AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | .
 

 Daya Yasmeen Laghari

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Profil
crédits : ava&gifs @me- Code signature @sian
Messages : 541
quartier : Downtown Chicago - Dans un joli appartement sans prétention
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Daya Yasmeen Laghari Mar 20 Sep - 23:04


Daya Yasmeen Laghari

A lot of people lacked that gift: knowing when to fuck off.#Gillian Flynn


Âge ■ 30 ans  Lieu de naissance ■ Bombay Nationalité ■ Americano-Indienne Lieu de résidence ■ Le loop Occupation/métier ■ Flic à l’anti-gang Situation amoureuse ■ Célibataire Groupe ■ POLICE DEPARTMENT Avatar ■ Freida Pinto ||►

# Caractère ■

Un esprit aiguisé et futé qui l'a mené exactement là ou elle l'avait voulu, Daya réfléchie vite et efficacement, elle a une grande résistance aux situations problématiques et stressantes, ce qui lui vaut un excellent dossier au sein de la police. C'est une femme d'action qui ne supporte guère de rester assise à attendre que les choses tombent du ciel, lorsqu'elle veut quelque chose, elle se donne les moyens de l'obtenir, fonceuse et d'une grande adaptabilité, elle se jette à corps perdu dans tout ce qu'elle entreprend quitte à risquer de se brûler les ailes au passage.

Si l’on remontait un peu plus loin, on pourrait noter que la petite dernière des Laghari a toujours été très entourée. D'une loyauté sans limite, elle fait partie de ceux sur lesquels on peut compter sans modération, présente, disponible et à l’écoute, elle s'est souvent révélée être une excellente amie. Ses collègues, quant à eux, n'ont que très rarement à se plaindre d'elle, professionnelle et impliquée, elle est toujours prête à rendre service, mais son ambition et son caractère bien trempé ne plaisent bien évidemment pas à tout le monde, attention aux langues de vipère qui chuchoteraient sous couverts, ses foudres peuvent être aussi impétueuses que vives. Quant à ses relations amoureuses, elles se révèlent fougueuses et passionnées, celles-ci ont souvent brûlé avec autant d'intensité que de brièveté avec bien sûres quelques exceptions notables qui ont cependant fini par s’éteindre comme toutes les autres avec plus ou moins de rapidité.

Lorsqu’elle était petite fille, sa mère passait son temps à la réprimander, trop bruyante, trop bordélique, pas assez concentré…si certaines choses se sont améliorer d’autres se sont installés de façon définitive. Pas vraiment fan du rangement, la jeune femme à tendance à laisser traîner la plupart de ses affaires ce qui explique sans doute qu’elle est toujours en train de chercher quelque chose, ses clés, son portefeuille, la chaussure gauche de sa jolie paire d’escarpins, sa voiture… oui parce que Daya est aussi très tête en l’air, un combo souvent porteur de situation cocasse. Elle tâche pourtant tant bien que mal de travailler sur cet aspect de sa personnalité, s’attachant à ce que cela ne lui porte pas préjudice dans son travail et jusqu’ici curieusement, c’est bien le seul domaine dans lequel elle arrive à se maîtriser, son professionnalisme prenant toujours le dessus. Toutes les règles, toutes les frustrations qu’elle s’impose au quotidien et qui viennent s’ajouter à la difficulté des récits qu’elle doit engranger toute la journée se perdent et s’égrène à mesure qu’elle couche ses pinceaux sur les toiles qui emplissent le petit bureau adjacent sa chambre. Plus qu’un loisir, la peinture à toujours été une véritable passion pour elle et si la jeune femme a un temps songé à suivre un cursus d’art, sa famille l’en à très vite dissuader, ce n’était pour eux pas un métier d’avenir et les Laghari avaient travailler trop dur pour se faire une situation correcte en Amérique pour voir leurs enfants choisir une voix si peu respectable. A force de grands discours et de menaces, elle avait fini par se résigner, elle n’avait de toute façon pas vraiment les moyens de subvenir a ses études toutes seules, ses parents avaient trimer trop longtemps et n’avait laisser que peu d’espace de décision a leur progéniture. Tout ce talent qui s’étalait sur des toiles vierges était donc voué à se mourir entre les quatre murs du petit appartement de Chicago.

# Le métier que vous exercez est :
■ Un choix tardif
Devenir Flic n’avait pas été son premier choix, loin de là, à dire vrai cela fut même une révélation plutôt tardive. Plus jeune, elle se voyait voyager en Europe et peindre, les quais de Paris, les paysages sableux d’Espagne, les coins perdus et secret dénichés au fin fond de la Croatie… puis ces jolies chimères s'étaient évanouies et elle s’était résignée comme bien des gens le font quand le monde entier leur cri qu'il est temps de devenir adulte. C'était là de bien beaux projets, mais elle n’en avait pas les moyens et sa famille avait été catégorique, ce n’était qu’un passe-temps pas un métier. Après s’être finalement rangé à leur décision, elle avait pensé à être psychiatre, mais dès la première année, elle s’était rendu compte que ce n’était pas vraiment pour elle, elle manquait un peu de patience et très honnêtement, elle n'arrivait pas à se projeter enfermer dans un bureau le cul sur une chaise toute la journée durant alors elle avait cherché une autre voie, quelque chose qui fasse naître en elle une envie nouvelle, une voie vers laquelle elle pourrait se jeter corps et âme. C'était plus facile à dire qu'à faire, des directions, elle pouvait en prendre des centaines, mais elle ne pouvait pas se permettre de se perdre dans un dédale d'essais et d'échecs. Grossière erreur, cette façon de penser avait fini par la forcer à être tenace et à continuer sur cette voie malgré tout, mais le décès de son père avait remis bien des choses en perspectives et c’est ainsi qu'à la fin de sa deuxième année qu’elle avait mise fin à son cursus, sans demander l'avis de personne, la tête haute et les yeux fermés.

L’école de police. Ca en avait surpris plus d'un, c'est vrai peut-être même elle, elle savait que sa mère n'appréciait pas vraiment ce choix, mais le chagrin l'avait muré à l'époque dans un silence de plomb, elle n'avait pas eu la force de s'opposer à ce qu'elle prenait sans doute pour une lubie passagère, mais ce n'en était pas une, non cette fois Daya était sûre, elle l'avait sentie dès qu'elle avait mis un pied à l'académie. Son but initial, sa motivation personnelle était d’intégrer à terme la crime mais là encore rien ne s’était passé comme prévu…après trois ans d’étude et cinq ans comme simple officier de police, elle avait eu une opportunité bien différente de celle envisagée…son capitaine après une énième évaluation lui avait très fortement suggéré de passer le concours pour intégrer l’antigang, il était persuadé qu’elle avait une excellente capacité d’intégration et qu’elle serait un atout certain dans ce type de division, elle avait pris le temps de la réflexion, mais le Capitaine Harper était un homme très convainquant et surtout très têtu et il avait finalement eu raison d’elle, à force d’arguments et de mise en perspective, elle avait postulé et comme annoncé par son supérieur sa candidature fut bel et bien été retenue, ainsi, elle avait par la suite enchaîné les tests sans grandes difficultés.

Deux ans qu’elle était dans sa brigade, deux ans de travail acharné, deux ans qu’elle avait commencé à ressentir ces petits picotements d’excitation chaque matin au réveil, là qu’elle avait commencé à passer des nuits entières à dévorer des manuels, à décortiquer les historiques, les habitudes, les rites de passage, les moindres règles de ces gangs qu’elle combattait jour après jour, puis un jour, elle avait passé une étape cruciale, son plus grand challenge à ce jour...sa première infiltration.

Elle dura un an, il est vrai que c'était bien loin pour une bleue, mais pour ce qui lui avait été assigné, c'était nécessaire, elle avait ainsi approché un des membres des Latin Eagles, un gang qui ne semblait pas s’arrêter de proliférer au sein de la ville. Son but ? Gagné, la confiance d’Emilio un type en pleine ascension et dieu sait qu'intégrer son quotidien n'avait pas été tâche facile, elle avait vécu avec lui, couché avec lui, était partie en vacance avec lui, avait côtoyer sa famille, ses frères des rues, son quotidien, sa vie, ne se résumait qu’a lui et autant dire que le retour à la réalité avait été beaucoup plus difficile qu’elle ne l’aurait cru, vivre tant de semaines, tant de jour dans la peau d’une autre avait de quoi vous laissez quelques marques. Bien évidemment le programme était prévu pour parer à ce genre de choses et elle avait eu le droit à toutes les rédactions de rapports, les séances de psy et le nouveau coéquipier, histoire de repartir sur de nouvelles bases, mais c’était sans compter sur la vengeance, celle qui à la vie dure et qui vous attend au coin d’une rue sans que vous ne l’attendiez vraiment et celle-ci avait frappé bien trop fort.




Daya

Âge ■ Ca commence par 3  Comment as-tu connu C911 ? ■ Par Jaspiel comment ca, ca marche pas ici ? :perv: Présence ■ 5/7. Un commentaire ? ■ PIZZAAAAAAAAAAAAA
images by ikyrel, tumblr (c) fiche by .reed


Code:
Freida Pinto # [url=http://chicago911.forumactif.org/t61-daya-yasmeen-laghari#142]Daya Y. Laghari [/url]


Dernière édition par Daya Laghari le Mar 20 Sep - 23:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ava&gifs @me- Code signature @sian
Messages : 541
quartier : Downtown Chicago - Dans un joli appartement sans prétention
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Daya Yasmeen Laghari Mar 20 Sep - 23:05



Here comes the sun


L'histoire de votre personnage en minimum 30 lignes.
Lorsqu’elle ferme les yeux, il lui arrive parfois de revoir l’appartement dans lequel elle avait grandi, elle peut encore sentir l’odeur tenace des épices avec lesquelles sa mère cuisinait en chantonnant le générique de sa série préférée, elle entendait encore le brouhaha chantant et joyeux du marché qui prenait vie chaque matin non loin de la fenêtre de sa chambre, elle voyait encore toutes les couleurs de la fête d’Holi, le grand feu autour duquel elle dansait jusqu'à en avoir mal aux pieds avec ses camarades, une jolie fleur posée dans ses cheveux tressés et sa plus jolie robe blanche sur le dos. Un large sourire s’étendait toujours sur ses lèvres lorsqu’elle repensait à la douceur de son pays natal, pays qu’elle rêvait de retrouver un peu plus à chaque bougie supplémentaire sur son gâteau d’anniversaire. Un jour, elle trouverait le temps de planifier ce retour aux sources qui l’appelait au plus profond d’elle-même. Elle était arrivée aux Etats-Unis alors qu’elle n’avait que sept ans, son père qui travaillait dans l’aéronautique avait été envoyé à l’autre bout du Monde pour aider au développement à l’international de l’entreprise pour laquelle il travaillait, c’était donc le cœur déchiré et l’âme triste que la famille Laghari s’était exilée pour la grisaille du Midwest.

Chicago avait été témoin de l’adaptation de cette famille indienne à la culture américaine et si elle était en mesure de pouvoir s’exprimer, elle vous conterait sans doute les difficultés que cela avait représentées pour chacun des membres de ce foyer. Son frère aîné avait très vite su s’intégrer et s’adapter à cette vie qui pour un adolescent était nettement plus appâtant que pour une petite fille un peu perdue et timide, sa grande sœur, elle avait eu besoin d’un peu plus de temps, mais une fois qu’elle se fut déniché une meilleure amie et un petit copain, Bombay ne fut subitement plus qu’un lointain souvenir. Curieusement, la petite dernière fut la plus réticente à se fondre dans une masse qui ne lui plaisait que très peu, elle rêvait de leur ancienne vie et se refusait même à essayer, ce ne fut que lorsque la lassitude prit le dessus sur le reste qu’elle commença à s’ouvrir un peu aux autres et à trouver à son tour à construite ce qui serait désormais son univers. Chicago avait abrité ses plus grandes joies, ses plus grandes peines, ses premiers émois et ses premiers chagrins d’amour, cette ville vaste et froide s’était finalement révéler être un véritable cocon qu’elle chérissait encore aujourd’hui.

Ce joli tableau de vie était bien trop heureux pour pouvoir se retrouver sur les toiles noircies de Daya, elle qui ne trouvait souvent son inspiration que dans la tristesse et la mélancolie allait bien vite être servie. Elle avait 19 ans, venait d’intégrer l’école de médecine de la ville et faisait la fierté de ses parents et de son petit-ami, tout se déroulait selon les plans que tout le monde semblait avoir fixés pour elle, excepté la jeune femme elle-même peut-être. Puis il y avait eu l’accident qui avait coûté la vie de son père, un instant seulement, il n’avait fallu que quelques secondes à cette voiture pour modifier l’existence d’une famille entière. Elle ne reverrait plus le sourire chaleureux de son père, n’entendrait plus cette voix si familière qui l’avait bercé, rassuré et sermonner, il ne la verrait jamais obtenir ce diplôme qui représentait tant pour lui, juste un instant, juste une personne qui avait donné un tournant à sa vie sans même prendre la peine de s’arrêter sur son passage.

Quelques mois après son 22e anniversaire, la brunette déposa minutieusement ses affaires dans le fond d’une grande valise, des vêtements, son ordinateur et quelques souvenirs d’enfance, puis elle embrassa sa mère et pris le L direction downtown. Quitter le nid familial ne fut pas aussi facile qu’elle l’avait imaginé, elle ne partait pas si loin que ca certes, mais elle se sentait tout de même complétement déraciné bien qu’également particulièrement excité par l’idée de se retrouver seule avec elle-même et de commencer enfin à vivre sa propre vie, de construire un univers qui n’appartiendrait qu’a elle. Elle intégra la CPFTA en septembre et commença donc sa formation d’officier, bien vite Daya eu l’occasion de se rendre compte que son cursus ne laissait que bien peu de place pour se construire une vie sociale en dehors de l’enceinte de l’école, heureusement pour elle sa colocataire se transforma bien vite en une amie de premier plan qui la poussait souvent à sortie son nez de ses bouquins et sociabiliser.

C’est d’ailleurs grâce à cette même personne qu’elle rencontra par la suite celui avec qui elle restera quatre ans, celui qui l’avait soutenu durant ses longues heures de révisions, celui qui l’avait aussi forcé à décrocher de ses bouquins et à profiter un peu de sa liberté, il était aussi celui qui l’avait encouragé à écumer les galeries d’art pour vendre les toiles sur lesquelles elle mettait tant d’ardeur…Il avait été sa première vraie relation d’adulte, une relation née d’une rencontre aussi fortuite que possible.

Ce soir-là, Daya était enfermée dans sa chambre en train de travailler une toile, de la peinture bleue recouvrant ses doigts et tachant ses avant-bras, lorsqu’elle avait été perturbée par un bruit sourd et soudain, le pinceau qu’elle tenait s’échappa de l’emprise de ses doigts et rejoignit le sol sans bruit. Quelques secondes durant, elle resta immobile puis sans perdre de temps, la jeune femme s’était levé le cœur battant, une vague impression pesant sur son estomac, elle appela son amie mais seul l’écho de sa voix lui revint, elle passa de pièce en pièce sans apercevoir le moindre mouvement, le moindre son, puis, finalement, elle entre aperçus du coin de l’œil une forme sombre derrière le comptoir de la petite cuisine encastré derrière le canapé. Elle était là, étendue sur le sol, immobile. Prise de panique la jeune femme se précipita vers sa meilleure amie et tâche de la faire revenir à elle sans grand succès, les mains tremblantes et le pas chancelant, elle récupéra son téléphone et composa le 911.

Les pompiers étaient arrivés rapidement et entre-temps la raison de leur intervention était finalement revenu à elle, mais ils insistèrent tout de même pour la transporter à l’hôpital pour un contrôle et malgré ses protestations, l’Indienne ne lui laissa guère plus le choix que les pompiers. Ce ne fut qu’une fois le stress et la peur dissiper, qu’elle le remarqua, il était beau garçon et dégageait quelque chose, une impression qu’elle n’identifiait pas, tout ce dont elle se souvenait, c’était d’avoir eu envie de coucher sur le papier cette curieuse impression. Assis dans l’ambulance en silence, elle le dévisagea sans doute un peu, ce qu’il semblait faire également, allez savoir qui avait commencé ? C’était au final sans véritable importance, elle lui adressa un sourire qu’il lui renvoya, les circonstances, le décor autour étaient un peu étrange pour une première rencontre, mais aucun des deux ne semblait véritablement s’en formaliser…

Quatre ans de complicité et d’amour avaient suivi, quatre ans qui s’étaient un jour éteint sans vraiment crier garent, la vie avait continué et leurs envies avaient changé, l’image de ce futur qu’ils envisageaient ne semblait pas prendre la même direction et avait fini par briser ce qui avait un jour été, pire encore, tout ce qu’elle avait un jour aimé, l’insupportait au plus haut point et tout ce qui faisait sa propre personnalité semblait littéralement détourner son petit ami d’elle. L’amour les avait donc progressivement quittés, ne laissant entre eux que rancœurs et colère et c’est sur des mots bien loin des premiers, je t’aime que leurs chemins s’étaient séparés.

Des hommes, il y en avait eu d’autres ces trois dernières années, mais Josef avait cette place particulière et bien que sa colère se soit calmer, elle n’avait jamais cherché à le recroiser, le passé était bien mieux enterré au sein d’une de ses toiles, perdu dans un amas de couleurs et de formes qu’elle seule pouvait comprendre.

Bien qu’aujourd’hui le niveau de vie de la demoiselle se soit nettement amélioré, elle vit toujours dans le quartier qui l’a accueilli il y a 8 ans, son appartement n’est pas bien plus grand, mais elle ne le partage plus. Quant à ses peintures ? Les toiles ont cessé de s’amonceler, les pinceaux ont séché et les couleurs se sont affadies, le temps, elle ne l’a plus vraiment ou peut-être est-ce son inspiration qui a foutu le camp, elle ne saurait le dire. Peut-être finira-t-elle par la retrouver, peut-être que grâce à cela, elle saura, elle pourra se débarrasser de l’image de ces hommes qui l’ont agressée et qu’elle essaye tant bien que mal de refouler, d’oublier dans l’insouciance et les soirées sans doute un peu trop arrosées auxquelles elle s’adonne dernièrement.

_________________
'Til I save your heart and to take your soul

They can keep me out 'Til I tear the walls
'Til I save your heart and to take your soul
For what has been done cannot be undone
In the evil's heart, in the evil's soul


Dernière édition par Daya Laghari le Mar 20 Sep - 23:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : Avatar : Me ; Signature + gifs : Daya
Messages : 209
quartier : Downton - appartement dans un immeuble banal.
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Daya Yasmeen Laghari Mar 20 Sep - 23:12

:perv: :luv3: :sex2: :sex3: :perv: :perv:

_________________

   
ça m'a fait comme un bras d'honneur, l'insoumission qui dit " je n'ai ni Dieu ni Maître ni qui que ce soit ", comme un doigt levé bien haut à tous les Dieux, tous les suppôts, c'est l'solidaire des travailleurs puis c'est la liberté du cœur.

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : avengedinchains
Messages : 1309
quartier : The Loop, Downtown
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Daya Yasmeen Laghari Mar 20 Sep - 23:15

Bienvenue par ici ma belle ! Tu manquais au paysage :perv: Si tu as des petites questions, n'hésite pas. JOTEM :luv2: I love you

_________________
 
Wherever you go You know I'll be there
If you go far You know I'll be there
I'll go anywhere So I'll see you there

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ava&gifs @me- Code signature @sian
Messages : 541
quartier : Downtown Chicago - Dans un joli appartement sans prétention
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Daya Yasmeen Laghari Mar 20 Sep - 23:22

Merci les copains :fun5: :bro2: :luv3:
J'ai une question c'est où le buffet de bienvenue? y a de la pizza? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: Daya Yasmeen Laghari Mer 21 Sep - 1:45

Ma princesse I love you
J'suis trop contente de te voir ici :luv3:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : BereniceWCL (avatar & gifs) - Anaëlle (code signature)
Messages : 372
quartier : North Side / Maison de quartier
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Daya Yasmeen Laghari Mer 21 Sep - 8:01

Pas de pizza juste des hot-dogs et des hamburgers What a Face

Hellcome à la maison :luv1:

On a eu la même envie : reclasser nos loulous en flics ! (Dan est flic à la crim :red: )

_________________

V.E.R.D.A.D

Mas vale una verdad que duela, que una mentira que ilusione.
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar
Profil
crédits : BereniceWCL
Messages : 433
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


http://chicago911.forumactif.org


MessageSujet: Re: Daya Yasmeen Laghari Mer 21 Sep - 9:37


WELCOME TO CHICAGO !

Félicitations ! Te voilà validé(e) !


Quel changement ! J'adore cette nouvelle Daya :gosh: On va pouvoir se faire un lien de FIFOU avec tu sais qui :red: Bon jeu parmi nous ma belle I love you

Congrats ! Tout est allé comme sur des roulettes et te voilà validé(e) ! Tu vas pouvoir t'en payer une tranche !

Quelques petits liens pratiques maintenant que tu as passé la grande porte :
- La gestion du personnage : Les fiches de liens, de topics, les téléphones portables, les demandes de logements, etc, tout ça c'est par là-bas !
- La gestion globale : Si tu dois t'absenter ce sera par là ! C'est également là-bas que tu pourras dépenser tes points !
- Nos protagonistes : Tu vas pouvoir créer ton scénario dans ce coin-là et pour ce faire, faudra dépenser tes points justement !
- L'appel du devoir : Une petite section propre à Chicago 911 où tu pourras demander des situations RP ! N'hésite pas à aller jeter un œil (n'oublie pas de récupérer ton œil après quand même) !
- Flood et jeux : Tu pourras t'amuser là-bas ! Ne sois pas timide, va donc y faire un tour !
- Enfin, n'oublie pas d'être un membre choupinou et de voter régulièrement sur les top-sites ici et là ! Plus le forum sera connu, plus on aura de nouveaux membres alors GO GO GO !

Bien sûr, le staff est ta disposition si tu as besoin de quoi que ce soit !

Nous te souhaitons un excellent jeu sur Chicago 911 !

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ava&gifs @me- Code signature @sian
Messages : 541
quartier : Downtown Chicago - Dans un joli appartement sans prétention
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Daya Yasmeen Laghari Mer 21 Sep - 10:03

Savannaaaaaah moi aussi je suis trop contente de te voir là, j'était déçue de me dire que je ne pourrais plus rp avec toi ! I love you :luv3:

PAS DE....PAS DE....WHAAAAAAT??? but I need it :buuh:

Merci danyboy :lilheart: Oh j'avais pas vu sinon je l'aurai mis à la crim avec tuaaaaaa !

Merci pour la validation les doudous ! Let the hunger games begin cheers

_________________
'Til I save your heart and to take your soul

They can keep me out 'Til I tear the walls
'Til I save your heart and to take your soul
For what has been done cannot be undone
In the evil's heart, in the evil's soul
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : avengedinchains
Messages : 1309
quartier : The Loop, Downtown
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Daya Yasmeen Laghari Mer 21 Sep - 13:55

Bien sur qu'il y a de la pizza !! C'est quoi ces propositions de carnivore en prime ? Tu penses même pas à ton BRO végétarien tss

Daya elle va tout déchirey :wtf1:

_________________
 
Wherever you go You know I'll be there
If you go far You know I'll be there
I'll go anywhere So I'll see you there

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: Daya Yasmeen Laghari

Revenir en haut Aller en bas
 

Daya Yasmeen Laghari

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Yasmeen Al'Faris
» Les lieux lugubres renferment de lumineux trésors. [PV Kyrune et Yasmeen]
» Daya-Un ange avec des cornes ! (The End)
» Ake Yuji il ralentit. Yasmeen aussi, par solidarité.
» "Do the people whisper 'bout you on the train like me? Saying that you shouldn't waste your pretty face like me?" #DAYA
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: BIENVENUE À CHICAGO :: Service de douane :: VOUS POUVEZ CIRCULER-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.