Partagez | 
 

 The Hollow - Leo

Aller en bas 
avatar



crédits : Avatar : Daya ; Signature + gifs : Daya
messages : 453
quartier : En coloc' avec Saddie - West Side
physique : TS médicamenteuse en 2017 -> perte de poids visible, encore en depression même si elle essaie de faire au mieux pour remonter la pente. Il lui arrive encore de faire face à des "rechutes"

MessageSujet: Re: The Hollow - Leo   Lun 9 Avr - 17:16

The Hollow
EXORDIUM.
- Le Mexique, carrément
- Et pourquoi pas hein ?

Pour la première fois depuis tout à l’heure, il sourit et rit sincèrement. J’entrevois là une sorte de miracle ou de bonne nouvelle, pour me dire qu’il n’est peut-être pas totalement perdu dans le gouffre de sa propre détresse. Je garde sa main dans la mienne, essaie de jouer le rôle de cette bouée de sauvetage même si j’ai rien de très rassurant, même si j’suis loin d’avoir les épaules pour maintenir un esprit aussi torturé hors de l’eau mais je fais de mon mieux. Leo est comme un frère pour moi, il a toujours été là et c’est à mon tour d’être présente. De n’pas foirer.

- Je ne sais pas si c'est la bonne destination pour aller avec Daniel. Plutôt avec toi je dirai.
- Je ne dirais pas que j’suis triste d’y aller à sa place parce que c’est faux.

Je n’vais quand même pas craché sur un endroit si paradisiaque ? Pas quand j’ai toutes ces merdes qui me tournent autour, que j’ai moi-même le cerveau en vrac. C’est con mais l’idée de m’offrir – j’ai pas les moyens, mais rêver fait du bien – un weekend là-bas avec lui est apaisant, voir réconfortant.

- C'est la destination qui, à elle-seule, représente toutes les tentations du monde.
- C’est bien pour ça que j’te propose… J’ai jamais dis que j’étais le petit ange sur ton épaule droite.

J’affiche un large sourire, le taquine plus qu’autre chose parce qu’il va de soi que jamais je ne le pousserai à la tentation de la chair .. par contre pour les cocktails et le reste, j’dis pas non. Je suis pas une grande amoureuse des voyages, peut-être parce qu’à part l’Irlande avec mes parents, je n’ai jamais vraiment eu l’occasion d’en faire, de profiter. Mais là, la perspective est séduisante.
L’espace d’une seconde j’ai l’impression de l’avoir extirpé de ses démons, que Leo nous revient doucement mais sûrement entre deux rires que je réussi à lui arracher… Mais en un claquement de doigts, les ombres reviennent, opaques, étouffantes. J’ai la sensation que je pourrais presque les voir s’agglutiner sur lui, prêtes à l’étouffer.

- J'aime l'idée mais je ne suis pas sûr pour le Mexique. Et je suis pas sûre que l'autre me laisse tranquille pour souffler vu toutes les séances qu'elle aime me coller.

- Je suis certaine que si tu lui dis que tu te casse un weekend pour souffler, que c’est pour ton bien, elle te laissera faire. Elle est pas censé t’encourager à faire des choses bonnes pour toi ?

C’est leur job, non ? De pousser ses patients à aller de l’avant, à prendre un nouveau départ, du recul et de prendre des initiatives qui pourraient les aider à aller mieux. Et c’est pas comme s’il se barrait en France ou en Espagne. On parle du Mexique ou la Californie s’il veut, on s’en fout tant que ça peut lui permettre de souffler et de se ressourcer.
Il ne me répond pas, reste subitement incroyablement silencieux. Je me demande ce qu’il se trame dans son crâne, à quoi est-ce qu’il est entrain de penser. Sa sœur ? La psychiatre ? Daniel ? J’en sais rien mais j’aime pas le voir muet comme un poisson mort comme ça.

- Je sais pas où je vais, Taylor. J'en ai pas la moindre putain d'idées.

Il replonge, tête la première dans tout son merdier. Une véritable descente aux enfers, ses larmes naissant de nouveau au bord de ses yeux. Mon cœur se serre, mon ventre se tord, j’ai envie de le prendre dans mes bras et de l’y garder une éternité pour lui faire oublier tout ça, tout ce qui le ronge continuellement sans que ça ne veuille s’arrêter un instant. En général, à l’hosto on file des médicaments au moins pour dormir. Rien de fort, juste de quoi apaiser un esprit, de le mettre en veille l’espace de quelques heures pour que le patient puisse récupérer, se reposer. Et plus j’observe Leo, plus je me dis que c’est ce dont il aurait besoin. Une sorte de repos forcé.

- Qu'est-ce que j'ai fait...
- Eh, ça va aller. Viens là.

Je le prends dans mes bras, le laisse pleurer comme un enfant parce que c’est ainsi qu’il m’apparait. Instable et sans défense mais surtout incroyablement paumé. Il peut rester autant qu’il le veut comme ça, je ne le lâcherai pas. A croire que j’ai peur qu’il s’évapore ou qu’il me claque entre les mains. Je l’entends pleurer, le sens se crispé et je ne sais pas combien de temps s’écouler puisque les minutes sont désormais abstraites. Elles s’écoulent, s’égrainent jusqu’à ce que je me redresse légèrement avant de me lever.

- Allez viens.

Je l’oblige à se lever à son tour, le prend par les deux mains et prend appuie. Leo m’aide un peu parce qu’avec mes bras de crevette, je ne serais pas foutu de le lever toute seule et comme une mère avec son enfant, je le guide jusqu’à son canapé où je l’oblige à se coucher de nouveau.

- Bouge pas, j'reviens

Je file dans sa chambre, connais cet appartement par cœur et je reviens les bras chargés de couette et d’oreiller. Je l’installe, le borde presque et le cale surtout au chaud. A force de pleurer, d’être crevé comme il l’est il grelotte, à la pâleur d’un mort et j’refuse de partir d’ici en le laissant dans cet état. Et puis merde, depuis combien de temps il n’a pas bouffé en plus de ça ?

- Repose toi, je m’occupe du reste, t’entends ? J’vais te préparer un truc à bouffer et un thé, ça va te faire du bien. Il faut que tu manges, que tu récupères. Et demain on reparlera de tout ça, de ce que tu dois faire.

Je passe une main dans ses cheveux, un geste affectueux qu’il est l’un des rares à en bénéficier. Le plus gâté étant certainement Milo.

- On va traiter tout ça, un part un. Une chose à la fois. Mais avant ça, faut que tu reprennes des forces Leo. T’arriveras à rien dans cet état, ok ?

Quant à moi, je resterais là, à veiller. Comme lui l’a fait pour moi. Indissociables âmes paumées que nous sommes.


_________________

   
I am an ocean, I am the sea. There is a world inside of me. Lost in the abyss, drowned in the deep, no set of rules could salvage me.

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : candy apple | we♥it | tumblr
messages : 304
quartier : south side

MessageSujet: Re: The Hollow - Leo   Mar 17 Avr - 22:50



the hollow
EXORDIUM.
« Eh, ça va aller. Viens là. » Il se laisse guider, contre ses bras tomber. Leo n'a plus la force de lutter, pas en sachant la manière dont il en vient à s’abîmer, le blond convaincu de devenir fou à lier. Il aimerait faire taire ses songes, ses pensées ; tout ce qui réside en lui et qui ne parvient qu'à le bousiller. Et il reste ainsi des secondes, des minutes, peut-être un peu plus. Il en oublie le temps, il en oublie l'instant. Leo essaie de s'accrocher à ce qu'il peut être, à ce qu'il a été, par le passé. Il veut s'en relever, tenter de croire que tout pourrait être retrouvé. Mais rien, rien ne vient s'imposer, aucun lien ne vient se déposer entre ses mains. Rien si ce n'est la présence de Taylor qui s'anime enfin, réajustant leur deux corps avachis, au cœur du séjour toujours en fouillis. « Allez viens. » Les mots glissent et ne l'atteignent pas encore, ils ne suffisent pas à donner d'élan au blond qui attend, l'esprit un peu plus lent. Il aimerait lui dire que ce ne sert à rien mais il sait, dans le fond, bien qu'aveuglé, il sait qu'elle ne l'écouterait même pas parler. Parce qu'elle l'oblige à suivre, Taylor, parce qu'elle vient tirer un peu sur sa personne pour l'élever, l'aider à rejoindre son propre canapé. Il cède, accepte, l'aide à porter sa masse fatiguée jusqu'au sofa dans lequel elle le fait se coucher. Stupide, il s'y sent. Brisé de tout part également. « Bouge pas, j'reviens. » Il acquiesce simplement, silencieusement, laissant Taylor s'éloignant non sans sentir son regard s'éterniser sur sa présence complètement fissurée. Il ne bougera pas, Leo, n'en a pas le courage ; pas cette fois. La douleur est trop dense, trop prenante. Elle hante encore les abords de son cœur jusqu'à en paralyser certains de ses maigres chœurs. Il la laisse faire alors, la voyant ramener tout ce qu'elle a pu trouver en couette et il estime cette démarche comme un tord. Jusqu'à comprendre, jusqu'à ressentir les tremblements dans ses propres membres. Il soupire, Leo, de lassitude sûrement, essuyant d'un revers de la main les larmes qui se sont fait la malle en descendant. « Repose toi, je m’occupe du reste, t’entends ? J’vais te préparer un truc à bouffer et un thé, ça va te faire du bien. Il faut que tu manges, que tu récupères. Et demain on reparlera de tout ça, de ce que tu dois faire. On va traiter tout ça, un part un. Une chose à la fois. Mais avant ça, faut que tu reprennes des forces Leo. T’arriveras à rien dans cet état, ok ? » Il aimerait répondre mais le vide qui s'est installé vient l'en empêcher. Leo laisse simplement un bref geste de la tête se trahir tandis qu'il en ressent les caresses, celles qu'elle perd dans ses cheveux avant un trop plein de tendresse. C'est envoûtant tant ça le détend, repoussant les souffrances qui s'installent depuis trop longtemps. Un peu de répit, juste quelques secondes pour pouvoir se souvenir qu'il a cette chance de pouvoir être en vie. Claudia peut-être aussi.

Se le dire, se le répéter l'amène à voir qu'elle a possiblement raison sur toute la ligne, la petite brune qui tente de garder bonne mine. Il n'arrivera à rien, pas même à se donner les moyens de la retrouver s'il persiste à demeurer dans cet état qu'est actuellement le sien. « Ok. » Ça semble brûler sa gorge tant le ton est faible, presque inaudible. Mais il essaie, Leo. Il essaie derrière la torpeur qui continue de l'asservir. « Je suis désolé. » Et la supplice est totale, le pardon demandé. Leo veut l'entendre lui dire qu'elle lui pardonne toute cette folie qu'il n'a pas su délier. Et ça le ronge, ça vient affolé le palpitant qui frappe avec hargne sous sa cage thoracique. Elle cogne, fait mal, assez pour qu'il n'en grimace, cherchant à attraper l'une de ses mains, la serrant une fois entrelacée. « Je suis désolé, Tay. Je suis tellement désolé... pour tout ça. » Il sait ce qui repose sur ses épaules, il sait que ses songes sont déjà bien embrumés, il n'avait pas à en rajouter. Mais il l'a fait, à son insu, il l'a fait sans même s'en être aperçu. Il aurait dû tenir, s'enfuir, rejoindre les ténèbres pour lui épargner cette vision du pire. Il se sent bête, Leo. Il se sent bête car, désormais, le mal est fait et rien, rien ne pourrait effacer les images qu'elle gardera de cette soirée-là. Non, rien. Un soupire, la main qui se défait de la sienne pour rejoindre ses traits, essuyer de nouveau les quelques larmes qui se sont installées. Il lui faut remonter, trouver une bonne accroche et pleinement retrouver cette hauteur tout juste quittée. « Va pour un thé, d'accord. » Il en revient à ça, lui épargne ses peurs finalement, cette impression qu'elle pourrait le laisser sans l'ombre d'un remord. Et, au pire, se sera mérité. Mais ils savent, tous les deux, qu'à jamais ils sont liés. Parce qu'il ferait tellement pour elle, tout comme inversement de la part de la Belle. « Merci de rester... » Des mots qu'il énonce parce qu'il sait, il sait qu'elle n'osera pas le quitter, pas en sachant tout ce qui l'a rongé jusqu'en cette fin de journée. Il sait qu'elle n'osera pas partir sans s'être assurée qu'il saurait se gérer. Et il fera au mieux, Leo, il fera au mieux pour la rassurer. Ce sera à son tour de prendre le relais.         

_________________


she's here. by my side.
and she's said : « don't trust this people. they want you down. because you're too kind. » and it's alright, 'cause i'm already broken, already dead.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The Hollow - Leo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lieux sombres de Godric's Hollow
» Cimetière de Godric's Hollow
» The legend of Sleepy Hollow
» Promenade dans le village de Godric's Hollow
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: South Side-
Sauter vers: