Partagez | 
 

 SAISON II # EVENT 1

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : Pandamalin
messages : 902

MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 1   Jeu 4 Jan - 18:26




SAISON 2 # INTRIGUE 2

1 ■ Synopsis
Novembre, the 30th, 2017 - 10:40 am ; SOUTHSIDE (CHICAGO MEDICAL CENTER)

Aux urgences, Taylor n'a donc plus le choix : elle va devoir opérer le patient dans la salle de traumato et ça ne va pas être une partie de plaisir : l'hémorragie est grave, sans parler des convulsions, car si la Depakine a arrêté les convulsions, le médicament ne s'occupe pas de ce qui les a provoquées. Taylor va devoir agir vite et bien, mais au risque d'opérer un homme qui deviendra un légume, il va falloir qu'elle pense à vérifier ses pupilles. Ce sera pour elle la seule façon de s'apercevoir que le patient a très certainement un caillot dans son hémisphère frontal droit, là où il a également pris un choc, et le caillot fait pression, d'où les convulsions. Taylor va devoir prendre les bonnes décisions. Elle pourra compter sur Tito qui lui s'en va quémander au cœur des urgences des culots d'O négatif. Il ne peut malheureusement mettre la main que sur deux culots ce qui est mieux que rien mais sans aucun doute pas suffisant. Du coup, il va trouver l'infirmière à laquelle il a parlé un peu plus tôt pour qu'elle s'occupe de demander parmi les gens valides qui accompagnent certains patients sur les brancards des urgences qui serait O négatif pour pouvoir donner son sang en direct. Les soignants pourraient mais ils doivent rester en état donc non.

Dans les étages, Andrew a décidé de faire confiance à Eärel mais il n'a ceci dit pas véritablement le choix. Il va falloir que la jeune étudiante garde son sang-froid et soit rapidement efficace. Andrew, quant à lui, va devoir subir le plus en silence possible pour éviter d'attirer l'attention de la veuve Leroy qui vient tout juste de quitter la chambre où se trouvent Leo, Saoirse et Irene, convaincue que la femme enceinte a dit la vérité et bien décidée à aller mettre fin à la vie du Docteur Fuller qui est donc censée se trouver au bloc 4. C'est sans compter sur Saoirse qui en fait emboîte le pas à la veuve, laissant ainsi derrière elle Irene et Leo, rassurée par le métier de Leo, persuadée qu'il pourra s'occuper correctement d'Irene qui a bel et bien perdu les eaux. Leo ne peut décemment pas abandonner Irene à son sort alors il n'a d'autre choix que de laisser Saoirse s'en aller. Irene, quant à elle, doit guetter les contractions qui pourraient bien arriver d'un instant à l'autre. Et, en théorie non, ils ne doivent vraiment pas bouger mais il va falloir se rendre à l'évidence : Irene va accoucher. Peut-être pas là, tout de suite, mais dans peu de temps et elle ne peut pas accoucher ici : il va falloir qu'ils montent en néo-nat, deux étages plus hauts. Sans ascenseur. Il va falloir qu'elle aille là où son bébé pourra avoir les soins nécessaires si jamais il devait pointer son petit bout de nez avant la fin du code noir. De son côté, Saoirse a pris le risque de rattraper la veuve Leroy qui pointe instantanément son arme dans la direction de la belle blonde quand elle l'arrête dans sa marche qui l'emmène au bloc 4.

« Vous voulez quoi ? »

Le ton est détaché. Froid. Il faut cependant croire qu'elle a été ébranlée par Irene et son état sinon, elle aurait déjà tiré, sans réfléchir, sans poser la moindre question.

2 ■ Participants (ordre de passage)
# Andrew Linch
# Eärel Finr
# Saoirse Fuller
# Irene O'Malley
# Leo Sanders
# Taylor L. Obrien
# Tito Hernández  

(RAPPEL : les réactions de la veuve Leroy ne peuvent être jouées que par Windy City les chatons ! Sinon ça gâche le plaisir de votre maître du jeu machiavélique ! MERCI !)

3 ■ Règles à suivre pour cet event
# 700 mots maximum par réponse
# suivre l'ordre de passage défini ci-dessus : si c'est votre tour et que vous savez que vous n'aurez pas le temps de répondre dans la journée, prévenez vos camarades dans le flood event, merci !
# si vous n'êtes pas en mesure de répondre dans les 48H, votre tour est automatiquement sauté, et ce afin de privilégier l'avancée de l'action  
# il vous est permis de vous arranger avec vos partenaires pour intervertir votre tour avec un autre joueur si l'action s'y prête ou si vous manquez de temps  

■ votre dévoué staff  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chicago911.forumactif.org
avatar



crédits : Eilyam & Tumblr
messages : 81
quartier : The Loop

MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 1   Dim 7 Jan - 21:15




SAISON 2 # INTRIGUE 2


Mon regard est plus que jamais déterminé pour extraire cette balle. Je ne sais pas si je vais y arriver comme il le voudrait, je ne sais pas si je vais vraiment aimé faire ça, mais je me dis que cette formation sur le tas ne devrait pas me faire de mal. Je pourrais savoir si oui ou non je suis faites pour ça, n'est ce pas ? C'est ce que je me dis alors que la menace de la femme armée plane toujours sur nous, sur nos têtes. Elle est partie dans une autre direction, plus loin mais elle n'est pas loin quand même. Mais je ne pense pas à elle. Je pense juste à cette balle qui est restée logée dans le bras d'Andrew. Son garrot à la cravate n'a pas suffit, la balle est toujours là, sans doute qu'elle n'est pas allé trop en profondeur. Je l'espère en tout cas, car sinon, cela risque d'être compliqué, surtout dans les conditions que nous avons. J'observe donc son bras, je vois la balle, elle n'est pas entré trop en profondeur, heureusement pour lui, dans un sens. Je devrais pouvoir l'enlever, mais je ne peux pas garantir du succès immédiat de l'opération. Je le regarde dans les yeux.

" Vous ne bougez pas surtout d'accord. Je ne peux pas vous endormir le bras, alors ça risque de faire mal, je suis désolé d'avance pour ça. Vous êtes prêt ? "

Mais cette dernière question n'en est pas vraiment une, non. Elle n'attend absolument aucune réponse, je n'en attends pas, lisant dans son regard de la crainte, de la peur, mais également la même détermination que la mienne. Peut être que je me trompe, je ne sais pas, ce n'est pas un problème. De toute façon, même s'il ne va pas se vider totalement de son sang, plus vite la balle est retiré, mieux cela est. Je fais donc un véritable garrot, pas seulement avec sa cravate, pour éviter un afflux trop important de sang dans le bras. Je prends du coton, et applique un antiseptique sur la zone concernée. Je prépare les bandages pour la suite, pour que la possible hémorragie ne soit pas trop importante. Je prends donc une pince stérile. Je me concentre au maximum pour ne pas trop toucher la chair, ne pas lui faire trop mal et retirer la balle le plus vite possible. J'arrive jusqu'à elle. Le plus dur est à venir. J'écarte la pince dans la plaie pour attraper la balle. Une fois que je la sens je retire la pince avec la balle. J'espère seulement que la balle ne s'est pas potentiellement fragmentée dans son bras.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : shiya
messages : 337
quartier : un appartement coquet dans le North Side, grâce à l'aide financière de ses parents, résidant à Belfast, en Irlande
physique : une mèche de ses cheveux a viré au blanc suite à un grave accident qui a failli lui être fatal, depuis la jeune femme fait des couleurs et adore une chevelure peroxydée / elle a reçu une balle en pleine poitrine le 30/11/17 et porte depuis les cicatrices d'une opération à coeur ouvert

MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 1   Dim 7 Jan - 21:48


« Fuller avait une opération de prévue. Bloc 4, dernier étage de l'aile sud. »
Le cœur de Saoirse manque un battement alors qu’elle se retourne vers la mère  en devenir, les yeux écarquillés de surprise et d’effroi. Non… Elle sait bien pourquoi le Docteur O’Malley vient de mentir. Elle vient vraisemblablement de perdre les eaux (l’absence de l’odeur âcre de l’urine lui laisse penser qu’Irene ne s’est pas simplement oubliée) et veut que la femme s’éloigne d’elle et de son enfant à naitre le plus possible, u plus vite. Si elle lui avait répondu qu’aucune des deux personnes qu’elle recherche n’était présente à l’hôpital ce jour : la tireuse aurait pu perdre son sang froid et s’en prendre à eux par dépit. Sans savoir qu’elle tenait déjà le Docteur Fuller en réalité…
Mais l’idée que la femme se pointe au bloc et ouvre le feu sur ses collègues pour se venger d’avoir été dupée est insupportable à l’irlandaise. L’idée qu’à cause d’elle, davantage de sang soit versé lui reste au travers de la gorge. Elle ne peut pas laisser passer ça. Elle ne pourra pas vivre avec ça sur la conscience.
Saoirse tente d’ouvrir la bouche pour protester, mais elle n’en fait rien. Parce qu’elle ne peut pas prévoir les réactions de la femme et voudrait elle aussi la voir s’éloigner au plus vite d’Irene… Hors de question d’avoir sa mort et celle de son nouveau-né sur la conscience également.
Alors l’interne prend son mal en patience et attend de voir de quelle manière va réagir la quinquagénaire qui leur fait face... Et quand elle la voit s’éloigner, enfin, elle pousse un lourd soupir soulagé. Elle cherche à entendre ses pas s’éloigner tout à fait, mais les battements affolés de son cœur paraissent tout couvrir.

Lorsqu’elle se sent un rien plus apaisée, elle se tourne vers Irene.
« Le travail a commencé ? » la questionne-t-elle, plus pour la forme qu’autre chose, avant de lui demander à combien de semaines elle en est et comment se présentait le fœtus à sa dernière échographie. Elle l’incite à se détendre au mieux et lui demande si elle veut se déplacer, s’installer plus confortablement, repoussant encore un moment l’instant où elle devra s’éclipser…ou elle lui annoncera qu’elle va devoir se débrouiller.
saison 2
EVENT 1
Leo revient à leurs côtés, s’assurant de l’état de la parturiente avant de l’interroger.
« Certaines portes se verrouillent automatiquement dans des cas comme celui-ci mais je pense qu’il faut la déplacer. Quand…quand elle se rendra compte qu’on lui a menti, elle pourrait revenir ici. Sans compter que le bébé arrive un peu tôt » tente-t-elle de minimiser pour ne pas affoler davantage Irene. « Vous y connaissez quelque chose en accouchement ou en soin de manière générale ? »
Et pour sa plus grande satisfaction, il lui fait savoir que oui. Saoirse assimile les informations, voit là un signe, une lueur d’espoir quant à leur situation qui semblait jusque là un peu désespérée.
« D’accord. Il va falloir que vous vous occupiez d’elle. Seul. Je ne peux pas… Je ne peux pas laisser cette femme atteindre le bloc et s’en prendre à ceux qui s’y trouvent » lâche-t-elle d’un ton assuré. Son interlocuteur tente de prendre la parole mais elle le coupe. « Je ne pourrai pas vivre avec ça. Si elle se pointe là-bas et tue un…un autre de mes collègues… C’est moi qu’elle cherche. Je suis le Docteur Fuller » lui confie Saoirse, son regard inquiet mais pourtant déterminé plongé dans celui de Leo. Elle n’a pas le choix, voilà ce qu’il doit comprendre… « Je ne peux pas la laisser faire. Il faut que j’essaie de la raisonner. »
Là-dessus, elle lui indique sobrement où trouver le service de néonatalogie et leur souhaite bonne chance.  

Elle s’éclipse ensuite le plus discrètement possible, empruntant le chemin que devrait avoir suivi la tireuse pour rejoindre l’aile sud et son bloc opératoire. Il ne lui faut qu’une minute pour y parvenir. A quoi tu joues ? se sermonne-t-elle mentalement, tremblant comme une feuille. Mais elle DOIT le faire… Ses mains moites bien en évidence, elle hèle la femme dans le couloir.
Celle-ci fait volte-face et braque immédiatement son arme dans sa direction. Saoirse avale une goulée d’air et se fige, retenant à présent son souffle. Ne tirez pas.. . Pitié ne tirez-pas…
« Vous voulez quoi ? » lui demande la femme, son regard dénué de la moindre émotion plongé dans le sien, impassible.
« Je…je… Ma collègue a commis une erreur » parvient-elle laborieusement à articuler. « Le Docteur Fuller n’est pas au bloc. Elle devait y être mais elle a attrapé cette mauvaise grippe qui sévit depuis quelques jours et…et elle n’est pas venue travailler. C’est moi qui devais la remplacer aujourd’hui. C’est pour ça que je le sais… Le Docteur Fuller n’est pas là-bas. Vous ne la trouverez pas là-bas… Je…j’ignore ce que vous voulez mais… Est-ce qu’on pourrait en parler ? Est-ce que vous pourriez me parler s'il vous plait ? »
Elle a la bouche sèche, les yeux secs aussi, même si elle ‘a jamais eu autant envie de pleurer qu’en cet instant. Ca ne vient simplement pas.


_________________



I woke up and I can't get that trumpet out of my head ; And you say you can't stand me when I'm quiet ; and so I shot you in my silence ; I can't get that trumpet out of my head


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : Pandamalin
messages : 685
quartier : West Side - Maison familiale
physique : petite: 1m55 - cicatrice au niveau de la poitrine pour des implants aujourd'hui retirés - ventre quelque peu distendu suite à deux grossesses dont une récente - pommette droite légèrement plus petite suite à des violences conjugales - maigreur causée par l'anxiété et une récente dépression

MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 1   Mer 10 Jan - 15:48

SAISON II # EVENT 1
Andrew, Eärel, Léo, Saoirse, Taylor, Tito & Irene


Mentir. C'est aisé. C'est facile. Mentir c'est tout un art, c'est une faculté, ça se travail, ça n'est en rien inné. Mentir c'est avant tout l'analyse de l'autre, c'est un contrôle de soi. Mentir c'est donner, c'est comprendre ce que l'autre désire et le lui offrir, c'est construire autour de 80% de vérité en changeant seulement les quelques petits éléments gênants qui ne peuvent être corroborés. Mentir, ça fait 20 ans qu'on lui ment, qu'on la regarde droit dans les yeux, qu'on lui caresse le visage tendrement, qu'on la rassure, qu'on l'élève au rang de perfection sans sourciller, qu'on lui demande pardon en promettant de ne plus jamais recommencer. Irene sait comment on ment, alors Irene fait. Elle se dresse, la fixe, elle lui donne ce qu'elle veut, change les détails nécessaires à appuyer ses aveux et voit la femme s'éloigner sans pleinement réaliser qu'elle vient probablement de tout les trois les sauver.
Pas un souffle, pas un soulagement. Le vide qui la tiraille est toujours trop présent. Elle est fatiguée. Elle se sent incroyablement épuisée. S'appuyant par instinct contre le mur le plus proche, elle relâche le tissus mouillé de son pantalon. Pour le moment aucune contraction, rien, pas de stresse, pas d'excitation. Elle est perdue. Paumée.
Saoirse tente de la faire parler, de lui faire dire à haute voix le nombre des semaines d'aménorrhée. L'interne réalise et puis tente d’instaurer un calme qu'Irene possède déjà, un calme qui est déjà là, un silence. Elle lui débite ce genre de phrases stupides et fausses que l'on dit comme un protocole afin de calmer ces futurs mères hystériques et folles. Ça va aller, ça va aller... Elle aussi elle ment. Elle lui ment ouvertement. Irene en soupire, de la condescendance dans la voix elle regarde la blonde dans les yeux avant de presque la supplier, agacée. « Arrêtez, arrêtez, ne prenez surtout pas la peine de me considérer comme une pondeuse idiote. »
L'enfant est condamné. Ce bébé non désiré est destiné a être mort-né sans qu'elle en soit responsable, sans qu'elle s'en rende coupable. Délivrance de le voir disparaître ou bien paroxysme d'une angoisse maternelle qu'elle peine encore à mesurer, elle ne saurait encore dire ce qui anime vraiment l'intérieur de sa cervelle et de son corps défaits.
Les deux blonds s'isolent, parlent, elle ne les entend pas. Dans une moue d'enfant dégoutté, elle froisse de ses ongles délicats les pans de ses vêtements qui continuent de se tremper. Saoirse part, Léo reste, se retourne, lui tend l'un de ses bras épais aux veines qui apparaissent, sinueuses. Il lui dit qu'ils vont devoir bouger, qu'il va l'emmener dans les étages, en néo-nat, pour accoucher, qu'il va assurer. Elle le contemple et puis admet qu'elle ne peut véritablement se payer le luxe de douter. « Nous allons prendre les escaliers. Les issues de secours peuvent normalement se déverr... » La première contraction se fait enfin sentir.
Made by Neon Demon

_________________



I try to open myself, it’s not my world You are afraid of the truth you try to love But you keep wonder You keep wonder Wherever you are wherever I am Alone and together We try to love we try to hide The world is behind us We've built these walls over ourselves but when we're in pain, we don't seek help alone we are trying to get enough we are all together in this path Take me home, just take me home
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : candy apple | we♥it | tumblr
messages : 338
quartier : south side

MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 1   Jeu 11 Jan - 15:04



SAISON II | INTRIGUE II
EXORDIUM.
Il tique mais écoute, laisse la petite blonde tout expliquer parce qu'en vérité, en cet instant précis, il en a besoin. Leo ne fait que flirter avec des ombres, avec des ténèbres trop denses pour lui et, oui, dernièrement, il croit tout avoir oublié ; jusqu'à l'essence même de son métier. Se battre pour maintenir des vies qui finiront par se ternir. Il soupire, honteux de penser ainsi, écœurer par tout ce que l'autre femme en vient à faire de lui. Ça n'est pas sa personne, ça n'est pas ses pensées. Jamais Leo se serait ainsi comporté. Aussi, il tire un trait sur cette brève réflexion, rapportant toute son attention à la jeune femme qui, finalement se redresse. Celle même qui commence à l'affoler quand elle vient lui demander ses connaissances, ses qualifications. Peut-être aurait-il dû mentir pour lui éviter la suite, tout ce qu'elle vient faire entendre, cette mission suicide qu'elle vient s'imposer et que Leo essaie de faire reculer. Car s'y risquer relève de l’inconscient, car rejoindre l'autre folle armée serait trop risqué. Mais elle insiste, l'y force, elle vient lui faire comprendre qu'elle n'en démordra pas avant de lui échapper, avant de s'échapper de la pièce dans laquelle ils s'étaient tous les trois réfugiés. Et un silence, lourd, pesant. Un silence que l'autre femme vient briser de ses légers gémissements plaintifs. Le cul entre deux chaises comme on dit. Leo s'y résigne, Leo essaie de se mettre en tête qu'il n'aurait rien pu faire, rien si ce n'est la suivre, peut-être également y passer. Il n'infligera pas ça à Daniel, pas de cette manière, même malgré ses absences de plus en plus longues, cette distance qui se creuse et qui le plombe. Non, Leo s'y résigne, venant offrir l'un de ses bras à la jeune femme, venant offrir tout l'appui qu'il soit en mesure de lui fournir, une épaule contre laquelle elle vient trouver une certaine stabilité ; ou presque. Ça tandis qu'il essaie de lui faire entendre tout ce qu'ils vont devoir faire à eux deux, toutes les marches qu'ils vont avoir à braver avec une bonne dose de volonté. Ça avant de ne pas continuer sur sa lancée et ses monologues improvisés, sachant très bien qu'elle puisse en savoir bien plus que lui désormais, trop éloigné de ces locaux infernaux. Chose qu'elle vient lui faire comprendre, peut-être sans s'en rendre compte, la parole lui revenant. Pas complètement. « Nous allons prendre les escaliers. Les issues de secours peuvent normalement se déverr... » Parce qu'elle en vient à se baisser, à se plier, parce qu'elle en vient à s'arrêter, nette, là, avant que la porte ne soit franchie. Leo la supporte, Leo maintient sa prise contre sa hanche comme dans l'espoir qu'elle ne puisse lui échapper. Il ne la laissera pas tomber, pas en sachant qu'ils ont beaucoup à perdre à rester. Raison pour laquelle il prend sur lui, venant lui chuchoter que tout ira pour le mieux, qu'il fera tout ce qu'il peut. Jusqu'à passer l'une de ses mains sous ses cuisses, jusqu'à venir user de ses bras pour la porter contre soi. Leo n'y manque pas, s'assurant de sa prise pour enfin désobéir aux ordres, quitter sa place, longer les couloirs jusqu'aux escaliers qu'ils ont à déverrouiller, ceux qu'ils ont encore à monter sans que Sanders n'en perde en volonté, bien déterminé. Il ne compte pas la poser, ni même les lui faire monter. Il se fera pilier, aussi longtemps que cette tâche lui soit obligée. « Prenez appuis sur moi, n'hésitez pas à serrer si ça peut vous soulager, j'ai les épaules pour encaisser. » Non pas l'envie de se vanter mais désireux de faire entendre une vérité, une réalité qu'elle pourrait utiliser. La douleur des autres ne l'a jamais enchanté, Leo cherchant ici une solution qui puisse, jusqu'à leur arriver un peu plus haut, au moins l'aider, l'apaiser.       

_________________


she's here. by my side.
and she's said : « don't trust this people. they want you down. because you're too kind. » and it's alright, 'cause i'm already broken, already dead.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Avatar : Me ; Signature + gifs : Me
messages : 495
quartier : En coloc' avec Saddie - West Side
physique : TS médicamenteuse en 2017 -> perte de poids visible, encore en depression même si elle essaie de faire au mieux pour remonter la pente. Il lui arrive encore de faire face à des "rechutes"

MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 1   Jeu 11 Jan - 19:09

SAISON II # EVENT I
EXORDIUM.
Je l’écoute, sonnée. Répète « un tireur » en écho à ce que Tito me raconte. Mon sang se fige, se glace alors que la peur me crispe l’estomac. Des situations de merde, j’en ai connu. Entre la banque et le braquage, Noël dernier ou même Halloween, c’est à se demander si je n’suis pas désormais rôder pour ce genre de truc. Mais une tireuse folle qui rôde dans les couloirs de cet hôpital ? C’est autre chose. Parce que je pense aussitôt à toutes les victimes possibles et Saoirse, Irène, Dylan en tête de liste, sans compter tout le reste de ceux que je connais. L’angoisse est là, présente, oppressante.
La voix de Tito me ramène à la réalité, je l’écoute, fronce les sourcils.

- Faire ça ici ? Tu déconnes ou quoi, ni toi ni moi sommes qualifiés pour ça !

Qu’il ait assisté des chirurgiens ou non, ça n’a rien à voir avec ici parce que y PAS DE CHIRURGIEN et que c’est certainement pas mes quelques interventions avec O’Malley qui m’ont donné la science infuse. Putain.

-  Tu vas l'ouvrir, trouver d'où vient l'hémorragie, l'arrêter, et le tour sera joué.
- Te fous pas de ma gueule. On joue pas au Dr Maboule là.

Si j’suis nerveuse ? Sans déconner, putain. J’ai pas suffisamment bouffé d’urgence et de risque avec cette jambe dans le jardin qui m’a coûté la mort d’un patient et un dépôt de plainte par sa femme qu’il faut maintenant que je prenne le risque d’ouvrir un patient avec une hémorragie interne, sans culot de sang, sans matos de chirurgie. Moi, mes connaissances à chier et un ancien infirmier de l’armée… Que celui qui pourri mon karma se dénonce.

- Bon, je vais aller voir à côté si y'a pas du sang de disponible et au pire je vais voir qui est O négatif histoire qu'on puisse le transfuser parce que ça va pisser quand tu vas ouvrir. Je reviens tout de suite.
- Non ! Tu déconnes Tito on n’est pas dans Grey’s Anatomy putain ! Tu veux que j’me démerde comment !! Il se casse, dans l’urgence …. Putain, fais chier bordel de merde.

Il est déjà parti en quête de sang et moi j’me retrouve comme une conne avec un patient en danger de mort sur les bras. Une boule d’angoisse surgit et me donne la sensation de ne plus réussir à respirer correctement. Forcément que j’fais le rapprochement avec Leroy, forcément que j’me dis que j’vais pas gérer. Si j’ai déjà merdé avec Christensen alors qu’est-ce que ça va donner là ?
Comme si j’avais le temps et le choix de m’poser la question.
Je lâche une bordée d’injure, me persuadant que si je n’fais rien, c’est pire. Que quitte à faire quelque chose, autant tenter le tout pour le tout même si c’est pour moi une belle connerie.

J’enfile une blouse trouvée à l’arrache, enfile au mieux mes gants, prépare tout aussi rapidement le peu de matériel que je trouve à porter de main pendant que palpe de nouveau l’abdomen du patient, dur comme du béton. Je place un drap bleu sur ce dernier, laissant un carré d’ouverture afin d’y faire l’incision et imbibe la peau de bétadine, presque prête à l’opérer. C’est la merde. C’est la putain de merde. Je stress, j’angoisse, essaie de passer en revu en accélérer x 180 les astuces et conseils que m’a donné O’Malley mais j’ai l’impression que rien ne me suffira aujourd’hui.
Tito revient, culot en main…

- C’est tout ce que t’as pu trouver ?

Pas d’agression, juste un profond découragement. C’est toujours mieux que rien. Je serre les dents, secoue la tête. T’façon au point où on en est. Le monitoring est déjà activé et dans un dernier élan professionnel, essayant au moins de faire les choses biens bout à bout, je check ses pupilles avant de lancer la boucherie qui va suivre…

- Attends… Y a un problème.

Je refais l’examen, pour être sûre de ne pas avoir halluciné dans l’urgence.

- Les pupilles ne réagissent plus ! Il a certainement un caillot qui bloque l’irrigation quelque part.

Je range la petite lampe dans ma poche et couvre l’abdomen d’un drap.

- Rien à foutre que tout soit bloqué, on n’peut pas le laisser ici. Même si je m’occupe de son hémorragie, le caillot aura déjà bousillé la moitié de son cerveau avant que je ne réussisse à le sauver et c’est certainement pas ici que je pourrais réduire la compression au cerveau.

_________________

   
I am an ocean, I am the sea. There is a world inside of me. Lost in the abyss, drowned in the deep, no set of rules could salvage me.

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : BereniceWCL (avatar) - pedro n friends (gifs) - Wiise (code signature)
messages : 415
quartier : North Side / Maison de quartier
physique : En forme. S'est même remis au sport récemment.

MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 1   Sam 13 Jan - 19:59

SAISON II # EVENT 1


On peut dire que je manque de chance. Parmi les personnes valides, pas une seule qui pourrait donner son sang sans risquer de tuer le patient. Comme d'un fait exprès... Je parviens cependant à récupérer deux culots de O négatif mais c'est bien loin d'être suffisant vu l'hémorragie dont souffre le patient. Donc à moins de pouvoir aller chercher du sang... Mais qui envoyer ? Le code noir n'est pas là pour rien. Le tireur est toujours dans l'hôpital et bouger c'est prendre le risque de tomber dessus mais en même temps, impossible de laisser ce patient mourir. Ok. Donc je vais y aller. Oui. Voilà. Je vais ramener le sang à Taylor pour qu'elle puisse commencer, lui demander de m'indiquer où se trouve la banque de sang et aller chercher ce qu'il faut. Je dois le prendre ce risque. Il le faut. Quand je retrouve Taylor avec mes deux petits culots, je hoche lourdement la tête pour toute réponse à question : oui, c'est tout ce que j'ai trouvé. Je prépare le sang, suis sur le point de transfuer le patient quand Taylor me dit d'attendre. Elle vient de vérifier ses pupilles et visiblement quelque chose la dérange. Et elle recommence pour s'assurer qu'elle a vu juste et c'est le cas : elle m'explique que le patient a très probablement un caillot qui bloque l'irrigation. Fantastique. Vraiment fantastique. Un regard circulaire : tenter de contrôler une hémorragie abdominale ici d'accord. C'est assez dingue mais j'ai fait ce genre de choses totalement dingues à l'armée donc d'accord. Mais le cerveau... Il doit avoir besoin d'une trépanation mais on n'a rien. Rien. J'ai beau regarder... Taylor recouvre soudain le patient d'un drap avant de m'expliquer que s'occuper de l'hémorragie abdominale ne servira à rien si on ne s'occupe pas de son cerveau mais qu'elle ne peut pas s'occuper de son cerveau ici. Donc clairement, il faut le monter au bloc.

« D'accord. D'accord. » je répète une seconde fois, mon cerveau assimilant les informations tout en en créant de nouvelles. « Oui, d'accord. » je répète une troisième fois. « On va l'emmener mais les ascenseurs sont bloqués alors il va falloir qu'on le transporte par les escaliers. » Je me souviens avoir transporté des hommes sur plusieurs kilomètres mais c'était sur de plus ou moins plats des escaliers... « Faut que je trouve des types assez costauds et volontaires pour nous aider. On va placer un autre drap sous lui pour être sûr que ça cède pas son poids et on va le monter. On va le monter. » je répète là encore, en hochant la tête, plus que déterminé. « Je reviens tout de suite. » et je disparais à nouveau. Un autre regard circulaire alors que certains sont figés, pétrifiés par l'information qui entre temps leur est parvenue, pendant que d'autres poursuivent les soins. Je grimpe sur un tabouret. « Votre attention s'il vous plaît ! » je hausse la voix pour être certain qu'on m'entende et quand j'obtiens un silence presque parfait je me lance.

« Il va falloir qu'on monte un patient au bloc opératoire.
- L'interdiction de bouger est formelle ! »

Une infirmière qui semble inquiète et je connais le sous-texte. Je me tourne vers elle.

« On a un patient qui fait une hémorragie interne et qui a le cerveau touché. Faut qu'on le monte sinon il va mourir. »

Elle ferme la bouche, ravale des mots qui semblent la démanger et moi je reporte mon attention sur tout ce petit monde qui est pendu à mes lèvres.

« Voilà le problème : les ascenseurs sont bloqués donc, on va devoir prendre les escaliers. Seulement pour transporter ce patient, on va avoir besoin de bras. Il nous faut des volontaires, au moins deux personnes, avec assez de force pour porter un homme d'environ quatre-vingt kilos. »

En espérant qu'un élan de solidarité motivera certains.


(c) sweet.lips

_________________
Mas vale una verdad que duela, que una mentira que ilusione.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : Pandamalin
messages : 902

MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 1   Sam 13 Jan - 20:56




SAISON 2 # INTRIGUE 2

1 ■ Synopsis
Novembre, the 30th, 2017 - 10:50 am ; SOUTHSIDE (CHICAGO MEDICAL CENTER)

Aux urgences, alors que Taylor termine d'installer la perfusion pour la transfusion de sang, Tito quémande de l'aide à qui voudra bien et ils sont plusieurs à se porter volontaire. Finalement, après quelques instants d'échange et de discussion, sont choisis : Samuel, un aide-soignant qui ressemble plus à un vigile qu'à un aide-soignant de par sa carrure, Tim, le mari d'une patiente qui elle n'est pas emballée à l'idée que son mari se porte volontaire mais l'homme est pompier volontaire, et il lui est impossible de ne pas se proposer. Coup de chance qu'il soit là. Un peu de lumière au milieu de l'horreur. Enfin, Dino, un italien en vacances qui sait parler anglais mais avec un accent très prononcé et qui est venu pour une mauvaise chute qui lui a valu quelques points de suture au visage. Rien de bien grave, il était sur le départ quand le code noir a été mis en place. Mais il est grand, près de 1m90 et a visiblement de quoi suivre dans les bras ce qui est parfait. Le quatuor d'hommes rejoint Taylor qui fait un bref topo histoire que la situation soit la plus claire possible et pour que chaque geste soit fait avec précaution. Ils entreprennent ensuite d'ajouter un second drap sous le patient et tandis que chaque homme se place à un coin de drap, Taylor récupère les poches de perfusion et de sang pour les maintenir comme il faut. Et ça soulève. Le patient se retrouve ainsi en sécurité à l'intérieur des draps alors que Tito et ses compagnons d'infortune du jour tiennent les draps avec fermeté en suivant les indications de Taylor qui elle sait où aller. Ils dépassent la porte menant aux escaliers que Taylor déverrouille à l'aide son badge et tous les cinq lèvent les yeux vers les escaliers : ils ont quatre étages à monter. Quatre. Et ils s'y mettent.

Trois étages plus hauts, deux autres personnes se trouvent dans les escaliers : Leo et Irene qui a elle aussi pu déverrouiller la porte des escaliers de là où ils se trouvaient. Il est difficile pour la future maman de marcher quand les contractions se font sentir mais Leo est là et la soutient le plus possible, la laissant s'appuyer de tout son poids sur lui. Si bien qu'ils parviennent finalement jusqu'à l'étage où se trouve la néonatalogie mais tout n'est pas gagné : il va leur falloir traverser encore trois longs couloirs pour atteindre l'aile où se trouve tout le personnel soignant qui pourra prendre soin d'Irene et de son bébé qui a de plus en plus envie de sortir. En espérant qu'elle tienne jusque là sinon, Leo risque bien d'être obligé de la faire accoucher en urgence dans le couloir. Ils continuent donc à marcher, lentement mais sûrement vers la délivrance qui n'est plus si loin mais qui leur semble à eux, loin pourtant.

Un étage plus bas, Eärel et Andrew, cachés, sont dans une situation délicate mais pas impossible. Andrew est plutôt chanceux puisque la jeune étudiante en médecine parvient à retirer la balle, non sans lui avoir fait un mal de chien puisque pas d'anesthésie. La balle retirée, Eärel l'observe un moment avant de s'en débarrasser. Puis, elle s'occupe de faire un pansement aussi compressif que possible et un bandage. Au moment où elle retire le garrot, elle ne peut malheureusement que se rendre compte que son bandage ne sera pas suffisant pour arrêter l'hémorragie : une ou plusieurs veines ont été touchées. Elle n'a donc pas d'autre choix que de remettre le garrot en place et là, le temps va être essentiel car plus longtemps le garrot sera en place, plus Andrew sera à risque de perdre son bras. Les secondes sont donc comptées, il a besoin d'aller au bloc mais ils ne sont pas seuls. Non. La veuve Leroy est dans le couloir, à peine à quelques mètres d'eux à présent et ils peuvent très nettement entendre sa voix.

« Ce que je veux ? Qu'on me rend mon mari mais c'est impossible. On me l'a pris. Les chirurgiens... Cette Christensen, cette Fuller... Cette folle qui a coupé la jambe de mon mari dans notre jardin... Obrien. Mon mari est mort à cause d'elles et je veux qu'elles payent, vous comprenez ? » Plus elle parle de son mari, plus sa main tenant toujours le revolver braqué droit sur le visage de Saoirse. Des larmes viennent cependant brouiller la vue de la veuve. Peut-être se rend-t-elle compte de tout ce qu'elle a fait. Peut-être est-ce simplement la douleur de ne plus avoir son mari. Peut-être est-ce le regard de Saoirse. Peut-être est-ce un mélange des trois. « Je veux qu'on me rende mon mari... » qu'elle répète d'une voix plus basse et tremblante. Et le revolver s'abaisse un peu. Andrew et Eärel sont muets dans la pièce voisine, collés contre un mur. Les choses semblent enfin se calmer. Pourtant arrive un cri qui fait sursauter tout le monde. Comme le coup de feu qui s'en suit fait sursauter tout le monde également. Tout est allé très vite : l'infirmière, qui répond au prénom de Brittany, s'est aventurée dans le couloir, contre l'avis de ses collègues, parce qu'inquiète pour son enfant qui est à la garderie de l'hôpital. Elle a pris peur en voyant la veuve Leroy et son arme braquée sur Saoirse. Et la veuve Leroy, qui était en train d'abaisser son arme avait encore son doigt sur la gâchette alors le coup de feu est parti tout seul. Et la balle est partie se loger dans la poitrine de Saoirse qui s'en est écroulée par terre en arrière sous le choc. Force est de constater qu'à quelques secondes près elle aurait pris la balle en pleine tête. Elle est encore vivante. Gravement touchée mais vivante. Et consciente pour le moment donc la proie d'une douleur monstrueuse. Brittany ne bouge plus, figée par la peur sans aucun doute tandis que la veuve Leroy a de plus en plus de mal à distinguer Saoirse à travers ses larmes. Elle ne voulait pas tirer sur elle et pourtant... Tout s'entrechoque dans l'esprit de la veuve qui réalise. Pleinement. Totalement. Pourquoi maintenant ? Pourquoi alors qu'elle n'a eu aucun problème à tirer sur d'autres ? Peut-être parce que Saoirse a osé s'approcher, a osé lui demander de parler. Peut-être pour ça. C'est bien un « pardon » qu'elle murmure tout bas à qui voudra ou pourra l'entendre. Un bref pardon avant qu'elle ne porte le canon à sa tempe et tire. Sans aucune hésitation. Elle n'aura pas été au bout de sa vengeance. N'aura pas eu la force. Et s'il n'y a plus rien à faire pour la meurtrière qui s'écroule au sol, il y a beaucoup à faire pour Saoirse.

Et vite.

Au dehors, le S.W.A.T est là et c'est par les urgences qu'ils sont sur le point de pénétrer, n'ayant pas connaissance que la menace a à présent disparu.


2 ■ Participants (ordre de passage)
# Saoirse Fuller
# Andrew Linch
# Eärel Finr
# Irene O'Malley
# Leo Sanders
# Taylor L. Obrien
# Tito Hernández  

IMPORTANT : Il vous est possible d'utiliser les PNJ : Brittany l’infirmière qui se trouve auprès de Saoirse, Andrew et Eärel, et les volontaires Samuel, Tim et Dino qui se trouvent auprès de Taylor et Tito. Le S.W.A.T par contre n'est pas encore là.

3 ■ Règles à suivre pour cet event
# 700 mots maximum par réponse
# suivre l'ordre de passage défini ci-dessus : si c'est votre tour et que vous savez que vous n'aurez pas le temps de répondre dans la journée, prévenez vos camarades dans le flood event, merci !
# si vous n'êtes pas en mesure de répondre dans les 48H, votre tour est automatiquement sauté, et ce afin de privilégier l'avancée de l'action  
# il vous est permis de vous arranger avec vos partenaires pour intervertir votre tour avec un autre joueur si l'action s'y prête ou si vous manquez de temps  

■ votre dévoué staff  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chicago911.forumactif.org
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : - | tumblr | we♥it
messages : 443
quartier : north side

MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 1   Lun 15 Jan - 10:52



SAISON II | INTRIGUE II
EXORDIUM.
C'est comme si son cœur s'était déplacé, là, au centre même de son bras. Ça commence à fourmiller et, retenant sa respiration, Andrew en sent la douleur se décupler. Mais elle parvient à la sortir, cette saloperie de balle. Elle parvient à l'extraire de ses chairs surmenées, du brasier en lequel elles se sont transformées. Et, durant un instant, il a cette sensation que le monde se met à tourner, que le sol sous ses pieds perd de sa stabilité. Andrew, au mieux, s'adosse contre l'un des murs voisins, là où sa tête vient se reposer légèrement, offrant à la pièce qu'ils animent tous deux un maigre silence. Silence efficace parce qu'il entend, maintenant. Il entend la conversation, les mots qui tentent de se faire entendre dans le couloir qu'ils ont quitté plus tôt. Et son sang se glace, de nouveau, son sang – en plus de frapper contre le garrot remit de la Belle – circule davantage comme pour rendre sa respiration déjà trop délicate. Il soupire, Linch. Il soupire de voir ces tragédies survenir durant son règne. Parce que ces heures de malheur n'auraient pas dû être pour lui. C'est ce à quoi il pense avant d'entendre un cri, puis un coup de feu. Un sursaut, les yeux qui se ferment et l'appréhension qui n'en finit plus ; combien de personne y passeront si personne ne fait rien ? Trop de questions et le temps qui file, encore et encore jusqu'à rattraper bon nombre de ses pensées. Un deuxième coup et le corps du grand brun qui se redresse, main portée à sa blessure tandis qu'il attend, rien qu'un instant. Son devoir n'est pas de se cacher mais bien d'aider, même si l'urgence de son bras commence à trop traîner. Il va lui falloir agir, il va falloir que des décisions soient prises parce qu'il ne peut pas permettre une telle hécatombe sans avoir essayé quoi que ce soit. Alors il s'élance, l'imprudent, il s’élance jusqu'à rejoindre le corridor au cœur duquel Fuller gît, poitrine touchée, souffle coupé et l'autre. L'autre, étendue, abattue par sa propre bêtise. Andrew tique, Andrew grimace avant de venir aux côtés de la petite blonde, avant d'essayer au mieux de contenir l’hémorragie qui, malgré tout, sera bien plus fatale que la sienne et les risques qu'elle lui promet. Derrière eux, l'infirmière ne bouge pas, paralysée, trop choquée et, en un sens, elle peut l'être. Chose qu'il s'abstient de dire, de faire remarquer puisque cause de ce qui vient de s'engendrer. Elle aurait dû rester à sa place, elle aurait dû juste la fermer et attendre, comme tous les autres. « Il me faut une équipe médicale prête pour le bloc, maintenant ! » Qu'il hurle dans les couloirs, bien décidé à se faire entendre et à, en soit, lever une interdiction qu'il a lui-même lancer. Mais la menace n'est plus, cette fois. L'urgence est ailleurs, ou plutôt sous ses mains. Celles dont il use pour essayer de s'assurer que la jeune femme rejoint s'en sortira ; elle mais aussi son propre bras.      

_________________


rewinding, erasing.
If we can make it through another day with you, then we can make it through another year. 'Cause we both needed to forget this fear if it's all the same to you. If I was to blame, would you still believe?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Eilyam & Tumblr
messages : 81
quartier : The Loop

MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 1   Mar 16 Jan - 15:45




SAISON 2 # INTRIGUE 2


Heureusement pour lui, et heureusement pour moi, j'arrive à extraire la balle de son bras, elle semble intact en un seul morceau. Et je m'en débarrasse ensuite. Je fais un pansement au niveau du bras d'Andrew, mais force est de constater que cela ne va pas suffire, le sang coule trop, alors je repose le garrot, je n'ai pas le choix, même s'il ne faudra pas qu'il le garde trop longtemps, ce n'est pas bon pour lui, mais je ne peux pas faire mieux. Il faudrait l'opérer le plus vite possible, mais cela va devoir attendre. La femme en furie, qui tire sur tout ce qui bouge est de retour, dans le couloir, juste là. Je ne sais pas avec qui elle est, mais ça ne semble pas très bon. J'entends néanmoins ce qu'elle désire, qu'on lui rende son mari, je suppose qu'il est mort, je l'entends dire des noms de médecins, elle ne mentionne pas Andrew, mais d'autres. Je suppose qu'elle a encore son arme en main, car un coup se fait de nouveau entendre. Que se passe-t-il ? Je n'ose pas regarder dans le couloir pour le moment. Puis un autre coup se fait entendre. J'ai peur, mais je dois résister. Andrew se décide alors à aller voir ce qui se passe, et je lui emboîte le pas, c'est peut être dangereux, mais après tout, c'est ce qu'il faut faire, n'est ce pas ? Je suppose que oui, je n'en sais trop rien, tout va trop vite, et à la fois, tout est flou, comme si finalement, nous étions dans une autre réalité que la paisible que je connais. La bonne femme s'est tiré une balle en pleine tête, juste avant elle a tiré sur Saoirse qui s'est pris une balle en pleine poitrine. Son temps est plus que compté, mais elle est encore vivante. Il y a donc deux urgences, la jeune femme, et le bras d'Andrew qui demande une équipe médicale prête pour le bloc. Je veux bien en être, même si je ne peux pas opérer, et Andrew non plus d'ailleurs.

" Je vous accompagne. Peut être qu'il faudrait lever l'interdiction. Dites moi ce que je peux faire pour ça. "

Parce que je veux aider, mais je ne sais pas vraiment ce que je suis autorisée à faire, ce que je peux vraiment faire pour l'aider lui et les autres du coup. Mais une chose est sûre, mon regard est plus déterminé que jamais, je ne veux pas rester sur le bord de la route.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : Pandamalin
messages : 685
quartier : West Side - Maison familiale
physique : petite: 1m55 - cicatrice au niveau de la poitrine pour des implants aujourd'hui retirés - ventre quelque peu distendu suite à deux grossesses dont une récente - pommette droite légèrement plus petite suite à des violences conjugales - maigreur causée par l'anxiété et une récente dépression

MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 1   Jeu 18 Jan - 20:52

SAISON II # EVENT 1
Andrew, Eärel, Léo, Saoirse, Taylor, Tito & Irene


Le grincements des portes aux gonds retenus par les systèmes de sécurité lui rappellent à quel point ses entrailles se tordent, à quel point ses boyaux implosent et son bas ventre explose. D'abord le pas est fébrile. Les bras et le visage crispés, elle se maintient au blond qui se décide finalement à la porter, à la soulever, l'arrachant à la terre qui menace à chaque fois, de sous elle, se dérober. Elle souffle, expire bruyamment et ce durant un certain laps de temps. Elle inspire, efficacement. Tout en contrôle, tout en maîtrise. Le sang froid coule dans ses veines et puis bouillonne progressivement à ses tempes qui se trempent de douleur, d'une certaine frayeur aussi qu'elle contient, qu'elle n'a pas l'impression de ressentir, qu'elle isole dans un coin tout comme le reste de ses sentiments incertains. En pagaille, elle n'ose peut se permettre de se laisser aller, de se mettre à hurler ou bien à pleurer, peu importe la façon qu'elle pourrait avoir d'évacuer, d'éclater sous la terreur de leurs derniers instants. Traumatisme en ligne de mire, elle ferme les yeux sous les images de la dernière fusillade de sa vie. James, en sang, dans ses bras, mourant. Que va t'il advenir de cet enfant ? De ce futur bébé qu'elle a rejeté, qu'elle a dénigré, dont elle s'est à peine occupée, à ne pas la toucher, à ne pas effleurer ce ventre qu'elle à volontairement ignoré. Que va t'il advenir de cette petite fille qu'elle a eut envie de tuer à peine annoncée ? Du sang ? Dans ses bras ? Mourante elle aussi ? L'évidence s'impose en silence dans la saccade de ses contractions accélérées, soudainement angoissées.
Au milieu du couloir, à probablement deux cent mètres du service approprié, Irene tapote contre l'épaule de l'homme, les larmes au bord des yeux, la terreur au bord des lèvres. «  Je...On n'a plus le temps. » C'est là, c'est là elle le sent. Il aura beau courir qu'elle ne pourra pas la retenir, qu'elle ne pourra pas serrer les jambes en priant pour la garder un peu plus longtemps, pour avoir le privilège de pour la toute première fois la protéger, au chaud la conserver. Pourtant, il ne la laisse pas retomber, il ne la laisse pas s'allonger contre le sol, finir d'accompagner avec un peu de force ces poussées violentes et indépendantes de sa volonté. Le blond puise dans son énergie et court comme un forcené, comme un dératé, se mettant sûrement à louer le fait qu'elle soit aussi petite, aussi légère à porter. Il parvient aux portes du services, à bout de force, essoufflé, il la laisse contre un mur pour qu'elle puisse s'appuyer, tandis qu'il tape trois énorme coup dans le mur pour qu'on vienne s'en occuper, pour qu'on parvienne à la faire accoucher.
Made by Neon Demon

_________________



I try to open myself, it’s not my world You are afraid of the truth you try to love But you keep wonder You keep wonder Wherever you are wherever I am Alone and together We try to love we try to hide The world is behind us We've built these walls over ourselves but when we're in pain, we don't seek help alone we are trying to get enough we are all together in this path Take me home, just take me home
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : candy apple | we♥it | tumblr
messages : 338
quartier : south side

MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 1   Ven 19 Jan - 13:45



SAISON II | INTRIGUE II
EXORDIUM.
Le cœur qui s'emballe et le sang qui frappe contre les veines. Leo fait au mieux, parvient à la hisser au-dessus de ses bras pour lui éviter quelques pas, l'enjambée dans escaliers qu'il monte, parfois même deux à deux. Parce qu'il sait l'urgence, l'a appris avant de se retrouver là où il travaille désormais. Il sait que les secondes sont comptées, que chacune des minutes passées pourraient être un danger. Alors il s'active, le blond, il s'active en usant de toute la détermination qu'il lui est possible d'utiliser. Il ne laissera pas la Belle risquer la moindre erreur. Mais c'est la voix de cette dernière qui lui vient, faiblarde, tremblante, et ce regard qu'il capte dans sa course, son souffle défait et l'inquiétude grandissante. « Je...On n'a plus le temps. » Fait qu'il choisit d'omettre, continuant sa course effrénée, reprenant de plus belle son avancée jusqu'au service concerné. Et il y parvient, à bout de souffle, déposant au mieux la Belle contre l'un des murs sur lequel il vient frapper. Il insiste, parvient à faire sortir quelques membres d'un personnel inquiet ; quelques membres qui, aussitôt, s'activent eux aussi. Parce qu'ils connaissent ses traits, parce qu'ils savent bien mieux que lui ce qu'ils ont à faire et, malgré ça, malgré cette prise en charge rapide, on le somme de rester, de l'aider. A quoi, au juste ? Leo fronce les sourcils, tente vainement de reprendre un souffle régulier, de masser rapidement ses membres d'un coup sollicités. Et s'il aurait pu faire entendre que ce n'est pas sa place, s'il aurait pu se défaire de cette charge nouvelle qu'on vient lui confier, Leo se tait et acquiesce, simplement, revenant aux côtés du petit bout de femme dont les membres se crispent et dont la voix se brise. Il n'ira pas imaginer la douleur, il n'ira essayer de lui faire entendre qu'elle doit se calmer parce qu'on lui a bien assez laissé entendre que ça ne servirait à rien. Au lieu de ça, il ose une main – encore néanmoins hésitante – contre l'épaule féminine, laissant l'équipe improvisée faire.        

_________________


she's here. by my side.
and she's said : « don't trust this people. they want you down. because you're too kind. » and it's alright, 'cause i'm already broken, already dead.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Avatar : Me ; Signature + gifs : Me
messages : 495
quartier : En coloc' avec Saddie - West Side
physique : TS médicamenteuse en 2017 -> perte de poids visible, encore en depression même si elle essaie de faire au mieux pour remonter la pente. Il lui arrive encore de faire face à des "rechutes"

MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 1   Sam 20 Jan - 16:51

SAISON II # EVENT I
EXORDIUM.
Pas d’ascenseur, juste l’escalier et j’ai conscience de l’énorme risque que nous prenons mais c’est ça où le laisser crever ici, sans aucun moyen de lui porter l’aide nécessaire. L’angoisse grimpe d’un cran. Je refuse de vivre la même chose qu’avec le patient Leroy, refuse de le perdre celui-là aussi même si les conditions ne me sont, encore une fois, pas du tout favorable.
Tito ne tarde pas à revenir avec des volontaires alors que je termine de préparer le patient pour que nous puissions le transporter. Je les brief rapidement, allant à l’essentiel : Essayer au maximum de ne pas le brusquer, que nous avons 4 putains étages à crapahuter et qu’il va falloir faire vite. Le plus possible.
Dino, Samuel et Tim, puisque tel est leur nom, acquiescent de concert et s’exécutent avec l’aide de Tito. Je les laisse faire ce qu’ils ont à faire pendant que je m’occupe des culots de sang mais aussi de la perfusion que j’ai installé pendant qu’il cherchait de l’aide. Nous ne perdons pas une minute de plus avant que je ne prenne les devants, les guidant jusqu’aux portes des escaliers que je déverrouille avec mon badge. La porte s’ouvre et je sens un temps d’arrêt d’un quart de seconde du côté des ambulanciers improvisés.
Ouais. Quatre étages. De quoi lâcher prise, de quoi dire « allez vous faire foutre », de quoi vous décourager… Pourtant, ils se ressaisissent et s’activent. Je les guide afin d’éviter une énième catastrophe, mais surtout, je suis à l’affut du moindres signe de danger. Je n’oublie pas la présence de cette tueuse complètement tarée qui rôde dans l’hôpital et qui menace de morts ceux qu’elle croisera et c’est bien pour ça que je tends l’oreille mais aussi que mon cœur bat comme un tambour dans ma poitrine. J’ai la trouille, c’est une évidence mais je tente au mieux de me concentrer sur le patient, de vérifier au fur et à mesure du trajet.
Premier étage, puis le deuxième où les types commencent légèrement à fatiguer. Nous arrivons au troisième, Tim commence transpirer sérieusement, idem pour Tito…

- Shhht.

Je me fige, mon sang se glace et mon cœur loupe un battement. Un premier coup de feu retenti et j’ai l’impression que mes tympans explosent en même temps que mon myocarde. La peur s’insinue comme un putain de poison partout dans mes veines et je sursaute de nouveau lorsqu’un deuxième coup de feu fait écho au premier, me rétractant légèrement dans mes épaules, sur moi-même.

- Putain, c’était quoi ça ?

Un murmure rageur et inquiet auquel je ne réponds pas, la boule au ventre, la gorge bloquée par cette violente vague d’émotion. Elle n’est pas loin et surtout, elle a fait feu sur des collègues, peut-être des patients. Et si c’était Saoirse ? Irène ? Ou même Dylan ? Cette perspective m’affole et je n’ose plus bouger, comme ceux qui m’accompagnent, figé dans l’horreur, terroriser à l’idée de prendre le risque de grimper plus haut au risque de se prendre une balle en pleine tête.




_________________

   
I am an ocean, I am the sea. There is a world inside of me. Lost in the abyss, drowned in the deep, no set of rules could salvage me.

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : BereniceWCL (avatar) - pedro n friends (gifs) - Wiise (code signature)
messages : 415
quartier : North Side / Maison de quartier
physique : En forme. S'est même remis au sport récemment.

MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 1   Lun 22 Jan - 20:35

SAISON II # EVENT 1


On s'y met. Il le faut. Il faut qu'ont tienne. Il faut qu'on monte ces foutus quatre étages pour réussir à amener ce patient au bloc opératoire et que tout soit tenté pour lui sauver la vie. Tout. Les mains sont agrippées au drap, et Samuel, Tim et Dino s'accrochent autant que je m'accroche, apportant ainsi un semblant de stabilité au patient. Le temps des deux premiers étages en tout cas parce que ça tire, ça force sur les bras et plus les secondes passent et plus c'est difficile mais on ne peut pas faire autrement. On n'a pas le temps de faire de pause. On n'a pas le temps de se reposer. On n'a pas le temps de poser le patient au sol en plein milieu des escaliers pour reposer nos muscles fatigués. Non pas le temps. Je prends de profondes inspirations pour essayer de garder un rythme cardiaque décent, ignore la sueur qui s'invite et fait comme si elle était chez elle tant cela me demande des efforts, à moi comme aux trois autres qui affichent, je pense, à peu près le même air que moi mais ils ne lâchent pas. Aucun de nous ne lâche. Je laisse échapper un soupir de soulagement quand je vois soudain le panneau du troisième étage : plus qu'un étage et nous serons arrivés à bon port. Bien sûr il restera sans doute encore de nombreux mètres à parcourir mais on se rapproche. Et nous nous arrêtons alors que nous nous apprêtons à prendre les premières marches qui mènent au quatrième. C'est Taylor qui nous intime le silence et l'immobilité. Soudain. Mais aussi soudainement cependant que le coup de feu qui nous fait tous sursauter. Mes doigts se crispent autour du drap, par la peur de ce que je viens d'entendre, de ce que cela peut signifier au danger qui pèse sur nous. Et un deuxième coup de feu retentit. L'un de nos compagnons d'infortune demande ce que c'était et j'observe Taylor en silence. Plus aucun de nous ne bouge, pétrifiés. La question est posée mais il doit bien se douter de ce dont il s'agit. J'hésite un instant puis je glisse un regard au patient dont le poids commence à sérieusement peser sur mes bras, ainsi que sur ceux des autres à n'en pas douter.

« Le tireur qui se balade dans l'hôpital. » je souffle finalement en observant les hommes qui pâlissent. S'ils s'en doutaient, l'entendre dire est sans aucun doute différent. « Mais ça ne change rien. » j'ajoute d'une voix sévère, dure. « Cet homme compte sur nous, on a un job à faire et on va le faire. Il nous reste un étage. Juste un. On peut pas l'abandonner là. On doit monter. »

Ce n'est pas une demande. Ce n'est pas un ordre non plus. C'est simplement ce qui doit être fait, point.

« Allons-y. Plus vite on l'amènera au bloc, plus vite on pourra se mettre à l'abri. »

Je me tourne vers Tim qui vient de prononcer des mots que je n'espérais même pas mais qui sont finalement essentiels pour pousser les deux autres à poursuivre. Ils hochent la tête et je me tourne vers Taylor qui est elle aussi très pâle.

« Taylor, on peut récupérer la poche de sang si tu veux redescendre. »

L'idée est de la mettre à l'abri, bien sûr mais sans la forcer. La décision ne m'appartient pas : je ne suis personne pour lui dire quoi faire même si j'ai sincèrement peur pour elle. Elle refuse vivement, sans hésiter et à mon tour de hocher la tête.

« Un étage. Et après on a juste à foncer au bloc. »

Oui. Juste ça. Alors on s'y remet. Et c'est dur, c'est particulièrement difficile. Les marches semblent de plus en plus hautes alors que pourtant elles sont les mêmes que trois étages plus bas. Nous sommes tous les quatre en train de puiser dans nos réserves, nos bras se tendent, les veines en ressortent sous notre peau tant les muscles sont contractés mais ça paye. Ces efforts... C'est payant car nous arrivons bientôt au quatrième étage. Nous nous arrêtons un instant, posons finalement le patient au sol quelques secondes pour reposer nos bras tout en tendant l'oreille mais rien si ce n'est quelques exclamations mais impossible de savoir si la tueuse est toujours là. C'est Taylor qui ouvre la porte, tout doucement et nous fait signe de la suivre. Nous reprenons donc le drap, soulevons de nouveau le patient et pénétrons enfin à l'intérieur du couloir qui doit nous mener au bloc. Et nous nous figeons tous face à la scène qui se joue devant nous. Une scène horrifique. A peine à quelques mètres de là, une femme au sol, qui a visiblement reçu une balle dans la tempe, ou... Non, elle s'est tirée une balle dans la tempe. Il suffit de regarder où se trouve l'arme à feu, si près de sa main... Alors c'est elle ? C'était elle ? C'est ensuite que je remarque quelqu'un d'autre au sol et la poitrine en sang. Ce ne serait pas le Docteur Fuller ? Cette jeune femme à la chevelure reconnaissable, je l'ai croisée de nombreuses fois aux urgences. Et l'homme qui est blessé et au-dessus d'elle, c'est... Andrew Linch ? Le directeur il me semble. L'autre demoiselle je ne la connais pas. Une chose est cependant sûre : la menace est passée. Ou, en tout cas, la menace de nouvelles victimes est passée.

Mais trop de victimes ont déjà été faites.


(c) sweet.lips

_________________
Mas vale una verdad que duela, que una mentira que ilusione.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : - | tumblr | we♥it
messages : 443
quartier : north side

MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 1   Jeu 25 Jan - 15:30



SAISON II | INTRIGUE II
EXORDIUM.
Lever l'interdiction, perdre encore quelques instants qui leurs sont précieux ? Non, Andrew hoche la tête en direction de la jeune femme, l'invitant à les suivre parce qu'il va falloir faire vite, parce qu'il va falloir que les autres se dépêchent de reprendre des postes qui leurs avaient été pourtant interdits plus tôt. L'urgence, le danger neutralisé, ce sont de bons arguments pour offrir à ce moment toute l'attention qu'ils peuvent être en mesure de donner. Aussi, il s'active, laisse la place à ceux qui viennent chercher la petite blonde dont l’hémorragie s'accélère. Il va falloir faire un peu plus rapide, par contre, chose qu'il vient ordonner, hurler dans les couloirs tandis que l'autre infirmière reste tétanisée dans son coin. Cette même femme qu'il contemple d'un bref coup d’œil en vérité, avant que ses prunelles ne viennent se porter sur le sang qui s'écoule encore le long de son bras, cette hémorragie là qu'il va falloir également contrôler parce qu'il se refuse à perdre toute sa mobilité. Il se le refuse. Alors il use un peu de sa main, de ses doigts, il essaie de s'assurer qu'il ne perd rien en continuant de suivre l'équipe et la petite blonde jusqu'au bloc où ils les laissent entreprendre ce qu'ils ont à faire. Là où il ne peut entrer, pas dans cet état, pas en sachant tout ce qu'il pourrait risquer de provoquer, de se provoquer. Un râle de douleur et, enfin, on parvient jusqu'à lui, enfin, on vient s'affairer sur sa propre blessure. Andrew s'en détend un peu, prenant sur lui pour ne pas grogner à l'égard de ceux qui sauront faire de leur mieux ; du moins, il l'espère pour eux. Puis, finalement, c'est vers la jeune femme qu'il avait voulu protéger qu'il s'en retourne. « Occupez vous d'elle. » Et il désigne l'infirmière, il la désigne malgré les quelques âmes qui se ruent déjà auprès d'elle. « Ou venez, c'est vous qui voyez. » Il s'en fout, tant qu'on s'occupe de Fuller, tant qu'on s'occupe de son bras.       

_________________


rewinding, erasing.
If we can make it through another day with you, then we can make it through another year. 'Cause we both needed to forget this fear if it's all the same to you. If I was to blame, would you still believe?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 1   

Revenir en haut Aller en bas
 
SAISON II # EVENT 1
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» SAISON I # EVENT 2
» LA C N E UNE VACHE A LAIT EN TOUTE SAISON !
» saison, l'automne : gratin de poires au roquefort
» event coupe du monde la semaine prochaine
» SG-Universe, saison 1 [SPOILERS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: South Side :: CHICAGO MEDICAL CENTER-
Sauter vers: