AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | .
 

 service | sebastian o'malley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Profil
crédits : shiya | tumblr | we♥it
Messages : 307
quartier : west side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: service | sebastian o'malley Lun 8 Mai - 16:04


Sebastian O'Malley

i'm a-walkin' in the rain, tears are fallin' and I feel the pain # del shannon


Âge ■ quarante ans (9.01.1977)  Lieu de naissance ■ chicago Nationalité ■ américain ainsi qu'irlandais par sa mère Lieu de résidence ■ west side, au plus près des siens Occupation/métier ■ anciennement militaire, soldat sur le terrain en Irak. Situation amoureuse ■ marié, le cœur épris mais les yeux libres et les mains baladeuses. Groupe ■ KINGS OF SPEED Avatar ■ michael fassbender ||►

# Caractère ■
C'est armé d'arrogance qu'il a grandit, aîné des trois frères, exemple à suivre malgré une décadence certaine cachée derrière des valeurs instruites. Sebastian fut celui en lequel bien des espoirs furent fondé, qualifié d'homme brillant, méticuleux, perfectionniste presque, il s'est bercé des paroles positives de son entourage pour, finalement, y prendre goût. L'égocentrisme naît, cette détermination sans pareil également. Il se fait prêt à tout pour parvenir à ses fins, pour réussir ce qu'il entreprend et ça, à force de patience et de savoir. Ça, malgré les démons qui résident dans les recoins sombres de son âme, malgré ce fond de violence instauré par un père stricte, peut-être un peu trop. Une dure éducation qui n'aura pas eu raison sur la personnalité qu'il traîne, hyperactif, chaleureux, un sourire éternel jonchant le long de ses lèvres. La façade d'un Homme bien cachant tout de même des faussés dangereux, des ténèbres qu'il ne laisse pas aisément voir, manipulateur finalement. Car, sa détermination n'a jamais eu de limite, parce qu'il s'est fait à l'habitude de posséder tout ce qui pourrait l'intéresser, ou non, par simple luxure. Derrière cette vitalité attrayante se cache une colère des plus sévères, rongeant parfois son être jusqu'à faire taire la raison, la conscience même. Il peut se perdre dans un univers vaste et morne, là où résonnent encore les canons du champ de bataille, là où s'envolent quelques cris d'agonie tandis qu'il survit, changé à jamais de ce qu'ils disent, abruti par une honte qu'il aura su faire taire seul. Car « mensonge », avait-il dit, acclamé, loin d'être à même de voir à quel point elle avait pu déteindre cette brutalité. Il est un danger pour les autres comme pour lui. Un grain de folie dans une enveloppe si nette, si lumineuse. Il est ce que le monde redoute, ce qu'autrui méprise ; fanfaron des heures tristes, noirceur des temps clairs.

# Le métier que vous exercez est :
■ Une vocation ■ Un choix tardifAlimentaire
Ce fut un choix que de dévier vers l'armée. Il en avait les capacités, le devoir et le besoin, surtout. Car hyperactif, car nympho aussi, il s'est choisi la seule voix qui puisse le canaliser. La seule qui puisse à jamais lui forger l'âme et les sens, loin d'imaginer qu'elle ne ferait que l’abîmer, à petit feu. Il s'est engagé alors qu'il n'avait que vingt-trois ans, enchaînant les entraînements, les déplacements jusqu'à partir pour un temps méconnu au bout de trois ans de service, là-bas, en Irak ; c'était en mars deux miles trois. Quelques permissions accordées, quelques courts retours aux côtés d'une femme épousée avant ce départ au loin, c'est sans demande qu'il se fait renvoyer chez-lui en convalescence, septembre deux miles quatre ; un petit temps néanmoins, assez pour que ses blessures ne guérissent, assez pour que ses forces lui reviennent. Il est costaud et déterminé, il ne lui faudra que quelques semaines pour repartir au front, les égratignures n'ont jamais été un obstacle pour un homme dans son genre. Et si par son arrogance il s'était pensé intouchable, c'était sans compter la blessure par balle qu'il essuiera en avril deux miles cinq, une jolie plaie qui lui vaudra son retour dans le monde civilisé, à lui comme à sa femme, venue au front dans l'espoir de l'accompagner, rentrer pour ne pas l'abandonner. Ils sont rentrés, les désirs de famille partagée, une maison retrouvée là où ils avaient déjà entretenus un passé ; sa Chicago, entière et inchangée. Il ne l'a jamais autant aimé. Mais les valeurs s'effacent et la perdition s'immisce, peu à peu, gangrène pourtant salvatrice pour l'essence qui s'égare. Il passe d'un monde à l'autre, des lueurs claires aux ténèbres. Sebastian franchit le fossé, porté par ses démons, par sa folie, par ses tourments causés par ses souvenirs d'agonies. L'Irak, au final, aura été décisive pour cette voie déjà peu stable, le voilà serrant définitivement la main du Diable.

Deux miles six, « prospect ». Ce sont des syllabes qu'il méprise, qui ravive chez lui quelques brides d'une rage sans nom ; bien qu'il soit aussi devenu père, cette année-là, un rôle endossé avec autant de sérieux que cette volonté d'intégrité. Un an, alors. Ça aura prit un an. Une année à ne rien dire, à sombrer dans des ombres plus opaques que le rideau déposé sur sa vie d'antan. Une année à essuyer les plaisirs taquins et l'esclavage de certains, une année à prendre sur lui, à ravaler toute cette haine et cette honte. Parce qu'il vaut mieux que beaucoup, il n'en démordra pas ; jamais d'ailleurs, pas même maintenant. Mais l'apprentissage est rude et nécessaire, elle forge le caractère. Il l'a comprit, tard mais y est parvenu et, aux abords des monts ténébreux de son âme, quand toute raison semblait disparaître pour ne laisser de place qu'à l'abandon pur de toutes règles, ces mêmes syllabes changeaient : « membre ». Il a prouvé sa valeur, possédant déjà le respect de ceux qui avaient combattu par le passé, ceux qui savaient ce à quoi il avait pu goûter, que ce soit là-bas – au front – comme aux pieds de ceux qu'il égale. Il a réajusté la balance, par fierté s'est vengé pour, ensuite, continuer sur sa lancée, démontrer – dans un univers tel que le leur – ses compétences et ses qualités. Assez pour impressionner, assez pour que les attentions ne se portent sur lui. Il est la détermination même, humanisé là, derrière ses prunelles claires. Aussi, il lui faudra attendre deux miles dix pour que les choses ne changent à nouveau, par sa faute, puis deux miles quatorze. L'explosion du garage qui l'aura mené malgré les débris jusqu'à Caleb qu'il sortira des enfers. Une aide appréciée, puis récompensée. Son patch voit de nouvelles lettres s'imprimer, une nouvelle couleur de rang qui s'offre à cet homme qui, pendant deux ans, aura su marquer le coup : Sergent d'Armes. Un sourire accroché le long de ses lèvres, la fierté pleinement retrouvée, l'ego aujourd'hui surdimensionné. Tout ça pour dire quoi, déjà ? Ah oui, ça a été une vocation. Définitivement.




pommerameau

Âge ■ vingt-et-un ans  Comment as-tu connu C911 ? ■ ils m'ont accueilli en psychiatrie Présence ■ 7/7. Un commentaire ? ■ kneels
images by we♥it, shiya (c) fiche by .reed


Code:
michael fassbender # [url=http://chicago911.forumactif.org/t419-service-sebastian-o-malley]sebastian o'malley[/url]

_________________


runaway
As I walk along I wonder a-what went wrong with our love, a love that was so strong. And as I still walk on, I think of the things we've done together, a-while our hearts were young.


Dernière édition par Sebastian O'Malley le Mar 9 Mai - 21:04, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : shiya | tumblr | we♥it
Messages : 307
quartier : west side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: service | sebastian o'malley Lun 8 Mai - 16:05



RUNAWAY


9.01.2010 | « Je ne peux pas te laisser faire ça, Seb. J'en suis désolé mais, je peux juste pas te regarder continuer avec ces types en sachant ce qu'ils t'ont fait. » Ils l'ont sauvé, eux l'ont fait quand sa propre famille ne parvenait pas à l'appeler par son propre prénom, persuadé de ne voir qu'un autre homme que celui qu'il avait connu. Une légère grimace, les traits tirés par la fatigue tandis qu'il guette les réactions de son plus jeune frère, celui qui va et vient au-travers de la pièce quand Sebastian, quant à lui, tente de faire entendre raison à sa propre conscience. Mais il doit voir la réalité des choses en face et il sait, pertinemment, que ce dernier saura trouver le moyen de l'empêcher à continuer sur cette voie-ci. Aussi, il n'en démord pas, le regard braqué sur Billy comme dans l'espoir que ça puisse le dissuader de faire quoi que ce soit. « Tu vas rentrer chez toi et je t'aiderai à disparaître s'ils ne te laissent pas le faire. » En vain, il le comprend, il le devine lorsque le soupire s'extirpe d'entre ses lèvres. « S'il te plaît, ne fais pas ça. » Sa voix s'ose une dernière supplication, elle vient se perdre dans l'espace qu'il anime tous les deux, bourrant l'air d'une tension innommable. « Navré. » Ces syllabes là viennent résonner dans sa tête pour terminer de le faire chuter dans l'antre de ses démons, là où plus rien n'a réellement de sens, là où tout s'écroule en une seule fraction de seconde, ne laissant derrière elle qu'un torrent de haine et de colère. Alors Sebastian s'élance, déterminé – comme toujours – jusqu'à emboîter le pas de celui qui s'était invité quelques heures pour son anniversaire, celui avec qui il s'était abîmé la voix à force de rires et de conversations ; ça avant que tout ne bascule. Avant que ses mains ne viennent trouver son écharpe qui, violemment, vient s'abattre contre la gorge de son propre frère. « C'est pas ce que je voulais. Je ne voulais pas. » Il tire, sans vraiment réfléchir, luttant contre les sursauts de ce dernier, luttant contre la pression qu'il exerce contre sa personne, blottit contre son torse avant que la résistance ne s'estompe définitivement, avant que sa nuque ne se brise. « Je suis désolé. » Puis, un silence de plomb. L'impression même que le monde s'est défait de toute réalité. Plus rien ne vient entraver ce calme paisible et pourtant si lourd jusqu'aux battements de son cœur, frappant violemment contre sa poitrine, la panique, la colère, la honte, la haine... le chagrin, le voilà, tortionnaire, bouillonnant sous la cage thoracique de l'aîné qui reprend ses esprits, qui s'empresse de le porter contre lui, de le serrer. Et les larmes, et les sanglots, la peur ; non, vraiment, la honte. Parce qu'il n'arrive pas à regretter, parce qu'il ne le pourra pas. Il n'avait simplement pas le choix. « Je suis désolé. » Des mots qu'il répète, encore et encore jusqu'à ce que la porte ne s'ouvre sur ses nouveaux frères.

▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄

25.12.2016 | Un vide s'est installé depuis la mort de Billy, même bien des années après, quelque chose de lourd à quoi il choisit de ne pas faire attention. Il s'est remit, doucement mais sûrement à ce qu'on dit, retrouvant ce rictus des plus dangereux, cette manière d'être qui n'a pas changée ; ou légèrement, en vérité. Il est un homme plus sombre, un homme dont les valeurs ont été souillées par ses actes, il en a conscience néanmoins. Et s'il pensait ne jamais parvenir à retrouver le goût qu'avait pu avoir la banalité, c'était sans compter noël et ses délices, noël et ses surprises. C'est l'une de ses mains réfugiées dans celle de sa femme qu'il se balade, là, aux côtés de la Belle et de leur fils, allant ici et là, cherchant quoi demander, quoi prendre et surtout quoi faire de tout ce qui lui est accordé. Parce qu'il ne refuse rien à James, évitant l'avis de Irene qui, il le sait, aurait bien son mot à dire sur certaines dépenses inutiles. Mais elle semble s'être habituée à vivre avec deux enfants, l'un lourd pour le restant de ses jours, l'autre n'essuyant qu'une simple passade ; il se le souhaite en tout cas, pour tous les deux. Quelques chansons, quelques conversations, il se délecte de cet instant loin de leur misérable vie, loin de tous les démons qui les attendent entre les murs de leur maison, loin de ce qu'il a été et de ce qu'il sera toujours lorsque les choses se corsent, lorsque tout devient ingérable, lorsque ses sens lui font défaut. Sebastian se perd dans l'ambiance chaleureuse de noël jusqu'à baisser sa garde, probablement trop vide. Parce qu'il entend les pneus crisser, parce qu'il entend les quelques cris de surprises jusqu'aux premières détonations, jusqu'aux premiers coups de feu. S'en suivent à ceux-là quelques brides de souvenirs, l'impuissance d'un Homme dans une guerre qui aura eu raison de ses songes. L'instinct s'impose, l'amenant à se baisser légèrement pour, finalement, protéger les deux cœurs qui aient une véritable importance ici à ses yeux. C'est sur eux qu'il se jette, c'est devant eux qu'il vient faire barrage tandis qu'un calme plat s'installe, quelques secondes de torpeur de la part de la foule qui se relève, lentement, quand eux demeurent au sol, les yeux du sergent d'armes venant se perdre sur les mains féminines qui appuient contre une vision qui lui coupe le souffle. Ce dont il se souvient de cet instant, c'est ce bourdonnement dans ses oreilles, cette impression que la terre tremble et se renverse, qu'un voile opaque se dépose le long de sa vue pour épargner sa mémoire de telles images ; en vain. Parce qu'il s'était perdu psychologiquement, détaillant chaque geste ralenti par l'horreur de cette scène jusqu'à ce qu'elle n'enlève ses mains et qu'il ne prenne le relais, sans réellement réfléchir, sourd à toute autre complainte, sourd aux mots qui lui semblent adressés. Il lui aura fallu des heures pour accepter la vérité, pour parvenir à défaire l'espoir de ses pensées. On a tué son fils, juste sous ses yeux, on est venu lui arracher l'une de ses premières fiertés pour ne lui laisser que des ombres et des accusations.


Mickaël s'arrête un court instant dans ses explications, relevant la tête, les traits teintés d'une peur qui ne lui était pas connu. Parce qu'il connaît de réputation les profondeurs qui souilles l'unique frère qu'il lui reste, parce qu'il sait qu'aucune limite ne peut lui être imposée ; pas tant que rien ne viendra couper court aux souffles qui s'extirpent d'entre ses lèvres. Et Dieu sait qu'il aurait aimé ne jamais penser à cela, Dieu sait à quel point il pouvait l'aimer malgré ce qu'il avait pu faire, malgré tout ce qu'il traînait désormais derrière lui. Il n'en reste pas moins son grand-frère... mais ils restent ses parents également. Raison pour laquelle il s'était risqué à leur dire la vérité, raison pour laquelle il avait tenu à leur raconter la vérité sur les états d'âmes de Sebastian et ce qu'ils en avaient fait, à le pousser, à faire de lui ce qu'il était devenu. Un gosse, gâté sans qu'aucune limite ne vienne s'imposer entre ses volontés et ce qu'il pouvait posséder. Rien, rien si ce n'est sa propre envie quant à ces choses. Ils ont fait de lui ce monstre et s'il en veut à Sebastian de le vivre aussi simplement, il en veut à ses parents d'avoir laissé ça arriver et de risquer leur vie en souhaitant suivre les mêmes pas qu'avaient emprunté ce lien fraternel arraché. « Billy a essayé. » Ce sont ces derniers mots, ceux qui viennent résonner dans la pièce tandis qu'il se lève, essuyant ses larmes pour enfin leur faire pleinement face, osant croiser ces regards horrifiés, attristés. A cela, il n'offre qu'un simple geste de la tête quand sa mère termine par baisser la tête, rongée par des sanglots qu'elle peinait à contenir. Quant à son père, il n'a jamais réellement répondu à ces histoires, quittant Chicago dans la semaine qui suivait, Mickaël terminant par faire de même. Les conséquences à tout ça ? La loyauté qu'offre avec enclin et hargne le quadragénaire à ses nouveaux frères, sa nouvelle famille. Il ne reste plus qu'eux quand ses propres parents se sont évanouis dans un monde plus vaste que les limbes de son subconscient, quand son propre frère s'est résolu à lui tourner le dos par peur mais aussi par nécessité, quand sa propre femme – dernière traîtresse – s'est enfuie de ses liens pour ne laisser sous ses yeux que la preuve même que tout peut encore lui échapper ; une vérité qu'il n'admettra pas et contre laquelle il tient à se battre, désormais relevé, bien trop décidé.

_________________


runaway
As I walk along I wonder a-what went wrong with our love, a love that was so strong. And as I still walk on, I think of the things we've done together, a-while our hearts were young.


Dernière édition par Sebastian O'Malley le Lun 8 Mai - 22:17, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : chevalisse
Messages : 1192
quartier : The Loop, Downtown
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: service | sebastian o'malley Lun 8 Mai - 16:13

NON ! Je ne cèderai pas à la facilité et ne ferai aucune remarque sur ton entrejambe ! AUCUNE !

Sur ce, je te souhaite donc la rebienvenue, espèce de malade ! :perv:
J'ai hâte de lire la fiche complète alors au boulot ma biche et vends-nous du rêve ! Enfin je dis ça mais, te connaissant, il n'y aura rien de réjouissant sans doute XD

Si tu as des questions, eh bien tu les gardes et tu t'étouffes avec, voilà, voilà ! Bisou-bisou :blblblbl:

_________________
this brutal love

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : valingaï (avatar) - seven wonders (gifs) - Solosand (code signature)
Messages : 194
quartier : South Side. Un duplex assez spacieux qui se trouve assez proche de l'hôpital pour qu'elle puisse y être rapidement si besoin.
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: service | sebastian o'malley Lun 8 Mai - 20:06

T'es moche. :nope:
Tu pues. :nope:
Je t'aime pas. :nope:

Mais rebienvenue quand même avec cette belle gueule :red:

_________________

You may see me struggle
but you will never see me quit.
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE D'HONNEUR ᕙ(◍•ᴗ•◍)ᕤ❤
avatar
Profil
crédits : nuit parisienne
Messages : 261
quartier : West Side
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: service | sebastian o'malley Lun 8 Mai - 21:27

Rebienvenuuuuuuuuuuuuue :gosh:

_________________

   
it's a bittersweet symphony this life
No change, I can't change, but I'm here in my mold. And I'm a million different people from one day to the next, I can't change my mold.

   
© Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : shiya | tumblr | we♥it
Messages : 307
quartier : west side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: service | sebastian o'malley Lun 8 Mai - 22:22

LLOYD ; j'ai fait au mieux mais... j'ai pas réussi, il me fallait du drame. DU DRAME !
RYAN ; toi aussi t'es moche et tu pues d'abord. Mais j'suis d'accord, j'ai une belle gueule. :huhu:
JULIAN ; merci mon bichon, on va devoir encore papoter, toi et moi. What a Face

_________________


runaway
As I walk along I wonder a-what went wrong with our love, a love that was so strong. And as I still walk on, I think of the things we've done together, a-while our hearts were young.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : Daya
Messages : 189
quartier : South Side - Studio dans un immeuble miteux, aux abords d'un square
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: service | sebastian o'malley Lun 8 Mai - 22:53

Taylor a TRES hâte de voir ton nouveau bébé en consulte :red: :red:
Bienvenue avec ton nouveau connard personnage ma biche <3

_________________
Words like violence, break the silence, come crashing in, Into my little world — Enjoy the silence, Depeche mode
Revenir en haut Aller en bas

PRINCESSE DE LA CB ✩◝(◍⌣̎◍)◜✩
avatar
Profil
crédits : @me
Messages : 549
quartier : Southside Chicago
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: service | sebastian o'malley Lun 8 Mai - 23:30

Héhé plus rapide que l'éclair !
Bienvenue avec ton très grand monsieur ma bichette ! j'ai trop hâte de le voir faire un concours avec Kurtis pour voir qui pisse le plus loin ! Razz

_________________



Crawl from the wreckage one more time.
Horrific memory twists the mind. Dark, rutted, cold and hard to turn
Path of destruction, feel it burn 'Cause we hunt you down without mercy. Hunt you down all nightmare long. Feel us breathe upon your face, feel us shift, every move we trace
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
Messages : 860
quartier : South Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: service | sebastian o'malley Mar 9 Mai - 0:33

Moi je te dis pas re bienvenue je veux même pas te voir sur la fiche de mon TC d'abord :daya:

_________________



It's alarming honestly how charming she can be; fooling everyone, telling how she's having fun. She gives them butterflies, bats her cartoon eyes. She laughs like god, her mind's like a diamond. Baby's all dressed up, with nowhere to go. That's the little story of the girl you know, relying on the kindness of strangers
Revenir en haut Aller en bas

PRINCESSE DE LA CB ✩◝(◍⌣̎◍)◜✩
avatar
Profil
crédits : ava+gifs ; Daya
Messages : 764
quartier : south side
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: service | sebastian o'malley Mar 9 Mai - 13:08

Bon allez, un petit coucou de bienvenue quand même, tu sais bien que je suis ravie de te voir là avec fassbandant What a Face

_________________


walking through the city streets, is it by mistake or design ? i feel so alone on the friday nights, can you make it feel like home, if i tell you you’re mine ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : Jacage -avatar- moi -signature à venir-
Messages : 123
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: service | sebastian o'malley Mar 9 Mai - 23:07

rebienvenue joli monsieur, t'aurais pas un 06 ? :perv:
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar
Profil
crédits : BereniceWCL
Messages : 358
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


http://chicago911.forumactif.org


MessageSujet: Re: service | sebastian o'malley Mer 10 Mai - 7:15


WELCOME TO CHICAGO !

Félicitations ! Te voilà validé(e) !


AAAAH MA BICHE ! Encore un personnage qui promet du lourd (et non, j'parle pas de sa teub)
L'histoire était poignante à souhait, mais on te fait confiance pour ce genre de choses. T'es une princesse du morbide un peu :red: Toujours une aussi belle plume en tout cas. Amuse-toi bien avce ce millième compte !!


Congrats ! Tout est allé comme sur des roulettes et te voilà validé(e) ! Tu vas pouvoir t'en payer une tranche !

Quelques petits liens pratiques maintenant que tu as passé la grande porte :
- La gestion du personnage : Tu peux créer ta fiche de liens juste . N'oublie pas d'aller recenser ton métier ici ainsi que ton logement ici. Tu peux même ouvrir un sujet de téléphone portable ici.
- La gestion globale : Si tu dois t'absenter ce sera par là ! C'est également là-bas que tu pourras dépenser tes points !
- Nos protagonistes : Tu vas pouvoir créer ton scénario dans ce coin-là et pour ce faire, faudra dépenser tes points justement !
- L'appel du devoir : Une petite section propre à Chicago 911 où tu pourras demander des situations RP ! N'hésite pas à aller jeter un œil (n'oublie pas de récupérer ton œil après quand même) !
- Flood et jeux : Tu pourras t'amuser là-bas ! Ne sois pas timide, va donc y faire un tour !
- Enfin, n'oublie pas d'être un membre choupinou et de voter régulièrement sur les top-sites ici ! Plus le forum sera connu, plus on aura de nouveaux membres alors GO GO GO !

Bien sûr, le staff est ta disposition si tu as besoin de quoi que ce soit !

Nous te souhaitons un excellent jeu sur Chicago 911 !

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: service | sebastian o'malley

Revenir en haut Aller en bas
 

service | sebastian o'malley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Avant de reprendre son service.. [Pv Fabien]
» INITE se met au service de Martelly
» Sebastian Lacrymosa
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: BIENVENUE À CHICAGO :: Service de douane :: VOUS POUVEZ CIRCULER-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet