Partagez | 
 

 First Emergency - Eleesha

Aller en bas 
avatar



crédits : Avatar : Me ; Signature : Me
messages : 403
quartier : Downton - appartement dans un immeuble banal.

MessageSujet: First Emergency - Eleesha   Lun 26 Fév - 0:13

First Emergency
EXORDIUM.
Il est sur la corde raide, la fatigue lui tire les épaules et un mal de crâne carabiné ne le lâche plus depuis le début de la soirée. Josef profite du silence et du calme étrange de ce début de nuit pour finir de remplir quelques dossiers pendant que ses frères et sœurs d’armes finissent de nettoyer les camions avant utilisation.
Aujourd’hui, tout est à refaire, tout est à rattraper. Le décès de Lou reste encore imprimé en rouge, gravé dans sa mémoire qui lui fout de multiples cauchemars chaque nuit, lui rappelant avec un réalisme dérangeant la façon dont elle est morte devant eux. La douleur est aujourd’hui plus digeste, moins violente. Elle se fait sourdre, profonde, présente mais plus gérable. Force est de constater que les allers-retours auprès du psy lui font du bien, tout comme ce stage sur la gestion de la colère qu’il suit cette fois scrupuleusement. Il a mis du temps à l’accepter et pour ça il a fallu que Daya lui foute un ultimatum à la gueule, qu’elle créer de ses propres mots et de son propre départ, tout ce qu’il redoutait : son absence. Il lui a fallut des jours de silence pour qu’il comprenne l’ampleur de ses propres dégâts, à quel point il s’est comporté comme le dernier des cons pour enfin se reprendre en main…
La vie ne s’arrête pas là et quant bien même la mort de Lou le traumatise et le blesse encore profondément aujourd’hui, qu’il sait qu’il ne s’en remettra pas avant un moment, il ne peut pas se permettre de foutre sa vie en l’air. Il a bien trop gros en jeu.
Son job, ses collègues, sa famille et ses amis mais aussi la femme qu’il aime.
Josef avait désormais toutes les cartes en main, c’était à lui de savoir les utiliser correctement et d’arrêter d’être cette carcasse vide et paumée qu’il était devenu au fil des jours.

Le pompier signe quelques formulaires et se fait violemment tirer de ses pensées par l’alarme qu’il connait par cœur. Ses gestes sont automatiques, sûrs d’eux et en deux secondes à peine il est déjà dans le couloir, fermant la porte de son bureau à clé, déjà en tenu.
La course contre la montre débute et l’adrénaline grimpe déjà les échelons, venant flirter avec ses sens déjà en alerte.

- Qu’est-ce que c’est ?

Josef a déjà rejoint ses hommes et laisse un collègue monter à l’avant, tenant à être à l’arrière avec le reste de l’équipe. Réflexe né ou non de l’accident, personne ne le contredit.

- Accident de la circulation, une seule voiture qui a quitté une petite route de « campagne ». Deux adultes et une gosse, de la même famille. Pierce monte avec eux à l’arrière et claque les portes. Apparemment l’extraction va prendre du temps vu l’était de l’engin.
- Des morts ?
- On n’en sait trop rien pour l’instant.

Josef acquiesce et se tourne vers une jeune femme, la nouvelle recrue de leur équipe.

- Lewis, c’est ça ? La nouvelle recrue.

Il n’est pas formateur mais est au courant de qui rentre et qui sort de son équipe, normal. Et quant bien même ça ne le serait pas, Josef aime être au courant des personnes sur qui il devra baser sa confiance mais aussi sa vie.
Mais surtout, il veut s’assurer et veiller à ce que cette nana soit bien intégrée. Josef n’est pas con, il connait ses hommes par cœur et sait que parfois, certains se trouvent atrocement lourd en termes de sexisme, mais si « c’est pour plaisanter Lieutenant ». Quelques claques se perdent.

- Bienvenue dans l’équipe. C’est ton baptême ? Ta première intervention ?

De ce qu’il a compris, c’est sa première garde mais il n’est sûr de rien. Il laisse la jeune femme répondre d’elle-même alors que leur camion est déjà lancé à toutes vitesses sur les routes de Chicago pour rejoindre le lieu de l’accident.



_________________

   
Time will help you through but it doesn't have the time to give you all the answers to the never-ending why

   
(c)BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



messages : 134
quartier : South Side

MessageSujet: Re: First Emergency - Eleesha   Lun 5 Mar - 8:35

~Jeudi 28 décembre~

Debout dans sa salle de bain, Eleesha observe son reflet dans la glace depuis quelques minutes maintenant. Ce n’est pas vraiment son visage qu’elle regarde, elle fixe cette image qui s’est matérialisée devant elle, elle concentre ce regard pour que rien n’y soit lisible autre que de la détermination. Première garde à la caserne pour elle en ce jour et bien sûr, il y une sorte d’appréhension. Ce n’est pas son premier défi, elle n’a pas peur, elle sait qu’elle y arrivera, qu’elle saura trouver ses marques et prouver à tout le monde qu’elle mérite sa place.

« C’est parti. »

Quelques mots, lâchés dans un souffle, sans un autre destinataire qu’elle-même. Eleesha claque alors l’évier du plat de la main et quitte la salle de bain d’un pas déterminé. Elle enfile des vêtements chauds pour contrer l’hiver qui s’est rudement installé à Chicago et quitte son appartement la tête haute, le regard fier. A son arrivée à la caserne, la jeune femme est accueillie par le Capitaine et se présente ensuite sommairement à ses collègues. Le reste du temps ? Elle observe, elle écoute, elle attend. Eleesha n’est pas du genre à s’imposer dès les premières minutes. Fort caractère oui mais cela ne sert à rien de crier à tue-tête qu’elle est là. Non, pour le moment, elle n’a rien de particulier à dire alors elle sirote son café en écoutant les conversations, glanant chaque information sur des anciennes interventions ou simplement sur les tempéraments de ses collègues. Quand on lui pose des questions, elle répond avec politesse et égard mais ne s’étale pas plus que ça. Il y a certains pompiers qu’elle connait de vue, les ayant aperçus à l’hôpital lorsqu’elle y était infirmière. Cette faible proximité n’enlève rien à la tension présente dans son corps, à ce mélange d’adrénaline, d’envie et d’appréhension. Eleesha a hâte d’être sur le terrain et d’en découdre pourtant, comme lorsqu’elle était infirmière, elle sait très bien que l’agitation signifie le plus souvent que la vie de quelqu’un, d’une famille est sur le point de basculer.

Lorsque la sirène retentit, Eleesha retient de justesse un sursaut. Elle ne pensait pas qu’elle serait aussi pleine, puissante. Elle ne prend cependant pas le temps de réfléchir et dans un mouvement rapide mais maîtrisé, elle suit ses collègues. Elle enfile sa tenue aussi rapidement que possible, comme elle l’a appris et grimpe à l’arrière du camion. Elle s’installe dans un coin, tous les sens en alerte. Elle voit le lieutenant Miller grimper à l’arrière avec eux et s’enquérir auprès d’un collègue de la situation. Accident de la route. Extraction risquant d’être longue. Eleesha sent son cœur et ses entrailles se serrer. Ils ne connaissent pas l’état des victimes. Elle se prépare mentalement à ce qu’elle va voir. Ce n’est pas la première fois qu’elle est confrontée à l’horreur alors elle refuse de perdre ses moyens. La voix de son lieutenant la sort de ses schémas mental. Alors qu’il demande confirmation de son nom, elle répond avec fermeté.

« Oui mon lieutenant. »

Lewis. Elle trouve ça étrange d’être appelé à tort et à travers par son nom de famille. A l’hôpital, elle était Eleesha. Ici, c’était différent. Elle avait l’impression parfois de représenter toute sa famille. Elle s’y ferait. Miller enchaîne alors, lui souhaitant la bienvenue et lui demandant s’il s’agit bien de sa première intervention. Eleesha pourrait lui signifier qu’elle a été infirmière pendant des années et est donc habituées aux situations d’urgence. Elle n’en fera rien. Elle a confiance en elle et en ses capacités mais ne voit pas en quoi le clamer en son lieutenant aurait un intérêt. Elle n’a jamais été sur le terrain directement, au moment de l’accident et a entendu suffisamment de récits pour savoir que la claque peut être monumentale.

« C’est ça, lieutenant. »

Simplement. La voix d’Eleesha est toujours ferme et posée même si l’adrénaline ne cesse de monter au fur et à mesure des virages effectués par le camion. Elle se tient et se rend compte que ses doigts sont un peu trop serrés. Oui il y a un peu de stress, d’angoisse peut-être. Mais elle ne se fera pas bouffer.
Eleesha ne pourrait dire si le trajet lui avait paru extrêmement long ou au contraire, bien trop rapide. Mais quand le camion s’immobilise, elle bondit comme ses camarades, prête à agir. Pourtant, une fois sortie, elle se force à rester bien droite à côté du camion et à attendre. Son lieutenant doit évaluer la situation et donner des ordres. En tant que nouvelle recrue, elle doit obéir, son avis, on s’en fiche. Et pour le coup, la jeune femme n’a même pas envie de le donner. Elle voit la voiture et elle se rend compte que, malgré tout ce qu’elle a appris, son cerveau a du mal à faire des liens. Face à la situation, elle ne sait par où commencer, pourtant, elle se l’est répété des centaines de fois. Alors elle attend les ordres de Miller comme des paroles salvatrices, comme des commandes qui lui permettront enfin de sortir de sa torpeur et de passer à l’action.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Avatar : Me ; Signature : Me
messages : 403
quartier : Downton - appartement dans un immeuble banal.

MessageSujet: Re: First Emergency - Eleesha   Jeu 15 Mar - 18:27

First Emergency
EXORDIUM.
Josef se souvient de sa propre première intervention, marqué au fer rouge. Pourtant, elle n’était pas si désastreuse. Un « simple » incendie d’une baraque, la nana s’étant endormie, clope à la main, complètement épuisée par sa semaine intensive au taff. Elle s’en est sortie indemne, ses deux gamins idem, seule la maison à manger sévère. Il se souvient encore de cette adrénaline faisant fonctionner son cerveau et ses sens à plein régime, comme dopé à il ne sait quelle drogue, prêt à en découdre, à se donner à fond malgré l’appréhension de cette première fois. Il était ressorti fier de cette intervention, ayant reçu une accolade de ses frères d’armes bien plus vieux et anciens que lui, le charriant encore sur de longs mois comme étant le « bleu » jusqu’à ce qu’il gagne lui-même son respect.

Et il en sera de même pour Eleesha qui devra trouver sa place, l’imposer, montrer qu’elle est tout à fait capable de gérer la pression sur le terrain, en temp réel. Ses mains crispées ne lui échappent pas et ça le fait sourire. Les résultats aux tests sont toujours évocateurs mais Josef n’oublie jamais qu’entre un examen et la réalité, un fossé les séparent et les réactions ne sont pas les mêmes. Entre sauver un mannequin et devoir faire un massage cardiaque sur un vrai corps, les choses sont différentes, idem pour l’appréhension et le stress.
Il acquiesce face à ses paroles brèves et uniques, n’insistant pas, sentant bien que la jeune femme mettait certainement un point d’honneur à se concentrer, il ne sait pas trop mais la laisse dans sa bulle. Peut-être est-ce sa manière à elle de gérer son stress. Il se fout de la façon tant qu’elle assure une fois sur place et qu’elle ne lui claque pas entre les doigts.

- On n’y est !

Et c’est le même ballet qui se met en route, la même danse.
Ouverture des portes du camion, la rapidité est de mise puisque désormais chaque seconde compte. Les gestes se font fluides, précis, autant de mouvement que l’on connait par cœur que l’on a mainte fois exécuté.
Josef est sur le qui-vive, part évaluer la situation de cette bagnole qui est dans un état presque choquant, incompréhensible. Comme si ce véhicule n’était qu’un papier aluminium que l’on aurait grossièrement chiffonné. Ses collègues sont déjà entrain d’évaluer les dégâts. Il se tourne, croise le regard du couple ayant donnés l’alerte.

- Pierce, occupe-toi de sécuriser le lieu pour éviter le suraccident.

Ordre donné, Josef se retourne vers ses autres collègues qui évaluent l’état de la bagnole.

- Y a trois passagers. Deux adultes et une gamine.
- Lewis ! Il appel la nouvelle recrue qui n’a pas bougé d’un iota, droite comme un « i », peut-être un peu paumé parmi tout ce bordel. Côté passager, à l’arrière, il y a une gamine. Evaluez-moi son état. Nolan, tu t’occupes du conducteur.

Et spontanément, chacun s’attaque à sa victime. Nolan et Miller sur les parents, Lewis sur la gosse. La voiture est sur le dos, complètement écrasée et ratatiné sur elle-même. Josef craint le résultat même s’il n’en dit rien. Ils ont déjà assisté à ce genre d’accident, de ceux qui vous marque à vie, avec de jeunes adultes à l’intérieur que même leur mère ne les reconnaitrait pas tant l’état n’est qu’un amas de chair. Et c’est exactement ce à quoi il s’attend…

… Et pourtant, la gosse semble presque intacte. Tête vers le bas, ses cheveux mi-longs et bruns pendouille, victime de la gravité. Il laisse la nouvelle recrue s’en charger alors qu’il est à plat ventre, appuyé sur ses avant-bras pour tenter d’évaluer la situation de son côté.
Le résultat est une putain d’horreur qui va encore saupoudrer ses nuits de cauchemars. S’il sait que c’est une femme qui se trouve là, ce n’est que grâce à sa poitrine ensanglantée et aux longs cheveux bruns qu’il peut l’affirmer. Son visage est un véritable bouilli de chair vermeille et jaunâtre… sans compter l’état du crane.
Un regard vers Nolan et ça lui suffit pour comprendre que ça n’est pas mieux de son côté. Il est pâle, dos de la main sur la bouche avant de secouer la tête et de se reprendre.
Un putain de carnage.

- Lewis ? La gosse ça donne quoi ?

Et ce n’est qu’en cette seconde qu’il détourne le regard sa collègue jusqu’à ce qu’un éclat attire son regard.
Un morceau de métal profondément enfoncée dans le ventre de la gamine qui commence pourtant à remuer sa petite main pendant dans le vide.

_________________

   
Time will help you through but it doesn't have the time to give you all the answers to the never-ending why

   
(c)BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



messages : 134
quartier : South Side

MessageSujet: Re: First Emergency - Eleesha   Ven 16 Mar - 21:59

Même de loin, Eleesha pouvait deviner que la situation n’était pas idéale. La voiture était sur le toit et terriblement abîmée. Quand le métal prend de tels chocs, les humains n’en mènent pas large… Pourtant, dans son cerveau, une sorte de vide s’était installé. Il lui était impossible de penser aux cas qu’elle avait étudiés, à ceux qu’elle avait vu débarquer aux urgences. Non, tout ça était absent de son esprit et elle ne voyait que cette voiture sur le dos. Ses collègues eux avaient déjà commencé à s’agiter. Trois passagers. Deux adultes et une enfant. Eleesha sentit quelque chose se serrer en elle mais elle n’eut pas le temps de se laisser envahir par l’appréhension ou la peur. La voix de son lieutenant se fit entendre. Soudain, elle sembla retrouver la vie, la capacité de bouger. Son regard se posa alors sur Miller qui lui donna l’ordre d’aller voir l’état de la gamine qui se trouvait à l’arrière, côté passager. Eleesha réagit au quart de tour. Elle se précipita vers la voiture, comme si ce simple ordre était exactement ce dont elle avait eu besoin pour reconnecter. La jeune femme s’allongea alors sur le ventre pour pouvoir se mettre à hauteur de la voiture et de la petite à l’intérieur. Son petit corps pendait, maintenu par la ceinture de sécurité. Elle avait perdu connaissance. Eleesha pouvait sentir son pouls, fuyant mais toujours présent. Mais ce qui avait immédiatement attiré son attention c’était l’énorme morceau de métal enfoncé dans son abdomen. Serrant les dents, Eleesha avait tiré sur ses bras pour se faufiler légèrement dans la voiture et être au plus proche de l’enfant. Le morceau de métal empêchait l’hémorragie externe. La jeune femme passa une main sur le ventre de la gamine. A l’intérieur par contre…

La voix de son lieutenant la poussa à décrocher son regard quelques instants de la petite.

« Il faut la sortir de là tout de suite. »

Eleesha le sait. Cette gamine n’en a pas pour longtemps, il faut qu’elle soit transportée au plus vite pour qu’un chirurgien intervienne et ait une chance de sauver ses organes. Le temps est compté. Est-ce qu’il est trop tard ? Eleesha refuse cette hypothèse, catégoriquement. Elle s’apprêtait à donner plus de détails à son lieutenant lorsqu’elle vit la main de la gamine bouger lentement. Se rallongeant un peu plus pour voir son visage à travers ses cheveux, Eleesha vit ses paupières en train de s’agiter.

« Elle est en train de reprendre connaissance ! »

La voix d’Eleesha trahissait clairement une forme d’angoisse mais à quoi bon la cacher ? Pour le moment, c’était le cadet de ses soucis. Toute son attention se portait sur cette gamine qui ouvrait doucement les yeux. La douleur et la peur allaient l’envahir et pourtant, il ne fallait surtout pas qu’elle bouge. Il ne fallait pas qu’elle s’agite. Eleesha voulait croire qu’ils pouvaient encore la sortir de là mais il fallait qu’elle reste tranquille. Alors, tandis que les yeux s’ouvraient lentement, Eleesha se plaça de telle sorte que ce soit son visage que la petite fille voit en premier en ouvrant les yeux.

« Hey ma puce, regarde-moi… C’est ça regarde moi… Non bouge pas, bouge pas, ça va aller, calme-toi. »

Cette fois, Eleesha avait ravalé son angoisse. Elle parlait plus bas, maîtrisant chaque inflexion de sa voix. Parce que le regard de cette gamine était glaçant. Elle était terrorisée. Elle poussa un léger gémissement, la douleur sans nul doute. La jeune femme glissa un regard vers l’éclat de métal. Le sang ne sortait toujours pas, il n’avait pas bougé mais le ventre de la petite lui paraissait gonflé.

« Voilà, comment tu t’appelles ? Où est-ce que tu as mal ? »


La petite fille commençait peu à peu à reprendre un semblant de calme. Elle parvint à articuler quelques mots. Elle parla de la douleur dans son ventre mais à sa tête aussi. Et bien sûr, elle demanda à voir ses parents, elle demanda à ce qu’ils viennent. Tant qu’Eleesha restait devant elle, elle ne pouvait pas voir qu’ils étaient toujours à l’avant du véhicule, irrémédiablement immobiles. Alors la pompier décida de ne pas bouger, de rester là le temps que son lieutenant lui dise le contraire, qu’il lui dise qu’ils allaient pouvoir la sortir… Parce qu’ils allaient la sortir cette gosse hein ? Ils devaient la sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Avatar : Me ; Signature : Me
messages : 403
quartier : Downton - appartement dans un immeuble banal.

MessageSujet: Re: First Emergency - Eleesha   Lun 26 Mar - 16:07

First Emergency
EXORDIUM.
- Elle est en train de reprendre connaissance !

Un miracle, peut-être, en vu de la situation. Josef comprend l’urgence et que surtout que le temps joue contre eux. Dans son cerveau, c’est l’ébullition. De quelle façon s’y prendre, dans quel sens, ce qu’il faut privilégier ou non. Pour les parent, c’est de toute évidence foutu. Ils sont tous les deux dans un état que l’on ne pourrait décrire tant leur visage ne ressemble plus qu’à un tas de chair.  

- Reste avec la gamine, surveille ses constantes, on arrive.

Il fait signe à Nolan qui s’extirpe tandis que Josef fait signe à un autre collègue.

- Mets moi un drap sur leur visage, discrètement si c’est encore possible.

Le temps qu’Eleesha accapare l’esprit de la petite, le temps que lui-même donne les ordres nécessaires pour lui sauver la vie. Il se dirige vers le camion, envoi un appel pour du renfort puisqu’ils ne pourront pas à eux seuls s’occuper de désincarcérer les corps en vu de l’état de la bagnole. Ils ont besoin de quelques bras supplémentaires, mais en attendant, ils ont une vie à sauver.

- Nolan, prend le matos, faut qu’on ouvre la bagnole pour sortir la gamine de là. Libère moi la portière opposée que je puisse aider Lewis.

Il acquiesce, ne demande pas son reste.

- Et les parents.
- La petite d’abord ensuite vous vous occupez des parents. Faite au mieux.

Et le plus vite possible, surtout. Au mieux pour que la gosse ne voit rien. Au plus vite avant qu’elle ne rejoigne ses parents. Josef sent son estomac le remuer mai n’en tient pas compte. Contrairement à ce que certains pourraient penser, on ne s’habitue jamais à ce genre d’accident.
On s’habitue aux odeurs, aux litres de sang et parfois à l’état de certaines blessures… mais on ne s’habitue jamais vraiment à la mort, encore moins lorsqu’un enfant entre dans l’équation. Et si pour lui, la situation est parfois difficile à digérer, il n’ose imaginer ce que c’est pour Nolan qui est père de jumeaux qui ont à peine deux ans.

Miller laisse d’ailleurs son collègue aider de Pierce défaire la portière et il leur faut dix bonnes minutes avant de pouvoir laisser un passage au lieutenant qui ne tarde pas à ramper jusqu’à Lewis qui semble s’occuper à merveille de la gamine.
Et dès lors qu’il voit la situation de plus près, il sent son cœur se retourner, accélérant le rythme brusquement. Des flashs, des images s’imposent. Celles d’une situation similaire, qui la détruite et dont il a encore du mal à faire avec. A peine un mois qu’elle était morte et Lou continue de la hanter. Et de voir cette gamine, un morceau de métal dans le bide, ne fait que lui rappeler ce que sa meilleure amie a vécu et la façon dont il l’a perdu.
Josef revient à la réalité et cette dernière est une belle garce.

- Hey, je suis le lieutenant Miller. Tu connais déjà Eleesha, on va essayer de te sortir de là mais il ne faut pas que tu bouges, d’accord ?
- Ma maman elle est où ?

Miller lorgne rapidement sur la blessure qu’elle porte. Il n’est pas toubib, il n’a pas fait les études pour, mais les années et l’expérience lui ont apprit certaines choses, tout comme la mort de Lou lui a bien imprimé qu’un élément étranger planté dans le corps comme dans cette gamine ne lui donne qu’une seule porte de sortie … A la seconde où ils l’a bougeront d’ici, l’hémorragie se déclarera et tout ne sera qu’une question de seconde. Temps dont ils ne disposent pas jusqu’à l’hôpital.

- Nos collègues s’occupent d’elle mais pour le moment on se concentre sur toi, d’accord ?

Et Josef jette un regard vers Eleesha, secouant la tête à la négative, discrètement. Les mots sont inutiles ici, ce seul geste suffira à faire comprendre l’inévitable.

_________________

   
Time will help you through but it doesn't have the time to give you all the answers to the never-ending why

   
(c)BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



messages : 134
quartier : South Side

MessageSujet: Re: First Emergency - Eleesha   Mar 27 Mar - 9:48

Hannah. La petite dans cette voiture s’appelait Hannah. Elle était terrorisée mais plus courageuse qu’on pourrait le croire en voyant ce petit corps frêle. Elle était trop jeune, trop fragile pour se retrouver dans cette situation. Avec ce morceau de métal enfoncé dans le ventre. Eleesha pourtant faisait au mieux pour garder la tête froide, pour parler avec calme et douceur avec la petite, la rassurer, la faire garder son calme pour que surtout elle ne bouge pas le temps que ses collègues viennent l’aider à l’extraire. Elle avait entendu son lieutenant demander à ce qu’on lui dégage la portière opposée pour qu’il puisse venir l’aider avec Hannah. Très bien. Avec son lieutenant, ils arriveront à évaluer la situation sereinement et à trouver la solution la plus évidente. Mais le temps qu’il arrive, Eleesha tourna légèrement le regard vers l’avant, pour savoir ce qu’il s’y passait exactement. Et elle vit un de ses collègues glisser des draps blancs sur les visages des parents. La jeune femme sentit une nausée monter en elle et rapidement, elle refixa son regard sur Hannah. La petite lui demanda ce qu’elle avait regardé. Eleesha répondit avec le sourire qu’elle regardait la route qu’elles allaient bientôt emprunter pour sortir d’ici. C’était un mensonge mais elle était certaine qu’elle ne pouvait pas dire la vérité. Non, elle ne pouvait pas dire à cette petite fille qu’on venait de cacher le visage de ses parents décédés. Elle ne devait pas voir ça.

Le lieutenant Miller apparut alors dans la voiture, de l’autre côté. Eleesha sentit une forme de soulagement en voyant le visage de son supérieur apparaître. Il s’adressa alors immédiatement à Hannah, avec un ton de voix rassurant, expliquant à la petite qu’il allait aider à la sortir de là. La pompier adressa un sourire à la gamine pour appuyer les propos de son collègue. Le premier réflexe de cette dernière cependant, face à ce nouveau venu, ce fut de demander des nouvelles de sa maman. Eleesha sentit son cœur se serrer à l’évocation de la mère, décédée à quelques centimètres d’eux seulement. Heureusement, cette fois encore ce ne fut pas à elle de répondre la première. Miller était là pour répondre, pour lui dire qu’ils s’occuperaient de sa maman après. Eleesha hocha la tête pour appuyer, sourit à Hannah puis elle releva le regard vers Miller. Et tout bascula.

Ça n’avait duré que quelques secondes, une seule peut-être même. Et pourtant, Eleesha avait eu l’impression que tout se déroulait au ralenti. Un simple geste de la tête de son lieutenant et elle avait compris le message qu’il tentait de lui transmettre. Qu’Hanna ne sortirait pas de cette voiture. Qu’elle ne survivrait pas. Jusque-là, Eleesha avait refusé cette éventualité. Elle avait réfléchi à comment la gamine pouvait être sortie de là. Mais maintenant qu’elle croisait le regard fataliste de son lieutenant, elle comprenait tout à fait ce qu’il voulait dire. Que l’hémorragie qui serait provoquée par son dégagement serait trop rapide, trop puissante… La jeune femme serra les dents. Alors c’était tout ? Ils allaient la regarder comme ça, mourir, sans rien faire ? Elle sentit une forme de colère l’envahir, une envie de protester, de hurler à son lieutenant qu’il devait avoir honte, qu’on ne laissait pas tomber une gamine comme ça.

« Eleesha… J’ai froid. »

La pompier fut sortie de ses pensées par Hannah. Fatiguée, apeurée, la gamine se raccrochait à ce premier visage qu’elle avait identifié. Au sien. Eleesha se tourna alors vers elle, tenta de lui sourire. Elle retira alors sa veste, se contorsionnant dans la voiture, refusant de sortir, refusant de laisser une seule seconde cette gamine seule. Elle plaça ensuite sa veste sur la petite, du mieux qu’elle le pouvait, cachant ainsi sa blessure.

« Voilà, ça ira mieux comme ça. Nos collègues sont en train de s’occuper de la voiture, on va bientôt sortir. »

Encore un mensonge. Un goût de bile amère remonta dans la bouche d’Eleesha. Hannah lui faisait entièrement confiance. Elle ne bougeait plus depuis le début parce qu’elle lui avait demandé. Elle combattait ses impulsions enfantines, ses terreurs et ses douleurs parce qu’elle lui disait que c’était ce qu’il fallait faire. Parce qu’elle lui disait que tout allait bien aller. Eleesha était habituée à rassurer les patients, à leur montrer le positif. Mais jamais, jamais elle ne leur avait menti comme ça. Les enfants malades savent quand ils sont sur le point de mourir. Hannah elle, croyait qu’elle allait bientôt se réfugier dans les bras de sa mère.
Les yeux d’Hannah commencèrent alors à papillonner, elle évoqua sa fatigue. La gorge d’Eleesha se noua. Non. Non elle n’était pas prête. Et qu’est-ce qu’ils faisaient ses collègues ? Ils n’allaient quand même pas abandonner totalement ? La pompier tourna la tête vers son lieutenant, y cherchant une réponse, un soutien alors que sa main avait glissé dans celle de la petite fille qui la serrait avec douceur et faiblesse aussi. Hannah lui adressa un sourire, lui disant qu’elle la trouvait très jolie pour un pompier. Eleesha se força à sourire. Ils n’allaient quand même pas rester là à rien faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Avatar : Me ; Signature : Me
messages : 403
quartier : Downton - appartement dans un immeuble banal.

MessageSujet: Re: First Emergency - Eleesha   Lun 9 Avr - 17:06

First Emergency
EXORDIUM.
Une gamine. Juste une gamine d’à peine dix ans.
S’il y a une chose que Josef ne supporte pas, c’est le discours qu’il peut parfois entendre lorsqu’il assiste à la mort d’une personne aussi jeune. « C’était son heure ». « C’est le destin, malheureusement ». Le destin ? De faucher la vie d’une enfant de dix ans ? Il n’y croit pas, n’a pas envie de l’entendre. Tout ce qu’il peut constater depuis qu’il pratique ce métier depuis ses 18 ans, c’est que la vie peut parfois être d’une injustice enrageante, une véritable chienne. Une roulette russe qui vise, homme, femme ou enfant, sans distinction. Parfois il assiste à de véritables miracles, des petits bonheurs qui viennent rendre son métier bien plus supportable. Et d’autres, c’est à ce genre de scène dont il fait face, qui lui retourne le cœur et l’estomac.
Encore plus aujourd’hui quand tout le ramène à un mois plus tôt, lorsqu’il a vu Lou mourir devant ses yeux, de l’identique façon.

De mauvais souvenirs remontent, la gerbe se manifeste et Josef reste concentrer sur ce qu’il se passe. Quelques semaines plus tôt il aurait pu perdre pieds d’un claquement de doigts. Aujourd’hui, il prend sur lui, inspire en silence et effectue ce pourquoi il est fait.

- Eleesha… J’ai froid.

Eleesha se contorsionne dans la voiture pour se défaire de sa veste et Josef la laisse faire. Intervention bien trop rude pour une première mais personne n’y pouvait rien et quoi qu’on en pense, quoi qu’on en dise, cette dernière forgera sa nouvelle recrue. Aussi horrible que cela puisse paraitre, même si Josef aurait préféré qu’elle assiste à quelque chose de plus banale pour son baptême.

- Voilà, ça ira mieux comme ça. Nos collègues sont en train de s’occuper de la voiture, on va bientôt sortir.

Pendant qu’il se contente d’observer la blessure qu’il ne touche pas. Ils ont autorisation de faire les premiers soins mais le plus gros revient aux médics et en ces circonstances, ils ne peuvent rien faire d’autre que de les attendre. Le lieutenant entend son talkie grésiller et capte quelques informations. Tout le monde s’active au mieux autour de la voiture pour se donner plus d’espace, plus de marge de manœuvre mais surtout, alors que les yeux de la petite papillonne, Josef entend les ambulanciers débouler rapidement. Les portes claquent, les pas s’accélèrent et Josef se retire déjà de l’habitacle pour leur faire un topo rapide de la situation. Il laisse les ambulanciers faire leur job, constater les dégâts et c’est sans surprise que la nana revient vers lui avec une gueule dépitée.

- Elle mourra quelques secondes après qu’on la délogera de là-dessous. On va essayer de contenir l’hémorragie au max mais je n’suis pas très optimiste.
- Je sais.
- Les parents ?
- Morts, tous les deux.
- Putain.

Elle aussi constate l’horreur de la situation alors que son équipe s’active. Ils sont tous les deux conscients que cette intervention est merdique et injuste à souhait mais qu’ils ne vont pas avoir le choix que de jouer chacun leur rôle, sans broncher. Et si l’idée que la gamine puisse perdre la vie lui retourne l’estomac, il s’inquiète également pour sa recrue toujours dans la bagnole. Il contourne cette dernière, mâchoire serrée.

- Lewis ?

Il l’interpelle, lui lance un regard au travers cette vitre brisée qui lui laisse entendre qu’elle doit se bouger, au moins pour une minute le temps qu’il lui parle. Josef la scrute quelques secondes, constate qu’elle est tout simplement mal, fébrile.

- Les médics vont tentés de la sortir de là et de contenir l’hémorragie. Il prend une pause, lui laisse le temps d’ingurgité ce qui suivra. Elle mourra probablement dans les quelques secondes qui suivra.

Probablement ? Non, sûrement. S’il en croit l’équipe médicale sur place qui s’atèle déjà sur place, à se coordonner, discuter pour savoir sous quel angle s’y prendre.

- Est-ce que tu tiens le coup ? Il cherche son regard, cherche à savoir si elle va péter les plombs ou craquer. Si t’as besoin, retourne au camion pour souffler un peu. C’est ta première inter’, 'y a rien de mal.



_________________

   
Time will help you through but it doesn't have the time to give you all the answers to the never-ending why

   
(c)BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



messages : 134
quartier : South Side

MessageSujet: Re: First Emergency - Eleesha   Mar 10 Avr - 10:33

Bientôt, les sirènes des ambulanciers se firent entendre. Eleesha savait ce que cela signifiait. Elle allait sans doute devoir laisser sa place mais surtout, entendre le diagnostic dans la bouche de personnes qu’elle n’aurait pas le droit de contester. Sauf qu’elle au fond, connaissait déjà la réponse. Eleesha était infirmière, au même titre que la majorité des ambulanciers. Elle savait ce qui allait suivre mais refusait de l’entendre. Quand son lieutenant laissa la place à une ambulancière, Eleesha resta soigneusement auprès de la petite. Elle était le point d’ancrage de cette dernière, elle savait la rassurer et tant qu’on ne lui ordonnerait pas de bouger, elle ne le ferait pas. Elle observa donc l’auscultation, faisant de son mieux pour distraire la gamine. Mais aussi, inconsciemment, pour ne pas croiser le regard de sa collègue. Elle n’avait pas envie d’y lire la fatalité. Elle n’avait pas envie de se prendre ça dans la tête. Ça arriverait, elle allait devoir l’affronter mais elle fermait les écoutilles jusque-là. Lorsque l’ambulancière sortit de l’habitacle, laissant place à un collègue, Eleesha reporta toute son attention sur Hannah. La personne en face d’elle faisait de même. Le temps semblait s’arrêter. La petite commençait clairement à fatiguer et Eleesha désespérait de ne toujours pas voir la voiture bouger. Plongée dans l’instant présent, la jeune pompier sursauta presque en entendant son nom. Son lieutenant l’appelait.

« Je reviens Hannah d’accord, je reviens. »

La pompier confia alors la petite au collègue ambulancier après avoir calmé la petite qui n’appréciait pas trop de la voir partir. Elle sortit ensuite en rampant de la voiture et se releva pour faire face à son lieutenant. Son visage était sombre et elle savait bien que ce qui allait suivre ne serait pas beau à entendre. Elle n’eut pas à attendre longtemps. Les mots lui claquèrent avec violence au visage. Ils allaient la sortir mais elle ne survivrait sans doute pas. Eleesha ne bougea pas pourtant, en elle, elle avait l’impression de recevoir encore et encore des coups de couteau. Son lieutenant s’inquiéta alors de son état. Eleesha l’écouta, le regard perdu sur la carcasse de la voiture. Mais lorsqu’il évoqua l’idée qu’elle retourne dans le camion, elle tourna vivement la tête vers lui.

« Hannah elle, n’a pas le temps de souffler. »

Les mots étaient sortis un peu trop sèchement de sa bouche alors que son regard lui brillait d’une animosité certaine. Non pas contre son lieutenant qui avait un comportement tout à fait exemplaire. Mais contre cette situation absurde, contre cette putain de vie qui était en train de faire mourir une gosse qui n’avait eu le temps de rien connaitre. Eleesha ferma alors les yeux quelques instants, se rendant compte que son comportement ne jouait pas en sa faveur. Elle prit alors une grande inspiration avant de rouvrir les yeux et de poser un regard tout aussi déterminé mais plus calme sur son supérieur.

« J’aimerais rester avec elle jusqu’au bout. Si vous permettez, mon lieutenant. »

Jusqu’au bout… Etait-ce vraiment jusqu’à la mort qu’Eleesha entendait par là ? Difficile à dire, elle avait quelque part encore cet espoir fou que la petite s’en sorte vivante. Elle s’y raccrochait sans même oser l’admettre. Mais en tout cas, elle refusait d’abandonner la petite. Elle lui avait dit qu’elle reviendrait. Elle avait été la première à nouer un contact avec elle et se devait de tenir ce rang jusqu’au bout. Quoi qu’il puisse arriver. Mais imposer sa volonté à son lieutenant, faire sa tête de mule n’aiderait pas sa cause. Alors Eleesha avait repris le dessus, espérant qu’il accepterait, qu’il comprendrait et surtout qu’il lui ferait confiance. Elle n’allait pas exploser en vol. Tant qu’Hannah serait là, elle ne craquerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Avatar : Me ; Signature : Me
messages : 403
quartier : Downton - appartement dans un immeuble banal.

MessageSujet: Re: First Emergency - Eleesha   Jeu 26 Avr - 20:13

First Emergency
EXORDIUM.
-  Hannah elle, n’a pas le temps de souffler.
 
La réponse fuse, sèchement mais sûr d’eux. Sûre d’elle.
Il croise son regard brillant de colère et Josef ne le prend pas personnellement. Il n’y a rien de plus humain que cette réaction d’injustice mais si Eleesha veut tenir sur ses deux jambes tout le long de sa carrière, elle a tout intérêt à se forger, à savoir encaisser les coups durs comme celui qu’ils sont entrain de vivre présentement.
 
-  J’aimerais rester avec elle jusqu’au bout. Si vous permettez, mon lieutenant. 
 
Il n’est pas tellement sûr que ça soit la meilleure idée qui soit, pas en vu de l’état psychologique de sa coéquipière qui est affectée, attristée par les évènements mais Josef n’a pas manqué l’angoisse de cette gamine, le lien de confiance qui s’était doucement tissé entre elles deux. Peut-être qu’à défaut de pouvoir sauver la vie de cette enfant, nous pouvons au moins lui offrir une mort plus paisible, moins angoissante que celle qui l’attend.
Josef pèse le pour et le contre, prend quelques secondes pour réfléchir.
 
- Je ne suis pas certains que ça soit une bonne idée pour une première intervention mais si vous vous sentez les épaules de le faire alors allez-y.
 
Il jette un œil derrière elle, l’équipe médicale et les pompiers agissant de concert pour essayer de rendre tout ça plus simple, plus… rapide, peut-être aussi. Moins douloureux. Si Josef reste droit et presque visage impassible, ça n’est pas la même chanson à l’intérieur de son crâne où les souvenirs de Lou ne cessent d’affluer pour lui rappeler la façon dont elle est morte. Lui rappeler ses larmes, ses sourires et sa propre peur.
Le Lieutenant se concentre de nouveau sur sa recrue.
 
- En revanche pas de larmes, vous restez droite dans vos bottes et si vous sentez que vous flanchez, vous sortez de là.
 
Il lui explique cela d’une voix calme et posée. De ce qu’il a compris, cette femme connait la mort à l’hôpital mais sur les lieux même d’une intervention, les choses sont quelques peu différentes. C’est tout du moins ce qu’il se dit.
 
- Nous ne sommes jamais préparé pour ce genre de situation et on ne s’y fait jamais vraiment donc si vous avez besoin d’en parler, faites-le avec moi ou vos collègues mais ne vous laissez pas bouffer par ça dans votre coin. Nous sommes une équipe.
 
Il ne veut pas que ces hommes et femmes veuillent jouer aux braves, faire les durs à se dire qu’ils peuvent encaisser. Ou plutôt, qu’ils ne peuvent pas en parler par honte de paraître faible, moins bon pompier qu’un ou qu’une autre. Josef ne veut pas de ça, il doit pouvoir compter sur toute son équipe et pour ça, il faut que chacun d’entre eux ait une bonne stabilité psychologique. Ça n’est pas nouveau qu’ils se retrouvent tous ensemble pour discuter, évacuer et Eleesha ne fera pas exception si le besoin se présente.
 
 

_________________

   
Time will help you through but it doesn't have the time to give you all the answers to the never-ending why

   
(c)BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



messages : 134
quartier : South Side

MessageSujet: Re: First Emergency - Eleesha   Ven 4 Mai - 11:31

Au moins son lieutenant lui disait sincèrement ce qu’il pensait et ne cherchait pas à noyer le poisson. Il ne pensait pas que c’était une bonne idée mais faisait confiance à son jugement. Eleesha hocha doucement la tête. Elle savait qu’en retournant là-bas, elle s’exposait à des images qui risquaient de la hanter toute sa vie. Elle savait qu’en retournant dans cette voiture, elle allait sentir son cœur se briser. Mais elle refusait de fuir, de laisser cette gamine toute seule alors qu’elle lui avait promis de revenir. Elle était forte, elle le savait et elle devait utiliser cette force pour aider cette petite. A ses yeux, c’était la seule solution envisageable et elle était contente que son lieutenant ne s’oppose pas à cette idée. Cependant, il ne le faisait pas sans l’avertir et ce fut avec un mélange de douceur et de fermeté qui lui donna les conditions. Elle pouvait y retourner oui, mais elle avait interdiction de flancher face à Hannah. Il avait raison de le souligner. Cette petite était en train de souffrir, elle avait besoin de soutien mais surtout pas de quelqu’un qui craque. Si Eleesha fondait en larmes devant elle, la gamine risquait de paniquer et de compliquer le travail des secours, ce qui n’était en aucun cas souhaitable. Alors, une nouvelle fois, Eleesha hocha la tête.

« Oui lieutenant. »

Eleesha n’avait pas décollé son regard de son supérieur et affichait un air déterminé. Elle s’était employée à dire ces quelques mots sur un ton ferme et maîtrisé. Elle devait lui montrer qu’elle savait se contenir et qu’elle tiendrait le choc. Elle ne se pardonnerait de toute façon pas de flancher face à Hannah. Eleesha se sentait donc prête à retourner dans la carcasse de la voiture mais son supérieur reprit la parole. Après les avertissements, il se plaçait désormais dans un rôle de protecteur et Eleesha fut touchée par sa démarche. Une équipe. Elle venait d’arriver et il était encore compliquée pour elle de se sentir pleinement intégrée mais l’entendre dire lui donnait du courage.

« Je ne l’oublierai pas. »

Non, elle n’oublierait pas qu’elle faisait désormais partie d’une équipe soudée. Un dernier regard vers son lieutenant et Eleesha reprit la direction de la voiture d’un pas pressé. Les secours la laissèrent reprendre sa place en lui signifiant tout de même qu’elle ne devait pas les gêner. La jeune pompier ne broncha pas et se contenta de se faufiler au plus vite. Hannah capta rapidement son regard et Eleesha vint prendre sa main, qu’elle lui tendait fébrilement. Elle était fatiguée et tout indiquait qu’elle risquait de perdre conscience. Peut-être n’était-ce pas plus mal… Mais Eleesha continua de lui parler avec douceur, oubliant ses propres angoisses.

L’ordre fut finalement donné. La voiture allait être coupée et soulevée pour que la petite puisse sortir. Eleesha protégea le visage d’Hannah avec sa veste tandis que les ambulanciers se tenaient prêts à la récupérer de l’autre côté. Tout se passa très vite. La voiture fut découpée dans un bruit assourdissant, il y eu un top départ et les secouristes sortirent le corps de la petite, inconsciente. Eleesha avait bondit hors de la voiture pour s’approcher des ambulanciers. Elle dût se faire violence pour ne pas s’approcher trop près et ne pas les déranger. Au lieu de se ruer vers l’ambulance, ils l’avaient étendu sur le sol, commençant un massage cardiaque. Le souffle d’Eleesha s’était arrêté. Elle était incapable de décoller son regard du visage d’Hannah.

Les minutes semblèrent interminables jusqu’à ce que l’ambulancier cesse ses mouvements. Il leva la tête, la secoua négativement et sa collègue vint placer un drap sur le corps sans vie de la petite fille. L’espace de quelques secondes, Eleesha crut qu’elle allait s’effondrer, que tout tournait autour d’elle. Elle détourna alors le regard et chercha ses collègues des yeux. Il fallait qu’elle se raccroche à quelque chose alors elle fit quelques pas en direction de Miller.

« Quels sont les ordres mon lieutenant ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Avatar : Me ; Signature : Me
messages : 403
quartier : Downton - appartement dans un immeuble banal.

MessageSujet: Re: First Emergency - Eleesha   Jeu 24 Mai - 1:35

First Emergency
EXORDIUM.
- Je ne l’oublierais pas.

Josef acquiesce, la laisse s’acquitter de sa tâche.
Ce qui suit est certainement l’un des moments qu’il déteste le plus dans son métier. Attendre la mort d’une victime sans avoir un pouvoir d’action, sans avoir la possibilité d’améliorer la situation déjà critique. Tout le monde sait ici que la gamine va mourir aussitôt qu’ils l’auront délogés. Et il le voit à la gueule de ses gars. Traits tirés, regard attristé, sombre. C’est peut-être horrible à dire mais ils n’ont qu’une hâte c’est que tout cela se termine rapidement, sans douleurs mais sans non plus faire durer l’horreur plus longtemps.

Josef guide son équipe, celle qui découpera la bagnole pour pouvoir désincarcérer la petite de ce tas de ferraille qui lui coutera la vie. Le pompier essaie de ne pas se focaliser sur l’horreur de la situation. Les parents et la gosse, morts… Et si un ado les attendait bien sagement à la maison ? Le genre de gosse qui préfère rester à la maison plutôt que d’aller faire les courses avec papa et maman, accompagné de la petite frangine parce que les copains ont promis de venir jouer avec lui ce soir ? Ca lui fout la boule au ventre et si la situation le rend triste sans qu’il n’en laisse rien paraitre, le pire est sûrement pour les ambulanciers, les flics, qui devront annoncés la nouvelle aux proches.
Contrairement à ce que la pensée collective peut croire, on ne s’habitue jamais à ce genre de situation. On apprend à avoir le recul nécessaire pour gérer le problème, pour être le plus efficace possible mais Josef sait que jamais il ne s’habituera de voir un enfant mourir. Une vie s’évanouir.

La situation s’accélère, les pompiers écarte la ferraille, les secouristes se pressent, agissent avec précision, tente leur chance pour sauver Hannah qui déjà, les quitte. Josef contemple la scène un peu plus loin, porte un regard sur ses collègues dont Nolan qui, il le voit, à cette boule amère au creux de la gorge. Il doit imaginer l’un de ses gamins, doit s’imaginer lui entrain de perdre un enfant. Son regard glisse vers Eleesha qui semble figée d’horreur, d’absence, il ne sait plus trop à ce stade. C’est moche pour une première intervention de devoir faire face à ce genre d’évènement mortuaire.

- Quels sont les ordres mon lieutenant ?

Sa collègue se présente face à lui alors qu’un drap couvre le petit corps d’Hannah.
Ils en ont pour quelques heures encore devant eux, d’autres victimes à sauver d’un feu, d’un arrêt cardiaque, d’un accident, d’un malaise. Eleesha semble sur la brèche mais tient bon, Josef la scrute en silence.

- On continue le job. Ils vont déblayer ça, on repart à la caserne.

Le service de dépannage est déjà présent, prêt à remorquer les morceaux de carcasse pour la ramener à la casse mais aussi pour laisser la possibilité aux flics de faire l’expertise, de faire leur enquête pendant que son équipe à lui continuera d’enchainer les interventions.

- Lieutenant, on a un appel radio pour un début d’incendie dans un jardin, pas loin d’ici.

Un regard vers Eleesha, un signe de tête et l’équipe repart sur les chapeaux de roues après avoir à peine eu le temps de digérer.

¥

Les heures passent, les interventions s’enchainent et la nuit s’étend. Entre un accouchement, une tentative de suicide, un incendie et quelques malaises avec plus de peur que de mal, ils n’ont pas chômé. Et l’heure du repos sonne enfin, Josef a l’impression d’avoir les épaules tendues, crispés, la nuque en compote, les jambes lourdes. Il est encore en tenue quand il croise Eleesha qui revient à peine de ses vestiaires, le regard qui semble dans le vague.

- Lewis ?

Josef vient d’avoir 15 minutes de conversation avec Nolan, ce dernier ayant besoin de cracher sa peur et son angoisse. Toujours important de parler à ses collègues, d’échanger, de vider son sac. Et il ne veut pas passer à côté de quelque chose, mal faire son job, mal exécuter son rôle de lieutenant.
Il fait signe à sa jeune recrue de le suivre un peu à l’écart du couloir, histoire d’instaurer une légère intimité pour la discussion.

- Tu t’es bien démerder cette nuit pour une première. Bon boulot.

Volontaire, au taquet. Rien à redire.

- Pas trop crevée ? Il marque une pause avant de reprendre. Si t’as besoin de parler, faut pas hésiter. Tu seras pas la première, ni la dernière à dire que tu as du mal à digérer la première intervention qu’on a faite.



_________________

   
Time will help you through but it doesn't have the time to give you all the answers to the never-ending why

   
(c)BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



messages : 134
quartier : South Side

MessageSujet: Re: First Emergency - Eleesha   Sam 26 Mai - 16:45

Les interventions s’étaient enchaînées cette nuit là et à aucun moment Eleesha ne s’en était plainte. Parfois, elle devait rester en retrait pour observer et dans ces moments-là, elle trépignait. La jeune femme fixait ses collègues avec plus d’intensité qu’il ne le fallait, enregistrant chacun de leurs gestes mais surtout empêchant son esprit de divaguer, de s’orienter sur quoi que ce soit d’autre que ce qu’elle vivait pour le moment. Chaque intervention avait on histoire, son pesant de souffrances aussi pourtant elle restait presque imperméable à tout ça. La seule chose qu’elle voyait, qu’elle retenait, c’étaient les actions de ses collègues. Elle voulait apprendre pour devenir à son tour un excellent pompier. Elle voulait apprendre pour ne jamais revivre cette première intervention. L’image d’Hannah était là, dans un coin de sa tête. Elle ressurgissait chaque fois qu’ils étaient dans le camion ou à la caserne dans un moment de pause. Elle attendait l’alarme presque avec impatience. Elle savait qu’elle ne pouvait pas tenir cette garde s’il y avait trop de temps de pause, trop de temps pour réfléchir. Travailler pour oublier, c’était son maître mot.

La porte de son casier claque. Eleesha le referme et adresse un signe à ses collègues qui eux sont déjà en train de partir. Elle leur fait un sourire, accueille leurs encouragements sur sa première garde avec neutralité. Leurs mots lui font plaisir mais elle a l’impression d’être prise dans un étau. D’un geste elle replace son sac sur son épaule et sort des vestiaires. Elle n’a pas encore mis son grand manteau, le réservant pour le moment où elle sera effectivement dehors dans le froid. Eleesha approche de la porte quand elle entend qu’on l’appelle. Elle se tourne et voit son lieutenant, encore en tenue qui approche. Il commence par la féliciter, elle le remercie, hochant la tête. Elle sait qu’il a autre chose à dire. Elle sait de quoi il veut parler. Et il finit par aborder le sujet, de manière légèrement contournée. Eleesha tient toujours la bretelle de son sac dans sa main droite.

« Je suis désolée lieutenant mais je suis pas du genre à m’épandre. »

A peine les mots sont-ils sortis qu’Eleesha se rend compte qu’ils sont plus amers que ce qu’elle aurait aimé. Elle voulait lui faire comprendre qu’elle gérait, qu’elle n’avait pas besoin de parler, pas tout de suite en tout cas. Mais en répondant ainsi, avec amertume, elle ne faisait qu’accentuer l’idée qu’il devait déjà avoir en tête. Elle souffrait. Les images la hantaient et si elle ne crachait pas ce qu’elle avait sur le cœur, elle allait se laisser bouffer. Tout ce qu’il voulait éviter sans nul doute. Eleesha poussa alors un léger soupir.

« Je ne crois pas qu’il y ait grand-chose à dire… Hannah était trop jeune. Elle… Elle n’aurait jamais dû vivre ça... Mourir comme ça. »

La voix d’Eleesha s’était légèrement éteinte alors qu’elle prononçait ces derniers mots. Hannah était morte sous ses yeux. Elle lui avait fait des promesses, elle lui avait tenu la main mais n’avait rien pu faire pour elle. Elle l’avait laissée souffrir et partir et cette idée lui tordait l’estomac. L’image de la petite fille était toujours là dans sa tête. Parfois, elle la voyait s’accrochant dans la voiture. Parfois, elle la voyait étendue sur le bitume, sans vie, secouée par le vain massage cardiaque de l’ambulancier.

« Et j’ai encore du mal à accepter l’idée de n’avoir rien pu faire… Mais ça viendra, j’ai besoin de temps, c’est tout. »

Etait-elle certaine de ce qu’elle avançait ? En tout cas, c’était ce qu’elle avait envie de croire, du plus profond d’elle-même. Eleesha croyait en ce métier, elle avait envie de devenir pompier, d’aller aider d’autres victimes. Mais elle savait aussi que cette première intervention avait été un coup violent qu’elle ne s’était pas préparée à encaisser. Pourtant, elle le savait, les pompiers voyaient des gens mourir, cela faisait partie du job. Et le job pouvait faire terriblement mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Avatar : Me ; Signature : Me
messages : 403
quartier : Downton - appartement dans un immeuble banal.

MessageSujet: Re: First Emergency - Eleesha   Dim 10 Juin - 13:27


First Emergency
EXORDIUM.
- Je suis désolée lieutenant mais je suis pas du genre à m’épandre.

Josef hausse un sourcil de la voir s’exprimer avec un ton aussi acerbe, amer. La jeune femme est peut-être déboussolée, exténuée, mais le ton qu’elle emploi ne lui plait pas des masses. Pourtant le lieutenant ne dit rien, ne bronche pas, la laisse redescendre. Josef comprend que l’on puisse à cran, sur les nerfs après une nuit comme celle qu’ils ont vécus et c’est bien pour ça qu’il vient à sa rencontre, pour l’aider à se détendre un peu, à décompresser. Pour une première, elle n’a pas commencé avec quelque chose de facile.
Eleesha finit par pousser un soupire qu’il devine un peu las, peut-être abattue aussi. Il n’en sait trop rien finalement.

- Je ne crois pas qu’il y ait grand-chose à dire… Hannah était trop jeune. Elle… Elle n’aurait jamais dû vivre ça... Mourir comme ça.

Il la laisse prendre le temps de poursuivre, de se reprendre pour continuer à aligner les mots qui lui semblent être douloureux à prononcer. Il a l’impression de se revoir lui, à avoir du mal à percuter la violence d’un accident ou d’une mort, qui vous marque à jamais, à vous en faire faire des cauchemars. Il faut du temps pour accepter si tant est que l’on accepte ça un jour.
La voix de la jeune femme s’est progressivement éteinte, tout comme son regard appuyé par la fatigue.

- Et j’ai encore du mal à accepter l’idée de n’avoir rien pu faire… Mais ça viendra, j’ai besoin de temps, c’est tout.

Qui n’aurait pas du mal à accepter ? Ils sont pompiers et humains, pas une équipe de machine sans émotions, sans sentiments, exécutant simplement des gestes de survie. Ils s’impliquent tous à 100% humainement et physiquement et, même si cela est horrible à dire et à constater, l’histoire de la petite Hannah n’est pas la pire qu’elle rencontrera tout le long de sa carrière de pompier.

- J’aimerai pouvoir te dire que tu t’y feras mais c’est faux. On ne se fait jamais à ce genre de chose. Mais tu finiras par mieux encaisser et lorsque tu seras correctement intégrée, tu trouveras sans mal un soutient auprès de l’équipe.

S’il y a une chose que nous ne pouvons pas leur reprocher, c’est bien cet esprit de fraternité, d’équipe. C’est ce qui leur permet à tous et à toutes de tenir le choc lors de grosses interventions ou même des problèmes hors job. Suffit de regarder le soutient apporter à Lloyd ou même à lui-même lorsqu’il a perdu la mémoire dans ce foutu accident.

- Mais même si ça n’est pas ton truc d’en parler, c’est important de le faire au risque à ce que ça te bouffe et que tu te plante lors d’une intervention. Nous sommes là pour les autres, prend le temps qu’il te faut mais n’hésite pas à te changer les idées.

Il tient vraiment à ce qu’elle accepte l’idée, l’intègre, même si ça doit lui prendre du temps. Il n’en rajoute pas plus, n’en rajoute pas une couche en lui disant qu’un esprit sain était primordiale lorsque nous avons la vie des collègues entre les mains. La confiance est un élément majeur pour leurs interventions mais Josef ne doute pas qu’Eleesha saura faire ses preuves. Rien qu’aujourd’hui, la jeune femme s’est montré active, compétente, investie.

- D’ailleurs, on va boire un verre avec l’équipe, pour décompresser un peu. Il y a un bar qui ouvre jusque tard dans la nuit, c’est un peu le QG des pompiers. Ça te tente ? Ça te permettra de te familiariser un peu avec nous, en dehors du job.


HRP:
 



_________________

   
Time will help you through but it doesn't have the time to give you all the answers to the never-ending why

   
(c)BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



messages : 134
quartier : South Side

MessageSujet: Re: First Emergency - Eleesha   Sam 16 Juin - 21:20

Apprendre à encaisser… Eleesha était reconnaissante que son lieutenant ne tombe dans les vieux discours préétablis et mensongers. Elle le croyait sans peine lorsqu’il disait qu’on ne se faisait jamais à tout ça. Qui pourrait s’y faire ? Voir de gens mourir, supporter le dernier souffle de quelqu’un, se battre avec acharnement contre la mort et devoir accepter sa défaite. Observer son impuissance… Quant à trouver un soutien dans l’équipe ? Eleesha baissa le regard. Il devait avoir raison, mais pour ça, il allait falloir qu’elle fasse un travail sur elle-même. Qu’elle accepte de s’ouvrir aux autres, de faire confiance à ses coéquipiers, à les intégrer comme une famille. Elle n’était pas encore prête à ça, c’était trop tôt. Elle ne pouvait pas leur faire confiance sur tout, pour ouvrir ses sentiments, pour montrer ses faiblesses. Ça finirait peut-être par venir et quelque part, elle l’espérait. Parce qu’elle le sentait au fond de ses entrailles, elle ne pourrait pas continuer à faire ce métier seule, perdue dans Chicago. Alors quand son lieutenant insista une fois de plus sur cette idée, la jeune femme releva le regard vers lui. Il avait raison de souligner que si elle se laissait dévorer, cela pourrait avoir des conséquences sur son travail. C’était rude comme phrase, un peu violent mais il se devait de l’être aussi. Elle était sous ses ordres et si elle commettait des erreurs, il en était en quelque sorte responsable.

« Je vous promets de ne pas attendre que ça entache mon travail. »

Malgré les émotions, malgré la longue et difficile journée, le ton de voix d’Eleesha était redevenu ferme. Elle était plus forte que ça et elle le savait. Elle avait bossé comme infirmière, elle avait affronté la mort de son frère et pris les armes pour que justice soit faite. Elle accepterait la difficulté de ce métier, l’horreur du monde même si elle se promettait qu’elle ferait tout pour ne plus ressortir ce vide intense face au corps sans vie d’un enfant.

Eleesha pensait alors que la conversation allait tirer sur sa fin mais son lieutenant parvint à la prendre de court. Il lui proposa alors d’aller boire un verre avec l’équipe, le plus naturellement du monde. La jeune femme ne cacha pas sa surprise. Elle hésita quelques secondes, mais rapidement sa raison reprit le dessus. Elle en avait besoin, un verre, des gens avec qui discuter… Seule dans son appartement elle risquait de ressasser la journée encore et encore. Elle pouvait s’accorder ça, quelques minutes voire quelques heures de répit.

« Si vous n’avez pas peur de boire avec moi alors j’en suis. »

Un mince sourire s’était alors dessiné sur le visage d’Eleesha. La peine était encore là, bien présente, ne cherchant même plus à se cacher. Mais elle avait envie d’avancer. C’était la raison de son changement de carrière, ce qui l’avait amenée à repousser ses limites une fois de plus. Et pour ça, elle devait apprendre à connaître ses coéquipiers et leur confier quelques instants son humeur. Eleesha remit donc son sac sur son épaule et emboîta le pas à son lieutenant. Mais alors qu’ils s’approchaient du groupe, elle posa sa main sur son bras pour l’arrêter quelques secondes.

« Merci lieutenant. »

Un regard profond, un hochement de tête et puis, la jeune femme retrouva ses coéquipiers qui l’accueillirent en rappelant une fois encore son statut de petite nouvelle. Il semblait tous vouloir oublier cette journée, se nourrir de sourires. C’était exactement ce dont elle avait besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: First Emergency - Eleesha   

Revenir en haut Aller en bas
 
First Emergency - Eleesha
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: Downtown The Loop :: CHICAGO FIRE DEPARTMENT-
Sauter vers: