Partagez | 
 

 there's a new sheriff in town

Aller en bas 
avatar



crédits : rawr
messages : 74
quartier : south side

MessageSujet: there's a new sheriff in town   Dim 5 Nov - 9:12

keep calm
Daya & Nora
there's a new sheriff in town


Différente station, même odeur. C’est la première chose qui frappe Nora alors qu’elle pénètre dans le bâtiment du 33e district pour faire connaissance avec sa nouvelle équipe et prendre ses fonctions d’inspectrice à la Brigade Antigang. Un mélange de sueur, de café, de renfermé… Rien de bien réjouissant en somme, mais elle a appris à s’y faire et à apprécier cette odeur au fur et à mesure des années. Pour être tout à fait honnête, elle n’est pas mécontente de constater que l’ambiance ici est la même que dans son ancien commissariat. Ce genre de détails va servir à faciliter sa transition et rendre son arrivée dans ce coin de la ville possiblement un peu moins pénible.
Si ça n’avait tenu qu’à elle, Nora n’aurait pas cherché à changer ses habitudes le moins du monde et serait restée dans sa zone de confort. Mais ses supérieures ne lui ont tout simplement pas laissé le choix une fois son concours d’inspectrice réussi. Elle aurait pu refuser sa promotion pour rester dans son secteur et ne pas accepter d’intégrer la BRI, mais comment dire non à une telle opportunité ? Puisqu’aucune place d’inspectrice n’était disponible dans sa brigade et qu’aucune unité de lutte contre les gangs n’y existe, il lui a fallut emballer ses affaires et tourner la page.
Nora sait qu’elle y arrivera. Elle sait parfaitement s’adapter et, même si son caractère est sans doute un rien trop fort pour certains (généralement les misogynes un chouia raciste), d’une manière générale, elle a toujours su se faire une place, partout où elle allait. Mais est-ce que le schéma va se répéter ? Elle doit repartir de zéro ici, apprendre à connaitre toute une équipe possiblement déjà soudée et faire ses preuves en tant qu’inspectrice nouvellement diplômée. La trentenaire ne s’attend pas à ce que ce soit un jeu d’enfant, elle n’a pas la bonne personnalité pour ça, mais elle ne compte rien lâcher. Elle va se donner les moyens de se plaire ici et de se faire respecter par ses pairs.
Nora baisse les yeux sur la boite de donuts qu’elle a achetée sur son chemin et un sourire amusé apparait sur son visage. Cliché. Mais un cliché qui n’en est pas vraiment un puisque tout le monde aime les donuts et qu’arriver les mains vides n’est pas envisageable pour elle. Elle a pris plusieurs variété de la fameuse pâtisserie et espère faire des heureux. Si elle connaissait les goûts de ses futurs collègues, elle aurait accompagné son achat de café mais s’est abstenue et s’est assurée d’avoir avalé le sien avant d’arriver sur les lieux.

« Je peux vous renseigner ? » lui demande un agent d’accueil qui l’observe depuis une poignée de secondes maintenant.
« J’espère bien. Je suis l’inspectrice Nora Winston. Je crois que je suis attendue » lui répond-t-elle sur un ton plus interrogatif que franchement assuré.

Elle s’approche du comptoir et observe l’agent faire courir ses doigts sur le clavier de son poste informatique. Après un instant, elle lui annonce qu’effectivement, elle attendu par la Capitaine du 33e district à qui elle vient d’envoyer un message pour la prévenir de son arrivée. Elle invite ensuite Nora à s’installer en salle d’attente puis retourne vaquer à ses occupations.
Le regard emprunt de nostalgie de l’inspectrice Winston se porte sur la pièce principale qu’elle aperçoit depuis son assise et où les patrouilleurs et autres agents s’activent pour boucler leurs affaires en cours.

« Inspecteur Winston ? »
Nora se relève immédiatement et change sa boite de main pour pouvoir serrer celle de la Capitaine qui lui fait face. Sans perdre un instant, Jordan Valeri l’entraine immédiatement au travers du bâtiment qu’elle lui fait sommairement visiter, la questionnant brièvement sur son état d’esprit. Nora reste évasive, consciente que la femme qui la dirige au travers du commissariat ne cherche qu’à se montrer poli et se fiche certainement comme d’une guigne de ses tracas personnels… La Capitaine lui reparle du poste qui lui a été attribué et lui demande si elle a des questions alors qu’elles pénètrent dans un ascenseur qui va les conduire à l’étage où se trouvent les bureaux de la Brigade Antigang.
Nora na pour l’instant aucune question et le silence ne tarde pas à tomber entre les deux femmes.
« Si des questions vous viennent, n’hésitez pas à voir ça avec votre équipe avant de venir me trouver. Mais ma porte sera toujours ouverte » précise-t-elle rapidement, avant de quitter la cabine d’ascenseur pour se diriger d’un pas pressé vers leur destination, obligeant Nora a trottiner pour la suivre.
C’est la seconde fois qu’elle rencontre Jordan Valeri. La première fois a été durant son entretien et la quinquagénaire lui donne toujours l’impression d’être une femme dure, intimidante mais méritant néanmoins son respect.
« Nous y sommes » annonce-t-elle en s’immobilisant au milieu d’une large pièce encombrées d’étagères pleines à craquer et où sont disposés quelques bureaux, croulant pour la plupart eux aussi sous des dossiers. Seul l’un d’eux est pratiquement vide et Nora en déduit qu’il doit s’agir du sien…
Effectivement : elles y sont.

« Inspecteur Winston, je vous présente notre glorieuse Brigade Antigang » ironise clairement la Capitaine Valeri en désignant les quelques inspecteurs qui se trouvent là et ont l’air d’avoir besoin de repos malgré le fait que leur garde vienne à peine de commencer.
OK, j’aurai peut-être dû prendre du café quand même…et un clown pour les dérider un peu…
Elle leur adresse un sourire poli et agite sa main libre dans leur direction, espérant faire bonne impression.
« Les gars, je vous présente Nora Winston du district 27. Faites-lui bon accueil. Je n’ai pas le temps de lui faire visiter les lieux, j’ai des ronds-de-jambes à aller faire auprès de notre Maire, donc je compte sur vous » abrège-t-elle avant de se retourner pour serrer rapidement la main de Nora et lui souhaiter une nouvelle fois la bienvenue. Là-dessus, elle fait mine de s’éloigner puis revient sur ses pas. « Au fait, vous faites équipes avec l’Inspecteur Laghari, ici présente. Bonne journée. »
Cette fois, elle s’éloigne pour de bon. Certains membres de l’équipe se sont déjà replongés dans leur boulot, occultant déjà tout à fait sa présence. Okay… Mais d’autres lui adressent des petits signes de la main, des sourires encourageants, et finalement, la femme que Jordan Valeri lui a désignée comme sa partenaire, vient à sa rencontre.

Made by Neon Demon


_________________
It went by like dusk to dawn
Pray. For the children. Still remember, the names, and faces...Cold. And abandoned. They cry, their fate put in your hands  
© Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : ava&gifs @me- Code signature @sian
messages : 514
quartier : Downtown Chicago - Dans un loft qu'elle loue depuis des années et partagée désormais avec son petit-ami
physique : Une cicatrice près du sein gauche vestige de la balle qui à bien failli lui coûter la vie lors du massacre de Noël et une autre sur le genou droit, dû à un petit accident lorsqu'elle était gamine

MessageSujet: Re: there's a new sheriff in town   Mer 15 Nov - 6:28




Daya and Nora



there's a new sheriff in town


Les choses semblaient finalement bien vouloir avancer, oh bien sûr, pas vraiment au sein de sa brigade, non là-bas on restait désespérément coincé derrière les procédures et le code qui restreignait tous les services de la même façon…et quel en était le résultat ? Pas un indice depuis des mois, rien et s'il n'y avait pas eu d'incident aussi tragique que ceux que la ville avait pu traverser depuis des mois, les citoyens n'en dormaient pas spécialement plus facilement, en tout cas ce n'était pas son cas. Les cauchemars qui hantaient ses nuits s'étaient un peu espacés et avec eux les cernes qui commençaient à bien trop marquer ses yeux, elle n'avait pas vraiment attendu de miracle et avait fini par se faire prescrire de quoi dormir, quelque chose de suffisamment efficace pour l'aider à se reposer et épargner à son petit ami les réveils en trombe et l'inquiétude qui avait commencé à s'emparer de lui, mais de tout de même assez léger pour qu'elle ne se sente pas complètement apathique…elle était déjà loin d'être elle-même la plupart du temps alors si l'on pouvait éviter d'en rajouter une couche ce ne serait sans doute pas plus mal. Alors oui, elle était un peu plus efficace maintenant qu'elle avait récupérée quelques heures supplémentaires de sommeil, un peu de tranquillité d'esprit et que finalement ses plans aussi bancales puissent-ils être, commençaient à payer. Cela lui faisait vraiment du bien, elle avait l'impression qu'elle était sur la bonne voie, qu'elle ne s'était pas trompée, elle avait maintenant et plus que jamais de quoi alimenter cette obsession probablement stupide, mais qui était désormais trop profondément ancré en elle pour qu'elle s'en rende seulement compte.

« Hey Laghari il paraît que c’est toi qui récupère la livraison d’aujourd’hui ! T’as des tuyaux sur la marchandise ou pas ? » Elle lève les yeux au ciel  face à cette démonstration de bon gout qui passe non seulement par le langage, mais aussi par les expressions dont il assène son visage et porte son café à sa bouche, le liquide qui parvient à ses lèvres, est cependant froid et lui tire une grimace écoeuré, il n'y avait rien qu'elle détestait plus que ca. Elle se lève et passe machinalement une main sur sa blouse pour la défroisser avant d'attraper le gobelet pour aller le jeter. « Il paraît ouai et oui j'en sais beaucoup plus que toi, mais c'est souvent le cas quand il s'agit de la gente féminine c'est pas nouveau ! » Des exclamations et des rires s'échappent autour d'eux et Lewis mime avoir reçu une flèche en plein coeur. Elle l'aime bien, c'est pas toujours le mec le plus fin du monde, mais dans un boulot comme le sien où elle passe ses journées entouré de 95% d'homme, elle avait vite appris à faire non seulement des concessions, mais aussi des efforts niveau jugement et appréciations. C'était un peu inévitable si l'on voulait pouvoir survivre.

Elle avait été contente de savoir que sa nouvelle partenaire serait une femme, bon évidemment apprendre que Howells serait si vite remplacé ne l'arrangeait pas, elle qui s'était imaginé pouvoir souffler un peu sur les petites cachotteries et tout le bordel, n'en avait au final pas profiter longtemps, mais bon à défaut et même s'il était souvent reporté que les duo féminins n'étaient pas les plus efficaces, elle avait bon espoir que le sien fasse exception…l'avenir ne tarderait pas à lui donner une réponse. L'indienne avait déjà plus ou moins réfléchie à comment elle allait jouer cette histoire, elle ne voulait pas trop copiner avec la nouvelle venue, juste assez disons pour que leur collaboration ne soit pas trop pénible et qu'elle soit efficace, mais pas suffisamment pour qu'on en vienne à aborder des choses trop personnelles, qu'on se pose des questions auxquelles elle n'avait pas envie de donner de réponses…c'était elle le savait déjà une balance qui serait difficile à trouver, néanmoins elle comptait bien s'y essayer.

Un pied dans la salle de pause, elle verse le restant de café dans l'évier et jette le gobelet au profit d'une tasse en céramique qu'elle tire d'un placard et dans laquelle elle verse un peu de liquide un peu plus frais et encore fumant. Elle entend le silence s'installer d'un coup d'un seul, puis la voix en distance de Valeri, elle reprend donc la direction de l'open-space qu'elle vient de quitter juste à temps pour entendre la fin de son petit discours. « ….Je n’ai pas le temps de lui faire visiter les lieux, j’ai des ronds-de-jambes à aller faire auprès de notre Maire, donc je compte sur vous » Daya détaille la nouvelle arrivante de la tête au pied, elle n'a pas l'air trop antipathique comme ca c'est déjà ca ! Bon par contre elle ne peut s'empêcher de dire que c'était un peu facile d'associer les minorités ethniques, mais bon l'union fait la force on va dire…Elle rejoint son bureau sous les mots de Valeri qui indique a Winston qu'elle fera équipe avec elle, visiblement elle n'a pas eu le droit à l'entretien préalable pour lui donner une longueur d'avance comme l'indienne y avait eu le droit il y a quelques jours. Elle pose sa tasse et s'avance vers la jeune femme qui est restée là où la capitaine l'avait laissée. « Hey bienvenue à la 33e ! Je suis Daya Laghari.  Elle lui tend la main pour la serrer et tourne rapidement les talons en lui adressant un signe de tête pour qu'elle la suive. Tu peux poser tes affaires ici. C'est pas le grand luxe, mais je t'apprends sûrement rien sur les budgets de services comme le notre. Elle désigne le bureau collé en face du sien et qui est désormais complètement vide. Ca te dérange pas si on se tutoie au faite ? Ici tout le monde se tutoie. » Elle lui adresse un petit sourire et hausse les épaules, puis récupère sa tasse pour en boire une gorgée.
(c) black pumpkin


_________________
We lived through scars
Tell me when the light goes out. That even in the dark we will find a way out. Tell me now 'cause I believe in something
I believe in us


Dernière édition par Daya Laghari le Sam 25 Nov - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : rawr
messages : 74
quartier : south side

MessageSujet: Re: there's a new sheriff in town   Ven 17 Nov - 11:53

keep calm
Daya & Nora
there's a new sheriff in town


Nora détaille la femme qui l’approche avec attention. Juger un livre à sa couverture n’est pas recommandé, mais son oeil aiguisé par quelques années d’expérience lui permet d’aller au-delà des préjugés et de, généralement, se faire une bonne idée de la personne qui se trouve face à elle.
En parlant de préjugés… Elle constate avec un rien d’amertume que son nouveau partenaire est en réalité UNE partenaire, à la peau aussi basanée que la sienne, bien questeurs origines soient clairement différentes. C’est probablement une coïncidence, elle occupe après tout un poste qui vient de se libérer, mais le hasard doit certainement en arranger plus d’un. Vont-elles devoir faire leur preuve ? Travailler deux fois plus dur que les autres duos d’inspecteurs ici présents pour obtenir le même respect ? Elle n’en sait encore rien et préfère ne pas penser à ce genre de choses d’emblée. Elle fera son travail, un point c’est tout.
Elle ignore quelle réputation possède sa nouvelle partenaire, quelle méthodes de travail elle emploie, ayant préféré ne pas se renseigner pour ne pas fausser son jugement. Elle aurait pu passer quelques coups de téléphone mais s’y est refusé et ne le regrette pas vraiment. De toute manière, les dés sont déjà jetés alors à quoi bon ?  
Elle accepte la main que lui temps Daya en se présentant à elle, son regard s’ancrant un instant dans le sien. Son interlocutrice est cernée. Les marques sous ses yeux ne datent pas d’hier, même si elle a les traits aujourd’hui reposés. Sa poignée de main est ferme et, tout somme Jordan Valeri avant elle, l’Inspectrice Laghari ne perd pas de temps en formalités et va directement à l’essentiel, lui proposant de la suivre.
« Enchantée. »
Nora apprécie cette attitude franche et directe. Elle ne perd pas de temps en parlotte inutiles, ne lui pose pas de questions sur sa vie privée d’emblée et, plus important encore : n’entame pas leur relation en lui faisant savoir qu’elle n’a jamais demandé un nouveau partenaire et que sa présence la dérange. Elle a déjà été confrontée à ce genre de comportement par le passé et, même si Daya n’en pense peut-être pas moins, elle ne lui fait pas sentir que sa présence dérange et que cette affectation contrarie ses plans.

« Tu peux poser tes affaires ici » enchaine l’indienne en la guidant dans l’open-space, lui désignant un bureau qu’elle avait déjà plus ou moins repéré en mettant les pieds ici. « C'est pas le grand luxe, mais je t'apprends sûrement rien sur les budgets de services comme le notre. »
« Effectivement » confirme Nora en jetant un oeil sur le bureau qui sera désormais le sien, ressentant une petite bouffée d’allégresse et d’inquiétude mêlées. Le mobilier qu’elle contemple et ne paie pas de mine est une preuve concrète de son avancée. Elle s’est donné les moyens de devenir quelqu’un d’important, de faire quelque chose de sa vie qui n’a pourtant pas démarré sous les meilleurs hospices et est en train d’y arriver… Elle a une petite pensée pour sa mère qui serait probablement fière d’elle et pour sa grand-mère qui l’a éduquée et ne l’a jamais laissé s’écarter du droit chemin. C’est en grande partie à elle qu’elle doit sa présence entre ces murs aujourd’hui et elle lui est reconnaissante.  
Elle s’arrache à la contemplation de son bureau pour refaire face à sa partenaire.
« Je n’ai aucun problème avec ça, non » lui sourit-elle, alors que son interlocutrice récupère sa tasse sur le bureau qu’elle venait de quitter pour la saluer et la porte à ses lèvres. « Le café est à la hauteur du budget qu’on nous alloue ou il est buvable ? » l’interroge-t-elle, histoire de continuer de détendre l’atmosphère, espérant ne pas paraitre lourde…
Mais Daya lui répond sur un ton plutôt encourageant et Nora poursuit sur sa lancée levant sa boite de pâtisseries qu’elle ouvre pour permettre à son interlocutrice de se servir si le coeur lui en dit.
« Pour accompagner ton café. Je ne savais pas quels étaient les goûts de l’équipe donc j’ai pris un peu de tout » explique-t-elle avant de jeter un coup d’oeil par-dessus son épaule pour compter le nombre d’officiers présents, se rassurant en constatant qu’elle a visé large et qu’il y aura au moins un donut par personne. « Vous avez une salle de repos où je pourrai déposer ça en libre service ? »

Daya la renseigne et, sa tasse à la main, l’invite à faire un rapide tour du propriétaire. Elles commencent donc par un passage à la salle de repos où elle lui donne le conseille d’étiqueter ses Tupperware pour éviter de se faire piquer son déjeuner et enchaine avec quelques petites règles de bienséances à respecter pour ne pas se mettre tout le monde à dos. Nora prend note mentalement et lui emboite le pas en direction de la pièce d’eau de l’étage. Elles se dirigent ensuite vers les deux salles d’interrogatoires, une réserve/placard à balais puis vers une petite pièce servant de salle d’archives transitoires, avant que les dossiers soient déplacés dans les sous-sols du commissariat. Elles terminent la visite par la salle où sont entreposées les armes et autres équipements de l’équipe. Refermant soigneusement le local dans son dos, Daya la reconduit vers leurs bureaux. Nora se débarrasse de son blouson qu’elle laisse retomber sur le dossier de sa chaise, avant d’utiliser l’un des tiroirs pour faire disparaitre son sac à main, après en avoir sorti son téléphone portable. Elle referme le dit tiroir à clé et s’installe sur sa chaise, faisant face à Daya quia fait de même.
« Il t’a fallut combien de temps pour te faire à l’idée de ne plus avoir d’uniforme à enfiler en arrivant ici ? » se permet-elle de lui demander, un sourire flottant sur ses lèvres non maquillées.  

Made by Neon Demon


_________________
It went by like dusk to dawn
Pray. For the children. Still remember, the names, and faces...Cold. And abandoned. They cry, their fate put in your hands  
© Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : ava&gifs @me- Code signature @sian
messages : 514
quartier : Downtown Chicago - Dans un loft qu'elle loue depuis des années et partagée désormais avec son petit-ami
physique : Une cicatrice près du sein gauche vestige de la balle qui à bien failli lui coûter la vie lors du massacre de Noël et une autre sur le genou droit, dû à un petit accident lorsqu'elle était gamine

MessageSujet: Re: there's a new sheriff in town   Sam 25 Nov - 22:31




Daya and Nora



there's a new sheriff in town


Aucun soucis, bien, parce qu'elle n'avait pas vraiment envie de se retrouver au coeur d'un duo qui ne saurait s'intégrer au reste de la brigade. Elle avait bien vite compris lorsqu'elle avait intégré leur rang il y a quelques années que l'astuce s'était de se fondre dans le moule, de ne pas trop sortir du lot, mais il ne fallait pas non plus se laisser marcher sur les pieds, en tous les cas s'était quelque chose qu'elle n'avait naturellement pas laissée arriver, après tout ca ce saurait si l'indienne était facile ou malléable…Elle avait peiné à s'intégrer elle ne pouvait pas dire le contraire, pour commencer les femmes étaient nettement moins nombreuses qu'aujourd'hui lorsqu'elle avait pour la première fois mis les pieds à l'anti-gang, elle se souvient parfaitement avoir été surprise parce que ce n'était pas si flagrant à la crim…et si aujourd'hui elles étaient toujours clairement en sous-nombre on y arrivait doucement. Il y avait aussi le fait qu'elle récupérait la place d'un type qui faisait partie des murs ici et qui avait finis par prendre sa retraite et ca ce n'était vraiment pas pour aider…Ce qui en soit nous sommes d'accord est complètement idiot et n'a pas le moindre sens. Enfin c'était ainsi, mais elle avait fait ses preuves, avais encaisser beaucoup de choses, avait de nombreuses fois levé la voix, mais elle avait finis par trouver sa place et se faire respecter et il était hors de question que cela change, elle ne laisserait pas ca arriver. Même pas en rêve.


« Le café est à la hauteur du budget qu’on nous alloue ou il est buvable ? »  Elle éloigne de ses lèvres la tasse et hausse les épaules en penchant légèrement sa tête sur le côté, avant d'affiche un mince sourire. « Disons qu'on s'y habitue et que ce n'est certainement pas le pire qui soit ! Et ! Elle lève un doigt pour imager l'importance de ce qu'elle s'apprête à dire. Il a au moins le mérite de maintenir éveillé pendant longtemps…elle écarquille un peu ses yeux. Parfois trop ! » Un léger début de rire s'échappe de ses lèvres avant qu'il ne se noit dans une gorgée supplémentaire. La nouvelle venue sort alors une boite de pâtisserie et l'ouvre devant-elle. Exactement le genre de truc à ne pas faire trop souvent, sinon bonjour l'état de son cul au bout d'un moment, déjà qu'elle se forçait à aller à la salle de sport au moins 5 jours sur sept, ce qui en soit étais un investissement de temps considérables, dieu merci ils bénéficiaient d'une salle et de tous les équipements possible au sein même de leurs locaux. Elle lui en propose et évidemment loin d'elle l'idée de refuser ou de se montrer impolie (ouai évidemment rien à voir avec tout ce sucre et ce gras, miam) elle pioche un donuts au sucre puisque c'est ceux qu'elle préfère et le pose sagement sur son bureau avant d'avoir eu le temps d'y gouter quand Nora lui demande où elle peux déposer ca pour que le monde entier puisse en profiter.Elle glisse un par un ses doigts entre ses lèvres pour les débarrasser de la pellicule de sucre qui les recouvre et émet un son laissant entendre à son interlocutrice qu'elle s'apprête à répondre. «La salle commune est par là, elle tend son bras sur la droite et ainsi, tasse à la main en prend la direction. Viens je vais te faire le tour du propriétaire comme ca ce sera fait ! » Et l'indienne lui fait découvrir ce qui sera désormais son environnement principal, l'endroit où elle passera ses journées, mais aussi parfois ses nuits ou ses week-end parce que ce n'était pas la crim, ce n'était pas un service qui fonctionnait tout à fait de la même façon que les autres, parce que les affaires qu'ils suivaient avaient souvent besoin d'un monitoring constant, parce que tout pouvait changer en un claquement de doigts et personne ne se poserait seulement la question de savoir si vous êtes en congés avant de vous demander de rappliquer dans la seconde. Bienvenue dans ce que tu devrais désormais appeler maison a-t-elle presque envie de lui souffler, mais elle ne le fait pas, trop tôt sans doute, elle n'a pas envie de l'effrayer ou qu'elle se sente taquiner ( dans le mauvais sens du terme).

Ca lui fait bizarre de la voir installer ses affaires là où celle de son ancien partenaire, reposait encore il y a plusieurs semaines. Elle a bien du mal à se faire à l'idée qu'il ne viendra pas se laisser tomber sur cette chaise comme un gros lourd en soufflant et en se plaignant et elle a bien du mal à se dire qu'elle devait à présent tout recommencer de zéro. Ca l'inquiétait. Pas outre-mesure, pas encore, parce qu'elle attendait certainement de voir avec quel type de personnalité elle allait devoir danser et composer, mais quelque part, elle savait déjà, une petite voix, celle qu'elle n'aimait guère entendre, celle qui n'amenait que des idées déplaisantes, lui susurrait déjà qu'elle devait maintenir une distance, observer plus encore que la femme qui lui faisait face pourrait le faire, parce qu'elle devait rester aussi ignorante et aveugle que son ancien partenaire avait pu l'être, c'était plus que vitale, surtout à ce stade. « Il t’a fallut combien de temps pour te faire à l’idée de ne plus avoir d’uniforme à enfiler en arrivant ici ? »

La voix de la nouvelle venue la tire de ses pensées et elle lui adresse un sourire amical. A dire vrai elle n'en portait déjà plus depuis un bail, mais en arrivant ici c'était un tout autre costume qu'elle avait enfilé et au final il lui avait tout de même plus plu qu'elle ne saurait sans doute le reconnaître à présent. « Oh en vérité je bossais à la crim avant de demander mon transfert ici donc j'avais déjà abandonnée l'uniforme depuis un bail et je ne m'en souviens pas vraiment en ce qui concerne mon arrivée là-bas, ca commence à faire longtemps…tu viens de quel service déjà ? Je suis désolé Valeri est comme tu as pu le voir une femme particulièrement occupée et plutôt indisponible (contrairement à ce qu'elle se tue à raconter) et je n'ai eu le droit qu'à un très vague briefing entre deux rendez-vous. Elle lui adresse une moue un peu contrite, juste pour la forme. T'es pas obligé de me faire le récit de ton existence tout entière t'inquiète pas ! C'est jamais la partie la plus marrante lorsqu'on débarque quelque part ! » Son portable s'allume devant elle et elle jette un coup d'œil rapide à l'appel entrant qui s'affiche. Elle laisse échapper un sourire et éteint l'écran, ce n'était pas vraiment le moment.
(c) black pumpkin


_________________
We lived through scars
Tell me when the light goes out. That even in the dark we will find a way out. Tell me now 'cause I believe in something
I believe in us
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : rawr
messages : 74
quartier : south side

MessageSujet: Re: there's a new sheriff in town   Dim 26 Nov - 12:57

keep calm
Daya & Nora
there's a new sheriff in town

Elle espérait que sa question, en apparence plutôt innocente déboucherait sur une réponse de ce genre. Nora ne veut pas paraitre trop formelle ou trop curieuse mais elle aimerait savoir avec qui elle va travailler pour les années à venir. Daya va plus ou moins devoir la former ou en tout cas lui montrer quelques ficelles du nouveau poste qu’elle vient de se voir attribuer et elle aimerait savoir si elle sera en mesure de le faire. Peut-être sa partenaire vient simplement d’être nommée à ce poste également. Peut-être qu’on les a mise ensemble dans le seul but de rassembler les minorités, parce que personne dans l’équipe ne souhaitait vraiment travailler avec une femme… Tout est envisageable et Nora préfère être fixée.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la réponse de l’inspectrice la rassure beaucoup. Et force l’admiration de la jeune femme qui ne cherche pas à dissimuler l’expression mi-surprise, mi-impressionnée qui apparait sur ses traits. Elle ignore quel âge à la femme qui lui fait face, mais elle lui parait plutôt jeune. Malgré ça, elle a eu le temps de faire ses classes, de se faire suffisamment remarquer pour intégrer la crim’ (il y a de cela de trop nombreuses années pour qu’elle se souvienne de ses impressions) puis s’est fait enrôler par la Brigade antigang.
A côté de ça, son parcours à elle semble plutôt minable… Mais se comparer à Daya ne sert à rien et Nora s’en rend très vite compte et chasse rapidement les pensées négatives qui pourraient venir la parasiter. Elle n’a pas à rougir de son parcours et ne regrette pas sa décision de s’attarder un moment à jouer les flics de proximité.
L’Inspectrice Laghari lui demande d’ailleurs d’où elle vient, lui signifiant que leur supérieure n’a pas vraiment pris le temps de lui donner plus de détail que ça sur elle. Nora lui adresse un sourire entendu, ayant effectivement noté que Jordan Valeri n’était pas du genre à s’embarrasser des détails et préférait aller à l’essentiel. L’essentiel dans le cas présent ayant sans doute été quelque chose comme : vous allez avoir un nouveau partenaire Laghari, bonne journée.
« Pas de souci » lui répond-t-elle, lorsque son interlocutrice lui fait savoir qu’elle n’a pas besoin de trop s’étendre sur le sujet. Si Nora n’apprécie pas les questions trop intimes, elle n’a aucun problème avec l’idée de transmettre ce genre d’informations là, tout à fait légitimes puisqu’elles vont devoir travailler de paire.

Elle reprend la parole alors que sa nouvelle partenaire attitrée jette un coup d’oeil sur l’écran de son téléphone portable qui vient de s’éclairer sur son bureau. Appel personnel ? Professionnel ? Vue le sourire qui s’affiche sur ses traits, Nora suppose qu’il s’agit d’un appel perso. Elle ne posera pas la question.
« J’était patrouilleur dans le 27e district. J’ai passé le concours d’Inspecteur à la rentrée et on m’a dirigée vers ce service. Je suppose que quelqu’un, là-haut à juger que je pourrais vous être utile… »
Une façon comme une autre de lui faire comprendre qu’elle n’a pas fait la demande d’intégrer cette Brigade mais qu’on l’y a placée. Ca ne la dérange en aucune façon et elle est plutôt flattée, mais elle n’a rien demandé. Ce n’est pas pour ça qu’elle ne se donnera pas à fond et prendra son travail à la légère. Daya s’en rendra compte par elle-même assez rapidement sans doute…
« Du coup - si tu n’y vois pas d’inconvénient - j’aimerai me mettre au boulot assez rapidement et savoir sur quoi vous travaillez en ce moment » enchaine la jeune femme en désignant quelques uns de ses collègues, pour la plupart installés devant leurs écrans ou le nez plongé dans leurs notes. « Si tu as des choses à faire, je peux m’imprégner des dossiers en les lisant dans mon coin. Ou tu préfères me faire un topo directement sur les affaires en cours ? »
Elle ignore encore de quelle manière elle préfère travailler, si Daya est plutôt solitaire ou si bosser en duo est vraiment quelque chose qui lui tient à coeur. Elle débarque un peu comme un cheveu sur la soupe et ne veut pas se montrer trop invasive dès son premier jour. Si sa partenaire avait déjà des plans, elle suivra le mouvement sans rechigner.
Le travail de bureau n’est pas vraiment ce qu’elle préfère, mais si elle doit passer sa journée, le nez dans des archives et autres dossiers pour se familiariser avec eux : alors elle le fera.

A un moment, elle espère que Daya prendra également le temps de la présenter un peu mieux au reste de l’équipe et lui expliquera quels sont les points forts/faibles et spécialités de ses nouveaux camarades de jeu. Elle pourrait lui demander de l’introduire tout de suite, mais préfère, encore une fois ne pas trop s’imposer. Peut-être que Laghari va interpréter ça comme un manque d’initiative mais tant pis, c’est un risque qu’elle est prête à courir.  

Made by Neon Demon


_________________
It went by like dusk to dawn
Pray. For the children. Still remember, the names, and faces...Cold. And abandoned. They cry, their fate put in your hands  
© Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : ava&gifs @me- Code signature @sian
messages : 514
quartier : Downtown Chicago - Dans un loft qu'elle loue depuis des années et partagée désormais avec son petit-ami
physique : Une cicatrice près du sein gauche vestige de la balle qui à bien failli lui coûter la vie lors du massacre de Noël et une autre sur le genou droit, dû à un petit accident lorsqu'elle était gamine

MessageSujet: Re: there's a new sheriff in town   Mar 5 Déc - 5:11




Daya and Nora



there's a new sheriff in town


Elle capte son air surpris et ne s'en formalise pas trop, elle sait que généralement il faut bien plus d'années au compteur que celles qu'elle affiche elle-même, pour avoir le temps de passer par deux brigades telles que celles-ci , surtout la crim' qui est et reste l'une des plus demandé, mais si elle n'est pas peu fière de l'investissement et du travail qu'elle avait fourni non seulement pour se faire remarquer, mais aussi pour pouvoir se frayer le chemin voulu, elle est parfaitement consciente que le facteur chance avait joué en sa faveur. D'abord, à la crim' qu'elle avait intégrée sur recommandation d'un officier qui avait lui déjà fait ses preuves depuis longtemps, puis l'antigang à force d'acharnement et sans doute aussi de par la volonté des hautes autorités de rajeunir un peu leurs équipes surtout celle dédiée à l'infiltration…alors oui elle avait été chanceuse, c'était incontestable, mais elle n'avait pour autant pas volé sa place loin de là. Tout ceci serait cependant le sujet d'une autre conversation, peut-être un peu moins formel que celle-ci se dit-elle, là maintenant elle n'avait pas vraiment le temps de lui étaler sa vie en long en large et en travers. Elle est distraite un instant par l'écran de son téléphone, mais l'oublie rapidement au profit du discours de sa nouvelle partenaire qui lui explique encore plus brièvement qu'elle avait pu le faire ce qui l'avait conduit ici. C'était une affectation intéressante il fallait le dire, en général ce n'est pas celle qui attire le plus les foules et daya se demandait si ce choix qui au final avait été fait un peu à la place de Nora lui convenait vraiment, parce qu'elle estimait que c'était une information primordiale, après tout elle devait être celle sur laquelle elle pouvait s'appuyer, celle sur qui elle devait pouvoir compter et son investissement dans ce duo était capitale.

Elle hoche la tête d’un air intéressé et ne détourne son regard que pour attraper sa tasse de café dont elle libère une gorgée déjà un peu trop tiède à son goût. Et à peine ses lèvres ont-elles retrouvés leur liberté que la jeune femme qui lui fait face vient déjà lui réclamer du travail. En voilà une qui ne perdait pas de temps…ca lui plait bien. Elle lui adresse un sourire plutôt franc… « Pressé de commencer à ce que je vois, ca tombe bien tu vas voir ce n’est pas le boulot qui manque et autant te dire que je ne suis franchement pas mécontente de pouvoir partager ca. Daya laisse retomber sa main sur une pile assez importante de dossier de cartons de différentes couleurs dans un claquement sonore.  Si tu as des choses à faire, je peux m’imprégner des dossiers en les lisant dans mon coin. Ou tu préfères me faire un topo directement sur les affaires en cours ? » L’indienne fronce le bout de son nez, pas tellement dans une volonté d’affichée quelque chose de déplaisant, mais plutôt en signe de réflexion accentuer d’un léger hummmm.  « Un topo me semble nécessaire, je pense que ca te prendrait bien trop de temps de te familiariser par toi-même avec tout ce petit monde….voyons voir…la jeune femme pose deux de ses doigts sur ses lèvres et regarde avec intérêt la pile de dossiers avant de finalement en sortir un de couleur orangeâtre. Ivan Skorobogatov aka le patient zéro notre première et presque unique source d’information sur les Serbes. Elle lui tend le dossier qui comporte une fiche indicative sur le type en question, les photos de son corps et le rapport d’autopsie. Elle se saisit ensuite d’un dossier cette fois jaune. Ce cher ivan avait un carnet qui nous a permis en tout cas en partie d’identifier de façon certaine l’appartenance raciale de ce nouveau gang à qui nous devons pas mal des tristes évènements de l’année qui vient de s’écouler…je suppose que tu sais déjà tout de ça ? Halloween…Noël (celui-là lui tire l’estomac) et il y a deux jours de nouveau….Elle lui file le dossiers contenant les rapports des policiers présents sur place. on a d’ailleurs procédé à l’arrestation d’un type, son interrogatoire tarde un peu, un problème d’autorisation, la bataille habituelle entre les services… Elle lui passe son avis sur les priorités données ou sur le fait qu’il semblait toujours y avoir quelque chose pour les empêcher d’avancer, elle n’a pas envie de se jeter dans cette direction tout de suite…ni jamais d’ailleurs, autant ne pas attirer l’attention sur ses divergences d’opinion avec ses supérieurs.Je pense que ce serait une bonne première approche que tu planches sur ces dossiers-là pour commencer et n’hésite surtout pas à poser des questions, on a tellement retourné les informations en notre possession dans tous les sens que je risque d’oublier des éléments qui me paraîtraient évident… familiarise toi surtout avec celui-là, elle émet un geste de la tête en direction du dernier dossier cette fois de couleur bleue qu’elle lui avait donner. On sait jamais si l’interrogatoire nous revient ! » un peu comme une récompense et dieu sait qu’elle voulait l’obtenir.
(c) black pumpkin


_________________
We lived through scars
Tell me when the light goes out. That even in the dark we will find a way out. Tell me now 'cause I believe in something
I believe in us
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : rawr
messages : 74
quartier : south side

MessageSujet: Re: there's a new sheriff in town   Mer 20 Déc - 7:09

keep calm
Daya & Nora
there's a new sheriff in town

Nora scrute le visage de son interlocutrice. Une habitude qu’elle a prise très rapidement en se basant que les quelques cours qu’elle a pu avoir à propose des micro-expressions au cours de sa formation. Déformation professionnelle… Elle voit sa nouvelle collègue méditer sérieusement que la question, sa main encore posée sur la pile de dossiers qu’elle doit traiter. Car si Nora ne sait pas de quelle manière Daya préfère travailler, c’est aussi son cas et elle ignore qui ont lui a mis dans les pattes… Une bosseuse ? Une cowboy un peu trop téméraire qui risque de vouloir impressionner tout le monde et risque de compromettre ses enquêtes ? Une Miss-Je-Sais-Tout qui après lecture de quelques pages va venir lui faire remarquer ses erreurs grammatical ou bien d’un tout autre genre ? « Au fait Laghari, je pense que tu fais fausse route… C’est bien beau d’avoir un super CV mais il faut suivre derrière ! » . Voilà peut-être le genre de remarque qu’elle s’imagine peut-être déjà s’entendre dire…
Nora patiente donc, pour essayer de savoir à quoi va ressembler les quelques heures à venir. Les passera-t-elle en tête à tête avec une montagne de paperasse à examiner scrupuleusement ou échangera-t-elle avec sa nouvelle partenaire ? Nouvelle partenaire qu’elle s’imagine en train e revoir les éléments de ses dossiers pour tenter de savoir quelle approche adopter.
Finalement, elle lui fait savoir qu’elle préfère lui faire un topo. Day estime la charge de lecture trop importante. Ce qui est certainement très juste vu l’épaisseur des dossiers qui s’accumulent sur le bureau de l’Inspectrice.
Nora acquiesce et récupère le dossier orangé que lui tend Daya après un nouveau temps d’hésitation. Patient Zéro. Le terme n’est pas anodin et la jeune femme décide d’examiner consciencieusement les informations qu’elle trouve dans le dossier.
Si j’arrive déjà à prononcer puis à me souvenir du nom de celui-ci, ce sera un miracle…, se fait-elle la remarque en relisant le nom de l’homme sur le rapport d’autopsie qu’elle tient entre ses mains. Elle fait rapidement défiler les photos qui suivent, sachant qu’elle n’aura pas le temps de tout examiner plus longuement. Et de fait, Daya a déjà tendu un second dossier dans sa direction et attire son attention en faisant référence à ce qui est arrivé à Halloween. Pas cet Halloween visiblement mais celui de l’an passé, qui a effectivement été suivi par une fusillade particulièrement sanglante et sordide.

Elle n’a pas le temps d’expliquer à sa nouvelle partenaire qu’elle sait parfaitement de quoi elle parle. Ce soir-là, elle était de service et, même si le secteur touché n’était pas le sien, Nora se trouvait a proximité avec son partenaire au moment de l’appel du dispatcher et s’était rendu rapidement sur les lieux du drame. En fait, elle a été l’une des premières à répondre et à atteindre la zone. Une véritable zone de guerre. Du jamais vu pour elle qui, pourtant, avait eu l’occasion de voir plus d’une scène de crime au cours de sa carrière. Mais cette fois-là, ça avait été différent parce que toutes les générations étaient touchées, sans discrimination ; parce qu’un symbole venait d’atteint… Des familles, des enfants, des innocents simplement au mauvais endroit au mauvais moment, en train de célébrer l’une des plus belles fêtes de l’année à son sens.
Nora note une légère contraction dans le visage de son interlocutrice alors qu’elle évoque cet épisode, certainement pénible pour elle aussi. D’autant plus si elle a été chargée de l’enquête qui, comme chacun le sait : n’a pas vraiment donné grand chose et a provoqué une très sombre période pour la ville de Chicago.
Nora se souvient aussi des manifestations qui se sont tenues par la suite et de leurs débordements, bien trop nombreux….

Mais Daya la recadre rapidement en évoquant de plus récents évènements. Cette fois, Nora n’a pas de pénible souvenir à rattacher à tout ça. Ce 31 octobre, au soir, elle était tranquillement installée dans son appartement en train de siroter un bon vin avec Robin en profitant de ses derniers jours de congé avant sa transition à la Brigade Anti-Gang.    
Elle réceptionne le dossier jaune que lui confie sa nouvelle collègue et, comme précédemment, fait défiler en vitesse les pages. Elle prendra le temps de lire tout ça par la suite mais se contente des explications de Laghari pour le moment.
« …Je pense que ce serait une bonne première approche que tu planches sur ces dossiers-là pour commencer et n’hésite surtout pas à poser des questions… » poursuit l’indienne alors que Nora approuve d’un simple hochement de tête, croisant furtivement son regard avant de le replonger dans le dossier qu’elle tient et dans lequel elle a réellement envie de se plonger davantage. Son estomac se contracte un peu alors qu’elle réalise que, ça y est : elle joue dans la cour des grands à présent. C’est à elle se mener l’enquête, d’apporter suffisamment éléments à un dossier pour le présenter devant un juge et de ficeler tout cela de manière à rendre justice aux victimes, à protéger la population… Sa responsabilité va être plus engagée que jamais et, si ça lui fait un peu peur, elle doit bien avouer qu’elle est également grisée par cette perspective.  
« ...familiarise toi surtout avec celui-là. On sait jamais si l’interrogatoire nous revient ! » conclut Daya en faisant référence au dossier bleu clair qu’elle lui.a confié un instant plus tôt.
« D’accord » se manifeste enfin la jeune femme, ravie par l’idée de possiblement pouvoir mener un interrogatoire en bonne et due forme dans peu de temps… Il y a quelques semaines encore, son boulot consistait plutôt à surveiller les détenus provisoires en attendant que ses collègues inspecteurs les questionnent. Ca va la changer.

Elle dépose les trois dossiers sur sa table, les uns à côté des autres, déjà pressée de se mettre à l’oeuvre. Mais avant de le faire et de s’installer sur son fauteuil, elle prend quelques instants pour se retourner vers Daya.
« Ca vaut ce que ça vaut mais je voulais que tu saches que je réalise la chance que j’ai de pouvoir travailler au sein de cette brigade. Elle a été pas mal décriée ces derniers temps mais c’est simplement parce que la population a la mémoire courte… et que la plaie est encore à vif » fait-elle remarquer avec le plus grand sérieux, faisant référence aux exploits passés de l’Anti-Gang. « Mais j’ai bon espoir que la tendance s’inverse. Je vais tout faire pour y contribuer en tout cas, tu peux compter sur moi. »
Son petit discours terminé, elle se sent un peu stupide, naïve, mais en même temps, elle assume. Elle est pleine de bonnes volontés et croit réellement qu’ils arriveront à quelque chose. Pas forcément grâce à elle, non, Nora ne se fait pas d’illusions, mais elle fera son maximum et a toujours été convaincue que les efforts finissent par payer. Et puis la roue tourne, n’est-ce pas ? La chance va finir par s’arrêter de tourner en faveur des dealers à un moment où un autre et ils commettront une erreur. Et à ce moment, Nora veut croire qu’elle et Daya seront là pour les prendre la main dans le sac…   

Made by Neon Demon


_________________
It went by like dusk to dawn
Pray. For the children. Still remember, the names, and faces...Cold. And abandoned. They cry, their fate put in your hands  
© Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: there's a new sheriff in town   

Revenir en haut Aller en bas
 
there's a new sheriff in town
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Libre]Nobunaga est mort! [Big Town, Rang B, Chasseurs de Prime, Assassinat]
» [Fiche d'île] Logue Town
» Un Voleur Sachant Voler. [Orange Town, Rang D, Solo, Interception de voyous]
» [Annulée] Contre le maître du rock [Logue Town, Rang C, Pour tous, Baston]
» [Quête NS] Punir les soldats ! [Shell Town, Rang C, Pirates & Révolutionnaires, Baston]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: Downtown The Loop :: CHICAGO POLICE DEPARTMENT-
Sauter vers: