili mal digéré

_________________



You have eyes that lead me on; and a body that shows me Death. Your lips look like they were made for something else but They just suck my breath. I want your pain yo taste why you're ashamed. You're so sudden. Fuck me until we know it's unsafe. And we'll paint over the evidence. I want you wanting me. I want what I see in your eyes so give me something to be scared of.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
Messages : 1087
quartier : The Loop, Downtown
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: leo | harlem on parade Jeu 30 Mar - 5:58

Ooooooh tu sors le Ryan de derrière les fagots ! Me likey (ouais en fait je voulais te faire chier je l'aime mon petit cocker mdr)

ReBienvenue entre ces murs ma belle ! Jai hâte de voir comment le petit Leo va se développer dans ta tête de folle furieuse ! What a Face

_________________
 
Wherever you go You know I'll be there
If you go far You know I'll be there
I'll go anywhere So I'll see you there

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : BereniceWCL (avatar & gifs) - Solosand (code signature)
Messages : 826
quartier : South Side // Appartement
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: leo | harlem on parade Jeu 30 Mar - 9:23

TIENS MAIS QUI VOUALA DOOOOOOOOOOOONC :smile2: :smile2: :smile2: :smile2: :smile2: :smile2: :smile2: :smile2: :smile2: :smile2: :smile2: :smile2: :smile2:

La bouille quoi la bouille :huhu3: :huhu3: :huhu3: :huhu3:

Bah rebienvenue à la maison, tu connais le chemin, tout ça, tout ça :hihi: :hihi: :hihi: :hihi:

_________________
FIRE
Oh, love, let me see inside your heart, all the cracks and broken parts, the shadows in the light. There’s no need to hide. 'Cause I’m on FIRE like a thousand suns. I couldn’t put it out even if I wanted to. These flames tonight... Look into my eyes and say you want me, too like I want you.

BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ranipyaar | we♥it | tumblr
Messages : 397
quartier : south side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: leo | harlem on parade Jeu 30 Mar - 14:06

:joe: :joe: :joe: :joe: :joe: :joe: :joe: :joe: :joe: :joe: :joe: :joe: :joe: :joe: :joe: :joe: :gosh: :gosh: :gosh: :gosh: :gosh: :gosh: :gosh: :gosh: :gosh: :gosh: :gosh: :gosh: :gosh: :gosh: :gosh: :gosh: :gosh: :gosh: :fun2: :fun2: :fun2: :fun2: :fun2: :fun2: :fun2: :fun2: :fun2: :fun2: :fun2: :fun2: :fun2: :fun2: :fun2: :fun2:

Je suis pas... bon d'accord si, je suis folle. No

Vous allez toutes tomber amoureuses de mon mignon trop mignon jusqu'à l'annonce qui vous tuera toutes ! MOUAHAHAHAHAHAHAHAH.
Non, honnêtement, je pense qu'il ne va pas vous décevoir ! J'essaie de faire ça au plus vite, I love you

_________________


« You. »
I don't eat, I don't sleep, I do nothing but think of you. I don't eat, I don't sleep, I do nothing but think of you. You keep me under your spell, you keep me under your spell, you keep me under your spell.
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar
Profil
crédits : BereniceWCL
Messages : 478
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


http://chicago911.forumactif.org


MessageSujet: Re: leo | harlem on parade Ven 31 Mar - 17:58


WELCOME TO CHICAGO !

Félicitations ! Te voilà validé(e) !


:nope: :nope: :nope: T'as pas été très gentille avec lui... Pas du tout même... Je trouve ça très vilain :vnr5: :vnr5: :vnr5: :vnr5: :vnr5: :vnr5: Mais tellement bien :perv: :perv: :perv: :perv: :perv: Bon, bah, va falloir prendre soin de lui avant qu'il se fasse bouffer par son frère et par les KOS... TROP BON TROP CON COMME ON DIT HEIN :yerk: Allez file, tu connais la maison hein :red: Et sois pas trop vilaine avec lui en jeu sinon ça va barder !!!

Congrats ! Tout est allé comme sur des roulettes et te voilà validé(e) ! Tu vas pouvoir t'en payer une tranche !

Quelques petits liens pratiques maintenant que tu as passé la grande porte :
- La gestion du personnage : Tu peux créer ta fiche de liens juste . N'oublie pas d'aller recenser ton métier ici ainsi que ton logement ici. Tu peux même ouvrir un sujet de téléphone portable ici.
- La gestion globale : Si tu dois t'absenter ce sera par là ! C'est également là-bas que tu pourras dépenser tes points !
- Nos protagonistes : Tu vas pouvoir créer ton scénario dans ce coin-là et pour ce faire, faudra dépenser tes points justement !
- L'appel du devoir : Une petite section propre à Chicago 911 où tu pourras demander des situations RP ! N'hésite pas à aller jeter un œil (n'oublie pas de récupérer ton œil après quand même) !
- Flood et jeux : Tu pourras t'amuser là-bas ! Ne sois pas timide, va donc y faire un tour !
- Enfin, n'oublie pas d'être un membre choupinou et de voter régulièrement sur les top-sites ici ! Plus le forum sera connu, plus on aura de nouveaux membres alors GO GO GO !

Bien sûr, le staff est ta disposition si tu as besoin de quoi que ce soit !

Nous te souhaitons un excellent jeu sur Chicago 911 !

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: leo | harlem on parade

Revenir en haut Aller en bas
 

leo | harlem on parade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Election fervor in Harlem
» Défense, parade et bouclier
» Armies on Parade 2016
» Oh ! Les voilà ...
» épées, rondache, paire d'épées et parades?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: BIENVENUE À CHICAGO :: Service de douane :: VOUS POUVEZ CIRCULER-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.