Partagez
 

 SAISON II # EVENT 2

Aller en bas 
WINDY CITY


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : Pandamalin
messages : 1073

SAISON II # EVENT 2 Empty
MessageSujet: SAISON II # EVENT 2   SAISON II # EVENT 2 EmptyLun 12 Fév - 9:57




MERRY CHRISTMAS
25 décembre 2017

Noël sur la glace, vous en rêviez ? Comme chaque année : la ville de Chicago l'a fait et vous propose de venir tester vos talents de patineur sur place seul ou accompagné.
Attention aux chutes ! La ville décline toute responsabilité en cas de perte de doigts inopinée... (mais le staff accordera 50 pts. RP au joueur qui acceptera de perdre un doigt sur la piste lol allez de nos jours ça se recolle !) 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chicago911.forumactif.org
Milo Lawson



crédits : tag
messages : 108
quartier : sur les routes

SAISON II # EVENT 2 Empty
MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 2   SAISON II # EVENT 2 EmptyMar 13 Fév - 17:44


saison 2
# event 2
taylor & milo

Ca n’a pas été aussi compliqué à faire que je l’imaginais. Convaincre Taylor de m’accompagner à la patinoire a même été plutôt simple… Je lui ai exposé le plan et HOP, c’était bon.
Bien sûr, avec mon plâtre de trois kilomètres, je ne pourrai pas monter sur la glace (j’ai déjà du mal à enfiler des fringues…vive les survêtements taille XXL et les élastiques), mais ce n’est pas ce qui est important. Ce que je lui ai proposé de faire, ce ne sont pas des pirouettes, mais simplement de m’accompagner pour regarder les gens se vautrer lamentablement, se péter le coccyx ou le nez devant nos yeux émerveiller ! Parce que faut dire ce qui est : quand les gens tombent, c’est marrant. Et s’ils se font un peu mal, c’est deux fois plus drôle. Enfin pour moi en tout cas.
« J’ai tout prévu. Les jumelles, les couvertures de survie, les sodas et la malbouffe ! Tout ce qu’il nous manque, ce sont des victimes » je lui lance en ricanant d’un air mauvais, frottant mes mains l’une contre l’autre à la manière des vilains de dessins animés. « C'est brillant, brillant, BRILLAAAANT, du génie à l'état pur ! POUF ! »
Mon imitation de Izma l’a toujours amusée et cette fois ne fait pas exception à la règle. Ce n’est pas un grand éclat de rire, juste un sourire, mais il m’est précieux. Parce qu’ils se font rare…ils se sont fait beaucoup trop rares à mon goût.
« Bon allez, aide-moi mini-Kronk. Je dois atteindre la piste » je lui demande en lui tendant notre sac de provision puis mes mains sont occupées avec mes béquilles. Dans les premiers temps, je me suis entêté à n’en utiliser qu’une mais c’était trop douloureux et je me suis résigné à prendre les deux. Mais c’est hyper handicapant…

Nous arrivons à proximité de la patinoire installée par la ville comme chaque année. L’endroit est bien moins bondé que je l’aurai imaginé. En même temps, l’endroit est ouvert depuis déjà un mois, il fait plutôt froid et nous sommes le 25 décembre. Les gens sont plutôt en famille à cette date…
J’ai passé le réveillon avec la mienne et ça s’est plutôt pas trop mal passé. Bien sûr, mon séjour en prison a été évoqué, mon manque de jugement, de maturité et blablabla, mais dans l’ensemble c’était un Noël plutôt normal. C’est maintenant que commence mon vrai Noël, avec la famille que je me suis choisie. Pas plus ou moins importante que ma famille biologique. C’est juste autre chose.
Cette année cependant, c’est plus important que jamais… Parce qu’avec tout ce qui nous est tombé sur le coin de la tronche… Nous pourrions l’un comme l’autre ne pas être là aujourd’hui. Ne plus être là. Cette idée est douloureuse. Je veux profiter de chaque instant passé avec Taylor, à fond.
Alors que je nous paie deux places (mon cadeau pour elle, entre d’autres qu’elle recevra tout à l’heure et sont cachés dans le sac de provisions), j’ai une pensée pour Ayleen. J’aimerai profiter d’elle aussi…  

« Là, ça m’paraît bien. On a une belle vue d’ensemble » je décide en désignant des places libres dans les gradins autour de la patinoire. Taylor dépose le sac et en sort la couverture prévue pour nos petites fesses délicates. Je m’installe, pose mes béquille à portée de main puis elle sort des plaides pour nos genoux de grands-parents.
« Merci ma p’tite dame, c’est bien urbain de votre part » je lui sers en faisant trembloter ma main et en prenant un ton de papi.
Elle m’aide à me couvrir puis s’apprête à prendre sa propre couverture lorsqu’elle remarque enfin des paquets.
« Je saiiis, on avait dit pas de cadeaux. Mais ce ne sont pas des cadeaux ! Ce sont des flobs ! Rien à voir du coup ! Je t’ai préparé des flobs Taylor et tu vas les accepter et pas m’faire chier ! » je lui souris, très fier de ma ruse.  


code by Chocolate cookie


_________________
I ponder of something great
My lungs will fill and then deflate
They fill with fire, exhale desire
I know it's dire my time today
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taylor M. Obrien



crédits : Avatar : Me ; Signature + gifs : Me
messages : 608
quartier : En coloc' avec Saddie - West Side

SAISON II # EVENT 2 Empty
MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 2   SAISON II # EVENT 2 EmptyJeu 15 Fév - 23:38

Saison II # Event 2
EXORDIUM.

J’me dis qu’il réussira à éveiller quelque chose chez moi, qu’une personne comme Milo ne peut que me soulever une étincelle de vie, d’envie, de rire. Et quand j’le vois s’agiter comme un dingue à l’idée qu’on aille voir des gens se rétamer lamentablement la gueule sur la glace, mes lèvres esquissent un sourire. Un vrai.
Il est l’une des personnes à ne pas me faire sentir responsable, coupable de quoi que ce soit. Comme si la vie reprenait là où elle comptait s’arrêter pour moi et ce, sans pour autant minimiser mon geste. On pourra dire ce que l’on veut de lui mais en cette seconde, il a l’art et la manière de m’extraire une seconde de cet état atone dont je n’arrive pas à me sortir.
La psy me dit que c’est normal, qu’il va falloir du temps pour retrouver goût à quelque chose.
Une part de moi se demande si elle en a réellement envie.

Mais en cette seconde, mon meilleur ami m’éveille quelque chose de positif, de léger alors je prends comme je peux ce qui me traverse.

- J’ai tout prévu. Les jumelles, les couvertures de survie, les sodas et la malbouffe ! Tout ce qu’il nous manque, ce sont des victimes. C'est brillant, brillant, BRILLAAAANT, du génie à l'état pur ! POUF !
- Qu’est-ce que t’es con.

Et mon sourire ne fait que s’élargir face à son imitation d’Izma qu’il fait merveilleusement bien. Je crois qu’on a dû mater se dessin animé une bonne quinzaine de fois.

- Bon allez, aide-moi mini-Kronk. Je dois atteindre la piste.
- Mini-Kronk ? J’pense qu’à ce stade j’suis plutôt son écureuil tu vois. Je prends son sac rempli de provisions, de quoi tenir des heures à regarder les gens se casser la gueule. Et fais gaffe de pas te péter l’autre jambe. J’ai pas envie que tu deviennes le Professeur Xavier… moment d’hésitation, je hausse les épaules. Quoi que, ça serait vachement plus badass que la vieille morue.

Je l’aide comme je peux, faisant de la place pour que ces enculés d’ingrats nous laissent passer puisque visiblement, une personne en béquille ne les rend pas plus aimable et poli pour lui laisser de l’espace.
Je n’dis pas que je me sens en joie, parfaitement bien dans mes baskets, que j’étais vraiment prête à sortir et retrouver le mouvement d’un monde mais j’apprécie la présence de Milo qui ne m’a pas lâché un seul instant, de prêt ou de loin, respectant mes longs et nombreux silences et qui, malgré mes refus répétés, ne s’est jamais démonté pour me proposer un truc à faire jusqu’à ce que je cède, comme aujourd’hui.
Noël m’a déprimé, ce mois me déprime et j’ai besoin de voir et entendre autre chose que le vide de cet appartement à peine animé. Que d'être un poids pour Maeve, même si elle ne dit rien.

Je le laisse payer les deux places – cadeau de noël pour moi et ça m’va très bien, d’ailleurs j’attends encore de recevoir le sien – et nous nous dirigeons vers les gradins. Je suis le mouvement, me laisse porté, la tête ailleurs la voix de Milo me ramenant à la réalité.

-  Là, ça m’paraît bien. On a une belle vue d’ensemble
- Ca m’va. Allez viens avant qu’on nous les piques.

On a carrément une vue parfaite sur toute la piste, en longueur, de quoi avoir largement se foutre de la gueule des autres. Je dépose le sac, sort la première couverture que j’installe sur le siège pour qu’il puisse s’assoir et attends qu’il le soit pour déplier son plaid que je m’apprête à poser sur ses genoux.

- Voilà grand-pa’.
- Merci ma p’tite dame, c’est bien urbain de votre part

Je ricane devant son imitation du papy, prends ma couverture et quelque chose me saute aux yeux.
Non. DES choses. Des paquets.

- Milo, c’est quoi ça.
- Je saiiis, on avait dit pas de cadeaux. Mais ce ne sont pas des cadeaux ! Ce sont des flobs ! Rien à voir du coup ! Je t’ai préparé des flobs Taylor et tu vas les accepter et pas m’faire chier !
- Non mais tu déconnes ! Je me tourne vers lui, sourcils froncés. On avait dit pas de… Je vois sa gueule, toute souriante, trop fier de son coup en douce… J’inspire, me pince l’arête du nez. T’fais chier. J’ai rien pour toi en plus.

Non rien. Que dal. Pas même un dessin sur un morceau de papier parce que j’suis même pas foutu de remplir mes propres documents administratifs puisque je n’suis qu’une putain de loque. Et la vérité, c’est que là tout de suite, j’ai envie de chialer sans trop savoir pourquoi. De joie, parce que cet enfoiré est certainement le meilleur des potes d’enfance que je puisse à voir. De tristesse, parce que j’ai de nouveau la sensation d’égoïsme qui me brûle l’œsophage. Des foutues montagnes russes incontrôlable qui me font parfois pleurer la nuit, sans prévenir.
Mais j’prends sur moi. Hors de question de gâcher ce moment et encore moins cette surprise qu’il a savamment fomenter sans que je ne me doute de quoi que ce soit. J’installe la couverture, m’y laisse tomber avant de ramener le sac à dos entre mes jambes avant de sortir un premier paquet, de jeter un coup dans le sac…

- Milo ! Sérieux ! Trois paquets ?

Je me laisse tomber dans le fond du siège et prend le premier présent, prête à en déchirer le papier autour.
Malgré moi, j’ai le sourire aux lèvres. Toucher par ce simple geste. Il pourrait y avoir des cailloux, que j’m’en foutrais.


_________________

   

There's no-one left in the world
That i can hol onto
There is really no-one left at all

   
(c)BESIDETHECROCODILE

SAISON II # EVENT 2 Eo76

SAISON II # EVENT 2 E23w
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité
Invité

SAISON II # EVENT 2 Empty
MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 2   SAISON II # EVENT 2 EmptySam 17 Fév - 11:39

Premier Noël loin de sa famille. Assise dans le salon de son appartement, en tailleur sur son canapé, Eleesha poussa un long soupir. Elle venait de raccrocher après une longue heure de discussion avec sa mère. Elle leur avait manqué la veille pour le réveillon, elle leur manquait aussi ce jour-là. La jeune femme avait gardé son calme au téléphone, la maîtrise de ses émotions, faisant tout pour réconforter sa mère qui avait fondu en larmes en expliquant que sa place vide à table était un choc mais que le visage de Devon lui manquait par-dessus tout. Eleesha avait serré les dents en entendant le prénom de son frère et elle avait gardé cette voix douce et apaisante, écoutant les sanglots de sa mère à l’autre bout du fil. Elle aurait aimé pouvoir être à ses côtés, la prendre dans ses bras, lui dire qu’elle allait survivre à ça, qu’elle et Chris et leur père étaient à ses côtés. Mais non, elle n’avait que les mots, transmis par ce fichu combiné. Eleesha avait fini par parler un peu avec son père et avec Chris qui était chez les parents. Son frère avait réussi à lui redonner le sourire, il avait toujours été fort pour ça. Il était fort tout court, lui qui portait la famille à bout de bras depuis la mort de Devon, luttant pour que ses parents ne sombrent pas, encourageant sa petite sœur à prendre son envol et à ne pas renoncer à sa vie. Eleesha posa le téléphone à côté d’elle. Elle aurait aimé voir Chris aujourd’hui, partager un bon repas avec lui et redevenir la petite sœur quelques instants. Oublier les responsabilités. Vivre l’esprit de Noël comme lorsqu’elle était enfant et que Chris et Devon faisaient tout pour rendre le moment magique. Oui, elle aurait aimé revenir quelques années en arrière…

Se lamenter ne servirait cependant à rien. Alors, après ce coup de téléphone, Eleesha avait enfilé sa tenue de sport et était partie courir. Elle n’avait pas pu rentrer à Ferguson pour Noël simplement parce que la semaine de Noël serait sa première semaine à la caserne de Chicago en tant que pompier. Elle commençait le lendemain et autant dire que la jeune femme était à la fois excitée et pleine d’appréhension. Oh, elle ne se laissait pas bouffer par l’angoisse, elle allait tout faire pour montrer dès le début ce dont elle était capable et qu’elle n’avait pas réussi les examens sur un coup de chance. Mais forcément, c’était un nouveau défi, une nouvelle phase de sa vie. Cette réorientation professionnelle n’était pas anodine. En tout cas, il fallait qu’elle se maintienne en forme alors tant qu’à ne pas manger un bon repas de Noël, autant ne pas sacrifier la séance de sport quotidienne.

Le reste de la journée s’était passé simplement. Après le sport, Eleesha avait bouquiné, déjeuner devant un film et bouquiné de nouveau jusqu’à ce qu’en fin d’après-midi, elle se sente trop à l’étroit dans son appartement. Sur un coup de tête, comme toujours, elle avait donc enfilé des vêtements chauds et était partie pour une balade dans Chicago. Eleesha avait pris le métro pour aller dans des coins de la ville qu’elle fréquentait plus rarement. Lorsqu’elle sortit enfin des souterrains, elle se mit à flâner dans les rues. Il faisait déjà nuit mais les lumières festives de Noël comblaient largement le manque de lumière naturelle. Les mains dans les poches, Eleesha s’imprégnait de l’ambiance, des sourires des gens, de leurs airs joyeux. Elle aimait Noël et se disait, que ça pourrait être sa famille là, en train de rire devant le marchand ambulant, ou encore là, assise sur le banc, prenant une pause après une bonne balade, ou là, sur la glace… Au fur et à mesure de ses déambulations, Eleesha était tombée sur la patinoire mise en place par la ville. Elle avait regardé quelques instants les gens glisser, parfois avec maladresse, parfois avec grâce et puis…

La voilà en piste. Eleesha était désormais sur la glace. Après tout, pourquoi ne pas elle aussi s’amuser un peu. Ce n’était pas la première fois qu’elle glissait et après quelques hésitations et mouvements maladroits, la technique lui revint. Eleesha réussit à glisser et à se diriger comme elle le voulait. Ce n’était clairement pas la plus douée mais elle s’en fichait, elle avait l’impression de flotter au milieu de la ville alors qu’à chaque coup de patin, elle se laissait glisser sur la glace. La sensation était agréable et Eleesha profita de chaque instants, laissant ses pensées voler sans chercher à les maîtriser.
Revenir en haut Aller en bas
Milo Lawson



crédits : tag
messages : 108
quartier : sur les routes

SAISON II # EVENT 2 Empty
MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 2   SAISON II # EVENT 2 EmptyMar 20 Fév - 17:36


saison 2
# event 2
taylor & milo

« C’est pas grave ça ! » je contre Taylor lorsqu’elle me fait savoir que, de son côté, elle n’a rien pour moi. D’autant que l’un des cadeaux que je lui réserve va nous servir à tous les deux. « En plus c’est vraiment des grosses conneries donc te prends pas la tête ma couille. »
Ca me fait du bien de la voir participer un peu, ne pas être simple spectatrice de l’après-midi que je lui réserve. Elle fait des efforts et je lui en suis vraiment reconnaissant. Parce que mine de rien : tout ça est difficile pour moi. Chaque fois que mon regard se pose sur elle, je mesure la chance que j’ai de l’avoir encore à mes côtés, de pouvoir lui parler, l’entendre me répondre et tout ça. Sauf que du coup, je repense au fait que je n’ai pas été suffisamment présent pour elle, au mal que je lui ai fait sans le savoir. En tout cas, je n’ai pas su contribuer à ce qu’elle aille mieux. Maintenant je m’y attèle, je dépense toute mon énergie dans ce projet, mais c’est un rien trop tard. Et je garderai toujours ça en tête… Du moins pour l’instant, c’est le cas. Cette pensée ne me quitte pas. Je n’ai pas été à la hauteur et ça a failli coûter la vie à ma plus ancienne et plus précieuse amie.
« Milo ! Sérieux ! Trois paquets ? »
« Mais tu m’écoutes jamais ! C’est pas des paquets, c’est des…hem…merde ! T’as pourri mon groove, j’sais plus ! Tu vas te faire balancer sur la glace par mon esclave sexuel numéro trente-six ! …Il est où encore celui-là ? » je fais mine de chercher quelqu’un du regard et désigne une jeune femme qui vient de s’élancer sur la patinoire. « Ah la voilà ! Bon, elle a l’air occupée…je la fouetterai plus tard. Estime-toi heureuse en attendant. Bon et ouvre-moi ça là ! Sauf si tu veux manger avant ? »
Tout en lui parlant, j’extirpe mon portable de ma poche. Je viens de l’entendre sonner. Je me sers de l’appareil pour désigner les paquets emballés à la va-vite puis consulte mon écran.
C’est un SMS de Maeve qui s’inquiète de ce que fait Tay. Ca me serre le cœur… Je la comprends tellement.
« Commence par le petit là. Non, l’autre petit ! Tu devrais t’y connais en modèle réduit pourtant » je fais mine de lui reprocher, avant de ricaner quand elle m’envoie bouler. Si je lui ai demandé de commencer par celui-ci, c’est parce que j’ai mis trois couches de scotch et qu’il va lui falloir un moment pour réussir à l’ouvrir. Ce qui va me permettre de répondre vite fait à Maeve sans trop attirer son attention.
Je viens de refaire disparaître mon téléphone dans ma poche quand elle parvient ENFIN à ouvrir le cadeau et révéler deux distributeurs de la marque PEZ.
« Je te laisse choisir ! Le gnome ou Patriiiiick » je lui lance en imitant la voix du meilleure pote de Bob l’éponge. « Les bonbons sont dans un des autres paquets. Tu vois je me suis pas tellement foulé ! T’auras qu’à me payer un verre de lait de poule ou quoi quand je commencerai à me la jouer Jack Dawson dans une heure. Y a un stand là-bas. Garde es autres paquets pour après. Tu pourras les ouvrir quand je jugerai que t’auras été une belle salope avec nos pauvres victimes et que tu auras mérité une récompense. Car nous vivons désormais dans un monde de connards, où les biatch sont rois ! Et reine. Bon allez, trouve-nous une victime et fais-moi rêver… File à boire please ! »
 



code by Chocolate cookie


_________________
I ponder of something great
My lungs will fill and then deflate
They fill with fire, exhale desire
I know it's dire my time today
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taylor M. Obrien



crédits : Avatar : Me ; Signature + gifs : Me
messages : 608
quartier : En coloc' avec Saddie - West Side

SAISON II # EVENT 2 Empty
MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 2   SAISON II # EVENT 2 EmptyLun 26 Fév - 0:18

Saison II # Event 2
EXORDIUM.
- Mais tu m’écoutes jamais ! C’est pas des paquets, c’est des…hem…merde ! T’as pourri mon groove, j’sais plus ! Tu vas te faire balancer sur la glace par mon esclave sexuel numéro trente-six ! …Il est où encore celui-là ?

Je secoue la tête, sourire aux lèvres, yeux au ciel.

-  Ah la voilà ! Bon, elle a l’air occupée…je la fouetterai plus tard. Estime-toi heureuse en attendant. Bon et ouvre-moi ça là ! Sauf si tu veux manger avant ?

Mon regard se dirige vers l’endroit qu’il m’indique et j’ai un léger sursaute. Même d’ici, je la reconnais facilement… Eleesha. Une infirmière avec qui je ne m’entends pas et que j’peux plus voir en peinture… Le jour où cette connasse me touchera n’est pas arrivé.

- Commence par le petit là. Non, l’autre petit ! Tu devrais t’y connaitre en modèle réduit pourtant
- Ta gueule, j’suis encore assez grande pour te coller une gifle !

Je me penche pour prendre le plus petit, comme il me l’a demandé et commence à déballer….

- Putain c’est plus un cadeau, c'est un bunker ! T’as foutu combien de kilomètre de scotch ? Bravo pour l’écologie.

Je le fais chier alors que je m’acharne sur le paquet, grognant plus pour la forme qu’autre chose et j’essaie tant bien que mal de défaire le cadeau de tout ce papier et ce scotch qui n’en finit pas. Le pire c’est que je l’imagine parfaitement entrain de ricaner comme un con à l’idée de me voir galérer comme une débile. Je lui jette un coup d’œil alors qu’il envoie un texto à je n’sais qui.
J’arrive enfin à bout du paquet pour découvrir …

- Je te laisse choisir ! Le gnome ou Patriiiiick

… deux distributeurs PEZ, certainement l’une de mes friandises favorites après les sucettes. C’est con comme cadeau mais ça me touche, même si ça peut paraitre rien aux yeux des autres, c’est pour moi largement suffisant. C’est une petite attention, quelque chose de léger mais de personnel. Et ça vaut bien plus que le reste.

- Les bonbons sont dans un des autres paquets. Tu vois je me suis pas tellement foulé ! T’auras qu’à me payer un verre de lait de poule ou quoi quand je commencerai à me la jouer Jack Dawson dans une heure. Y a un stand là-bas. Garde es autres paquets pour après. Tu pourras les ouvrir quand je jugerai que t’auras été une belle salope avec nos pauvres victimes et que tu auras mérité une récompense. Car nous vivons désormais dans un monde de connards, où les biatch sont rois ! Et reine. Bon allez, trouve-nous une victime et fais-moi rêver… File à boire please !
- Tu nous en fais une belle reine des biatchs à toi tout seul.

Je tapote le carton des distributeurs contre ma paume, hésite une seconde avant d’enrouler un bras autour de son cou et de déposer un baiser sur sa joue.

- Merci. C’est parfait.

Pour tout. Le moment, ça, l’occasion de se retrouver juste tous les deux parce que je crois que j’en avais besoin. De le retrouver lui. J’ai du mal depuis que je me suis réveillée. Du mal avec les gestes, l’affection. Je ne sais plus tellement comment en donner lorsque je me sens moi-même vide mais là, j’ai presque envie de me caler dans ses bras, fermer les yeux pour éviter de chialer et oublier tout ce qui a pu se passer depuis deux semaines.
J’me redresse et lui file à boire avant de lui donner le gnome.

- Tiens, comme ça j’serais toujours sur ton cul ou près de tes balls, ça dépend dans quelle poche tu le mettras.


Et moi j’garde Patrick. Parce que c’est un peu lui. Le meilleur ami sur qui nous pouvons toujours compter. Celui que j’ai salement blessé par mon geste.
Je me reprends, hors de question de péter toute l’ambiance. Pas aujourd’hui.

- J’ai faim, tu donnes la bouffe ? Je me redresse sur mon siège et lui désigne la même nana que tout à l’heure, celle qui est soi-disant son esclave sexuel numéro trente-six. Et la victime, c’est elle. Si elle se viande la gueule et perds deux dents au passage, ça s’en sera d’autant plus drôle que j’la connais et que j’peux pas me la voir.

Je joue le jeu de la plus belle reine des salopes, puisque c’est ce que je suis un peu aux yeux de certains parait-il.

_________________

   

There's no-one left in the world
That i can hol onto
There is really no-one left at all

   
(c)BESIDETHECROCODILE

SAISON II # EVENT 2 Eo76

SAISON II # EVENT 2 E23w
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milo Lawson



crédits : tag
messages : 108
quartier : sur les routes

SAISON II # EVENT 2 Empty
MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 2   SAISON II # EVENT 2 EmptyDim 4 Mar - 20:03


saison 2
# event 2
taylor & milo

« Tu nous en fais une belle reine des biatchs à toi tout seul. »
« Merci de le remarquer ! Ca me demande beaucoup d’efforts » je lui lance en battant des cils, avant de me fendre d’un sourire mutin.
Au lieu de recevoir à boire, je reçois un bécot sur la joue et ça me ragaillardie bien plus que n’importe quelle boisson, nourriture ou je ne sais quoi. Ca me fait du bien. Ma poitrine se gonfle d’un mélange de bonheur et de fierté. Je e sens heureux parce que j’ai l’impression de la retrouver un peu, de retrouver ma meilleure amie… Mes efforts semblent enfin porter leurs fruits et c’est flatteur, je ne vais pas mentir.  
« De rien. J’t’aime ma couille » je lui réponds quand elle me remercie et me conforte dans l’idée que mon idée de la trainer ici et de nous retrouver tous deux était la bonne. Je me garde cependant d’en faire trop. J’ai une envie folle de la prendre dans mes bras et de l’y garder indéfiniment. Mais je ne veux pas l’étouffer avec mon affection. Je me contente donc de lui sourire et attrape la boisson et le distributeur de Pez qu’elle me tend.
« Qui a parlé de poche ? Je fourre ça direct dans mon calebute ! » je plaisante en faisant mine de vouloir réellement le glisser là. Elle m’en empêche en ricanant un peu, avant qu’un silence s’installe.
Je le sens un peu pesant mais j’essaie de ne pas m’en formaliser. On commence seulement à se retrouver. Taylor commence seulement à s’ouvrir, et je ne veux encore une fois rien précipiter. Je ne cherche donc pas à tout prix à le combler et me contente de boire un peu de mon soda avant de jouer avec mon nouveau gadget. Je fais basculer la tête de mon gnome en arrière, deux, trois, quinze fois.

Tay finit par reprendre la parole, pour me demander de lui filer quelque chose à manger. J’essaie de me pencher mais, avec mon fichu plâtre, ce n’est pas évident. Elle finit par me venir en aide, tout en me montrant du doigt la fille dont je lui ai parlé tout à l’heure. Elle me la désigne comme notre victime de la soirée et mes sourcils se froncent. Pourquoi elle ? Qu’est-ce qu’elle lui a fait pour qu’elle lui veuille du mal ?  
« Sérieux ? Elle t’a fait quoi ? Dis-moi tout » je lui souris en zyeutant à nouveau du côté de la jeune femme. « Hésite pas à inventer des détails si c’est pas suffisamment intéressant… »
Je l'écoute me faire un résumé de sa relation avec la dénommé Eleesha, puis l'interrompt brutalement.

« Oh ! Ouvre mon autre cadeau du coup ! On va se marrer » je l’incite en désignant le dit paquet qui contient un vuvuzela, ramené de mon voyage en Europe. Ca va distraire tout le monde, c’est certain, et possiblement provoquer une chute ou deux ! …Bon ça risque aussi de nous faire expulser de là, mais on se sera bien marrés avant ça, non ?
Taylor dépose la bouffe qu’elle venait à peine de sortir pour s’exécuter et ouvrir le paquet.
« Génial hein ? Mets tes boules Quiès, ton bandeau et bouche toi les oreilles en prime, parce que ça va grave décoiffer. Attends, je te montre comment ça marche ! » je m’emballe, ne sachant pas si elle va me laisser faire... J'avoue que j'espère qu'elle me laissera m'amuser, mais si elle refuse, à cause de son hyperacousie reloue, j'accepterai sa décision. En pleurant des larmes de sang.



code by Chocolate cookie


_________________
I ponder of something great
My lungs will fill and then deflate
They fill with fire, exhale desire
I know it's dire my time today
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taylor M. Obrien



crédits : Avatar : Me ; Signature + gifs : Me
messages : 608
quartier : En coloc' avec Saddie - West Side

SAISON II # EVENT 2 Empty
MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 2   SAISON II # EVENT 2 EmptyMer 14 Mar - 23:25

Saison II # Event 2
EXORDIUM.
Son je t’aime ne passe pas inaperçue, pas pour mon esprit craquelé et mon cœur en vrac.

- Sérieux ? Elle t’a fait quoi ? Dis-moi tout. Hésite pas à inventer des détails si c’est pas suffisamment intéressant…
- Vu que c’est la journée de la langue de pute… C’est une grosse morue qui s’prend pour un médecin alors qu’elle a le Q.I d’un moineau.

C’est d’une méchanceté gratuite que je ne me serais peut-être pas permise de sortir fut un temps mais aujourd’hui j’m’en fou. Parce que j’suis avec Milo et quand nous sommes entre nous, TOUT peut être dit. Vraiment tout. Comme ce qui suit.

- J’étais de garde un soir et parce que j’ai parlé un peu sèchement à Mme, elle estimer que c’était la troisième guerre mondiale. J’lui ai dis d’aller chercher dans le cul du patient d’à côté si elle n’y avait pas perdu le droit de fermer sa gueule et son apprentissage pour être moins susceptible.


Si c’est vrai ?
Allez savoir, la légende dit bien des choses…

- Et du coup …
- Oh ! Ouvre mon autre cadeau du coup ! On va se marrer

Je sursaute, manquant de renverser un peu de ma boisson, prise par surprise.

- Plus jamais ça si tu veux pas que ... hésitation très brève, presque imperceptible…. J’t’en colle une par réflexe !

La véritable phrase de départ était « que je ne te claque entre les doigts » avant de prendre conscience de la stupidité de cette phrase, de toute l’importance qu’elle pourrait avoir. Et si je n’avais pas son cadeau à déballer, je verrais tout simplement mon moral dégringoler en flèche, dévaler la pente de l’humeur comme depuis à peu près trois semaines. Pire qu’une femme enceinte.
Je me concentre sur le paquet qu’il me désigne et le déballe…

- Nom de dieu…
- Génial hein ? Mets tes boules Quiès, ton bandeau et bouche toi les oreilles en prime, parce que ça va grave décoiffer. Attends, je te montre comment ça marche !
- Oula attends attends !

Je le stoppe net dans son élan. Pas pour lui couper son délire mais s’il veut que je survive à ce qu’il s’apprête à faire, j’ai tout intérêt à m’armer comme il dit. Je plonge la main dans mon sac à dos, sors mes boules quiès que j’enfile et surtout, par-dessus le tout et parce que j’avais bien trop peur de me crever les tympans s’il y avait trop de monde,de musique ou de j’sais pas quoi : Mon casque anti-bruit. Ce truc vaut une fortune mais cadeau de noel du frangin, celui qui m’a foutu dans la merde.
Je l’enfile et le regarde, sourire en coin.

- Allez, vas-y balance. Montre-moi et provoque la tempête des ligaments croisés…

J’appuie bien sur les deux côtés du casque pour qu’aucun son ne filtre alors qu’il pousse dans son vuvuzela tout coloré… Et j’éclate littéralement de rire lorsque je vois un gamin sursauter et atterrir sur le cul et deux autres personnes se percuter, complètement déstabiliser par le bruit soudain et inattendu.
Mais celui qui remporte la palme d’or, c’est certainement ce type qui a glisser trois quatre fois sur ses patins, cherchant à se rattraper à un rebord invisible, battant des ailes comme un putain de piaf handicapé pour mieux se rétamer contre la barrière et passer par-dessus. Et aussi horrible que ça puisse être, je suis complètement hilare. Première fois depuis mon réveil que je me tape un fou rire, plier en deux sur mon siège.

- Putain, pourquoi j’ai pas trois pairs d’yeux pour pouvoir regarder partout à la fois.

J’essuie une petite larme de rire du bout du doigts, casque posé sur les genoux.

- On devrait tellement faire ça pendant des compet’ … Ou dans une bibliothèque.

Et se barrer en courant comme des gamins de 5 ans.

- Ou mieux, dans un cinoche.

Je tourne mon regard vers lui, oubliant un instant tout ce qu’il s’est passé récemment mais aussi ce poids sur mes épaules. Je finis par désigner le gamin qui est tombé un peu plus tôt…

- J’crois que t’es responsable de toutes ces larmes de sang et que maman n’est pas contente…


A en juger par le regard noir qu’elle lance dans notre direction. Regard que j’accueille d’un grand salut qui est clairement un signe de je m’en foutiste absolu, me foutant publiquement de sa gueule.




_________________

   

There's no-one left in the world
That i can hol onto
There is really no-one left at all

   
(c)BESIDETHECROCODILE

SAISON II # EVENT 2 Eo76

SAISON II # EVENT 2 E23w
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milo Lawson



crédits : tag
messages : 108
quartier : sur les routes

SAISON II # EVENT 2 Empty
MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 2   SAISON II # EVENT 2 EmptyMar 20 Mar - 9:37


saison 2
# event 2
taylor & milo

J’aime bien bitcher avec Taylor, mais j’avoue qu’elle fait ça mieux que moi et s’en lasse moins rapidement. Moi ce qui me plait dans le bitchage avec ma meilleure amie, c’est plutôt d’être à ses côtés et de l’entendre s’emballer pour un rien. Y a pas à chier, ça m’éclate ! Alors je l’écoute casser du sucre sur le dos de sa collègue qui patine tranquillement à quelques mètres de nous. En vérité, personnellement, je la trouve plutôt bonne… Et je ne parle pas de ses qualités de patineuse. Mais je suppose que ça n’a rien à voir. Zara aussi me plaisait et être bien fichue ne l’a pas empêchée d’être une ignoble garce violente, manipulatrice et plus mauvaise que la peste.
Penser à mon ex petite amie me mine un peu le moral. Je sens mon cœur battre un peu plus fort dans ma poitrine et mon souffle s’accélérer légèrement. Alors je décide de changer de sujet, de couper court à ce que dit Taylor pour la faire participer à une activité qui, je l’espère, me permettra de penser à autre chose. Je suis tellement pressé par l’idée de chasser Zara de mon esprit que j’en oublie l’hyper sensibilité auditive de mon amie et lui crie un bon coup dans les oreilles, la faisant sursauter violemment. L’incident diplomatique évité de justesse, mon amie fouille le sac, à la recherche de mon ultime présent. Enfin non, il reste les bonbons PEZ à aller choper mais elle sait déjà ce que c’est maintenant alors voilà, la surprise est gâchée.

Je me prépare à souffler dans mon petit accessoire d’enfoiré décérébré. J’espère que je ne vais pas nous attirer de gros ennuis avec mon truc. Peut-être que j’aurai dû y réfléchir, au moins un tout petit peu, avant de débarquer avec. Trop tard !
Alors je fais la seule chose que je puisse faire à ce stade : je prends une profonde inspiration et souffle le plus fort possible dans le petit instrument. Le bruit est immonde et je ris tellement de la réaction des patineurs que j’en perds mon souffle plus vite que prévu. Un gamin se casse la figure sur la piste alors que deux autres patineurs, perturbés et cherchant la source du vacarme se percutent de plein fouet. D’autres perdent un peu l’équilibre mais parviennent à se rattraper de justesse. Et puis il y a la palme d’or de la lose ! Ce mec qui passe par dessus la barrière de sécurité après avoir lamentablement tenté de s’y raccrocher.
Je pleure de rire. Ca me fait mal aux côtes.
J’approuve toutes les idées de Taylor en hochant simplement la tête, trop hilare pour pouvoir prendre la parole. Et puis elle me file un petit coup sur le bras pour attirer mon attention et me désigne un coin de la piste.
« J’crois que t’es responsable de toutes ces larmes de sang et que maman n’est pas contente… »
« Attends, j’vais lui proposer de sucer mes orteils, après elle se sentira mieux. La queue c’trop compliqué avec le plâtre. »
Nous plaisantons encore un peu, jusqu’à ce que je vois la fameuse mère furieuse se rapprocher d’un des types de la sécurité qui était encore occupé à chercher l’origine de la perturbation. Et elle nous pointe, Tay et moi du doigt.
« Oh oh… On va avoir des problèèèmes » je fais mine de me contrarier, planquant subtilement (ou pas) l’instrument sous mon large pull. « Je sais ! Bouge pas, je vais jouer l’acte quatre, scène deux. »

Le type s’approche et commence effectivement à vouloir nous sermonner. Alors je fais quelque chose de très mal…très, très mal… Je me fais passer pour un attardé mental, à grand renfort de bégayement, de clignements de paupières intempestifs et dérangeant, de mouvements de têtes désordonnés et je finis en beauté en laissant échapper un filet de bave… Où est mon Award ?
Gêné, demandant à Taylor de mieux me surveiller, il s’éloigne pour aller faire un rapport à la mère de famille pendant que nous recommençons à glousser comme des idiots, moi et Tay.
« Bordel, j’suis tellement bon ça en devient chelou ! J’espère que j’suis pas un attardé qui s’ignore ! Hey ! Regarde, y a ta copine qui se rapproche je crois… Tu crois qu’elle veut me t’annoncer qu’elle a changé d’avis sur toi maintenant qu’elle sait que tu t’occupes d’un handicapé ? »



code by Chocolate cookie


_________________
I ponder of something great
My lungs will fill and then deflate
They fill with fire, exhale desire
I know it's dire my time today
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taylor M. Obrien



crédits : Avatar : Me ; Signature + gifs : Me
messages : 608
quartier : En coloc' avec Saddie - West Side

SAISON II # EVENT 2 Empty
MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 2   SAISON II # EVENT 2 EmptyMar 27 Mar - 12:06

Saison II # Event 2
EXORDIUM.
- Attends, j’vais lui proposer de sucer mes orteils, après elle se sentira mieux. La queue c’trop compliqué avec le plâtre.
- La queue s’est jamais très compliqué avec une pointe d’ingéniosité. Y a toujours moyen de se démerder avec un peu de bonne volonté.

On déconne, on plaisante de manière désobligeante mais comme avant, on a au moins ça pour nous. Mais l’élan est coupé net lorsque l’on voit la mère du gamin s’approcher d’un type de la sécurité qui nous regarde après qu’elle nous ait lâchement montré du doigt.

- Oh oh… On va avoir des problèèèmes

- Fais chier. Donne ça, ça sert à rien de le cacher abruti !
- Je sais ! Bouge pas, je vais jouer l’acte quatre, scène deux.

Je fronce les sourcils et bug une bonne seconde sur ce qu’il est entrain de faire…
Je rêve ou ce con est entrain de jouer les attardés mentaux ?

- J’peux savoir ce qu’il se passe ? C’est vous qui foutez ce bordel ?

L’agent est là, Milo bégaie, bouge de la tête d’une façon chaotique sous son regard médusé. Je cligne des yeux avant de réagir, jouant le jeu de mon meilleur ami et prenant une mine sincèrement désolée.

- Oui, toute mes excuses monsieur l’agent mais c’est mon frère… Enfin, ‘voyez. Je le désigne d’un geste de la tête, histoire de bien appuyé sur son handicap complètement inventé. Il s’est cassé la jambe et je voulais qu’il prenne un peu de bon temp. Il voulait simplement s’amuser un peu.

Connerie, connerie et connerie.
Mais l’agent pose les deux pieds dans le piège et Milo l’achève à coup de bave sur le menton qui s’effiloche jusqu’à son manteau.

- Barnabé, fais attention un peu !

Je sors un mouchoir et tamponne son menton baveux sous le regard gêné du type.

- Essayez de mieux le surveiller, d’accord ?

- Oui, encore toutes mes excuses.

Sourire aux lèvres, bouche en cœur et grands yeux de nana bien sage, je le regarde s’éloigner jusqu’à ce qu’il soit suffisamment loin pour commencer à ricaner comme une morue que je suis, suivi de Milo.

- Bordel, j’suis tellement bon ça en devient chelou ! J’espère que j’suis pas un attardé qui s’ignore !
- Obligé, t’as ça dans le sang. Bientôt ça va se propager chez toi comme un virus et j’vais devoir te foutre des couches parce que tu n’sauras plus où pisser.
- Hey ! Regarde, y a ta copine qui se rapproche je crois… Tu crois qu’elle veut me t’annoncer qu’elle a changé d’avis sur toi maintenant qu’elle sait que tu t’occupes d’un handicapé ?
- Mon cul. J’te paris qu’elle n’en a rien à foutre et qu’elle serait capable de te dire de fermer ta grande gueule de triso…

Mon regard bifurque vers Eleesha qui effectivement, grimpe les escaliers jusqu’à nous. J’suis pas encore capable de savoir si elle est en pétard ou non, mais une chose est sûre…

- Fais chier, j’ai pas envie d’la voir. Qu’est-ce qu’elle vient foutre ici en plus ?




_________________

   

There's no-one left in the world
That i can hol onto
There is really no-one left at all

   
(c)BESIDETHECROCODILE

SAISON II # EVENT 2 Eo76

SAISON II # EVENT 2 E23w
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité
Invité

SAISON II # EVENT 2 Empty
MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 2   SAISON II # EVENT 2 EmptyMer 4 Avr - 12:02

Eleesha patinait tranquillement, faisant attention aux personnes autour d’elle. Il y avait malgré tout un sacré paquet d’enfants et elle avait toujours redouté de percuter l’un d’entre eux, de lui glisser sur la main… Bref, un tas de petites choses dont les conséquences auraient pu être passablement désagréables. Ce n’était pas pour autant que la jeune femme boudait son plaisir. Patiner lui donnait l’impression d’être ailleurs, d’être plus libre alors elle en profitait, laissant ses pensées vagabonder. Elle en oubliait de surveiller le temps, n’ayant de toute façon pas de contrainte particulière, personne ne l’attendait cette année pour les fêtes. Alors Eleesha profitait de ce moment solitaire. Elle sursauta cependant comme tous les autres patineurs quand un bruit sourd se fit entendre. Une sorte de corne surplombant tous les rires et babillements des gosses. Suffisamment à l’aise sur ses patins, Eleesha réussit à ne pas finir par terre, elle fit un petit tour sur elle-même et s’arrêta un peu brutalement certes dans une des barrières qui bordait la patinoire. Autour par contre, elle put constater plusieurs chutes et plusieurs adultes pestant comme pas possible. Les enfants pour la plupart riaient maintenant que la frayeur était passée. Comme tout le monde, Eleesha promena son regard pour essayer de trouver la source du bruit. Elle vit alors deux personnes, un jeune homme semblait tenir entre ses mains l’objet à l’origine du bruit. Eleesha ne s’attarda pas plus sur les deux silhouettes et décida que ce son de corne était le signal qu’elle devait arrêter de patiner.

La jeune femme alla donc rendre les patins. Une fois qu’elle eut remis ses chaussures elle entreprit de gravir les gradins pour aller s’y installer quelques temps. Il faisait froid et elle ne parviendrait sans doute pas à rester très longtemps assise à ne rien faire mais elle n’avait pas envie de rentrer tout de suite chez elle. Mais alors qu’elle progressait dans les gradins, elle ne put que remarquer qu’à côté du détenteur de l’objet infernal se tenait une personne qu’elle connaissait. Taylor Obrien. Autant dire qu’entre elles ça n’avait jamais été le grand amour. Eleesha avait entendu ce qu’il lui était arrivé mais elle doutait que la jeune femme ait envie de l’entendre lui adresser ses encouragements ou quoi que ce soit du genre. La pompier détourna le regard, s’apprêtant donc à monter en faisant mine de l’ignorer. Sauf que Taylor l’avait repéré et elle adressa quelques mots à son ami qui n’échappèrent pas à Eleesha. La jeune femme s’arrêta donc au niveau des deux énergumènes.


« Il parait qu’on est dans un lieu public et que je jouis de ma liberté de mouvement au même titre que vous. »


Le ton était sec et cassant. Eleesha aurait très bien pu passer son chemin, faire comme si elle n’avait rien entendu. Mais cette journée était morose et entendre ça avait sans doute réveillé en elle l’envie de cracher un peu sa colère. Taylor l’avait bien cherché et qu’elle soit fragile dans cette période n’excusait sa remarque en rien. Les mains dans les poches, la pompier promena son regard froid sur les deux complices.

« Mais si ça peut te rassurer Obrien, j’ai pas l’intention de m’installer trop proche de vous, je tiens à mes tympans. »

Fiers de leur connerie à n’en pas douter, sa remarque les ferait sans doute rire. Peu importe, la jeune femme n’avait pas de temps à perdre avec eux et s’apprêtait déjà à reprendre son ascension pour aller s’installer plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
WINDY CITY


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : Pandamalin
messages : 1073

SAISON II # EVENT 2 Empty
MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 2   SAISON II # EVENT 2 EmptyVen 22 Juin - 23:55




MERRY CHRISTMAS
25 décembre 2017

Mis à part la petite nuisance sonore provoquée par deux farceurs (qui pourtant, selon les témoins auraient passé l'âge de ces âneries...), aucun incident n'est à déploré cette année. Les patineurs passent un excellent moment, profitant de la température clémente de cette belle journée et des animations proposées.
A n'en pas douter, l'expérience sera réitérée l'année prochaine. En attendant, le maire de Chicago souhaite à tous ses concitoyens (même les petits rigolos) de joyeuses fêtes de Noël.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chicago911.forumactif.org


Contenu sponsorisé


SAISON II # EVENT 2 Empty
MessageSujet: Re: SAISON II # EVENT 2   SAISON II # EVENT 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
SAISON II # EVENT 2
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SG-Universe, saison 1 [SPOILERS]
» Pré-saison
» Les upgrade event.
» Event pirate
» Saison 1- épisode 1--- Alpha, la marque de la douleur !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: North Side :: LINCOLN PARK-
Sauter vers: