Partagez | 
 

 mama is not happy ø thomas & nat

Aller en bas 
avatar



crédits : gif ; daya, avapics me
messages : 332
quartier : Une petite maison dans le West Side

MessageSujet: mama is not happy ø thomas & nat   Mar 5 Déc - 21:06


MAMA IS NOT HAPPY
ft. Thomas then Natalia
listen to me boy

C’en est assez pour la quadragénaire qui fomentait son plan depuis quelques jours. En réalité, depuis qu’elle s’était enfin confrontée à Natalia. Elle en avait discuté avec Callum qui avait appuyé son idée en rigolant, évidemment. Mais elle, ça ne la fait pas rire, pas le moins du monde. Ça l’agace depuis un certain temps et maintenant que Natalia avait l’air d’avoir pris la décision de revenir dans la vie des KOS ou en tout cas de davantage les prendre en compte dans sa vie ; Alma avait un autre petit problème à régler. A vrai dire, elle n’a pas toute la complexité du problème en tête, elle qui sait tout n’a que des points d’ombre sur la dispute qu’il y avait eu entre le meilleur ami et l’épouse du gamin Manning. Ce qu’elle sait est bien suffisant pour qu’elle mette enfin les mains dans le cambouis, surtout en vue des deux têtes de mules à qui elle a affaire. Arrivée au Crash, la matriarche pousse un long soupir, repasse du rouge à lèvres puis s’extrait de la voiture pour aller retrouver Thomas qui doit évidemment être calé derrière au bar plutôt que derrière son ordi.

« Bonjour jeune homme. s’exclame-t-elle en entrant par la porte principale. Elle vient claquer un baiser sur la joue du hacker et se redresse, pose un morceau de fesse sur le tabouret haut à côté de lui et croise les bras. J’vois que t’es terriblement occupé, Alma lui montre d’un geste du pouce le verre de soda et : du coup tu pourrais venir avec moi aller chercher un meuble ? Callum est pas là, mensonge, et j’me sens pas d’humeur à ramener puis monter le truc. » La quadragénaire affiche un beau sourire tranquille et se maintient à son attitude de mère de famille active, d’avocate à l’emploi du temps surchargé qui vient demander de l’aide à un de ses garçons. Elle provoque volontairement sa bonne humeur, engage Thomas dans un conversation sur la pluie et le beau temps alors qu’il se relève pour l’accompagner, sans se douter une seule seconde du piège qu’elle lui tend. Lorsqu’il est enfin prête elle glisse un bras autour du sien, habituel geste repris d’une vieille blague sur la tenue de ses parents catholiques coincés.

« C’est fou ce que ta sœur a grandi, je l’ai croisée hier dans le North en sortant du masseur, une pure beauté ! T’as peur des futurs prétendants ? … Hop, hé tu fais quoi ? Alma s’arrête, agite ses clefs de voiture sous le nez du hacker alors qu’il se dirigeait par réflexe à la place du conducteur. Tu rêves mon garçon, c’est ma voiture, c’est moi qui conduis, allez dégage. » Elle lui sourit, il aura au moins essayé.

Love prend donc place dans son 4x4, fait défiler les chaines de radio avant de tomber sur du vieux rock des années quatre-vingt puis s’engage hors du parking du Crashdown en prenant d’ores et déjà la parole pour distraire le kings. Le long du trajet, elle parle et parle encore, ils discutent toujours de tout et de rien, s’inquiétant d’abord des différents membres puis de lui tout particulièrement, qui est sa dernière conquête, (ou ses dernières), etc… C’est toujours comme ça, Thomas est sociable et s’intéresse à tout ce qui en fait un bon compagnon de voyage. En l’occurrence, c’est plutôt pratique pour elle, parce que le hacker s’occupe plutôt de se détendre dans son siège passager et donne son attention à la matriarche plus qu’à la route. Pas qu’il connaisse spécialement l’adresse du magasin de meuble mais il pourrait tout à fait douter sur l’itinéraire qui est exactement celui de chez les Mannings ou le garage, qui n’est pas bien loin du Crash.

« Moi ce que je me dis c’est que tôt ou tard va bien falloir que tu nous présentes une vraie régulière, tu vas voir que le temps passe vite et tu vas te retrouver vieux garçon… Alma aperçoit le garage, s’engage dans l’allée, se gare, braque le frein à main, défait sa ceinture et se tourne vers Thomas, une main toujours posée sur son volant. Son visage vient de changer d’expression pour afficher l’air rude et sévère qu’elle porte lorsqu’elle va pour réprimander un de ses grands gamins qui jouent aux durs. Bon ! Thomas vous pour ouvrir la bouche mais Alma dresse un doigt autoritaire. Rassures-toi je me suis pas plantée, j’te ramène pas sur ton lieu de travail, non non, aujourd’hui va falloir t’atteler à autre chose. L’avocate reste silencieuse une seconde, puis deux, alors qu’il semble comprendre ou en tout cas esquisser une idée qui lui déplait puisqu’il se redresse. Avant que tu commences à conjecturer je vais te dire ce qui va simplement se passer mon garçon : tu vas sortir de cette voiture, aller frapper chez James et trouver Natalia, tu vas ravaler ta fierté deux minutes et te questionner pour aller t’expliquer et mieux encore, t’excuser. »

⇜ code by bat'phanie ⇝


_________________
she's the gatekeeper
she knows every truth behind every lie inside every secret
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Me
messages : 330
quartier : West Side

MessageSujet: Re: mama is not happy ø thomas & nat   Ven 22 Déc - 19:15

Mama is not happy
EXORDIUM.
Verre à la main, il boit une nouvelle gorgée de soda. Il est bien trop tôt pour un verre d’alcool. Son regard ne cesse de se balader de filles en filles qui se trémousse non loin de lui. Bordel, cet endroit est un putain de paradis pour les yeux. Il esquisse un sourire enjôleur à l’une d’elle, qui lui rend un clin d’œil bien appuyé. Il sait qu’il n’a aucun droit de toucher et il ne le fera pas mais c’est pas stipulé qu’il ne peut pas leur faire du charme de là où il est. Il va certainement pas s’en priver.

- Bonjour jeune homme.

Il décolle ses yeux de cette superbe vue pour se tourner vers Alma qui lui colle un baiser sur la joue.

- Salut Alma ! Dis-moi, tu n’cesseras jamais d’être la plus jolie femme du coin ?

Branleur, beau-parleur, charmeur, tout l’monde sait sur quel mode fonctionne Thomas. Mais avec Alma, c’est différent, c’est plus de l’ordre de la taquinerie plutôt que vrai charme. Jamais il ne se permettrait un tel affront face à une old laydie. Encore moins face à Alma.

- J’vois que t’es terriblement occupé. Du coup tu pourrais venir avec moi aller chercher un meuble ? Callum est pas là et j’me sens pas d’humeur à ramener puis monter le truc.
- Vos désirs sont des ordres m’dame.

Il boit d’une traite son soda sans plus réfléchir. Thomas ne pourra jamais rien refusé à Alma, il l’adore. Le KoS ne sait pas vraiment si c’est ce côté maternel qui l’attendri ou autre chose mais les faits sont là, l’avocate pourrait bien lui demander ce qu’elle veut qu’il le ferait les yeux fermés. Et il aime tout autant les discussions qu’ils ont, il s’enthousiasme presque tout seul avec une discussion des plus banales sur tout et n’importe quoi, réponds à Alma le cœur aux lèvres, ramenant sa tignasse d’un geste de la main, en arrière.
Thomas prend ses affaires, réajuste son cuir et rejoint Alma d’un pas motivé alors qu’elle lui passe un bras autour du sien. Ca le fait toujours sourire un peu cette vieille manière qu’elle a avec lui, rappelle de la condition de ses parents catholiques jusqu’aux bouts des ongles. Une façon à elle de lui rappeler une de ces vieilles blagues qu’ils se font encore aujourd’hui.

- C’est fou ce que ta sœur a grandi, je l’ai croisée hier dans le North en sortant du masseur, une pure beauté ! T’as peur des futurs prétendants ?
- Tu peux poser la question aux trois dernières enterrés derrière le garage.
- … Hop, hé tu fais quoi

Le hacker s’arrête net alors qu’il se dirigeait vers la place conducteur.

- Quoi ? J’viens t’aider j’peux au moins conduire ta bagnole !
- Tu rêves mon garçon, c’est ma voiture, c’est moi qui conduis, allez dégage.

Il lève les yeux au ciel. Elle abuse, Thomas n’est pas un mauvais conducteur même s’il doit admettre que sa conduite peut parfois être un peu brusque.

- C’est pas comme si j’allais te la bousiller.

Mais avec la voiture d’Alma, peut-être qu’il ne vaut mieux pas tenter le diable après tout, il aurait été capable de se porter l’œil comme un con. Un jour, il réussira peut-être à poser son cul sur ce siège en cuir et conduire ce fabuleux 4x4 qu’Alma manie très bien d’ailleurs.
Le voyage se déroule tranquillement, dans une conversation enjouée où ils abordent bien des thèmes. Tous les membres des Kos y passent, Thomas étant un sacré pro pour balancer quelques détails croustillants sur quelques-uns. Le hacking ne lui sert pas que pour le club, Hunt aime bien de temps en temps d’aller regarder l’historique de quelques-uns de ses frères, notamment ceux de Kurtis. Un vrai régal. Il commence à se détendre, se foutre à l’aise et s’asseoir dans ce siège comme s’il se trouvait dans son fauteuil, chez lui, bras appuyé sur la portière. Il n’échangerait ses balades en moto pour rien au monde mais il admet que les voyages en bagnole avec Alma sont toujours hyper agréables. Elle s’intéresse à tout, tout comme lui. De l’art au cinéma, des dernières informations aux évènements du reste du monde. Bref, une véritable discussion nourrie de la culture de chacun.
Puis ils en viennent à la vie sentimentale et chaotique de Thomas qui lève les yeux au ciel, sourire aux lèvres.

- Moi ce que je me dis c’est que tôt ou tard va bien falloir que tu nous présentes une vraie régulière, tu vas voir que le temps passe vite et tu vas te retrouver vieux garçon…
- Ca va, j’ai que 31 ans, j’ai pas encore fait le tour du monde. Et par tour du monde, il n’faut pas être Einstein pour savoir de quoi il parle. Ca m’intéresse pas, me taper la même nana jusqu’à ce que je devienne incontinent et sénile ? Non merci. Il marque une pause, sort son sourire enjôleur et de branleur. J’attends que tu sois disponible pour enfin me caser.

Il éclate de rire, en rien sérieux. Il ne se le permettrait pas, encore une fois. Il sait qu’il dépasse les bornes sur énormément de chose mais s’il y a bien une personne qu’il respecte profondément, c’est Alma ici présente.
Thomas s’étire, les bras devants en faisant craquer ses articulations alors qu’il jette un œil aux alentours. Il a l’impression de reconnaitre l’endroit, sans vraiment percuter, se disant que le lieu ne ressemble pas tellement à une zone industrielle où ils pourront trouver le magasin de meuble qu’ils souhaitent.
Il percute d’un coup, pas sûr de comprendre.

- Attends, j’croyais que tu voulais aller chercher tes meubles ?

Mais c’est dans l’allée du garage qu’elle s’engage, qu’elle enclenche le frein à main et qu’elle défait sa ceinture. Thomas ne pige rien, se dit qu’elle a peut-être oubliée quelque chose ici avant de passer par ce magasin. Mais l’expression qu’Alma affiche ne lui inspire rien de tout ça. Au contraire. Il sent qu’elle va lui foutre une tartine de remontrance dans la tronche, se disant qu’à tous les coups c’est parce qu’il était le cul posé au crash plutôt que derrière son bureau…

- Bon ! Elle pointe un doigt autoritaire sur lui avant même qu’il n’ait pu protester. Rassures-toi je me suis pas plantée, j’te ramène pas sur ton lieu de travail, non non, aujourd’hui va falloir t’atteler à autre chose.

Il ne pige toujours rien, ne voit pas où elle veut en venir… Jusqu’à ce que les lumières s’illuminent à tous les étages. Sa réaction est aussi instinctive que spontanée. Thomas se redresse, se renfrogne, furieux d’avoir été ainsi manipulé et berné comme un gamin de 5 ans à qui on aurait agité une sucette devant la gueule pour lui faire faire ce qu’on veut.
Il la mauvaise très mauvaise. Il sent ce goût de trahison envahir le fond de sa gorge tout comme il se sent horriblement con d’avoir suivit aussi aveuglément Alma sans se soucier un seul instant du traquenard dans lequel elle la consciemment plongé. Il lui en veut d’avoir user de cette confiance aveugle. Il lui en veut tout court pour lui faire ce coup-là. Un vrai couteau dans le dos, bordel de merde.

- Avant que tu commences à conjecturer je vais te dire ce qui va simplement se passer mon garçon : tu vas sortir de cette voiture, aller frapper chez James et trouver Natalia, tu vas ravaler ta fierté deux minutes et te questionner pour aller t’expliquer et mieux encore, t’excuser.
- Il en est hors de question Alma. J’descendrais pas de cette bagnole et j’irai encore moins chez elle.

Thomas n’est certainement pas le plus calme des KoS. Entre lui et James, il était le plus sanguin, le plus impulsif, celui qui cognait le premier et qui réfléchissait après. Et cette sombre colère, il la sent éclore au creux de sa poitrine. Le seul ayant réussit à le contenir jusqu’ici est James. Alma aussi à la main suffisamment douce et ferme pour permettre à Thomas de ne pas partir en vrille mais cette fois, c’est cette même main qui le prenait par le col comme un vulgaire chiot pour lui foutre le museau dans sa propre pisse et lui faire comprendre ses erreurs.

- J’vois pas pourquoi MOI j’irais frapper à sa porte la queue entre les jambes pour me rabaisser comme une merde et EN PLUS de ça m’excuser comme si j’avais tous les tords sur la tronche. Ca va merde ! C’est pas comme si elle était toute blanche elle aussi !

Durant toutes ces années il a eu le temps de réfléchir à toutes ces embrouilles à la con, notamment depuis que James est sorti de prison. Natalia était l’une des nanas qu’il appréciait le plus, s’entendant à merveille avec, parfaitement complice. Jusqu’à ce que tout pète après son refus d’aller voir son propre mari en prison et en plus de ça, lui montrer son propre fils. Ca l’a foutu en rogne, clairement. Il lui était inconcevable d’abandonner ainsi James après le sacrifice qu’il a lourdement endossé pour le club mais aussi pour elle.
Bref, ils en étaient à ne plus s’adresser la parole, à s’éviter. Même si le hacker s’avouait parfois qu’il était lassé de cette querelle et qu’il aimerait retrouver leur complicité d’avant, celle qui les liaient pour faire enrager James, pour l’emmerder sans jamais y trouver de fin. Et puis merde, Eliott était son filleul en plus de ça.
Mais ça ne change rien à l’instant. Il n’est certainement pas prêt à aller se rabaisser comme un vieux clébard. D’autant plus qu’à la seconde même où Natalia le verra, elle s’empressera de lui claquer la porte à la gueule.

- J’irai pas, pas aujourd’hui. Plus tard si tu veux mais pas maintenant, j’vais certainement pas débarquer comme ça.

Sa fierté lui hurle qu’il a tout intérêt à faire demi-tour.
Sa survie, elle, lui intime de plutôt fermer sa gueule parce que c’est pas à James qu’il parle là, mais à Alma.
Seulement, la colère prend le dessus, la rancœur aussi.

- Putain, à tous les coups t’as même pas de meuble à aller chercher. T’aurais au moins pu m’dire la vérité plutôt que de me mener en bateau comme si j’étais le dernier des débiles !

_________________

   
The atom will implode
The fragile kingdom fold. The tremor becomes a quake. And there's a body in the lake and as the two of us rebel, and damn you all to Hell I wonder: is this all there is?

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : gif ; daya, avapics me
messages : 332
quartier : Une petite maison dans le West Side

MessageSujet: Re: mama is not happy ø thomas & nat   Ven 5 Jan - 0:17


MAMA IS NOT HAPPY
ft. Thomas then Natalia
listen to me boy

Et… voilà. Le silence de Thomas ne dure qu’à peine cinq secondes, même pas, cinq millisecondes ou il se transforme en enfant, en tout cas c’est ainsi que le perçoit Alma qui reste immobile. En l’emmenant de cette manière elle savait à quoi s’attendre, elle sait aussi qu’elle se prendra bien la réflexion mais après tout, s’il a été assez naïf pour croire qu’Alma s’achète des meubles en kit…

« Il en est hors de question Alma. J’descendrais pas de cette bagnole et j’irai encore moins chez elle. Love hausse un sourcil, peu impressionnée par le tempérament sanguin du KOS. Elle n’éprouve pas le moindre remord, ni le moindre geste de recul, la matriarche se contente de croiser les bras et d’observe le kings qui s’agite toute seule. J’vois pas pourquoi MOI j’irais frapper à sa porte la queue entre les jambes pour me rabaisser comme une merde et EN PLUS de ça m’excuser comme si j’avais tous les tords sur la tronche. Ça va merde ! C’est pas comme si elle était toute blanche elle aussi ! » L’avocate secoue la tête de droite à gauche, sans piper mot pour l’instant et garde sa posture droite, l’épaule appuyée contre le siège après avoir détaché sa ceinture.

Thomas tire une gueule de quinze kilomètres, elle connaît ce visage renfrogné par cœur, elle sent déjà d’ici l’odeur de sa fierté brûler, elle entend les trépignements, les allers retours dans les escaliers qui mènent chez les Manning au-dessus du garage. Alma n’a aucun doute sur l’issue de la conversation. Il va pinailler, comme il le fait là, encore un petit moment mais il ne lui désobéira pas. Il le pourrait très bien en réalité, Alma outrepasse largement (enfin pas à son sens… ) les droits d’une old lady, mais son rôle est tel maintenant qu’elle ne retournerait jamais au vieux système où elle ne pouvait que fermer sa gueule. Non, surement pas, elle s’est construite comme ça, a réussi à se faire accepter et à s’impliquer corps et âme. Sa mère n’avait pas la même liberté mais aujourd’hui Love en jouit pleinement, et elle compte bien transmettre cette manière de faire aux suivantes qui le mériteront. Celles qui auront le caractère et les épaules. Ce qui n’est malheureusement pas le cas de Geneviève par exemple.

« J’irai pas, pas aujourd’hui. Plus tard si tu veux mais pas maintenant, j’vais certainement pas débarquer comme ça.  Love pousse un léger soupir, se replace, décroise ses bras. Putain, à tous les coups t’as même pas de meuble à aller chercher. T’aurais au moins pu m’dire la vérité plutôt que de me mener en bateau comme si j’étais le dernier des débiles ! Si elle ne devait pas garder la face, Alma se serait surement mise à rire à cet instant précis.
— Ça y’est, t’as fini ? Ou t’as encore un truc à dire avant de sortir de cette voiture ? Love l’observe, le regard perçant, et lui laisse quelques secondes de répit avant de s’y remettre. Tout ça c’est pas une question, ni une suggestion Thomas, c’est un ordre. Tu sortiras de ma bagnole uniquement pour monter chez Natalia et non ! Non mais arrête ! Elle hausse le ton, le coupe alors qu’il veut intervenir à nouveau. Mais n’essaie même pas, chéri. Ça va se passer exactement comme je te le dis. C’est pas une question de qui a commencé quoi, sérieusement, vous avez plus douze ans Thomas. Mais ça suffit maintenant ! J’en ai assez de vous voir vous faire la gueule, y’a déjà assez de merde au sein du club, t’es pas le dernier des cons et j’pense pas être plus débile, tu le vois bien quand même. La quadragénaire s’agite un peu, s’agace, s’emporte au fur et à mesure de ses mots, ça fait partie de son caractère. Ta famille c’est la mienne, hein ! Et c’est pas que ça, c’est celle de James aussi, j’ai besoin de te rappeler que sa femme, son fils et son club c’est tout ce qu’il a ? Tu crois qu’au bout de six ans derrière les barreaux en sortant il a envie de voir son meilleur ami et son épouse se tirer une tronche de dix pieds de long ? »

La quadragénaire s’arrête quelques secondes, elle voit l’offense étirer les traits du visage de Thomas et elle sait déjà qu’elle a gagné.

« Et Eliott alors ? T’es son parrain, non ? tu ferais pas ça au moins pour lui, en omettant James et le club ? J’te demande pas d’y aller la queue entre les jambes, je te demande au contraire d’être un peu digne et faire un premier pas, c’est pourtant pas bien compliqué nan ? C’est comme ça que ta mère t’a élevé, à fuir le conflit et faire l’autruche ? J’en suis pas sure. La quadragénaire soutient son regard plein d’éclairs quelques instants et se replace dans son siège. Alors vas-y et j’t’attends. Et m’oblige pas à venir te chercher dans ton bureau et te foutre la honte devant tout le monde, tu sais que je le ferais. »


⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
she's the gatekeeper
she knows every truth behind every lie inside every secret
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Me
messages : 330
quartier : West Side

MessageSujet: Re: mama is not happy ø thomas & nat   Dim 14 Jan - 14:46

Mama is not happy
EXORDIUM.
Alma ou pas, il s’énerve. Furax. Presque vexé. Il n’en revient pas qu’elle ait osé lui faire un coup pareil, de lui avoir planté ce couteau dans le dos aussi facilement et visiblement sans l’ombre d’une rancune. Il ne sait même pas pourquoi elle s’en mêle, bordel. C’est LEUR problème non ? Ils sont assez grand pour le gérer. Même si ni lui, ni Natalia n’étaient décidé à baisser les armes visiblement.

- Ça y’est, t’as fini ? Ou t’as encore un truc à dire avant de sortir de cette voiture ?

… Non mais il rêve. Il se redresse, se braque plus qu’il ne l’est déjà et serre les dents avec force.

- Tout ça c’est pas une question, ni une suggestion Thomas, c’est un ordre. Tu sortiras de ma bagnole uniquement pour monter chez Natalia et non ! Non mais arrête !

Un ordre ? Mon cul ouais ! Il s’apprête à l’ouvrir, à gueuler encore une fois mais Alma le coup net, connaissant bien trop par cœur le KoS. Le pire étant qu’elle élève la voix, assoie et instaure son autorité comme si elle était sa mère. Et en un sens, c’est presque le cas.

- Mais n’essaie même pas, chéri. Ça va se passer exactement comme je te le dis. C’est pas une question de qui a commencé quoi, sérieusement, vous avez plus douze ans Thomas. Mais ça suffit maintenant ! J’en ai assez de vous voir vous faire la gueule, y’a déjà assez de merde au sein du club, t’es pas le dernier des cons et j’pense pas être plus débile, tu le vois bien quand même.

Elle s’emporte, s’affole, commence à s’agiter comme une furie tandis qu’il a le droit de simplement fermer sa gueule. Ca l’agace à un point qu’elle ne peut imaginer et il a soudainement l’impression que l’habitacle est bien trop étroit pour eux deux et leurs colères respectives. Parce qu’Alma s’emporte encore un peu plus, chaque mot est une invitation à la surenchère et Thomas craint la suite. Parce que Lenox sait toujours taper là où ça fait mal.

- Ta famille c’est la mienne, hein ! Et c’est pas que ça, c’est celle de James aussi, j’ai besoin de te rappeler que sa femme, son fils et son club c’est tout ce qu’il a ? Tu crois qu’au bout de six ans derrière les barreaux en sortant il a envie de voir son meilleur ami et son épouse se tirer une tronche de dix pieds de long ?

ET VOILA ! PUTAIN !
La corde sensible : James. La famille. Ses années passées en taule et ça y est, Alma fait déjà ployer le genou de Thomas qui s’offusque de ce qu’elle ose sortir comme arme pour le faire abdiquer. Son cœur se serre parce qu’il sait qu’elle a parfaitement raison et ça, c’est difficilement acceptable pour lui et sa trop grande fierté. Hunt sait que la situation dérange son frère, qu’il esquive toute confrontation comme si cette tension n’existait pas. Peut-être parce qu’il n’a pas envie de choisir, d’avoir à y faire face, Thomas n’en sait trop rien. Tout ce qu’il sait c’est que bien évidemment, James serait bien plus heureux de voir ses deux familles réunit puisqu’il n’en a plus. Un père alcoolique, une mère qui s’est barrée comme une grosse lâche, il ne lui restait plus que Thomas, puis le club. Vient ensuite Natalia et il est vrai que dans ses meilleurs souvenirs, Hunt en garde de très bon, des soirées passées à jouer aux cartes, à se liguer contre James, à rire, boire, se raconter des anecdotes… Alma soulève tout ça en quelques phrase et ça le bouffe. Profondément.

- Et Eliott alors ? T’es son parrain, non ? tu ferais pas ça au moins pour lui, en omettant James et le club ? J’te demande pas d’y aller la queue entre les jambes, je te demande au contraire d’être un peu digne et faire un premier pas, c’est pourtant pas bien compliqué nan ? C’est comme ça que ta mère t’a élevé, à fuir le conflit et faire l’autruche ? J’en suis pas sure.

Elle l’achève en sortant la carte de son filleul et il a envie de lui gueuler dessus, que c’est d’une mesquinerie sans nom de lui jouer un tour pareil. Le gamin a six ans et il a à peine pu passer du temps avec lui afin de jouer son rôle de parrain. Alma frappe encore une fois très fort en parlant de dignité, presque d’honneur et en l’achevant avec l’éducation que sa mère lui a donné.
Il se mort la joue, détourne son regard d’Alma pour le planter à l’extérieur, sur n’importe quel point qui pourrait lui éviter ces yeux de braise. Thomas est profondément en colère et Lenox ou non, il lui en veut comme jamais d’avoir osé ce coup en traitre, de l’avoir bousculé de cette façon et d’aujourd’hui l’obliger à se plier à une règle qu’il n’a pas envie d’exécuter.

- Alors vas-y et j’t’attends. Et m’oblige pas à venir te chercher dans ton bureau et te foutre la honte devant tout le monde, tu sais que je le ferais.
- T’inquiète t’as déjà donné pour aujourd’hui.

Il ouvre la porte brusquement, fumant de colère.

- C’est un putain de coup en traitre que tu m’fais là et crois pas que j’vais le digérer d'si tôt.

Il descend de la bagnole dont il claque la portière avec violence, sans se soucier de sa précieuse bagnole dont elle tient comme à la prunelle de ses yeux.

- THOMAS GIDEON HYPPOLYTE ! MA PUTAIN DE PORTIERE !

Il a déjà le dos tourné alors qu’Alma lui hurle dessus, fenêtre ouverte mais il s’en fou comme de l’an 40 parce qu’il a déjà l’estomac sous l’emprise d’un ulcère de devoir aller ramper comme une petite merde devant Natalia. Difficile de se souvenir à quel point il l’adorait en cet instant même tant sa fierté l’écrase de tout son poids. Mains dans les poches, il traine des pieds, rumine sa rage.

- Fais chier bordel de merde. Sale emmerdeuse avec tes discours à la con.

Il pénètre dans le garage, passe une porte pour ensuite grimper les escalier…Puis s’arrête net.
Non, c’est trop pour lui. Merde. Comment est-ce qu’elle veut qu’il se présente à sa porte en plus ? Hey, on fait la paix et on en parle plus ? Mon cul ouais. Il tourne en rond deux bonnes minutes, soupire, rumine encore un peu plus fort alors qu’il se passe une main dans les cheveux. S’il y a bien une chose qu’il déteste par-dessus tout c’est qu’on lui donne des ordres mais qu’en plus ça, on le force à abdiquer et à se trainer le cul pour exécuter quelque chose qu’il n’a pas envie de faire. Mais quand cette chose concerne sa fierté… c’est encore pire. Un véritable supplice.

- Allez soit un homme putain.

Il a l’impression de monter sur un ring pour faire face au pire adversaire qui soit. Et en un sens, c’est une vérité. Il a le souvenir très net du caractère de Natalia et il ne serait pas étonné à ce qu’elle lui claque la porte à la gueule. Thomas termine de grimper les escaliers et fait face à la porte de l’appartement où il frappe aussitôt quelques coups. Ca n’sert à rien de tergiverser pendant mille ans puisqu’il sait que s’il redescend sans avoir fait l’effort, Alma va le buter.
D’autant plus qu’il a claquer la portière de sa bagnole et rien que ça est une raison suffisante pour lui en coller dans la gueule.

Mains dans les poches, Thomas attend, les nerfs à bloc mais essaie de relativiser, de se dire qu’il fait ça pour James, au moins pour son frère mais aussi pour ce gamin dont il est le parrain. Que ces deux-là valent au moins tous les efforts du monde…
Le battant s’ouvre sur Natalia dont il ne manque pas la surprise. Ouais, surprenant de voir Hunt débarquer chez elle sachant que James n’est pas là.

- Hey.

Première tentative. Peut mieux faire.

- T’as cinq minutes ? Faut qu’on parle.

Deuxième tentative. Ça n’est pas franchement mieux mais c’est toujours mieux que rien. Thomas garde les mains dans les poches, tente d’être impassible et neutre alors qu’à l’intérieur se manifeste un remake de Civil War.


_________________

   
The atom will implode
The fragile kingdom fold. The tremor becomes a quake. And there's a body in the lake and as the two of us rebel, and damn you all to Hell I wonder: is this all there is?

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 518
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: mama is not happy ø thomas & nat   Ven 19 Jan - 5:30




Talia & Thomas



Mama's not happy


Lorsque son réveil sonne elle tend une main maladroite en dehors du lit pour atteindre son portable et comme souvent appuyé au moins une fois sur le bouton de répétition qui s’affiche sur son écran. Dix minutes c’est ce qu’elle vient de gagner lorsque l’horrible son se tait enfin, elle se retourne vers son mari qui ayant le sommeil plus lourd que le sien n’a absolument pas bronché et elle se charge elle-même de le réveiller. Elle attrape son bras qu’elle soulève et vient se glisser contre lui alors qu’il ronchonne, la jeune femme dépose un baiser dans son cou, puis le long de sa mâchoire avant de rejoindre ses lèvres. « On a environ neuf minutes de répit avant de devoir commencer à courir. » Lui souffle-t-elle à l’oreille, appuyée contre son torse. Un sourire vient s’afficher les traits du motard avant qu’il n’ouvre finalement les yeux et viennent resserrer le corps de son épouse contre le sien. Ils ont peut-être bien le droit à quelques minutes, mais on reste toutefois loin des neuf promise et ce n’est pas l’alarme qui vient les interrompre, mais le bruit de la porte à laquelle on frappe quelques coups, un soupire s’échappe des lèvres de la Serbe, qui lève les yeux au ciel. « Time’s up Monsieur Manning »

Les matins dans leur appartement étaient réglés comme une horloge, elle réveillait Eliott, le laissait s'éveiller tranquillement devant un dessin animé pendant que James préparait le petit déjeuner. Pendant ce temps, elle en profitait pour se préparer et venait ensuite rejoindre les deux garçons pour boire son café et grignoter un truc. James et elle, s'étaient mis d'accord sur le fait qu'ils tenaient à pouvoir passer ce temps ensemble, c'était après tout le seul repas qu'ils étaient sûrs de pouvoir prendre tous les trois et même si, il ne durait parfois pas plus de quelques minutes, c'était important pour eux de commencer la journée en famille.

« Hum…le petit garçon prend un air réfléchi. Je pense que je peux le faire !
- T'es sûre de toi ? Je pense qu'il va falloir que tu sois super rapide et hier tu as failli perdre.
- Nan. Eliott lance un regard triomphant à son père et continue sur un ton on ne peut plus sérieux. Je peux être encore plus rapide parce qu'aujourd'hui je vais mettre mes baskets et les baskets ca va plus vite à mettre que les bottes de pluie.
- Bien ok d'accord. » James lève ses mains devant lui, visiblement prêt à le croire.

C’est au milieu de cette scène que Natalia arrive, les mains dans ses cheveux qu’elle attache rapidement en une queue de cheval en haut de sa tête. Elle adresse un sourire à son mari et vient passer une main dans les cheveux blonds de son fils. « Alors combien de temps aujourd’hui ? Elle attrape la tasse de café que lui tend son mari et fait disparaître son sourire dedans. Ciiiiiinq minutes ! La bouche de la Serbe s’agrandit en "O" et elle adresse un regard impressionné à son fils. Cinq minutes waaouw ! J’ai posé tes habits sur ton lit alors quand tu auras fini ton chocolat tu pourras y aller. » Lui lance-t-elle avec un clin d’œil. L’enfant attrape son bol et le termine en vitesse avant de se retourner vers son père qui est assis sur un des hauts tabourets de la cuisine. « Je suis prêt papa!  James laisse échapper un éclat de rire. Presque ! Puis tend le bras pour venir essuyer la bouche de son fils sur laquelle se trouve encore des traces de cacao. Maintenant t’es prêt ! Natalia pose sa tasse sur le comptoir et attrape son fils par la taille pour le dépose sur le sol. Okay…Trois…deux…un…partez ! » Et le gamin s’élance dans son pyjama a motif vers sa chambre pour se préparer en moins de cinq minutes…Demain il essayerait sans doute quatre minutes cinquante. Un large sourire s’affiche sur les lèvres de la jeune femme qui s’avance vers son mari et vient se caler entre ses jambes. Cinq minutes hein ? Les cinq qu’il nous a volés ce matin absolument. » Lui répond-il une main dans son dos, avant de l’attirer vers lui pour presser ses lèvres contre les siennes.

***

Debout devant la sortie de l'école, Natalia regarde les enfants sortir par petits groupes, elle sait qu'ils obéissent à un certain ordre, d'abord les plus grands, puis de façon décroissante, ce qui en général implique une bonne dizaine de minutes avant que la bouille de son petit garçon n'apparaisse. Elle jette un coup d'œil à son téléphone et se souvient soudainement qu'elle avait eu l'intention d'envoyer un message à Josef pour savoir quand elle pourrait finalement lui rendre visite, elle ne l'avait pas vu depuis l'hôpital et s'il lui avait affirmé qu'il ne tarderait pas à lui donner des nouvelles, il n'en avait rien fait et il était temps de lui faire une petite piqure de rappel à la sauce Manning.

« Hey Asshole ! Je sait pas si tu te souviens, mais t'était censé me dire quand je pouvais venir te voir ! Alors je sais que t'es sûrement en train de roucouler avec ton infirmière improvisée, mais jte rappelle que tu m'as planté devant un immeuble en feu alors un café voir même un resto ce serait pas du luxe. Bisous Bisous ! »

Elle termine de pianoter sur son téléphone quand le visage souriant de son adorable petit garçon se laisse apercevoir, il s'élance vers elle, son sac à dos traînant à moitié sur son épaule. Elle l'attrape et le passe sur la sienne en essayant de savoir comment c'était passé sa journée. Le petit garçon se lance alors dans le récit des différentes leçons qu'il avait eus ce jour-là alors qu'ils grimpent tout deux dans la voiture pour regagner leur domicile.

« Bon voyons voir il est seize heures quinze, tu peux jouer à la console jusque seize heures quarante-cinq, mais après on fait les devoirs ! Deal ? Deaaal ! » Le garçonnet lui tape dans la main et va s'asseoir sur le tapis du salon pour démarrer sa console gracieusement offerte par tonton Jo. Ca ne fait que quoi ? dix minutes peut-être qu'elle s'est posée dans le canapé avec le bouquin qu'avait laissé traîner James sur la table basse quand quelques coups sont frappés à la porte. Elle fronce les sourcil et se lève, laissant le bouquin sur le comptoir de la cuisine en passant à côté pour rejoindre la porte d'entrée.

«  Hey... Quel n'est pas sa surprise de voir Hunt sur le pas de sa porte, elle n'en pense pas grand-chose en réalité, ce disant qu'il est sûrement là pour voir James, même si d'habitude il fait en sorte elle imagine de le rencontrer au Crash, au Homewrecker ou au garage. Elle s'apprête d'ailleurs à lui dire qu'il n'est pas là, mais il la prend de court. T’as cinq minutes ? Faut qu’on parle. » Elle croise les bras sur sa poitrine et l'observe avec interrogation l'espace d'un instant, elle n'a franchement pas envie de lui parler, ni même de le laisser rentrer chez elle…Ca lui rappelle assez vivement leur dernière réelle conversation qui s'était d'ailleurs passée ici-même. Elle ne dit rien et se contente d'ouvrir la porte un peu plus en grand et de s'en écarter pour lui laisser la place de rentrer, ce qu'il fait sans demander son reste. Je suis occupée alors qu'est-ce que tu veux Thomas ? » Ce n'est pas cordiale, ni accueillant, c'est froid et direct, en accord avec ce qu'était devenu cette relation inexistante entre eux. « Saluuuut Tomaaaaate » Eliott pouffe de rire et lui adresse un signe de la main qui dure environ une seconde puisqu'il semble bien plus intéressé par son jeu que par leur visiteur.
(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Me
messages : 330
quartier : West Side

MessageSujet: Re: mama is not happy ø thomas & nat   Ven 26 Jan - 1:11

Mama is not happy
EXORDIUM.
Mauvaise idée. Grosse mauvaise idée que de l’avoir trainé de force jusqu’ici. Plus vous forcez la main de Hunt, plus il est con et se comporte comme tel. Le coup en traitre d’Alma ne fait pas exception et tout le temps qu’il a mit à parcourir le chemin entre la bagnole et cette porte en est la preuve et si elle ne l’attendait pas en bas, Thomas aurait déjà tourné les talons depuis cinq bonnes minutes.

Mais il n’a pas le choix et c’est bien pire.
Il a toqué à cette porte avec la furieuse envie de se tirer en deux temps trois mouvements mais pourtant il reste planté là, vaillant – il va en avoir besoin – et tout ça pour son frère et son filleul. Même si Alma l’a bien saoulé avec son immense discours moralisateur, Thomas ne peut qu’admettre silencieusement qu’elle a raison sur pas mal de point.
James est son frangin, se connaisse depuis qu’ils sont gosses… Il peut au moins faire l’effort pour lui.

La porte s’ouvre sur une Natalia surprise – sans déconner – et l’esprit de la jeune femme se ferme à la seconde où Thomas lui annonce que ça n’est pas James qu’il veut voir, mais elle. Pour discuter.
Bras croisés sur la poitrine, visage fermé, Hunt n’est pas Cal Lightman de Lie to Me mais il peut clairement comprendre que la serbe n’a clairement pas envie de s’ouvrir à la discussion.

Putain, dans quel merdier on l’avait salement jeté, merde.
Au moins, elle le laisse rentrer et ça c’est bien plus qu’il n’aurait pu espérer. Raison de plus pour ne pas attendre mille ans avant de foutre un pied dans l’appartement qu’il connait déjà par cœur mais qu’il trouve pourtant changer. Certainement dû à la présence de Nat et d’Eliott désormais, depuis cette histoire de fuite.

- Je suis occupée alors qu'est-ce que tu veux Thomas ?

Joie et bonne humeur, putain, ça commence bien.

- Saluuuut Tomaaaaate


Thomas porte son regard vers le rejeton derrière Nat, celui qui ne cesse de grandir un peu plus à chaque fois qu’il le voit, le croise. Il ne peut s’empêcher d’adresser un large sourire à son filleul.

- Salut Helium !

Dingue les jeux de mots de merde qu’on peut faire avec les gosses. Le plus mignon étant que ça le fait marrer avant qu’il ne retourne se concentrer sur son jeu vidéo.
Focus Thomas. Focus Nat qui ne cesse de le jauger – juger – du regard. Forcément, puisque lorsqu’elle dit qu’elle n’a pas le temps elle sous-entend très certainement qu’elle n’a clairement pas envie de lui en accorder, pas à lui. Pas à celle qui l’a clairement traité de … ouais. Bon.

- On peut aller discuter dans un endroit où l’gosse ne nous entendra pas ? Pas que j’ai des choses à cacher mais j’pense que ça sera mieux.

Première boulette. Il la sent venir à des kilomètres. Aussi grosse que le Mexique. Du genre « C’pas toi qui va m’apprendre à savoir quand et de quoi j’peux parler devant mon gamin ». Fais chier.

- J’veux juste dire que …Thomas balaise ses mots qui ne feront que l’enfoncer d’un geste de la main. Bref, laisse tomber. J’vais pas passer par quatre chemins : Alma m’a trainé ici pour qu’on discute toi et moi pour qu’on essaie de s’expliquer pour ce qu’il s’est passé la dernière fois.

Pas besoin de lui faire un dessin, elle sait parfaitement de quoi il parle. Même après autant de temps passé à s’être engueuler comme deux cons, il n’a rien oublié et il se doute que Nat en garde un parfait souvenir de son côté. Et ça ne pose aucun problème à Thomas de lui dire qu’il n’est pas là de son plein gré et vu la gueule qu’il tire, il aurait été difficile de le croire.
Mais ce qu’il ne lui dit pas c’est qu’elle la surtout trainée ici pour qu’il présente ses excuses. Alma le lui a dit et répété de ravaler sa bile acide, sa fierté à deux dollars et d ramper la queue entre les jambes pour demander pardon.
Chose dont il est incapable pour l’instant.

_________________

   
The atom will implode
The fragile kingdom fold. The tremor becomes a quake. And there's a body in the lake and as the two of us rebel, and damn you all to Hell I wonder: is this all there is?

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 518
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: mama is not happy ø thomas & nat   Dim 28 Jan - 23:21




Talia & Thomas



Mama's not happy


Elle ne se sent pas attendri le moins du monde par l'échange qui prend place entre son petit garçon et son parrain, que soit dit en passant elle ne considère absolument pas comme tel. Si quelqu'un méritait ce titre à son avis c'était plutôt Josef qui s'était non seulement bien plus occupé de l'enfant, mais c'était aussi bien plus intéressé à lui. Lorsque finalement le motard reporte son attention sur elle, le spectacle ne doit pas être très engageant elle en convient, mais elle n'a pas la moindre envie de faire le moindre effort, il ne le mérite après tout pas, après la façon dont il avait osé la traiter et s'insinuer sans y être invité dans son mariage. Etre le meilleur ami de James ne lui donnait pas tous les droits et elle n'était toujours pas sûr qu'il l'ait compris. La bouche de Thomas s'ouvre et la mâchoire de Natalia se crispe dans un élan de contrariété intense. Est-ce qu'il était VRAIMENT en train de lui donner des conseils parentaux ? Non, non il n'est pas aussi stupide. Oh une minute si maintenant qu'elle y pensait il l'était et puis bon ce n'est pas la première fois qu'il se le permettait après tout. Elle lui jette un regard profondément noir et agacé et elle espérait qu'il comprendra le message, mais dans le doute elle va quand même le lui dire, dès fois que ca soit pas suffisamment clair. « Oh merci Thomas. Elle vient coller un sourire sarcastique sur ses lèvres. Heureusement que t'es là pour de nouveau me dire quoi faire avec mon fils ! » L'air qu'elle se trimballe est hautain et franchement ne lui ressembla pas beaucoup, en tout cas pas la Natalia du quotidien , mais lui, lui ne mérite que cette version.

«  J’veux juste dire que… Bref, laisse tomber. J’vais pas passer par quatre chemins : Alma m’a trainé ici pour qu’on discute toi et moi pour qu’on essaie de s’expliquer pour ce qu’il s’est passé la dernière fois. » Elle ne retient que deux choses Alma m'a trainé ici et essaie de s'expliquer. Non mais il était sérieux celui là ? Il était suffisamment bête pour venir lui dire qu'il n'était pas ici de son plein gré ? Et en plus il pense qu'ils vont s'expliquer ??? Il n'y a rien à expliquer. Ce qu'elle attend au mieux sont des excuses et apparemment il n'en a pas l'air conscient. « Eliott mon trésor va jouer dans ta chambre s'il-te-plait. – Mais mamaaaaaan je viens juste de commencer et t'as dis jusqu'à quarante-cinq de quatre heures !! Bien évidemment qu'il allait faire une colère, elle lui avait donnée l'autorisation et la lui retirait cinq minutes plus tard. – Je sais, mais je dois parler avec Thomas. Elle franchit les quelques pas qui la séparent du petit garçon et se baisse à sa hauteur. Voilà ce que je te propose, quand il sera parti on fait les devoirs et ensuite tu auras le droit de jouer à la console pendant au moins trente minutes. D'accord ? Bien évidemment il tente le coup de la petite bouille adorable et tristement déçu, celle qui marche si bien avec son père et qui, elle l'espère fait culpabiliser Thomas de là où il est. En plus je suis sûre que Fish à déjà beaucoup trop dormi et à besoin de se dégourdir les pattes. La technique de la dernière chance à savoir le distraire du sujet. – Bon d'accord je vais aller l’entraîner à faire des tours dans ma chambre. Mais il me faut des biscuits de récompenses que papa il a acheté.  Pour une fois que ce chien servait à quelque chose. –Ca marche ! Elle lui adresse un sourire et se dirige dans la cuisine pour sortir du placard une poignée de biscuit pour chien, qu’elle dépose dans une coupelle et la tend à son fils. Aller file ! » Elle lui adresse un sourire et passe une main dans ses cheveux qu'elle ébouriffe rapidement. Puis elle jette un regard au King of speed alors que son fils disparaît dans le couloir qui mène à sa chambre, elle s'avance, ferme la porte qui le relie au salon et se retourne finalement vers lui.

« Donc si je comprends bien, t'es en train de me dire que t'es même pas là parce que t'as réfléchie à tes actions, mais parce qu'Alma t'as…forcé ?? Evidemment elle était bien placée pour savoir que la matriarche des Kings avait une influence plus qu'importante sur tout le monde, mais c'est une information qu'il aurait pu judicieusement gardé pour lui. Y a rien à discuter Thomas, je crois que tu m'as déjà dit tout ce que t'avais à me dire y a trois ans, alors à moins que tu sois là pour me présenter des excuses...tu perds ton temps ! »
(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Me
messages : 330
quartier : West Side

MessageSujet: Re: mama is not happy ø thomas & nat   Mer 31 Jan - 19:47


Mama is not happy
EXORDIUM.
- Oh merci Thomas. Heureusement que t'es là pour de nouveau me dire quoi faire avec mon fils !

Et voilà. Putain.
Pas le temps – et pas l’envie ? - de lui dire que non, c’est pas ce qu’il a voulu dire mais que vu que cette nana est d’une susceptibilité hors du commun concernant son fils, fallait forcément se douter qu’elle allait partir au quart de tour.
Thomas tente d’expliquer le pourquoi du comment il est arrivé ici, la queue entre les jambes pour avoir cette discussion avec elle mai elle ne le calcule pas ou n’y réponds plutôt pas. Au lieu de ça, elle se dirige vers son fils dont il est le parrain pour lui demander de bien vouloir les laisser tous les deux.
Hunt plonge les mains dans ses poches, attend patiemment que Natalia règle ce « petit problème » avec Eliott et il en profite pour se détendre un peu et de descendre de ses 15 étages de colère, de frustration et de rancune mais aussi pour se tempérer et se raisonner. Se faire une raison tout court en fait. Alma ne lui a pas laissé le choix et s’il revient à sa voiture sans avoir présenter ses excuses, il est mort. Il a parfaitement conscience qu’il doit aussi des excuses à Nat, pour ce qu’il a fait ou plutôt ce qu’il a dit, sous-entendu. Le hacker a été un peu trop loin, c’est vrai… mais fallait se foutre à sa place aussi. La voir abandonner si vite, si facilement alors que James avait besoin d’UNE personne pour tenir le coup : Sa femme. Thomas n’a pas cherché plus loin lorsqu’il a su qu’elle ne refoutrait plus les pieds là-bas et peut-être qu’il aurait dû, c’est vrai. Surtout lorsqu’il voit la solidité de leur couple aujourd’hui…

Il n’a pas le temps de faire plus de chemin dans sa tête que Natalia revient vers lui, fermant la porte du couloir.

- Donc si je comprends bien, t'es en train de me dire que t'es même pas là parce que t'as réfléchie à tes actions, mais parce qu'Alma t'as…forcé ??
- T’es pas dans l’obligation de me parler comme si j’avais cinq piges.

« Parce que t’as réfléchis à tes actions »… Il a l’impression d’être un gosse devant sa mère. Un gosse qui aurait fait une grosse connerie et qui ne mériterait qu’une sale correction. Ok, il a merdé mais faut pas non plus le prendre pour un con. Il s’en passera.

- Y a rien à discuter Thomas, je crois que tu m'as déjà dit tout ce que t'avais à me dire y a trois ans, alors à moins que tu sois là pour me présenter des excuses...tu perds ton temps !
- Attends, MES excuses ? J’suis pas le seul à avoir merdé dans l’histoire alors s’il te plait, fais pas comme si tout ça n’était QUE ma faute, Natalia.

Qu’est-ce qu’il se disait un peu plus tôt ? De redescendre, se calmer, relativiser.
Chose foutrement compliqué face à une tête brûlée comme Natalia.
La situation s’envenime, bien plus rapidement qu’il ne l’aurait imaginé, pire qu’une allumette sur flaque d’essence qui s’embrase. Thomas est conscient d’être un impulsif et qu’il n’est clairement pas la meilleure personne pour avoir une discussion posée et calme. Pourtant, il allait falloir qu’il y mette un peu du sien et c’est la première raison pour laquelle il se pince l’arrête du nez, soupirant, une main sur la hanche.

- Ok. J’m’emporte, désolé.

Si ça c’était pas un PUTAIN d’effort.

- Certes, Alma m’a trainé jusqu’ici mais j’comptais venir ici, un jour. Peut-être pas « si tôt » mais j’comptais le faire de moi-même. Elle a juste jugé bon d’accélérer un peu le processus.


Jugée bon ouais, toute seule dans son coin sans demander l’avis de personne. Encore moins le sien.
Thomas tente de rattraper le coup, le coche, de faire redescendre toutes ces émotions un peu trop brutes pour faire face à une Natalia qui ne doit pas être en reste de colère.

- Et … Comment il allait lui dire ça maintenant ? J’viens effectivement présenter mes excuses.

Ca lui arrache la gorge, la gueule tout court et il a l’impression d’avoir milles épines qui lui traverse la trachée. C’est pas évident pour lui mais même si c’est avec la mâchoire un peu contractée qu’il le fait, il s’exécute. Plus vite ça sera fait, mieux ça sera pour tous les deux.

- J’y est peut-être été un peu fort quand j’suis venu te voir cette fois-là, j’étais en colère, j’mesurais pas tellement l’impact que mes mots pouvaient avoir.


Voilà. Ca c’était bien, non ? Clair. Simple et sincère, en plus de ça.





_________________

   
The atom will implode
The fragile kingdom fold. The tremor becomes a quake. And there's a body in the lake and as the two of us rebel, and damn you all to Hell I wonder: is this all there is?

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 518
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: mama is not happy ø thomas & nat   Ven 9 Fév - 0:32




Talia & Thomas



Mama's not happy


Gnagnagna ba peut-être qu'il devrait arrêter d'agir comme si c'était exactement l'âge qu'il avait. Elle ne lui adresse qu'un bref regard dans lequel il ne trouvera vraiment rien de très chaleureux, parce qu'en toute franchise elle ne compte absolument répondre à une réplique aussi puérile. Elle enchaîne donc, elle n'a rien à lui dire et elle compte bien le mettre au clair tout de suite et sans passer par quatre chemins, après tout il n'avait pas pris plus de pincette avec elle lorsqu'il était venu la traiter de garce dans son propre appartement. C'était quelque chose qu'elle ne lui avait pas pardonnée quelque chose qu'elle considérait comme une trahison, il l'avait blessée alors qu'elle était déjà au plus bas et il n'en avait jamais rien eu à faire. Alors, oui, elle considérait ca un peu facile, de venir après tant de temps pour s'expliquer, parce que de toute évidence, il ne le faisait pas pour elle, mais pour James et pour Alma et ca enlevait toute valeur à ce qu'il pourrait bien dire avant même qu'il ne l'ait fait. La jeune femme lui tend néanmoins une perche, un peu courte c'est vrai, mais elle a le mérite d'exister et elle ne le fait franchement pas de gaieté de coeur. «  Attends, MES excuses ? J’suis pas le seul à avoir merdé dans l’histoire alors s’il te plait, fais pas comme si tout ça n’était QUE ma faute, Natalia ! Les yeux de la Serbe s'arrondissent…ils semblent vouloir dire : pardon ? Il est sérieux celui-là ? Non mais alors là c'était la cerise sur le gâteau gigantesque de sa connerie, pas le seul ? PAS.LE.SEUL ? Foutaise oui ! Jusqu'à preuve du contraire Natalia ne l'avait jamais attaqué gratuitement, ne l'avait jamais faussement accusé et plus encore elle ne l'avait jamais trahie. Tout ce qu'on pouvait lui reprocher c'est de l'avoir foutu à la porte de chez elle après qu'il y soit venu pour lui souffler au visage des horreurs dont elle n'avait rien oublié, tout ce qu'on pouvait lui reprocher c'est d'avoir appliqué les conséquences de la voie qu'il avait lui-même choisie d'emprunter. Alors, en l'instant ? Il pouvait bien aller se faire foutre. De nouveau.

- Ok. J’m’emporte, désolé. Désolé. Elle laisse s'échapper une expiration un peu forte avant de secouer légèrement la tête à la négative, la mâchoire serrée et le regard assassin. Elle ne saurait relever dans la phrase qui suit, toutes les erreurs qui s'y accumule et pourtant ce serait-là chose facile. Trainé…un jour…. Si tôt…alors là c'est carrément le pompon après trois ans qu'il ait le culot de lui sortir CA…il était vraiment plus débile que ce qu'elle pensait, il avait dû se griller plus d'un neurone depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vraiment parlés. - Et … J’viens effectivement présenter mes excuses.»

Sauf qu'elle n'en veut pas, qu'elles ont perdues le peu de valeur qu'elles auraient pu avoir juste de part les quelques phrases qui les ont précédés. Si son but était de satisfaire Alma et de jouer les grands seigneurs aux yeux de James, il ne fallait pas compter sur elle pour l'y aider, c'était trop facile, trop impersonnel et surtout artificiel au possible. Il n'avait pas plus l'air intéressé par elle qu'il y a trois ans, c'était un fait et bêtement parce qu'elle était comme ça et parce que sous son apparence de nana capable de tout gérer et d'être sur tous les fronts elle n'en restait pas moins une épouse blessée, une femme acculée par tous les fardeaux qui ne cessaient de vouloir atteindre sa famille, ca la blessait d'autant plus de le voir revenir vers elle dans la simple idée d'alimenter des apparences donc elle n'a que faire contrairement à lui.

«  J’y est peut-être été un peu fort quand j’suis venu te voir cette fois-là, j’étais en colère, j’mesurais pas tellement l’impact que mes mots pouvaient avoir. »  Elle roule des yeux à mi-chemin entre la déception, le souvenirs cuisant de cette discussion et la colère de ce qu’elle entend aujourd’hui et qui ne fait que rouvrir une blessure inutile. Finalement elle écarte les mains et les fait se rejoindre dans un léger claquement, prend une inspiration et ouvre à son tour la bouche et ca n’allait certainement pas faire du bien à celui qui se trouve devant elle. « J’ai même pas envie de relever tout ce qui va pas dans ce que tu me dis, mais visiblement va quand même falloir vu que t’as pas l’air de te rendre compte de ce que t’es en train de faire Thomas. Elle essaye de respirer, elle ne parle pas vraiment sur un ton colérique, il est juste froid et posé, tout comme le regard qu’elle lui accorde. T’espère quoi au juste en venant me voir pour concrètement me dire qu’on t’a forcé à être là et que oui peut-être que t’aurais fini par le faire de toi-même mais que trois ans c’était pas encore assez suffisant pour…quoi au juste ? prendre du recul ? réaliser ce que tu m’avais dit ?  les limites que t’as cru être en droit de franchir ? La question à le mérite d’être posé ? Il se sabote lui-même de prime abord alors pourquoi se donner ne serait-ce que la peine ? Tu réalises que ca là. Elle glisse son doigt sur un cercle invisible suspendu dans l’air qui les séparent. Ca n’a rien à voir avec des excuses quand même, rassure-moi ! Parce que tes peut-être et tes « je mesurais pas l’impact de mes propos » (elle emprunte une voix faussement imitatrice et clairement moqueuse pour le citer.) c’est du putain de bullshit !  T’essaye même pas Tom…et si figure-toi que TU était le seul en tort, t’avais pas à te mêler de notre couple, de notre famille, ca te regardait pas, c’était pas ta place et encore moins de venir m’insulter chez moi, sans même prendre la peine de te poser la question du pourquoi, de ce qui se passait pour moi BORDEL ! T’était censé être mon ami aussi jte rappelle. Elle secoue la tête à la négative, maintenant clairement en colère. Alors toi et tes fausses excuses vous pouvez foutre le camp de chez moi et aller dire à Alma et à James que t’as essayer, mais que la garce de service n’a rien voulu entendre ! Elle s’applique à bien mimer des guillemets invisibles lorsqu’elle le cite. La porte est juste derrière toi. »
(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Me
messages : 330
quartier : West Side

MessageSujet: Re: mama is not happy ø thomas & nat   Mar 13 Fév - 15:30

Mama is not happy
EXORDIUM.
- J’ai même pas envie de relever tout ce qui va pas dans ce que tu me dis, mais visiblement va quand même falloir vu que t’as pas l’air de te rendre compte de ce que t’es en train de faire Thomas.

Mais il n’allait visiblement pas tarder à le faire. Instinct ou non, il se redresse, comme prêt à encaisser une droite. Pas besoin d’être devin pour sentir la tempête qui ne va pas tarder à lui éclater à la gueule.

- T’espère quoi au juste en venant me voir pour concrètement me dire qu’on t’a forcé à être là et que oui peut-être que t’aurais fini par le faire de toi-même mais que trois ans c’était pas encore assez suffisant pour…quoi au juste ? prendre du recul ? réaliser ce que tu m’avais dit ? les limites que t’as cru être en droit de franchir ?

Il la sent affluer dans ces veines, l’embourber dans un magma incandescent. Les sons commencent légèrement à s’estomper pour se muer en un sifflement. Sa vue ce rétréci, se focalise sur Natalia. Thomas serre les poings en silence, la laisse cracher sa haine tandis qu’il prend sur lui, fait tous les efforts du monde pour ne pas exploser.
Parce que la colère qui culmine dans son cerveau et qui bat à ses tempes, il ne la connait que trop bien, la sachant parfaitement incontrôlable.

- Tu réalises que ca là. Ca n’a rien à voir avec des excuses quand même, rassure-moi ! Parce que tes peut-être et tes « je mesurais pas l’impact de mes propos » c’est du putain de bullshit ! T’essaye même pas Tom…et si figure-toi que TU était le seul en tort, t’avais pas à te mêler de notre couple, de notre famille, ca te regardait pas, c’était pas ta place et encore moins de venir m’insulter chez moi, sans même prendre la peine de te poser la question du pourquoi, de ce qui se passait pour moi BORDEL ! T’était censé être mon ami aussi jte rappelle. Alors toi et tes fausses excuses vous pouvez foutre le camp de chez moi et aller dire à Alma et à James que t’as essayer, mais que la garce de service n’a rien voulu entendre ! La porte est juste derrière toi.
- Et après c’est moi qui fait AUCUN EFFORT ! Tu t’fous de ma gueule putain ! Viens pas m’dire que j’essaie pas ok ? J’aurai très bien pu envoyer Alma se faire foutre et ne pas venir ici te voir mais vu que t’es une véritable tête de mort et que MADAME ne veut entendre et voir que ce qu’elle croit, évidemment que j’vais n’être qu’un gros connard qui se fait trainer comme un clébard la queue entre les jambes. J’aurai dû me douter que de « simples » excuses ne te suffirais pas. Mais t’as besoin de quoi Natalia, que j’me roule à tes pieds ? Que j’te supplie à genoux ?

Il s’emporte, sent son cœur palpiter violemment contre ses côtes et se sent déjà incontrôlable, au bord de l’implosion. Thomas ne laisse pas le temps à Natalia de réagir si tant est qu’elle en est envie. Hunt ne compte pas s’arrêter là parce que parmi tout ce qu’elle lui à craché à la gueule, il y a une chose qui le blesse particulièrement.

- Et j’étais censé être ton ami ? Non, je l’ETAIS ! Et c’est bien pour ça que t’as pas non plus chercher UN SEUL instant pour venir me voir et m’expliquer ce qui n’allait pas ? Alors ouais, j’ai clairement merdé en venant te gueuler dessus ce jour-là mais est-ce que toi t’es venu ne serait-ce que cinq minutes pour essayer de m’en parler ? Parce que PUTAIN tu le sais que j’t’aurais aidé, que j’t’aurai écouté ! Est-ce qu’il y a UNE SEULE FOIS où je t’ai fait défaut ? Non. Alors gueule et traite moi de connard si tu veux pour c’que j’ai fait mais ne viens pas dire que j’ai foiré mon rôle envers toi.


C’est une demi-vérité. Thomas avait certainement commis un faux pas ce jour-là en venant s’emporter comme l’impulsif qu’il est mais Natalia avait toujours pu compter sur sa présence et son soutien. Et s’il était là aujourd’hui, même si c’était en grande partie parce qu’Alma ne lui avait pas vraiment laissé le choix, c’est également parce qu’une part de lui veut retrouver cette complicité qu’il avait avec la femme de son meilleur ami. Les souvenirs restent ancrés sous sa caboche, ceux où il a passé des heures avec cette femme pendant que James était en mission ou même en prison, à être disponible à la moindre demande et parce qu’il aimait cette complicité née au fil des années.

Sans attendre la réponse de Manning, le hacker tourne les talons et se tire de cet appartement devenu bien trop étouffant, claquant violemment la porte derrière lui sans se soucier s’il en a fait trembler les murs ou non.
Il est fou de rage, voit rouge alors qu’il descend précipitamment les escaliers le menant à l’extérieur. Il est dans un état de colère proche de la violence, mains tremblantes, vu brouillée, sons étouffés. Les mêmes signes d’impulsivité qui lui coûte parfois bien trop cher. L’air frais ne le soulage pas et lorsqu’il voit la bagnole d’Alma un peu plus loin, il étouffe un peu plus à l’idée d’aller s’enfermer dans l’habitacle pour une discussion oppressante qui ne fera qu’empirer cet état destructeur. Il n’est qu’un amas de rage et de violence et c’est en tout état de cause qu’il ignore la matriarche qui claxonne pour le rappeler à l’ordre, pour le faire revenir.
Hunt s’en fout présentement, se fout de tout, la seule chose dont il a besoin c’est d’un endroit où expulser cette colère immonde qui le ronge de part en part, comme un putain de poison.

- FIN POUR MOI - ... Enfin sauf si elle veut le rattraper ... XD


_________________

   
The atom will implode
The fragile kingdom fold. The tremor becomes a quake. And there's a body in the lake and as the two of us rebel, and damn you all to Hell I wonder: is this all there is?

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 518
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: mama is not happy ø thomas & nat   Ven 16 Fév - 6:23




Talia & Thomas



Mama's not happy


«  Et après c’est moi qui fait AUCUN EFFORT ! Tu t’fous de ma gueule putain ! Elle aurait presque envie de rire…bon c'est véritablement une façon de parler parce que c'est la dernière chose dont elle a envie. Clairement. Ca ne servait à rien, parce qu'il n'était pas venu ici pour lui donner ce qu'elle voulait, elle n'était même pas sûr qu'il soit conscient de ce qu'elle attendait de lui et pourtant ce n'était pas si compliqué que ca. De son côté elle n'était pas prête à faire le moindre pas dans sa direction tant qu'elle n'aurait pas obtenue de vraies excuses, tant qu'il ne reconnaitrait pas à quel point il avait tout gâché, à quel point il avait pu la blesser à un moment où elle était déjà au plus bas. Parce que la vérité et c'est un point qui semblait lui échapper c'est qu'il était venu jeter du sel sur une plaie douloureuse et lancinante, l'avait enfoncé plus bas qu'elle n'avait pu l'être quand elle n'espérait de lui qu'une main tendue pour essayer de survivre à ce coeur brisé qui la laissait complètement dévastée. Mais de tout ca il n'avait rien su voir, il n'avait pas su comprendre et pourtant…pourtant elle était dans un tel état que n'importe qui aurait pu se rendre compte que quelque chose ne tournait vraiment pas rond. J'aurai dû me douter que de « simples » excuses ne te suffirais pas. Mais t'as besoin de quoi Natalia, que j'me roule à tes pieds ? Que j'te supplie à genoux ? Encore aujourd'hui, des années plus tard et alors que tout étaient peut-être d'apparence plus facile, il ne savait pas voir…parce qu'il était aveuglé par sa perception, par sa colère qui ne laissait de place a rien d'autre comme d'habitude…Natalia ne dit rien et se contente de l'observer, dépité par le fait qu'il entende, mais n'écoute pas vraiment…qu'il est borné à ce qu'il croit être vrai, ce qui l'est sans doute pour lui, mais qui ne l'avait jamais été pour elle.

Et j’étais censé être ton ami ? Non, je l’ETAIS ! Et c’est bien pour ça que t’as pas non plus chercher UN SEUL instant pour venir me voir et m’expliquer ce qui n’allait pas ?..... »  La gorge de la jeune femme se serre, parce que tout cela ne fait que remonter des émotions et des souvenirs qu'elle espérait ne jamais revivre, parce que quand le seul fragment de cette mémoire vous déchire si profondément, il est préférable de l'ensevelir aussi profond que possible et c'est ce qu'elle essayait de faire de la douleur que la perte de son mari lui avait provoquée. Ce qu'elle voudrait lui expliquer, ce qu'elle aurait voulu qu'il voie c'est que si elle ne lui avait pas parlé de tout ca en amont à l'époque, c'est parce qu'elle savait, elle savait la relation qu'il avait avec James, elle savait tout de cette fraternité qui les avaient vus grandir et elle savait aussi qu'il n'aurait pas été suffisamment neutre pour comprendre sans juger et surtout sans essayer de la convaincre que s'éloigner de James était la solution….jamais il n'aurait pu comprendre ce qui allait blesser aussi profondément son meilleur ami et elle le savait…

Qui plus est, elle était à cette époque sur une brèche dangereuse, de celle qui vous plonge dans l'obscurité la plus complète et ce n'est pas un élément négligeable...parce que si elle aimait James avec toute la force qu'elle pouvait, le simple fait que cet amour l'empêche de pouvoir jusqu'à s'occuper de leur bébé, l'avait obligé à prendre la décision qui encore aujourd'hui restait la plus difficile qu'elle n'ait eu à prendre…celle d'avancer sans lui et pour Eliott.

Il pourrait sans doute le comprendre à présent, mais de toute évidence il n'est pas prêt à l'entendre, il se sent toujours dans son bon droit, il estime toujours que les torts sont partagés quand la vérité c'est qu'ils ne le sont pas…mais à l'époque jamais il n'aurait pu le comprendre, jamais il n'aurait pu excuser qu'elle abandonne son époux. Aucune raison n'aurait pu compenser la souffrance sur le visage de James lorsqu'il avait compris qu'elle ne viendrait plus et auquel il avait sans aucun doute dû faire face plus d'une fois et sur cette pensée, il s'en va.

Il ne lui laisse aucune chance de répondre…et c'est peut-être mieux comme ca, ils ne sont pas prêts, ils ne le seront sans doute jamais…certaines choses n'étaient juste pas faite pour être réparés….Lorsqu'il disparaît derrière la porte, Natalia reste un instant planté là, les poings serrés et la mâchoire tendue. Elle prend une inspiration, mais celle-ci ne suffit pas à retenir les larmes qui viennent soudainement descendre le long de ses joues et elle laisse échapper un sanglot. Parce que mine de rien ca lui fait mal, peut-être pas autant qu'à l'époque, mais de nouveau elle se sent jugés et mise au piloris pour des choix qui n'avaient pas pu être pleinement les siens, parce que nouveau elle se sentait oublié dans cette histoire et parce que ca ne faisait que venir ajouter une couche à l'immense montagne d'embûches et de déconvenues qui ne cessaient de pleuvoir et la vérité c'est qu'elle n'en voyait plus le bout et qu'elle était fatiguée de tout ca…elle ne savait pas si elle saurait encore en supporter davantage sans véritablement finir par craquer…

« Maman pourquoi tu pleures ? Natalia vient rapidement essuyer ses joues et tâche de se reprendre en à peine une seconde, ce n'est clairement pas le genre de spectacle qu'elle veut offrir à son petit garçon et elle ne veut pas l'inquiéter inutilement. C'est à cause de tonton Thomas ? Elle secoue la tête à la négative et renifle un peu, vient coller un sourire complètement monté de toute pièce sur ses lèvres et se tourne vers son fils qui venait à présent de passer ses bras autour d'elle pour lui faire un câlin, ce qui lui fait monter une nouvelles vagues de sanglot dans la gorge. La jeune femme se baisse et vient enserrer son petit garçon qui glisse son visage dans son cou. C'est rien mon trésor, maman à juste de la peine parce qu'elle s'est disputée avec tonton, mais ca s'arrangera. Mensonge éhonté auquel elle ne croit plus depuis longtemps et qui vient juste de se rappeler de façon totalement gratuite à elle. Il s’écarte d’elle et vient passer ses mains sur les joues de sa mère pour en ôter toute traces de larme. – J’aime pas quand t’es triste maman. Tu veux qu’on regarde un dessin animée avec moi? Moi je suis toujours plus triste du tout quand on fait ca ! » Elle laisse échapper un rire amusé devant ce trop plein de mignonitude. Et hoche finalement la tête, générant un sourire adorable sur le visage du bambin qui l’attrape par la main pour l’entraîner vers le canapé dans lequel ils s’installeront pendant un certain temps, lové l’un contre l’autre et il n’y avait en toute franchise aucun remède plus efficace que celui-ci.

Fin du sujet
(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: mama is not happy ø thomas & nat   

Revenir en haut Aller en bas
 
mama is not happy ø thomas & nat
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 04. Happy Birthday, Cat.
» Tim Thomas
» Derrière le masque... (Thomas et Victoire of Norfolk)
» Your guardian angel {pv Thomas of Norfolk}
» Tim Thomas sur le marché des transaction !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: West Side :: LOGEMENTS-
Sauter vers: