AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 I walk alone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
Profil
messages : 1631
quartier : The Loop, Downtown
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: I walk alone Sam 5 Aoû - 13:46

on the boulevard of broken dreams

Where the city sleeps & I'm the only one & I walk alone

Il a l’impression que ça n’en finira jamais. Les mauvaises nouvelles et les mauvaises journées s’enchainent et Lloyd a l’impression qu’il n’en verra jamais le bout. Lui qui a toujours été un optimiste commence à avoir du mal à prendre du recule et à trouver des points positifs auxquels se raccrocher. Oh, bien entendu il y a Merrin, son rayon de soleil…sauf qu’en ce moment, elle est insupportable, inutile de se mentir. Mais comment pourrait-il la blâmer ? A quinze mois à peine, elle a déjà eu à vivre des choses peu évidentes…
Elle est le fruit non désiré d’un rapport d’un soir, a été abandonnée par sa propre génitrice le jour de sa naissance et, même si Lloyd l’a recueillie avec plaisir : il n’était pas véritablement prêt à assumer pleinement sa paternité à ce moment. Il l’a aimé à la seconde où son regard s’est posé sur elle, mais elle est venue bouleverser sa vie et il n’a pas été un père exemplaire pour elle dans les premiers temps. Et puis il y a eu son accident. S’il a payé son erreur de jugement lors de la soirée d’Halloween assez cher, Merrin en a elle aussi fait les frais. Ils ont été séparés durant toute la durée de son hospitalisation et par la suite, Lloyd n’a pas été physiquement en mesure de s’occuper d’elle pleinement, comme elle en aurait pourtant eu besoin. Il a fait de son mieux mais ça n’a pas été suffisant et elle le lui a fait savoir. Felicity a été en mesure de les aider à trouver leur équilibre, a servi en quelque sorte de médiateur dans leur relation et leur a permis de tout à fait s’apprivoiser l’un et l’autre.  Les choses commençaient enfin à bien se mettre en place, Merrin se sentait enfin entourée, désirée, aimée…et puis Fez a disparu brutalement de son existence. De leur existence à tous les deux.
Merrin a perdu son substitue maternel et Lloyd n’a sans doute pas réagi comme il l’aurait dû et l’a un peu négligée, trop absorbé par son propre chagrin. Alors forcément, sa fille le lui fait payer aujourd’hui et se montre agressive.
Sa vie sentimentale est un désastre, sa vie familiale un fiasco et sa carrière est mise entre parenthèse jusqu’à nouvel ordre parce que sa santé laisse à désirer. Rien ne va. Absolument rien.

Lloyd sait qu’au lieu de se lamenter, il devrait se concentrer sur sa fille, se reprendre en main et essayer d’avancer, mais il n’en est pas capable. Il est trop obsédé par l’échec cuisant de son histoire avec Felicity qui ne daigne pas lui donner le moindre signe de vie. Il a saturé sa messagerie la semaine précédente et à présent, son numéro n’est plus annoncé comme attribué. Incapable de rester plus longtemps sans nouvelle, le grand blond s’est pointé chez elle mais son propriétaire lui a appris qu’elle ne résidait plus à cette adresse et ne lui en avait pas laissé d’autre pour faire suivre son courrier. Il a alors voulu passer par le biais de son travail mais, en parcourant le Chicago Tribune, Lloyd s’est rendu compte que sa rubrique était assurée par une autre personne… A-t-elle pris un congé ? Démissionné ? Lui a-t-il fait peur à ce point ? Au point qu’elle décide de quitter son travail, son logement et peut-être même Chicago ?
Cette idée le dépasse totalement mais les faits sont pourtant là… Tout ça le tracasse énormément et l’empêche de se concentrer sur autre chose. Sur sa fille, sa rééducation et tout le reste. Il ne pense plus qu’à ça, n’en dort plus la nuit et a perdu tout appétit. Tout ce qu’il arrive à faire, s’est pensé à Felicity, à quel point il se sentait bien avec elle, à quel point elle lui manque…
Il ne comprend toujours pas ce qui a bien pu se passer. Qu’est-ce qu’il a fait de travers exactement ? A quel moment a-t-elle pris ses distances ? Pourquoi ? Est-ce que c’est quelque chose qu’il a fait, qu’il a dit, ou bien qu’il n’a au contraire pas fait ou pas dit ? Est-ce qu’il l’imaginait heureuse et épanouie alors qu’elle ne l’était absolument pas ? Est-ce qu’elle était bonne comédienne à ce point ? Est-ce qu’elle se forçait avec lui ?
Depuis la fusillade bien sûr, il a pu remarquer une recrudescence de ses terreurs nocturnes, mais il pensait parvenir à les gérer. Lloyd arrivait chaque fois à l’apaiser et elle venait d’ailleurs souvent dormir chez lui parce qu’elle lui disait se sentir plus en sécurité à ses côtés… Alors quoi ? Qu’est-ce qui a changé ? Est-ce qu’il a été trop vite en voulant officialiser son installation ? Mais pourquoi ne pas simplement lui dire qu’elle n’était pas prête au lieu de le repousser aussi violemment ?
Bien sûr, il avait eu tort de s’emporter ce soir-là et le regrettait amèrement. Mais il ne pouvait pas lui avoir fait peur au point qu’elle quitte la ville et son travail tout de même ! …Si ?

A force de ressasser tout ça, Lloyd a fini par penser à une personne qui pourrait probablement être en mesure de répondre à au moins quelques unes de ces questions. C’est en tout cas ce qu’il espère… Le souci, c’est que cette personne n’a sans doute aucune envie de le croiser et encore moins celle de lui parler de lui venir en aide. Mais toutes ces questions, tous ces doutes sont en train de le rendre dingue…
Et puisqu’il n’ose pas se pointer chez les Kings pour obtenir d’éventuelles informations de la bouche du père de Felix, que sa mère ne se rappellera certainement pas de lui et que son frère purge une peine de prison pour meurtre et qu’elle a souhaité couper tout contact avec lui… Il ne lui reste que Natalia, sa meilleure amie. Natalia avec qui il a eu une aventure et avec qui les choses ont mal tournées, en grande partie à cause de son propre comportement.
Il n’a pas le choix : il faut qu’il la voit et se fasse suffisamment pardonner pour qu’elle daigne répondre à ses questions.

C’est dans cette perspective que Lloyd se trouve ce soir au Maureen’s Tavern, déjà imbibé d’alcool. Il n’avait pas prévu de s’enivrer autant, mais c’est arrivé. Il faut dire que, de souvenir Natalia travaillait plutôt en journée et lorsqu’on lui a appris qu’elle ne viendrait que pour le shift du soir, il a bien fallut qu’il occupe tout ce temps... Et quelle était la meilleure façon de tuer du temps et son mal être dans un bar ?
Lloyd repose son verre sur le comptoir et pousse un lourd soupir, consultant une énième fois sa montre. Sa jambe s’agite nerveusement sous la table où il a pris place il y a presque deux heures maintenant. Il consulte son portable pour s’assurer que sa mère n’a pas eu besoin d’aide avec la petite mais apparemment, ce n’est pas le cas. Il se dit pour la énième fois qu’il aurait dû emporter un livre et se replonge dans la lecture du menu qui traine sur la table poisseuse.
Si encore ses collègues de la caserne étaient là…mais ils terminent leur service dans un petit moment encore et il ne connaît aucun des clients actuel du bar qui sert de QG aux flics, pompiers et secouristes des environs. En même temps, est-ce qu’il a vraiment envie de croiser ses collègues dans l’état où il est ? Ils vont lui poser des questions auxquelles il n’a pas spécialement envie de répondre. Ils vont vouloir savoir où il en est de sa rééducation et qu’est-ce qu’il va leur dire ? Que pour le moment, son médecin n’est pas très enthousiaste ? Qu’il n’est pas certain qu’il retrouve ses pleines capacités et puisse donc un jour réendosser son uniforme ? Lloyd n’a pas envie de penser à ça et n’a donc aucune envie d’en parler avec eux…
Il termine sa bière et se plonge dans la lecture de l’étiquette qu’il finit par dépiauter distraitement, comme la précédente. Au bout d’un moment, il promène à nouveau son regard clair sur la pièce et sursaute en repérant enfin la personne qu’il est venue voir.

Natalia est au bar, en train de nouer son tablier à sa taille fine, en écoutant le topo que lui fait le barman. Du moins c’est ce qu’il s’imagine qu’ils font… Lloyd sent ses intestins se contracter presque douloureusement. Il réalise qu’il aurait mieux fait d’utiliser les dernières heures à préparer son discours au lieu de boire comme un idiot et de broyer du noir… Il est trop tard maintenant. Parce que Talia fait un tour d’horizon et le repère justement, dans sa zone de service. Bien sûr, il s’y est installé en toute connaissance de cause, pour être certain qu’elle ne puisse pas l’éviter. Enfin, elle pourrait toujours refuser de le service et refiler sa table à un collègue mais… Bon, disons que Lloyd préfère ne pas penser à cette option et espère que la jeune femme ne le fera pas.
Sans vraiment réfléchir, il lève une main dans sa direction pour la saluer, espérant qu’elle comprenne qu’il l’invite ainsi à se rapprocher. Reste à savoir si elle le fera ou si elle va se contenter de le snober.


(c) chaotic evil

_________________

BREAKING POINT


My past has tasted bitter for years now So I wield an iron fist ; Grace is just weakness Or so I've been told, I've been cold, I've been merciless  
© frimelda

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : @me
messages : 648
quartier : Westside Chicago - au dessus du garage Ossinov
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: I walk alone Mar 8 Aoû - 6:17



Somebody's gettin' on my nerves
Forget that you're a lady, and give 'em what they deserve

Lloyd and Natalia



I walk alone


« Je te remercie d’être venue, désolé du coup de fil à la dernière minute. »

La serveuse pose sa main sur l’épaule de sa baby-sitter et lui adresse un sourire alors qu’elle continue de s’activer sans vraiment prendre le temps de s’arrêter ne serait-ce qu’une minute. Il faut dire qu’avec ce contretemps elle n’était plus vraiment en avance pour prendre son shift et son patron l’avait déjà prévenue qu’il ne tolérerait plus de retard de sa part, elle avait selon ses dires "déjà bien trop profité de sa gentillesse" Tu parles, en six ans elle avait sans doute été l’une des employées les plus fiables qui aient foulé le sol de son putain de bar, alors il pouvait bien fermer les yeux sur trois-quatre retards dans les dernières semaines. « Aucun souci Talia ne t'inquiète pas ! lui lança gentiment Taylor qui déposât ses affaires à côté du canapé. J’ai ramené mes bouquins au cas où donc t’en fais pas j’ai de quoi faire ! » La serveuse lui adressa un sourire alors qu’elle enfilait ses chaussures, en équilibre contre le mur pourri de l’entrée. « Les devoirs sont faits, faut juste lui faire prendre un bain, y a de quoi faire à diner dans le frigo, n’hésite pas à te servir surtout ! Mon numéro, celui du bar et celui de James sont sur le frigo comme d’hab et j’ai pas la moindre idée de l’heure à laquelle il va rentrer, mais au pire des cas mon shift termine à une heure donc au plus tard dans ces eaux-là ! Ça ira pour toi . » Taylor secoua la tête à la négative avec un sourire en coin. « File ! C’est bon no Soucy ! » Natalia lui jette un regard amical et ses lèvres laissent apparaître un merci qui ne prend pourtant pas de son, elle attrape son sac, prête à partir si ce n’était pour une dernière chose.

« ELIOTT !! J’y vais mon coeur vient donner un baiser à maman. »
Le petit garçon arrive en trottinant quelques secondes après seulement et vient passer ses bras autour du cou de sa mère qui s’est abaissé à sa hauteur. Elle prend son visage entre ses mains et dépose un baiser sur son nez. « Tu écoutes bien Taylor d’accord et tu ne chipotes pas quand elle te dit que c’est l’heure d’aller se coucher ! » Elle le fixe du regard pour appuyer sa demande et le petit garçon secoue la tête à la positive. « Promis ! Travaille bien maman. » Elle dépose un baiser sur son front et passe une main aimante dans ses cheveux. « Je t’aime »

« Oui moi aussi maman » lui lance son fils qui a déjà repris le chemin de sa chambre et ne se retourne même pas pour le lui dire, elle secoue la tête à la négative, grand sourire aux lèvres, sourire qu’elle partage avec sa baby-sitter avant de finalement filer en accélérant grandement le pas en direction de sa voiture puis de son travail.

***

Lorsqu’elle arrive au Maureen's son premier réflexe est de jeter un œil à l’énorme pendule qui est suspendu derrière le bar, il lui reste cinq bonnes minutes, parfait, juste le temps d’aller déposer ses affaires dans son casier, ce qu’elle s’empresse de faire après avoir adressé un signe de la main au barman et aux deux serveuses qui s’étaient occupés du service de l’après-midi. Elle pénétra dans l’arrière-salle du bar, puis dans ce qui leur servait de vestiaire. « Hey Talia ! » Sa collègue Nina était en train de se remettre du rouge à lèvres, comme si ça allait lui apporter plus de pourboires. Elle se retint de rouler des yeux et lui adressa un sourire et un signe de la main en lieu et place de cela, puis déposa son sac et sa veste dans son casier qu’elle referma avant de filer. Une fois derrière le bar, elle enfila son tablier, vérifia que calepin et stylo y étaient bien disposés et se dirigea vers son collègue qui lui fit un rapide brief pour la passation de shift. « On est à court de bière light. Il se met à rire. Bon ce n'est pas comme si c’était ce qu’on servait le plus, mais au cas ou où Voilà. On n'a pas plus non plus de jus de pomme donc pour les cocktails du genre on oublie ! Et sinon tu sais où sont tes tables ma foi ! Ah et y a un type qui cherchait après toi, le blond à la table quatre ! » Il lui adresse un clin d'œil amical et elle s’apprête à lui répondre quand elle repère dans son champ de vision le visage du type en question et c’est un facies qu’elle n’a très certainement pas envie de voir. Son sourire disparaît progressivement et elle fronce les sourcils lorsqu’il lui fait un signe de la main. Sérieusement ? Elle est bien bonne celle-là ! Il avait du culot à revendre ça ne faisait aucun doute ! Qu’il vienne ici était une chose, après tout il y avait ses habitudes et cela depuis bien longtemps, qui plus est un client est un client, mais qu’il se foute dans SA zone volontairement a priori et qu’en plus il est l’audace de lui faire un signe comme si rien ne s’était passé c’était juste le pompon !

Parce que si il pense qu’elle a oublié comment il l'avait reçu lorsqu’elle avait essayé de venir s’excuser auprès de lui le soir de la Saint-valentin et bien il se met le doigt dans l’œil, Talia est quelqu’un de gentil, mais elle est loin d’être stupide et la rancune fait malheureusement pour lui partie de ses défauts les plus charmants. Elle pousse un soupir et prend donc la direction de sa zone, oh bien évidemment elle ne lui accorde pas le privilège de directement répondre à sa pseudo invitation, non elle a plutôt décidé de le faire mariner un peu ! Qui sait avec un peu de chance il va mettre les voiles avant que ne vienne son tour…Ainsi elle prend les commandes d’une, puis deux, puis trois tables, qu’elle revient tour à tour servir, ne prenant même pas la peine de ne serait-ce que lui adresser un regard, puis au bout d’un petit quart d’heure et estimant qu’elle se devait de faire correctement son travail en fin de compte, elle se dirigea vers la table où il se trouvait, le visage fermé et froid. « Je vous sers ?» et son ton n’est pas plus amicale.
(c) black pumpkin


_________________



"Never sure, never know how far we could fall but it's all an adventure that comes with a breathtaking view; Walking the tightrope with you"

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
messages : 1631
quartier : The Loop, Downtown
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: I walk alone Mar 8 Aoû - 19:25

on the boulevard of broken dreams

Where the city sleeps & I'm the only one & I walk alone

Bien entendu, Lloyd ne s’attendait pas à ce que la serveuse lui réponde par un grand sourire avant de se précipiter vers lui pour prendre de ses nouvelles… Son attitude n’en reste pas moins déplaisante à souhait. Natalia se détourne après l’avoir observé un instant comme s'il était un insecte particulièrement dérangeant qu'elle se ferait une joie d'écraser sous sa semelle, avant de prendre son service en le niant ouvertement. Ravalant sa fierté, le pompier en arrêt en revient donc à sa bière qui n’est plus tellement fraîche. Il joue encore un peu avec l’étiquette déchiquetée par ses soins puis avec la condensation qui s’est formée sur la bouteille, le tout en continuant de ruminer. Il repense à sa rencontre avec la serbe, dans ce même bar. Il se souvient des Paris pris par ses collègues à propos de qui réussirait à se la faire en premier… Lloyd avait ri avec eux, parce que c'était de bonne guerre, mais il n’avait pas vraiment participé à leur jeu par la suite. Cette introduction lui avait seulement permis de la remarquer et de réaliser à quel point elle sortait du lot et, en fin de compte, lui plaisait. C’est pour cette raison qu'il était revenu dès le lendemain, seul et avait entamé la conversation avec elle, loin des regards lubriques de ses camarade.
Il s'était vite rendu compte que sa première impression avait été la bonne : Natalia n’était pas comme les autres filles. Elle avait ce charme propre à ces filles qui se négligent et ignorent tout de leur charme naturel. Le genre qui n’en fait jamais trop et qui lui tape généralement dans l’oeil, parce qu'il préfère la beauté naturelle à l’artificielle.
De fil en aiguille, il en revient à penser à Felicity… Le jour où il l’a rencontrée, elle portait une paire de lunettes sublimant l’azur de son regard et ses long cheveux blondins étaient tressés lâchement. Elle portait une tenue simple mais élégante et lui avait tout de suite plu. Il ne l’avait jamais vue dans des vêtements hors de prix ou des tenues extravagantes et/ou ostentatoires. Elle s’habillait toujours sobrement mais avec classe et ne se peinturlurait jamais le visage. À vrai dire, il passait toujours plus de temps dans la salle de bain qu'elle, ce qui les amusaient tous deux…
Natalia est de ce genre là. Enfin il ne l’a pas fréquentée très longtemps Mais il est évident qu'elle n’a pas beaucoup d’efforts à fournir pour être élégante. À l’occasion de la Saint Valentin, elle portait une tenue bien plus raffinée qu’aujourd’hui bien sûr mais, contrairement aux autres filles présentent, la serveuse n’avait pas basculé dans le vulgaire.
Cette foutue soirée de Saint Valentin… s’agace Lloyd qui ne se rend pas compte qu'il marmonne dans sa barbe de quelques jours. Il porte sa bière à ses lèvres sur cette pensée et la termine, gardant néanmoins la bouteille en mains pour s’occuper.
Son regard cerné par la fatigue accumulée ces dernières semaines et embrumé par l’alcool cherche la serveuse. Elle n’est qu'à deux tables de lui et fait visiblement bien attention à ne surtout pas jeter le moindre coup d’œil dans sa direction. Cette constatation lui hérisse le poil. Toute cette situation lui hérisse le poil en fait…

Il estime ne pas avoir été aussi loin que la réaction de Natalia le laisse à penser mais il va devoir faire amende honorable quand même. Cette idée l’agace profondément, sauf que s'il veut être dans ses petits papiers et obtenir ce pour quoi il est venu, Lloyd va devoir ravaler sa fierté. Ça ne va pas être facile. D’autant que la serveuse a qui il veut parler n’a clairement pas la moindre attention de lui faciliter la tâche.
Et tout ça pour quoi ? Parce qu'il a préféré passer l’éponge sur ce qu'il s’est passé entre eux et a refusé de prendre le risque de boire un café en tête à tête avec elle. Natalia peut toujours lui dire que son mari n’aurait rien tenté en apprenant ça, le grand blond n’en croit pas un mot. En tout cas lui aurait eu beaucoup de mal à laisser Felix aller boire un coup, seule, avec un ex. Et encore, lui est un type se considérant comme plutôt gentil et réglo… S'il avait accepté, il aurait dû surveiller ses arrières constamment. Il sait de quoi sont capable les Kings of Speed. Tout le monde à Chicago le sait. Et maintenant qu'il est papa, et après avoir frôlé la mort à Halloween, il ne veut pas prendre le moins risque. Pas même pour les beaux yeux de Natalia.
Une paire d’yeux sombres qui se posent enfin dans sa direction alors qu'elle se rapproche, après une quinzaine de minutes passées à l’éviter.
« Je vous sers ? » lui demande-t-elle froidement, le visage fermé.
Tu peux dire adieu à ton pourboire ma grande ! Sa propre remarque lui arrache un petit sourire trahissant sans doute son état d’ébriété légèrement avancé. Mais ça vaut sans doute mieux. S’il lui répond sur le même ton mal aimable, autant rentrer tout de suite chez lui. À la place donc, il continue de sourire en coin.
« Bon je suppose que le vouvoiement n’est pas là pour qu'on rejoue notre rencontre sur de bonnes bases après avoir fait table rase du passé » la taquine Lloyd sans pouvoir se retenir. Sans doute pas la meilleure tactique à adopter mais on ne peut pas se refaire… « Je vais reprendre une blonde. Pression cette fois s’il te plaît. Et un truc à manger pour éponger un peu. Je croyais que tu faisais les journées avec Eliott du coup j’ai attendu un moment... »
Il n’ajoute pas, bien entendu, qu’elle l’a fait poireauter encore un peu depuis son arrivée. Pas besoin de préciser qu'il a beaucoup bu non plus, ça elle doit le voir à son regard un peu brumeux puisqu'il n’a jamais très bien tenu l’alcool. Elle le verra aussi sans doute sur la note qu'elle se fera une joie de lui présenter tout à l’heure…

Il aimerait ajouter quelque chose mais la serveuse a déjà pris la fuite, sa commande en poche. Lloyd pousse un soupir et jette un œil à son téléphone pour voir si sa mère a tenté de le joindre. Ce n’est pas le cas. Il le repose sur la table et, n’ayant plus sa bière vide - emportée par Talia - pour s’occuper les mains, il pianote nerveusement sur le bois de son bras encore plâtré, sa jambe tressautant sous la table.
Il va falloir qu'il change d’approche. Ça le fatigue à un point inimaginable… Il n’a pas envie d’être là et de quémander des informations à Natalia. Il n’a pas envie de s’excuser platement de l’avoir vexée en refusant sa proposition de rester bons amis. D’ailleurs il lui avait simplement dit que pour l’instant il ne préférait pas prendre un café avec elle, sous entendant une envie de laisser passer encore un peu de temps, voilà tout. Bref. Il n’a pas envie Mais il a encore moins envie de continuer à perdre le sommeil en se demandant où peut bien être Felicity et si elle va bien.
Encore qu’il aimerait bien qu'elle aille aussi mal que lui et regrette amèrement son attitude…
Prenant sur lui, Lloyd tente donc de se montrer plus sérieux au retour de la serbe qui dépose sans douceur ce qu'il lui a commandé.
« T’as craché dedans ? »
OK ça commence mal. Mais c’est plus fort que lui. Il a toujours fait face aux tensions de ce genre en usant d’humour pour détendre l’atmosphère. Si ses collègues apprécient : pas sûr que ce soit le cas de Natalia…


(c) chaotic evil

_________________

BREAKING POINT


My past has tasted bitter for years now So I wield an iron fist ; Grace is just weakness Or so I've been told, I've been cold, I've been merciless  
© frimelda

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : @me
messages : 648
quartier : Westside Chicago - au dessus du garage Ossinov
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: I walk alone Ven 11 Aoû - 4:29



Somebody's gettin' on my nerves
Forget that you're a lady, and give 'em what they deserve

Lloyd and Natalia



I walk alone


«Bon je suppose que le vouvoiement n’est pas là pour qu'on rejoue notre rencontre sur de bonnes bases après avoir fait table rase du passé »

AH-AH-AH comme si elle avait envie de plaisanter avec lui. Elle lui jette un regard impassible et attend qu’il ne lui réponde, ses doigts fermement refermés autour de son stylo dont elle tapote la mine contre son calepin à allure régulière. La serveuse ne prend à dire vrai même pas la peine de relever sa remarque, elle a autre chose à faire et n’a franchement pas envie de lui laisser penser ne serait-ce qu’une minute qu’elle est ouverte à la conversation, il arrive avec plusieurs semaines de retard et il serait peut-être bien qu’il comprenne qu’elle n’est pas à sa disposition, si ce n’est bien sûr pour lui servir des verres. Point finale. Il semble percuter rapidement qu’elle n’est en aucun cas réceptive et reprend donc la parole. « Je vais reprendre une blonde. Pression cette fois s’il te plaît. Et un truc à manger pour éponger un peu. Je croyais que tu faisais les journées avec Eliott du coup j’ai attendu un moment... » Elle note consciencieusement ce que le pompier lui dit, bien qu’elle n’en ait pas vraiment besoin surtout pas pour une seule commande, mais ça lui donne une raison d’éviter son regard pendant un instant, tout du moins jusqu’à ce qu’il mentionne son fils, ce qui lui fait immédiatement lever les yeux. « Ba tu croyais mal ! » C’est tout ce qu’elle daigne lui accorder de plus ou moins personnel avant de se saisir de la bouteille vide qui trône devant lui et de tourner les talons en direction du Bar. « Ça va Talia ? » Le barman fronce les sourcils en la regardant, apparemment l’expression de son visage est loin d’être impassible. Elle pousse un soupir, force un sourire sur ses lèvres et hoche la tête. « T’inquiète pas de soucis. » Elle se dirige alors vers les cuisines enfin la cuisine qui en soi ressemble plus à un couloir un peu large qu’autre chose et est située derrière le mur ou se trouve le comptoir. « Tu me fais un mix des trucs du jour . Merci ! » Oui parce que de toute façon à part des trucs plus ou moins frit on ne peut pas dire que le Maureen's sert de la grande cuisine et puis de toute façon c’est toujours ce qu’il prenait…avant. Elle s’attèle ensuite à faire couler une bière évitant soigneusement de regarder dans la direction de Lloyd. Ça l’agace profondément cette façon qu’il a de la jouer tout sourire, comme si de rien n’était alors qu’il a littéralement craché dans la main qu’elle lui avait tendue à la Saint-Valentin, elle imaginait sans peine qu’il devait se trouver des excuses où se dire que ce n’était rien, mais ce n’était pas comme ça qu’elle voyait les choses et là tout de suite elle n’avait pas vraiment envie de prendre son point de vue en considération aussi puéril et égoïste que cela puisse être.

Un vague tintement provient à ses oreilles et la sort de son fil de pensée, elle attrape un dessous-de-verre en carton et le glisse d’un geste habitué sur le dessus de la pinte pour en ôter l’excédent de mousse, avant de déposer le contenant sur un plateau et de repasser rapidement par la case cuisine (qui a cette heure est encore loin d’être débordé et de ce fait plutôt efficace) pour récupérer la commande. Elle dépose tout ça sur son plateau et reprend le chemin inverse pour revenir vers Lloyd, le visage toujours aussi fermé. « Voilà » Elle dépose la pinte puis le panier en plastique contenant la nourriture devant lui sans douceur aucune, faisant se froisser le papier sensé absorbé le surcroit de gras.

« T’as craché dedans ? »
Les yeux de Natalia s’arrondissent et elle pousse un soupir agacé. «  Tu crois que j’ai cinq ans ou quoi ! Non Lloyd j’ai pas craché dans ta bouffe. C’est bon t’as tout ce qu’il te faut ? Elle ne lui laisse pas vraiment le temps de répondre à ça avant de continuer. Bien, t’auras cas me faire signe si tu veux autre chose ! » Elle ne sait pas vraiment ce qui l’a poussé à venir la trouver aujourd’hui et surtout à l’attendre une partie de l’après-midi, alors qu’il y a encore quelques semaines il n’éprouvait selon ses propres dires pas le moindre intérêt à lui parler ou même à l’écouter. Ou était donc passé sa peur maladive de son mari ? Peut-être n’était-elle envisageable que quand ça l’arrangeait finalement. Elle s’apprête à s’en retourner sans plus de cérémonie à ses autres clients, mais visiblement Lloyd n’a pas encore joué sa dernière carte, peut-être en a-t-il même prévu un jeu entier dans sa manche.


Spoiler:
 

(c) black pumpkin


_________________



"Never sure, never know how far we could fall but it's all an adventure that comes with a breathtaking view; Walking the tightrope with you"

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
messages : 1631
quartier : The Loop, Downtown
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: I walk alone Ven 11 Aoû - 9:47

on the boulevard of broken dreams

Where the city sleeps & I'm the only one & I walk alone

La réponse de Natalia est aussi cinglante que les regards qu'elle lui lance depuis le début de leur échange plutôt bref. Non, elle n’a pas craché dans sa bière ou le plat huileux qu'elle vient de déposer (balancer) devant lui et lui donne plus envie de vomir que de l’avaler. Lloyd se fait sermonner comme…eh bien comme le gosse de cinq ans qu'il donne effectivement l’impression d'être. Parce qu’en effet, s'il a un un humour parfait pour dédramatiser les situations à la caserne, ce n’est sans doute pas celui que devrait avoir un père de famille d’une trentaine d’années révolues. Mais il ne s’est jamais vanté d’être un mec particulièrement mature de toute façon.
Avant qu'il ait ou broncher, la serveuse met les voiles et s'éloigne aussi rapidement qu'elle s’est approchée, le laissant en plan comme un imbécile.
Ma première réaction du grand blond et de répéter son “Tu crois que j’ai cinq ans ou quoi ?” en arborant une grimace hautaine et en prenant une petite voix fluette et moqueuse. Il jette un coup d’oeil en direction de Natalia pour s’assurer qu'elle ne l’a pas entendu faire, puis pousse un soupir, se sentant particulièrement idiot et à côté de ses pompes. Bourré en fait. Apres deux whisky et autant de bière, ce n’est pas très étonnant pour lui qui ne tient pas bien l’alcool et n’en consomme que rarement. Surtout qu'il est sous traitement médicamenteux pour ses douleurs.
Lloyd se fait donc une raison et attrape un oignon ring huileux qu'il examine longuement avant de le porter à sa bouche sans grande conviction. Comme il s’y attendait, ce n’est pas le repas du siècle. Mais il est suffisamment éméché pour apprécier.
Cette fois, pendant qu'il s’alimente, il s’essaie à réfléchir un peu plus intensément à ce qu'il pourrait bien dire de concret à son ancienne amante pour qu'elle lui accorde son pardon ou daigné au moins l’écouter et répondre à ses questions. Il n'y a rien de pire qu'une femme en colère parce qu'elle a été blessée dans son amour propre. En tout cas c’est ce que sa mère lui a toujours dit, avant d’ajouter que, s'il voulait une relation heureuse, il devait apprendre à s’excuser platement devant sa chère et tendre pour avoir la paix. Mais encore une fois, le pompier au repos n’est pas convaincu que sa faute mérite un tel châtiment et n’a pas tellement envie de s’excuser. Après tout, c’est lui qui a reçu des coups dans cette histoire ! Lui qui s’est retrouvé dans une situation vraiment embarrassante et dans la peau d’un salaud convoitant (et baisant) la femme d’un autre sans le savoir. Et juste parce qu'il n’est pas rancunier et a refusé ses excuses parce que de l’eau avait passé sous les ponts…elle s’est mise à le détester ? C’est n'importe quoi. En tout cas, ça prouve bien que les femmes ne savent pas ce qu'elle veulent et sont incompréhensibles ! Mais ce n’est pas le genre de chose qui va pouvoir lui dire aujourd'hui. Pas s'il veut qu'elle lui donne des informations sur la localisation et l’état de santé de Felicity.

Bon, OK, peut-être que le souci, c’est que lui aussi est vexé. Non ce n’est pas vraiment le terme. Déçu serait plus exact. Parce que Talia lui a tapé dans l’oeil, que son humour, sa spontanéité et même son sale caractère l’ont séduit et qu'il envisageait qu'ils aillent plus loin. Le jour où il a fait la connaissance de son mari, James, il était sur le point de lui proposer un vrai rendez-vous et voulait faire un point avec elle sur l’avancée d’une éventuelle relation en bonne et due forme…
La chance avait une fois de plus été contre lui. Pendant un temps - alors qu'il filait le parfait amour avec Fez - Lloyd avait pensé le contraire et c'était fait la remarque que perdre Natalia avait finalement été un mal pour un bien puisque ça lui avait permis d’être célibataire au moment où sa route avait croisée celle de la journaliste.
Aujourd'hui il se dit juste qu'il a dû vraiment agacé le type dans les nuages aux commandes de sa destinée pour qu'il le pourrisse autant…
Dans l’absolu, renouer avec la serveuse ne le dérange pas, bien au contraire. Il apprécie Natalia, même s'il ne nourrit plus de sentiments amoureux à son égard. Mais James le considérera toujours comme le mec s'étant tapé sa femme en son absence et ne l’acceptera jamais. Tout ce qu'une amitié entre eux déclenchera : ce sera une série de conflits. Et au final, alors qu'il se sera attaché à elle, Natalia finira par mettre un terme à tout ça pour se faciliter la vie et s'épargner des disputes. Lloyd le sait par expérience. Combien d’amies pompier a-t-il eues ? Des tas. Jusqu'au moment où elles ont été en couple.
Si James était un type lambda au sang chaud et jaloux (à raison dans leur cas), Lloyd ne s’en serait pas trop fait. Mais ce mec appartient à un gang. Pas un groupe de mecs appréciant parler mécanique et enfourchés leurs motos pour des balades aux travers les US, non, un vrai membre de gang. Un gang qui a fait des ravages à Chicago. Et ça complique nettement les choses. Si Natalia ne le réalise pas…eh bien tant pis pour lui. Il n’y a que lui, après tout, qui ait quoi que ce soit à perdre dans cette histoire. Une amie, un lieu où il appréciait à se détendre et, maintenant, une chance de comprendre pourquoi il souffre autant et pourquoi Felicity refuse de lui donner signe de vie.

Résigné, un peu rassasié, sa nouvelle bière à moitié vidée, il décide de se lancer. Cette fois, il ne prend pas Talia au mot et. E lui fait pas signe, préférant se déplacer. Juste au cas où elle décide de le faire mariner dans son jus. Surtout parce qu'il ne veut pas l’obliger à faire trop d’efforts et veut donner un peu plus de poids à sa démarche. C’est lui qui a besoin d’elle et il faut qu'il l’assume et lui prouve que c’est le cas.
Lloyd est cependant un peu freiné dans sa démarche, sitôt qu'il se met debout. L’alcool lui monte directement à la tête et l'étourdi quelques secondes, l’obligeant à se cramponner un instant à la table pour ne pas tituber lamentablement. Heureusement personne ne le voit faire. Lorsqu'il est un peu plus assuré et que le malaise est passé, le grand blond prend donc une bonne inspiration et rejoint prudemment Natalia au comptoir où elle se trouve et discute avec son collègue.
« Il vous faut autre chose ? » le questionne le barman en s’interrompant dans son échange avec elle, faisant réaliser sa présence à Natalia qui se tourne vers lui.
« Non. Enfin si mais… Je peux te parler une minute ? »
En privé, sous-entend Lloyd. Et puis il se tourne vers le gérant qui, il le sait, pourrait ne pas accorder de pause à la jeune femme. D’ailleurs, vu le regard qu'il fait peser sur lui, quelque chose dit à Lloyd qu'il n’a pas tellement envie de le faire. Ce qui est logique puisque le service de Natalia n’a débuté qu'il y a une trentaine de minutes. Même si le Maureen’s est calme et si tout le monde est servi pour l’instant…
« C’est l’affaire de cinq minutes. Et il n’y aura pas de drame » promet-il (s’avançant un peu sur ce point), levant sa main droite plâtrée au ciel, comme pour jurer sur une bible invisible.


(c) chaotic evil

_________________

BREAKING POINT


My past has tasted bitter for years now So I wield an iron fist ; Grace is just weakness Or so I've been told, I've been cold, I've been merciless  
© frimelda

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : @me
messages : 648
quartier : Westside Chicago - au dessus du garage Ossinov
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: I walk alone Mar 15 Aoû - 1:03



Somebody's gettin' on my nerves
Forget that you're a lady, and give 'em what they deserve

Lloyd and Natalia



I walk alone


«Bon je suppose que le vouvoiement n’est pas là pour qu'on rejoue notre rencontre sur de bonnes bases après avoir fait table rase du passé »

Elle s'éloigne plutôt rapidement et pas vraiment à contrecoeur il faut bien le dire, mais est stoppé dans son geste par un client qui lui adresse un signe de la main. Elle tâche donc de calmer l'agacement qui marque sans doute son visage et colle un sourire de circonstance sur ses lèvres. L'homme en question lui commande une seconde tournée de ce que lui et ses deux amis viennent de boire et elle fait mine de noter avec attention la liste de ce qu'elle doit ramener. Elle n'en a pas vraiment besoin en réalité, mais elle avait remarqué que les clients semblaient être rassurés par cette action et si elle pouvait récupérer quelques dollars de plus pour si peu, aucune raison qu'elle ne s'en prive, d'autant qu'il n'y a pas tant de monde que cela et elle est bien loin d'être débordé, le coup de feu ne viendra que bien plus tard, elle ne le sait que trop bien. Elle s'affaire donc à remplir son devoir et à faire abstraction de Lloyd qui ne semble pas vouloir quitter les lieux, elle est consciente qu'il a bien des raisons d'avoir réagi de façon négative à son approche, après tout il avait méchamment pris lorsqu'il avait rencontré la colère de son mari et ce n'était pas juste envers lui, parce qu'elle ne lui avait rien dit de sa situation maritale qui était somme toute bien différente de ce qu'elle était aujourd'hui. Alors, oui en un sens elle lui trouve des circonstances atténuantes en tous les cas pour cette partie là, mais elle n'arrive pas à passer au-dessus du comportement qu'il a eu envers elle, lors de leur dernière rencontre et qui s'était révélé sans considération et particulièrement désobligeant. Non, elle lui avait tendue la main à plusieurs reprises et il l'avait refusé avec dédain alors elle ne voyait pas pourquoi juste parce que Monsieur avait finalement décidé de se pointer ici, pour on ne sait quelle raison, elle devait l'accueillir à bras ouverts. C'était trop facile et bien mal la connaître.

Elle se rapproche de nouveau du bar où Nina est en pleine conversation avec le barman.« J'te jure il m'a sortie ça comme ça, sortie de nulle part ! J'ai halluciné. »

« T'es encore en train de parler de ton mec. Natalia mime des guillemets dans le vide invisible devant elle qui est pas vraiment ton mec ? » Elle lui adresse un sourire entendu et la serveuse secoue la tête en riant. « Ba figure-toi que maintenant c'est officiel ! » La bouche de Natalia s'arrondit et elle lui adresse ensuite ses félicitations, pas vraiment sûr que ça soit tellement de rigueur, mais bon ! Sa collègue n'a que peu de temps pour répondre qu'elle doit se remettre au travail, une table de plusieurs personnes venant de s'installer dans sa section, la mère de famille adresse alors un regard au barman qui lève les yeux au ciel. « Avec un peu de chance elle va arrêter de nous bassiner avec son mec maintenant. » La Serbe pose ses coudes sur le bar et se met à rire. « Tu rêves ! » La conversation se poursuit sur un sujet tout à fait différent pendant quelques minutes quand ils sont finalement interrompus. « Il vous faut autre chose ? ». Elle tourne la tête pour se rendre compte que le pompier a finalement entreprit de faire le déplacement jusqu'à elle et elle espère que c'est pour lui demander la note, bien que soit soyons honnêtes elle en doute.

« Non. Enfin si mais… Je peux te parler une minute ? »
Il s'adresse directement à elle à présent et devant son supp' en plus, bien donc il cherche sans doute à la mettre dans la merde, fantastique ! C'est pas comme si ce dernier gardait très bon souvenirs de la dernière fois qu'il avait vu ces deux-là échangés, à dire vrai probablement aussi bon que ceux de Lloyd tient ! Qui plus est, elle est arrivée il y a tout juste trente minutes et n'a pas vraiment envie de gâcher une pause maintenant et surtout pas pour lui. Elle lève les yeux au ciel et se renfrogne presque instantanément tandis qu'il insiste auprès du gérant. « Lloyd c'est pas le mom… » mais elle est interrompue avant d'avoir pu finir sa phrase. « Cinq minutes et dehors ! Si tu vois des gens rentrés t'expédie Talia ! » Elle secoue la tête à la positive et tourne un regard agacé vers le blond qui pour le coup à bien de la chance que le patron soit de si bonne humeur. La jeune femme prend les devants et lui passe devant, ce dirigeant vers la porte d'entrée qu'elle pousse sans douceur et sans prendre la peine de la lui tenir. Elle s'écarte et vient se placer contre le mur sur le trottoir, sors une cigarette et un briquet de son tablier et plante ses prunelles dans les siennes. « T'es gonflé quand même de te pointer à mon taf et de venir demander à ma place une pause à mon boss. T'as intérêt à être généreux sur le pourboire j'te prévient ! Elle allume sa cigarette et tire une bouffée avant de laisse s'échapper la fumée de ses lèvres. T'as que cinq minutes alors perd pas de temps, vas-y je t'écoute ! T'as d'autres trucs désagréables que t'a oublié de me dire la dernière fois ? »

(c) black pumpkin


_________________



"Never sure, never know how far we could fall but it's all an adventure that comes with a breathtaking view; Walking the tightrope with you"

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
messages : 1631
quartier : The Loop, Downtown
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: I walk alone Mar 15 Aoû - 14:02

on the boulevard of broken dreams

Where the city sleeps & I'm the only one & I walk alone

Il y a beaucoup plus de chances que les choses ne tournent pas en sa faveur qu’inversement. Natalia pourrait refuser pour commencer, ou son patron pourrait le faire. Il commence à me connaître. Je fréquente le bar irlandais depuis des années maintenant puisque le Maureen’s est le point de ralliement des flics, soignants et pompiers de la ville, pour une raison qui échappe un peu au jeune homme. D’après la rumeur, il aurait été fondé par un flic à la retraite ayant eu un gosse pompier et dont la femme était chirurgienne au CMC. Bref. Tout ça pour dire que le type présentement derrière le bar le connaît et l’a déjà vu se battre plus d’une fois dans son établissement, ce qui n’est pas franchement pour lui plaire…
La dernière fois qu’il a joué des poings ici, c’était justement à cause de sa rencontre malchanceuse avec James, le mari récemment sorti de prison de Natalia. S’il n’était pas pompier et n’avait pas, de lui-même, été présenté des excuses au tenant quelques temps après l’incident : Lloyd n’aurait certainement plus le droit de mettre les pieds au Mau à l’heure actuelle. Mais s’il a encore le droit de passer, il est en période probatoire et tout écart sera certainement sévèrement puni.
Et cette conversation entre lui et Natalia pourrait dégénérer. Il comprendrait que le barman ne souhaite donc pas lui accorder une pause pour les voir se disputer une fois encore. Ou voir simplement sa serveuse revenir avec une tête d’enterrement et se trainer une humeur de chien toute la soirée qui pourrait faire fuir les clients.  
Pourtant, contre toute attente : il donne son accord pour une entrevue de cinq minutes, hors de son bar. Et il lui donne même la consigne de renvoyer Talia à l’intérieur si jamais d’autres clients se pointent. Comme si elle n’était pas capable de prendre elle-même cette initiative…

Lloyd se tourne d’ailleurs vers la jeune femme, le regard interrogatif. Va-t-elle accepter ? Rechigner ? Protester ? L’envoyer bouler ? Non. Elle acquiesce à son tour et se dirige d’un pas pressé vers l’extérieur, comme pour en finir au plus vite. Ce qui ne parait pas être une idée si aberrante que ça étant données les circonstances…
Le trentenaire la suit sans broncher, l’observant s’allumer une cigarette. Il aimerait bien s’en griller une aussi mais n’ose pas pousser le vice jusqu’à quémander. Alors il se contente d’enfoncer les mains dans les poches de son jean et de la laisser prendre la parole. Il devine qu’elle va lui faire des reproches pour l’avoir obligée à sortir prendre une pause et, bien entendu, c’est exactement ce que fait Natalia, pendant qu’il prend un air contrit qu’il juge approprié.
« T'as intérêt à être généreux sur le pourboire j'te prévient ! » le prévient-elle effectivement, alors qu’il lutte pour ne pas se mettre à sourire. Il est obligé de se mordre l’intérieur de la bouche et de baisser un peu plus la tête pour ne pas craquer et lui rétorquer quelque chose comme : « Parce que tu crois que t’en mérites un ? Va falloir faire un p’tit effort là ma belle ! » Ça, ça ne passerait pas… Pas du tout.
« T'as que cinq minutes alors perd pas de temps, vas-y je t'écoute ! T'as d'autres trucs désagréables que t'as oublié de me dire la dernière fois ? »
Et voilà, ils y sont. Elle remet ça sur le tapis et, une fois encore, il est démangé par l’envie de lui répondre qu’elle abuse et qu’il ne s’est pas montré aussi grossier qu’elle veut le faire croire. Mais ce serait une grossière erreur tactique, Lloyd en a conscience.
« Non » lui répond-t-il bien plus sobrement, relevant la tête pour croiser le regard de la jeune femme, maintenant que son envie de rire à disparu. « Et je me suis pas rendu compte que j’étais si désagréable avec toi l’autre fois. Je n’aurai pas dû te repousser comme je l’ai fait et j’en suis désolé. »
Ces excuses lui écorchent franchement la bouche. Mais il sait qu’il n’a pas vraiment le choix de toute manière. S’il veut qu’ils soient en assez bons termes pour qu’elle lui donne des informations sur Felicity, il va falloir qu’il fasse amende honorable et se fasse un peu violence. On n’a jamais rien sans rien après tout…    
« Je sais que c’est pas une excuse mais d’avoir ton mari et ses potes qui nous fixaient pendant qu’on parlait de se voir… Y avait aucune ambigüité bien sûr mais voilà, ça me mettait mal à l’aise. J’avais juste envie de passer à autre chose, de partir de là-bas et j’ai été un peu trop brutal dans mes propos. Je sais que ta démarche était sincère et maintenant que c’est mon tour de te dire que je suis désolé pour la façon dont les choses se sont passées, je me rends bien compte que c’est pas si simple. Je comprendrais que tu veuilles me rendre la monnaie de ma pièce mais j’espère que ce sera pas le cas. J’suis désolé, voilà » conclut Lloyd dans un petit soupir, passant une main dans sa nuque et la laissant s’y attarder pendant qu’il attend une quelconque réaction de la part de la serveuse.  
 


(c) chaotic evil

_________________

BREAKING POINT


My past has tasted bitter for years now So I wield an iron fist ; Grace is just weakness Or so I've been told, I've been cold, I've been merciless  
© frimelda

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : @me
messages : 648
quartier : Westside Chicago - au dessus du garage Ossinov
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: I walk alone Mer 23 Aoû - 6:58



Somebody's gettin' on my nerves
Forget that you're a lady, and give 'em what they deserve

Lloyd and Natalia



I walk alone



Elle tire une bouffée sur sa cigarette dans un geste rapide qui trahit son agacement puis croise ses bras contre sa poitrine. C'était le problème avec Natalia, une fois qu'elle était en colère il était souvent difficile de pouvoir communiquer efficacement avec elle, elle se fermait, agissait avec un dédain qui en général n'arrangeait rien du tout et n'écoutait qu'avec un filtre bien personnel. Dans le cas présent il fallait ajouter à cela qu'elle n'avait pas la moindre envie de parler au pompier parce qu'elle était vexée évidemment, mais surtout parce qu'elle était en toute honnêteté passée à autre chose, il lui avait parfaitement fait comprendre qu'il ne voyait aucun intérêt à poursuivre une quelconque relation aussi amicale soit-elle. Ainsi et aussi surprise puisse-t-elle être, elle n'est pas plus intéressée que ça par le blabla plus que certains qu'il va lui servir elle s'en doute. Bien évidemment la réponse est négative et ce n'est pas la une grosse surprise, elle reste donc stoïque et lève machinalement les sourcils, pas vraiment convaincue pour le moment. « Et je me suis pas rendu compte que j'étais si désagréable avec toi l'autre fois. Je n'aurai pas dû te repousser comme je l'ai fait et j'en suis désolé. » Ba voyons ! Il ne s'en était pas rendu compte, elle laisse échappe une exclamation faussement amusée et clairement moqueuse avant de secouer la tête à la négative et de porter le filtre de sa cigarette à sa bouche, une fois de plus elle ne dit rien, parce qu'il n'y a pas grand- chose à répondre à ça…il est désolé c'est ça ? Et ? Elle devrait lui donner un sourire et une grande tape dans le dos peut-être ? Elle est gentille, mais pas stupide non plus et si ses propres excuses n'étaient pas assez satisfaisantes, pourquoi devrait-elle se contenter de ça ? Ce n'était pas suffisant.

« Je sais que c’est pas une excuse mais d’avoir ton mari et ses potes qui nous fixaient pendant qu’on parlait de se voir… Y avait aucune ambigüité bien sûr mais voilà, ça me mettait mal à l’aise. J’avais juste envie de passer à autre chose, de partir de là-bas et j’ai été un peu trop brutal dans mes propos. Je sais que ta démarche était sincère et maintenant que c’est mon tour de te dire que je suis désolé pour la façon dont les choses se sont passées, je me rends bien compte que c’est pas si simple. Je comprendrais que tu veuilles me rendre la monnaie de ma pièce mais j’espère que ce sera pas le cas. J’suis désolé, voilà »

Elle se retrouve très vite entre deux feux, parce qu'il l'agace outre mesure, parce que c'est toujours la même rengaine et que visiblement ce qu'elle peut bien dire lui passe à mille lieux au-dessus…mais en même temps il a aussi l'air sincère et l'air penaud qu'il lui offre n'est pas vraiment pour l'aider. On dirait un gamin pris en faute. Bordel.

Oui, mais non ça n'a pas d'intérêt, ça ne sert plus à rien, elle se redresse un peu et pousse un soupir. « Qu'est-ce que tu veux Lloyd ? Non parce qu'apparemment quand je te dis que James et ses potes te feront RIEN ça n'a pas la moindre valeur! C’est ca non ? Et vient pas me baratiner que c'est pas vrai hein, je te l'ai dit et répété, t'as juste choisie de ne pas me croire parce que ça t'arrangeait bien ! Elle laisse s'afficher sur ses lèvres un vague sourire crispé et agite sa main pour accentuer ses propos. Et comme visiblement…sa main se lève de haut en bas suivant une ligne verticale invisible face au blondinet. t'as toujours peur de mon mari je présume que t'es pas là pour qu'on soit amis, qu'on reprenne ou l'on s'est arrêté ou même pour écouter ce que j'avais à dire y a des mois alors je répète qu'est-ce que tu veux ? » Elle se doute bien qu'il n'est pas là par hasard, quelque chose a dû motiver sa venue, il l'avait après tout attendu plusieurs heures sur son lieu de travail, avait insisté quand elle l'avait rembarré de façon on ne peut plus claire, alors oui il avait forcément quelque chose à l'esprit et elle apprécierait franchement de ne pas se faire servir des putains de faux semblants juste parce que soudainement il a besoin d'elle pour dieu sait quoi. Elle tire une latte de sa clope et lève le menton pour souffler la fumée dans l'espace au-dessus de sa tête et avant que son compagnon n'ait véritablement le temps de répondre elle tient à émettre une petite précision qui n'est certainement pas là pour faire jolie. « Et fait moi plaisir ne me prend pas pour une idiote d'accord, le baratin tu me l'épargne merci ! »
(c) black pumpkin


_________________



"Never sure, never know how far we could fall but it's all an adventure that comes with a breathtaking view; Walking the tightrope with you"

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
messages : 1631
quartier : The Loop, Downtown
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: I walk alone Mer 23 Aoû - 14:23

on the boulevard of broken dreams

Where the city sleeps & I'm the only one & I walk alone

  L’espace d’un instant, alors qu'il tente de déchiffrer ses traits pour savoir à quoi s’en tenir, Lloyd à la sensation qu'elle va capituler. Il capte un léger frémissements sur ses lèvres jusque là coincées dans une moue moqueuse, un petit éclat dans ses yeux et…et puis plus rien. Natalia semble se ressaisir et chasser toute compassion de son esprit pour recommencer à le prendre de haut. La serveuse se redresse alors qu'un soupir lassé lui échappe. Lloyd aussi soupire, un rien plus discrètement, alors qu'il réalise que ses efforts ne porteront pas leurs fruits et qu'il n’a plus rien à attendre d’elle. Même des supplications ne fonctionneraient pas à ce stade et ne feraient que l’irriter encore davantage.
Le discours qu'elle lui tient commence à l’agacer lui aussi. Est-ce qu'elle est aveugle à ce point ? Stupide ? Bien sûr qu'il ne peut pas la croire quand elle lui assure que son mec ne lui fera rien ! Oh peut-être qu'il a promis et qu’en effet, lui-même ne touchera pas un seul de ses cheveux, mais est-ce qu'il a promis pour ses potes ? Natalia a beau dire, il ne peut pas croire qu'en les voyant se rapprocher, avec leur passif, James serait resté sans rien faire.
Il lui suffirait de lui péter les genoux et puis de lui promettre de revenir s’occuper de sa gosse pour le convaincre de ne pas cafter à Natalia. Rien de plus simple pour une bande de types sans foi ni loi ! Ou du moins avec leur propre code moral, ne collant pas franchement avec celui de la société.
Mais s’il lui dit ça : autant faire demi tour immédiatement et assumer de repartir bredouille. Si à une époque elle n'évoquait jamais James (ce qui les a d’ailleurs conduits à se perdre de vue) à présent elle ne jure que par lui visiblement. S'il l’attaque sur ce terrain, le pompier n’a aucune chance de regagner sa confiance et d’avoir ce qu'il est venu chercher… En même temps, à ce stade de toute façon, il doute d'obtenir quoi que ce soit.
Parce qu'elle a compris. Elle a compris que le but de sa visite n'est pas vraiment de se rabibocher avec elle. Ça le braque un peu et, en même temps, peut-il lui en vouloir d'être perspicace ? Non. Il ne peut s’en prendre qu'à lui-même et se sentir minable d’en passer par là.

C’est donc au tour de Lloyd de pousser un lourd soupir mêlant lassitude et agacement. Encore une fois il a le mauvais rôle et ça le fait chier. Ça le fait cahier parce que, de base, il n’avait rien d’autre à se reprocher que d’avoir jeté son dévolu sur la mauvaise personne. Deux fois en comptant la serbe et Felicity. Et maintenant, il se retrouve dans cette position de faiblesse. L’attirance est une belle saloperie. Les femmes sont de belles saloperies…
« T’as raison. J'ai peur de ton mari et j’arrive pas à croire qu'il cherchera pas à me faire payer notre aventure d’une façon ou d’une autre. Et puis même, ça va au-delà de ça. Et j’estime que ce n’est pas aussi aberrant que tu le sous-entend. Je suis pompier, Talia. Chaque fois que les Kings se font du fric, nous on éponge du sang sur les trottoirs ! Je SAIS de quoi ils sont capables » lui fait-il remarquer, son ton ne laissant pas place à une quelconque argumentation de sa part. « Et je te rappelle que chaque fois que j’ai croisé ton mec depuis septembre, une merde m’est tombé dessus. Je me suis fait casser la gueule ici même, je me suis fait piétiner et j’ai failli crever pendant une de leur soirée, on m’a tiré dessus à Noël et dernièrement j'ai du aider Tito a rafistoler un de vos gars poignardé sur un parking ! Alors viens pas ridiculiser ma peur de ton mec et sa clique ! » la prévient Lloyd en pointant un index dans sa direction, avant de prendre une profonde inspiration pour se calmer et reprendre sur un ton moins réprobateur.
« Mais il y a quelque chose qui me fait encore plus peur que ça ces derniers temps. Et oui, tu as raison, je ne suis pas là uniquement pour m’excuser. »

Voilà, ils y sont. Un peu plus vite qu'il ne se l’était imaginé et pas dans les meilleurs circonstances possibles mais il ne peut plus reculer. Lui mentir à ce stade ne le servirait pas. Il sait que sitôt les cinq minutes écoulées, Natalia le laissera en plan. Il n’a donc plus le temps d’y mettre les formes et de la caresser dans le sens du poil. Il fait qu'il se lance maintenant ou vive avec sa frustration, dans l'ignorance la plus totale.
« Je voudrai savoir comment va Fez. Felicity » se reprend le grand blond qui était le seul à la surnommer de cette manière depuis un essayage de chapeaux plutôt rock’n roll avec la journaliste. Un beau moment de complicité auquel penser aujourd'hui est douloureux. Presque insupportable en fait.
« Elle n’a jamais répondu à mes message depuis qu'elle est partie de mon appartement et j'ai appris qu'elle avait abandonné le sien et pris un congé. J’ai peur qu'elle…qu’elle ai fait quelque chose qu’elle pourrait regretter et je me suis dis que tu serais la plus à même de me renseigner… Alors me voilà » conclut il en levant les bras au ciel. « Je sais que je suis la dernière personne que tu veux voir et je ne veux pas m’attirer d’emmerdements avec ton mari mais je supporte plus de ne pas savoir. Ça me rend dingue. Alors s'il te plaît, même si tu me déteste, là, tout de suite : me laisse pas comme ça. T'es pas obligée d'entrer dans le détail mais dis moi qu'elle va bien et qu'elle n'est pas allé se mettre en danger dans je ne sais quelle zone de guerre. »
Parce que c'est ce qu'il soupçonne fortement, la connaissant, et cette idée le rend malade. L'idée qu'elle ait préféré affronter de tels dangers pour ne pas avoir à l'affronter LUI le dépasse complètement et lui fait peur.


(c) chaotic evil

_________________

BREAKING POINT


My past has tasted bitter for years now So I wield an iron fist ; Grace is just weakness Or so I've been told, I've been cold, I've been merciless  
© frimelda

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : @me
messages : 648
quartier : Westside Chicago - au dessus du garage Ossinov
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: I walk alone Ven 25 Aoû - 4:41



Somebody's gettin' on my nerves
Forget that you're a lady, and give 'em what they deserve

Lloyd and Natalia



I walk alone



Si elle avait cru être agacée ce n'était rien comparé au brasier qui prenait bien trop rapidement forme au creux de son estomac et qui semblait se consumer aussi sûrement que la cigarette entre ses doigts. Il avait du culot de venir ici, de se présenter à elle comme s'il était là pour faire amende honorable pour quoi ? Lui balancer ce genre de choses sur son mari ? Qu'il ait une aversion pour les Kings est une chose mais qu'il vienne la lui balancer à la tronche en était une autre et elle n'avait guère de temps à lui accorder pour ça. Elle lui jette un regard noir et véhément, mais n'a guère le temps de lui dire sa façon de penser puisqu'il estime sans doute judicieux de rajouter encore un peu d'huile sur le feu. Et ? BOUH BOUH BOUH parce qu'il croit être le seul à en avoir chier ces derniers mois ? Parce qu'il croit peut-être qu'elle n'a pas eu son lot d'emmerdes ? C'est un peu facile de rejeter l'entièreté de la faute sur les Kings, ils ont bien des torts et elle ne le nie pas, elle sait que ce ne sont pas des enfants de chœur, elle sait ce qui peut bien se tramer lors des journées bien chargées de son époux, mais ils ne sont pas responsables de la petite vie pourrie de Lloyd Hatfield qu'il veuille leur faire porter le chapeau pour toutes ses misères ou pas. La Serbe bouillonne littéralement et préfère franchement perdre son regard droit devant elle que de laisser le visage arrogant du pompier faire exploser le peu de contrôle qu’elle a encore, elle le laisse parler parce qu’elle sait que si elle ouvre la bouche rien de bon n’en sortira c’est plus que certains et la dernière chose dont elle a envie c’est d’un esclandre devant son boulot, cette fois-ci elle risquait de ne pas s’en tirer aussi facilement que la dernière fois. Lorsqu’il finit par se taire, elle envisage de tourner les talons et de le laisser à ses reproches et sa solitude qui en l’instant lui semble tout à fait mérité, mais alors qu’elle lui adresse finalement un regard, il remet la machine en route. Damn !

« Mais il y a quelque chose qui me fait encore plus peur que ça ces derniers temps. Et oui, tu as raison, je ne suis pas là uniquement pour m’excuser. »

S'excuser ? Ah…parce que c'est ça qu'il appelle des excuses ? Elle a dû les manquer entre les différents reproches qu'il avait su proféré à l'encontre de James et ses frangins. Il avait une conception bien particulière des regrets apparemment. Elle secoue la tête et tire une énième latte sur sa cigarette qui arrive finalement à sa fin. « Je voudrais savoir comment va Fez. Felicity » Voilà on y était finalement, la véritable raison de sa venue, le pourquoi il avait essayé et elle dit bien essayer de la jouer amicale avec elle, il n'en avait strictement rien à faire de se rabibocher avec elle, il n'en avait même très certainement pas la moindre envie, tout ce qu'il voulait c'était des informations sur la meilleure amie de Natalia. Elle se sentait un peu stupide, elle aurait dû s'en douter, après tout son discours sonnait nettement plus franc au Homewrecker qu'au début de leur conversation d'aujourd'hui. .

Quel genre de personne pouvait ne serait-ce qu'oser demander une faveur à quelqu'un qu'il vient littéralement d'insulter ? Elle redescend cependant tout de même d'un micro cran à la mention de son amie, son départ avait été plutôt difficile pour elle, elle avait eu la sensation d'être complètement impuissante à lui venir en aide quand bien même elle avait vraiment essayée, mais elle connaissait aussi suffisamment la jeune femme pour tâcher de comprendre d'une certaine façon ce qui la poussait à fuir de façon si constante et à se mettre volontairement en danger…c'était sa façon à elle de se sentir vivante et de combattre ses démons ou plutôt de les enterrer aussi profondément qu'elle le pouvait derrière une misère bien plus grande que la sienne, une violence qu'elle regardait d'un regard cette fois-ci extérieur, témoin et conteur, ce que personne n'avait su être pour elle sans doute…

La serveuse jette sa cigarette sur le sol avec vigueur et se plante à quelques centimètres devant Lloyd. « IL NE TE FERAS RIEN OKAY ! Je m'en suis assuré putain qu'est-ce qui est si dur à comprendre ? T'as besoin de drama ? ou peut-être que finalement ça t'arrange bien d'imaginer que les Kings sont la cause de toutes les merdes qui t'arrivent ! Peut-être que c'est plus facile que de se regarder dans un miroir sans doute ! Tu peux penser ce que tu veut d'eux ou de mon mari j'en ai plus rien à faire Lloyd, mais NE vient PAS me chercher pour quoi ? me balancer des reproches à la gueule alors que ça ne me concerne pas !? Elle laisse échapper un gloussement ironique et agacé. Pendant une minute j'ai vraiment crue que tu voulais t'excuser, mais visiblement ça n'a pas plus d'intérêt pour toi que la dernière fois. C'est marrant comme les Kings sont une excuse facile quand ça me concerne, pourtant ça n'avait pas trop l'air de te gêner que Felicity soit liée à eux, mais j'imagine qu'ELLE devait valoir le risque ! Enfin…elle lève les sourcils. Je ne vais pas polémiquer je vais répondre à ta question puisque visiblement c'est tout ce qui t'importe comme ça tu pourras arrêter de faire semblant de me porter un quelconque intérêt et retourner à ta petite vie. Elle marque une courte pause. Felicity est…elle est repartie la-bas, il y a plusieurs semaines et ça n'a rien à voir avec toi. Elle laisse échapper un profond soupir et passe une main sur son visage, la colère se mélange désormais à la tristesse, ce n'est jamais très agréable de penser à ce genre de choses et elle essaye de garder à distance l'idée même de la jolie blonde sur des terrains aussi dangereux. Tu es même probablement la raison pour laquelle elle ne l'a pas fait plus tôt. » Ca lui arrachait un peu la gueule de lui dire ça, mais c'était la vérité et elle méritait d'être dite.
(c) black pumpkin


_________________



"Never sure, never know how far we could fall but it's all an adventure that comes with a breathtaking view; Walking the tightrope with you"

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
messages : 1631
quartier : The Loop, Downtown
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: I walk alone Ven 25 Aoû - 19:41

on the boulevard of broken dreams

Where the city sleeps & I'm the only one & I walk alone

Il secoue la tête, dépité de l’entendre revenir sur le sujet de son mari. Bien sûr, il a remarqué que ses propos l’ont rendue furieuse, mais Lloyd ne pensait pas qu'elle aurait le culot de nier la part de responsabilité de James et son gang dans tout ce qui s’était passé en ville et dans sa vie ces derniers temps. La rave d’Halloween avait été organisée par eux et la fusillade de Noël les visait, personne n’était dupe à ce propos. Ils avaient merdé et quelqu'un avait cherché à les faire payer pour ça, faisant un tas de dommages collatéraux et finalement bien peu de victimes dans le rang du gang de motards. Pas que Lloyd soit avide de sang et souhaite la mort de qui que ce soit, n’empêche qu’entre la mort d’un meurtrier mêlé à tout un tas de trafic et celle d’un enfant innocent venu chanter des cantiques…son cœur ne balance pas franchement.  
Et entendre Natalia lui lancer qu'il cherche un coupable facile et aime les drames le met vraiment en rogne. À cause de sa commotion plutôt sévère et des suites de l’overdose, il a souffert de lourdes séquelles et n’a pratiquement plus de souvenirs de la petite enfance de sa propre fille. Il n’a pas pu la prendre dans ses bras pendant des semaines et puis ensuite, seulement sous la surveillance d’une tierce personne jusqu'en janvier. Sans compter que sa carrière aurait pu être ruinée. S’ajoute à ça la fusillade qui aurait pu coûter la vie à Vito et Saul, les enfants de son meilleur ami, présents sur les lieux en plus de Felicity.
La propre meilleure amie de Natalia avait été traumatisée par l’incident qui avait fait remonter un tas de mauvais souvenirs. C’est à cette période que les cauchemars avaient commencé, l’automutilation aussi… Cet événement, qu’aujourdhui, Talia a l’air de minimiser avait marqué le début de la fin pour son couple.
Cependant, la serveuse nuance rapidement ses propos, préférant se dédouaner plutôt que de nier. Ce n’est pas sa faute donc il n’a pas le droit d’en parler ? Conneries ! Elle cautionne. Elle reste avec ce type, impose cette vie a son fils. Elle n’a pas le droit de profiter de son argent puis de jouer les aveugles et de faire comme si elle ignorait à quel point cet argent était sale ! Cette attitude le dépasse franchement et il n’a plus l’impression de reconnaître la femme qui lui fait face. Bien sûr, la serbe a toujours été un peu dure, elle a un fort caractère, mais cet aspect de sa personnalité…

Elle infinie sur sa lancée et mêle Felix à leur échange, lui rappelant sa connexion avec les Kings of Speed. Cette fois, il ne peut s'empêcher d’intervenir.
« Il n’est pas question de ça Talia ! Mais elle au moins avait un regard objectif sur tout ça et prenait ses distances ! Elle n’a jamais cautionné les actions de son père ou du gang ! »
Mais Talia lui fait rapidement d'avoir qu'elle n’a pas l’intention de polémiquer à ce sujet avec lui, et reprend la parole pour lui donner ce qu'il est venu chercher.
Et Lloyd craint le pire. Parce que, énervée comme elle l’est, il sent que Natalia va se faire un plaisir d’enfoncer le clou, de lui faire mal. Va-t-elle lui apprendre que Felicity a déjà tourné la page et refait sa vie ? Lui faire porter le chapeau pour la peine de son amie et faire pleuvoir une nouvelle vague de reproches sur sa tête et le faire sentir minable ? Ou bien lui apprendra-t-elle ce qu'il redoute, à savoir que Fez est repartie en zone de guerre ?
Le grand blond se pend à ses lèvres, ne relevant même pas sa remarque à propos de son retour à sa petite vie.
« …elle est repartie là-bas depuis plusieurs semaines… »
Il a l’impression qu'un poids lui tombé sur les épaules subitement. Ses jambes deviennent cotonneuses et il est tout à coup pris de nausée. Il sent de la bile lui remonter douloureusement dans la gorge alors qu'il se prend la tête dans les mains dans un geste trahissant son impuissance. Là-bas. Elle est retournée là-bas. Je l’ai chassée et maintenant elle est en danger.
Soudainement, il se sent moins en position de juger qui que ce soit. Il a envoyé sa propre petite amie en territoire hostile. La femme dont il est amoureux. Il lui a fait tellement peur qu'elle a cru bon d’aller se réfugier à des milliers de kilomètres. Elle préfère supporter des bombardements qu'une vie avec lui et sa fille…
L’imagina de Lloyd commence à travailler et il la voit, un foulard couvrant ses magnifiques cheveux blond, courir au milieu des décombres pour fuir ou, au contraire, aller au devant du danger pour obtenir des images choc. Il la voit, étendue par terre, couverte de poussière et de sang, seule, blessée, terrifiée. À cause de lui.

Lloyd en oublie presque la serveuse tant les images qui l’assaillent sont vivaces et terribles. Comme sonné, il se rapproche du trottoir et se laisse tomber au bord de celui-ci, conscient que ses jambes ne le supporteront pas longtemps. Il se sent stupide d’avoir tenu de tels propos à Natalia alors que depuis le début, c’est lui qui porte tous les torts. Il l’a privée de sa meilleure amie. En plus du reste. Pas étonnant qu'elle le haïsse. À cette seconde, lui-même se maudit. Les images continuent leur assaut, par vague, toutes plus sanglantes les unes que les autres.
« Mais…et si elle a une crise là-bas ? Qui va la calmer ? Si elle recommence à se griffer au sang, qui va l’arrêter ? » questionne-t-il à haute voix, sans pour autant vraiment s’adresser à Natalia. « Après Noël elle était dans un tel état... Elle était terrifiée par le moindre bruit un peu trop fort. Elle cauchemardait presque toutes les nuits. C'est pour ça qu'elle venait chez moi, pour ne pas être seule la nuit et… Qui sera là pour la calmer maintenant ? Bordel, tout ce que je voulais c’est qu'elle soit heureuse ! Qu'on soit heureux tous les trois » continue le pompier a voix basse, son regard clair à présent braqué sur le goudron alors qu'il rumine, mortifié par la nouvelle. Et après quelques secondes supplémentaires, il se retourne vers Natalia pour la prendre à témoin. « Je lui ai quand même pas fait peur à ce point là ! Pas au point qu'elle plaque tout et parte à l’autre bout du monde quitte à se mettre en danger ! J’ai pas rêvé quand même, c'était sincère entre nous ? C'était bien, non ? J’veux dire…je suis pas parfait mais je suis pas un monstre ! J’ai jamais levée la main sur elle, j’ai tout fait pour qu'elle se sente à l’aise… Si elle ne voulait pas s’installer officiellement elle n’avait qu'à le dire ! Me dire non et puis voilà ! Mais elle vivait déjà pratiquement chez moi ! Ça faisait presque un mois qu'elle couchait là toutes les nuits ! Elle rentrait que pour nourrir son chien ! …Oh merde, le chien ! Elle en a fait quoi ? »
Il ne pense plus à leur dispute, au fait que Natalia aurait tous les droits de l’envoyer au diable et de ne pas l'écouter se lamenter pour retourner prendre son service. Il ne tient pas compte non plus de sa remarque à propos du fait que son départ n'est pas lié à lui. De toute façon, de son point de vue, il est responsable. Son départ coïncide après tout avec leur séparation.
A moins qu'elle ait déjà prévu de repartir ? peut-être que c'est pour cette raison qu'elle a décidé de mettre un terme à leur relation. Parce qu'elle comptait partir et n'a pas osé le lui dire...peut-être qu'elle a jugé cette option plus facile. Il n'aura pas de réponses à ces interrogations de toute façon.


(c) chaotic evil

_________________

BREAKING POINT


My past has tasted bitter for years now So I wield an iron fist ; Grace is just weakness Or so I've been told, I've been cold, I've been merciless  
© frimelda

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : @me
messages : 648
quartier : Westside Chicago - au dessus du garage Ossinov
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: I walk alone Mer 30 Aoû - 4:05



Somebody's gettin' on my nerves
Forget that you're a lady, and give 'em what they deserve

Lloyd and Natalia



I walk alone



L'information qu'elle lui lance à le mérite d'être entendu et elle ne peut que constater le visage du pompier lentement se décomposer, à mesure qu'il comprend que ses craintes étaient fondées. Sa tête bascule dans ses mains et il reste un instant immobile avant de se laisser tomber sur le bord du trottoir comme sonné par une nouvelle, bien trop redoutée. Malgré les propos qu'il vient de lui tenir et qui l'ont véritablement blessé, l'image du jeune homme lui fait de la peine, elle comprend son désespoir, la douleur de savoir l'être aimé isoler et pris au piège d'un contexte dangereux, elle ne connaît que trop bien la sensation brûlante que cela peut provoquer et toute l'impuissance qu'elle peut amener avec elle. Egoïstement elle n'a pas très envie de s'éterniser, parce qu'elle n'a pas envie de parler de Felicity, c'est un sujet qui lui fait bien trop de peine et qui plus est, elle ne veux pas endosser le rôle de l'épaule compatissante pas après tout ce qu'il vient de lui dire pas après avoir pu constater ce qu'il pensait véritablement d'elle…Pourquoi perdre son temps et son énergie pour quelqu'un qui n'avait qu'une bien piètre opinion d'elle et qui visiblement ne voyait la situation que dans son cocon bourré de jugement. C'était blessant parce qu'il ne pouvait être plus loin de la vérité, elle ne cautionnait pas ce qui avait pu se passer comment le pourrait-elle ? Elle avait elle-même été blessé lors de la soirée d'Halloween, son fils était miraculeusement passé au travers des balles à Noël, ce qui n'avait pas été le cas de son mari, ni celui du fils d'un de ses plus proche ami… elle était autant victime que lui, que le reste de Chicago et il n'avait pas le droit d'insinuer le contraire…non elle n'était pas un membre du club, non elle ne vivait pas sur leur argent et non elle n'était pas d'accord avec les activités auxquelles ils pouvaient parfois s'adonner, mais elle n'avait pas plus de pouvoir là-dessus que le reste du monde. Elle faisait donc avec, parce qu'il n'y avait rien d'autre qu'elle puisse faire et parce qu'aussi idiot que certains pourraient le penser il n'y avait rien qu'elle ne ferait pas pour son mari et son fils, ils étaient après tout, tout ce qu'elle avait.

Il se questionne à voix-haute, déblatère sur ce qui allait advenir d'elle là-bas. C'était le genre de questions qu'elle ne se posait pas ou plutôt qu'elle refusait de se poser désormais, elle l'avait déjà bien trop fait par le passé. Si c'était une première pour Lloyd c'était loin d'être le cas pour Natalia qui en plus de dix ans d'amitié avec la blonde avait eu maintes occasions de la voir s'envoler vers des situations toutes plus inquiétantes les unes que les autres et après un certain temps elle avait fini par comprendre qu'elle se faisait plus de mal qu'autre chose en imaginant tout et n'importe quoi elle avait donc fini par se faire violence. La Serbe pousse un soupir et replace une mèche de ses cheveux derrière son oreille, elle pince ses lèvres soudainement un peu sèche et passe sa langue dessus avant de finalement reporter son regard vers le sol là où se trouve le pompier qui vient finalement de lui adresser un regard comme s'il venait de se rappeler de sa présence.

Il la prend à partie comme si elle était à même de lui apporter les réponses qu'il cherche, mais la vérité c'est qu'elle n'est pas sûre de pouvoir les lui fournir. Pourquoi est-elle, elle-même encore là ? Parce qu'elle est sans doute stupide et n'arrive pas à rester impassible face à la misère qu'il veut bien lui jeter à la figure. Lorsqu'il en a terminé elle pousse un autre soupir jette un coup d'œil à la porte d'entrée, puis lève les yeux au ciel avant de venir s'asseoir à côté de lui, gardant tout de même une distance raisonnable entre eux. « Ce n'est pas de ta faute Lloyd et crois moi là tout de suite j'aurai vraiment envie de te dire le contraire. Elle lève la tête un instant et observe le ciel. Elle a toujours, humpf…elle a toujours été comme ça, à fuir la moindre possibilité de se sortir de ses problèmes, parce qu'elle ne sait pas faire sans, parce qu'elle croit qu'elle en a besoin et qu'ils la définissent…c'est pas la première fois qu'elle disparaît comme ça, j'ai arrêté de compter y a bien trop longtemps alors ne te flagelle pas okay, ca n'a rien à voir avec toi, au mieux tu l'as fait rester bien plus de temps que n'importe qui auparavant, elle a vraiment essayée et pour ce que ça vaut je pense qu'elle était heureuse avec toi…c'est juste que c'est plus facile d'être témoins de la vie des autres aussi dangereuse et terrible soit-elle que de vivre la sienne…elle laisse échapper une exclamation faussement amusée et même clairement attristé. Ne cherche pas de logique à ça, il n'y en a une que dans son esprit. Rends-toi service Lloyd et passe à autre chose d'accord. » Elle laisse ses mains glisser le long de ses genoux avant de prendre appuie sur le trottoir et de se remettre debout.

« Maintenant si tu veux bien m'excuser je dois retourner travailler, j’ai besoin de ce job parce que contrairement à ce que tu crois je ne vis pas sur de l'argent sale. Donc si tu peux venir payer ta note avant de partir, j'apprécierais, histoire que j'ai pas à le faire à ta place. » La serveuse parle sur un ton qui contre toute attente n'est pas vraiment empli de colère, elle secoue la tête à la négative et croise ses bras contre sa poitrine, avant de finalement tourner les talons dans un soupir. Avant d’arriver à la porte elle s’arrête cependant et se retourne vers lui. « Et pour ton information, je suis mariée avec lui, pas avec le club…je n'en fais pas plus partie que toi et ça ne veut en aucun cas dire que je cautionne quoi que ce soit…et quand bien même je le ferais, tu connaîs rien de ma vie Lloyd, tu sais pas par quoi je suis passée, tu sais pas….laisse tomber. Elle hausse les épaules et se pince les lèvres. Ca n'a plus la moindre importance de toute façon. ».


Spoiler:
 

(c) black pumpkin


_________________



"Never sure, never know how far we could fall but it's all an adventure that comes with a breathtaking view; Walking the tightrope with you"

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: I walk alone

Revenir en haut Aller en bas
 

I walk alone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» I've never been one to walk alone, I've always been scared to try. [May]
» 05. I walk this empty street, on the boulevard of Broken Dreams (Leah & Sarah)
» ronon&logan ☍ « don't walk away when my world is burning »
» Walk like an Egyptian [qui veut]
» Evie ∾ I walk alone in the unknown
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: 
THE WINDY CITY
 :: South Side :: MAUREEN'S TAVERN
-