AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Wait for me to come home Ft James

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

PRINCESSE DE LA CB ✩◝(◍⌣̎◍)◜✩
avatar
Profil
crédits : @me
Messages : 549
quartier : Southside Chicago
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Wait for me to come home Ft James Lun 31 Oct - 16:25

Wait for me to come home

We keep this love in a photograph - We made these memories for ourselves Δ James & Talia


James se saisit du téléphone avec un sourire et entame une conversation aussi profonde que celle qu’elle venait de partager avec leur fils, cela la fait sourire et elle se rend aussi compte d’a quel point elle peut paraître idiote quand elle parle avec Eliott. Elle continue d’avancer, refermant son large gilet sur sa poitrine et observant au loin les gens sagement alignés à regarder le film qu’ils venaient d’abandonner. Lorsque son mari eu terminé, il lui tendit le téléphone en souriant et elle le laissa retomber nonchalamment dans le fond de son sac. Elle se mit à rire. « Hum c’est une excellente question ! Faut dire que c’est tellement dégueulasse aussi. » Elle haussa les sourcils avec un air sérieux qui ne dura qu’une fraction de seconde avant de disparaître derrière des traits souriants. Le motard enchaina sur le lien que leur enfant pouvait avoir avec sa baby-sitter, c’est vrai que le petit garçon adorait la jeune fille qui le gardait maintenant depuis presque trois ans. Avant elle, il y avait eu Rebecca une étudiante en droit qui avait besoin d’arrondir ses fins de mois, ses études lui coûtant plus que ce qu’elle n’était en mesure de fournir, mais elle n’avait pas pu continuer très longtemps, les stages et internat ne lui laissant plus suffisamment de créneaux pour que Natalia puisse compter sur elle. La jeune maman avait donc fini par mettre une petite annonce pour lui trouver une remplaçante et autant dire que des jeunes femmes, elle en avait vu des dizaines, mais il lui était difficile de choisir à qui confier son enfant, elle était trop inquiète et recherchait une perfection impossible à trouver. Elle ne saurait vraiment dire ce qui lui avait plu chez Taylor mais elle avait décidé de lui donner sa chance et force était de constater qu’elle s’en était tiré bien mieux que ce que la serbe avait pu penser aux premiers abords, qui plus est la jeune interne et ce malgré ses études prenantes ne lui avait que rarement fait faux bond et le petit l’aimait vraiment beaucoup, elle lui faisait aujourd’hui confiance et cela les yeux fermés. « Elle est géniale, elle le garde régulièrement depuis ses deux ans, elle sait exactement comment l’occuper et puis elle est rarement indispo ce qui est énorme plus compte tenu des rotations pourris qu’on a au boulot. Elle balaya sa phrase d’un geste de la main. Je croise les doigts pour qu’elle ne me lâche pas de sitôt. » Un silence de plomb semble s’installer, James semble un instant ailleurs, comme perdu dans ses pensées qui elle l’imagine sont peut-être dirigé vers le club et cet appel qui elle doit bien admettre douter du fait qu’il concerne simplement des clés perdues. Finalement lorsqu’il reprend la parole, c’est pour lui parler d’Eliott et lui dire ce qu’elle sait déjà qu’il est étonnant et oui certes, ils ne sont probablement pas les plus neutres du monde, mais il faut bien reconnaître que le petit garçon est relativement éveillé, curieux et plein de surprises. Elle se met à rire très franchement. « Parce que tu en doutais ? Évidemment qu’il l’est ! Je crois que c’est bien la seule chose que j’ai réussi à faire correctement de A à Z. Je suis plutôt contente de moi, surtout quand je vois certains gamins de l’école qui sont complètement amorphe et abruti. »  La jeune femme hausse les épaule, elle sait que ce n’est pas particulièrement juste de parler comme ca, chaque enfant est différent et elle n’aimerait pas qu’on tienne de tel propos sur le sien mais bon après tout, c’était la vérité et rien de plus. Elle avait toujours tâché d’intéresser Eliott à tout, c’est pour ca qu’elle avait mis en place le rituel du dimanche, un jour où ils testaient, découvraient quelque chose de nouveau, il pouvait s’agir de goûter un nouveau plat, se promener dans un endroit qu’ils ne connaissaient pas, essayé une nouvelle activité, tout ca pour étendre leur connaissance du monde qui les entouraient et de ce qu’ils aimaient ou non. « En parlant de ca, dimanche prochain, je pense qu’on va aller tester ce truc de base-ball dans le North-Side, si tu veux venir taper quelques balles. » Lança-t-elle en mimiquant un lancer de baseball, sourire aux lèvres.

Natalia écouta son mari répondre à ses différentes interventions qui elle s’en rendait compte était un peu comme sauté du coq à l’âne, mais peu importait au final, ils avaient tant de sujets à rattraper et explorer qu’il fallait bien commencer quelque part. Finalement, c’est une proposition de sortie qui sembla se profiler. Halloween n’était que dans un bon mois, mais Eliott avait déjà commencé à en parler, il faut dire que l’école avait entrepris de le faire faire leur propre costume avec l’aide de leur parent évidemment et ce n’était pas que Talia ne soit pas emballée par l’idée, mais elle était aussi à l’aise avec une aiguille qu’avec un marteau, en gros cela ne promettait rien de bon, surtout quand on connaissait l’engouement du petit pour les super-héros et la complexité de leur costume. La suite de son discours lui laisse entendre que l’invitation est donc plutôt pour elle, une fête organisée par le club, elle en avait entendu parler déjà, enfin pas de celle prévue cette année évidemment, mais ils avaient été les organisateurs des plus gros événements d’Halloween de ces trois dernières années, bien qu’elle n’y ait bien évidemment pas mis les pieds, seulement le bouche à oreille allait bien vite, même dans une aussi grosse ville que Chicago. « Pourquoi pas. Répondit-elle, J’avais de toute façon prévu d’emmener le petit chercher des bonbons, on le fait tous les ans, c’est sa fête préférée, ce que je peux comprendre puisque ca implique deux des choses qu’il préfère, les bonbons et les costumes ! Et va pour la soirée, il faut juste que je trouve à le faire garder pour qu’on puisse être tranquille. » Elle s’agita ensuite dans son sac, pour en sortir un paquet de cigarettes, elle en alluma une et tendit le paquet à son mari qui s’en saisit. « Déguisement hein ? ca veut dire que tous les gars du club seront soumis à cette règle ? Parce que ca promet pour certains ! Quant à toi monsieur, je quitte jamais mon cuir, je ne demande qu’à voir ca !» Elle lui décrocha un sourire plein de provocation comme si elle le mettait au défi, tandis qu’il lui rendit son paquet de blondes en jetant un coup d’œil furtif, mais qu’elle eut le temps de saisir vers sa main gauche qu’elle avait tendue pour se saisir des cigarettes. Elle savait pertinemment à voir l’air qui couvrait son visage que c’était son alliance qu’il cherchait et ne pouvait décemment pas trouver à son doigt. « Ils me l’ont prise. À la banque, ils ont pris tous nos bijoux, c’est le seul que j'avais sur moi, je suis désolé, je sais que c’était un bijou qui était dans ta famille depuis longtemps. » Elle grimaça, évidemment que ce n’était pas de sa faute, mais ca n’enlevait en rien le fait que cette bague avait une valeur plus sentimentale qu’autre chose pour le motard et qu’elle avait disparu sans aucun espoir de la retrouver un jour.
© GASMASK

_________________



Crawl from the wreckage one more time.
Horrific memory twists the mind. Dark, rutted, cold and hard to turn
Path of destruction, feel it burn 'Cause we hunt you down without mercy. Hunt you down all nightmare long. Feel us breathe upon your face, feel us shift, every move we trace
Revenir en haut Aller en bas

PRINCE DE LA CB 〜(•‾̑‿‾̑•)ノ
avatar
Profil
crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
Messages : 374
quartier : West side bitch
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Wait for me to come home Ft James Lun 7 Nov - 1:31

Natalia & James
Wait for me to come home.




 « Elle est géniale, elle le garde régulièrement depuis ses deux ans, elle sait exactement comment l’occuper et puis elle est rarement indispo ce qui est énorme plus compte tenu des rotations pourris qu’on a au boulot. » Il sourit vaguement alors qu’elle balaie sa phrase d’un geste de main. Il l’observe parler, comme s’il redécouvrait ses manies et autres tics de langage. « Je croise les doigts pour qu’elle ne me lâche pas de sitôt. »  Il ne relève pas, déjà replongé dans ses pensées un peu brumeuses et toujours un peu complexes quand il s’agit de son fils. Il apprend chaque jour des nouvelles facettes de cet être jeune mais déjà éveillé et plein de ressources, plein de vie et de mystères que le motard ne saurait résoudre à ce stade là de leur relation. Il ne sait pas trop où donner de la tête, n’agit pas avec réellement d’autorité pour deux choses, d’abord parce que l’enfant bien élevé par sa mère n’est ni une tête brulée ni intenable, et ensuite parce que James n’a pas vraiment l’envie de l’être, au fond. Il n’a pas vraiment eu pour l’instant l’occasion de devoir être plus ferme ou stricte et ça lui va très bien comme ça dans un premier temps. En tout cas lorsqu’il émet enfin son idée sur Eliott, Natalia réagit pratiquement aussi tôt.

« Parce que tu en doutais ? Évidemment qu’il l’est ! Je crois que c’est bien la seule chose que j’ai réussi à faire correctement de A à Z. Je suis plutôt contente de moi, surtout quand je vois certains gamins de l’école qui sont complètement amorphe et abruti.
— Et t’as plus que raison de l’être, après tout. Puis bon, comment pourrait-il être autrement qu’étonnant quand on connaît sa mère, déjà de base génétiquement tu lui as filé un sacré coup de pouce. »

James lui sourit toujours, conscient d’être ouvertement dans une position de type qui drague mais d’un côté, il sait que Natalia est capable de déceler la part de vérité dans ses propos. C’est pour ça que la conversation avec sa femme est toujours aussi agréable, il se permet de parler comme ça lui vient, sans avoir à expliquer toujours le fond de sa pensée. Elle le connaît. Elle sait qu’il ne lui dirait pas de conneries, en tout cas en dehors de ce qui concerne les affaires internes du club, bien que parfois ça le handicape. La voix de Natalia finit à nouveau par l’extirper de ses pensées.

« En parlant de ca, dimanche prochain, je pense qu’on va aller tester ce truc de base-ball dans le North-Side, si tu veux venir taper quelques balles. »

Le KOS l’observe avec un air amusé alors qu’elle mime un lancé et lui sourit.

« Ouais, carrément, avec plaisir ! En plus je vois bien tu manques d’un peu d’entrainement… »

Ils continuent toujours de se balader tranquillement, James finit pratiquement par oublier l’appel un peu plus tôt pour se concentrer sur une fête organisée par le club et à laquelle il aimerait aller avec sa femme. Bien qu’il ne sache quasiment pas danser.

« Pourquoi pas. » Il sourit. La perspective lui plait. « J’avais de toute façon prévu d’emmener le petit chercher des bonbons, on le fait tous les ans, c’est sa fête préférée, ce que je peux comprendre puisque ca implique deux des choses qu’il préfère, les bonbons et les costumes ! Et va pour la soirée, il faut juste que je trouve à le faire garder pour qu’on puisse être tranquille. » James laisse échapper un rire.
« Sa fête préférée hein ? Ce petit a tout compris. »  La jeune femme semble chercher un truc dans son sac et en retire son paquet de cigarette, qu’elle finit par lui tendre après s’en être procuré une et bien sur il ne refuse pas.

« Déguisement hein ? ca veut dire que tous les gars du club seront soumis à cette règle ? Parce que ca promet pour certains ! Quant à toi monsieur, je quitte jamais mon cuir, je ne demande qu’à voir ca !
— Hey ! Ouais, normalement tout le monde doit être costumé, même nous, à mon plus grand désespoir tu l’imagines. Danser dans un costume, tu m’imagines ? Aucune crédibilité. Mais bon, puisque t’insistes ! Ça va chauffer ! »

Il répond à son sourire plein de provocation et par réflexe laisse retomber sur regard sur le paquet de clope qu’il lui tend à nouveau après avoir glissé une clope entre ses lèvres. Ses sourcils se froncent alors qu’il ne voit aucune trace de son alliance et pourtant, il vérifie, c’est bien sa main gauche qu’il a sous les yeux. Elle récupère son paquet et le prend de court.

« Ils me l’ont prise. À la banque, ils ont pris tous nos bijoux, c’est le seul que j'avais sur moi, je suis désolé, je sais que c’était un bijou qui était dans ta famille depuis longtemps. »

Il passe une main dans ses cheveux, affecté par la disparition de cette bague. Il ne peut pas s’empêcher de grimacer, lui aussi, tandis qu’il cherche distraitement un briquet pour allumer sa cigarette. Il reste silencieux un temps, digère l’absence de bague et finit enfin par allumer sa clope.

« L’important c’est que vous en soyez sortis sains et saufs » Il tire une latte de sa cigarette. Il sourit vaguement. « Aussi précieuse soit cette bague, c’est surement pas ta faute, t’as pas à t’en vouloir. » Il se laisser aller au silence l’espace d’un instant puis reprend.

« C’est vraiment dommage, c’est vrai qu’elle était vieille. Ma grand-mère me l’a donné, elle l’a eue de son propre père qui l’a récupérée après le décès de mon arrière grand-mère. Ça fait un bout quand même hein ? Toutes ces années. Paraîtrait-il que mon arrière grand-père a travaillé comme un fou, il voulait celle-là et pas une autre. J’imagine que c’est parce qu’il voulait cette femme et pas une autre non plus. » Il laisse échapper un sourire qu’il adresse à sa femme. C’est surement aussi pour cela qu’il lui avait donnée à elle et passée au doigt le jour de leur mariage.

« Enfin, c’est pas grave… » Il interrompt sa phrase et ne sait pas réellement pourquoi il se retient d’ajouter qu’il lui en achètera une autre, qu’ils referont des souvenirs et transmettront cette bague à leur propre enfant lorsqu’il viendra lui aussi à se marier un jour. Cette possibilité ne lui est pas acquise et il ne veut pas à nouveau gâcher le moment mais cette fois à coup d’espoirs un peu trop pressés.

« J’espère que ces débiles ont été chopés par les flics. » Il espère qu’ils croupissent en prison à sa place ou se soient explosés contre un arbre pour cause de connerie profonde, peu importe en tout cas, James ne leur souhaite que du mal. « Si c’est un moyen pour me soutirer des diamants et des bracelets d’or, t’as juste à me dire s’il te plait et que je suis le plus beau hein ! » Il préfère d’ores et déjà faire mine de s’éloigner histoire d’éviter un coup et lui sourit, tirant une taffe de sa cigarette. « Une tiare madame ? Rubis, saphir, émeraude ? Ce sera quoi pour vous madame manning ? » Il la taquine bien sur, s’efforçant d’éviter l’idée du manque de bague autour de l’annulaire gauche de celle qui reste encore aujourd’hui, sa femme.

© code par Nostaw.
Revenir en haut Aller en bas

PRINCESSE DE LA CB ✩◝(◍⌣̎◍)◜✩
avatar
Profil
crédits : @me
Messages : 549
quartier : Southside Chicago
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Wait for me to come home Ft James Jeu 10 Nov - 17:52

Wait for me to come home

We keep this love in a photograph - We made these memories for ourselves Δ James & Talia


Il profite de l’élan de fierté de Natalia pour rajouter une couche de compliments non dissimulés qu’elle accueille avec un sourire, si la génétique avait fait son travail, l’environnement et les conditions dans lesquels était né et avait grandi le petit garçon étaient elles, loin d’être optimales. Pourtant malgré tous ces freins la jeune femme avait toujours tâché de faire en sorte que son fils ne manque de rien, elle s’était privé, elle avait travaillé dur puis encore plus dure quand elle s’était rendu compte que ce n’était, malgré ses efforts, pas suffisant, elle avait appris à jongler avec ses revenus, avec le temps qui lui manquaient et avec la solitude de sa situation et cinq ans après même si rien ne saurait s’approcher de la perfection qu’elle aurait voulue pour lui, elle éprouvait tout de même une certaine fierté à voir qu’Eliott était un enfant équilibré et épanoui et ca elle ne le devait qu’a elle-même. « Je ne sais pas si la génétique l’a vraiment équipé pour le futur mais une chose est sûre ce gamin ira loin, je m’en assurerais personnellement et en attendant il a toujours cette allure charmante héritée de sa mère.» Elle ne savait pas de quoi demain serait fait, ni quelle direction son garçon allait prendre mais elle ferait son possible pour le tenir aussi éloigné de celle que son père avait prise un jour, le club pouvait rôder tout autour d’eux, être part entière de leur environnement, jamais elle ne les laisserait embrigader cet être qu’elle s’appliquait à protéger avec férocité jour après jour. Elle laissa échapper un rire amusé et enchaîna en proposant à son mari de se joindre à eux lors de leur prochaine sortie, celui-ci accepta immédiatement et en profita pour lui faire remarquer qu’elle manquait clairement de pratique en ce qui concernait le base-ball, elle leva les sourcils et lui lança un regard laissant apparaître une certaine provocation, parsemé de scepticisme. « Oh je suis sûr que je peux te mettre une raclée alors fait attention James ! »

Il était agréable de pouvoir converser de façon aussi simple, sans se poser des milliers de questions, comme s'ils étaient des amis que la vie n’avait pas violemment piétinés et quand bien même une petite voix dans son esprit lui soufflait sans cesse que tout cela n’était pas sans arrière pensée pour son mari, elle essayait autant qu’elle le pouvait de faire taire cette litanie qui chantonnait à ses oreilles pour se concentrer sur l’invitation qu’il venait à son tour de lui lancer. Natalia avait toujours aimé Halloween, c’était une fête amusante, bon enfant et elle aimait bien se costumer, un tiercé plutôt gagnant et qui l’encourage prestement à accepter la proposition, non s’en prendre la peine de se moquer un peu, parce qu’elle savait pertinemment que son mari n’était quant à lui pas fan des costumes et encore moins des pistes de danse, elle avait bien eu l’occasion de s’en rendre compte au fil des années qu’ils avaient tous deux partager. « On s’en fiche de ta crédibilité, tout le monde sera costumé, tu risques pas grand-chose. Je t’ai connu plus audacieux et aventureux et de toute façon comme tu la dis tu n'as pas le choix et tu peux pas me laisser en plan alors j’ai hâte d’assister au spectacle! »

Elle allume sa cigarette tandis que le motard pioche dans le paquet qu’elle lui a tendu et laisse glisser son briquet dans la poche de son gilet, avant de tendre la main pour récupérer le sésame, non s’en remarquer le regard insistant qu’il pose sur sa main gauche, immédiatement et comme si elle s’était attendu à devoir s’expliquer à un moment ou à un autre elle justifie le fait qu’aucun anneau ne s’affiche à son annulaire. À dire vrai, elle aurait pensé que ce moment ce serait présenter bien plus tôt, mais cela n’avait pas été le cas et aujourd’hui elle avait au moins l’excuse de la banque pour justifier le fait que son alliance avait quitté son doigt depuis maintenant plus d’un an. Évidemment James ne la blâme pas, comment le pourrait-il après l’expérience traumatisante qu’elle et leur fils avaient traversée ? Elle regrettait ce bijou, elle l’avait toujours particulièrement chéri mais il fallait se faire à l’idée qu’il n’en reverrait jamais la couleur. Les paroles de James ne la mettent pas vraiment à l’aise, elle connaît l’histoire de cette bague, il le lui a raconté lorsqu’il le lui a passé au doigt et elle se sent un peu consternée de ne pas être en mesure de pouvoir la lui rendre, mais elle n’en dit rien, elle se contente de tirer une latte sur sa cigarette.

« C’est pas grave »

Ça sonne un peu faux mais cela ne sert à rien de rebondir, elle est partie et c’est une vérité actée et définitive « J’espère aussi mais je doute que ceux qui ont réussi à se faire la malle ne soient retrouvés. La police a beau dire, je ne suis pas certaine qu’ils continuent vraiment de chercher, ils ont leurs deux-trois coupables et ont l’air de s’en contenter. » Elle hausse les épaules tandis qu’il tâche désormais de dédramatiser la conversation et de détendre l’atmosphère à grands coups d’humour et de sourires charmeurs. « Hum je crois que si je me pointais au boulot avec une tiare ou des diamants au poignets, non seulement je ne les garderais pas longtemps, mais en plus je risque de voir mes pourboires s’envoler lâcha-t-elle en riant. Ceci dit à la place je veux bien une maison où mon poids en pizza, non plutôt ton poids en pizza ça en fera nettement plus. Elle lui colla un coup d’épaule délicat avec un sourire. Garde ton argent pour les études d’avocat ou de médecin de ton fils, je te l’ai dit j’ai de grands projets pour lui et puis depuis quand t’es Crésus ? T’as gagné une prime de risque en passant par la case prison. » Pas sûr que ça le fasse rire même si elle n’avait pas là l’intention de ternir la conversation, ils avaient souvent été capable de rire du pire, restait à voir si c’était toujours le cas, le sujet ils ne l’avaient pas encore vraiment abordé à dire vrai et ils leur faudrait sans doute le faire à un moment ou à un autre.
© GASMASK

_________________



Crawl from the wreckage one more time.
Horrific memory twists the mind. Dark, rutted, cold and hard to turn
Path of destruction, feel it burn 'Cause we hunt you down without mercy. Hunt you down all nightmare long. Feel us breathe upon your face, feel us shift, every move we trace
Revenir en haut Aller en bas

PRINCE DE LA CB 〜(•‾̑‿‾̑•)ノ
avatar
Profil
crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
Messages : 374
quartier : West side bitch
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Wait for me to come home Ft James Mar 22 Nov - 11:26

Natalia & James
Wait for me to come home.




« J’espère aussi mais je doute que ceux qui ont réussi à se faire la malle ne soient retrouvés. La police a beau dire, je ne suis pas certaine qu’ils continuent vraiment de chercher, ils ont leurs deux-trois coupables et ont l’air de s’en contenter.
Les flics hein… » Il ne peut s’en empêcher, sa petite rancune contre les forces de l’ordre n’est pas nouvelle et à vrai dire il ne saurait dire en réalité si cela le quittera un jour. Il a déjà eu affaire à eux, assez de fois pour savoir que certains sont plus pourris que le pire des KOS et s’affirment uniquement à travers leurs badges. Bien sur sa vision est faussée par sa petite carrière professionnelle qu’il poursuit bon chemin, première promotion, la prison. Il n’a pas choisi une petite vie rangée, il n’a pas choisi l’usine ni les études, certes, James est loin d’être un enfant de chœur derrière ses airs charmeurs et son sourire sympa. Mais il sait aussi que l’habit ne fait pas le moine et l’uniforme ne fait certainement pas un homme.

« Hum je crois que si je me pointais au boulot avec une tiare ou des diamants au poignets, non seulement je ne les garderais pas longtemps, mais en plus je risque de voir mes pourboires s’envoler. » Il rit avec elle, se l’imagine se pointer avec des bijoux plus gros que ses petits poignets. Il n’a jamais réellement pu lui offrir monts et merveilles, s’imaginant naïvement que son amour aussi pur puisse-t-il être en dessous du cuir et des apparences lui suffirait. Et elle lui avait donné cette impression, de ne se satisfaire d’un rien et ça aurait pu continuer ainsi s’il n’avait pas accepté la prison.

« Ceci dit à la place je veux bien une maison où mon poids en pizza, non plutôt ton poids en pizza ça en fera nettement plus.
— « Nettement plus » ? Hé oh, j’ai aucun gras là-dedans madame et non tu n’as pas heurté ma virilité ! » déclare-t-il d’un ton solennel. Il fait le pitre, bombe le torse quelques secondes avec un regard censé représenter l’homme fier de sa carrure avant de se dégonfler en souriant comme un abruti. Un abruti content de pouvoir partager des moments simples avec sa femme. Elle-même qui d’ailleurs lui colle un léger coup d’épaule. Il répond au sourire qu’elle lui adresse et redevient un peu plus sérieux alors qu’elle élève la voix à nouveau.

« Garde ton argent pour les études d’avocat ou de médecin de ton fils, je te l’ai dit j’ai de grands projets pour lui et puis depuis quand t’es Crésus ? T’as gagné une prime de risque en passant par la case prison. »

Son sourire s’estompe un peu et il passe une main à l’arrière de son crâne. Il n’a pas envie de parler de ça, pas ce soir, il s’est dit qu’éviter le sujet lui permettrait d’oublier un peu, pour lui et pour elle d’ailleurs. Il laisse échapper un petit rire nerveux.

« Touché. »

Il esquisse un sourire, replongeant ses mains dans ses poches.

« Non mais puisque tu en parles, je co-gère le garage moi madame, alors maintenant je me baigne dans les billets, je me fais des masques avec même, pour les cheveux et le visage, et le reste, tu vois. » Il change assez rapidement de sujet, il se refuse à aborder cela ce soir. Le motard ne veut pas couper sa femme dans son élan, mais il se dit que si elle veut aborder le sujet peut-être qu’elle le fera de manière plus sérieuse, pour l’instant, il veut que l’idée soit encore abordée sous l’angle de la plaisanterie, que cela n’assombrisse pas plus le nuage au-dessus d’eux. L’appel de Thomas a déjà failli tout foutre en l’air alors il ne veut pas que ça recommence.

« Et ouais attends, tu peux m’appeler Mr le directeur. Ou Boss, ou Mister J, ou j’en ai surement plein d’autres comme ça. »

Il la taquine toujours et la conversation continue, sur des sujets variés, un peu de tout et un peu de rien, ce qui fait plaisir à James lorsqu’il comprend que l’ombre de la prison s’éloigne un peu. Il marche donc, tranquille, apaisé, un certain temps aux côtés de sa femme qu’il a l’impression de retrouver. Qu’il espère, serait un terme plus juste très certainement. Mais plus il l’observe bouger, plus il l’écoute parler, plus il sait pourquoi il la veut toujours à ses côtés.

C’est lorsqu’elle émet un premier bâillement entre deux phrases qu’il semble se réveiller. Il jette un coup d’œil à sa montre pour s’apercevoir qu’il n’est pas loin de vingt-trois heures. Ils ont marchés, parlés et ce à en perdre le temps de vue. Instinctivement ils ont fait demi-tour et ne sont pas loin de l’endroit où James a garé sa moto. Le film est visiblement terminé mais on entend encore le léger son de certains des spectateurs encore assis à discuter. Lorsqu’ils arrivent à la hauteur de la moto, James se saisit du casque et le tend à nouveau à Natalia.

« Voilà ta tiare ! »

Grand sourire.
Il s’installe dans un premier temps sur la moto, récupérer ses gants en cuir dans sa poche intérieur et tandis que Natalia s’installe à son tour. Il ne peut s’empêcher de sourire, de se dire « qu’ils ont l’habitude », il n’a même pas besoin de lui dire de bien s’accrocher, elle sait ce qu’elle fait.
Le chemin jusque chez elle n’est pas très long. Le motard modère sa vitesse comme chaque fois qu’il a quelqu’un extérieur au club assis avec lui sur la moto. Il profite de ce moment tranquille, les voyages en moto sont toujours un moment qu’il apprécie, qui l’apaisent. Ça lui permet de réfléchir et de s’évader sans vraiment le faire puisqu’il revient toujours à la maison au final. Il avait nourri secrètement un jour le désir de faire le tour de l’Amérique, tranquillement posé sur sa moto. Aujourd’hui il a complétement abandonné cette idée mais multiplie les ballades en moto quand il a le temps et l’envie.

« Et voilà madame ! »

Même si les trajets sont toujours relativement courts.
Il récupère le casque dont Natalia se détache et descend lui aussi de la moto.

« Je peux monter avec toi ? »

Il lui sourit alors qu’ils avancent et puis grimpent les escaliers, continuant leur discussion comme s’ils ne l’avaient pas interrompus entre le moment de leur départ et leur arrivée devant l’immeuble de Natalia. Lorsqu’ils entrent dans l’appartement, Taylor est là bien sur, bouquinant un truc sur le canapé de sa femme, le silence règne dans la maison et ce n’est pas pour lui déplaire, une sorte de silence bienveillant, pas ceux qui annoncent les mauvaises nouvelles.
Il lui adresse un signe de la main puis suit Natalia jusque dans la chambre de son fils. Il ne reste pas longtemps, veut juste voir son fils et puis rentrer tranquillement chez lui. Il est profondément endormi lorsque les deux parents arrivent dans sa chambre et n’a pas l’air de souffrir de cauchemars – pas encore peut-être, il paraît même plutôt calme à la lumière de la veilleuse. Il se penche pour lui poser un léger baiser sur le front et sort pour laisser Natalia lui dire bonne nuit à son tour.

« T’habites où Taylor ?
— Oh, pas bien loin. »

Il attend sa femme dans le salon tandis que la baby-sitter s’éloigne pour s’habiller. Natalia les rejoint enfin et lui adresse un sourire. Elle discute un peu avec Taylor, que James attend puisque :

« T’as peur en moto Taylor ?
— Euh…
— Bien ! Alors je te ramène. »

Il adresse un grand sourire aux deux nanas avant de ne se concentrer que sur Natalia, Taylor lui ayant déjà dit au revoir visiblement puisqu’elle sort de l’appartement alors que James lui ouvre la porte.

« Bon la prochaine fois je t’emmène voir… Blade Runner, ça te va ? Non ? »

Il lui sourit, la taquine puis se rapproche d’elle et se penche pour poser un baiser sur sa joue, une main posée sur sa hanche.

« Bonne nuit.
— Bonne nuit. »

Il lui adresse un dernier sourire avant de passer la porte et rejoindre Taylor, à qui il tend le casque que Natalia portait. Elle est toute petite, et il ne manque pas d’ailleurs de la taquiner alors qu’elle grimpe sur la moto de James, histoire de parfaire sa réputation de relou. Un dernier regard à l’appartement lui apprend qu’elle n’a pas encore éteint ses lumières et d’ailleurs il l’aperçoit à la fenêtre. Il lui adresse un geste de la main et démarre la moto pour ramener Taylor chez elle, puis rentrer à la maison, calme et plutôt apaisé.

FIN

© code par Nostaw.

_________________
when I was a man, I thought it ended ; when I knew love's perfect ache. But my peace has always depended, on all the ashes in my wake.
YOU SOON FIND YOU HAVE FEW CHOICES
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: Wait for me to come home Ft James

Revenir en haut Aller en bas
 

Wait for me to come home Ft James

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» Davy James' Fiche technique
» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)
» All i wanted was you [PV James Stanford]
» Présentation de James-Potter
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: South Side :: MAUREEN'S TAVERN-