Partagez | 
 

 I get used to it...

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: I get used to it...   Dim 3 Déc - 18:47


I get used to it...
••••

Sa mine renfrognée se transforme peu à peu en un sourire. Le genre de sourire au sous entendu équivoque. Au moment où son bassin rencontre le sien la jeune femme sait qu'il n'est plus fâché. Qu'il n'a aucune intention d'attendre pour reprendre les choses là où elles se sont arrêtées et que puisqu'elle en redemande, il ne va pas se priver de la contenter et de se contenter lui-même dans le même temps. C'est qu'elle y croit encore, à ce plaisir mutuel. Que Kurtis ne sera pas le seul à satisfaire quelque besoin primaire ce soir. Ce besoin qu'elle ne ressent jamais, et que donc, elle ne parvient pas à combler. Certaine que si elle se concentre une nouvelle fois assez fort sur ce qu'elle a ressenti plus tôt dans la soirée, elle aussi aura droit à ce feu d'artifice qu'ils promettent tous, à cette apothéose de sensations. À ce maelstrom de....elle ne sait pas quoi. Après tout elle n'est pas différente des autres d'un point de vue biologique. Il doit forcément exister une solution à son problème. Un mécanisme à décoincer, un levier mental à abaisser. Quelque chose pour lui faire lâcher prise et goûter enfin à la délivrance de cet instant mille fois représentés et dont tout le monde s’enorgueillit.
Alors elle motive son compagnon un peu refroidi par l'intervention canine. Refroidi mais pas réfractaire à une reprise de partie. Il ne lui faut d'ailleurs que très peu de temps pour retrouver toutes ses capacités physiques et inciter Charlie à prendre les commandes. Ce qu'elle fait.
D'abord doucement. Parce qu'il lui faut se focaliser à nouveau sur les papillons dans son ventre, sur ce qui les a déclenchés plus tôt dans la soirée, sur cet élément précis. Alors elle se déhanche lentement, tentant de mêler la sensation de son amant à l'intérieur d'elle avec celle, agréable, ressentie avant. Associer les idées pour mieux les confondre, forcer son cerveau à mettre l'image du Kos sur un possible plaisir sexuel.

Rouvrant les yeux au moment où le jeune homme l'attrape plus fermement pour accélérer le rythme ils se posent instinctivement sur une photo de Kurtis et Meghan posée sur un meuble plus loin, pile poil dans son champ de vision. D'abord centrés sur son amant, ses yeux dérivent sur la jeune femme à ses côtés, vêtue d'un short en jean moulant et d'un débardeur banc. Elle sent les mains de son compagnon caresser son dos et son regard descend sur les mains de sa sœur, celles immortalisées sur du papier glacé. Et là....juste à cet instant précis, elle la sent, cette douce chaleur qui irradie son bas ventre. Fronçant les sourcils, curieuse, surprise, elle se raccroche à cette sensation, plantant inconsciemment ses ongles dans la chair du coursier dont elle agrippe les épaules. « Plus fort » Un murmure à son oreille alors qu'elle repose ses yeux sur la photo au moment où il capture ses lèvres. Y répondant avec une ferveur inhabituelle pour elle, Charlie profite que ce dernier ait les yeux fermés pour loucher sur cette poitrine immobile, sur les hanches fines de sa sœur, sur ses longues jambes sveltes....un soupir s'échappe de ses lèvres, non feint. Plus appuyé que d'habitude, plus rauque. Et alors qu'elle commence à ressentir effectivement quelque chose, qu'elle perçoit le changement, que quelque chose diffère des autres fois et que peut-être, pour la première fois elle va découvrir ce qu'est supposé être le sexe, celui dont tout le monde parle, Kurt les fait basculer sur le côté et tout s'évanouit.


La photo sort de son champ de vision et le vide l'envahit à nouveau. La chaleur n'est plus, les papillons se sont envolés et ne reste que le mouvement répétitif de son vit à l'intérieur de ses cuisses. Elle ferme les yeux, non pas pour se concentrer et tenter de retrouver ce début de plaisir ressenti mais pour oublier. Il enfouit son visage dans son cou, l'enlace pour la rapprocher de lui et elle fait de même, s'adonnant à ce qu'elle sait faire de mieux. Prétendre. Aimer ça, y prendre du plaisir, la respiration saccadée, les gémissements plus rapprochés, les coups de bassin pour venir à sa rencontre. Tout est faux. Elle ne ressent rien. Rien de plus que la mécanique des corps. Elle rouvre les yeux et elle se sent comme une vulgaire poupée de chiffon. Il va. Il vient. Un. Deux. Un. Deux. Elle gémit à son oreille. Un. Elle appuie sur le bas de son dos pour l'inciter à aller plus loin. Deux. « Où tu veux, quand tu veux » *Tais-toi. Par pitié* Elle ne lui en veut même pas. Un. Deux. Il jouit. Il la marque et l'orgasme qu'elle simule à la perfection pour lui faire croire qu'ils sont venus ensembles est accompagné d'une larme qui roule le long de sa joue. Apparemment, 'où tu veux quand tu veux' c'était maintenant et au fond d'elle.

Elle efface la larme et le garde dans ses bras tandis qu'ils reprennent leur respiration, lui vraiment et elle se calquant sur son amant. Caressant doucement son dos sur lequel Charlie dessine de longues arabesques invisibles elle fixe le plafond, vide. Au moins il a été rapide. C'est ce qu'il y a de bien avec lui. Elle n'a pas eu à prétendre trop longtemps. Et parce qu'elle n'a pas la force de répondre à sa possible interrogation sur le plaisir qu'elle a pris avec lui ce soir, elle prend les devants et l'embrasse passionnément quand il lui fait de nouveau face. « Si j'avais su que ce serait si bon après interruption je l'aurais joué en deux temps bien avant » Sourire mutin alors qu'elle capture la lèvre inférieure du jeune homme entre ses dents pour lui mordiller gentiment. Elle le laisse savourer cet instant encore quelques minutes avant de s'excuser pour aller faire un brin de toilettes. *Et retirer ta semence de mon entrejambe !*

Quand elle revient, seule, elle ne porte toujours aucun vêtement et il lui faut quelques instants pour retrouver sa petite culotte. « J'te pique ça » Et elle enfile le t-shirt de son amant, se contentant de ces seuls habits pour le moment. Maintenant, ce dont elle a besoin, c'est de chocolat. Alors la brunette fouille dans le sac pour y dénicher un brownies qu'elle porte à ses lèvres. Soupir de pur délice quand elle revient finalement s'asseoir aux côtés du Kos, tendant le gâteau vers lui au cas où il en veuille un morceau. « Si tu veux faire sortir Gram et Ringo je peux laisser le mien un peu plus longtemps dans la salle de bains. Il est parti pour faire sa nuit de toute façon. »

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1088
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: I get used to it...   Ven 8 Déc - 18:55





Oh the shame, this crying game
Oh my love, I've been denied it
Oh my love is unrequited
# charlie
# kurtis
Il espère que Charlie a pris autant de plaisir que lui et se sent aussi bien que lui à l’heure actuelle. Il hume le parfum de ses cheveux bruns, celui de sa peau nue contre laquelle il a appuyé son front. Il savoure le contact de son corps encore collé au sien, chaud, recouvert d’une fine couche de sueur qui la rend un peu salée. Il se sent plus léger, son esprit ne vadrouille plus. Il ne pense plus à rien. Kurtis vit l’instant présent et, contrairement à ce que beaucoup s’imagine, ça lui fait du bien de ne pas être en train de cogiter. Il n’est pas la coquille vide que se figure ses détracteurs, au contraire. Le souci, c’est qu’il ne sait pas prendre de décision. Voilà pourquoi il a toujours l’air mou, jamais l’air de comprendre ce qu’on attend de lui. Il veut tout faire au mieux, satisfaire tout le monde, et ça l’inquiète. C’est comme  le dise les scientifique et psy : face à un choix ou un danger il y a trois réactions possible : la fuite, le combat ou l’effroi. Bon bah lui il prend plutôt l’option trois et reste figé comme un couillon et foire tout.
Mais pas ce soir. Ce soir il ne se prend pas la tête avec quoi que ce soit. Il est tranquille, apaisée, à l’aise. Voilà pourquoi il apprécie autant d’être avec Charlie. Avec elle, il peut prendre son temps, être lui-même et elle est toujours partante pour coucher avec lui. Le pied total.
Son souffle retrouvé, il renifle, se redresse pour contempler son visage, espérant le trouver aussi serein que le sien. Il s’apprête à lui demander comment elle a trouvé sa performance, si elle se sent aussi libérée que lui, mais Charlie prend les devants. Elle confirme qu’elle aussi s’est éclatée et lui adresse un sourire mutin qui lui donne une envie furieuse de l’embrasser et, pourquoi pas, de remettre ça dans un instant… Et comme si elle lisait dans ses pensées, elle l’embrasse et mordille doucement sa lèvre.
Peut-être que c’est un genre de message ? Peut-être qu’elle veut qu’il se montre un peu plus violent pour le round deux ? Peut-être qu’elle veut qu’ils passent à un autre niveau et qu’il a été un peu trop romantique ou une connerie comme ça. Ça y est…il recommence déjà à se poser des questions.
Kurtis entreprend donc de l’attirer contre lui et de l’embrasser un peu plus fougueusement, agrippe ses fesses avec plus de force et…

…et Charlie s’écarte subitement pour lui demander de l’excuser pendant qu’elle va faire un brin de toilette. Il sait ce que ça veut dire le brin de toilette.. Ça veut dire que c’est terminé pour se soir. Elle ne va pas se laver quarante fois après tout. Si elle le fait maintenant, ça veut dire qu’il n’aura plus accès à son entrejambe. Donc ça n’était peut-être pas si bien qu’elle le lui a dit. Sinon pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?
« OK » se contente-t-il de lui répondre alors qu’elle s’éloigne déjà, d’une démarche chaloupée et aguicheuse. Une démarche qui le torture. Il n’a qu’une seule envie : la rejoindre sous cette foutue douche qu’elle va sans doute prendre ! Mais il y a Shadow dans la dite salle de bain et si elle avait voulu qu’il la rejoigne elle le lui aurait fait savoir, non ?  
« Putain d’merde » soupire Kurt qui, décidément, n’y comprend rien à ces foutus gonzesses ! Il passe une main dans ses cheveux, soupire encore et s’allume une clope. Il s’assoit sur le canapé, s’enfile quelques rasade de bière, mange un peu de pizza et relance sa partie d’Uncharted, jusque là en pause. Ça lui change un peu les idées, mais quand Charlie réapparait à ses côtés, il est encore un peu chagriné.
Pour confirmer ses soupçons, elle se met à la recherche de ses fringues et commence à renfiler sa petite culotte. Il la laisse faire, décidant pour sa part de rester en tenu d’Adam. Histoire de lui faire passer le message que lui, il était tout à fait disposer à remettre ça…
« J'te pique ça » se manifeste Charlie alors qu’il lui a à peine adressé un regard depuis son retour, gardant le sien rivé sur l’écran de son téléviseur dernier cri. Son petit plaisir. Ça a été sa plus grosse dépense depuis la batterie qu’il s’est acheté il y a deux ans et qui prend un peu la poussière dans une des pièces de la maison qu’il occupe.
Du coin de l’œil, il la voit fouiller dans le sac et sortir la part de gâteau au chocolat qu’il lui a commandé. Elle lui en propose silencieusement, le tendant vers lui, et il secoue la tête à la négative. Kurtis n’aime pas le sucré et n’a jamais su apprécier le chocolat.    
Elle mord à nouveau dans son gâteau (qui a l’air de lui plaire) puis lui propose de faire sortir ses chiens de sa chambre.
« Ouais. D’acc. »

Il met de nouveau son jeu en pause puis se redresse. Il se sent stupide, à poil devant elle. Alors il renfile son caleçon et son jean avant de se diriger vers sa piaule pour ouvrir à Ringo et Gram. Ce dernier est confortablement installé sur son lit et refuse de bouger, mais Ringo vient lui faire la fête et lui mordille les pieds.
« Arrête ça morveux » fait mine de le sermonner Kurtis, content de le retrouver, en l’attrapant par la peau du cul pour le prendre dans ses bras. L’animal ne perd pas une seconde pour repasser à l’attaque, prenant ses doigts pour cible cette fois, sa queue fouettant l’air et la peau du motard furieusement. Arrivé au salon, il le laisse négligemment tomber sur le canapé et le chiot va immédiatement s’en prendre à Charlie.
« C’toi qu’a proposé » lui lance-t-il, un discret sourire flottant sur ses traits. Il se laisse retomber sur le sofa, en faisant bien attention de ne pas écraser sa bête, puis reprends sa manette en mains et sa partie là où il l’avait laissée. Ringo ne sait plus trop où donner de la tête et vient les embêter tour à tour l’un et l’autre.
« Faut que j’l’amène chez un dresseur. Comme Sammy a fait pour Ram et Gram » commente-t-il distraitement, pendant qu’il fait s’approcher discrètement Chloé d’un garde à abattre.



Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: I get used to it...   Dim 10 Déc - 18:37


I get used to it...
••••

L'atmosphère a changé, la jeune femme peut le sentir. Même si ce n'est pas son point fort, elle le devine au soudain silence qui s'abat dans la pièce, qui ne la dérange pas vraiment. Charlie a passé quatre années plongée dans un profond mutisme sans la volonté aucune d'en sortir. Se sentant à l'abri dans cette bulle de non mots. Comme si, par la force des choses, ne prononcer aucun mot signifiait ne pas pouvoir se sentir blessée par eux. Et ça a marché. Pendant quelques temps. Ils glissaient sur elle sans l'atteindre. Et puis, être muette change la perception des autres sur votre personne. Étrangement ils deviennent plus bavards, sans doute pour compenser, et se confient davantage sur leurs problèmes, leur vie, les complications de celle-ci et la manière d'y faire face. Un apprentissage efficace et utile pour une fille comme elle. Observer, enregistrer, reproduire. Un jeu d'enfant. Sans compter qu'il est plus aisé de simuler quand on n'a pas à mettre de mots sur son ressenti. L'on devient plus facilement maître du mensonge quand la voix ne trahit pas et que l'on a juste à se concentrer sur son regard.
Alors non, le silence qui règne soudain dans le salon ne la dérange pas, au contraire. Il lui permet de faire une pause dans le jeu sans fin qu'est le rôle de Charlie.

Focalisée sur son brownie, elle ne fait pas attention à Kurtis quand il se redresse pour se rhabiller partiellement et aller chercher ses deux compagnons à quatre pattes. Elle a une petite pensée pour Shadow, enfermé dans la salle de bains, puni. Une légère pointe de culpabilité pointe le bout de son nez, bien vite remplacée par la colère et la frustration de ce que ce dernier a peut être interrompu. Fermant les yeux, elle souffle de dépit avant de terminer son gâteau, froissant le papier et s'essuyant les mains dans une serviette, louchant à nouveau sur la feuille de dessin qui servira de modèle à son second tatouage.
La serveuse ne sait pas réellement dans quoi elle s'embarque avec tout ça, où ça va la mener. Et même consciente qu'elle risque d'emprunter une voie plus que dangereuse, qu'elle risque de raviver des souvenirs douloureux que son cerveau a volontairement oubliés, la volonté de connaître la vérité est la plus forte. Quelque part, elle lui doit bien ça. À son père. Le seul homme qu'elle ait vraiment aimé de façon sincère, pure, et inconditionnelle. Ce dessin est la première étape, et elle connaît déjà la suivante. Retrouver la personne qui a son double sur la main droite. Retrouver celui qui lui a....
Kurtis revient, accompagné seulement de Ringo, excité comme une puce. La boule de poils ne tarde d'ailleurs pas à se manifester en venant lui mordiller les doigts, grognant pour se montrer impressionnant. La brunette le repousse d'une main, non pas par agressivité mais par jeu, le forçant à revenir et en lui attrapant la gueule pour le frustrer un peu avant de le laisser mâchouiller son pouce. Quand son maître s'assoit il repart à l'attaque, puis à nouveau vers elle et ainsi de suite. Un sourire naît sur ses lèvres au souvenir de Shadow qu'elle a eu tout bébé juste après son sevrage. Lui aussi était tout fou et à l'époque, elle n'avait aucune idée de comment se débrouiller avec un animal. Mais elle a appris. Lui a fixé des règles. L'a dressé. Et finalement, le résultat n'est pas si mauvais. Si on retire la jalousie de son compagnon, il est d'une obéissance rare et d'une fidélité à toute épreuve. Son garde du corps personnel.

« Faut que j’l’amène chez un dresseur. Comme Sammy a fait pour Ram et Gram » Elle redresse son regard sur son amant, fronçant les sourcils. Un dresseur ? Elle trouve l'idée stupide mais se garde bien de lui dire, ne voulant pas le froisser. Elle sait que les hommes sont sensibles sur le sujet de leur autorité naturelle ou de leur statut de leader ou de suiveur. Et puis Charlie ne veut pas salir son frère qu'il vient de citer. Le sujet la met mal à l'aise, pour la simple et bonne raison qu'elle ne sait jamais comment réagir quand les gens lui parlent de proches décédés. L'empathie, ce n'est vraiment pas son truc. Voir quelqu'un triste ne l'émeut pas, ou sauf exception comme Alma ou Ayleen. Elle ne se sent jamais concernée et ne parvient jamais à trouver le bon ton. Elle-même n'aime pas parler de son père. Elle répond aux questions que l'on peut lui poser mais préfère ne jamais trop s'appesantir sur le sujet au risque de se trahir. Et puis cette fille est morte il y a longtemps. Elle n'existe plus depuis cette nuit. Et la jeune femme n'aime pas se souvenir d'elle petite, ça lui rappelle ce qu'elle aurait pu être. Ce que sa vie aurait pu être. Tout ce qu'elle veut, c'est se rappeler pour mieux se venger. Faire justice. Le reste n'a aucune importance. Ringo revient jouer avec ses mains et elle sourit. « Ouuuh, ton papa veut t'apprendre qui est le patron » et joignant le geste à la parole, elle le retourne gentiment sur le dos, les quatre pattes en l'air, apposant doucement sa main sur son abdomen. « Tu vois, toi, t'es le dominé... » Et il a beau essayé de choper ses doigts, le chiot n'y arrive pas. « Et le grand monsieur musclé ici qui s'amuse avec la jolie brune virtuelle, c'est le mâle dominant des lieux » La boule de poil commence à faire son cinéma en couinant et elle le relâche. Le traître revient l'attaquer et elle rit, attrapant sa tête entre ses mains pour l'embrasser sur le bout du nez. « Mais c'est quand même toi le plus mignon ! » Et il finit par se laisser câliner sans chercher à lui mordre les doigts. Elle attrape donc son téléphone et vient se caler contre le jeune homme. Cherchant le nom de Thomas dans son répertoire, elle le sélectionne et commence à taper un message à son attention. 'Besoin de te voir. Rapidement.' Deuxième étape de son plan. Elle envoie et lance son téléphone sur la table basse, se replaçant aux côtés de son amant, le regardant jouer pendant quelques minutes sans qu'il ne daigne lui dire quoi que ce soit. Tournant son visage dans sa direction elle détaille un long moment ses traits, la forme de sa mâchoire, ses épaules, descend son regard sur son corps et ses muscles. D'un point de vue artistique il a de jolies courbes. Agréables à regarder. Parfaites à dessiner. Il faudra qu'elle y pense. Reportant son regard sur l'écran, elle se racle la gorge. « Tu veux toujours m'apprendre à commander hum....Chloé ? » Parce qu'il a l'air bien concentré sur elle maintenant.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1088
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: I get used to it...   Mer 20 Déc - 8:50





Oh the shame, this crying game
Oh my love, I've been denied it
Oh my love is unrequited
# charlie
# kurtis
Kurtis essaie de ne pas se laisser distraire par ce qui se passe à côté d elui, mais les propos de Charlie ne tombent pas dans l’oreille d’un sourd pour autant. Et se concentrer sur son combat devient vite compliqué… D’autant qu’il n’a jamais été très doué pour faire plusieurs choses à la fois. Sa soeur lui dit toujours que c’est parce qu’il est un garçon, mais lui pense que c’est simplement parce qu’il est lui et qu’il n’est pas dégourdi. Parce que Sammy et son père, eux, savaient faire un tas de trucs en même temps et s’en sortaient très bien. Bref.
Il sent bien que Charlie se moque de lui et ça le contrarie un peu. Il veut faire les choses au mieux (comme Samwell les auraient faites en tout cas, et c’est pour lui le meilleur exemple possible) et ça le vexe un peu qu’elle le taquine sur ce sujet là. Beaucoup en fait.
Son attaque discrète à échoué et il se retrouve à devoir canarder à gauche et à droite avec son personnage fictif pendant que sa petite amie câline son animal de compagnie et commence à jouer avec son portable. Kurtis tique, soupire et grogne. Ca l’ennuie qu’elle ne comprenne pas du premier coup ce qu’il voulait dire. Ca le démange de lui dire que c’est pas une question de dominance, que c’est juste qu’il a peur de se faire embêter et que Ringo soit la victime de clichés comme Gram et Ram l’ont été avant lui. Il a eue une très mauvaise expérience avec son voisin il y a peu et ne veut surtout pas la voir se reproduire avec son jeune chiot fou. Il a peur de mal faire les choses, de le rendre agressif sans le vouloir. De chier dans la colle comme il a l’impression e toujours le faire en fait… Kurtis ne veut pas que son jeune chien soit mal éduqué à cause de lui et doive en payer le prix à un moment où un autre.
Mais il ne dit rien. Parce que maintenant elle se tait et qu’il aurait l’air crétin à reprendre le sujet, non ? Et puis comme il est énervé, il risque de s’embrouiller dans ses explications et de passer pour un gros débile… Ou alors, elle va voir que le sujet lui tient à coeur et du coup : recommencer à le titiller avec ça et l’énerver. La dernière chose qu’il veut faire ce soir, c’est se prendre la tête avec Charlie. Alors il va laisser couler. Mais ça l’emmerde quand même profondément.
A la place donc, il tente de se concentrer sur son jeu vidéo et de reprendre le contrôle avant de se faire tuer et d’avoir EN PLUS à se retaper tout le combat.

« Tu veux toujours m'apprendre à commander hum....Chloé ? » finit par lui demander Charlie après s’être raclée la gorge pour attirer son attention.
Il a envie de lui répondre non. Il a envie de l’envoyer bouler parce qu’il est encore vexé et de terminer sa partie, tout seul dans son coin. De toute façon, il a déjà obtenu ce qu’il voulait, non ? Ils se sont envoyés en l’air, ça a été bien et voilà… Il a mangé de la pizza, bu de la bière, sa soirée est faite.
Sauf qu’une petite voix culpabilisante ne tarde pas à s’en mêler et le dissuade d’utiliser cette réponse. Parce qu’il n’est pas satisfait. Et parce qu’il ne veut pas se brouiller avec Charlie et la voir disparaitre de sa vie. Il faut qu’il la ménage. Il faut que Kurtis prenne sur lui et ravale sa fierté pour être certain d’avoir droit à d’autres soirées comme celle-ci. Enfin mieux que celle-ci, parce qu’à l’heure actuelle, il est un peu déçu.
« S’tu veux. J’termine ça puis j’te prendrai un chapitre en mode facile » lui répond-t-il donc après quelques secondes et une intense réflexion.
Il met son plan a exécution et, après avoir triomphé de la horde des hommes d’Asav, retourne dans le menu du jeu pour sélectionner un niveau assez simple pour Charlie. Il lui active la visée automatique et d’autres options pour lui faciliter la vie, et puis lui montre sur quelles touches appuyer pour faire telle ou telle action. Kurt lui passe ensuite la manette et s’empare de Ringo qui, fatigué, vient directement se lover contre lui pour reprendre sa sieste à peine entamée dans les bras de Charlie.
Il la guide pendant quelques minutes encore puis la laisse s’essayer à se frotter aux soldats, essayant de ne pas se montrer trop intrusif dans son jeu. Mais ce n’est pas évident. Il n’a pas l’habitude de ne pas avoir la manette en mains…

Après une bonne vingtaine de minutes, Charlie a repris un mode de jeu moins automatique, a fait le tour, pigé le truc et se débrouille comme un chef. Il faut dire qu’en soit, ce n’est pas bien compliqué non plus. Il sent qu’elle se lasse et étouffe lui-même quelques bâillements d’ennui et de fatigue mêlés. Ringo, lui, s’est tout à fait endormi. Le portable de la brune émet quelques bip et Kurtis s’y intéresse…
« Pourquoi Thomas t’envoie des messages ? » lui demande-t-il en portant la nouvelle bière qu’il s’est prise à ses lèvres.

Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: I get used to it...   Lun 25 Déc - 22:07


I get used to it...


Elle ne comprend pas. Pourquoi les gens font tout un cinéma des jeux vidéos. Cinq minutes déjà que la manette a atterri dans ses mains et son personnage virtuel est mort une bonne quinzaine de fois. Et Charlie ne comprend pas le principe de résurrection à l'infini. Elle meurt, puis revient à l'endroit exact où elle est tombée, comme ça, par on ne sait quel miracle. Et puis ça n'a aucun sens. C'est comme ces films d'actions où le héros tue une cinquantaine d'ennemis à lui tout seul sans une égratignure. Ici, c'est exactement la même chose. La brune qu'elle commande aligne les meurtres à tour de bras sans fournir trop d'efforts, comme si c'était la chose la plus naturelle au monde. Tout ça pour quoi ? Un artefact ? La défense brisée de Ganesh ?  Elle n'a pas vraiment compris cette partie de l'histoire, si tenter qu'il y en ai une. Et puis pourquoi ils ont tous la même gueule ?
Trop de questions pour trop peu de réponses. La jeune femme suit pourtant à la lettre les instructions de son amant mais le fait qu'elle doive baisser les yeux sur la manette pour situer le rond, la croix, R2 ou L1 n'aide en rien. Il lui faut de longues minutes pour intégrer tous les boutons et commencer à se débrouiller par ses propres moyens, mais même là elle n'en retire aucun plaisir. Se contentant d'essayer de se faire canarder, elle évolue un peu dans le jeu, accompagnée de la black jamais très loin d'elle. Elle aura au moins essayer....de faire comme les autres. Mais encore une fois c'est raté. Encore une chose qui réjouit la plupart des gens et qui la laisse de marbre.

Quelques bips familiers la font quitter l'écran des yeux. Une réponse de Thomas, qu'elle espère positive et surtout rapide. Elle s'apprête à vérifier quand Kurtis l'interrompt dans son élan. « Pourquoi Thomas t’envoie des messages ? » Se tournant vers lui, elle scrute son visage pour tenter d'y lire ses intentions, en vain. Il est fermé, ce qui n'annonce en général rien de bon. « Pourquoi il ne m'en enverrait pas ? » Des coups de feu et la jolie brune périt une nouvelle fois. Et Charlie abandonne. « Je suis nulle, je te laisse les rênes. » Elle repose la manette mais sent bien que son compagnon se tend. Et bien qu'elle ne soit pas très douée pour lire les sentiments humains, elle se doute que ça a un rapport avec le message de Thomas. On lui a dit pourtant, que les hommes étaient souvent jaloux entre eux et n'aimaient pas tourner autour de la même femme mais Kurt n'est pas vraiment son petit ami et il n'est pas amoureux d'elle. Est-ce qu'il peut quand même être jaloux ? Et quand bien même, est-ce qu'elle doit s'en moquer ou le rassurer ? Les deux solutions l'ennuient. La première parce que la finalité risque d'être une dispute et elle n'a aucune envie de gérer une crise ce soir. La seconde simplement parce qu'elle n'en a pas envie. Mais encore une fois, elle n'a aucune envie de subir une dispute. « J'ai besoin de ses talents informatiques. » Et elle vérifie le texto qu'il lui a envoyé, confirmant qu'elle peut venir au garage quand ça lui chante. Elle retient un sourire pour ne pas froisser l'ego de son amant et repose le téléphone plus loin. Et ce n'est là qu'un demi mensonge. C'est bien pour ses talents informatiques qu'elle ira le voir le plus rapidement possible. Mais pas pour une réparation non. Pour une recherche capitale. Une chose capitale qu'elle ne veut pas partager avec lui. Qu'elle ne peut pas partager avec lui.

Mais elle sent bien qu'il n'est plus aussi réceptif qu'au début de la soirée. Et elle ne sait absolument pas pourquoi. La serveuse a beau se refaire le fil de la soirée....elle ne voit pas où ça a foiré. Et ça la met mal à l'aise, de ne pas savoir, de ne pas pouvoir se calquer sur lui pour rebondir. « J'ai fait un truc qu'il fallait pas ? » Et elle lui lance un regard qui veut clairement dire ''Sois pas fâché s'il te plaît''. Elle se rapproche un peu, dépose un baiser au coin de ses lèvres. Est-ce que ça vient du message reçu ou est-ce qu'elle a fait une erreur avant ? Évidemment elle se garde bien de demander des précisions. « C'est juste un ami. Je le connais depuis que j'ai neuf ans. » Elle ne sait même pourquoi elle se justifie, ce qu'elle fait avec Thomas ne le regarde pas. Mais elle prend sur elle, encore. « J'ai pas pour habitude de jouer sur deux tableaux tu sais » *Les relations humaines sont déjà tellement complexes à deux, alors à trois.* La jeune femme se penche, laissant ses lèvres dériver le long de sa mâchoire jusqu'à son oreille. « C'est pas lui que je veux entre mes jambes.... » Murmure, sous entendu, proposition, elle lui laisse le choix de l'interprétation si ça peut arranger les choses et lui éviter de s'épancher plus en avant dans cette mascarade. *Ce n'est pas toi non plus que je veux*Mais elle est prête à remettre le couvert s'il faut en passer par là.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : inconnu (avatar) Myuu.BANG (code signature)
messages : 1088
quartier : une petite maison dans le West Side, achetée avec l'héritage de son père, décédé lorsqu'il avait 16 ans
physique : le corps de Kurtis est couvert à 70% de tatouages dont la plupart ont été réalisés par lui-même / il a une cicatrice au niveau de la cuisse droite (balle reçue), du torse (poignardé et opéré) et a le nez légèrement dévié (il l'a cassé plusieurs fois)

MessageSujet: Re: I get used to it...   Mar 26 Déc - 22:21





Oh the shame, this crying game
Oh my love, I've been denied it
Oh my love is unrequited
# charlie
# kurtis
« Pourquoi il ne m'en enverrait pas ? »
Ca lui hérisse le poil. C’est quoi cette réponse franchement ? Qu’est-ce qu’il est censé faire avec ça ? Kurt ne voit pas quoi rétorquer et, le temps qu’il pense à quelque chose de pertinent, Charlie reprend la parole pour lui annoncer qu’elle laisse tomber. Double vexation. Triple en fait, puisqu’elle envoie des messages à un autre membre des Kings of Speed, ne lui répond pas quand il aborde le sujet et lui fait comprendre que son jeu - qu’il apprécie beaucoup - l’ennui.
Il décide donc de se taire et se reprend quelques gorgées de sa bière en devinant comment va se terminer cette soirée. Chacun de son coté, lui seul et elle avec Thomas par texto peut-être ? A moins qu’elle aille directement le retrouver. Peut-être que c’est de ça qu’ils parlent dans son dos… Peut-Être qu’ils prévoient de se retrouver quand elle en aura terminé avec lui. Dans un instant, elle va lui faire savoir qu’elle s’ennuie et mettre les voiles avec son chien par rejoindre le hacker du club. Et pourquoi ne le ferait-elle pas ? Thomas plait aux femmes physiquement, il a plus de conversation que lui, il est bien plus intelligent…
Logique…
« J'ai besoin de ses talents informatiques » lui lance-t-elle en jetant un nouveau coup d’oeil à son portable.
Kurt serre les dent, accusant le coup. Elle n’ajoute rien. Ca veut dire qu’elle ne veut pas qu’il sache de quoi il s’agit, elle n’en dira pas plus. Il ne lui raconte pas sa vie dans le détails non plus et il a des secrets pour elle mais uniquement parce qu’il s’agit d’affaires du club… Au-delà de ça, il est comme un livre ouvert mais pas elle et ça commence à lui peser. A moins que ce soit son ego froissé qui parle ?
Il attrape la manette sur la table après avoir reposé sa bière mais, au lieu de relancer sa partie, il quitte le jeu et entreprend d’éteindre la console. C’est ce moment que Charlie se manifeste et lui demande si elle a fait un truc qu’il ne fallait pas. Là encore, Kurt ne voit pas trop comment lui répondre. Hors de question d’avouer que les échanges de sa petite amie et de Thomas le dérange ! Si elle n’est pas capable de s’en rendre compte toute seule, tant pis pour elle. Et puis il n’a pas envie de la voir minauder, de l’entendre le faire passer pour un gros idiot et finir par retourner la situation à son avantage.

Le baiser qu’elle dépose au coin de ses lèvres l’agace plus qu’autre chose. Il n’a pas envie de se faire avoir aussi facilement. Elle se justifie, lui explique qu’elle le connait depuis l’enfance et bla-bla-bla. Ca ne l’intéresse pas, il n’a pas envie d’entendre ça.
Elle continue de le titiller, de l’embrasser et Kurt reste impassible, son regard fixé sur l’écran de son téléviseur pendant qu’il met sa machine hors tension.
« C'est pas lui que je veux entre mes jambes.... » susurre la brune à son oreille.
Mais si elle espère lui faire oublier ses doutes et sa vexation en lui murmurant des mots doux, elle se trompe lourdement. Kurt se contente de la repousser doucement.
« S’tu l’dis. »
Il écarte ensuite délicatement Ringo qui s’éveille doucement, puis se penche sur la table pour attraper la télécommande de sa télé. Il l’éteint, repose tout son matériel sur la table basse et se relève, sa bière en main. Il en boit une gorgée, la termine, et puis ramasse quelques cartons de pizzas pour débarrasser un peu. Ranger n’est pas dans ses habitudes mais il a envie de bouger, de s’éloigner et de lui faire comprendre qu’il est contrarié. Vue ses propos et ses gestes Charlie s’en doute mais quand même…
Il jette ses cartons dans un sac poubelle qui traine puis revient au salon. Il prend son Rottweiler dans ses bras et reste planté près du canapé, croisant enfin son regard.  
« J’vais pieuter. T’veux faire un truc ou tu viens ? »  

Code made by Wanderlust

_________________


animal I have become



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: I get used to it...   Mer 27 Déc - 17:38


I get used to it...


« S’tu l’dis. » Il la repousse doucement et la jeune femme fronce les sourcils, ne comprenant rien à ce qui est en train de se passer. Elle se rend bien compte que l'ambiance a basculé en une petite vingtaine de minutes mais ne comprend pas réellement comment ils sont passés d'un moment de tendresse sur le canapé à...ça. Charlie a bien conscience que la plupart des mecs changent de comportement une fois qu'ils ont obtenu ce qu'il désire mais ça n'est encore jamais arrivé auparavant et elle ne sait pas vraiment comment réagir et se comporter. C'est d'abord une pointe de colère qui vient la titiller. Parce que Kurtis ne sait pas les efforts que ça lui demande d'être là, toute câline, toute aguicheuse. Tous les efforts que ça lui demande de ne pas le repousser quand il la touche ou de simuler de manière assez convaincante pour qu'il y croit et ne froisse pas son ego. L'envie de lui tout lui balancer, de laisser tomber le masque se fait sentir mais évidemment elle se retient. Se contient. Comme toujours. Parce qu'au fond elle a peur. Que si elle lui avoue qu'il ne lui fait pas le moindre effet, que le machin qui pend entre ses jambes ne lui procure aucun plaisir il se mette à crier. Et elle déteste ça. Quand un homme crie sur elle. Les cris engendre la violence et elle ne peut même pas supporter l'idée. Alors la serveuse se tait, se contente de le regarder éteindre sa console de jeux puis sa télévision.

Mais la frustration reste. Celle de ne pas comprendre, de ne pas savoir où elle a fauté afin de ne pas recommencer avec lui ou le prochain. Parce que ce cinéma est déjà assez compliqué comme ça sans se rajouter d'autres complications. Et quand il se relève pour faire un brin de ménage tardif elle se contente de le suivre du regard, toujours silencieuse. Ça l'énerve. Les gens. Lui. Qu'ils soient si complexes. Qu'ils ne disent pas tout haut ce qui les contrarient pour trouver une solution simple et passer à autre chose. Non il faut qu'ils agissent comme ça. Comme Kurt. Qui boude et fait sa tête d'enfant vexé. Sans savoir pourquoi. Du moins sans qu'elle ne sache pourquoi. « J’vais pieuter. T’veux faire un truc ou tu viens ? »  Elle soutient son regard quelques secondes, sur la défensive, ne sachant pas réellement quelle attitude adopter. Charlie ne peut pas faire semblant puisqu'elle ne comprend pas la situation. Comment simuler le sentiment qu'elle est censée ressentir dans ces conditions. Alors c'est d'une manière parfaitement neutre, sans sourire, sans colère, sans gêne qu'elle lui répond simplement « Non merci. » Et sans plus lui accorder d'attention puisqu'il ne la désire pas elle se met à fouiller dans son sac, l'entendant soupirer avant de prendre la direction de sa chambre.

S'assurant qu'elle est bien seule elle sort l'herbe de son sachet et se roule soigneusement un joint, la seule chose qui fonctionne pour dormir et la préserver des mauvais rêves. Bien plus en tout cas que tous les médocs qu'on lui a ordonnés gamine et adolescente. Un coup de langue et la cône est prêt. Attrapant un briquet qui traîne sur la table basse et sa veste qu'elle enfile, elle glisse son brownie dans une poche et se relève pour faire sortir Shadow de sa prison, qui la suit sans broncher jusqu'à l'avant de la maison où elle s'allume son petit poison salvateur. Le pitbull fait quelques pas sur le trottoir, vide à cette heure tardive pendant qu'elle inspire une première bouffée. S'asseyant sur une marche pour glisser sa veste le long de ses jambes et se préserver du froid, elle oublie Kurtis. Finalement il n'y a pas eu de cris. Pas de dispute. Et elle n'a pas été obligée de passer une seconde fois à la casserole cette nuit. Ce n'est pas si mal dans son petit monde à elle. Son compagnon revient vers elle, s'asseyant à ses côtés et posant une patte sur son bras, une oreille dressée. La vision lui arrache un sourire et elle enfouit son visage dans son cou, lui offrant un baiser. Se reculant elle le gratte derrière l'oreille. « Qu'est-ce que t'en dis mon gros ? Pas de sexe, pas de cris, et du chocolat. Je m'en suis pas si mal sortie hein ? » Ce dernier remue la queue avant de sa caler contre elle. « Ouais, je trouve aussi » Et comme prouver ses dires, elle sort son brownie et en prend une bonne bouchée, un léger sourire aux lèvres.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I get used to it...   

Revenir en haut Aller en bas
 
I get used to it...
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: HORS JEU :: sujets terminés (persos supprimés)-
Sauter vers: