Partagez | 
 

 We all make mistakes and that's OK. [Joleen]

Aller en bas 
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : BereniceWCL (avatar) - http://fyeahrosariodawson (gifs) - Wiise (code signature)
messages : 262
quartier : Dowtown / En collocation depuis début janvier 2018

MessageSujet: We all make mistakes and that's OK. [Joleen]   Mer 14 Fév - 16:50

We all make mistakes and that's OK.



December, the 14th, 2017

Ce n'est que dans un mois. L'anniversaire de la mère de Rose. Et pourtant, la voilà déjà en train de faire les boutiques pour essayer de lui trouver un cadeau. Il faut dire que Rose n'a jamais été douée pour tout ça. Les cadeaux... Elle a toujours eu la trouille de passer à côté, de faire n'importe quoi, de choisir le pire cadeau possible. Quand elle était à l'étranger c'était facile, elle faisait livrer des fleurs. Basique mais efficace. Le problème est que maintenant elle est là, sur place, et elle ne peut décemment pas se pointer le jour de l'anniversaire de sa mère avec un simple beaucoup de fleurs : elle n'a plus aucune excuse. Alors oui, elle s'y met dès maintenant. Elle prend bien de l'avance histoire d'être large et de trouver un cadeau digne de ce nom dans les temps. Et elle en fait des boutiques Rose. Ce n'est jamais que le premier jour où elle cherche, elle pourra toujours revenir mais si elle pouvait avoir l'idée brillante dès aujourd'hui ça l'arrangerait parce que faire les boutiques ce n'est pas plus son truc que de trouver des idées de cadeaux. Elle aurait pu tenter d'appeler Nora pour lui demander quelques conseils mais elle n'a pas osé : leur relation n'est pas encore redevenue ce qu'elle était auparavant alors c'est délicat de l'appeler pour ce genre de stupidités. La voilà du coup seule face au vide de son esprit, ce dernier étant incapable de pondre une idée correcte. Alors, elle termine dans une boutique de fringues parce qu'elle connaît à peu près les goûts de sa mère, elle connaît sa taille, ça reste encore le truc le plus simple sans que ce soit pour autant trop... Enfin pas assez. Bref, il y a moyen de trouver quelque chose de pas mal. Du moins elle l'espère. Et puis vu les prix sur les étiquettes de ce magasin, elle ne doute pas de la qualité des vêtements. Il est clair que ça va lui faire mal à son porte-feuille puisqu'un simple foulard ne descend pas en-dessous des 75$ mais sa mère le mérite bien, même si Rose a encore un peu travers le coup des fêtes de fin d'année où ses parents se sont éclipsés pour une croisière qu'ils se sont payés avec l'argent récolté pour leur quarante ans de mariage.

Même si.

Alors elle fouille, regarde, soupire en voyant le prix de certains articles qu'elle ne peut clairement pas se permettre d'acheter mais finit par repérer une chemise en soie particulièrement belle, avec des motifs qui plairont à sa mère, elle le sait. Et elle a conscience que sa mère ne possède pas de vêtements en soie alors ça lui fera doublement plaisir. Un coup d'oeil à l'étiquette. Bon. Oui. C'est cher, mais c'est encore passable. Enfin, disons qu'elle peut se le permettre si elle se montre prudente le reste du mois. Mais elle sait faire ça, être prudente, contrairement à d'autres personnes. Contrairement à une personne en particulier en cet instant précis. Rose se fige en la voyant faire, jette un coup d'oeil circulaire et s'aperçoit que pour le moment personne n'a remarqué son petit manège. Chanceuse qu'elle est qu'il y ait beaucoup de monde à l'intérieur de la boutique. Elle glisse deux hauts dans son sac de cours et alors qu'elle change d'allée, Rose repose la chemise en soie et change d'allée également, allant dans la même qu'elle. Elle la voit qui observe autour d'elle et s'approche tout doucement, faisant mine de regarder ce qu'il y a dans les rayons devant elle. Rose voit bien bien du coin de l'oeil que la petite voleuse en herbe ne fait plus que toucher à présent que la métisse n'est plus très loin d'elle. Ce n'est que lorsqu'elle arrive à hauteur de l'adolescente qu'elle élève doucement la voix.

« Tu devrais rajouter celui-ci. » qu'elle lui dit tout bas, attirant ainsi toute l'attention de la demoiselle qui lève son regard vers Rose. Un regard dans lequel elle tente de jouer la surprise : loupé. « Dans ton sac. Tu devrais rajouter celui-ci. Il est en cachemire, c'est de la très bonne qualité et c'est très cher. »

L'adolescente ouvre la bouche et secoue la tête de droite à gauche. Mauvaise comédienne sur ce coup-là.

« J'vous pas de quoi vous parler.
- Des deux hauts que tu as déjà glissés dans ton sac.
- J'ai rien glissé du tout dans mon sac, vous êtes cinglée.
- Non, observatrice. Je t'ai vue.
- Vous avez rien vu du tout. Allez vous faire foutre.
- Tu vas descendre d'un ton parce que pour le moment tu as de la chance : je t'ai vue, et le vigile non. »

Cette fois Rose lui fait face et la toise d'un air mauvais de toute sa hauteur. Le vol est une chose. Le manque de respect en est une autre.

« Alors maintenant, tu vas avoir deux choix : soit tu reposes ce que tu as pris discrètement et je te ramène chez toi pour m'assurer que tes parents seront au courant de ce qu'il s'est passé, soit j'appelle le vigile qui va appeler le proprio qui va appeler les flics et ça va tout de suite être moins sympa.
- J'vous dit que j'ai rien fait, vous êtes bouchée ?
- Et toi ? T'écoutes ce que je te dis ? Tu peux tenter de bluffer autant que tu veux, je t'ai vue. Et crois-moi, j'ai assez de force pour te maintenir immobile jusqu'à ce que le vigile vienne te récupérer si je l'appelle. Alors, tu choisis quoi ? Te retrouver chez les flics et passer devant le juge ou rentrer chez toi ? »

L'adolescente toise Rose un instant, sourcils froncés, lèvres pincées.

« Fait chier.
- Langage. »

Faut pas pousser. Rose suit l'adolescente, s'assurant que le vigile garde toujours toute son attention ailleurs et veille bien à ce qu'elle repose tout ce qu'elle a pris avant de quitter la boutique.

« Bon, c'est toi ton nom ?
- J'vous le dirai pas.
- Ton nom ! »

Têtue hein.

« Jameela Mercer.
- Et tu vis où ?
- A votre avis ? Dans le North Side peut-être ?
- Je sais pas, je suis pas devin et je pars du principe que c'est pas écrit sur ton front.
- South Side. Bronzeville.
- Parfait. Au moins je serai pas trop loin de chez moi. On y va.
- Pourquoi vous faites ça ?
- Et toi, pourquoi tu voles ? »

Pas de réponse.

« Bien. Donc on y va. 
- Toute façon ça sert à rien, vous pourrez pas parler à mes parents.
- Et pourquoi pas ? J'ai juste à attendre qu'ils reviennent du boulot.
- J'ai pas d'père et ma mère elle s'en fout toute façon.
- Que tu voles ? Je crois pas non.
- J'vous dis qu'elle s'en fout !
- On verra. »

Rose ne cède pas et durant le trajet, elle tente d'instaurer un semblant de dialogue, en vain. La seule chose que l'adolescente daigne bien vouloir lui dire est son adresse. Et après ça, elle devient totalement muette. Elle ne retrouve la parole que lorsqu'elles passent le pas de la porte. Jameela s'avance jusque dans le salon et elle fait signe à Rose de venir, un air de défi sur le visage. Elle s'approche donc pour trouver...

« La v'là ma mère. »

Qui est endormie sur le canapé et vu ce qui traîne sur la table basse, ce n'est pas une simple sieste. Elle cuve. Rose soupire et se retourne vers Jameela.

« Elle est tout le temps comme ç... »

Rose n'a cependant pas le temps de terminer sa question que la porte d'entrée s'ouvre.



(c) sweet.lips

_________________
That's why I smile. It's been a while since every day and everything has felt this right. And now you turn it all around and suddenly you're all I need. The reason why I smile.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : liloo
messages : 138
quartier : Bronzeville, South Side

MessageSujet: Re: We all make mistakes and that's OK. [Joleen]   Dim 18 Fév - 15:55


we all make mistakes and that's ok
ft. rose & joleen.
Je ne dispose pas de beaucoup de temps pour me préparer à aller bosser au Crashdown, mais je n’ai pas le choix, il faut que je fasse un tour à la maison. Les courses ont été faites, mais j’ai lancé une lessive en partant en cours ce matin mais je ne suis pas complètement certain qu’un de mes frères ou Jameela pensera à s’en occuper. Et s’ils laissent le linge dans la machine trop longtemps, à cause de l’humidité, je n’aurai plus qu’à tout recommencer demain. On ne peut pas se permettre la moindre dépense inutile.
Mais si je me hâte de rentrer, c’est surtout à cause de ce SMS que Cory m’a envoyé avec le portable de la maison, que je lui confie les jours où il doit rentrer seul avec Henry parce que les plus grands sont occupés. "Tu rentres quand ?" Voilà ce que j’ai reçu, et ça ne me plait pas du tout. Il sait que je fais une passe tous les jours, plus ou moins à la même heure, histoire de chapoter tout ce qui se trame à la baraque. Alors pourquoi m’envoyer ça ? Pourquoi est-il pressé de me voir rentrer ?
La réponse est simple : parce qu’il y a un problème. Et bien évidemment, il ne répond pas quand je tente de le joindre. C’est typique ! Est-ce qu’il a fait une bêtise ? Est-ce qu’il a été puni à l’école pour un problème de comportement ? C’est très, très peu probable connaissant mon frère. Alors c’est forcément quelque chose à la maison… Leslie ? Une assistance sociale ? Notre génitrice de passage ? Ce sont les explications les plus plausibles…et les plus angoissantes pour moi.
Enfin non, ma mère je peux la gérer, même quand elle est en crise. Mais s’il s’agit d’une assistante sociale…là ça va déjà être plus compliqué. J’ignore où est Jameela. A-t-elle encore séché les cours ? Et Leslie ? Est-ce qu’il traine dehors à l’heure actuelle ? Est-ce qu’il a eu un souci avec la police ? Est-ce que c’est pour ça que Cory me demande quand je vais rentrer ? Est-ce que je vais trouver des poulets sur le pas de ma porte, prêts à m’annoncer une mauvaise nouvelle ?
Mon cœur s’accélère alors que je tapote nerveusement sur la porte du bus qui roule bien trop longtemps à mon goût, heure de pointe oblige. J’aimerai pouvoir joindre Jameela mais puisque c’est Henry qui a le téléphone, elle ne va pas être joignable. Elle va être ravie…je suis tellement stressée que je viens de prendre la résolution de lui offrir une téléphone portable pour Noël… Depuis le temps qu’elle m’en réclame un.

Les portes du bus s’ouvrent, mais ce n’est pas encore mon arrêt. J’hésite une poignée de secondes et, au moment où elles commencent à se refermer, je saute hors du bus. Juste à temps. Je ne peux pas perdre davantage de temps. Alors je réajuste mon sac sur mes épaules tout en commençant déjà à courir. La maison n’est qu’à cinq minutes à pied de l’abri bus, donc je vais compter une dizaine de minutes. Ca va me permettre de prendre l’air, d’évacuer un peu tut ce stress qui me ronge et, de toute façon, avec les bouchons, je suis presque certaine que je mettrai moins de temps à pied. D’autant que je connais quelques raccourcis.
Et de fait, il ne me faut qu’une douzaine de minutes pour regagner mon domicile. Au loin, j’aperçois une voiture se garer dans la rue et ma sœur en descendre, suivit par une femme.
« Merde, merde, …merde ! » je jure les deux premières fois à cause de ce que je vois, la troisième parce que je viens de manquer de déraper sur une plaque de verglas. Ce serait quand même très stupide…
Mon équilibre retrouvé, je reprends ma course en priant pour que tout se passe au mieux. J’ai rangé la maison dimanche et fais tout le ménage. Nous sommes jeudi et les dégâts devraient être limités. La machine a tourné, ce qui est un bon point et je n’arrive pas tard à la maison, ce qui va me permettre d’être présente pour aider les plus jeunes à faire leurs devoirs. Ce qui m’inquiète, c’est que la femme ait visiblement raccompagné Jameela chez nous… Est-ce que l’école l’a appelé elle, directement ? Je n’ai pas reçu le moindre appel de leur part, mais ça ne veut peut-être rien dire. Peut-être qu’ils en ont eu assez de passer par moi et, à défaut de pouvoir contacter un parent, sont passé au niveau au-dessus ? S’ils ont fait ça…

J’arrive enfin chez moi. Je pousse le petit portillon (qui est cassé depuis des mois et ne ferme plus), remonte l’allée en quatrième vitesse, manque de m’étaler sur les marches du perron couverte de neige et arrive enfin. J’ai certainement l’air d’une folle, mais je ne le réalise que maintenant que la femme se tourne vers moi pour me dévisager. J’ai couru sur deux kilomètres, j’ai les cheveux coiffés n’importe comment et l’air certainement paniquée. C’est à ça qu’il faut que je remédie en premier. Alors je me force à faire apparaître un grand sourire d’arracheuse de dents sur mes traits.
« Oh… Bonjour. Je ne savais pas…qu’on allait avoir…de la visite » je lui lance, essoufflée, sentant mes jambes devenir cotonneuses maintenant que je me suis enfin arrêtée. J’ai envie de vomir… On pourrait croire qu’avec le nombre d’heures de danse que je fais, j’ai un cardio d’enfer mais non…danser et courir sont deux choses bien distinctes, comme je le constate… « Enfin bien sûr, vous n’êtes pas censés nous prév… »
C’est là que je la remarque.
Ma mère.
Vautrée dans le canapé, l’air encore plus mal en point que moi qui vient pourtant de me taper un sprint jusque là. Mon regard croise celui de Jameela qui affiche un air blasé à souhait. Mais je vois autre chose dans son regard, de plus profond. De la désillusion, de la colère.
« La grippe ! » j’improvise en m’empressant de passer devant la femme pour me placer entre elle et la bouteille de rhum renversée sur la table basse en désordre. « Cette saleté de grippe a frappé à notre porte. Ma mère l’a chopée et vous savez ce qu’on dit ? Rien ne vaut un bon grog. Il restait un fond de rhum seulement mais elle est tellement KO la pauvre… Au fait, je ne me suis pas pré… »
« Laisse tombée Jo. Elle est pas avec ces pourris de l’assistance. C’est un autre genre de vendue » soupire ma cadette, les bras croisés sur sa poitrine.
« Oh… Hem…vous êtes qui alors ? »    


code by bat'phanie

_________________


i'm walking the wire love

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : BereniceWCL (avatar) - http://fyeahrosariodawson (gifs) - Wiise (code signature)
messages : 262
quartier : Dowtown / En collocation depuis début janvier 2018

MessageSujet: Re: We all make mistakes and that's OK. [Joleen]   Dim 25 Mar - 16:11

We all make mistakes and that's OK.



December, the 14th, 2017

Froncement de sourcils et instant de flottement alors qu'une jeune femme se tient dans l'entrée, la porte fraîchement refermée. Elle a couru. C'est évident. Pressée. Parce qu'elle savait Rose là ? Elle ne croit pas avoir vu Jameela envoyer un message pendant le chemin mais ça a pu lui échapper, c'est possible. Qui est-ce du coup ? Une amie ? Sa sœur ? Oui, très probablement sa sœur vu les premiers mots qu'elle prononce quant à la présence improvisée de Rose chez elle. Et plus les secondes passent, plus Rose devient dubitative car la jeune femme qui récupère doucement son souffle semble la prendre pour quelqu'un... Quelqu'un d'autre. Elle ne sait pas qui exactement mais oui, c'est limpide. Qui ? La phrase qu'elle n'a pas terminé, que voulait-elle dire ? Les « prévenir » ? Vu la façon dont elle s'active soudain en réalisant que sa mère est juste-là, sur le canapé, en train de cuver ce qu'elle a bu, oui ce doit être ça. Doucement ça fait son chemin dans l'esprit de Rose : elle doit la prendre pour une assistante sociale ou un truc dans le genre, ça ne fait aucun doute. Et fort heureusement pour elle ce n'est pas le cas parce que le mensonge servi est... Totalement inutile et tellement peu crédible que si Rose avait une assistante sociale, le dossier serait déjà bouclé à n'en pas douter. Parce que la grippe ? Un grog ? Non, ça n'a rien à voir. Rose n'est cependant pas là pour juger leur situation, ni ce que fait leur mère (même si là, tout de suite, elle lui en mettrait bien une pour la réveiller et la mettre devant le fait accompli quoique quelque chose lui dit qu'elle n'aurait rien à foutre de ce qu'a pu faire une de ses filles), et sa bouche s'ouvre pour rassurer la jeune femme, pour lui faire savoir que tout va bien (enfin si l'on peut dire), qu'elle peut se détendre (mais pas complètement). Elle n'a cependant pas le temps de le faire puisque c'est Jameela qui intervient pour dire que Rose n'est pas avec les pourris de l'assistance (elle a donc vu juste) mais qu'elle est une autre genre de vendue. Et aussitôt ça monte à Rose. Très rapidement.

« Pardon ? » qu'elle souffle en se tournant vers Jameela, n'appréciant pas du tout la façon dont elle se fait traiter, limite insulter en fait.

Du coup, la grande sœur redescend, ce qui est bien pour elle, et demande à Rose qui elle. Et Rose, elle tourne très brièvement son regard vers la jeune femme pour se présenter.

« Rose Custer. » qu'elle annonce mais elle a très vite fait de détourner son regard de la métisse pour reporter toute son attention sur la jeune fille qui se trouve toujours à côté d'elle les bras croisés. Elle est en train de bouillir Rose. « La vendue, elle vient de t'éviter de passer devant le juge pour enfants alors si j'étais à ta place, je montrerais un minimum de reconnaissance et de respect aussi. » Les lèvres se pincent, les yeux qui ne regardent pourtant pas Rose lancent des éclairs. Rose reporte alors son attention sur la grande sœur qui doit, du coup, ne rien comprendre à la situation. Il est temps de l'éclaircir. « Je l'ai surprise à faire du vol à l'étalage dans une boutique de luxe. » Et parce qu'elle se doute que ça ne doit pas être agréable à entendre, elle décide d'enchaîner vite. « Je l'ai remarquée avant que le gars de la sécurité ne le fasse alors je lui ai demandé de reposer le tout et elle a eu le choix entre se retrouver face aux flics ou me laisser la ramener ici pour expliquer la situation. Elle a choisi la seconde option. L'idée c'était d'expliquer ce qu'il s'était passé en tentant de lui donner une petite leçon au passage. » Rose entends la gosse siffler nerveusement entre ses dents et reporte son regard sur elle.

« Suffirait que tu tombes sur un putain de juge raciste pour qu'il t'envoie à l'ombre même si tu es mineure.
- C'bon, je sais.
- Ah ? Parce que ça se voit pas que tu sais. »

Elle secoue la tête avant de reporter son regard vers la grande sœur. Elle soupire.

« Je suis désolée d'avoir débarqué comme ça du coup mais ça m'a vraiment semblé être la meilleure chose à faire. Pour elle. »

Parce qu'en vérité, c'est bien ça la raison de la présence de Rose : elle veut l'aider la gosse. Elle ne voudrait pas que ça se termine pour elle comme ça se termine mal pour tant d'autres jeunes...



(c) sweet.lips

_________________
That's why I smile. It's been a while since every day and everything has felt this right. And now you turn it all around and suddenly you're all I need. The reason why I smile.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : liloo
messages : 138
quartier : Bronzeville, South Side

MessageSujet: Re: We all make mistakes and that's OK. [Joleen]   Sam 14 Avr - 11:42


we all make mistakes and that's ok
ft. rose & joleen.
Qui s’est-elle permise de faire entrer dans notre maison ? Pourquoi est-ce que Jameela l’a fait entrer alors qu’elle a l’air aussi ravie de l’accueillir ici que d’accueillir des chlamydias dans sa vie ? La femme à ses côtés semble tout aussi en joie d’être là et je finis par lui demander de but en blanc qui elle est. Et par extension, silencieusement : ce qu’elle fabrique au beau milieu de mon salon…
Elle se présente à moi puis redonne sa pleine attention à ma cadette qui affiche cet air renfrogné et coupable qui m’agace prodigieusement et irrite aussi notre hôte. Du moins c’est ce que je déduis du regard noir qu’elle lui accorde et de son ton cassant. Mais bien entendu, c’est le contenu de ses paroles qui attire mon attention et l’accapare plus que tout le reste. Juge pour enfants ? QU’est-ce que c’est que ce délire ? De quoi est-ce qu’elle parle ? Je dévisage Jameela, surprise, angoissée, cherchant des réponses sur son visage boudeur. Son regard est fuyant et je devine, parce que je la connais par cœur, qu’elle lutte contre une envie de fondre en larmes. Cette attitude défensive, passive-agressive, je la connais… Moi aussi je porte parfois cette armure. Vivre avec une junkie vous fait développer des compétences particulières, des mécanismes de défense spécifiques pour vous blinder. J’ai tenté de préserver mes cadets, mais je n’y suis pas tout à fait parvenue. Je suis plus efficace avec les plus jeunes parce que j’ai pris de la bouteille, gagné en expérience et balayés certains espoirs qui m’empêchaient d’être à la hauteur mais avec Jam, l’échec a été plutôt cuisant…
Et voilà où nous en sommes aujourd’hui.
« Quoi ? » je m’étrangle en l’entendant parler de vol à l’étalage.
C’est pire que ce que j’imaginais. Le scénario se joue devant mes yeux. Jameela embarquée par la police, derrière des barreaux, dans un uniforme crasseux, comme notre frère. Rose a beau me dire qu’elle est intervenue à temps, ça ne me rassure pas.
Intervenir à temps aurait consisté pour moi à intervenir avant que l’envie de voler quoi que ce soit traverse la tête de mon idiote de frangine ! J’ai échoué. J’ai échoué à un niveau que je ne soupçonnais même pas… Ca me met un sacré coup au moral. Un sacré coup à la fierté aussi.
Moi aussi j’ai envie de chialer. J’ai envie de la secouer. Non, j’ai envie de la frapper, de lui faire rentrer du plomb dans la cervelle. Mais je ne peux pas me permettre de réagir de cette manière face à l’inconnue dans mon salon… Que penserait-elle de moi ? de nous ? Peut-être que cette fois, elle préviendrait réellement les services sociaux au lieu de jouer les bonnes Samaritaine.

Et puis il y a ma mère. Ma mère vautrée derrière moi, ivre morte, certainement camée à quelque chose, comme à son habitude. Elle aussi a toujours eu la main leste. Elle aussi a donné des leçons alors qu’elle était la moins bien placée pour le faire… Fais ce que je dis et pas ce que je fais. Si je cogne sur Jameela, je ne vaudrai pas mieux que le déchet humain qui me sert de génitrice et se trouve à quelques pas de là, ronflant tout son saoul.
Je sers les dents, fusille ma sœur du regard. Elle ne me regarde pas. Elle sait ce qui l’attend, elle a peur, je le sais. De moi ? Des conséquences de son acte irréfléchi, stupide et dangereux ? Peut-être se demande-t-elle si je vais la soutenir ? Je lui ai déjà dit, lors d’une de nos nombreuses disputes, que si elle enfreignait un jour la loi, je ne lèverai pas le petit doigt pour elle. Un jour où elle s’était essayée à boire, je lui ai dis que si elle se faisait arrêter en état d’ébriété, je la laisserai croupir en cellule de dégrisement, comme j’avais l’habitude de le faire avec notre mère depuis longtemps. Craint-elle que je ne la traine dehors ou que j’appelle la police pour lui donner une bonne leçon ?
Une part de moi veut faire toutes ces choses. Une part de moi veut la punir, lui mettre le nez dans sa pisse, comme on pourrait le faire avec un jeune chiot qu’on tente de dresser.
La femme s’adresse à moi, me faisant savoir qu’elle a jugé que ramener Jameela chez nous était la meilleure des options possible. Je lui en suis reconnaissante. En même temps, je la déteste… Elle aide ma sœur à ma place, elle me dépouille de mon rôle. C’est l’impression que ça me fait et ça n’a rien d’agréable. C’est complètement absurde mais c’est comme ça. Elle s’immisce dans nos vies, est témoin de notre misère et tout ça me met mal à l’aise, me fait sentir stupide, inférieure, incapable…

Heureusement, j’arrive à prendre sur moi et cacher tout ça. Du moins, je suppose qu’elle supposera que mon état visible d’énervement est dû à ce que je viens d’apprendre et non pas à sa venue chez nous.
« Merci » je lui réponds donc, détestant d’avance me sentir redevable. Ca ne m’arrive pas souvent et j’ai ma fierté… Une fierté que je sais mal placée mais on ne se refait pas, n’est-ce pas ?
Je me permets de passer près d’elle et de la dépasser pour aller attraper Jameela par le bras et l’obliger à les décroiser, à faire face à la femme (qui en plus d’être bonne avec nous est stupidement belle) et à assumer ses erreurs.
« Tu vas immédiatement présenter tes excuses et remer… »
« Je lui ai rien demandé moi ! »
« Tu baisses d’un ton pour commencer ! » je m’agace, la secouant un peu. « Tu veux finir comme Darnell ? Tu veux finir comme elle ? » j’ajoute en pointant notre ébauche de mère d’un doigt rageur.
« C’était juste des fringues ! »
« Non, c’était pas juste des fringues, Jameela. C’était un aller direct en prison ! Un ticket pour une vie encore plus merdique que celle-ci ! »
« Et alors ? Au moins en taule j’aurai de la bouffe, un bon pieu et j’aurai plus besoin d’aller en cours… »
Ma main me démange trop pour que je ne cède pas cette fois, témoin ou pas. Je l’abats sans réfléchir sur la joue de ma cadette, assez fort pour qu’elle me picote ensuite. Elle porte ses deux mains à son visage, les yeux agrandis de surprise puis d’humiliation. Ils s’humidifient et elle se détourne avant que j’ai pu réagir et s’éloigne en courant pour rejoindre l’étage.
Je reste plantée là, à la regarder fuir – me fuir – et ne m’arrache à ma torpeur qu’au moment où la porte de notre chambre claque sèchement sur son passage.
« Je suis désolée. Pour…pour ça et pour le dérangement » je reprends, la bouche affreusement sèche, en me tournant vers notre hôte, alors qu’à quelques pas de là, ma génitrice commence à émerger et s’agiter dans son sommeil enivré.   


code by bat'phanie

_________________


i'm walking the wire love

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : BereniceWCL (avatar) - http://fyeahrosariodawson (gifs) - Wiise (code signature)
messages : 262
quartier : Dowtown / En collocation depuis début janvier 2018

MessageSujet: Re: We all make mistakes and that's OK. [Joleen]   Jeu 10 Mai - 17:47

We all make mistakes and that's OK.



December, the 14th, 2017

Le « merci » est dit, il est sans doute sincère mais son regard laisse penser qu'elle préférerait ne pas avoir à remercier Rose. En même temps, n'importe qui à sa place réagirait de la même façon. Remercier une étrangère d'avoir sauvé les fesses de sa petite sœur qui a fait une sacrée connerie... Non, clairement, ce n'est pas agréable alors Rose secoue simplement brièvement la tête de droite à gauche avec un petit sourire. Elle ne veut surtout pas que Jo (Rose ignore par ailleurs si c'est son véritablement prénom ou un diminutif) s'imagine lui devoir quoi que ce soit alors que ce n'est pas le cas. Si elle avait eu une petite sœur dans le même cas, elle aurait voulu que quelqu'un l'aide et lui évite des problèmes parce qu'elle part du principe qu'on fait tous des erreurs et qu'on devrait avoir droit à au moins une seconde chance, voire plus en fonction des situation et leur situation, à elles, leur donne droit à plusieurs chances oui. Jo se déplace soudain, contourne Rose et la dépasse pour venir se placer auprès de Jameela. Elle l'oblige à décroiser les bras et à faire face à Rose et elle sait, la métisse, que ça ne va rien donner de bon. La jeune adolescente est trop sur la défensive mais intérieurement, elle salue le courage de Jo, elle salue son aplomb, elle salue sa fermeté car même si Jameela s'y oppose, même si elle ne veut rien entendre, c'est dans l'esprit de Rose la meilleure méthode possible. Et Rose finit par froncer les sourcils quand Jo mentionne un certain « Darnell » et quand elle désigne leur mère derrière Rose. Elle se sent tout à coup mal à l'aise. Elle ne devrait pas être ici. Elle a ramené la jeune fille, a tout expliqué et devrait les laisser régler ça mais elle est là. Elle est là. Et elle tente de garder cet air dur qu'elle a réservé à Jameela jusque-là parce que le discours de sa grande sœur est juste et Rose ne peut qu'aller dans son sens. Non, ce n'était pas juste des fringues effectivement et oui, ça aurait pu très mal se terminer pour elle. Mais visiblement, sans son esprit d'adolescente on ne peut plus en colère contre le monde qui l'entoure, ça aurait été mieux que ce qu'elle a actuellement. La gifle ? Méritée. Si Rose avait été à la place de Jo, elle aurait très clairement agi de la même façon parce qu'on ne peut pas se permettre de laisser une adolescente avoir de tels propos.

Pas quand ils sont si... Irrespectueux.
Et dangereux.

Rose détourne cependant le regard, estimant qu'elle n'a pas à assister à tout ça. Elle a encore plus envie de mettre les voiles du coup mais ne bouge pourtant pas. Rose peut apercevoir la silhouette de Jameela s'enfuir puis elle entend ses pas dans les escaliers et laisse finalement échapper un soupir après que la porte de ce qui doit être la chambre de l'adolescente ait été claquée. Et seulement là elle se retourne vers Jo qui d'ailleurs s'excuse ce qui, du coup, met Rose encore plus mal à l'aise. Alors Rose secoue de la tête de droite à gauche.

« Non, vraiment, aucune raison de vous excuser. Y'a pas de mal. »

Les mouvements de la mère sur le canapé attire l'oeil de Rose qui l'observe très brièvement avant de faire signe à Jo qu'elle va s'éloigner un peu pour finalement se retrouver dans l'entrée et elle attend que Jo l'ait rejointe pour poursuivre.

« Sincèrement, vous n'avez aucune raison de vous excuser ni de me remercier. Je veux dire, on fait tous des erreurs à un moment donné. Certaines plus graves que d'autres, certaines qui peuvent avoir de graves conséquences comme aujourd'hui mais je pars du principe qu'on a droit à une seconde chance. Au moins. » Un regard vers les escaliers avant de reporter son regard sur Rose. « Je pouvais pas tenir ce discours devant elle parce qu'il faut qu'elle comprenne que ce qu'elle a fait est grave mais oui, je crois aux deuxièmes chances. Et puis... » Un soupir. « Je suis pas psy et je ne vous connais pas ni Jameela ni votre histoire mais son comportement ressemble plus à une manière d'envoyer chier le monde entier parce qu'elle est en colère. Ou peut-être une manière de contrôler quelque chose j'en sais rien. Je suis désolée. » qu'elle ajoute finalement. « Je me mêle de ce qui ne me regarde pas. » Elle se frotte nerveusement la nuque. « Est-ce que ça va aller ? Vous je veux dire, ça va aller ? »

Inquiète Rose ? Très clairement oui. Parce que cette jeune femme qu'elle a devant elle fait clairement de son mieux et qu'elle lui semble bien jeune. Trop jeune pour faire de son mieux justement.


(c) sweet.lips

_________________
That's why I smile. It's been a while since every day and everything has felt this right. And now you turn it all around and suddenly you're all I need. The reason why I smile.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : liloo
messages : 138
quartier : Bronzeville, South Side

MessageSujet: Re: We all make mistakes and that's OK. [Joleen]   Ven 11 Mai - 15:02


we all make mistakes and that's ok
ft. rose & joleen.
Rose (dont le nom de famille m’a déjà échappé) me fait savoir que je n’ai aucune raison de m’excuser. Mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec ça. Enfin peut-être qu’à elle, je ne dois rien, mais à Jameela, je dois des excuses, assurément. La violence ne résous jamais rien. Je l’ai répété à chacun de mes cadets des dizaines et des dizaines de fois. Encore un bel exemple de Fais ce que je dis, pas ce que je fais. Je n’aurai pas dû lever la main sur elle. Jamais. A quoi est-ce que ça a servi ? Ca ne va pas lui faire comprendre le sens de la vie, ça ne m’a même pas soulagée ! Personne n’est sorti vainqueur… Surtout pas moi.
Elle s’immobilise et se tait, son regard tourné vers la silhouette famélique de notre mère, échouée sur le canapé. Je retiens mon souffle. La dernière chose dont j’ai besoin, c’est qu’elle se réveille et me demande des comptes ou fasse son numéro de pleureuse pour me dépouiller de mes maigres économies devant témoin… Rose doit el sentir parce qu’elle me fait signe qu’elle va m’attendre dans le petit sas de l’entrée, à deux pas de là. J’approuve et la suit du regard alors qu’elle disparaît puis redonne mon attention à ma mère.
Elle ouvre un œil vitreux sur le décor. Son regard glisse sur moi, comme si je n’étais qu’un élément du décor, au même titre qu’un vulgaire bibelot ou une commode. Elle soupire, grogne quelque chose et puis change de position, m’offrant son dos avant de se rendormir. Du moins c’est ce que je déduis du son ronflant et régulier qui s’échappe d’elle dans les secondes qui suivent.
Je soupire à mon tour, soulagée qu’elle ne se soit pas réveillée pour de bon. A pas de loup, je m’éloigne du triste spectacle qu’elle m’offre pour rejoindre la Bonne Samaritaine qui m’a ramenée ma sœur.

Avant que j’ai pu prononcer la moindre parole, elle se lance dans un monologue. Je n’ai jamais aimé qu’on me fasse la leçon ou même qu’on me donne des conseils. Quand j’étais jeune et que j’ne avais besoin, personne ne m’en a distribué, on m’a tout laissé gérer seule. En revanche, il y a toujours eu un tas de gens pour se présenter et y aller de leur petit commentaire quand mes choix se révélaient ne pas être les meilleurs…
Mais je suis trop las, encore trop émotionnée pour vraiment réagir. Je l’écoute, je l’entends, mais n’arrive pas à réagir. J’ai envie d’aller me terrer dans un trou de souris et de ne plus jamais en sortir. Je sais que je vais devoir gérer les retombées de cette histoire, me confronter à nouveau à ma sœur et j’en suis écoeurée d’avance.
Rose finit par me faire savoir qu’elle est désolée et un ricanement dépité s’échappe de mes lèvres. Mes bras se croisent devant ma poitrine et je suis prête à parier qu’à cette seconde, moi et ma sœur nous ressemblons come deux gouttes d’eau… Même expression butée, un peu défiante.
« Est-ce que ça va aller ? Vous je veux dire, ça va aller ? »
« Je vais utiliser mon joker pour répondre à cette question » je lui réponds sur un ton un peu condescendant. Quand je m’entends, je pousse un soupir désolé. Elle n’y est pour rien. Elle a fait son maximum pour éviter des ennuis à ma sœur et je lui en suis reconnaissante. C’est juste… « Je suis désolée. C’est…tous les jours comme ça. Vous voyez Jameela ? J’ai trois autres cadets venant du même moule à gérer ! Et ce sont des mecs. Des mecs que je ne peux soi-disant pas comprendre parce que je n’ai pas le bon accessoire entre les jambes » j’ironise en désignant la zone citée, avant de rouler des yeux. « Enfin bref, je ne vais pas vous embêter avec ça plus longtemps. Je vais parler avec elle. Parler et plus cogner… J’ose espérer que c’était la première et la dernière fois. Merci pour ce que vous avez fait. Les gens qui croient aux secondes chances sont rares. Encore plus quand ceux qui en auraient besoin ont la peau un peu colorée... »
Traitez-moi donc de cynique tant que vous voulez, je sais de quoi je parle.
Je prends une longue inspiration et essaie de chasser cette stupide envie de fondre en larmes qui m’assaille. Ce n’est pas le moment.
« Merci encore. S'il y a quoi que ce soit que je puisse faire en compensation, faites-le moi savoir.»
Pour éviter de me ridiculiser davantage, j’appose ma main sur la poignée de la maison et ouvre la porte pour permettre à Rose de repartir.


code by bat'phanie

_________________


i'm walking the wire love

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : BereniceWCL (avatar) - http://fyeahrosariodawson (gifs) - Wiise (code signature)
messages : 262
quartier : Dowtown / En collocation depuis début janvier 2018

MessageSujet: Re: We all make mistakes and that's OK. [Joleen]   Ven 25 Mai - 18:04

We all make mistakes and that's OK.



December, the 14th, 2017

Ce n’est sans doute pas sa place de poser pareille question, pas sa place de s’inquiéter mais elle ne sait pas faire autrement. Pas alors que Joleen lui semble trop jeune pour avoir autant de responsabilités sur les épaules. Pas alors qu’elle semble se battre comme une dingue pour maintenir sa famille à flots. Alors non, ce n’est sans doute pas à sa place mais elle s’y risque et n’obtient finalement pas réellement de réponse puisque Joleen décide d’utiliser son « joker » pour répondre à la question. Le ton qu’elle emploie n’est pas des plus agréable mais Rose ne s’en formalise pas, au contraire. Elle esquisse un petit sourire en hochant la tête, comprenant parfaitement que Joleen ne souhaite pas s’étaler davantage, surtout qu’en l’occurrence, Rose a déjà pas mal empiété sur sa vie privée et sur la vie privée de sa famille. Pourtant Joleen s’excuse encore. Elle a encore cette gentillesse, cette attention à l’égard de Rose alors qu’elle n’a, encore une fois, aucune raison de s’excuser. Encore moins besoin de s’excuser quand Rose l’entend lui dire que c’est tous les jours comme ça. Elle en perd son sourire l’ancienne militaire. Elle en perd son sourire parce que ça la fait tout simplement profondément chier de savoir que Joleen se bat autant, seule. Vraiment seule puisque ses frères et sœurs ne semblent pas avoir conscience de ce qu’elle fait et ne font pas d’effort. Rose ne peut pas imaginer ce qu’elle traverse alors elle n’aura clairement pas la prétention de prétendre comprendre. Non, elle n’aura pas cette prétention. Mais si elle ne peut pas comprendre ce qu’elle traverse, est-ce que ça l’empêche de vouloir aider ? De pouvoir aider ? Elle ne le pense pas non. Si Joleen accepte de demander à l’aider, elle sera là. Pas par pitié non. Juste parce qu’elle estime qu’elle ne devrait pas avoir à tout gérer seule de cette façon. Elle n’est sans doute pas la seule dans ce cas-là, c’est vrai, mais c’est sa petite sœur qu’elle a surprise en train de voler et pas la petite sœur de quelqu’un d’autre alors.

« Je vous en prie, vraiment, je n’ai pas fait grand-chose. » qu’elle répond quand Joleen la remercie encore une fois. Elle marque cependant un point : rare sont ceux qui croient aux secondes chances, surtout ici. Et c’est bien dommage.

Et Joleen insiste sur le remerciement en proposant cette fois de faire quelque chose en retour, en compensation. Alors Rose secoue la tête de droite à gauche tandis qu’elle esquisse un geste pour s’approcher de la porte, Joleen ayant posé sa main sur la poignée de la porte.

« Je n’ai pas besoin que vous fassiez quoi que ce soit en compensation. Je vous l’ai dit : j’ai agi de cette façon parce que je ne voulais pas qu’elle ait des problèmes. Pas à son âge. Pas… Non, elle doit avoir droit à sa seconde chance. »

Elle insiste là-dessus parce qu’elle y croit sincèrement.

« Et à vous, elle va en laisser une. Elle va se calmer. » Un silence. Elle hésite puis se lance. « La gifle… Vous ne le vouliez pas, je le sais et je ne vous connais presque pas. Elle doit le savoir aussi. Parfois les mots et les gestes dépassent notre pensée, ça arrive. Surtout quand on est poussé à bout et puis personne n’est parfait hein. Je crois bien que vous faites de votre mieux alors essayez de ne pas trop vous en vouloir pour ça ou parce que vous avez l’impression de ne pas assurer. Vous assurez. Vous n’avez que deux bras. »

Et là encore un petit sourire et une autre hésitation. Rose fronce un peu les sourcils et s’arrête avant de franchir la porte. Elle observe Joleen un instant puis regarde autour d’elle et lève son index pour faire signe à la métisse de patienter une seconde. Sur quoi, elle contourne Joleen et se penche sur le petit meuble qui se trouve juste à côtés d’elles. Rose récupère un morceau de papier et un crayon avant d’entreprendre de noter son prénom, son nom et son numéro de téléphone sur le dit bout de papier qu’elle tend ensuite à Joleen après être retournée sur le pas de la porte.

« Vous n’en aurez peut-être pas besoin et vous n’êtes pas obligée d’appeler mais vous l’aurez. Et puis, vous n’êtes pas obligée d’appeler si vous avez besoin de quelque chose. Vous pouvez appelez si vous avez cinq minutes à vous et que vous voulez vous changer les idées. Je fais des extras dans un bar plutôt sympa, je pourrais vous payer un verre à l’occasion histoire de… Je sais pas, oui, de vous éloigner un peu du quotidien si vous en avez envie. Aucune obligation. » qu’elle répète avec un petit clin d’œil amical, la main toujours tendus vers Joleen.

Il est possible qu’elle refuse de prendre le numéro car rien ne l’y oblige et Rose ne s’en vexera pas si elle choisit cette option-là. Mais Joleen choisit de prendre le numéro et Rose lui adresse un large sourire en retour. Peut-être qu'elle ne l'appellera jamais mais elle le prend. Elle l'aura à disposition. Sur quoi, après un dernier salut, Rose quitte la maison en espérant sincèrement que les choses se tasseront au moins un peu pour Joleen. En espérant aussi qu'elle l'appellera même si c'est juste pour donner des nouvelles.

Même si c'est juste pour ça.



(c) sweet.lips


OVER

_________________
That's why I smile. It's been a while since every day and everything has felt this right. And now you turn it all around and suddenly you're all I need. The reason why I smile.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: We all make mistakes and that's OK. [Joleen]   

Revenir en haut Aller en bas
 
We all make mistakes and that's OK. [Joleen]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» You're gonna make mistakes, you're young || Cesare Da Conti
» [FLASHBACK] [XXX] We all make mistakes | Kaori Mizuno.
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ✖ Diana Angelus Leroy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: South Side :: LOGEMENTS-
Sauter vers: