AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Volatile Times - Alma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
Profil
crédits : Me
messages : 218
quartier : West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Volatile Times - Alma Ven 26 Jan - 11:23

Volatile Times
EXORDIUM.
4 Décembre 2017

Sa moto est réduite en miette à l’image de son myocarde qui semble se racornir un peu plus chaque jour. Ils ne seront plus jamais les même après cette nuit cauchemardesque, aucun d’entres eux ne pourra passer de nuits sans vision d’horreur, sans le son et l’image des membres qui s’arrachent sous les affreux cris douloureux de Caleb.
Thomas ne sait plus très bien ce qui est le pire dans toute cette merde parce que des points foireux, il en a toute une putain de liste. Il ne décolère pas même s’il est encore bien loin de cette rage immonde qui irradiait chacun de ses nerfs et muscles quelques jours plus tôt alors qu’il démolissait sa moto à coup de barre de fer, hurlant sa fureur d’avoir perdu un énième membre de la famille, LEUR président qui plus est, cette figure paternelle pour tous mais surtout pour James que Thomas ne sait plus très bien comment lui venir en aide. Hurlant sa rage à ce que sa propre bécane est servit à tuer Caleb, ait été l’une des machines meurtrières. Et ses dernières forces sont passées dans cette haine atroce que de voir Ezra passer président, reprendre le trône de son père.

Plus rien ne tourne rond et si le club était déjà bancal, il pouvait au moins être certain que l’unification des frères sle maintenait encore debout. Aujourd’hui, Thomas n’est plus sûr de rien.
Ah si, d’une chose.
Qu’il débusquera cette petite salope, cette taupe qui les a conduits à ce véritable carnage, à la mort de leur président, à l’implosion du club. Ça le bouffe, le ronge littéralement, n’en dort presque plus. Hunt a du mal à se faire une raison, à se dire que cela peut venir d’un des leurs et que s’il compte suivre son plan à la lettre, ils devront tous y passer. Sans exception.
Même James. Son ami le plus cher.

Cloitré dans son bureau, devant son PC, Thomas écume les sites, enchaine les recherches. Cherche le matos qui convient puisque sa décision est déjà prise. Mais il ne la mettra pas en œuvre, pas tout de suite. Avant ça, il doit en parler à l’unique personne en qui il a encore confiance aujourd’hui, celle-là même qui l’a contacté cinq minutes plus tôt alors qu’il comptait lui-même prendre contact. Peut-être pas pour les mêmes raisons mais la coïncidence aurait presque pu être amusante s’il n’avait pas le cerveau en l’air et le cœur au bord des lèvres depuis cinq jours.
Il passe une main distraite sur sa cuisse fraichement blessée et recousue.

Se lever lui arrache une grimace mais il ne bronche pas, éteint son ordinateur et se dégage de ce cuir qu’il a encore du mal à remettre sur ses épaules, lui qui était prêt à tout quitter quelques jours auparavant. Clés en main, il sort de son bureau pour prendre la direction du garage et grimper dans la bagnole que le club lui a prêter en attendant qu’il ait la les tripes de remplacer sa bécane. Chose qu’il ne devra pas trop laisser trainer soit dit en passant.
Il a du mal à accélérer et passer les vitesses sans grimacer et étouffer un grognement douloureux mais il s’en branle, il s’en tape comme de l’an quarante, bien trop déterminer à arriver à destination sans attendre. Il n’aurait pas pu patienter une journée de plus, pas au point où il en est aujourd’hui. Thomas croise son regard dans le rétro : Sombre, creusé par la fatigue et l’inquiétude, c’est à peine s’il se reconnait. Il a l’impression de vivre un cauchemar éveillé mais il ne relâche pourtant rien. La réalité est violente, brûlante mais présente et s’ils doivent y faire face, ça ne sera pas en restant tranquillement dans son coin à attendre que les choses passent. Hunt veut agir vite et bien, efficacement et il compte bien mettre les moyens qu’il faut pour en arriver là.

Le Hacker arrive au pied de l’immense immeuble où réside le bureau d’Alma, trouve l’accueil et prend l’ascenseur dont les étages défilent, accompagné d’une musique classique à la con qui lui rappelle toutes ces fois où il a dû accompagner de force son père dans ce genre de milieu, avec l’espoir que l’envie de reprendre le flambeau prendrait naissance ce jour-là.
Connerie.

- B’jour. J’viens voir Maitre Lennox. Elle m’attend.

La secrétaire est jolie, un véritable visage d’ange que Thomas n’aurait pas manqué de séduire d’un petit clin d’œil, d’un sourire enjôleur. Mais rien, il n’en a pas envie tout comme il n’a pas envie de grand-chose ces derniers temps si ce n’est que de boire plus de raison, chose qu’il s’interdit, tenant à garder l’esprit clair et lucide pour ce qui suivra.

- Votre nom ?
- Hunt.
- Patientez un instant s’il vous plait.

Elle lui désigne un fauteuil qu’il rejoint à contre-cœur, préférant à ce que les choses s’enchainent rapidement, vite et bien. Si Thomas était perturbé par toutes ses questions et ce plan qu’il fomentait depuis quatre jours tout seul, il l’était aussi par le message d’Alma. Il n’avait aucune idée de quoi elle voudrait lui parler, tout ce qu’il comprend c’est que ça avait l’air suffisamment urgent pour que le message soit concis et direct.
Il patiente cinq bonnes minutes, voir dix, il ne sait plus très bien, ne s’en rend pas vraiment compte, l’esprit complètement ailleurs et focalisé sur deux choses.
L’un des bras de Caleb, arraché. Et ce plan qu’il retourne dans tous les sens pour être certaine de ne pas commettre d’impair.

- Elle vous attend dans son bureau.


Thomas grimace en se relavant, boite jusqu’à la porte en bois massif, bourré d’anti-douleur pour que les journées soient plus supportables. Il frappe, entre. Rare sont les fois où le hacker est venu fouler la moquette propre de son bureau. Ici réside le trône de leur Alma, son royaume, là où se prend toutes les décisions importantes comme celle d’alléger la peine d’un frère.
A la seconde où il croise le regard de cette femme aux allures maternelles, Thomas sent ses défenses flancher, céder. La vérité est qu’il a lui aussi envie de chialer comme une merde, comme un gamin de dix ans qui a perdu sa mère mais il n’en fera rien. Il se contente d’avaler ce flot de larme qui lui noue la gorge et lui pique les yeux. La seule chose qui l’empêche de chouiner comme une merde est cette colère qui l’anime et qui le tient debout depuis ce soir où tout à basculer.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : gif ; daya, avapics me
messages : 314
quartier : Une petite maison dans le West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Volatile Times - Alma Sam 27 Jan - 11:16



VOLATILE TIMES
ft. Thomas
i won’t let anyone ruin what we’ve done, what i’ve done. I’m not gonna let this family fall apart, i’m here to fix this. To heal this  

 C’est le matin et Alma a déjà besoin d’un verre. Le whisky haut de gamme qui trône dans le meuble vitré à sa droite lui fait de l’œil et l’écœure en même temps, un mal de tête la ronge, les cernes continuent de creuser ses yeux et de lui donner un air plus féroce, impitoyable. Elle observe le flacon dans sa main, celui qui contient ses médocs pour dormir, ceux qu’elles se refusent à prendre ces derniers jours, rongée par l’anxiété et le chagrin qui assombrit son cœur. Son fils est lui aussi dans un sale état, elle le voit bien, il dort à peine et ils se sont croisés plus d’une fois au milieu de la nuit, à errer dans l’attente que le sommeil se pointe ou qu’une idée magique fasse taire toutes les autres hypothèses foireuses. Lui qui n’a jamais eu un sommeil dérangé, qui n’a pas hérité de l’insomnie d’Alma dort surement encore moins qu’elle. La matriarche tâche d’être là pour lui, là pour Ezra qui traverse une sale période et pour tous les autres. Comme elle peut. Pour Gabriel, qui lui a déchiré le cœur plus d’une fois ces derniers fous. Elle s’occupe de lui, à sa manière, s’efforce de passer outre ses nouvelles supplications, ce comportement étrange et terrible qui ne la laisse pas de marbre malgré sa faculté à modeler son visage dans l’impassibilité. Hier soir, Love lui a ramené à manger. Un truc qu’elle avait préparé tranquillement, délaissant son cabinet ces derniers jours, occupée à s’occuper de la famille. L’odeur de tabac et d’alcool l’avait frappée dès l’extérieur de l’appartement. La brune avait fait son possible pour ne pas se laisser avoir par les marques étranges et ivres d’affection, il voulait lui dire quelque chose, elle ne voulait pas entendre plus. Gabriel n’est pas lui-même, dicté par un chagrin terrible, celui d’avoir perdu son ami certainement le plus cher. D’aussi loin qu’elle s’en souvient, ils ont toujours été ensemble, cul et chemise. Elle qui avait perdu son mari pouvait compatir. Mais elle ne voulait pas le voir se laisser abattre de cette manière, perdre toute consistance. Pas un seul mot d’un homme qui regretterait peut-être, lorsqu’il aurait décidé de reporter fièrement ce cuir qu’elle lui avait tendu.

« Alma ? La brune n’a pas entendu la porte, ni Emma son assistante/secrétaire arriver dans le bureau. Elle ne rentre jamais sans toquer, alors l’avocate s’imagine parfaitement qu’elle a du le faire un bon nombre de fois avant de se décider à entrer. Emma est une brave fille, intelligente, débrouillarde, capable de se démerder avec toutes les situations et pourtant toujours sur la réserve. Alma l’apprécie, elle et son sens de la discrétion. Alma, est-ce que ça va ?
— Oui, excuse-moi Emma. J’étais à côté de la plaque.
— Est-ce que tu veux un cachet pour la migraine ? C’est de plus en plus souvent ces derniers temps.
— Je veux bien s’il te plait.
— Au passage… Thomas Hunt est là.
— Ah, oui je l’attendais. Est-ce que tu peux me l’envoyer ? Et je pense qu’on va fermer le cabinet cet après-midi… Ça te va ?
— Je peux rester traiter les demandes si tu veux.
— Non, profites-en pour rentrer chez toi, te reposer un peu. Des gros cas vont nous tomber dessus dans pas longtemps. » L’assistante acquiesce, puis s’éloigne, ferme la porte derrière elle. Alma en profite pour ranger le flacon avant que Thomas ne débarque, réajuste son bureau et se redresse au moment ou la porte s’ouvre sur la carcasse trainante du hacker des KOS. Elle le voit immédiatement, la tristesse dans ses yeux, la douleur réprimée, la colère côtoyée. Il ferme la porte derrière lui et l’avocate s’approche sans un mot, se contente de passer outre l’injonction de l’espace vital, dépose une main sur la joue mal rasée du KOS et le force à la regarder dans les yeux.

« Est-ce que ça va sweetie ? Love dépose son autre main sur la veste de Thomas, qui n’a l’air que d’un gamin de dix ans fatigué à cet instant, et la réajuste comme une mère le ferait, appuie sur le pli et pousse un soupir. Je veux dire que je sais que ça ne va pas mais, est-ce que tu te sens capable de passer à la suite ou tu veux d’abord te reposer, discuter ? Tu sais que tu peux tout me dire n’est-ce pas ? Ça ne sortira pas d’ici. Elle l’observe, finit par passer ses bras autour de lui et lui offre une étreinte dont elle a le secret, pleine d’amour, d’affection et d’attention. Alma le soutient, les soutient comme elle soutient son fils. Une fois encore elle a pris le parti de déplacer ses propres sentiments pour aider ses garçons. Garder le dos droit, leur offrir le bras quand ils sont au plus bas. Chacun à leur manière, Gabriel boit plus que de raison, Ezra… Ezra lui fait peur, James est aux abonnés absents, Max se laisse aller, et Thomas ne jure que par la colère.

Emma toque à la porte et suspens le silence. Alma défait son étreinte et lève la voix « Entre.
— Tiens, aspirine. J’ai suspendu la ligne, tu me diras quand tu seras prête à recevoir des appels.
— Merci Emma. Tu peux décaler Mr Collins à demain ? Je n’aurais pas le temps de le recevoir ce matin.
— Tout de suite. Dis-moi si besoin de quelque chose. La jolie blonde s’éloigne du bureau après avoir donné à Alma un verre d’eau et un cachet puis ferme la porte derrière elle, laissant l’avocate et le hacker à leurs affaires, seuls, tranquilles.
— Viens t’asseoir, Thomas. T’as besoin de quelque chose, soif, faim ? Alma vient contourner son bureau pour s’asseoir à sa place, dans son grand fauteuil, glisse le médicament entre ses lèvres puis y fais glisser l’eau pour l’accompagner. Bientôt, ce début de migraine ne sera plus rien mais le poids des dernières nouvelles ne disparaîtra pas pour autant. J’ai pas dormi alors excuse-moi si je suis à côté de la plaque de temps en temps, ok ? »

⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
she's the gatekeeper
she knows every truth behind every lie inside every secret
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : Me
messages : 218
quartier : West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Volatile Times - Alma Lun 29 Jan - 21:27

Volatile Times
EXORDIUM.
C’est douloureux de se trouver là, face à la matriarche et de maintenir le dos droit pour ne pas flancher. Ils ont perdu leur Roi lors de cette nuit froide et aujourd’hui, les choses commencent sérieusement à déconner. Suffisamment pour que la confiance du hacker envers ses propres frères en soit craquelée et qu’il soit déterminé pour mettre en lumière certaine chose.
Il a tenté tant bien que mal de se montrer solide, droit, inébranlable mais dans ce bureau, les choses lui semblent doublement compliquées. Bien plus lorsqu’Alma dépose une main maternelle sur la joue mal rasée de Thomas.

- Est-ce que ça va sweetie ?


Elle réajuste sa veste, il serre les dents, dégluti difficilement. Il ne sait pas s’il doit répondre à cette question. Ou plutôt s’il le peut.

- Je veux dire que je sais que ça ne va pas mais, est-ce que tu te sens capable de passer à la suite ou tu veux d’abord te reposer, discuter ? Tu sais que tu peux tout me dire n’est-ce pas ? Ça ne sortira pas d’ici.
- Je sais.

Il a la voix qui tremble légèrement, se sent comme un enfant un peu paumé et ne se sent pas capable d’articuler d’autres mots supplémentaires, trop angoissé à l’idée de chialer devant elle. Chose qu’il se refuse. Par fierté, par dignité. Alma ne lui facilite pas la tâche lorsqu’elle passe ses bras autour de lui, le tenant dans ses bras comme s’il était son propre fils. Cette étreinte est bourrée d’attention, d’amour, une chose qui lui manque parfois mais dont il ne se plaint jamais. James a sa femme, son fils, ce cocon familial qui à au moins le mérite de combler tout ce que cette chienne de vie le lui a volé. Thomas n’ira pas jusqu’à dire qu’il l’envie, loin de là, tout ça James l’a mérité, mais Hunt ressent parfois le manque de sa propre famille, ces courts instants éphémères qu’il partageait avec sa sœur et sa mère, cette bienveillance bien vite assombrit par l’ombre de son père ou de son frère.
Et en cette seconde, Alma lui redonne ce second souffle dont il a besoin. Raison peut-être pour laquelle il entoure ses bras un peu plus fort autour du corps frêle de la matriarche qui doit elle aussi vivre un moment compliqué, la peine alourdissant certainement ses épaules sans qu’elle ne le montre.

Quelques coups à la porte et Thomas renifle discrètement, se recule et laisse Alma gérer ses affaires avec cette fameuse Emma qu’il a à peine calculé tout à l’heure et dont il porte toujours aussi peu d’attention, trop focaliser sur le pourquoi de sa venue et de cette pression qui pèse.
Emma quitte le bureau, Alma revient à lui alors qu’il décrochait doucement de cette réalité trop éprouvante.

- Viens t’asseoir, Thomas. T’as besoin de quelque chose, soif, faim ?
- J’vais juste prendre un verre d’eau, s’il te plait.

Il a la gorge sèche et pleine d’épine. Le hacker se laisse tomber dans ce fauteuil qu’elle lui présente, sans aucune manière. Ils ne sont plus à ça près.

- J’ai pas dormi alors excuse-moi si je suis à côté de la plaque de temps en temps, ok ?
- T’en fais pas, j’suis pas dans un meilleur état.

Mais il capte parfaitement l’état de fatigue qu’elle affiche, le cacheton qu’elle vient d’avaler pour un probable mal de crâne. Manque de sommeil, manque d’énergie, manque de volonté. Hunt attrape le verre d’eau qu’Alma lui sert et le bois d’une traite après l’avoir remercié d’un léger signe de tête. Ça lui fait du bien, lui donne une petite claque dans la gueule et le réveil un peu, le sort légèrement de cet état amorphe.

- Tu tiens le coup toi ? C’est bien de vouloir t’occuper de tout le monde mais est-ce que quelqu’un s’occupe de toi au moins ?

Alma est leur pilier à tous. On n’dirait pas comme ça, parmi ce milieu de branleur et de gros bras mais si une cohésion existe, si le club reste debout, c’est en grande partie grâce à cette femme sans qui ils ne seraient presque rien pour la plupart. Une mère pour Erza, Ayleen et Charlie. Un soutient incontestable pour eux tous. Et Thomas ne voudrait pas qu’elle soutienne tout ce groupe pour finalement lâcher prise derrière, s’écrouler sous le poids de toutes ces peines. Pour lui une famille réside en la bienveillance que l’on se porte à chacun, le soutient mutuel et c’est ce qu’il souhaite offrir à Alma aujourd’hui en le lui faisant comprendre par ces quelques mots.

- Pourquoi tu voulais m’voir ?

Il ne lui avoue pas tout de suite qu’ils ont eu tous les deux le nez fin puisqu’il comptait lui-même prendre contacte avec elle. Il a besoin de voir certaines choses avec Alma et cette dernière est l’une des rares en qui il a pleinement confiance ces derniers jours.



_________________

   
The atom will implode
The fragile kingdom fold. The tremor becomes a quake. And there's a body in the lake and as the two of us rebel, and damn you all to Hell I wonder: is this all there is?

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : gif ; daya, avapics me
messages : 314
quartier : Une petite maison dans le West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Volatile Times - Alma Jeu 1 Fév - 18:31



VOLATILE TIMES
ft. Thomas
i won’t let anyone ruin what we’ve done, what i’ve done. I’m not gonna let this family fall apart, i’m here to fix this. To heal this  

 « Tu tiens le coup toi ? C’est bien de vouloir t’occuper de tout le monde mais est-ce que quelqu’un s’occupe de toi au moins ? » La matriarche lui sourit, mais ne cherche pas à lui répondre. Est-ce qu’on s’occupe d’elle ? Oui, Callum, à sa manière. Passant au-delà de son propre chagrin, les deux derniers Lennox se soutiennent face aux obstacles qui leur barrent la route et celle du club. Mais ce n’est pas ce qu’elle demande, elle ne veut aucun des garçons s’apitoyer sur son sort à elle. Ils ont d’autres choses à penser et malgré les difficultés actuelles, Alma a encore la prétention de se dire qu’elle peut gérer toute seule sa peine. Elle a perdu son mari et a réussi à se relever. Rien ne pourrait la faire chuter aujourd’hui si ce n’est s’il arrivait quelque chose à son fils.

« Pourquoi tu voulais m’voir ?
— Hm ? Ah, oui… La brune semble revenir à elle-même, se laisse glisser dans le fond de son fauteuil excédée, crevée. La fatigue qui pèse sur ses épaules lui fait perdre son fil de pensée, la rend tendue. Et son remède habituel à ses insomnies n’est pas en état de l’accueillir, et elle essaie de ne pas tomber davantage dans la prise de médicament. Son traitement n’est pas fait pour la suivre dans de telles absences de sommeil. J’ai attendu quelques jours avant de te demander de venir ici parce que j’avais besoin de réfléchir et je ne voulais pas t’attaquer avec ce genre de questions dans l’immédiat. J’vais pas te mentir en te disant que Callum ne m’a pas raconté le plus gros. Il n’aurait surement d’ailleurs pas du lui donner toutes les infos qu’il lui a donné, après tout, ce n’est qu’"une femme" au sein de ce cercle. Mais elle sait très bien que les KOS ne sont pas stupides et encore moins Thomas. Ils ont conscience qu’elle finit par tout savoir. Love avait forcé Callum a avouer, a se délester d’une partie du poids sur ses épaules. Partager avec lui les images pour l’aider à s’endormir le soir. Je ne te ferais pas répéter… ça. Mais j’ai besoin de savoir les conclusions que t’as tirées de ce merdier. Cette soirée a été plus révélatrice que des mois de recherches et de plans. J’étais pas là, j’ai besoin de davantage d’informations pour savoir où chercher. L’avocate pousse un soupir, repousse une mèche de cheveux lisses derrière son oreille avant d’hésiter puis de finalement achever son geste, sort une clef de sa poche avant d’ouvrir le dernier tiroir de son bureau et extraire des dossiers de couleurs différentes, sans noms. Elle pose ses mains dessus. J’ai vraiment besoin que tu comprennes que quand je dis que rien ne doit sortir d’ici, c’est que rien, absolument pas un seul mot de cette conversation ne peut passer cette porte. »

⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
she's the gatekeeper
she knows every truth behind every lie inside every secret
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : Me
messages : 218
quartier : West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Volatile Times - Alma Mar 6 Fév - 16:06

Volatile Times
EXORDIUM.
- Hm ? Ah, oui…

Elle est aussi à côté de la plaque que lui.
Ils sont beaux là, tous les deux, les yeux enfoncés, les cernes qui ne cessent de se creuser et la gueule parcheminée de fatigue. Adieu l’assurance, adieu la droiture. Il n’y a que ce putain de poids sur leurs épaules qui pèsent encore bien trop lourd.

- J’ai attendu quelques jours avant de te demander de venir ici parce que j’avais besoin de réfléchir et je ne voulais pas t’attaquer avec ce genre de questions dans l’immédiat. J’vais pas te mentir en te disant que Callum ne m’a pas raconté le plus gros.

Il pense au gamin, se dit qu’il doit faire autant de cauchemar que lui. Il a su reprendre le flambeau de son père sans broncher, avec application et Thomas veille toujours à garder un œil sur lui. Il est le fils de celui qui a été durant plusieurs années son mentor, peut-être pas un père mais presque. C’est pour lui comme un devoir, un service qu’il doit à Félix que de prendre soin de son rejeton, sans compter Alma et toute l’affection qu’il lui porte.
Thomas se doute que Callum a dû s’abstenir, d’aller au plus vite, au plus franc, omettant les détails de la mort de leur Président. Rien que d’y penser, il réentend le bruit des membres arrachés, le hurlement atroce de Caleb qui les enteront jusqu’à la fin de leurs jours. La nausée le prend de nouveau et Hunt s’agite un peu sur son siège, se redressant pour se donner contenance.

- Je ne te ferais pas répéter… ça. Mais j’ai besoin de savoir les conclusions que t’as tirées de ce merdier. Cette soirée a été plus révélatrice que des mois de recherches et de plans. J’étais pas là, j’ai besoin de davantage d’informations pour savoir où chercher.

L’esprit du hacker s’éveille, chasse toutes les images, les angoisses, les doutes et remet au front colère et détermination. Ce que lui lance Alma ne l’étonne qu’à moitié. Elle est vive, intelligente et sait absolument tout sur tout peut importe le temps que cela lui prendra. Et aujourd’hui ne fait pas exception. Mais surtout, ils semblent être sur la même longueur d’ondes. Thomas perçoit chez elle la même étincelle qui l’anime et qui le maintien debout : Celle de la méfiance
Love tire une clé, ouvre un tiroir et lâche une pile de dossier de plusieurs couleurs différentes sur le bureau, sans inscription, sans noms. Thomas les scrute, le chemin se fait dans sa caboche alors qu’il redresse son regard vers Alma qu’il ne quitte plus des yeux. Tout est là, il en est certain. Son propre dossier doit être mêlé à cette pile, avec chaque information, au détail près.

- J’ai vraiment besoin que tu comprennes que quand je dis que rien ne doit sortir d’ici, c’est que rien, absolument pas un seul mot de cette conversation ne peut passer cette porte.

Hunt se passe une main dans les cheveux, presque trop surprit de voir que la tâche lui est simplifié, au-delà de tout ce qu’il espérait. Malgré toute la confiance qu’il a envers cette femme, Thomas ne savait pas tellement par quel bout commencer pour lui annoncer que parmi les KoS se trouvait une taupe. Que parmi tous ceux qu’elle considère comme ses enfants, fils et frères, se cache une petite pute de première ordre qui les ont salit, malmenés, trainés dans la boue jusqu’à la mort de Caleb. Et que cette taupe peut-être aussi bien James que Max. Seb que Gab. Ezra que Callum. Et mettre son propre fils sur la sellette était un risque, certes, mais un risque à prendre en vu des circonstances.
Mais ils ne sont pas les seuls à prendre pour cible. Thomas est malin et étend sa méfiance à bien plus loin que ses propres frères : Les Irlandais. Ils étaient au courant, ils étaient leur collaborateur ce soir là pour détruire les serbes. Alors qui d'autres que ces enculés de leprechaun à la con pour la leur foutre bien profond ? Thomas n'en sait rien, ne sait plus vraiment et il compte bien foutre tout le monde au même niveau pour le découvrir.

Alma lui facilite la tâche et le hacker ne tarde pas à lâcher tout ce qu’il retient depuis plusieurs jours.

- Et j’ai vraiment besoin que tu comprennes que tout ce que je vais te dire là, ne doit pas non plus sortir de cette pièce. Sinon je suis un homme mort Alma.

Et encore. La mort serait certainement plus douce que ce que lui infligerait les KoS s’ils savaient ce qu’il s’apprête à faire. Mais Thomas a besoin d’elle, elle est sa seule alliée aujourd’hui, les circonstances l’obligeant à ne pas inclure James dans le lot.

- On a reçu un message de Caleb pour le lieu de rendez-vous, on devait faire un buis’ là-bas pour contrecarrer les serbes. Mais quand on est arrivé, on s’est fait piégé comme des cons. Thomas serre les poings, la rage remontant le long de son œsophage de s’être fait avoir de cette façon. Ces enculés y étaient déjà, ce sont eux qui ont envoyé le message pour qu’on se ramène tous là-bas. Ils avaient Caleb qui n’pouvait pas parler et Ezra qui n’était pas en meilleure forme.

Ses révélations suffisent à elles seules de lui faire comprendre ce que le hacker s’apprête lui dire, froid de colère.

- On a une taupe Alma. Il y a une vermine dans le lot qui balance tout à ces connards depuis le début. Je sais pas si c’est de chez nous ou si ça vient des Irlandais mais j’ai besoin de toi pour le choper. Peu importe le temps que ça me prendra mais j’compte bien piégé ce fils de pute avant qu’il ne fasse tuer quelqu’un d’autre et que le club ne soit détruit.

Un frère ou qui sait, Alma elle-même. Voir Ayleen, elle qui est fille de Gabriel. Rien que l’idée lui colle de nouveau la gerbe malgré ce brasier de rage qui s’anime dans ses tripes. Il ne remarque que maintenant ce souffle court, qu’il s’anime sur sa chaise, que cette colère froide lui donne certainement l’air d’un fou.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : gif ; daya, avapics me
messages : 314
quartier : Une petite maison dans le West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Volatile Times - Alma Mar 13 Fév - 0:08



VOLATILE TIMES
ft. Thomas
i won’t let anyone ruin what we’ve done, what i’ve done. I’m not gonna let this family fall apart, i’m here to fix this. To heal this

« Et j’ai vraiment besoin que tu comprennes que tout ce que je vais te dire là, ne doit pas non plus sortir de cette pièce. Sinon je suis un homme mort Alma. » Oh elle a bien conscience de ça, mais Love ne relève pas, le fait qu’ils vont en venir à cette discussion est dangereux pour tous les deux. Ils savent les risques qu’ils encourent, Alma sait qu’elle peut lui faire confiance, déjà parce qu’elle le connaît depuis un moment et aussi parce qu’elle s’est prémunie… La matriarche a déjà fais ses recherches, checké ses itinéraires, ses relations, cherchant dans son entourage, même jusque sa famille. Le dossier qu’elle a sur Thomas a été updaté, récemment. Alors elle se contente de garder son regard dans le sien, les mains toujours enserrées et calées sur les dossiers dans l’attente qu’il avance dans son récit.
Ce qu’il finit par commencer assez vite. Le Kings commence par ce qu’il sait déjà, à savoir, le message de Caleb. Cal était avec elle au moment où il l’a reçu. Elle sait aussi que c’était les serbes et sait, qu’Ezra en a pris plein la tronche. Callum lui a expliqué, aussi, de quelle manière était mort le président du club. Il ne voulait pas, au début et elle l’avait poussé à s’exprimer sur le sujet. Alma connaît la force des traumatismes, des images terribles ancrées sur la rétine et refuse que son fils porte outre-mesure celui de la mort de Caleb.

Ce que Callum ne lui avait pas dit, explicitement en tout cas, bien qu’elle s’attende à ce qu’il le fasse c’est la suite de ce que lui raconte Thomas. « On a une taupe Alma. Il y a une vermine dans le lot qui balance tout à ces connards depuis le début. Je sais pas si c’est de chez nous ou si ça vient des Irlandais mais j’ai besoin de toi pour le choper. Peu importe le temps que ça me prendra mais j’compte bien piégé ce fils de pute avant qu’il ne fasse tuer quelqu’un d’autre et que le club ne soit détruit. » La matriarche pousse un long soupir fatigué, rassemble les dossiers, les fait taper sur le bureau puis les reposes en réfléchissant. C’est l’idée la plus récente qui a le plus de sens à ses yeux. Elle ne comprenait pas comment tous leurs coups aient pu être anticipés, comment les serbes aient pu triompher d’eux avec autant de facilité, c’est sans précédant. Si elle s’était déjà interrogée sur l’éventualité de son côté, il a fallu ce terrible événement pour la pousser enfin à prendre des mesures, à s’en référer à un seul membre duquel elle a l’habitude de demander divers renseignements. Sa confiance est ébranlée, alors elle ne fera confiance à personne d’autre qu’à elle-même et Thomas sur ce coup. Ce qui va se monter entre eux la fatigue d’avance, leur secret sera lourd et impérativement respecté au risque de se mettre en danger tous les deux.

« Il se peut que j’ai déjà pensé à cette éventualité il y a quelques temps. J’ai commencé à réunir certains dossiers sur certaines personnes. Il faut que tu saches Thomas que je ne reculerais devant rien pour protéger le club, trouver le connard derrière tout ça, et je sais à quoi ça m’expose, ou mon fils, d’accord ? Mais je ne m’arrêterais pas à Cal, tu ne devras pas t’arrêter à James. Love lui adresse un regard entendu, elle a encore la rage de trouver ce qui gangrène le club de l’intérieur, malgré la fatigue, malgré le chagrin. Qu’est-ce qu’ils vous ont dit précisément à l’entrepôt l’autre soir, qu’est-ce qui vous a fait entendre qu’il y avait une taupe ? Vous aviez rendez-vous avec les irish à la base ? Qu’est-ce que vous tramez d’ailleurs à ce sujet. » Love sait la plupart des réponses aux questions qu’elle lui pose, mais a besoin de la version d’un KOS impliqué plus que par ses propres déductions, petites recherches et dires de son fils.

⇜ code by bat'phanie ⇝


_________________
she's the gatekeeper
she knows every truth behind every lie inside every secret
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : Me
messages : 218
quartier : West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Volatile Times - Alma Mar 20 Fév - 0:10

Volatile Times
EXORDIUM.
Irish ou KoS. KoS ou Irish.
Thomas ne sait plus très bien quel camp viser, quel camp le plus suspecté. Ça fait quinze ans qu’il est parmi ses frères et à aucun moment il n’a douté d’eux, leur vouant une confiance aveugle envers et contre tout. Jamais il n’aurait pu imaginer une seule seconde qu’il en serait là aujourd’hui, à devoir se méfier de sa propre famille. Ça lui donne la nausée, il se sent à la fois honteux et sale, le goût d’une trahison au fond de la gorge.

- Il se peut que j’ai déjà pensé à cette éventualité il y a quelques temps.

La réponse le surprend, ne s’attendant certainement pas à ce qu’Alma et lui soient autant sur la même longueur d’onde.

- J’ai commencé à réunir certains dossiers sur certaines personnes. Il faut que tu saches Thomas que je ne reculerais devant rien pour protéger le club, trouver le connard derrière tout ça, et je sais à quoi ça m’expose, ou mon fils, d’accord ? Mais je ne m’arrêterais pas à Cal, tu ne devras pas t’arrêter à James.

Il tique tout en sachant parfaitement à quel point elle a raison.
Il va de soit que si Thomas met ses plans à exécution, il ne devra épargner personne. Encore moins James. Car le jour où il mettra la main sur la taupe, il devra se justifier, rassembler les preuves nécessaires et ne présenter aucune faille dans ses démarches, ne laisser croire à personne qu’il a favoriser et épargner l’un d’entre eux. Chacun de ses frères devra voir sa vie quotidienne passer au crible. L’idée même de trahir ainsi James lui fout la boule au ventre, lui donne un peu plus la gerbe. Il a l’impression de lui planter un couteau dans le dos, pire qu’un traitre. Mais en ces temps obscures et sanglants, ils ne doivent montrer aucun état d’âme. Thomas se doute à quel point il doit couter à Alma de devoir également mettre son propre fils sur la sellette.
Le hacker est déterminé, suffisamment pour devoir mettre aussi James dans la liste malgré la confiance aveugle qu’il porte en son frère.

- Qu’est-ce qu’ils vous ont dit précisément à l’entrepôt l’autre soir, qu’est-ce qui vous a fait entendre qu’il y avait une taupe ? Vous aviez rendez-vous avec les irish à la base ? Qu’est-ce que vous tramez d’ailleurs à ce sujet.

Il pousse un soupire de lassitude. La soirée va devoir se jouer de nouveau sous son crâne, revoir les détails, tout balancer.
Pour le bien du club. Pour le bien de sa famille.





_________________

   
The atom will implode
The fragile kingdom fold. The tremor becomes a quake. And there's a body in the lake and as the two of us rebel, and damn you all to Hell I wonder: is this all there is?

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : gif ; daya, avapics me
messages : 314
quartier : Une petite maison dans le West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Volatile Times - Alma Jeu 8 Mar - 10:40



VOLATILE TIMES
ft. Thomas
i won’t let anyone ruin what we’ve done, what i’ve done. I’m not gonna let this family fall apart, i’m here to fix this. To heal this  

 

Love pousse un soupir, relâche ses mains serrées puis se laisse retomber dans le fond de son fauteuil, une main posée sur la joue. Elle fait durer le silence qui marque la fin de la version d’histoire de Thomas, réfléchit, d’ores et déjà à tout ce qu’il va se passer. A tout ce qu’ils vont devoir mettre en place pour trouver la taupe. Elle jette un œil à ses dossiers, là, devant elle, puis se redresse enfin et décide de ne pas y passer par quatre chemins. Ok donc notre seule certitude dans cette histoire est qu’il réside une taupe, on sait pas où et on sait pas depuis quand. C’est large. Trop large, même pour nous deux. Ça va nous prendre des semaines, peut-être des mois. Elle glisse ses deux mains dans ses cheveux et les ramène en arrière, puis les garde un moment à l’arrière de son crâne, sous lequel son cerveau tourne à plein régime. Les possibilités sont innombrables, mais toutes plus dangereuses les unes que les autres. Il leur faut choisir l’option la plus safe et la plus efficace à la fois. Love pousse un énième soupir, se ressert un verre d’eau, en propose un à Thomas alors que le téléphone de son bureau sonne, le voyant relié au moniteur de sa secrétaire allumé.

— Emma ?
— Je suis désolée de vous déranger pendant votre meeting, mais j’ai reçu une enveloppe marquée pour toi.
— Tu peux l’amener.
— Tout de suite.

Il ne faut que quelques secondes à la secrétaire pour toquer, Alma l’y autorise avant de récupérer une enveloppe en carton qu’elle ouvre, debout, derrière Thomas, en sort des photos qu’elle garde pour elle. La brune referme l’enveloppe, revient s’asseoir et glisse le paquet dans un des dossiers avant de reprendre. On a deux terrains à couvrir, donc, évidemment. Les Kings et les Irlandais. Je pourrais pas avoir la marge de manœuvre que t’as avec les Kings, évidemment, alors j’ai tendance à penser que tu dois te focus sur eux et moi, sur les irlandais. Love glisse un peu d’eau entre ses lèvres, puis continue sur le même ton de voix tranquille. À quoi tu penses, t’as déjà pensé à un dispositif ? Comment tu penses procéder ? Et a quel type d’infos tu pourrais avoir accès, en dehors de tes capacités habituelles dont j’ai l’habitude de me servir. L’avocate s’arrête une minute, se redresse dans son fauteuil, elle est lancée maintenant. Sa main attrape le dossier dans lequel elle vient de rajouter l’enveloppe et elle l’ouvre, une pochette bleue sans nom. La première image leur est familière à tous les deux : air de loup, cheveux grisâtres par endroit, qui sort d’une voiture pour se rendre à son lieu de travail. Haynes. Et j’ai besoin que tu me dises ce que tu sais sur lui. »

⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
she's the gatekeeper
she knows every truth behind every lie inside every secret
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : Me
messages : 218
quartier : West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Volatile Times - Alma Jeu 22 Mar - 14:11

Volatile Times
EXORDIUM.
Le hacker est bien conscient que toute la situation les dépasse, qu’il va leur falloir un boulot monstrueux pour venir à bout de quelque chose ou même d’obtenir un semblant d’informations tangibles. Lui-même est déjà au bout du rouleau mais ne perds pourtant pas la flamme qui réside au creux de ses tripes. Même si ça doit lui prendre des semaines, des mois, des heures de sommeil en moins, il coincera cet enculé dès qu’il le pourra.

- Ok donc notre seule certitude dans cette histoire est qu’il réside une taupe, on sait pas où et on sait pas depuis quand. C’est large. Trop large, même pour nous deux. Ça va nous prendre des semaines, peut-être des mois.
- Je sais mais on n’a pas le choix. Si on informe qui que ce soit d’autre du club, on prend le risque la taupe soit au courant. Il soupire, fronce les sourcils. Ceci dit on parle d’UNE taupe mais rien ne nous dit qu’ils ne sont pas plusieurs, que certains d’entre nous ne sont pas déjà corrompu. Que ça soit chez nous ou chez les Irish.

Est-ce qu’UN seul homme serait capable de la leur foutre à l’envers comme ça ? Sans l’aide de personne d’autre que les serbes ? Thomas essaie de se mettre à la place de ce type, quel qu’il soit, essaie de réfléchir comme lui mais en l’état, il n’arrive à rien d’autre qu’à un mur de colère et de frustration. Mais une part de lui ne peut s’empêcher d’être soulager de pouvoir compter sur le soutient d’Alma, d’avoir une épaule sur laquelle s’appuyer pour parvenir au bout de son « enquête » pour coincer cette taupe qu’ils vont devoir désormais traquer pour le bien du club.
Thomas se saisit du verre d’eau qu’Alma lui tend et le boit d’une traite alors que le téléphone sonne. Conversation close, une poignée de secondes suffisent à Emma pour débarquer et lui ramener une enveloppe que l’avocate récupère après s’être levée. Bien qu’il entende le carton de l’enveloppe se défaire, Thomas ne s’immisce dans l’échange ou la découverte d’un quelconque courrier. Par respect et parce que son esprit est à mille lieu de ce bureau qui, en d’autres circonstances aurait pu l’apaiser.

Alma revient s’assoir derrière son bureau, le hacker cligne des yeux, son regard se portant spontanément et par réflexe sur le dossier qu’elle vient de garnir de nouveaux éléments.

- On a deux terrains à couvrir, donc, évidemment. Les Kings et les Irlandais. Je pourrais pas avoir la marge de manœuvre que t’as avec les Kings, évidemment, alors j’ai tendance à penser que tu dois te focus sur eux et moi, sur les irlandais.

Il acquiesce silencieusement, index venant frôler la commissure de ses lèvres, songeur. Impossible de faire mieux pour l’instant, d’autant plus que Thomas n’est pas le contact direct avec les Irlandais et qu’il ne peut y toucher que depuis son ordinateur de ses méthodes habituelles.

- À quoi tu penses, t’as déjà pensé à un dispositif ? Comment tu penses procéder ? Et a quel type d’infos tu pourrais avoir accès, en dehors de tes capacités habituelles dont j’ai l’habitude de me servir.

Pour la première fois depuis le début de cet entretien, Thomas affiche un sourire. Il y a pensé, des heures durant et les idées n’ont pas tardé à fuser à la vitesse d’une balle. Mais avant qu’il n’ait le temps de lui balancer quoi que ce soit, Alma le coupe dans son élan par les gestes qu’elle effectue.
Elle se saisit du dossier qu’elle vient de garnir, l’ouvre et la pochette bleue qu’elle ouvre lui laisse la possibilité de voir cette photo qu’elle finit par lui tendre. Le visage qui se dévoile sous son regard attentif lui revient aussitôt. Si Thomas ne l’a jamais rencontré personnellement, il connait pour ces traits pour avoir chercher quelques infos sur lui.

- Et j’ai besoin que tu me dises ce que tu sais sur lui.
- C’est Haynes. Il fronce les sourcils et se saisit de la photo. Qu’est-ce qu’il fout dans tes dossiers ?

Un poil inquiet, il plonge son regard dans celui d’Alma. Cette femme a toujours un coup d’avance, certes, mais elle ne pouvait clairement pas être au courant des directives de Caleb le concernant.

- J’sais pas grand-chose sur lui, c’est MadMax qui est en relation avec ce type. Il devait l’approcher pour savoir à quel point il est lié aux Irish, voir s’il peut faire pencher la balance si les irlandais refusent tout accord. Il dépose la photo sur le bureau. J’sais juste qu’il est gérant d’un bar, le Penitent. Tu veux que j’pousse les recherches ?

Il approfondira, fera jouer de ses relations, de ses liens, pour débloquer toutes les informations qu’elle souhaite. Comme d’habitude. Leur binôme n’est peut-être pas des plus connus, des plus exposés, mais dans l’ombre, Alma et Thomas sont de vrais rapaces, construisant le mur de béton que se prendra la victime en pleine gueule pour que l’avocate puisse ensuite l’achever d’une plaidoirie finement mener. Il a rarement vu d’avocate aussi douée que cette femme qui se tient face à lui.

- J’vais les foutre sur écoute, tous.

Il lâche enfin la bombe, l’information qu’il retient depuis tout à l’heure.

- J’vais avoir besoin de ton aide, j’vais pas pouvoir tout gérer tout seul et j’ai besoin de beaucoup de matos.

Et avant qu’elle ne lui demande quoi que ce soit, Thomas tire une feuille de papier froissé la poche de son jean.

- C’est ce dont j’ai besoin. Il marque une pause, lui laisse quelques secondes pour jeter un œil à tout ça, assimiler l’information. Parce que Callum fera également partie des écoutés, des observés. J’comptais d’abord traquer leurs déplacements via portable, motos, bagnoles et aussi de pister leur conversation, d’éplucher les relevés téléphoniques. J’ai un logiciel qui peu recouper les numéros, me centraliser les plus récurrents. J’me démerderais pour savoir quel nombre appartient à qui.

Il présente son plan qui lui parait colossal mais pas impossible.

- On pourrait commencer par ça. Petit à petit, la liste des suspects va se réduire et on pourra pousser l’observation plus loin. Caméras dans les domiciles, écouter les conversations… t’en penses quoi ?




_________________

   
The atom will implode
The fragile kingdom fold. The tremor becomes a quake. And there's a body in the lake and as the two of us rebel, and damn you all to Hell I wonder: is this all there is?

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : gif ; daya, avapics me
messages : 314
quartier : Une petite maison dans le West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Volatile Times - Alma Mer 11 Avr - 11:18



VOLATILE TIMES
ft. Thomas
i won’t let anyone ruin what we’ve done, what i’ve done. I’m not gonna let this family fall apart, i’m here to fix this. To heal this  

 Thomas n’a pas tort d’appuyer sur le nombre de taupes qu’il pourrait y avoir au sein des Kings et des Irlandais. Rien ne leur indique qu’il n’y a pas une batterie de connards dans leur rang. Si jusque-là Alma faisait relativement confiance à la plupart des membres du club, les derniers évènements ont tout remis en cause et elle se voit obligée d’adopter un comportement méfiant, presque paranoïaque. Avant d’entamer cette procédure, la matriarche s’est posée milles questions. Celle qui revient sans arrêt et qui lui torture l’esprit reste la même : Et si c’était Callum ? Alma a confiance en son fils, évidemment, elle lui confierait sa vie aveuglément. Malgré tous les secrets qu’elle lui cache évidemment, elle lui voue une dévotion presque religieuse. Mais le « et si » persiste, tapi sous sa peau, un poison insidieux qui lui dévore les maigres heures de sommeil qui lui restent. Ses insomnies n’ont jamais été aussi rapprochées et éprouvantes que ces derniers jours. Le deuil, le chagrin, la colère, la peur… toutes ces émotions qu’elle s’applique à masquer sous un masque dur et parfait l’empêchent presque de réfléchir correctement et lui volent son énergie.

Dès lors qu’elle ouvre le dossier du mercenaire qui lui a sauvé la peau pas mal de semaines plus tôt, les yeux de Thomas s’illuminent et ses sourcils se froncent. « C’est Haynes. Qu’est-ce qu’il fout dans tes dossiers ? Est-il si naïf pour s’imaginer qu’elle ne saurait rien de ce type, avant même qu’il vienne lui porter secours dans cette vieille ruelle du west side ? J’sais pas grand-chose sur lui, c’est MadMax qui est en relation avec ce type. Il devait l’approcher pour savoir à quel point il est lié aux Irish, voir s’il peut faire pencher la balance si les irlandais refusent tout accord. La brune attrape un stylo et attrape à la volée la seule information dont elle a réellement besoin et dont elle n’était pas sure à savoir qui est l’interlocuteur principal d’Elijah au sein du club. Elle note un « Madmax » à l’encre noir en haut à droite du fichier. J’sais juste qu’il est gérant d’un bar, le Penitent. Tu veux que j’pousse les recherches ?
— Non j’ai ce qu’il me faut, merci. »

La brune referme le dossier, dépose son stylo par-dessus, interdit à la lecture pour Thomas. Il laisse planer quelques minutes de silence, semble rassembler ses mots pour la suite des opérations et Alma lui laisse le temps de peser pour et contre, de décider quoi dire et lui indiquer quelle marche il veut suivre.

« J’vais les foutre sur écoute, tous.
— Audacieux.
— J’vais avoir besoin de ton aide, j’vais pas pouvoir tout gérer tout seul et j’ai besoin de beaucoup de matos. C’est presque un sourire qui peint les lèvres rouges carmin de la matriarche. Ce n’est pas l’argent qui lui manque. Le KOS sort une liste qu’il dépose devant les yeux de la matriarche. C’est ce dont j’ai besoin. Tout ce qui est écrit sur cette liste ne lui dit absolument rien. C’est du matériel qu’elle n’utilise pas, se sert des mots, de photos, de paroles, de secrets pour tisser sa toile dangereuse. Petite araignée renseignée qui règne en maitre au milieu de sa toile. Parce que Callum fera également partie des écoutés, des observés. J’comptais d’abord traquer leurs déplacements via portable, motos, bagnoles et aussi de pister leur conversation, d’éplucher les relevés téléphoniques. J’ai un logiciel qui peu recouper les numéros, me centraliser les plus récurrents. J’me démerderais pour savoir quel nombre appartient à qui. On pourrait commencer par ça. Petit à petit, la liste des suspects va se réduire et on pourra pousser l’observation plus loin. Caméras dans les domiciles, écouter les conversations… t’en penses quoi ? »

Alma ne lui mentionnera pas la peur ou l’agacement que cela déclenche immédiatement. C’est un plan correct, un bon plan même. Quelque chose de simple mais d’efficace. Elle a confiance en ses talents, s’est toujours servie de lui pour récupérer des infos à priori impossibles à avoir entre les mains. Elle pousse un soupir, passe une énième fois une main dans ses cheveux

« J’y connais rien mais j’te laisse voir, j’te laisse gérer. La brune ouvre son tiroir, récupère son chéquier et ouvre la pochette en cuir pour en détacher une simple feuille de papier qu’elle signe, date, et adresse au KOS. Sans remplir de montant. Elle lui tend le morceau de papier et le garde dans ses doigts quelques secondes alors qu’il l’attrape. Chèque en blanc Thomas, j’te fais confiance. La mère de famille lui laisse, range son chéquier et son stylo pour en revenir au sujet du plan, lui rend sa liste et se laisse tomber dans son fauteuil. Je pense que t’as raison, qu’il faut procéder par étapes, qu’éplucher les relevés téléphoniques va être monstrueux. On peut pas se permettre de louper quelque chose. Quand on aura resserré la liste des suspects on pourra passer à une surveillance filmée plus concrète. Mais tout ça, c’est toi qui le fait… je veux dire, j’y connais rien moi à ces trucs. Et il est hors de question que je reste sans rien faire. L’avocate porte ses doigts joints à ses lèvres et se laisse réfléchir quelques longues minutes, le cerveau fatigué. Café ? Le motard acquiesce alors Alma se redresse et appelle donc sa secrétaire pour lui commander deux longs cafés noirs. Elle garde le silence jusque l’arrivée des cafés, et ne reprend la parole que lorsqu’Emma a passé la porte du bureau. Je sais comment on va procéder. Tu gères la partie épluchage téléphonique et moi je fais les recoupements de profils à partir des numéros que t’as extrais. Je peux faire jouer mes contacts sans problème. M’occuper de la deuxième partie quant à savoir ce qui se cache sous les profils sortis. Qu’est-ce que t’en penses ? »

⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
she's the gatekeeper
she knows every truth behind every lie inside every secret
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : Me
messages : 218
quartier : West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Volatile Times - Alma Jeu 26 Avr - 20:48

Volatile Times
EXORDIUM.
- J’y connais rien mais j’te laisse voir, j’te laisse gérer.
 
Thomas la voit ouvrir un tiroir pour y sortir un chéquier qu’elle complète seulement de moitié.
 
- Chèque en blanc Thomas, j’te fais confiance.
- Aucun problème.
 
En une période moins sombre, moins triste, il lui aurait certainement sortie une vieille blague pourrie sur le fait qu’il ira peut-être s’acheter une baraque à Miami avec tout son argent ou qu’il en fera des choses dont elle ne veut même pas savoir l’origine. Mais aujourd’hui, rien ne vient. Pas le cœur, pas l’envie, juste celle que toute cette merde se termine, qu’il trouve cette balance et qu’ils lui fassent payer. Tour à tour.
Le hacker range le chèque en blanc à l’intérieur de sa veste pour être sûr de ne pas le perdre et la remercie d’un geste de la tête.
 
- Je pense que t’as raison, qu’il faut procéder par étapes, qu’éplucher les relevés téléphoniques va être monstrueux. On peut pas se permettre de louper quelque chose. Quand on aura resserré la liste des suspects on pourra passer à une surveillance filmée plus concrète. Mais tout ça, c’est toi qui le fait… je veux dire, j’y connais rien moi à ces trucs. Et il est hors de question que je reste sans rien faire.
- Avec tout ce qui m’attends, on va certainement trouver un domaine où tu pourras me filer un coup de main.
 
Il est impossible qu’à lui seul il réussisse à gérer tout ce merdier, avec son taff au garage en plus des petites affaires des KoS, Thomas risque très vite de se voir crouler sous le nombre de tâches à effectuer. Le déroulement que Alma lui donne est le sien. S’occuper des relever téléphoniques grâce au nouveau logiciel qu’il ne tardera pas à obtenir et à installer. Tout recouper. Trier, éliminer les suspects et ensuite recentrer son attention sur ceux pour qui le doute semble permis. Et tout ce que Thomas espère, ce n’est qu’aucun de ses frères ne soient impliqués dans cette merde.
 
- Café ?
- S’il te plait.
 
Au moins deux litres si possibles, vu son état de fatigue.
Le silence s’installe le temps qu’Emma vienne leur apporter deux cafés longs et noir, un silence qui permet à Thomas d’essayer de rassembler ses esprits, ses idées, se sentant soudainement las. Il cherche à savoir comment Alma pourrait l’aider, comment elle pourrait le soulager de toute ces tâches qui l’attendent. Impliqué, certes mais pas surhumain. Même si le hacker est plutôt du genre à gérer ce type de dossier seul, cette fois il ne crachera pas contre de l’aide.
Il murmure un merci pour la secrétaire d’Alma mais n’a pas le temps de tendre la main vers la tasse que l’avocate s’exprime de nouveau.
 
- Je sais comment on va procéder. Tu gères la partie épluchage téléphonique et moi je fais les recoupements de profils à partir des numéros que t’as extrais. Je peux faire jouer mes contacts sans problème. M’occuper de la deuxième partie quant à savoir ce qui se cache sous les profils sortis. Qu’est-ce que t’en penses ?
 
Thomas réfléchit, visualise à quel point tout ça pourrait l’aider, pourrait faire avancer les choses beaucoup plus vite que s’il ne s’en chargeait tout seul.
 
- Excellente idée. Le logiciel me sortira l’identité d’un nom qui se cache derrière le numéro, je t’enverrais le tout par vague comme ça tu pourras faire tes recherches au fur et à mesure pendant que je continue les recoupements. Thomas marque une pause alors qu’il récupère sa tasse de café entre ses mains. Je pense qu’en quelques semaines, on aura vite un aperçu des numéros qui nous paraitrons suspects ou non.
 
Ca le rend malade de se dire qu’il va devoir, pour ça, espionner la vie privée de James, de MadMax, de Callum, pénétrer dans l’intimité de tous ceux qu’il considère comme sa famille.
 
- Tu sais déjà comment tu vas t’y prendre pour les Irish ? Il prend une première gorgée de café, faisant attention à ne pas se brûler. Si t’as besoin que je hack quelques trucs pour te faciliter l’accès, tu me dis. Si tu trouves des noms, des adresses, je pourrais peut-être avoir la possibilité de hacker un téléphone ou même un ordinateur.
 
Thomas lui fait confiance, il sait que la meilleure personne pour l’aider à débusquer la fouine qu’ils se chargeront de buter, c’est elle. Alma est bourrée de ressource, peut-être même au-delà de tout ce que pourrai imaginer le KoS.  Suffit de voir l’épaisseur de tous les dossiers qu’elle tient en main … ne serait-ce que sur lui-même.
 
- On va déjà commencer par là et on verra pour la suite quand on aura démêlé tout ce merdier. Le hacker pousse un soupire, s’affaisse un peu plus dans son siège avec l’impression que la fatigue alourdie ses épaules, son cerveau trop fatigué pour réussir à voir clair dans tout ça. Ca va aller pour toi ? Et ton p’tit ? 
 
« P’tit » qui n’est plus si petit mais qui reste quand même un gamin. Callum a déjà fait ses preuves au sein des KoS, portant avec un sans faute l’héritage de son père qui a été autrefois le mentor de Thomas. Son obsession pour le meurtre de Caleb et pour débusquer ce fils de pute n’exclue pas l’inquiétude qu’il ressent pour celle qu’il aime presque comme une mère.

_________________

   
The atom will implode
The fragile kingdom fold. The tremor becomes a quake. And there's a body in the lake and as the two of us rebel, and damn you all to Hell I wonder: is this all there is?

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : gif ; daya, avapics me
messages : 314
quartier : Une petite maison dans le West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Volatile Times - Alma Sam 28 Avr - 10:53



VOLATILE TIMES
ft. Thomas
i won’t let anyone ruin what we’ve done, what i’ve done. I’m not gonna let this family fall apart, i’m here to fix this. To heal this  

 « Excellente idée. Le logiciel me sortira l’identité d’un nom qui se cache derrière le numéro, je t’enverrais le tout par vague comme ça tu pourras faire tes recherches au fur et à mesure pendant que je continue les recoupements. Alma acquiesce, fait disparaître son regard fatigué derrière la tasse de café. Je pense qu’en quelques semaines, on aura vite un aperçu des numéros qui nous paraitrons suspects ou non.
— Je pense oui qu’on aura une idée assez vite de qui n’est pas à surveiller plus longtemps. Et d’ores et déjà, la matriarche se met à prier. Que ce ne soit pas son fils, l’intelligente et discrète main d’œuvre des KOS. Alma a conscience du potentiel de son fils, il est malin, ambitieux, une intelligence vive. Peut-être tout ce que serait Alma si elle n’était pas née femme. Il a hérité des manigances de sa mère, l’intelligence qui se trame derrière ses yeux verts et de la violence contenue de Felix. Un combo explosif, qu’il n’est pas nécessaire de déclencher. Mais, il est encore jeune. Et en cela, il peut être manipulable. Si Alma ne doute pas de sa loyauté (principe fondamental de son éducation), elle n’est plus sure de rien. L’idée d’une taupe au sein du groupe lui renverse l’estomac. Et les mauvaises surprises ne sont jamais cachées loin.

— Tu sais déjà comment tu vas t’y prendre pour les Irish ?
— J’ai mes habitudes.
— Si t’as besoin que je hack quelques trucs pour te faciliter l’accès, tu me dis. Si tu trouves des noms, des adresses, je pourrais peut-être avoir la possibilité de hacker un téléphone ou même un ordinateur.
— Pas de problèmes. Je vais voir comment je me débrouille y’a moyen que j’te file des noms assez rapidement.
— On va déjà commencer par là et on verra pour la suite quand on aura démêlé tout ce merdier. L’avocate acquiesce à nouveau. C’est déjà un sacré boulot, ils vont en avoir pour un moment, mais Alma n’a pas peur de la montagne de travail qui les attend. Sous la fatigue et la peine se mettent déjà en route les mécanismes vengeurs et déterminés qui lui permettront d’avancer. Thomas soupire, la matriarche en fait de même et glisse un peu de café entre ses lèvres. Elle est épuisée, il lui faudrait la journée pour dormir si son cerveau voudrait bien. Les somnifères ne font qu’empirer la sensation vaseuse qu’elle traine depuis son réveil à quatre heures du matin. Ca va aller pour toi ? Et ton p’tit ?
La brune relève la tête, hausse les épaules.
— Callum a du mal à digérer comme tout le monde. Je pense que ça lui rappelle Felix, même s’il était jeune à ce moment-là. Ce qui est vrai, également, pour Alma. La blessure infligée par la mort de son mari est toujours là, quelque part, et chaque fois qu’un des membres du MC meurt, la cicatrice est ouverte à nouveau. Moi j’ai du mal à dormir, évidemment, mais ça va aller, tu sais, ça va toujours. La matriarche lui adresse un sourire encourageant, détournant le sujet de sa personne. Elle finit par se lever, faire le tour et s’appuyer contre son bureau à la gauche de Thomas. Toi avant de commencer quoi que ce soit tu vas dormir, ok ? Tu prends un somnifère et tu te donnes une bonne nuit. Elle pose sa main sur son épaule qu’elle presse, son éternel air maternel sur le visage, qui adoucit les traits fatigués, tirés. J’ai besoin que tu sois opérationnel. »

⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
she's the gatekeeper
she knows every truth behind every lie inside every secret
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: Volatile Times - Alma

Revenir en haut Aller en bas
 

Volatile Times - Alma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Alma Wade
» PA GEN DYOL -NEW YORK TIMES LAN BOUNDA MARTELLY
» ALMA + (de l'art de mettre une fille dans son lit)
» Yon ATIK ENTERESAN NEW YORK TIMES sou GUY PHILIPPE
» LOS ANGELES TIMES
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: 
THE WINDY CITY
 :: North Side
-