Partagez | 
 

 Take me down to the fighting end - Natalia

Aller en bas 
avatar



crédits : Me
messages : 312
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Take me down to the fighting end - Natalia   Ven 6 Juil - 0:37

Take me down to the fighting end
EXORDIUM.
Ils se trouvent tous les deux en terrain miné. Peut-être même plus Thomas que Natalia. Il a l’impression de marcher constamment sur des œufs à chaque mot qu’il prononce, chaque sensation qu’il essaie de le lui expliquer le plus clairement possible. Il a toujours été bon orateur mais ce soir, il a l’impression d’être un manche. Et la dernière réplique qu’il a balancée, il n’aurait peut-être pas dû même si ce sont de vraies questions qu’il se pose.

- Je sais. Le problème était pas là Thomas, pour commencer ce n'était pas la place d'un bébé, je sais que personne ne veut comprendre ma décision, le fait que je n'ai jamais voulu l'emmener là-bas, mais ce n'était pas une façon de punir James loin de là, ça me brisait le coeur tout autant qu'à lui, mais je n'avais que l'intérêt de mon fils en tête et je ne voulais pas que tout ça fasse partie de sa vie... Ça ne m'a pas empêchée de lui parler de son père, de faire en sorte qu'il ne soit pas un inconnu ou juste une figure lointaine.

C’est pas qu’ils ne veulent pas mais plutôt qu’ils n’y arrivent pas. Enfin pour lui, c’est comme ça que ça se passe dans son crâne, où il a beau essayer de comprendre mais éprouve visiblement toutes les difficultés du monde à le faire. Il se dit que c’est peut-être parce qu’il n’est pas parent, qu’il ne peut pas réussir à visualiser et à envisager toutes ces décisions alors qu’il n’a aucune autre attache que les KoS, sa sœur et sa mère.
Pourtant, ce que lui dit Nat lui parle un peu. Tout le monde n’a pas envie de voir son gosse évoluer entre le quotidien et la taule, le parloir, la frustration d’Eliott de ne pouvoir voir son père qu’au travers une vitre ou pendant des visites minutées avec interdiction de se toucher.

- Je me suis pas tourné vers vous parce que vous m'avez pris mon mari Thomas ! Le club m'a tout pris et la dernière chose que je voulais, dont j'avais besoin, c'était de laisser ne serait ce qu'un seul d'entre vous imaginer que votre frics et votre pseudo soutien suffirait...que ça compenserait de quelque façon que ce soit le fait que VOUS l'avez mis en prison ! Je voulais plus de tout ça tu comprends, j'avais besoin de me reconstruire toute seule, les Kings s'étaient juste une famille de plus qui m'avait laissé tomber...toi le premier.

La violence de ses mots le percute et si jusque-là Thomas a fait preuve de calme et d’effort, il éprouve cette fois toutes les difficultés à rester droit, à ne pas s’enflammer. A ne pas briser tout ce qu’il est entrain de construire à coup d’excuse et de fierté ravalée. Il a du mal à encaisser, à prendre sur lui. Parce qu’il éprouve toutes les difficultés du monde à entendre que tout ce qu’ils lui ont offert n’était qu’un « pseudo » soutient, comme s’ils se forçaient à vouloir l’aider. A vouloir la relever. Les KoS ont peut-être aux yeux de beaucoup, énormément de chose à se reprocher. Ils ne sont pas parfaits. Mais s’il y a une chose qu’on ne peut pas leur enlever, c’est la loyauté. Et que Natalia crache sur ça sans hésitation, lui soulève le cœur. Ils ne lui ont pas enlever James puisque ce dernier à toujours fait partie du cercle, de cette communauté… Et Natalia savait parfaitement à quoi s’en tenir. Savait que les Kings ne sont pas des enfants de cœur. L’injustice lui court les veines, lui donne des sueurs froides mais il ferme sa gueule, garde ses lèvres bien scellées pour ne pas commettre d’impair.

