Partagez | 
 

 SAISON II # INTRIGUE 2

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : Pandamalin
messages : 783

MessageSujet: SAISON II # INTRIGUE 2   Sam 23 Déc - 9:49




SAISON 2 # INTRIGUE 2


1 ■ Synopsis
November, the 30th, 2017 - 10:00 am ; NORTHSIDE (MAGNIFICENT MILE)

Toujours du monde ici, toujours. En cette période encore plus puisqu'il n'est jamais trop tôt pour commencer à songer à Noël et aux cadeaux à faire. Certains prennent de l'avance et sont là pour ça. D'autres pour des achats très différents. Suite à quelques bagarres un peu trop mouvementées au Penitent, Elijah a besoin de racheter du mobilier pour son bar. Jade l'accompagne, sait-on jamais si une babiole lui fait de l'oeil : un achat compulsif est toujours agréable. Toujours. Maeve, elle, a choisi son jour de repos pour tenter de trouver un petit cadeau pour Taylor. Pas d'occasion particulière, elle veut juste lui faire plaisir. Fanny, de son côté, a décidé de se faire plaisir et s'est lancée dans une journée shopping. Voilà déjà près de 30 minutes qu'elle est à l'intérieur de la tour et elle a déjà deux sacs bien remplis en main. Justin, lui, est là pour une raison bien moins agréable : il remplace un collègue malade qui d'ordinaire s'occupe du nettoyage du sol à l'intérieur de cette tour. Autant dire que sa journée de travail déjà commencée depuis deux heures est loin d'être terminée. Peu de chances pour que tout ce petit monde se retrouve à échanger et pourtant...

Pourtant ils vont y être poussés.

Parce qu'ils sont dans cet immense magasin à trois étages qui se trouve au coeur de la tour quand un monstrueux bruit se fait entendre. Quand un immense pan du plafond se décroche et s'écroule sur les personnes présentes. Certains sont chanceux. D'autres moins. Fanny et Jade, par exemple, ont manqué de chance. Si elles n'ont pas été écrasées par l'immense bloc de béton qui est tombé non loin d'elles, elles ont malgré tout été projetées au sol et se retrouvent les jambes coincées par un immense étalage qui leur est tombé dessus. Elijah a été touché par de nombreux éclats de verre quand une vitrine a explosé. Son visage est touché. Par miracle ses yeux ont été épargnés. Maeve, elle, est couverte de poussière mais indemne. Totalement indemne. Miracle. Chance. Allez savoir. Justin par contre, lui, ne peut pas en dire autant. Il est au sol, une vilaine plaie au crâne et surtout son bras coincé sous l'immense machine avec laquelle il nettoyait jusque là le sol. Et autour c'est le chaos. Des cris. Des pleurs. Des gens qui s'enfuient et personne qui s'arrête pour les aider.

Ils n'ont plus qu'eux.

2 ■ Participants (ordre de passage)
# Justin Flanagan
# Maeve Wheelan
# Fanny I. Fleury-Arnaud
# Jade Lincoln
# Elijah Haynes

4 ■ Règles à suivre pour cette intrigue
# 700 mots maximum par réponse
# suivre l'ordre de passage défini ci-dessus : si c'est votre tour et que vous savez que vous n'aurez pas le temps de répondre dans la journée, prévenez vos camarades dans le flood intrigue, merci !
# si vous n'êtes pas en mesure de répondre dans les 48H, votre tour est automatiquement sauté, et ce afin de privilégier l'avancée de l'action  
# il vous est permis de vous arranger avec vos partenaires pour intervertir votre tour avec un autre joueur si l'action s'y prête ou si vous manquez de temps  

■ votre dévoué staff  


Dernière édition par WINDY CITY le Lun 12 Fév - 14:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chicago911.forumactif.org
avatar



crédits : /
messages : 195
quartier : Centre ville

MessageSujet: Re: SAISON II # INTRIGUE 2   Sam 23 Déc - 17:53

Le jeudi était normalement un jour plutôt calme pour Justin. Il n’avait qu’une grosse mission, le soir et le reste du temps il le passait plutôt dans des maisons de particuliers. Cela tombait bien d’ailleurs puisque le rhume qu’il avait attrapé en début de semaine n’était pas encore passé et qu’il passait pas mal de temps à se moucher et à tousser. Un peu de repos ne lui aurait pas fait de mal même si bien sûr, il ne l’aurait jamais dit à voix haute. Seulement voilà, le matin, aux alentours de 7h, son téléphone avait sonné. Il avait hésité à répondre au début, dans un mi-sommeil, mais l’appelant s’acharnait, poussant Justin à se dire qu’il devait y avoir une bonne raison derrière ce dérangement matinal. Et en effet. Un de ses collègues travaillant habituellement le jeudi dans le Northside dans un grand magasin était tombé malade, cloué au lit il n’était pas en mesure d’assurer son poste ce jour-là. Justin était le plus disponible et avait la confiance de ses patrons. Le jeune homme, à qui il en fallait bien plus pour saper le moral, s’était donc levé sur le champ et avait filé se préparer sous la douche. Rendre service lui servirait sur le long terme, il en était persuadé.

Si Justin n’était pas un grand adepte des grands magasins, il y avait quelque chose qui l’amusait beaucoup quand il travaillait là-bas : la grosse machine sur laquelle il était ici. Habituée au balai, à la serpillère voire à l’aspirateur, il n’était psa coutumier des machines mises à disposition dans ces lieux disposant de très grandes surfaces à nettoyer. Il l’avait déjà utilisée une ou deux fois et à chaque fois, c’était le même scénario : on pouvait voir un gamin avec un grand sourire, effectuer son travail comme si c’était un jeu.

Et même si au bout de deux heures de travail, l’enthousiasme premier s’était légèrement évaporé, Justin n’avait pas perdu son sourire. Guidant la machine et ses gros balais rotatifs, il souriait aux personnes qu’il croisait, la majorité était là pour se promener, faire des courses, se faire plaisir quoi.

Ça aurait pu durer très longtemps comme ça. Justin savait que bosser pour ce genre d’endroits cela rimait souvent avec de grandes plages horaires mais il ne se décourageait pas. Le week-end n’était plus très loin et si sa toux était toujours-là, il était persuadé qu’il saurait comment l’occuper et se meubler. Il était d’ailleurs en train de s’imaginer le programme quand tout bascula.

Il entendit un bruit sourd et puis, plus rien. Le vide, le noir. Justin n’eut le temps de rien comprendre, de rien analyser. Il ne se souvenait que de ce bruit sourd qui l’avait arraché à sa rêverie. Il avait tenté de lever les yeux, de regarder autour de lui pour comprendre d’où cela provenait mais il n’eut pas le temps de le faire. Le trou noir.

La première chose qu’il réentendit, ce fut une sorte de bourdonnement. Il ouvrit alors les yeux, sa vue était trouble, son ouïe ne s’était pas améliorée. Embué, perdu, il tenta dans un premier temps de se relever mais ce mouvement lui arracha un cri de douleur. Encore dans le gaz, il tourna alors la tête lentement. Il ne voyait plus son bras droit. Il ne voyait que le début et la suite était dissimulée sous le machine sur laquelle il était hissé quelques instants plus tôt. Il tenta alors de bouger son autre bras qui répondit pour pousser la machine et libérer son bras. Non seulement c’était impossible mais les forces lui manquaient et il laissa retomber lourdement son bras le long de son corps. Petit à petit il reconnectait avec le monde autour de lui et commençait à entendre mieux les choses. Des cris. Des bruits de pas. Il chercha à regarder autour de lui mais chaque fois qu’il bougeait la tête, il avait l’impression que le monde se mettait à tourner. Alors qu’il réalisait, au bruit, que des personnes ne se trouvaient pas si loin de lui, il tenta d’articuler quelques mots.

« Aidez-moi… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Eilyam + Tumblr
messages : 812
quartier : North Side

MessageSujet: Re: SAISON II # INTRIGUE 2   Dim 24 Déc - 0:55




SAISON 2 # INTRIGUE 2


T'as encore les stigmates de la zombie walk. T'aurais cru que la tronçonneuse folle allait être le clou de ta journée mais cela n'avait pas été le cas. Tu aurais du rester couchée chez toi même si t'avais encore une tonne d'adrénaline dans le sang, ça aurait été mieux sans doute, enfin, tu le suppose, parce que t'aurais pas une épaule en vrac comme ça. Le médecin t'avait dit que t'en aurait jusqu'à février pour bien te remettre au moins mais tu comptais bien être remise de tout cela avant. Enfin, tu verrais, mais l'hiver allait être long car tu ne pourrais pas faire de sport, ou alors très peu, et ça ne te plaisait pas. Tu allais passer tes journées au Blue Frog's, à accueillir les clients, et à leur expliquer le pourquoi du comment tu avais ce bras bloqué. Ton épaule avait été démise, par un fou qui avait tenté de s'en prendre à toi, à ta vie alors qu'il était sous l'emprise de la DUST. Heureusement, le médecin t'avait donné un nouveau rendez-vous, un contrôle au bout de trois semaines, et même si ce n'était pas complètement remis, que les séances de kiné étaient difficile, tu n'étais plus obligée d'avoir le bras près du corps. Mais tu ne pouvais pas trop forcer dessus non plus. Alors, tu irais à la salle de sport, et tu forcerais surtout sur les jambes, quitte à avoir un fessier en béton armé, hein. Pourtant, aujourd'hui, ce n'est pas au sport que tu as décidé de te rendre, mais bien Magnificent Mile pour quelques achats, on a dit quelques achats, n'est ce pas ? Pourtant, tu as déjà dévalisé quelques boutiques de la tour. Faut dire que tu n'as pas fait ce genre d'achat depuis l'été, autrement dit, une éternité. Mais il faut croire que tu n'as pas de chance en ce moment. Est ce que ton petit copain ne serait pas en train de te cocufier ? Non, ce n'est pas possible, tu n'en as pas. Celui qui aurait pu devenir potentiellement quelques choses après ce jogging improvisé n'a pas donné de nouvelles. Depuis, tu n'as pas vraiment croisé de personnes intéressantes à ce niveau là. Au détour d'une boutique, tu crois reconnaître Jade, ce qui te mets la puce à l'oreille. Quelques choses va se passer. En vérité, tu préfères en rire, mais très vite tu déchantes lorsqu'un pan du plafond tombe non loin de toi. Tu ne te le reçois pas sur la tête, fort heureusement, mais tu reçois un lourd étalage sur toi, te coinçant une jambe. Tu as mal, tes achats semblent indemnes, mais pas toi. Tu ne peux pas encore forcer sur ton bras. Mais l'étalage est lourd, tu ne pourras pas le soulever. Tu jettes un regard à Jade.

" Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai comme l'impression que t'es un chat noir. Chaque fois que je te croise, y'a une couille dans le pâté. Au fait, je crois pas qu'on a eu le temps de se présenter, Fanny. "

Ou comment mettre un peu d'huile sur le feu, tout en essayant de montrer quelques signes de courtoisie, tout un art que tu sais bien maîtriser même si avec les grosses lèvres de l'infirmière, tu n'es pas sûre que ça fonctionne.


_________________


    « Les doutes s'installent sans que l'on ne s'en rende compte, les doutes sont là, revenant en mémoire, et il est désormais impossible de les éviter. Que faire ? Continuez à rester là, sans réellement chercher, vivre dans le passé ? Faut-il enfin aller de l'avant, et lâcher du lest ? L'avenir nous le dira sans doute bien trop rapidement. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: SAISON II # INTRIGUE 2   Dim 24 Déc - 19:01


Saison 2, intrigue 2

••••

« Putain !»
Un putain de soulagement. J'ai presque envie de rire. Je continue de palper mon corps à la recherche d'une éventuelle blessure mais rien. Absolument rien ! Même pas une minuscule petite éraflure. Pourtant, le bruit sourd qui a précédé la chute d'une partie du toit et m'a fait me figer net dans mon élan n'annonçait rien de bon. Les cris qui ont suivi non plus. Pas plus que les gens qui courent présentement dans tous les sens et se bousculent pour fuir au plus vite cet endroit maudit. Et je n'exagère pas. La dernière fois que je suis venue ici, je me suis retrouvée coincée dans un ascenseur pendant plusieurs heures. Et aujourd'hui....
Mais je n'ai rien. Mon cycle de malchance semble prendre fin. Après l'épisode de l'ascenseur, mon malaise cardiaque, le pédophile de Halloween suivi de l'incendie de mon appartement, un toit s'écroule et je suis sauve. Si j'étais croyante ou même ne serait-ce qu'agnostique, je croirais à un putain de miracle. Mais c'est juste de la chance. Une chance insolente qui, finalement, me laisse échapper un léger rire.
Je me contente de retirer la couche de poussière sur mes vêtements, du moins le plus gros, avant de nettoyer mes lunettes sans lesquelles je ne vois pas grand chose passé vingt centimètres.

Récupérant ma besace je la fais passer sur une de mes épaules, commençant à faire quelques pas, prudemment, entre tous les gravats, plus ou moins gros. Je ne cherche pas spécialement la sortie. Je ne suis pas idiote au point de penser que tout le monde a eu autant de chance que moi. Et mes peurs se trouvent vite confirmées. « Aidez-moi… »  Cherchant l'origine de l'appel à l'aide je finis par tomber sur un jeune homme, le bras coincé sous une machine de nettoyage et le haut de la tête en sang. Merde. Je m'approche rapidement, tentant d'évaluer un ordre de  priorité, et évidemment, c'est sa tête qui remporte la palme. Me plaçant à genoux à côté de lui, je retire l'écharpe que je porte et l'applique sur sa plaie. « Si je vous demande comment vous allez vous trouvez ça incroyablement stupide ? » Je jette un coup d'oeil à son bras, espérant qu'il ne soit pas cassé. Et autour de nous, je m'en rends compte, c'est plus ou moins le chaos. Les cris se sont un peu calmés puisque l'endroit s'est vidé, et quand j'interpelle un homme pour qu'il vienne nous aider il se contente de se mettre à marcher plus vite. « Ma mère avait raison. En cas de catastrophes, ne compte que sur les femmes » Je peste intérieurement. J'attrape doucement la main du jeune homme, lui faisant tenir mon écharpe sur la plaie de son crâne. « Essayez de maintenir une pression suffisante pour arrêter le saignement d'accord ? » J'attends qu'il acquiesce avant de me redresser pour aller du côté de la machine. J'essaie de la soulever, une première fois, puis une seconde,mais rien n'y fait. Je me suis certes remise de mon malaise et mon cœur n'a plus besoin d'oxygène en bouteille pour fonctionner à peu près normalement mais je ne suis pas encore capable de telles prouesses sans me retrouver essouffler au bout de deux minutes. « Attendez-moi ici, je reviens tout de suite » Si personne ne peut m'aider, les lois primaires de la physique le feront. Trouvant ce que je cherchais dans les décombres, je reviens cinq minutes plus tard vers le jeune homme, une barre de fer dans les mains. « Je vais devoir faire levier avec ça. C'est une question de timing. Je ne pourrais pas tenir très longtemps. Dès que vous sentez qu'il y a moins de pression sur votre bras, dégagez-le. Même s'il vous fait mal. Aidez-vous du reste de votre corps. Compris ? » Et une nouvelle fois, j'attends son aval avant de me placer à un angle stratégique. Je glisse la barre entre les pales du volant pour m'assurer une prise solide et éviter que la barre ne glisse. Je la pousse aussi loin que possible en-dessous de la machine et comptant mentalement jusqu'à trois fait pression sur cette dernière. Je mets tout le poids de mon corps sur ce morceau de métal, jusqu'à voir enfin la machine se soulever de quelques centimètres. C'est au tour du jeune homme de jouer.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : Pandamalin
messages : 550
quartier : West Side - Au dessus du Penitent
physique : tatouée ("elijah" sur la tranche de la main droite, colt python à l'aine, haut du bras gauche recouvert par des roses) / dos lacéré profondément suite à un règlement de comptes, cicatrisé, qui limite ses mouvements - cicatrice à la poitrine causée par un couteau - traces de brûlures au niveau des poignets par rapport à ses pratiques sexuelles - vient de retirer un plâtre de sa jambe droite suite à l'effondrement du Magnificent Mile: marche avec une béquille

MessageSujet: Re: SAISON II # INTRIGUE 2   Lun 25 Déc - 23:10

SAISON II # INTRIGUE 2
Justin, Maeve, Fanny, Jade & Elijah


Un rire, un fracas, un poids. Un succession de secondes et d’événements qui emportent leurs êtres dans un nombre encore incalculable de tourments. Sonnée, paumée, assommée, ce qui lui défile encore en tête sont les derniers instants à supplier pour acheter une véritable salle à manger. Dans la poussière, dans les décombres, dans les fuites de flotte qui percent et dégoulinent des tuyaux ; dans le brouhaha ambiant et les pleurs d'enfants, c'est tout ce qu'elle entend. Sa voix, sa voix et son rire, ses sauts de cabri et la ferme négation masculine. Elle se revoit encore souffler, encore toucher le bois du mobilier qui semblait vouloir être acheté. Elle se revoit encore le regarder, le défier pour finalement aller arpenter un autre rayon, un avec des bougies de différentes couleurs, des luminaires et plein de belles décorations. Elle se revoit à capturer les parfums et les senteurs entre les narines fines de son joli nez, à triturer les textures et les matières des coussins, des mugs, des cadres et des pinces à thé.
Elle ne se souvient de rien si ce n'est d'avoir été poussée, projetée, comme avalée par le sol, dévorée par une force assez suffisante pour la faire tomber sans même chanceler. Elle est à terre, abattue, écrasée, il lui est impossible de remuer ni même d'essayer de se relever. Jade peine à respirer, à réaliser. L'arrière de son crâne résonne, un bourdonnement régulier en fond claironne. Une plainte, un gémissement. Elle a des trucs dans la bouche, un caillou, une pierre, un truc rocheux, un truc spongieux ; bizarre. Elle tousse, crache, avec part une de ses dents et un peu de sang. Un filet coule le long de sa joue sale, un sillon se trace et se perd vers son tympan. Une plainte, un gémissement. Encore. Une décharge violente secoue son corps entier sous la tonne de métal de verre et d'objets brisés. Une décharge, un choc, quelque chose qui parcourt ses membres, ses nerfs qui se mettent à trembler quelques secondes pour aussitôt s'arrêter.
A ses côtés, quelqu'un parle, elle tourne la tête, le regard paniqué parce qu'elle ne parvient plus à sentir ses propres membres bouger. Quelqu'un parle, une blonde, un visage qui lui est familier et qui semble dans tout ce chaos avoir une folle envie morbide de plaisanter. « Oh mais tu vas pas la fermer ta gueule ! » Apeurée, la réponse est sans filtre au milieu de quelques larmes qui commencent à perler. « Si t'peux l'ouvrir c'est qu'tu peux te dégager pour chercher d'l'aide. » Ses paroles sont étouffées mais elle parvient tout de même à appeler la seule chose qui dans ce chaos pourrait la maintenir bel et bien éveillée. « Elijah ? »
Made by Neon Demon

_________________



Devil's got a cut Dollar sign snakes I'm all in the damned Godless fearless of the flood Or the blood of the coming spring something is shedding its scales Crying from the heat of the light You say God and I say Satan Open your mouth love Like a gutted church My goat horns are napalm trees And a crown of thorns is hard to swallow You should pray now Is it above or is it below ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : - | tumblr | we♥it
messages : 194
quartier : west side, l'appartement au-dessus du Penitent ; possède une maison isolée aux abords de Chicago légalement grâce à sa fausse identité (David Castle), retapée entièrement par ses soins
physique : il a le dos lacéré, seul et unique cadeau de sa génitrice lorsqu'il était plus jeune. il a également quelques cicatrices de blessures par balle, dont l'une se trouve à sa clavicule suite aux tirs portés par les serbes lors des attentats de noël. mais aussi une cicatrice à la cuisse droite d'un coup de couteau. ses bras sont remplis de tatouages, sa main gauche porte encore fièrement la croix celtique, allégeance à l'irish mob faite à new-york, ainsi qu'un petit coeur sur l'intérieur du poignet, similaire à celui que Jade s'est fait en même temps

MessageSujet: Re: SAISON II # INTRIGUE 2   Jeu 28 Déc - 16:30



SAISON II | INTRIGUE II
EXORDIUM.


La chute est instantanée, brutale et il l'essuie sans vraiment pouvoir la parer. Elijah lutte, Elijah brave les plaines noircies de son esprit pour tenter d'en revenir à l'instant présent, au silence assourdissant qui vient gagner un peu de droit sur les lieux qui, en quelques secondes, se retrouvent envahis d'une poussière épaisse et désagréable. Il tousse, essaie de retrouver un semblant de conscience tandis qu'une certaine douleur s'immisce jusqu'aux coins de ses lèvres, jusqu'aux abords de ses yeux. Et ces sillons brûlants qui viennent s'abandonner le long de ses joues parviennent à alarmer les sens, tout ce qui tremble encore en lui par la chute, la souffrance, cette impression que le monde – son monde une fois encore – s'est effondré. Haynes en secoue brièvement la tête, portant instinctivement ses perles claires sur les alentours, sur le chaos qui vient régner sur cet endroit encore quelques secondes plus tôt bien illuminé. Les joies d'un noël imprévisible, une sortie dont il aurait dû se méfier, et un faible rire qui vient résonner comme pour raviver les derniers instants de tranquillité qui, ici, se sont brisés. Et elle s'immisce, cette crainte, cet antidote contre la douleur tant l'idée du pire se fait plus sulfureuse. Et si, et si. Non, Elijah grimace, Elijah laisse un râle de douleur s'extirper d'entre ses lèvres tandis qu'il s'essaie à se relever, prenant appuie sur davantage de verre qu'il sent déjà bien enfoncé aux lisières de ses traits, de ce faciès déjà assez marqué. Visiblement pas assez pour le Tout qui surveille tous ces faits. Il ne peut nier que Dieu s'est éprit des maux qu'il aime à lui infliger. Ses yeux se portent d'abord sur deux âmes un peu égarées, essayer de se débrouiller. Il ne parvient néanmoins pas à pleinement s'y intéresser, son attention continuant de tout balayer. Parce qu'il n'en reste pas moins égoïste, parce qu'il ne subsiste qu'une personne qui lui soit assez chère pour en oublier de s'occuper de lui. Cette même personne dont il croit reconnaître la voix, le ton pourtant bas. « Elijah? » Le cœur qui se serre, cette impression que chacune des quelques couleurs restantes de ce moment s'amenuisent, là, sous ses yeux, au fur et à mesure qu'il brave les débris d'un toit bien arraché, complètement défait sous une foule finalement incontrôlée. Tout ça pour une sécurité sûrement loin d'avoir été dirigée. C'est ce qui renforce cette rage qu'il sent gronder en lui, cette haine qu'il porte à autrui, ce rappel constant que la solitude n'a jamais été un mal ; bien au contraire. « Jade ?! » Il s'y essaie, en ressent enfin l'ampleur de ce qui orne encore ses traits. La douleur frappe, tape. La douleur vient se faire plus cruelle qu'elle n'avait pu l'être par le passé. Ça n'a rien à voir. Rien. Parce qu'elle coule, parce qu'elle ne fait que croître au fur et à mesure qu'il laisse ses sentiments se trahir sur un visage qui en supporte déjà bien trop. Et il la perçoit enfin, la seule qui puisse réellement lui importer, la seule pour qui il ait choisi de s'élever, de s'approcher. C'est sa main ensanglantée qu'il parvient à hisser jusqu'à la sienne, jusqu'à la jeune femme dont l'état n'amène qu'un haut-le-cœur au mercenaire qui en perd ses moyens. Parce qu'il n'est pas celui à sauver, parce qu'il n'est pas celui qui endure mais celui qui constate, qui voit. Celui qui laisse ses souvenirs le rattraper, celui qui se rappelle de cette terreur injectée en lui alors qu'il constatait ce que les siens – plus ou moins – avait pu lui faire endurer. Il n'hésite aucune paix, en ce monde. Aucune. « Sh, sh, ok. Essaie de ne pas bouger. » Et il tente de l'apaiser, de croiser son regard avant que ses perles claires ne viennent contempler ce qui la bloque, ce qui la retient bien aisément coincée. Et ce cœur qui s'emballe, qui frappe, qui martyrise une cage thoracique déjà fatiguée. Les bagues à ses doigts frappent le métal froid, ça vient résonner à quelques mètres d'eux ; peut-être un peu trop longtemps. Et pourtant, Elijah s'y essaie, osant la pression de ses bras sur ce qui retient sa Belle, sur ce qui vient davantage faire saigner ses mains.     

_________________


« My mercy prevailed over my wrath. »
They took everything from us. Then they call me a monster? The moment I sign that pardon, I proclaim the world that they were right. This ends when I grant them my forgiveness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : /
messages : 195
quartier : Centre ville

MessageSujet: Re: SAISON II # INTRIGUE 2   Ven 29 Déc - 13:00

Lorsqu’une voix se fit enfin entendre, proche et compréhensible et qu’il vit quelqu’un s’agenouiller à ses côtés, Justin sentit une sorte de soulagement s’emparer de lui. Il lui fallut un peu de temps pour percuter et comprendre les paroles qu’elle venait de prononcer. Il lui adressa alors un sourire qui se transforma en grimace alors qu’elle appuyait un tissu sur sa tête. Il devait avoir une sale plaie mais préférait clairement ne pas se l’imaginer. La jeune femme à côté de lui tenta alors de demander de l’aide mais ce ne fut visiblement pas très productif et elle évoqua alors sa mère, une fois encore, le jeune homme esquissa un sourire.

« Je note ça pour plus tard. »

Sa voix était enrouée et il sentait que cela lui demandait un effort de parler pourtant, Justin n’avait pas envisagé de rester silencieux. C’était sa manière de gérer l’angoisse et la douleur : dire une connerie, s’accrocher à sa bonne humeur et à son optimisme. Maintenant qu’il n’était plus seul, c’était plus facile. La jeune femme lui demanda alors de tenir le tissu sur sa tête tandis qu’elle cherchait un moyen de dégager son bras. Justin voulut hocher la tête pour approuver mais rien que le fait de la bouger légèrement lui donnait l’impression de partir en vrille. Il se contenta donc de lever son bras valide et d’appuyer aussi fermement qu’il le pouvait. La jeune femme disparut alors de son champ de vision et il sentit une forme d’angoisse revenir. Si elle ne revenait pas ? S’il restait là, seul, le bras coincé, au milieu de cette foule, de ces cris, de ces gens complètement indifférents ? Optimisme surtout ne pas se laisser happer par la peur… La jeune femme revint cependant rapidement et commença alors à lui expliquer qu’elle allait devoir faire levier avec une barre et que lui devrait dégager son bras seul. La douleur qu’il avait ressentie en tentant de se redresser un peu plus tôt lui revint en mémoire, pourtant, il parvint à articuler quelques mots.

« Compris, chef. »

Encore une pointe d’humour même si l’angoisse s’entendait dans sa voix. La jeune femme de son côté ne semblait pas laisser place au doute et se leva pour se diriger vers la machine qui retenait prisonnier Justin. Elle compta à voix haute et appuya alors de toutes ses forces sur la barre pour soulever la machine. Tandis que la pression sur son bras se relâchait, Justin sentit une violente douleur l’envahir, lui coupant le souffle. La tête lui tournait mais dans un éclair de lucidité, alors que son bras refusait de réagir, il se mit à bouger le reste de son corps pour se décaler et sortir son bras de sous la machine. Il grimaça et après avoir bougé de quelques centimètres, se doutant que la jeune femme ne pourrait tenir éternellement, il lâcha finalement le bout de tissu sa tête et, de son bras valide, attrapa son bras blessé et vint le plaquer contre sa poitrine pour le sortir définitivement la zone dangereuse. Ce geste lui arracha un second cri de couleur qu’il ne chercha en aucun cas à retenir.

Justin ferma alors les yeux quelques secondes. La douleur lui avait donné l’impression d’être dans une bulle, il n’entendait presque plus rien autour de lui et il sentait son rythme cardiaque s’affoler, ayant l’impression que son sang battait trop fort dans ses tempes, que son cerveau allait sortir de sa boîte crânienne. Il avait la nausée et le souffle court. Il se força cependant à rouvrir les yeux, un instinct profond lui dictant de ne pas se laisser happer par l’envie de dormir, de se reposer. Son regard se posa alors sur la jeune femme qui l’aidait et ses traits se firent soudainement plus clair.

« Je crois qu’on se connait… »

Faible mais présent, un sourire étira les lèvres de Justin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: SAISON II # INTRIGUE 2   Sam 30 Déc - 17:11


Saison 2, intrigue 2

••••

Je mets tout mon poids sur ce morceau de fer – ce qui ne fait pas lourd en soi – et toutes mes forces – le peu que je possède – pour parvenir à soulever cette machine ne serait-ce que de quelques centimètres. Je tente de ne pas penser au fait que mon cardiologue me tuerait s'il me voyait fournir autant d'efforts mais les circonstances exigent quelques sacrifices non ? Quand la machine semble bouger je continue de pousser, maintenant une pression suffisante et surtout suffisamment longtemps pour que le jeune homme puisse tenter de se dégager. Et après plusieurs tentatives il finit par abandonner la blessure à sa tête pour se concentrer sur son bras, l'attrapant sans trop de ménagement pour le dégager. Le cri de douleur qu'il laisse échapper n'annonce rien de bon et je grimace, autant pour ça que pour l'effort fourni. M'assurant que le champ est libre je laisse retomber l'engin, passant outre la légère douleur dans ma poitrine qui disparaît déjà progressivement.
Lançant la barre de fer un peu plus loin je reporte mon attention sur le jeune homme et reviens à ses côtés. « Je crois qu’on se connaît  » M'agenouillant à nouveau près de lui mes sourcils se froncent alors que je le dévisage de longues secondes. Son visage est certes couvert de poussière et son front laisse s'écouler une longue traînée de sang mais même en retirant mentalement tout cela son visage ne m'est pas plus familier qu'un autre. Et je suis pourtant physionomiste. Je le crois pourtant. Je passe difficilement inaperçue avec mon look et les gens se souviennent en général facilement de moi. Et tandis que je vérifie la blessure à sa tête qui saigne en moins mais encore un peu, je tente d'orienter son attention ailleurs. « Toujours se méfier avec ce genre de phrases. Imaginer que vous m'ayez vu dans un porno, vous seriez horriblement gêné de vous souvenir de moi dans une position délicate » Un léger sourire moqueur alors que mes yeux descendent vers son bras, que je n'ose pas toucher. Au mieux il est simplement douloureux à cause du poids de la machine, au pire cassé ou....mais je ne suis pas docteur. J'aurais pu. Mais je ne le suis pas. « Je vais essayer d'immobiliser votre bras pour que ça soit moins douloureux d'accord ? » Je ne suis peut-être pas médecin mais ça, c'est dans mes cordes. Et l'écharpe que je lui ai cédé plus tôt me sera plus qu'utile dans mon entreprise.

Attrapant le morceau de tissu possédant à présent une grande tâche de sang, je le déroule, tentant de le partager en deux parties égales. « Va falloir lever votre bras. Juste une fois. À trois ? » J'attends qu'il acquiesce, ne voulant pas le brusquer et décompte une nouvelle fois. Quand il soulève son bras je me dépêche de passer l'écharpe en dessous, le laissant reposer son membre délicatement. « C'est bon ne bougez plus. » Dans une douceur peu coutumière j'installe du mieux que je peux le tissu, essayant de lui changer les idées. « Alors, d'après vous ? On se connaît d'où ? » C'est que je suis curieuse maintenant. Et pendant qu'il me répond je glisse le tissu de son coude au poignet, m'assurant que tout son bras est englobé avant de remonter les deux pans derrière sa nuque pour les nouer solidement à deux reprises. Ça devrait soulager un peu la douleur qui lui irradie le bras en attendant de trouver mieux. Une putain de pharmacie par exemple ? Il y en a, j'en suis sûre, mais dans tout ce bordel, impossible de me souvenir où. « Je vais vous aider à vous redresser en position assise, juste pour voir ce que ça donne... » Et aussi pour vérifier que la tête ne lui tourne pas trop et qu'on puisse éventuellement se déplacer avant que ma chance ne tourne. Je le laisse prendre appui sur moi et l'aide du mieux possible en tâchant de ne pas lui faire mal, le faisant s'adosser à la machine qui l'écrasait quelques secondes plus tôt. Un premier pas d'effectué. Façon de parler.

Au loin j'entends quelques coups répétitifs sur une surface métallique mais quand je tourne mon visage dans la direction du bruit, le nuage de poussière qui continue d'envahir l'espace m'empêche d'y voir clair. Il faudrait probablement aller voir mais je ne peux pas vraiment laisser le jeune homme tout seul.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar



crédits : Eilyam + Tumblr
messages : 812
quartier : North Side

MessageSujet: Re: SAISON II # INTRIGUE 2   Dim 31 Déc - 14:47




SAISON 2 # INTRIGUE 2


Pourquoi est ce qu'il faut qu'elle soit toujours dans les parages. Même à la zombie walk, tu es certaine qu'elle ne devait pas être très loin de toi, mais qu'avec tout ce monde, tu n'as pas réussi à la voir, mais elle devait être là, ce n'est pas possible autrement. Enfin, ça n'a pas d'importance, ces derniers temps, tu n'as juste pas de chance en général, et cela semble continuer, encore. Un jour tu vas finir par mourir avec toutes ces conneries, tu le sens bien venir comme ça, à moins que tu ne réussisses à te créer une armure comme Iron Man avec tous ce que tu as pu accumulé depuis que tu es là. Ouais, ça pourrait être une idée ça, tu serais Iron Woman et tu sauverais la veuve et l'orphelin, si c'est pas une idée de génie. Pourtant, la situation ne devrait pas être à la plaisanterie, mais tu ne peux pas t'en empêcher, comme si finalement, tu étais à présent habituée à ce qu'il t'arrive toujours un truc. Une cheville, une épaule, des jambes, ce n'est finalement qu'une petite partie de ton corps, n'est ce pas ? Même si là, tu as clairement mal, pas au point de crier de douleurs, pas encore, mais tu sens le poids sur tes jambes musclées. Tu as une bonne condition physique malgré une épaule encore fragile. D'ailleurs, en essayant de bouger un peu, la douleur devient plus forte à ce niveau là. Elle n'est pas déboitée, tu sens la différence, mais la pauvre a repris un choc finalement peu de temps après le dernier, ralentissant déjà la guérison. Mais celle à tes côtés, celle qui a été projeté avec toi sur le sol et sous cette énorme étagère t'envoi balader sans aucun filtre. La deuxième réplique te laisse échapper un petit rire.

" Tu m'as pris pour Hulk ou quoi ? C'est pas parce que j'ai des vêtements verts que j'ai autant de force. Et comme mon deuxième prénom c'est pas Hercule, je vais pas pouvoir nous dégager. Mais ça me fait plaisir de te revoir. Peut être qu'on pourrait avoir besoin d'une tronçonneuse aujourd'hui d'ailleurs. "

C'est acide, c'est sarcastique, et c'est totalement volontaire. Cela ne remonte à il y a peu de temps, même si elle est sous le choc, elle se souvient clairement de cette soirée cauchemardesque. Elle appelle donc un certain Elijah. Ce prénom te dit quelques choses, tu l'as déjà croisé, tu en es presque sûre, et ce n'était pas forcément dans des endroits très sains disons. The Penitent, ça vous dis quelques choses ? Et le sous-sol de ce bar, ça vous parle ? Tu ne sais pas si c'est lui ou non, le prénom n'est pas le plus répandu au monde, mais Chicago est une grande ville, il doit y en avoir plusieurs. Mais le visage qui arrive vers vous est bien celui que tu pensais voir. Tu comprends mieux certaines choses, tu fais des amalgames avec une facilité déconcertante. Il s'essaye du coup à soulever l'étalage qui écrasent vos jambes. Tu ne sais pas s'il y arrivera mais tu espères, car dans le chaos ambiant, il semble être le seul espoir, car personne d'autres ne se préoccupe de vous deux, enfin, il se préoccupe de Jade, car il ne t'a même pas vu sans doute.


_________________


    « Les doutes s'installent sans que l'on ne s'en rende compte, les doutes sont là, revenant en mémoire, et il est désormais impossible de les éviter. Que faire ? Continuez à rester là, sans réellement chercher, vivre dans le passé ? Faut-il enfin aller de l'avant, et lâcher du lest ? L'avenir nous le dira sans doute bien trop rapidement. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : Pandamalin
messages : 550
quartier : West Side - Au dessus du Penitent
physique : tatouée ("elijah" sur la tranche de la main droite, colt python à l'aine, haut du bras gauche recouvert par des roses) / dos lacéré profondément suite à un règlement de comptes, cicatrisé, qui limite ses mouvements - cicatrice à la poitrine causée par un couteau - traces de brûlures au niveau des poignets par rapport à ses pratiques sexuelles - vient de retirer un plâtre de sa jambe droite suite à l'effondrement du Magnificent Mile: marche avec une béquille

MessageSujet: Re: SAISON II # INTRIGUE 2   Mer 3 Jan - 0:09

SAISON II # INTRIGUE 2
Justin, Maeve, Fanny, Jade & Elijah


Elle l'appelle. Sa voix faible et glacée est comme une bouteille à la mer, lâchée ; une bouteille dans l'océan de poussière, dans le désert des crépitements des taules qui ploient, des gravats qui tombent et écrasent encore ça et là les passants qui courent dans un bordel, dans un brouhaha. Ils sont encore là, à fuir, à se planquer, à s'échapper peut être en en écrasant, en en abattant des autres comme eux, des hommes à terre, blessés, pleurant, se plaignant avec plus que quelques égratignures, quelques commotions, des trucs un peu plus bêtes et surtout méchants. Elle l'appelle. Elle l'appelle une dernière fois. Elle attend, elle l'attend impatiemment, trépignant, essayant de bouger ses jambes qu'elle a l'impression de sentir à nouveau, juste une demie seconde, juste des fois, par moment. Rien de bien concluant finalement. Un silence inquiétant s'installe après la réponse amère et sèche de la blondasse qu'elle ne relève même pas si ce n'est dans l'exaspération d'un soupir qui semble énormément lui coûter en énergie déjà. Un silence qui persiste et signe jusqu'à ce que des morceaux de bruits de verre pillé que l'on écrase, que l'on arase du bout d'une semelle de cuir solide se fassent entendre. « Jade ?! » Une voix de rocaille, un ton brut et caverneux, Elijah apparaît, le visage couvert de sang, le regard apeuré, perdu. Oiseau de proie, il fonce, s'abat contre le sol dès qu'il la voit. La gueule ouverte, les joues et le nez rougeoyants il s'approche d'elle, laissant perler dans son sillage quelque trace liquide de son vif passage. « Ton visage... » Une expression de surprise, un souffle choqué, elle tend les bras vers lui, plus préoccupée par ses plaies que par cet état qu'elle - de toutes façons - ne sent même pas. « Mon dieu, ton visage... » Le pouce pâle qu'elle avance vers lui vient à peine effleurer les dégâts laissés.
A la place, c'est elle qu'il se met à rassurer, hypocrite, acteur raté qui, elle le sait, est déjà entrain de s'énerver, d'essayer de soulever ce qui la maintient bloquée. « Calme toi. Calme toi love, on va sortir de là ok ? J'vais bien, ça va, ça pique un peu c'est tout. Y'a pas une barre dans le coin, un truc avec lequel tu peux faire levier ? » Sa chevelure de lion bouclée se secoue, il cherche du regard trouve un truc lourd, en métal plat qu'il ramène. « Toi, toi, rend toi utile là, gueule un bon coup pour qu'on vienne l'aider et tu t'arrêtes pas temps que quelqu'un n'est pas là parce que j'te jure que si j'sors de là et qu'tu l'fais pas j'te r'fais le portrait. » La mâchoire crispée, sa tête se met à tourner, le plafond percé semble tanguer. En temps normal l'hystérie dans les veines, c'est son cri qui aurait été lancé, mais, lucide sur son cas, elle constate qu'elle n'y arrivera pas.
Made by Neon Demon

_________________



Devil's got a cut Dollar sign snakes I'm all in the damned Godless fearless of the flood Or the blood of the coming spring something is shedding its scales Crying from the heat of the light You say God and I say Satan Open your mouth love Like a gutted church My goat horns are napalm trees And a crown of thorns is hard to swallow You should pray now Is it above or is it below ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : - | tumblr | we♥it
messages : 194
quartier : west side, l'appartement au-dessus du Penitent ; possède une maison isolée aux abords de Chicago légalement grâce à sa fausse identité (David Castle), retapée entièrement par ses soins
physique : il a le dos lacéré, seul et unique cadeau de sa génitrice lorsqu'il était plus jeune. il a également quelques cicatrices de blessures par balle, dont l'une se trouve à sa clavicule suite aux tirs portés par les serbes lors des attentats de noël. mais aussi une cicatrice à la cuisse droite d'un coup de couteau. ses bras sont remplis de tatouages, sa main gauche porte encore fièrement la croix celtique, allégeance à l'irish mob faite à new-york, ainsi qu'un petit coeur sur l'intérieur du poignet, similaire à celui que Jade s'est fait en même temps

MessageSujet: Re: SAISON II # INTRIGUE 2   Mer 3 Jan - 22:56



SAISON II | INTRIGUE II
EXORDIUM.


« Ton visage... Mon dieu, ton visage... » Il n'en ressent la pression que lorsqu'elle ose effleurer ses traits de ses doigts. Parce qu'il la ressent s'immiscer brutalement jusque le long de son cou, laissant à son dos la présence tenace d'un frisson. Parce qu'elle s'inquiète d'un sort déjà scellé quand le sien est ici menacé. Raison pour laquelle il se défait de ce contact, raison pour laquelle il rompt un instant cette proximité dans l'espoir de pouvoir la sortir des décombres qui l'ont piégé. Parce qu'il use de ses bras, parce qu'il use du peu de force qu'il possède encore pour prouver qu'il est en mesure de la protéger ; chose qu'il n'a pas encore pu faire, chose qui lui fut arraché au moment même où ce toit fut tombé. Un haut-le-cœur, cette rare culpabilité qui revient et hante, erre dans les corridors d'un esprit aux teintes d'humanité qu'il perd. Parce qu'il hurle, bêtement, parce qu'il jure, inutilement. Elijah panique, Elijah essaie. Elijah lutte contre une physique contre laquelle il ne peut rien. Parce qu'il n'est pas l'homme d'autrefois, parce que sa stabilité lui manque, parce que sa souffrance commence à s’accroître et à sortir de sa planque. Et malgré la voix de sa Belle, malgré ses supplications qu'il lui perçoit, Haynes ne s'arrête pas. Déterminé, bien qu’essoufflé. Il cherche, balaie les alentours de l'azur de ses prunelles pour y trouver ce qu'il cherchait ; en partie. Aussi, il ose s'éloigner, il ose laisser sa Jade dans les décombres rien qu'un instant, quelques secondes qui suffissent à Elijah pour en ressentir ce malaise, cette impression de vide, cette impression que rien n'a su échapper à cet aspect nouveau, ce teint livide. Tout se défait des couleurs connues, tout se défait de ce qu'il aurait pu voir dans d'autres circonstances, celles à la base convenues. Ils auraient dû trouver leur bonheur, repartir et rentrer sans avoir à subir les dégâts de ce qui vient agrandir la plaie de son cœur. Il en vient à donner davantage d'entrain à ses gestes, à ce qu'il vient placer sous l'énorme présentoir qui retient les jambes de Jade, sous la cage de métal qui la garde dans ses tréfonds. Elijah lutte, se fout des voix, des dires, des cris. Elijah essaie parce qu'il n'a plus que ça en tête, parce qu'il n'a plus que ça pour éviter de perdre jusqu'à la conscience qui tient miraculeusement accrochée à son être. Et les secondes se font longues, les quelques minutes à peine écoulées tortionnaires derrière les éternités qu'elles deviennent. Alors il prie, silencieusement, il prie pour que ses tourments soient finis ; et dire que ces jours de malheur sont pour lui. Trop de choses se sont abattus contre lui, trop de choses se sont passées malgré tout ce qu'il avait entrepris dans l'espoir de les parer. Et il croit y parvenir, par lui-même, concentré dans ses idées, dans ses images au cours de quelques nuits inventées ; celles qu'il aime à ressasser, celles qu'il aime à arpenter au détour de quelques insomnies essuyées. Elijah contemple tout ce qu'il pourrait avoir, tout ce qu'il prévoyait pour elle, pour lui, pour Eux finalement. Et il croit vraiment y parvenir grâce à ça, loin de la main-d’œuvre qu'il reçoit de quelques âmes tout juste arrivées, vaillantes pour se risquer jusque dans le chaos installé. Jade s'en échappe, Jade s'en sort et sa voisine probablement de justesse parce qu'il relâche tout, rapidement, parce qu'il vient enserrer le corps choqué de celle qui l'a accompagné. « Ça va, t'es sûre? » Il la tient, la retient, la bloque en vérité contre lui. Elijah ne s'en rend pas vraiment compte, faisant omission du monde qui l'entoure, de l'aide encore requise ; éprit par sa douleur, par sa panique, par toutes ces émotions qu'il n'est pas en mesure de gérer. Car si Jade reprend pied, car si Jade commence à retrouver la totalité de ses mouvements, Elijah quant à lui en sent un battement. La douleur trop vivace, creusant avec avidité ses crevasses.      

_________________


« My mercy prevailed over my wrath. »
They took everything from us. Then they call me a monster? The moment I sign that pardon, I proclaim the world that they were right. This ends when I grant them my forgiveness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : Pandamalin
messages : 783

MessageSujet: Re: SAISON II # INTRIGUE 2   Jeu 4 Jan - 18:51




SAISON 2 # INTRIGUE 2


1 ■ Synopsis
November, the 30th, 2017 - 10:10 am ; NORTHSIDE (MAGNIFICENT MILE)

Justin tient péniblement debout mais il tient. Grâce au soutien infaillible de Maeve qui l'aide du mieux qu'elle le peut à avancer en direction des cris qu'elle entend, des cris que Fanny daigne lancer pour qu'on vienne les aider, Elijah ne pouvant pas tout faire seul. Jade et Fanny sont toujours coincées, les blessures d'Elijah bien que superficielles dans un sens s'aggravent au fur et à mesure qu'il bouge, qu'il tente de sortir sa belle de ce qui la bloque. Et finalement, Maeve et Justin parviennent à bon port. Ils parviennent jusqu'au trio qui a besoin d'aide et malgré son état, Justin aide, contrairement à d'autres qui continuent de passer en courant sans s'inquiéter des autres. Malgré sa plaie au crâne, malgré les vertiges, il donne le peu de force qu'il a de son bras valide pour aider Fanny à sortir de là-dessous pendant que Maeve sort Jade alors qu'Elijah use de toutes ses forces pour maintenir la chose de métal soulevée le temps que les deux femmes soient hors de danger. Et elles le sont. Jade est dans les bras de son beau, une cheville gauche cassée et une plaie à la cuisse gauche mais cela pourrait être bien pire. Fanny peut souffler bien qu'elle ait le tibia droit très probablement brisé. Maeve peut être fière d'elle. Et Justin lui, s'écroule. Il ne perd pas connaissance mais ses jambes ne le tiennent plus et Maeve n'est pas assez près pour retenir sa chute. Le crâne heurte le sol et ce n'est clairement pas la meilleure chose qui pouvait arriver à Justin qui, à défaut de perdre totalement connaissance, est assailli par de nouveaux vertiges et se sent de plus en plus mal. La douleur au crâne est telle que sa vue se trouble au point qu'il ne soit plus capable de voir quoi que ce soit, ce qui le fait bien sûr paniquer.

Et c'est là qu'un nouveau bruit se fait entendre. Une sorte de craquement sourd : comme si quelque chose était sur le point de s'écrouler non loin.

2 ■ Participants (ordre de passage)
# Justin Flanagan
# Maeve Wheelan
# Fanny I. Fleury-Arnaud
# Jade Lincoln
# Elijah Haynes

4 ■ Règles à suivre pour cette intrigue
# 700 mots maximum par réponse
# suivre l'ordre de passage défini ci-dessus : si c'est votre tour et que vous savez que vous n'aurez pas le temps de répondre dans la journée, prévenez vos camarades dans le flood intrigue, merci !
# si vous n'êtes pas en mesure de répondre dans les 48H, votre tour est automatiquement sauté, et ce afin de privilégier l'avancée de l'action  
# il vous est permis de vous arranger avec vos partenaires pour intervertir votre tour avec un autre joueur si l'action s'y prête ou si vous manquez de temps  

■ votre dévoué staff  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chicago911.forumactif.org
avatar



crédits : /
messages : 195
quartier : Centre ville

MessageSujet: Re: SAISON II # INTRIGUE 2   Jeu 4 Jan - 19:16

Justin avait tenté de rire à la remarque de sa sauveuse sur l’endroit d’où il pouvait la connaître mais aucun son n’était sorti de sa bouche. Un sourire avait cependant étiré ses lèvres avant de vite disparaître tandis que la jeune femme lui annonça qu’elle allait tenter d’immobiliser son bras. Il savait que ça allait faire mal, la sensation ressentie alors qu’il avait dégagé son membre de sous la machine était encore bien présente. Mais il n’avait pas le choix, rester comme ça c’était risquer de se faire encore plus mal et surtout, être dans l’incapacité de bouger. Il avait donc d’un regard donné l’autorisation à la jeune femme de s’occuper de son bras. Docile, Justin souleva son bras blessé en s’aidant de l’autre au compte de la jeune femme. Ce mouvement lui arracha une grimace et un grognement de douleur mais il parvint à tenir suffisamment longtemps pour qu’elle puisse placer le tissu ce qui était déjà une belle victoire. Tandis qu’elle la nouait derrière sa nuque, Justin tenta d’apprivoiser la douleur en se concentrant sur sa respiration. Elle relança alors la conversation, lui demandant d’où il pensait la connaître. Justin remettait ses idées en place alors qu’elle enchaînait déjà en lui proposant de tenter la position assise. Se concentrant sur ça plutôt que sur l’effort requis pour parler, il se redressa et se retrouva finalement adossé contre la machine qui avait été tour à tour son outil de travail puis son outil de torture. Une fois-là, il parvint enfin à lâcher quelques mots, essayant une fois de plus d’arborer un sourire.

« Tu connaîtrais pas Taylor ? »


Pas le temps de poursuivre cette petite conversation, des cris se firent entendre, alertant les deux jeunes gens. Après un échange de regard, Justin se mit sur ses pieds, aidé par la demoiselle. Ils avancèrent aussi vite qu’ils le purent et découvrirent rapidement deux jeunes femmes au sol, les jambes bloquées par un étalage. Un homme, le visage en sang et couvert d’éclats de verre tentait désespérément et seul de les dégager. Aidé par la jeune femme, il s’agenouilla à côté d’une des deux demoiselles alors que sa sauveuse était au près de l’autre. L’homme utilisa de nouveau ses forces pour soulever l’étalage, Justin l’aida tant bien que mal avec son corps, pour que le meuble bouge le moins possible tandis que de son bras valide et en criant à la fois de rage et de douleur, il aida la jeune femme à s’extirper de dessous. Quand, après un long effort, il vit qu’elle n’était plus sous la structure, il se leva par réflexe, comme s’il avait plus de facilité à respirer en hauteur.

Fatale erreur. Justin eut tout juste le temps d’adresser un sourire qui se voulait réconfortant à la jeune femme qu’il venait d’aider à se dégager. Il sentit ses forces l’abandonner et tout devint flou. Une vive douleur lui traversa la tête alors que cette dernière heurtait le sol. Une vague nauséeuse s’empara de lui, la douleur se fit encore plus forte. Grimaçant, Justin roula sur le dos, cherchant du regard les personnes qu’il avait vues auparavant. Sauf qu’il ne voyait presque plus rien. Sa vue était trouble, des tâches se dessinaient devant ses yeux, des sources lumineuses semblaient danser mais il était incapable de distinguer quoi que ce soit de net. La douleur était de plus en plus fort et il avait la désagréable impression de se sentir partir, d’être happé par quelque chose. Pourtant, l’instinct qui s’était déjà manifesté auparavant était toujours là. Il ne devait pas dormir. Il ne fallait pas qu’il dorme.

« J’vois plus rien… J’vois plus rien… »

Justin avait lâché ces mots dans un souffle. Il avait envie de les crier pourtant, il n’en avait pas la force. Ce fut un son faible qui sortit de sa bouche. La douleur le vrillait, irradiant tout son corps mais partant surtout de son crâne comme si quelqu’un s’acharnait à lui taper dessus encore et encore. Il ne voyait plus rien, n’entendait presque plus rien, perdant tout ses repères, il sentit la panique l’envahir alors que sa respiration se faisait de plus en plus rapide et saccadée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: SAISON II # INTRIGUE 2   Sam 6 Jan - 18:00


Saison 2, intrigue 2

••••

Je n'ai ni le loisir ni l'opportunité de lui demander des précisions sur l'information qu'il m'apporte. Je ne sais pas comment il connaît ma petite amie et comme cette dernière n'est pas du genre à montrer des photos de moi à tout le monde, ça n'explique pas comment il m'a reconnu. Mais ce n'est pas franchement notre priorité quand des appels à l'aide se font entendre non loin de notre position. Aidant du mieux que je le peux le jeune homme à se mettre debout, je passe un bras autour de lui, évitant d'entrer en contact avec son bras probablement cassé, avançant lentement vers l'origine des cris. Le spectacle que je découvre est bien plus inquiétant que celui que je viens de quitter. Deux femmes, le corps à moitié visible seulement, et un homme dont le visage en sang ne présage rien de bon, essayant vainement de les sortir de là.
Il ne faut guère de temps à mon compagnon et moi-même pour nous mettre en mouvement et l'aider du mieux possible avec le peu de force que l'on a à disposition. Je sens mon cœur se contracter douloureusement à cause de l'effort fourni mais je tiens bon, le temps de dégager les deux jeunes femmes l'une après l'autre et enfin laisser retomber l'étalage dans un bruit sourd.

Je suis déjà essoufflée. Ce n'est clairement pas un endroit pour une personne cardiaque. Mais puisque les catastrophes n'arrivent jamais seules, je n'ai pas le temps de demander aux nouveaux protagonistes comment ils se sentent et de constater l'étendue des dégâts. Il chute. Le garçon avec le bras en écharpe.Comme dans les films, au ralenti. C'est du moins l'impression que j'ai quand je vois le corps du jeune homme tomber dans un angle droit parfait, sa tête heurtant violemment le sol. Dans un réflexe stupide mes yeux se ferment, comme si ce simple geste avait le pouvoir de limiter les dégâts. Quand je les rouvre, une demie seconde plus tard, il est affalé au sol, sur le dos. «  J’vois plus rien… J’vois plus rien…  » Merde....

Sa voix est faible et je le vois lutter pour ne pas laisser ses yeux se fermer. Je finis par sortir de l'état léthargique dans lequel j'étais plongée et me précipite vers lui, tombant à genoux à ses côtés. Prenant doucement sa tête entre mes mains je la pose sur mes genoux, le calant doucement. « Ne vous endormez pas okay ? Vous devez rester avec moi. » Je ne lui dis pas tout ce qui me traverse la tête. Sa perte de vision peut-être due à une commotion cérébrale. Il y a même de fortes chances que ça soit du à ça mais je me retiens de lui avouer. Pour la simple et bonne raison que les gens paniquent face à ce genre de mots, bien plus qu'ils ne le devraient. Ce n'est pas si grave que ce que l'on peut s'imaginer. Mais je me tais, n'attise pas l'inquiétude qui doit commencer à le ronger. « Le choc que vous venez d'avoir à la tête a provoqué une perte de vision passagère, ça va revenir d'accord ? C'est juste passager. » Le rassurer, continuer de lui parler, s'assurer qu'il ne s'endorme pas. Et surtout qu'il continue de parler. Autant pour le garder éveiller que pour s'assurer que son discours reste cohérent. Mon regard se porte sur les autres victimes. L'homme s'occupe de la première, visiblement ils étaient ensembles au moment de l'accident. Et sur la blonde non loin de moi. « Vous venez de sortir une jeune femme coincée sous l'étalage, décrivez-là moi. » Une façon comme une autre de solliciter son cerveau et de le faire parler.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar



crédits : Eilyam + Tumblr
messages : 812
quartier : North Side

MessageSujet: Re: SAISON II # INTRIGUE 2   Sam 6 Jan - 23:21




SAISON 2 # INTRIGUE 2


Ton sarcasme rejoint le néant. Peu importe, ce n'est pas cela qui va t'aider à sortir de là dessous, n'est ce pas ? Non, rien ne peut t'aider, tu as l'épaule fragile, tu ne peux pas forcer dessus, et ta jambe droite te fait horriblement mal, bien plus que la gauche, mais tu ne sais pas l'étendue des dégâts. A ce rythme là, tu vas finir par ne plus bouger de chez toi, sinon tu vas finir en miette mais cette fin d'année ne semble pas vouloir te faire de cadeaux : une cheville, une épaule et maintenant une jambe, ton tibia droit, tu le sens, mais la douleur n'est pas assez vive pour que la jambe soit brisée. C'est le diagnostic que tu fais toi-même, celle que la pompier en toi veut faire, mais en vérité tu ne sais pas, tu ne bouges pas la jambe, même si tu sens le poids sur les deux, plus sur la droite donc que la gauche. La rouquine à tes côtés ne dit pas grand chose, puis soudain, son Elijah apparait, c'est bien celui que tu pensais voir, et son visage est en sang. Il s'est pris des éclats de verres visiblement, mais ces yeux ne semblent pas touchés, une chance à ce niveau là. Jade veut que tu cries à nouveau pour qu'on vienne vous aider. Pour une fois, elle n'a pas tord.

" Quelqu'un peut nous aider ? Nous sommes coincées sous un étalage. Aidez nous. "

Tu cries, tu te répètes, car tu doutes qu'Elijah arrive vraiment à porter l'étalage seul à bout de bras pour que vous puissiez vous échapper de son emprise. Deux personnes dont une est bien amochée à la tête arrivent alors pour vous sauver. En alliant les efforts de tout le monde vous réussissez à sortir de là dessous. C'était moins une, l'étalage aurait pu te tomber sur la tête et presque te tuer, mais là il est lourdement tombé sur tes jambes, la droite a pris cher visiblement. Tu as mal, vraiment, et tu ne sais pas si la douleur va passer car vu le poids de l'étalage tu doutes n'avoir qu'un simple bleu sur cette jambe. Est ce que ce serait cassé ? C'est possible, tu n'oses pas regarder ta jambe de trop près pour cela, mais tu sens la douleur. Puis soudain, un de tes sauveurs tombe au sol, sa plaie à la tête semble être sérieuse, il ne faut pas qu'il s'évanouisse. Tu en oublierais presque ta douleur à la jambe et même si tu ne le connais, il s'est arrêté pour te sortir de dessous l'étalage, alors tu vas l'aider. La jeune femme qui était avec lui a déjà pris le relais, elle s'en sort bien, très bien même. Elle le rassure, fait tout ce qu'il faut pour qu'il ne tombe pas dans une sorte de coma.

" Je vais lui chercher une couverture de survie, restez bien avec lui. "

Tu clopines pour aller vers un extincteur et donc vers la couverture de survie qui est à proximité. La douleur dans ta jambe est lancinante, elle grimpe dans le reste de ton corps pour te faire comprendre qu'il y a un problème. Tu grimaces mais tu reviens avec la couverture et la pose délicatement sur lui. Son état est clairement plus sérieux que le tien.


_________________


    « Les doutes s'installent sans que l'on ne s'en rende compte, les doutes sont là, revenant en mémoire, et il est désormais impossible de les éviter. Que faire ? Continuez à rester là, sans réellement chercher, vivre dans le passé ? Faut-il enfin aller de l'avant, et lâcher du lest ? L'avenir nous le dira sans doute bien trop rapidement. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: SAISON II # INTRIGUE 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
SAISON II # INTRIGUE 2
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» SAISON I # INTRIGUE 1
» LA C N E UNE VACHE A LAIT EN TOUTE SAISON !
» Résumé de l'intrigue
» saison, l'automne : gratin de poires au roquefort
» SG-Universe, saison 1 [SPOILERS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: North Side :: MAGNIFICENT MILE-
Sauter vers: