AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 I ain't no hollaback girl Ft Judith/James

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

PRINCESSE DE LA CB ✩◝(◍⌣̎◍)◜✩
avatar
Profil
crédits : @me
Messages : 549
quartier : Southside Chicago
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: I ain't no hollaback girl Ft Judith/James Lun 22 Mai - 23:40

I ain't no hollaback girl

A few times I've been around that track
So it's not just gonna happen like that
Δ  Natalia & James




Il ne cède pas et la maintient toujours contre lui, ses mains enserrées autour des poignets de la jeune femme, James semble confus, elle peut le voir, le sentir même et elle a bien du mal à comprendre pourquoi il continue de jouer à ce petit jeu alors que les faits sont là, qu’elle lui à démontré que son petit secret n’était plus et pourtant, il ne détourne pas le regard, ne se comporte pas comme le mari pris en faute qui cherche à justifier par tous les moyens possibles. L’expression qu’il affiche, elle la connaît, elle les connaît toute lui semble-t-il et pourtant, il y a encore quelques dizaines de minutes, elle était persuadée qu’il n’était pas du genre à aller voir ailleurs…comme quoi on était jamais sûre de rien.

La main qui l’empêchait auparavant de parler se déplace dans son dos et pour la première fois, ce contact la gêne, elle n’a pas envie qu’il la touche, elle veut juste qu’il la lâche et qu’elle puisse extérioriser cette douleur latente qui lui enserre douloureusement le coeur, mais elle ne peux pas, elle a beau essayer de se dégager de son emprise, il la maintient bien trop fermement et si ca lui fait sans aucun doute mal, ce n’est rien comparé à ce qui se passe dans son esprit prestement torturé.

« Natalia, je sais pas c’qu’on a été te raconter ou ce que tu crois savoir, mais je n’ai jamais été voir ailleurs. Ba oui évidemment et Judith s’est retrouvée par hasard dans leur cage d’escalier à a peine neuf heure du matin, elle roule ouvertement des yeux et s’échappe à son regard qui la brûle pour fixer ses prunelles sur le sol.. Et si tu m’expliquais plus clairement ce qu’il se passe, à part me dire que j’ai sauté la première blonde sur mon passage. Je suis rentré cette nuit, juste avant que le soleil se lève, avec Thomas, on était à la Maison, je me suis couchée près de toi et c’est tout, c’est toi qui vient de me réveiller –sauvagement- à coup de bouquin… Donc je veux des explications plus claires, sur le pourquoi du comment ? » Elle l’écoute bien sûr, mais ne bouge pas d’un iota, ses yeux se ferme et elle déglutit péniblement, tandis que le motard laisse finalement s’échapper ses poignets rougis pour venir les délocaliser sur ses épaules. La jeune femme s’écarte dès qu’elle les sent se poser sur elle et fait avec précipitation quelques pas en arrière afin d’apposer une distance raisonnable entre eux. Il esquisse un geste machinal vers elle, mais elle recule encore. « ME touche pas James ! – silence- Ne me touche plus t’entends » Elle masse d’une main l’un de ses poignets avant de pousser un soupir et de passer une main nerveuse dans ses cheveux.

« Pourquoi tu…elle pousse de nouveau un soupir, franchement plus agacé cette fois, il veut des détails ? grand bien lui fasse, elle allait les lui donner, si ce qui lui manquait encore, c’était la certitude qu’elle ne prêchait pas le faux pour savoir le vrai, il allait être servi. Je parle de ta putain de serveuse enfin plutôt celle de Max pour la partie serveuse…qui sort de CHEZ MOI à neuf heure le matin. Elle lui jette un regard interrogateur, guettant inconsciemment sans doute une réaction de sa part. Judith elle au moins n’avais pas prétendu ne pas comprendre, est-ce qu’elle ne lui avait pas laissé clairement entendre qu’elle passait ici constamment ? Bon, elle lui avait aussi affirmé qu’elle n’était pas une poule, mais ca, faudrait peut-être lui rappeler la définition, elle risquait sûrement d’en avoir besoin. En tous les cas, elle n’avait absolument pas réfuté avoir une liaison avec James au contraire. Pratique, tu me diras de te la taper quand je suis en train de m’occuper de NOTRE fils ! Elle tourne en rond, fait les cents pas dans leur chambre histoire de dissiper toute cette énergie négative qui s’accumule dangereusement dans son corps et que de toute évidence, elle ne parvient pas à exorciser par ses paroles. Tu sais quoi j’aurais dû m’en douter à vous voir flirter comme ca à la Saint Valentin… Son regard prend une teinte bien plus maussade alors qu’elle se remémore cette espèce de complicité à vomir a laquelle elle avait assister. oh mais t’en fait pas elle a eu de la chance, elle s’est tiré avant que j'ai eu le temps de te l’abîmer, du coup, tu vas pouvoir… elle attrape les fringues que son mari portait la veille et qu’il avait laissées dans la chambre lorsqu’il était venu se coucher et les lui balance à la tronche…. Prendre tes affaires et retourner crécher chez toi, t’auras tout le loisir de la sauter tranquille sans restriction d’horaire comme ca. » Elle grogne et s’agace et finit par prendre la direction du salon, elle en a assez de le voir devant elle, elle se retourne cependant avant d’atteindre la porte « Oh et tu pourras lui dire que ca ne change strictement rien à ce que je lui ai promis. » Elle lève un sourcil, sert la mâchoire et tourne les talons dans l’idée de quitter la pièce.
© GASMASK

_________________



Crawl from the wreckage one more time.
Horrific memory twists the mind. Dark, rutted, cold and hard to turn
Path of destruction, feel it burn 'Cause we hunt you down without mercy. Hunt you down all nightmare long. Feel us breathe upon your face, feel us shift, every move we trace


Dernière édition par Natalia Manning le Sam 10 Juin - 16:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

PRINCE DE LA CB 〜(•‾̑‿‾̑•)ノ
avatar
Profil
crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
Messages : 375
quartier : West side bitch
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: I ain't no hollaback girl Ft Judith/James Ven 26 Mai - 12:33

Natalia & James
i ain’t no hollaback girl




« ME touche pas James ! Ne me touche plus t’entends »

Il fronce les sourcils alors qu’elle se dégage de son toucher et qu’elle reste fixée sur son idée. Ça commence à le gonfler très sérieusement, et il perd lentement patience. Ça le gonfle qu’elle ne l’écoute pas un seul instant, elle lui donne des infos disparates et complètement vagues et ce qu’il arrive à placer, elle n’en entend même pas le quart. Il sait, comprend qu’elle est extrêmement énervée, agacée et surtout, déçue par lui. Mais il ne sait pas à quel moment il a pu être la source d’un tel chagrin qui transparait dans ses gestes, ses soupirs et ses yeux. Il retient un soupir, croise les bras sur son torse nu et attend la suite.

« Pourquoi tu…
— Quoi ? Il lève un sourcil.
— Je parle de ta putain de serveuse enfin plutôt celle de Max pour la partie serveuse…qui sort de CHEZ MOI à neuf heure le matin. » La surprise s’exprime sur le visage de James, pour la énième fois de cette matinée. La serveuse de Max. James fait rapidement le lien entre les différents indices que Natalia a disséminés dans ses paroles depuis son arrivée en trombe dans l’appartement et le motard commence à dessiner une carte de ce qui a pu se passer. Son épouse parle mais il n’entend que vaguement ses premières paroles alors qu’il voit se dessiner dans son esprit le scénario de tout ce cinéma. Des lumières s’éclairent dans son cerveau et d’un coup, ses épaules semblent se relâcher d’une pression qui n’est le résultat que d’un quiproquo. Il laisse retomber ses mains sur ses hanches et revient à Natalia alors que celle-ci lui balance des fringues à la gueule qu’il rattrape à moitié.

« Prendre tes affaires et retourner crécher chez toi, t’auras tout le loisir de la sauter tranquille sans restriction d’horaire comme ca. » Le motard retient un sourire en pincant les lèvres alors que sa femme ne le regarder même plus, elle s’énerve dans son coin, grogne, fronce les sourcils. Il est persuadé qu’elle en a marre de le voir comme ça, debout, tout innocent alors qu’elle s’est surement persuadée qu’il venait de se taper leur voisine. Elle va pour partir mais fait un geste en arrière pour lui adresser une nouvelle fois la parole.

« Oh et tu pourras lui dire que ca ne change strictement rien à ce que je lui ai promis. »

La serbe lève un sourcil pour lui dire « on est bien clairs ? » et James laisse finalement échapper un sourire alors qu’elle s’éloigne de la chambre. Il pousse un soupir, la laisse s’échapper et lâche les fringues auparavant pliées sur le lit puis passe une main sur son visage. Il marmonne dans sa barbe. « c’est pas possible ». Mais si ça l’est. Parce que contrairement à ce qu’on pourrait penser de Natalia au premier regard, se dire qu’elle est une petite chose fragile, douce et mignonne, une part d’elle (qu’il adore provoquer) est sauvage, impitoyable et bruyante. Il pousse un long soupir, se chargeant d’expirer sa contrariété pour prendre en main le reste de la conversation qui va changer de ton. Très clairement.

Il finit par prendre lui aussi la direction du salon dans lequel il la rejoint et la rattrape, partie pour faire il ne sait pas quoi mais s’énerver encore, peut-être lui préparer une valise ou un stock de bouquin à lui rebalancer dans la gueule. Il chope sa main et la force à se retourner vers lui, et fait face à un regard de l’enfer. Elle le fusille sur place, surement agacée de devoir lui refaire face alors que cette fois, son visage à lui est beaucoup plus détendu.

« Donc, chérie, si je comprends bien l’histoire —coupe-moi si je me plante— t’as croisé Judith, la serveuse de Max, qui « trainait » (il mime les guillemets) dans l’immeuble et vous vous êtes adressées quelques mots, dans lesquels tu lui promettais très clairement un ravalement de façade gratuit. Tu t’es dis que si elle était là c’est parce qu’elle sortait de ton appartement, dans lequel je dormais paisiblement avant que tu débarques comme une furie. Tu crois vraiment que j’me tape Judith ? » Il retient à nouveau son sourire et l’interroge du regard. Il glisse une main dans sa barbe et fait mine de réfléchir.

« Tu savais pas qu’elle habite au dessus ? Tu l’as croisée et tu la recroiseras surement parce que c’est notre voisine, Nat. Pas parce qu’elle vient ici, parce que je ne me la tape pas pendant que t’es pas là. Jamais. » Un mince sourire finit finalement par percer sur ses lèvres dans l’attente de sa réaction.

© code par Nostaw.

_________________
when I was a man, I thought it ended ; when I knew love's perfect ache. But my peace has always depended, on all the ashes in my wake.
YOU SOON FIND YOU HAVE FEW CHOICES
Revenir en haut Aller en bas

PRINCESSE DE LA CB ✩◝(◍⌣̎◍)◜✩
avatar
Profil
crédits : @me
Messages : 549
quartier : Southside Chicago
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: I ain't no hollaback girl Ft Judith/James Dim 11 Juin - 20:48

I ain't no hollaback girl

A few times I've been around that track
So it's not just gonna happen like that
Δ  Natalia & James




Elle ne voit pas vraiment quoi lui dire de plus, elle qui espérait des aveux, a désormais compris qu’elle n'en obtiendrait pas, peu importe ce qu’elle pourrait bien dire, peu importe la violence de ses gestes. Elle se sent tout à coup bien trop fatiguée pour ne serait-ce que lutter contre lui et le mur de mensonges qu’il avait trop peu consciencieusement bâti autour de leur relation dans laquelle, elle avait eu la bêtise de croire une fois de plus. La jeune femme s'affaire dans le salon, rangeant quelques éléments ici et là sans vraiment avoir conscience des mouvements, qu’elle s'applique à faire de façon machinale et automatique, replaçant des objets sur son chemin. Elle ne comprend pas les différents "pourquoi" qui viennent la frapper à allure régulière, pourquoi ? Pourquoi cette pétasse ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi l’abreuver de ces illusions qu’il avait eu tant de mal à lui faire accepter pour finalement tout mettre a risque ? Elle secoue la tête à la négative, ce sont là des interrogations dont elle n'a pas la clé et pour lesquelles en toute honnêteté, elle n a pas vraiment envie d obtenir de réponses qui risquerait de lui briser encore un peu plus le coeur. Dans l'immédiat, la seule chose qui la soulagerait un tant soit peu serait qu’il s’exécute, qu’il prenne, comme elle le lui a demander, ses affaires et s'en aille.

C'est un peu illusoire cela va sans dire, James est loin d'être le genre d'homme à se plier sans un mot aux requêtes qui ne lui conviendrait pas (Si on fait exception des exigences formulés par le club évidemment) aussi ce n'est guère une surprise qu’il décide finalement de la rejoindre dans l’autre pièce pour continuer cette conversation qui la peine désormais plus qu’elle ne l’énerve. Elle entend ses pas dans son dos, mais elle préfère les ignorer, elle préfère rentrer dans une abstraction totale de sa présence et prétendre qu’elle n'est pas sur le point de très franchement craquer. Elle continue donc son manège en silence, mais James ne se laisse pas démonter par la distance qu’elle instaure et la brise d’un geste en l’attrapant par la main pour la forcer à se retourner et lui faire face. La Serbe retire immédiatement sa main et croise ses bras sur sa poitrine, ne lui offrant pour seule réponse qu’un regard irrité et glacial. Le sien à cependant changer d’expression, il a l’air soudainement plus détendu ce qui lui semble complètement hors de propos et curieux, non parce que si il n’en a rien à foutre, il ferait mieux de passer son chemin assez rapidement si il ne veut pas finir en plusieurs morceaux et finalement, il se décide à la ramener et le ton qu’il utilise et qui va de paire avec l’attitude qu’il affiche termine de la rendre folle. « Donc, chérie, si je comprends bien l’histoire —coupe-moi si je me plante— t’as croisé Judith, la serveuse de Max, qui « trainait » dans l’immeuble et vous vous êtes adressées quelques mots, dans lesquels tu lui promettais très clairement un ravalement de façade gratuit. Tu t’es dis que si elle était là c’est parce qu’elle sortait de ton appartement, dans lequel je dormais paisiblement avant que tu débarques comme une furie. Tu crois vraiment que j’me tape Judith ? » Est-ce qu’il la prend pour une conne ? Non parce que là franchement ca en a tout l’air, elle ne sait pas ce qu’il chercher exactement, mais il va finir par trouver et cette fois-ci, ce n’est pas des fringues ou des bouquins qu’il allait se prendre dans la gueule. « Putain, mais tu veux un dessin peut-être ? Oui, c’est exactement ce que je crois James » Elle laisse échapper un soupir plus qu’exaspéré et serre franchement les dents pendant que son mari fait le malin et finit par lui en dévoiler la raison.  « Tu savais pas qu’elle habite au dessus ? Tu l’as croisée et tu la recroiseras surement parce que c’est notre voisine, Nat. Pas parce qu’elle vient ici, parce que je ne me la tape pas pendant que t’es pas là. Jamais. »

Tu savait pas qu’elle habite au dessus…gnagnagna NON BA NON ! Elle risquait pas de le savoir si il n’avait pas daigné le lui dire et surtout, c’est un peu facile dans la mesure ou la principale concernée ne lui en a fait part à aucun moment durant leur échange, ce qui n’a absolument aucun sens puisque bon ca aurait un peu dû être son premier argument de défense, alors vrai ou faux ? Difficile à dire ! Là tout de suite, elle n’a pas franchement envie de le croire, parce que de une ca la ferait carrément passer pour une espèce de taré débile et jalouse et de deux rien ne lui prouve que ce n’est pas juste une manière de gagner du temps…ceci dit ce type d’information était plutôt facile à vérifier et il serait bien con de la part de James de ne pas faire preuve de plus d’intelligence dans son alibi. Est-il nécessaire de dire qu’elle se décompose quand même considérablement ? Non évidemment pas. Ca doit bien lui plaire tient à ce gros con. La jeune femme laisse échapper un tic de langue avant de secouer la tête à la négative en soufflant, pour finalement replanter son regard dans celui de son mari. « Peut-être que si tu me l’avais dit, je le saurais, apparemment t’es beaucoup mieux renseigné que moi sur la vie de cette pétasse ! Son ton est un peu hautain, réflexe défensif sans doute…jte jure James, elle lève un doigt menaçant t’as pas intérêt à me bobarder parce que je te tue, je te jure, je te tue. » Elle relâche ses bras, laissant sans s’en rendre véritablement compte une bonne partie de la tension qui l’habitait retomber. Voilà et maintenant ? Elle ne sait pas vraiment quoi ajouter étant donné qu’elle a juste l’air stupide et le sourire amusé qu’il arbore n’aident pas vraiment. Elle finit donc par le pousser, sa main sur sa poitrine. « Oui bon ca va, tu peux arrêter de jubiler maintenant, au moins face à moi. » La jeune femme lève les yeux au ciel et s’écarte pour prétendre de faire quelque chose, histoire de faire disparaître ce moment au plus vite.
© GASMASK

_________________



Crawl from the wreckage one more time.
Horrific memory twists the mind. Dark, rutted, cold and hard to turn
Path of destruction, feel it burn 'Cause we hunt you down without mercy. Hunt you down all nightmare long. Feel us breathe upon your face, feel us shift, every move we trace
Revenir en haut Aller en bas

PRINCE DE LA CB 〜(•‾̑‿‾̑•)ノ
avatar
Profil
crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
Messages : 375
quartier : West side bitch
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: I ain't no hollaback girl Ft Judith/James Ven 30 Juin - 21:59

Natalia & James
i ain’t no hollaback girl




Au fur et à mesure que le visage de Natalia se décompose, la satisfaction de James grandit et il peine rapidement à contenir ce petit sourire malin qui étire le côté de ses lèvres. Pas sur qu'il ait réellement envie de cacher l'amusement qui le soulage de la colère et l'incompréhension qui le guidaient jusque-là, depuis l'arrivée en furie de son épouse dans l'appartement. Bien sur elle a dégagé son poignet de sa main et croisé les bras sous sa poitrine, lui aussi de son côté, arborant un air qui flirte un peu trop près de la ligne de fierté qu'il voit ressurgir alors, combinant dans son esprit des images vagues de ce qui a pu se passer entre les deux femmes dans le couloir de l'immeuble.

Cette petite crise de jalousie le ravit, en son for intérieur, son petit égo gonfle en s'imaginant sa petite femme (dont il faut se méfier mine de rien) planter ses poings sur ses hanches et speecher leur voisine sur l'appartenance du mari à sa femme. Il a presque envie de rigoler mais se doute que la tarte dans la gueule suivrait de très près, c'est pourquoi il laisse sa main glisser le long de sa mâchoire et de sa barbe, tâchant d'atténuer l'expression amusée sur son visage. Ah, il fait beaucoup plus le malin maintenant qu'il comprend la situation. Si dans sa jeunesse James était plutôt coureur de jupon (le duo Laurel e Hardy en plus sexy pour choper à tour de bras), dès lors que sa relation avec Natalia s'est officialisée, il s'est fait un devoir, en l'épousant, de ne jamais aller voir ailleurs. Les occasions bien sur n'ont pas manquées, mais son amour pour elle lui a toujours permis de rester dans le droit chemin. Les autres ne l'intéressent pas et son train de vie plutôt sage le démarque du reste des gars du club. Pas une faiblesse une seule fois dans sa vie.

« Peut-être que si tu me l’avais dit, je le saurais, apparemment t’es beaucoup mieux renseigné que moi sur la vie de cette pétasse ! »

Et la voila, dans toute sa splendeur et ça ne le fait sourire que davantage. Il devrait sans doute se la fermer à cet instant et tenter d'arrondir les angles mais James n'est certainement pas d'un bois faible et bien qu'il ne rit pas aux éclats (on a dit qu'il fallait quand même se méfier), il n'hésite plus à afficher un air quasi-triomphal alors qu'elle commencer à jurer, le pointant d'un doigt menaçant.

« t’as pas intérêt à me bobarder parce que je te tue, je te jure, je te tue. »

Il pince les lèvres et ne doute pas d'un seul de ses mots malgré l'air malin qui lui barre le visage. Il connait sa femme et son caractère de feu, il sait aussi qu'elle ne supporterait pas une trahison, un abandon, une deuxième fois. Mais il ne se serait jamais risqué à un tel acte, pas alors qu'il avait tout fais pour réintégrer sa place dans son foyer, dans sa famille. Il pousse un soupir alors qu'elle semble se relâcher malgré son air pincé, et le sourire du motard s'agrandit un peu plus alors qu'elle le pousse, visiblement exaspérée par l'attitude de son époux.

« Oui bon ca va, tu peux arrêter de jubiler maintenant, au moins face à moi. »

Natalia lève les yeux au ciel et fais mine de s'écarter mais une fois encore, il la rattrape, cette fois par la taille pour la garder dans son périmètre.

« Arrêter ? Mais je viens juste de commencer ma chère. »

Il la garde pas bien loin de lui, les deux mains calées sur ses hanches, lui laissant une marge de manoeuvre limitée. Il s'attend à s'en prendre une à un moment donné, ou peut-être pas mais il est persuadée que la contrariété de son épouse ne s'est pas envolée. Certainement pas tout de suite.

« Peut-être que je te l'aurais dis tout de suite si tu m'avais laissé parler comme je le voulais au lieu de tenter de m'assassiner par lancé de bouquin. » Il lui sourit toujours, sans faillir. « Il est évident que j'en connais plus que toi sur la vie de Judith, je te rappelle qu'elle bosse pour Max et que de ce fait je l'ai croisée souvent sur le chemin pour le club. » Est-ce qu'il lui fait part maintenant qu'il l'a déjà ramenée en moto ? Hm, pas sur. « Tu crois vraiment que je ferais ça, sérieusement Nat… » Il lève les yeux au ciel. « Mais ceci dis, tu lui as dis quoi précisément ? »

© code par Nostaw.


_________________
when I was a man, I thought it ended ; when I knew love's perfect ache. But my peace has always depended, on all the ashes in my wake.
YOU SOON FIND YOU HAVE FEW CHOICES
Revenir en haut Aller en bas

PRINCESSE DE LA CB ✩◝(◍⌣̎◍)◜✩
avatar
Profil
crédits : @me
Messages : 549
quartier : Southside Chicago
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: I ain't no hollaback girl Ft Judith/James Jeu 13 Juil - 7:01

I ain't no hollaback girl

A few times I've been around that track
So it's not just gonna happen like that
Δ  Natalia & James




Si elle avait cru s’en tirer aussi facilement, c’était bien naïf de sa part, James ne se contente bien évidemment pas de sa petite tirade bougonne et la rattrape avant même qu’elle n’est eue le temps de lui tourner le dos. Les mains posées sur ses hanches, il plante son regard dans celui de sa femme qui fait assurément preuve de mauvaise volonté et ne lui adresse qu’un visage renfrogné.

« Arrêter ? Mais je viens juste de commencer ma chère. »
La jeune femme reste totalement impassible, retenant un soupir agacé. Si la colère qu’elle ressentait s’était lentement dissolue, elle ne s’était pour autant pas entièrement évaporer, parce qu’une partie d’elle-même se laisse à penser qu’il est peut-être un peu trop facile qu’il s’en tire si facilement, mais sa raison lui soufflait cependant que son mari était bien plus malin que ca et que cette excuse-là était bien trop tiré par les cheveux pour être fausse, sans compter qu’il lui serait bien facile d’en vérifier la véracité. Elle lève un sourcil, penche la tête et le regarde avec constance, fort peu amusé par les élans comiques auxquels s’essaye son mari. « Peut-être que je te l'aurais dis tout de suite si tu m'avais laissé parler comme je le voulais au lieu de tenter de m'assassiner par lancé de bouquin. » Il lui sourit…et si d’habitude, cela aurait tendance à lui faire faire de même, elle ne parvient pas vraiment à se dérider, parce que même si il n’a vraiment rien à se reprocher, l’idée à tout de même germer au sein de l’esprit de Natalia. Il faut croire qu’elle avait tout oublié de cette période où elle avait l’impression de devoir être constamment sur ses gardes, de cette époque où elle passait presque autant de temps que son époux au club et qu’elle avait donc par la même, l’occasion d’assister au manège constant de ces filles, trop nombreuses à son goût, qui se pavanait constamment autour des membres en espérant être « choisie » par un ou plusieurs d’entre eux. Elle avait toujours trouvé ca particulièrement glauque, mais avait fini par se faire à l’idée que c’était un comportement qu’elle ne comprendrait jamais et ce n’était pas faute d’avoir été briefer par plusieurs des régulières ou épouse de KOS, sans compter le bourrage de crâne que l’on pourrait qualifier de gentillet d’Alma sur la notion de propriété…

Comme si il n’avait pas pu le lu dire avant, au moment où il l’avait appris par exemple, c’est quand même le genre d’information certes débile, mais tout de même suffisamment notable pour être partagé non ? « Il est évident que j'en connais plus que toi sur la vie de Judith, je te rappelle qu'elle bosse pour Max et que de ce fait je l'ai croisée souvent sur le chemin pour le club. » BLA-BLA-BLA et il connaît la vie et l’adresse de toutes les filles de Madmax aussi ? FOUTAISE, il ne sait décidément pas se défendre. En l’instant, ce n’est pas vraiment pour aggraver son cas, la seule chose que se dit Natalia en l’instant, c’est qu’il serait bien dans la merde si il l’avait vraiment trompé, parce qu’avec des explications comme celle-là, elle lui aurait déjà arraché les yeux depuis longtemps. « Tu crois vraiment que je ferais ça, sérieusement Nat… » Elle hausse les épaules, une moue boudeuse sur les lèvres. « Mais ceci dis, tu lui as dis quoi précisément ? »

« J’en sais rien James. La vérité, c’est que je sais pas. Tu m’aurais demandé ca y a six ans, j’aurai répondu non sans aucune hésitation, mais tout est différent maintenant, t’es différent et moi aussi, alors peut-être. De nouveau, elle hausse les épaules, sa voix est calme, peut-être un peu trop si on la compare au ton qu’elle utilisait encore quelques minutes auparavant. En réalité, ce ne sont là que des constatations, posées là de façon neutres, peut-être que finalement, il va réussir à tirer quelque chose d’elle aujourd’hui. J’en sais rien, mais reconnais que c’est pas une idée complètement dénuée de sens.» Elle s’écarte finalement et commence à ramasser les affaires d’Eliott qui traîne sur le canapé en continuant à parler, mais cette fois sans le regarder. « Et pour ta gouverne, tu aurais tout aussi bien pu m’en parler quand tu l’as su et… Elle se redresse la peluche de dinosaure de son fils dans les mains. tu t’es vraiment pas amélioré en blabla post dispute, juste pour ton info personnelle. » La Serbe hausse les sourcils, un sourire dissimulé au coin des lèvres, avant de se remettre en mouvement, éludant délibérément la question posée par le motard concernant Judith un instant de plus. « Je lui ai juste expliqué très calmement comment ca marche quand on gravite autour du club et plus précisément de toi. » Et elle espère s’en tirer comme ca.

© GASMASK

_________________



Crawl from the wreckage one more time.
Horrific memory twists the mind. Dark, rutted, cold and hard to turn
Path of destruction, feel it burn 'Cause we hunt you down without mercy. Hunt you down all nightmare long. Feel us breathe upon your face, feel us shift, every move we trace
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: I ain't no hollaback girl Ft Judith/James

Revenir en haut Aller en bas
 

I ain't no hollaback girl Ft Judith/James

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» Dirèktè Lona Sando Joseph pran nan gonm akoz magouy pou madanm li Judith Benoit
» ♪ Who's that girl ♪
» A sweet girl and two bad boys [Kity & Jack]
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: South Side :: LOGEMENTS-