- Je sais ce que tout le monde pense de moi, je sais pertinemment les présomptions que la plupart d'entre vous garde me concernant et je m'en fiche pour être honnête, mais pas James, c'est pour ça que j'essaye de faire autant d'efforts que je le peux pour retrouver une place dans cette famille et crois moi ça me demande beaucoup...parce que je serais toujours en tort dans ce monde, je serais toujours celle qui a trahi le clan quand vous l'avez fait bien avant moi.
- Nous ne t’avons jamais trahi Natalia.

C’est avec de multiples efforts que Thomas réussit à faire en sorte de garder un ton direct mais calme. Il ne s’emporte pas, prend sur lui encore une fois et essaie du mieux qu’il peut de ne pas lancer une nouvelle allumette sur cette flaque d’essence que représente leur relation détruite quelques années auparavant. Parce que cette relation, il veut la recoller. Et putain, tous ceux qui le connaissent sauraient que là, il fait son maximum.

- J’entends tout ce que tu me dis, je comprends que tu aies eu les nerfs, que tu en aies voulu à la terre entière parce qu’on peut difficilement digérer ça sans être en colère. Tout comme je comprends que tu aies refusé notre aide pour protéger un maximum de ton fils, pour te préserver toi pour affronter tout ce qui t’attendais… Tu as réagi comme une mère et personne ne peut te reprocher ça. Mais toute l’aide que les Kings ont voulu te donner n’était pas factice Nat’. Vraiment. On se serait plier en quatre pour vous parce que tu faisais partie de la famille, que James soit en prison ou non ça ne changeait rien pour nous. Je sais qu’on est loin d’être parfait mais s’il y a une chose que personne ne peut nous enlever c’est la loyauté et c’est exactement ce que nous avons été envers toi : Loyaux. Et c’est encore le cas aujourd’hui même si tu penses que nous sommes tous là à te juger, on sera toujours présents si tu as besoin de nous.

Il prend le temps de lui expliquer, de remettre la vérité à sa place. Et le plus beau dans tout cela, c’est qu’il arrive aujourd’hui plus ou moins à pouvoir entendre et comprendre que Natalia a eu besoin de cette fuite pour se reconstruire, pour tenter de faire face à ce violent coup dur même si les KoS auraient pu lui rendre la vie plus facile. Peut-être que Thomas et elle auront toujours cette divergence d’idée à ce sujet mais peu lui importe tant qu’ils réussissent à s’expliquer, à se faire entendre sur le point de vue de chacun pour qu’ils puissent dans les mois à venir, passer à autre chose.
Le hacker inspire, passe une main sur son visage fatigué.

- Nous sommes venus pour intégrer les KoS, on savait pour quoi on signait, à quoi s’attendre. On ne te l’a pas pris Nat, on ne l’a pas mis en prison, ça n’est pas aussi simple que ça. Il a fait ce que tous les autres membres auraient fait à sa place. James a été désigné parce qu’il était celui qui s’en sortait avec le moins d’années de taule. Et il a accepté parce qu’il savait à quoi s’attendre en venant au club, parce qu’il fait partie de la famille. Tu sais pertinemment que si demain les flics devaient nous tomber de nouveau sur la gueule, je n’hésiterais pas un seul instant à prendre sa place pour éviter que vous ne reviviez ça. J’ai été le voir quasiment tous les jours, j’ai vu à quel point ça le détruisait à petit feu. Personne ne la laissé partir de gaîté de cœur, moi le premier. Mais tu es la mieux placé pour savoir que tu ferais absolument TOUT pour protéger ta propre famille. Que tu n’hésiterais pas une seule seconde à prendre pour ton fils. Et c’est exactement ce que James a fait avec nous. Ça peut te paraitre injuste mais ce sont les règles et les principes fondamentaux de cette fratrie. On se serre les coudes, on se soutient et on se protège. Tous.


C’est une histoire de famille, qui remonte à des générations maintenant. Leur fidélité est sans borne, inébranlable et c’est exactement sur cette base qu’est fondé ce club. Thomas y a trouvé sa place, un refuge pour le vilain petit canard qu’il était. James y a trouvé une vraie famille. Un père. Des frères. Tout ce dont il manquait lorsqu’il crapahutait les rues avec Thomas lorsqu’ils étaient bien plus jeunes. Jamais ils ne laisseraient tomber les membres des Kings. Même ceux qu’ils apprécient le moins.
Thomas essaie au mieux de lui faire comprendre et entendre que jamais aucun d’entre eux n’auraient prit plaisir à le foutre en prison ou l’aurait fait consciemment, sans avoir lourdement réfléchit cette décision. Il n’oubliera jamais le crève-cœur que ça a été pour lui-même de voir partir son frère, celui qu’il connait depuis gamin, partir pour croupir en taule pour six longues années.

Hunt plante son regard dans celui de Natalia, se montre toujours aussi sincère et aussi calme, ce qui relève du miracle pour un type comme lui.

- Je comprends que tu n’aies pas voulu mêler Eliott à tout ça. Tu as agi en tant que mère, pour vous préserver tous les deux et je n’avais aucun droit de te juger pour ça. Je suis vraiment désolé d’avoir réagi comme ça. Tu as fait ton choix, comme James a fait le sien. J’aurai dû prendre du recul et chercher à comprendre les raisons de ton éloignement parce que personne ne peut te reprocher d’avoir voulu protéger ce que tu as de plus précieux. Mais encore une fois, quoi que tu penses, quoi que tu te dises, nous sommes tous là pour toi parce que tu es l’une des autres et que l’on te considère comme telle.  

Lui le premier, encore une fois. Même s’ils ont désormais un passif houleux, qu’elle lui en veut probablement toujours à mort pour tout ce qu’il lui a dit, Thomas n’hésiterait pas une seconde à lui fournir la moindre aide. Quelle qu’elle soit. Elle compte encore pour lui, peut importe la rancune qui flotte encore légèrement dans ses veines et qui finira certainement par s’estomper définitivement avec le temps, Natalia reste une personne précieuse pour lui, dans cette vie qu’il a consciemment choisit aux côtés de James.


_________________

   
The atom will implode
The fragile kingdom fold. The tremor becomes a quake. And there's a body in the lake and as the two of us rebel, and damn you all to Hell I wonder: is this all there is?

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 489
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 5 mois et demi ( fin mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: Take me down to the fighting end - Natalia   Mer 8 Aoû - 0:02




Talia & Thomas



Take me down to the fighting end


CCa ne l'étonne pas qu'il ne puisse pas comprendre pourquoi elle s'était sentie trahie, pourquoi d'une certaine façon elle le ressent toujours. Il n'a pas d'attache, pas de famille, personne qu'on lui a soudainement arraché, elle ne dit pas qu'il n'a pas eu sa dose de déception et de malheur, elle sait que c'est loin d'être le cas et que son histoire familiale est relativement particulière, mais ça ne lui permet pourtant pas de comprendre ce qu'elle a pu ressentir, comment de là où elle se trouvait elle avait pu envisager ce qui lui arrivait, ce qui arrivait à James, à leur famille pas encore tout à fait complète. Alors, à cette affirmation qu'il lui lance, elle ne répond pas et reste silencieuse et inexpressive, c'est le mieux qu'elle puisse faire pour ne pas venir à laisser sa frustration l'emportée de la mauvaise façon, parce qu'elle sait qu'il fait des efforts et que sa démarche est méritante.

Il poursuit et tente à son tour de faire valoir son point de vue et elle apprécie qu'il veuille bien reconnaître que sa colère était légitime et que son éloignement puisse se comprendre, c'est une avancé qui lui semble considérable depuis le début de cette éprouvante conversation et elle espère que ce ne sont pas là des mots ayant pour seul but d'y couper court en allant dans son sens. Ca ne serait pas franchement logique, mais elle ne peux pourtant pas s'empêcher d'y penser. « Mais… Parce que forcément il en fallait un et elle l’attendait. toute l’aide que les Kings ont voulu te donner n’était pas factice Nat’. Vraiment. On se serait plier en quatre pour vous parce que tu faisais partie de la famille, que James soit en prison ou non ça ne changeait rien pour nous. Elle sait que c'était l'idée, mais la subtilité est toute personnelle et pour elle, pour elle le fait que James soit en prison changeai tout. La jeune femme a bien conscience que ça ne veut pas dire que ça ne changeait littéralement rien, non c'est par rapport à elle que ça ne changeait rien, mais était-ce vraiment le cas ? Pourquoi l'avoir traité de cette manière si vraiment ça ne changeait rien ? Parce que Thomas aura beau dire ce qu'il veut, aura beau croire à ces belles paroles dont il se berce, mais la vérité c'est qu'elle doute très franchement qu'il se soit permis de lui parler de la sorte si son mari avait été dans les parages. Elle pousse un soupir fatigué alors qu'il termine sa phrase, son regard s'égare un instant vers sa cuisine et elle glisse inconsciemment sa main droite sur son ventre avant de hocher la tête machinalement. La loyauté, le fondement des KOS comme James aime à le dire et elle le croit, ils le sont, ce n'est pas ce qu'elle dit...Elle ne dis rien, mais son corps semble pourtant se détendre un peu, peut-être que c'est perceptible, peut-être pas, mais en tout cas elle, elle le sent, dans ses épaules et dans les traits de son visage. Lorsque son regard vient cette fois se poser dans le sien, elle hoche de nouveau la tête comme un accord silencieux à ce qu'elle dit, même si elle ne sait pas vraiment comment y répondre. Le silence s'étend juste quelques dizaines de secondes comme pour sceller ce premier pas l'un envers l'autre et Thomas s'y appuie pour poursuivre sa réflexion.

De tout ce qui s'échappe de sa bouche elle a connaissance et il a raison sur ce point elle sait, elle sait comment ça marche, elle sait les risques et elle les a acceptés bien volontairement lorsqu'elle en a épousé un membre, mais la vérité et ce qui est bien plus compliqué que la plus évidente des logiques c'est que quand bien même ce dont elle a conscience, quand bien même ce qu'elle croyait pouvoir encaisser quand tout n'était que des si....la réalité est bien différente et elle ne saurait même pas comment l'expliquer avec suffisamment de précision pour retranscrire ce qu'elle avait ressentie et en toute franchise ce qu'elle ressent toujours. Evidemment qu'elle tique un peu lorsqu'il dit qu'ils ne l'ont pas mis en prison, mais elle s'efforce de faire au moins autant d'efforts que lui, de calmer la tempête hormonale qui pourrait si facilement la transformé en au choix une dangereuse bombe a retardement ou pas moins horrifique en véritable fontaine et c'est difficile et demande un sacré bout de concentration. -Mais tu es la mieux placé pour savoir que tu ferais absolument TOUT pour protéger ta propre famille. Que tu n’hésiterais pas une seule seconde à prendre pour ton fils. Et c’est exactement ce que James a fait avec nous. Il faut reconnaître au fils Hunt d'avoir pour le coup taper dans le mille dans son choix de mots et d'exemple, parce que c'est là quelque chose que la Serbe ne peut franchement pas renier ou contredire, elle ferait n'importe quoi pour son fils, littéralement n'importe quoi et dans ce sentiment elle peut se retrouver bien plus facilement que dans une fraternité qui ne reste pour elle qu'un concept lointain et inconnu et ca résonne dans sa tentative de compréhension et par miracle efface un peu le début de sa reprise de parole qui avait un petit peu fait monter la jeune femme dans les tours.

- Je comprends que tu n’aies pas voulu mêler Eliott à tout ça. Tu as agi en tant que mère, pour vous préserver tous les deux et je n’avais aucun droit de te juger pour ça. Je suis vraiment désolé d’avoir réagi comme ça. Tu as fait ton choix, comme James a fait le sien. J’aurai dû prendre du recul et chercher à comprendre les raisons de ton éloignement parce que personne ne peut te reprocher d’avoir voulu protéger ce que tu as de plus précieux.

Elles sont finalement là. Les excuses qu'elle attendait, celles qu'elle avait voulu entendre et elle ne sait pas vraiment ce que ça lui fait. Elle les apprécie c'est certain, ça la touche aussi que finalement il reconnaisse même après que tant de temps se soit écoulé qu'il avait mal agi et qu'elle ne méritait pas ce qu'il lui avait jeté au visage, parce que ça venait attester de l'injustice dont elle avait toujours eu l'impression d'avoir subi et c'est en quelque sorte un soulagement.

Mais encore une fois, quoi que tu penses, quoi que tu te dises, nous sommes tous là pour toi parce que tu es l’une des autres et que l’on te considère comme telle. Elle veut bien le croire en ce qui le concerne, mais la demi-mesure s’applique d’elle-même parce qu’elle n’a aucune certitude que c’est bien le cas de tout le monde, c’est un peu facile pour lui de parler pour les autres, mais elle prend-là ce qu’elle a à prendre et c’est déjà elle l’estime, suffisant.

-Je ne dénigre pas les qualités du club tu sais. Je suis bien placée pour savoir qu’il en a bien plus que ce que les gens peuvent penser. Elle laisse un mince sourire contrit s’étendre furtivement sur ses lèvres. Je sais ce qu'il représente pour James et pour toi aussi, je sais ce que ca a changé pour vous à l'époque et je ne remets pas ça en cause, pas plus que la loyauté dont vous pouvez faire preuve entre vous. Elle prend une inspiration et continue pas vraiment sûre de ce qui pourrait encore sortir de sa bouche alors qu'elle parle comme les mots lui viennent. Mais être un membre et être une old lady ce n'est pas la même chose et je ne te demande pas de le comprendre, ce n'est pas vraiment possible, mais mon expérience de tout ca a laisser des traces...je ne sais pas si elles pourront disparaître, j'en doute, mais j'essaye du mieux que je peux de passer au-dessus pas seulement pour James, pour Eliott et pour le bébé, mais aussi pour moi, parce que quoi qu'il m'en coûte c'est ma vie et je n'ai pas l'intention d'aller contre. Elle change de position et se redresse un peu. Je te remercie. D'avoir fait la démarche de bien vouloir comprendre et ma réaction et tes erreurs, ca compte beaucoup pour moi. Ca n'est pas facile pour autant, ça n'efface rien, mais ca ouvre clairement plus de possibilité dans le futur qu'il n'y en avait eu pendant bien des années. Ça n'a été facile pour personne et crois moi je sais que la rancune est facile à laisser s'installer, mais je ferais des efforts, je te l'ai dit je tiens à regagner une place, je n'ai pas l'audace de croire que je puisse retrouver celle que j'occupais avant tout ça, mais je ne veux plus rester en dehors, pas quand mon mari à les deux pieds dedans. Quant à toi et moi Thomas, je ne sais pas ce que ça pourra donner je ne vais pas mentir, mais je veux bien essayer de repartir de zéro, n'en attend juste pas trop parce que ça va demander du temps...et moins d'hormones et de fatigue. Et...comment dire ça avec un tact qu'elle n'a pas toujours. Je sais que James est ton meilleur ami et bien plus ton frère que tous les autres, mais cette place doit quand même avoir ses limites, j'ai besoin que tu t'y tiennes...ce qui se passe entre lui et moi ne regarde que nous Thomas et tu ne peux plus t'y immiscer comme ca a été le cas, pas si on veut que tout ça fonctionne. » Ce n’est pas là une attaque, ni une demande qu’elle estime insensée, mais il était important qu’elle protège un minimum leur famille pour laquelle elle voulait préserver une identité propre.
(c) black pumpkin


_________________



We don't know who we are until we're connected to someone else. We're just better human beings when with the person we're supposed to be with. I wasn't supposed to leave...I belong here.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Me
messages : 312
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Take me down to the fighting end - Natalia   Dim 19 Aoû - 23:48

Take me down to the fighting end
EXORDIUM.
Il a dit tout ce qu’il avait à dire, ses dernières paroles marquant presque la fin de ses pensées, de tout ce qu’il voulait exposer ce soir à Nat pour tenter d’enterrer la hache de guerre une bonne fois pour toute. Thomas est conscient que cela ne se fera pas en un jour, qu’il leur faudrait du temps et de la patience mais maintenant que tout avait été dit, il se sentirait presque soulagé d’un poids. Cette sensation se confirmerait que lorsque la jeune femme aura elle-même répondu à tout cela.

- Je ne dénigre pas les qualités du club tu sais. Je suis bien placée pour savoir qu’il en a bien plus que ce que les gens peuvent penser. Je sais ce qu'il représente pour James et pour toi aussi, je sais ce que ca a changé pour vous à l'époque et je ne remets pas ça en cause, pas plus que la loyauté dont vous pouvez faire preuve entre vous.

La loyauté oui, inébranlable pour toutes personnes intégrées aux Kings, considérées comme un frère, comme un membre de la famille. Sans distinction. Thomas n’aime pas particulièrement Seb’ par exemple mais jamais il le laisserait dans la merde ou l’aidera moins qu’un autre membre car ce grand con reste son frère. Et toute cette perspective à considérablement changé sa vie, de ne plus être vu comme un paria qui ne veut pas rentrer dans le moule. Tout comme ça à changé l’existence de James de trouver enfin en ses types une vraie famille sur qui il peut compter, où qu’il soit. Les KoS ne sont pas qu’une bande de p’tits cons en moto qui s’amusent à rouler des mécaniques, jouer aux branleurs pour épater parfois des yeux de biche ou autre chose dans ce genre-là. Ils sont avant tout une communauté qui veille aux biens des personnes qu’ils aiment, qui les entourent. Des durs au cœur tendre, ou presque.

- Mais être un membre et être une old lady ce n'est pas la même chose et je ne te demande pas de le comprendre, ce n'est pas vraiment possible, mais mon expérience de tout ca a laisser des traces...je ne sais pas si elles pourront disparaître, j'en doute, mais j'essaye du mieux que je peux de passer au-dessus pas seulement pour James, pour Eliott et pour le bébé, mais aussi pour moi, parce que quoi qu'il m'en coûte c'est ma vie et je n'ai pas l'intention d'aller contre.


Là-dessus il ne peut qu’aller dans son sens. Le statut de Old Lady ne lui est pas inconnu mais il n’en comprend pas pour autant tous les rouages. Elles ont une place à tenir, doivent fermer leur gueule au bon moment, mesurer leurs actions, leurs présences. Être là sans trop l’être, savoir tenir leur place. Thomas n’a jamais vraiment eu l’occasion d’être confronter à ça, n’ayant aucune régulière – et ne comptant certainement pas en avoir une -. Mais il veut bien la croire lorsque Nat lui laisse entendre que sa place est loin d’être gagnée. Il sait qu’Alma a eu du mal à digérer cette disparition et abandon soudain du club mais si la matrone l’a poussée quelques jours, voir semaines plus tôt pour venir enterrer la hache de guerre avec Nat’, c’est qu’il y a une raison.

- Je te remercie. D'avoir fait la démarche de bien vouloir comprendre et ma réaction et tes erreurs, ca compte beaucoup pour moi.

C’est stupide mais il est touché par ces mots, par le fait qu’elle reconnaisse qu’il n’est pas qu’un connard finit et qu’il a su avoir la bonne démarche que devenir ici, tenter de recoller les morceaux. Encore une fois, tout ne s’effacera pas d’un claquement de doigts mais de nouvelles bases sont au moins posées. Il lui adresse un sourire, haussant les épaules pour exprimer que tout ça est normal finalement, qu’il fallait bien que tout cela arrive un jour. Même s’il a mis mille an avant de se décider et de se bouger le cul.
L’Ego.

- Ça n'a été facile pour personne et crois moi je sais que la rancune est facile à laisser s'installer, mais je ferais des efforts, je te l'ai dit je tiens à regagner une place, je n'ai pas l'audace de croire que je puisse retrouver celle que j'occupais avant tout ça, mais je ne veux plus rester en dehors, pas quand mon mari à les deux pieds dedans. Quant à toi et moi Thomas, je ne sais pas ce que ça pourra donner je ne vais pas mentir, mais je veux bien essayer de repartir de zéro, n'en attend juste pas trop parce que ça va demander du temps.. Et… Je sais que James est ton meilleur ami et bien plus ton frère que tous les autres, mais cette place doit quand même avoir ses limites, j'ai besoin que tu t'y tiennes...ce qui se passe entre lui et moi ne regarde que nous Thomas et tu ne peux plus t'y immiscer comme ca a été le cas, pas si on veut que tout ça fonctionne.

Ses mots sont bien plus doux, bien plus calmes qu’ils ne l’ont été tout à l’heure. Il sent dans la voix la même abdication qu’il manifeste, la même volonté à vouloir faire un pas en avant, faire un effort et pour être honnête, il n’était pas certain d’arriver à ce résultat en arrivant ici. Pas de la façon où tout cela a commencer. Mais le hacker est fier d’être parvenu à prendre sur lui, d’avoir maitrisé cette impulsivité qui, dans une autre situation, l’aurait déjà amené vers une discussion bien plus animé.

- Je ne referais pas l’erreur une deuxième fois. Tu l’sais peut-être pas mais James m’a lui aussi foutu une sacrée soufflante dans la gueule quand il a su tout ça. Je sais que j’ai dépassé les bornes et même si j’ai l’air d’être une tête de con qui agis avant de réfléchir, j’apprend quand même de mes erreurs. Surtout quand il s’agit de James et de sa famille.

Il aurait peut-être pu perdre ce lien si sacré qu’il entretient avec James pour le pas de trop qu’il a fait. Quant bien même Thomas était autant son meilleur ami que son frère, il n’en restait pas moi qu’il avait osé insulter la femme qu’il a épousé. Et ça, c’est une des limites à ne pas franchir. Même lorsque l’on est aussi proche depuis l’enfance. Thomas s’en veut encore et garde un souvenir amer de cette discussion qui a rapidement tourné à la dispute, à se faire remettre en place comme un gosse de dix ans.
Il ne refera pas la même erreur deux fois.

- Je sais que ça ne se fera pas en un jour, t’en fais pas. Ca prendra le temps que ça prendra mais j’voulais au moins qu’on réussisse à discuter pour se dire tout ça, pour repartir sur de meilleures bases. Et j’suis content qu’on est réussi à parler tranquillement. Vraiment.

Thomas est là encore sincère. Même si le début de la conversation n’était pas très encourageant, ils avaient finalement réussi à s’écouter, échanger sans monter dans les tours. Un exploit pour Hunt qui est un impulsif de première.

- Félicitation pour la grossesse. J’suis vraiment content pour vous. James est fier comme un coq.

C’est peut de le dire… Il peut voir dans les yeux de son meilleur ami à quel point le futur enfant va être accueillit avec le même bonheur qui a bercé Eliott à sa naissance. Le hacker esquisse un sourire, écoute la jeune femme lui répondre avant de se dire qu’il serait peut-être temps qu’il lui foute la paix après l’avoir déranger aussi tard.

- Je vais te laisser te reposer, il est tard et j’veux pas abuser de tout ça.


Ou plutôt, imposer sa présence encore trop longtemps alors que Nat a l’air d’être crever et d’avoir pour seul besoin : celui de dormir. Thomas se lève, sur le départ, réajustant son cuir.

- Merci de m’avoir donner une chance de m’expliquer Nat’. J’suis content qu’on ait pu discuter. Il hésite un instant à venir lui déposer un bisou sur la joue mais se ravise, se disant qu’il était encore certainement bien trop tôt pour ce genre de geste affectif. Repose-toi bien et si jamais t’as besoin de quoi que ce soir, n’hésite pas.

Il s’attarde un instant avant de prendre la direction de la porte et de sortir de l’appartement, fermant en douceur la porte derrière lui. Hunt descend les escaliers, léger sourire aux lèvres, bien trop heureux d’avoir réussi ce qu’il souhaitait en arrivant : Renouer le lien avec cette femme qu’il affectionne tant et ainsi colmater les brèches qu’il a lui-même créés.

_________________

   
The atom will implode
The fragile kingdom fold. The tremor becomes a quake. And there's a body in the lake and as the two of us rebel, and damn you all to Hell I wonder: is this all there is?

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Take me down to the fighting end - Natalia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Take me down to the fighting end - Natalia
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Milana Natalia Nina Mednikova [M.N.N.M~FINISHED]
» (F) Natalia Dyer (négociable) ϟ lil' sis, pregnant.
» Bill Clinton, G. W. Bush & the U.N. Fighting Corruption in Haiti - no joke!‏
» Kelly Kelly Vs Eve Vs Natalya
» 02. Still fighting it.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: West Side :: LOGEMENTS-
Sauter vers: