Partagez | 
 

 Mixed with confusion Ft Sebastian

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar



crédits : @me
messages : 274
quartier : Northside : Dans le manoir de sa soeur / Possède un loft Downtown

MessageSujet: Re: Mixed with confusion Ft Sebastian   Lun 12 Fév - 5:17

This is a life of illusion. Wrapped up in trouble, mixed with confusion. What are we doing here?
EXORDIUM.



Ses mains finissent par me lâcher et il se recule brusquement rendant à mon corps tout entier sa liberté. De façon immédiate et rapide je viens à me masser les poignets avec l'impression de pouvoir encore y sentir la pression de ses doigts. Ma colère est toujours là, grondante et assourdissante, me soufflant de pousser encore un peu plus, de l‘observer juste un instant et de remarquer qu'il n'est plus si loin de la brèche, que je pourrais finir par obtenir de lui ce que je veux, juste en continuant encore un peu, juste un peu. Comme pour venir appuyer cette voix qui se fait un peu plus forte que les autres, la sienne résonne dans l'espace à présent complètement désordonné de la cuisine. Bien sûr que je n'aurais pas dû venir, je sais que je suis une inconvenance pour lui, mais je n'avais pas d'autre choix et ca, il ne semble pas vouloir le comprendre. Je ne suis pas là pour compliquer ses tentatives que j'imagine peu fructueuse au vu de sa tronche et de l'état dans lequel je l'avais trouvé en arrivant, je ne suis pas non plus là pour donner suite à une relation disparate et guidé par des pulsions maladives et obscènes, je suis juste là parce qu'il ne savait visiblement pas choisir où il décidait de foutre sa queue et ca ne devrait pas être mon problème. « Tu n'aurais pas dû. » L'attitude découragé et presque pathétique qu'il aborde et qui clairement m'agace plus qu'elle n'attise ma pitié, finit par disparaître, d'un coup, d'un seul, au détour d'un dernier soupir lâché comme un signal de départ et le voilà…celui que je connais, celui qui m'avait séduite, ce type arrogant et fier, celui qui ne semble pas vouloir prendre non pour réponse.

« Je te connais assez pour savoir que te donner cette adresse n'est qu'une erreur de plus dans toutes celles que je pourrais faire, là. Je ne cherche rien de plus que t'épargner ces conneries. »  Je ne comprends pas ce qui peut le pousser à garder cette information pour lui. Je crois la mériter, je crois avoir gagné le droit de pouvoir me défendre face à cette taré psychopathe qui m'avait choisie pour cible. Elle avait une claire longueur d'avance sur moi et il avait le pouvoir de rétablir un équilibre qu'il se refusait à m'offrir, mais c'était sans compter sur la motivation que mes hormones en ébullition et la colère qui s'y associe m'offre. Si mon esprit analyse ce refus, il ne manque pas de noter ce qu'il laisse entendre et qui ne fait que confirmer ce que je sais déjà et ce sur quoi j'essaye d'appuyer sans succès. Je ne peux pas dire que je ne suis pas étonnée de ne pas l'avoir déjà vu lâcher prise, visiblement il était plus déterminé que je ne l'aurais cru et si c'est quelque chose que je respectais, cette pensée ne faisait pas partie de mon fil de réflexion, pas ce soir et certainement pas dans cet état. « Prends ça comme tu le veux. Je me chargerai d'elle et je te rembourserai les frais pour ta voiture. Considère toi tranquille avec elle et pars. »  Je secoue la tête à la négative, clairement pas convaincue par ses dires qui ne me satisfont pas plus qu'ils ne me persuadent d'une quelconque vérité. Je ne veux pas de son argent, je ne veux pas qu'il s'occupe de moi. C'est quelque chose que pour une fois je veux régler moi-même. J'en ai assez de voir mon avocate, ma psy, ma sœur ou n'importe quel mec venir jouer les sauveurs et me pousser encore et encore dans ce rôle de martyr, parce que je ne veux plus être victime de tout ca. Je ne me voile pas la face, je sais que je suis malade, mais j'aimerais qu'on me laisse une chance de pouvoir prouver que je n'ai pas besoin de foutue médicaments pour pouvoir m'occuper de moi et surtout j'aimerais qu'on arrête de me prendre pour une idiote. Les yeux perdus dans le vague je me fixe pour la première fois de la soirée, peut-être même de la semaine sur une seule et unique pensée, comme si toutes les autres s'étaient finalement éteintes l'espace d'un instant. C'est sans doute pourquoi lorsque je reprends la parole ma voix est plus calme, mais pas forcément moins tremblante.

« Mais est-ce que c'est vraiment ce que tu veux ? Parce que je te signale que c'est toi qui me garde ici, quand tout ce que tu aurais à faire c'est de me donner juste une seule petite information, mais non tu me pousses encore et toujours parce que tu sais…tu es le mieux placé pour savoir Sebastian…alors dis moi pourquoi est-ce que tout ce que tu fais, tout ce que tu dis n'as pour seul but que de me pousser encore plus loin dans mes retranchements hein ? Je vais te le dire puisque t'es pas foutu de l'admettre, ce que tu cherches c'est juste une excuse pour pouvoir justifier ce qui se passe dans ta tête là maintenant et ca depuis que j'ai passé ta putain de porte, pour pouvoir te rassurer en te disant que c'est de ma faute, que tu n'y pouvais rien…Je pousse un soupir, la mâchoire serrée. Je crois pas que t'en ai quoi que ce soir à foutre de ce que je pourrais bien faire de cette adresse. Vrai ou faux ? » Et mes bras qui viennent se croiser sur ma poitrine alors que mon questionnement reste encore en suspens.

_________________

Bang bang bang. I understand now why so many horror movies use that device-the mysterious knock on the door-because  it has the weight of a nightmare. You don't know what's out there, yet you know you'll open it. You'll think what I think:

No one bad ever knocks.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : nebula | tumblr | chachoune
messages : 333
quartier : west side

MessageSujet: Re: Mixed with confusion Ft Sebastian   Dim 18 Fév - 16:23



Mixed with confusion.
EXORDIUM.
Il s'attend à la voir partir, il s'attend au flot d'insultes ou de remarques qui pourraient – comme il le connaît – lui tomber dessus. Et pourtant, pourtant rien. Un bref silence s'installe, s'immisce entre eux deux alors que Sebastian en relève enfin le regard, cherchant le sien qu'il trouve immédiatement ; malgré lui, finalement. « Mais est-ce que c'est vraiment ce que tu veux ? Parce que je te signale que c'est toi qui me garde ici, quand tout ce que tu aurais à faire c'est de me donner juste une seule petite information, mais non tu me pousses encore et toujours parce que tu sais… tu es le mieux placé pour savoir Sebastian… ; bien-sûr qu'il sait. Bien-sûr qu'il sait mais il n'en dit rien. Non, Sebastian parvient à se taire, à simplement faire basculer son regard vers d'autres horizons, une toute autre ligne Et si lui se tait, Addison ne l'imite pas, sa petite voix qui lui revient malgré l'envie qu'il commence à ressentir de la faire taire. Alors dis moi pourquoi est-ce que tout ce que tu fais, tout ce que tu dis n'as pour seul but que de me pousser encore plus loin dans mes retranchements hein ? Il serre les dents, se convainc qu'il pourrait ne rien entendre. Parce qu'il aimerait simplement qu'elle s'envole, là, au de-là de cette porte franchie sans qu'il n'y soit préparé. Mais elle a vu, elle sait qu'il ne parviendra pas à tenir, parce qu'il faiblit déjà, dans les ombres d'une maison encore vide de jours heureux. Chose sur laquelle elle joue, chose sur laquelle elle place tous ses dires finalement. Je vais te le dire puisque t'es pas foutu de l'admettre, ce que tu cherches c'est juste une excuse pour pouvoir justifier ce qui se passe dans ta tête là maintenant et ça depuis que j'ai passé ta putain de porte, pour pouvoir te rassurer en te disant que c'est de ma faute, que tu n'y pouvais rien… ; et c'est parce qu'elle marque un point qu'il s'agace, parce qu'elle marque un point qu'il en vient à s'animer, oser quelques pas comme pour tenter de s'en raisonner. Car ces images dont elle parle sont bien présentes, là, ancrées dans sa tête comme pour l'amener à y goûter, rien qu'une fois, qu'une seule foutue fois malgré ses promesses, ses efforts, cet acharnement à sauver un mariage qui pourrait ne pas l'être. Idiot, il l'est, le restera peut-être jusqu'à ce que tout ne soit perdu. C'est ce qu'il sait, ce qu'il imagine, ce qui vient faire battre son cœur avec un peu plus de panique en soit. Car Dieu sait qu'il l'aime, Irene. Dieu sait qu'il pourrait faire beaucoup pour elle ; tout comme celle qui lui fait face, tout comme celle qu'elle menace. Un soupire, le cœur qui parle au lieu de la tête. Réaction démesurée pour cette soirée complètement absurde et improvisée. Je crois pas que t'en ai quoi que ce soit à foutre de ce que je pourrais bien faire de cette adresse. Vrai ou faux ? »

Et elle tombe, cette question. Elle tombe parce qu'elle vient se perdre dans les tourments de son âme, parce qu'elle vient éveiller une partie de lui qu'il ne souhaite pas faire valoir. Pas ici, pas avec elle. Pas avec elles, et pourtant. C'est indéniable. Derrière sa folie, ses névroses, derrière toute cette entièreté insupportable subsiste un cœur aux sentiments faciles, là où s'accroche certaines choses qu'il voudrait tellement évincer. Et ça remonte, légèrement, ça revient en lui, bousculant ses émotions, le peu de stabilité qu'il s'évertue à faire régner. « Faux. » Et cette vérité, crachée entre ses dents, lui arrache autant d'agacement que la présence de la Belle aussi près de lui. Il n'a aucune idée de la manière dont il doit agir, aucune idée de la manière dont il voudrait agir. C'est paradoxale, violent, brutal, ça heurte ses pensées sans qu'il ne puisse y parer et il en sent ses songes s'en faire terrifiés. Terrifiés à l'idée qu'il ne soit plus à même de se contrôler ; comme toujours, comme trop souvent même. Sebastian soupire, Sebastian ose une main contre ses traits comme persuadé que ça pourrait tout enlevé de ce qu'il essaie de taire, au moins de cacher. En vain. « Je vous connaît, toutes les deux. Elle finalement moins que toi, je ne pensais pas qu'elle pourrait faire ça mais ça n'empêche que j'y tiens. Tout comme je tiens à toi. Et je ne veux pas qu'il arrive quoi que ce soit. » Qu'il ose venir faire entendre, s'approchant à nouveau d'elle, venant juste effleurer sa joue du bout de ses doigts avant de les retirer, de soupire ; tout le contraire de sa dernière approche, tout le contraire de ce qu'il venait pourtant de montrer, d'engager. Il est plus doux, plus lointain, plus mesuré ; pour quelques secondes encore à s'écouler, qui sait. Et pourtant, pourtant sa raison vient gueuler que cette attitude ne devrait se trahir que lorsqu'une seule présence se trouve à ses côtés. Mais pas celle-ci, non pas celle-ci. Il lutte contre sa propre personne, il lutte contre tout ce qui résonne. Ça, avant de venir faire face à celle qui sait pourtant comme loin d'être à même d'être touchée ; en partie, parfois en tout cas. Contrairement à Mia, Mia qui se serait laissé attendrir, Mia qui se serait simplement basé sur ses dires ; mais Addison n'est pas Mia, plus dure, plus intelligente, plus détachée. Plus névrosée, ayant avec lui tant de similarités. « Puis merde, t'as raison. Aller vous foutre sur la gueule, tuez-vous dans la foulée, ça m'évitera de foutre mon mariage en l'air. » Parce qu'il résiste, parce qu'il fait au mieux pour y parvenir en cet instant précis, tentant à contrôler tout ce qui devient parasite.         

_________________


runaway
As I walk along I wonder a-what went wrong with our love, a love that was so strong. And as I still walk on, I think of the things we've done together, a-while our hearts were young.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 274
quartier : Northside : Dans le manoir de sa soeur / Possède un loft Downtown

MessageSujet: Re: Mixed with confusion Ft Sebastian   Mer 21 Fév - 5:30

This is a life of illusion. Wrapped up in trouble, mixed with confusion. What are we doing here?
EXORDIUM.



Je n'en crois pas un mot. Parce que si vraiment il se refusait à me donner l'adresse de cette femme par soucis de ce qui pourrait se passer, il aurait pu me le dire, s'exprimer clairement, s'expliquer au lieu de me pousser à bout, au lieu de me provoquer en sachant pertinemment que je n'ai pas le total contrôle de mes réactions. Parce que les signes sont là et si j'en ai moi-même conscience, il est impossible qu'il ne l'ait pas remarqué. Il soupire et ca m'agace. Pauvre petit chou, il est contrarié par ma présence, il ne sait plus quoi dire pour me faire partir, pour se débarrasser du problème. Dommage pour lui. À dire vrai ma colère n'est plus vraiment ce qu'elle était quelques minutes auparavant, je suis fatiguée, je ne vois pas l'intérêt de batailler…il veut s'occuper du problème lui-même, jouer les héros. Grand bien lui fasse. « Je vous connaît, toutes les deux. Elle finalement moins que toi, je ne pensais pas qu'elle pourrait faire ça mais ça n'empêche que j'y tiens. Tout comme je tiens à toi. Et je ne veux pas qu'il arrive quoi que ce soit. » Ses doigts viennent frôler ma joue avant de s'en éloigner dans la seconde. Je ne sais pas ce qu'il cherche à faire, ce qui se passe dans sa tête. Y a encore deux minutes il me malmenait et maintenant il ose à peine me toucher ? À moins qu'il ne soit trop difficile d'avoir un geste sympathique envers moi. Apparemment ca doit être le cas.

C'était donc ca. Il ne voulait pas que j'abîme sa taré psychopathe. On y était donc cette fois. Ca donnait déjà beaucoup plus de sens à son comportement. Quant au fait et je mime les guillemets dans ma tête qu'il « tient à moi ». Bullshit. Si vraiment c'était le cas il ne m'aurait pas rayé de la carte comme il l'avait fait dès qu'il s'était mis en tête d'arrêter de me sauter. On peut rester amis. C'est ce qu'il m'avait laissé entendre au milieu de son blabla concernant son mariage et le fait que cette fois il voulait vraiment essaye de le sauver. Oui ba apparemment on a franchement pas la même définition de la chose et de toute évidence à part mon cul y a pas grand-chose d'autre d'intéressant chez moi à ses yeux. Je souffle et roule des yeux, j'évite de rencontrer son regard parce que là tout de suite je sais même plus ce que je fout ici et ce que j'avais espéré y trouver. C'était stupide et irréfléchie et peut-être que je devrais juste aller faire un tour chez les flics au lieu de coller mon problème entre les mains du seul type qui soit au moins aussi instable et peu fiable que moi. Ce qui m'irrite c'est qu'en soit je m'en fiche de rester amie avec lui et pourtant je suis là à quoi m'offusquer qu'il ne soit pas seulement de mon côté, qu'il ne me donne plus de nouvelle ? La vérité c'est que je n'aime pas être relégué au second plan, pas plus que je supporte le manque d'attention. Gamine pourrie gâté et trop longtemps ignorée….Je secoue la tête.

L'attitude à laquelle je fais face n'est plus aussi virulente, plus aussi tendue et peut-être que je devrais y voir une opportunité, peut-être que je devrais moi aussi essayer de me détendre ou de me raisonné. Appelez-ca comme vous voulez, mais avant que l'idée n'ait pu vraiment se faire une idée il revient me faire face et déjà il n'est plus le même. Puis merde, t'as raison. Aller vous foutre sur la gueule, tuez-vous dans la foulée, ça m'évitera de foutre mon mariage en l'air. »  Avec ses mots s'envole toutes mes résolutions, avec ses mots ma mâchoire vient se serrer et mon regard le fusiller une fois de plus. Si ma main n'était pas dans un sale état, je lui aurais volontiers collé dans la tronche là tout de suite. « Putain, mais tu comprends pas que c'est pas ton problème ? T'es pas le centre du monde Sebastian, tout ne tourne pas toujours autour de ta petite personne ! T'as peur de quoi en faite ? que j'abîme ta petite chérie c'est ca ? Bien. Tu veux t'en occuper ? Fait le, mais je te préviens si j'entends parler ne serait-ce qu'encore une fois d'elle, c'est chez les flics que je vais la prochaine fois et tu te démerderas pour expliquer ca à ta femme. Parce qu'apparemment le fait que moi je subisse ca suffit pas pour te provoque des états d'âme, mais les autres là c‘est autre chose. Je lève mes mains devant moi comme pour me rendre à l'évidence. Ca ne sert à rien. T'as gagné je m'en vais et t'inquiète pas cette fois je ne viendrais plus t'emmerder. Félicitation. » Je m'écarte et sonde la pièce du regard pour localiser mon sac qui est posé sur le comptoir de la cuisine, je le récupère et cherche rapidement sur le sol, la photo de laquelle j'avais héritée. Après tout elle pourrait me servir si j'étais vraiment amené à devoir me rendre au poste de police. Je la localise et me penche pour la récupérer, le visage de Mia me fixant presque d'un air satisfait. Arrrg j'ai juste envie de faire disparaître son visage sous mes poings.

_________________

Bang bang bang. I understand now why so many horror movies use that device-the mysterious knock on the door-because  it has the weight of a nightmare. You don't know what's out there, yet you know you'll open it. You'll think what I think:

No one bad ever knocks.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : nebula | tumblr | chachoune
messages : 333
quartier : west side

MessageSujet: Re: Mixed with confusion Ft Sebastian   Jeu 1 Mar - 14:48



Mixed with confusion.
EXORDIUM.
Il se laisse porter par quelque-chose qu'il n'ira pas expliquer. Parce que c'est soudain, tenace, prenant. Parce que ça vient s'immiscer en lui pour disparaître aussitôt, se perdre dans les limbes de son esprit aussi certainement que l'océan efface les traces de ceux qui errent. Évidement. Et Sebastian lutte, Sebastian lutte pour tenter de comprendre, ne serait-ce que s'offrir le loisir de planifier tout ce qu'ici il appréhende. Mais rien, rien ne vient s'offrir à ses songes. Rien si ce n'est ce brouillard épais, cette impression que le monde pourrait finalement s'arrêter de tourner que rien ne changerait. Rien. Il demeurerait ce trouble, cette hésitation, ces battements de cœur incessants dont la raison lui échappe totalement. Et cette voix qui lui revient, et cette voix qui de nouveau, dans son dos, s'élève pour venir glisser sur sa peau. « Putain, mais tu comprends pas que c'est pas ton problème ? T'es pas le centre du monde Sebastian, tout ne tourne pas toujours autour de ta petite personne ! Il ferme les yeux. Il les ferme comme dans l'espoir que l'obscurité puisse lui être utile, qu'elle puisse ne serait-ce que le calmer. Raté. Tout ne fait que s'accentuer, dans les corridors de son âme, s'entrechoquer au fur et à mesure des paroles qu'elle se risque à énoncer. T'as peur de quoi en faite ? que j'abîme ta petite chérie c'est ça ? Bien. Tu veux t'en occuper ? Fais le, mais je te préviens, si j'entends parler ne serait-ce qu'encore une fois d'elle, c'est chez les flics que je vais la prochaine fois et tu te démerderas pour expliquer ça à ta femme. La menace vient, s'ancre en lui comme un poison, la belle délaissant sur lui tout son venin. Et il aurait dû le savoir, il aurait dû le prévoir. Addison a toujours été ainsi, aussi loin et instable qu'il n'avait pu l'être lui. C'est ce qui parvient à apaiser les tambours de son for intérieur, ces cris de rage qui résonnent encore et encore, bien en chœurs. Là, juste sous l'intonation de sa voix qui, enfin, termine par lui faire perdre quelques-unes de ses couleurs. Parce qu'apparemment, le fait que moi je subisse ça suffit pas pour te provoquer des états d'âme, mais les autres, là c‘est autre chose. Un soupire et sa tête qui se baisse, ses lèvres qui se ferment comme pour retenir quelques hurlements qui la concerne aisément. Parce qu'il comprend, maintenant. Il comprend qu'elle n'a pas écouté, qu'elle n'a pas su entendre ce qu'il laissait lui échapper en parlant. Et c'est ça qui l'agace, qui lui fait perdre ses efforts à être patient. Le fait qu'elle soit aussi têtue que lui, aussi prompt à écouter le début des choses quand la fin importe bien plus. T'as gagné, je m'en vais et, t'inquiète pas, cette fois je ne viendrais plus t'emmerder. Félicitation. » Il l'entend qu'elle marche, qu'elle s'anime, qu'elle vient mettre à exécution ses paroles parce qu'elle n'a plus que ce recours-ci, parce qu'elle n'a plus que ces paroles-là à faire entendre ici. Et pourtant, pourtant, par fierté, Sebastian en attendait tellement plus.

C'est la raison pour laquelle il n'ose pas bouger, pas encore, plongé dans des songes qu'il est le seul à percevoir, le seul à entendre, à ressentir au plus profond de son être. Sebastian aurait pu lutter, se taire, continuer dans cette lancée, penser que les choses finiraient par s'arranger. Mais rien. Rien ne vient s'exaucer, pas même le plus minime de ses souhaits. Alors il se redresse à nouveau, O'Malley, il se redresse pour s'emparer du bras de la jeune femme désormais sur le départ, le bras de celle qu'il avait pu trouver parfois sous ses draps. Celle qui, ce soir, insuffle bien plus que de l'agacement ou de la colère. C'est bien plus que ça, bien plus que ce côté froid. « Tu te trompes. » Qu'il laisse entendre, qu'il laisse planer dans l'espace qu'ils animent encore maigrement tous les deux ; bientôt lui seulement. « C'est aussi parce que je tiens à toi que je m'en occuperai. Parce que je refuse qu'on te fasse quoi que ce soit. » Il rétablie une vérité oubliée, il rétablie ce qu'elle a – un peu plus tôt – omit. Et, à peine ses mots évanouis, son emprise sur son poignet se défait, s'échappe aussi certainement qu'elle s'est manifestée. Sebastian lui laisse le champ libre, la possibilité de partir parce qu'elle semble avoir compris qu'il ne lui offrirait pas le luxe de pouvoir se rendre chez Mia. Pas tant qu'il n'aura pas régler les choses lui-même, pas tant qu'il n'aurait pas mit les points sur les « i » avec la jeune femme en question. Des années désormais qu'il la connaît, des années pour enfin pleinement se révéler. Et il aurait pu en rire, Sebastian, il aurait pu en rire si ce degré de folie n'avait pas dépassé la sienne. « Tu es sûre de ne rien vouloir, pour ta voiture ? » Il demande quand même avant qu'elle ne lui échappe, avant qu'elle ne rende l'air un peu plus respirable qu'actuellement, comme à chaque fois qu'elle se tient aussi proche de lui qu'en cet instant.          

_________________


runaway
As I walk along I wonder a-what went wrong with our love, a love that was so strong. And as I still walk on, I think of the things we've done together, a-while our hearts were young.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 274
quartier : Northside : Dans le manoir de sa soeur / Possède un loft Downtown

MessageSujet: Re: Mixed with confusion Ft Sebastian   Ven 2 Mar - 5:30

This is a life of illusion. Wrapped up in trouble, mixed with confusion. What are we doing here?
EXORDIUM.



A peine relevée, la photographie serrer au creux de ma main, froissant les visages surpris par une intrusion inattendue je suis prête à partir, les idées de rébellion et de colère se sont apaisés, pas entièrement cela va sans dire, mais suffisamment pour que je me rende compte que je ne tirerai rien de ma présence ici. C'est une pierre jetée à l'eau, une perte de temps et d'énergie et je n'en ai plus beaucoup à revendre maintenant que mes nerfs se sont engorgés et emmêlés dans une tension qui bien que palpable me paraît difficilement calmable. Lorsque sa main se referme sur mon bras, je ne bouge pas et me contente de jeter d'abord un coup d'œil en direction de son geste avant de relever mon visage vers lui pour ne lui adresser qu'un regard inquisiteur. « Tu te trompes. Je l'entends, mais je ne le crois pas, pas après le comportement qu'il m'a servi, pas après ce manque d'empathie tellement caractéristique du genre de personne qu'il est. Je ne sais pas ce qui m'a en réalité pousser à venir ici, je ne sais pas ce que j'en attendais, parce que la vérité c'est que rien de ce qui a pu être dit ou fait ce soir qui aurait dû me surprendre. Rien.

C'est aussi parce que je tiens à toi que je m'en occuperai. Parce que je refuse qu'on te fasse quoi que ce soit. Je crois qu'il n'y a plus rien qu'il ne puisse dire qui pourrait me faire revenir à la raison, parce qu'en l'instant je crois l'avoir trouvé dans ce qui me semble être une erreur de parcours, les mots s'envolent autour de moi, mais ne semblent pas pouvoir me toucher de quelques façons que ce soit, ils ne m'attendrissent pas, pas plus qu'ils ne provoquent en moi plus de colère que celle que j'ai pu démontrer. Il me laisse juste de marbre et c'est une expression inerte et absente que je lui renvoie sans vraiment en prendre pleinement conscience. Il ne tient pas à moi, peut-être qu'il se le dit, peut-être que ca lui donner bonne conscience ou quelque chose du genre, mais ca reste du vent pour moi, c'est trop loin de ce qu'il a bien voulu me donner ces derniers mois et qui ne fait que confirmer ce que je veux bien me dire. Quant à ce que l'on pourrait me faire, ca provoquerais presque mon rire, il est là, mais il ne trouve pas son chemin pour venir lui éclater au visage, parce que la vérité c'est que c'est déjà en train d'arriver, est-ce qu'il croit que ca me laisse indifférente de m'y reprendre à deux fois avant de décrocher mon téléphone, avant d'ouvrir le moindre courrier…Maxime à raison ce n'est que le début d'un état psychotique qui ne sera sans doute qu'amener à monter en puissance et bien que jusqu'ici j'en refusais jusqu'à l'idée, préférant me dire que qui que ce soit, cette personne se lasserai avant moi, la vérité c'est que je me montais des histoires qui me permettaient de me sentir mieux, même si au fond je savais qu'elle avait sans aucun doute raison.

Ma liberté retrouvée et mon silence toujours planant au-dessus de lui, il le brise de quelques mots ajouter à ceux que j'ai tout simplement refusée. Tu es sûre de ne rien vouloir, pour ta voiture ? »  La banalité de la chose est celle qui me fait finalement réagir, pourquoi ? Je ne le sais pas, mais finalement je réponds calmement, trop calmement. « C'est trop tard pour ca. Le mal est déjà fait. Je secoue la tête à la négative et laisse un soupir fatigué passer le seuil de mes lèvres. Et pour le reste, je me débrouillerais toute seule. Au-revoir Sebastien. » C'est tout, rien de plus. Il n'y a rien de plus à dire. À lui de respecter sa parole pour qu'elle puisse respecter la sienne et sortir de sa vie dans laquelle elle n'a plus l'impression d'être la bienvenue de toute façon et en attendant c'est de chez lui qu'elle sort sans prendre la peine de refermer la porte derrière elle.

Fin du sujet

_________________

Bang bang bang. I understand now why so many horror movies use that device-the mysterious knock on the door-because  it has the weight of a nightmare. You don't know what's out there, yet you know you'll open it. You'll think what I think:

No one bad ever knocks.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mixed with confusion Ft Sebastian   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mixed with confusion Ft Sebastian
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Sebastian Lacrymosa
» Clasica San Sebastian (PT) =====> Wegmann (Colnago)
» [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]
» Clasica San Sebastian !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: West Side :: LOGEMENTS-
Sauter vers: