Partagez | 
 

 I'm back baby - Lloyd

Aller en bas 
avatar



crédits : Daya
messages : 29
quartier : West Side

MessageSujet: I'm back baby - Lloyd   Mer 28 Fév - 0:13

I’m back baby
EXORDIUM.
- Je suis vraiment désolé Mademoiselle mais je… j’ai pas l’droit de vous donner ce genre d’infos.
- S’il vous plait… Je vois bien que vous êtes un type bien mais j’ai besoin de savoir où il est et pourquoi il n’est plus ici. Skylar sort ses grands yeux bleus, déjà humides de larmes. Enfin… nous sommes de vieux amis. Vous pouvez pas juste me laisser avec cet article et ne rien me dire de plus !

Sa voix tremble, sanglot menaçant alors qu’elle essuie rapidement ses larmes d’un geste mal assuré. Elle est au plus mal, angoissée, inquiète et le pompier voit bien qu’elle ne joue pas la comédie. Qu’elle intérêt de toute façon ? Il se sent mal de pas l’aider et en même temps, il sait qu’il n’a pas le droit de lui refourguer des informations. Mais quand il voit ces grands yeux bleus paumés et criblés de larmes…

- S’il vous plait… Skylar insiste d’une voix douce et tranquille. Je ne dirais pas que ça vient de vous, vous avez ma parole.

Elle entrevoit les fissures chez ce type qu’elle ne connait pas et qui s’agace sûrement de ne pas savoir quoi faire ou quoi dire.

- Bon, j’peux juste vous dire qu’il bosse au Maureen’s maintenant, un bar.
- Mais… il n’exerce plus ?
- C’est compliqué. Il vous expliquera lui-même.

Elle acquiesce, essuyant de nouveau ses larmes.

- Est-ce qu’il va bien ? J’ai lu qu’il a été gravement blessé.
- Ca va, c’est un dur. Il est surtout fracassé à cause du décès de Fitzgerald.
- Fitz… qui ?

Le pompier se redresse, balaie ses mots d’un geste de la main avant de commencer à se mettre sur le départ.

- Rien laissez tomber. Il vous racontera si vous êtes aussi bons vieux amis, j’pense.

Skylar acquiesce, le salut brièvement tout en le remerciant avant de prendre la direction de la sortie. Une rue plus loin et elle essuie grossièrement ses larmes qu’elle s’était forcée à faire surgir.

« Quel sombre crétin… »

Une paire de sein un peu mise en valeur, de grands yeux bleus larmoyants et ces abrutis pouvaient lâcher la combinaison de leur trésorerie. Skylar s’échappe, sourire aux lèvres, satisfaite des informations recueillis.  
Elle tenait faire une entrée de choix, qui le marquera pour le restant de ses jours. Un peu comme son départ en réalité, même si elle préférait ne pas trop y penser. Elle sait qu’elle a merdée mais ne l’admettra jamais… Elle aussi avait sa vie à vivre, des rêves à suivre, elle ne pouvait décemment pas mettre tout cela entre parenthèse, même pour sa fille, bien qu’elle ait senti les prémices d’un amour subvenir à la seconde où elle l’a tenue dans ses bras. Et aujourd’hui, la hâte de la retrouver la travaille, lui donne un très large sourire, ne se doutant pas une seconde qu’elle puisse être un élément perturbateur. Elle reste sa mère après tout et quel enfant ne serait pas heureux de revoir celle qui l’a mise au monde ?

Mais pour une fois, Lewis ne se précipite pas. Elle veut faire les choses bien, presque minutieusement. Elle qui est toujours bien trop pressée, précipitée et distraite, fait preuve d’une concentration peu commune, volontairement fixée sur la vie du pompier. Celle qui se résume à une banalité affligeante… Boulot, métro, dodo…. Dodo, métro, boulot. Il est d’un ennui… Skylar espère que ses soirées sont bien plus fun que ça au risque que leur fille ne finisse vieille fille enfermée dans son appartement à n’avoir rien d’autre comme occupation qu’un tête à tête avec son aigri de père.
Quelques jours s’écoulent à l’observer de loin, à le stalker - n’ayons pas peur des mots - pour se rendre compte qu’effectivement, ses habitudes ne changent pour ainsi dire jamais. Mas ce qu’elle veut constater avant tout, c’est de savoir si oui ou non il prend soin de la petite Merrin, s’il a un quotidien suffisamment équilibré pour bien l’élever et ne pas faire n’importe quoi en tant que père célibataire et jusqu’ici, il a plutôt l’air de se tenir à carreau.
Il a peut-être même seulement « l’air ».
Skylar était revenue à Chicago pour le retrouver ou plutôt, retrouver sa fille après ses deux années d’absence et jamais elle n’aurait pu croire à un signe du destin aussi immense que de voir la gueule du beau blond dans le journal. Pour de mauvaises nouvelles, certes, mais quand même… quelles étaient les probabilités pour que ce genre de chose arrive ?

Trois jours à le suivre, sans une seule fois se montrer. Et pourtant, ça la démange de débarquer dans son sillage, lumineuse comme elle l’a toujours été. Elle sait qu’il va certainement tirer un peu la gueule, grogner mais ça passera. C’est simple, parce qu’il n’a pas tellement le choix.
Mais Skylar est friande de mise en scène, surtout si cela peut apporter un peu de drama. Elle a toujours été seule sur les planches de sa vie avec ses envies pour unique contrôle. Pourquoi changer les bonnes vieilles habitudes. Et si elle voulait frapper fort, il fallait le faire bien… Quoi de mieux que de s’inviter chez Maman Hatfield pour ça ?
Chance numéro un : Il n’a pas changé d’adresse.
Chance numéro deux : Sa mère est sa voisine de palier…

- Bonjour Mme Hatfield…

Elle fait face à son regard de poisson mort, elle n’a pas oublié que la folie l’a sévèrement frappée entre la mort de son fils, puis de son mari… sans compter cette peur irrationnelle que de voir l’extérieur. Bref, ce n’est pas pour faire une psychanalyse qu’elle est ici mais plutôt pour se gagner le cœur déjà bien mou de cette femme.

- Qui êtes-vous ?
- Je suis Skylar Lewis. L’ex petit ami de votre fils, Lloyd. La mère de Merrin.

Et ses yeux s’agrandissent, ronds comme des soucoupes alors qu’elle percute qui se tient devant elle. Et les reproches ne tardent pas à fuser, comme elle aurait pu le prévoir.

- Comment peut-on abandonner une petite merveille pareille ! Vous vous rendez compte ?!

Trois, deux, un…

- J… Je suis vraiment désolée.

Les larmes jaillissent, un craquage absolu digne des plus grands films dramatiques avec pour actrice principale, la seule et unique Skylar Lewis, Reine du drama et du toujours plus.
Une main tremblante sur son visage, ses petites épaules secouées par un sanglot silencieux mais pas trop, la trentenaire à un avantage et ce dernier est de taille : Ni Lloyd, ni sa mère ne sait quoi que ce soit sur sa vie, son passé, ce qu’elle a pu vivre.

- Je ne savais pas quoi faire d’autre… Elle lève ses grands yeux bleus humides vers cette femme qui, elle le sait, possède un cœur d’or. Mon père était mourant, je devais me rendre à Paris de toute urgence pour passer les quelques derniers mois qu’il me restait… de nouveau un sanglot qu’elle retient contre son poing. Je… je n’pouvais pas séparer cette petite princesse de son père, je devais faire un choix, vous comprenez ? Je n’ai rien dit à Lloyd, je sais à quel point la mort de son père a été compliqué pour lui et je n’voulais pas rouvrir les plaies.

Touché coulé.  
Pas de méprise, quelque part, elle a honte de manipuler cette pauvre femme qui n’a plus toute sa tête. Mais elle sait aussi que si elle veut avoir accès à Lloyd, elle n’a pas d’autre choix que de taper là où ça fait mal. Skylar est loin d’être stupide, sachant pertinemment que le blond lui en veut certainement à crever d’avoir être aussi, à ses yeux, égoïste. Alors si elle veut ne serait-ce qu’avoir l’occasion de lui parler sans qu’elle ne se prenne la porte en pleine gueule, elle ne voit pas d’autre moyens que de tenter de l’attendrir avec sa mère qu’il aime tant.
Les larmes se tarissent et elle réussit enfin à ses faire inviter, se voyant même offrir un bon thé pour lui remonter le moral. Les minutes passent, peut-être même les heures sans que Skylar ne les voit défiler, se surprenant presque à prendre plaisir à discuter avec cette dame qu’elle ne connaissait que par l’image que lui avait dépend Lloyd après une partie de sexe, sur l’oreiller.
Quelques coups à la porte et une voix qu’elle reconnait sans grande difficulté. Elle se lève, sourire aux lèvres et attend que Lloyd fasse son entrée. Qu’il la regarde. Et qu’il capte ce qu’il se passe.
Et tout ça demande beaucoup de temps. Une bonne poignée de seconde avant que le pompier ne percute ce qu’il se passe là, sous ses yeux. Qu’elle n’est pas qu’un mirage. Skylar doit bien admettre que l’expression qu’il lui offre valait le détour et elle ne tarde pas à franchir les quelques pas qui les sépare avant de venir le prendre dans ses bras, sincèrement contente de le revoir. C’est que ça lui fout un petit truc au cœur du ventre que de revoir Lloyd. Elle se souvient de cette semaine endiablée passée ensemble mais elle se rappelle surtout qu’il est le père de leur fille. Qu’ils sont désormais tous les deux liés.
Fille qui est aussi présente... Et Skylar reçoit un véritable coup au coeur. La même blondeur que son père, les mêmes grands yeux bleus que sa mère. Un véritable mélange incroyablement harmonieux. Une véritable merveille vivante qui tente de s'approcher timidement vers cette mère qu'elle ne connait pas.

- Hey baby girl...


Elle s'accroupit, prête à serrer sa petite main dans la sienne, à sentir la douceur de sa peau sous la pulpe de ses doigts. Mais Lloyd l'en empêche, pose ses deux mains sur ses deux petites épaules pour la ramener à lui.
Rien qu'à lui.
Skylar réprime cette acide qui éclate au creux de sa gorge. Réprime cette envie de lui dire de ne pas commencer à jouer les égoïstes parce que cette gamine, c'est elle qui la sortie de son vagin qui s'est trouvé être déformé pendant un moment.
Mais rien ne filtre d'entre ses lèvres. Pas pour l'instant. Si elle veut mettre toutes les chances de son côté pour pouvoir serrer sa gamine dans ses bras, alors il vaut mieux la jouer safe.
Skylar se redresse, adresse un sourire à Lloyd, sincère.

- Je suis contente de te revoir Lloyd. Désolée de pas t’avoir prévenue mais je voulais te faire la surprise ! Et à voir ta tête d’ahuri, je vois que c’est réussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : chevalisse
messages : 858
quartier : un appartement dans le Loop, Downtown, sur le même pallier que celui de sa mère, atteinte d'agoraphobie sévère et cloitrée depuis des années maintenant
physique : depuis son accident, survenu le 31/10/16, la main droite de Lloyd, piétinée durant un mouvement de foule, présente des cicatrices dues aux opérations subies pour la réparer

MessageSujet: Re: I'm back baby - Lloyd   Dim 11 Mar - 13:32

Find yourself another place to fall ; Find yourself up against another brick wall ; See yourself as a fallen angel? Well I don't see no holes in the road but you

Skylar & Lloyd

Il étouffe un bâillement et compose le code d’entrée de la structure où est inscrite sa fille. Il salue la directrice qui le voit entrer – une femme un peu excentrique d’une bonne cinquantaine d’années qui parle trop mais semble passionnée par son travail – et s’empresse de grimper l’escalier pour éviter qu’elle ne le rattrape. Il atteint le premier étage et s’approche de la porte vitrée, espérant pouvoir apercevoir Merrin avant qu’elle ne le repère. Lloyd aime ces moments. Il aime l’observer à la dérobé, jouer avec les autres ou bien seule dans son coin à des jeux qu’il ne possède pas. Elle l’impressionne vraiment et, d’après les dires des professionnelles qui l’encadrent tous les jours : il a de quoi. Il a longtemps eu peur que ses problèmes aient créés des troubles chez sa petite fille, que l’absence de sa mère ou les problèmes de sa grand-mère aient une influence néfaste sur son évolution, mais ça n’est vraisemblablement pas le cas. Merrin évolue parfaitement bien. Mieux que bien en réalité. Elle a appris à marcher assez tôt, parle très bien, a une imagination débordante, est pleine de vie et à l’aise avec son corps. Il la découvre d’ailleurs en train de grimper sur un meuble alors que les femmes supposées la surveiller regardent ailleurs. Lloyd devine qu’elle veut attraper un des jeux placés en haut du meuble et, si elle ne se fait pas prendre avant, il est prêt à parier qu’elle va y parvenir. Un sourire apparaît sur ses lèvres alors qu’il la voit essayer de se hisser sur l’étagère, la langue tirée, l’air concentrée.
Mais au moment où elle va atteindre son but, sa petite main tendue vers un jeu d’encastrement en bois, elle se fait repérer et il entend son prénom être crié. Merrin sursaute et…perd l’équilibre. Elle se retrouve par terre et Lloyd grimace, se mettant immédiatement à sa place, percevant presque sa douleur. Il ouvre la porte et entre dans la salle, prêt à se précipiter au chevet de sa petite pour s’assurer qu’elle va bien. Il a entendu le bruit qu’a fait sa tête en touchant le sol et l’entend maintenant pleurer.
Mais une des employées de la section est déjà à ses côtés et Lloyd réalise qu’il doit refermer la porte derrière lui s’il ne veut pas se rendre responsable de l’évasion d’un ou deux petits monstres…

Le temps qu’il revienne donc sur ses pas et ferme la porte vitrée, Merrin est déjà dans les bras de Laura qui la berce et frotte énergiquement l’arrière de son crâne pour atténuer un peu la douleur.
« Regarde, papa est là. Juste à temps. »
Merrin le repère à travers ses larmes et tend les bras vers lui. Lloyd vient donc à sa rencontre et s’empresse de la serrer contre lui, se sentant déjà affreusement coupable de ne pas être intervenu plus tôt.
« Elle vient de tomber. Je crois qu’elle… »
« Vous en faites pas j’ai vu » la coupe-t-il gentiment, passant à son tour son crâne, essayant de repérer une bosse. Mais rien. Elle a la tête dure, comme la plupart des enfants.
« Doudou » réclame la petite en se redressant, cherchant son lapin du regard. Ayant prévu son besoin, un des enfants s’est chargé d’aller le chercher et vient le tendre à Lloyd qui le remercie et le confie à Merrin.
« Ben alors, qu’est-ce que t’as fait ? »
« Merrin l’est tombé » se lamente sa fille en reniflant, ses yeux rougis par les larmes lui fendant le cœur « C’est bobo dans la tête. »
« Ben oui, j’ai vu. Ca va aller. »
Elle recommence à pleurer et vient enfouir son visage dans son cou. Il caresse son dos pendant que Laura vient lui résumer la journée de sa fille, puis récupère ses affaires et l’habille de manière à affronter le froid extérieur.
Le temps qu’ils descendent, son chagrin semble oublié. Elle exige de marcher jusqu’à la voiture, garée un peu plus loin et chante à tue-tête dans la voiture, en chœur avec son père. Pendant qu’il se gare, il lui annonce qu’ils vont aller passer un moment chez sa mamie et Merrin semble réjouie. Et pourquoi ne serait-elle pas ravie ? Sa grand-mère la couvre de cadeaux commandés en ligne, lui permet de manger ce qu’elle veut et de faire un tas d’activités salissantes que son père n’approuve pas qu’elle fasse dans son appartement… Par simple flemme de ranger derrière elle.
Comme souvent, Merrin refuse de prendre l’ascenseur et préfère s’entrainer à monter les escaliers. Elle refuse qu’il tienne sa main et fait glisser sa main droite contre la tapisserie pendant qu’elle se concentre sur ses pieds. Lloyd l’observe et constate qu’elle ne perd plus de temps à faire se rejoindre ses petits pieds sur chaque marche…ce qui est un signe qu’elle est bientôt prête pour utiliser le pot.
Bon sang ce qu’elle grandi vite…
« Tu grandis trop vite petite fille, faut arrêter. »
Elle se contente de ricaner et continue fièrement son ascension jusqu’au bon étage. Elle court alors jusqu’à la porte de l’appartement de sa Nana et se retourne vers Lloyd pour qu’il la porte et qu’elle se charge elle-même de faire tourner la poignée. Il frappe quelques coups, utilise son jeu de clé et laisse donc sa fille ouvrir pour qu’ils puissent pénétrer chez Maureen.
« C’est nous » lance-t-il, comme il a l’habitude de le faire.
Il laisse Merrin le devancer de quelques pas, pendant qu’il referme sur leur passage et le regrette amèrement dès qu’il constate que sa mère a de la compagnie. Pas n’importe quelle compagnie… Skylar. Putain de merde ! Il est trop estomaqué pour s’exprimer à haute voix, heureusement. Mais quand il voit Merrin s’approcher, timidement de la brune, devine aux mouvements de sa tête qu’elle fait passer son regard de sa grand-mère à cette nconnue, il se remet immédiatement en mouvement. Il va l’attraper par l’épaule, la contraignant à s’immobiliser.
« Non » lance-t-il sur un ton où transparaissent colère et angoisse.
Une foule de questions se pressent dans son esprit. Que fait-elle chez sa mère ? Pourquoi est-ce qu’elle débarque maintenant ? Pourquoi est-ce Maureen l’a laissé entrer ? Est-ce qu’elle sait QUI elle est ? Est-ce que Sky a menti pour pénétrer ici ? Et qu’est-ce qu’elle veut ? Est-ce qu’elle veut voir Merrin, apprendre à la connaitre ? Est-ce qu’elle veut…la lui reprendre ? Cette pensée lui glace le sang, fait dégringoler son cœur qui bat la chamade dans son estomac qui se soulève et lui donne la nausée.
Ses deux mains posées sur les épaules de sa fille, il la serre contre lui et elle se cramponne finalement à sa jambe, un peu inquiète. Il lui a transmis son stress. C’est bien la dernière chose qu’il aurait voulu mais il ne peut pas se maitriser dans cette situation.

« Je suis contente de te revoir Lloyd. Désolée de pas t’avoir prévenue mais je voulais te faire la surprise ! Et à voir ta tête d’ahuri, je vois que c’est réussi. »
« Tais-toi… » articule-t-il froidement, maudissant la présence de sa mère et de Merrin dans la pièce, sans quoi il l’aurait fichue dehors sans autre forme de procès… « Tu n’as rien à faire ici. »
« Lloyd, s’il te… »
« Non. Tu restes en dehors de ça » prévient-il sur le même ton glacial, se sentant trahi. Elle l’a laissée rentrer. Elle l’a invitée à entrer et à venir s’asseoir ! Est-ce qu’elle comptait l’inviter à diner aussi ? Lui servir un thé et des biscuits maisons ?
« C'est qui ? » La petite voix inquiète de Merrin le prend aux tripes.
Il voit Skylar ouvrir la bouche et s’empresse de répondre.
« Personne. La dame va partir. Tout de suite, si elle ne veut pas d’ennuis… »
Le ton est aussi clair que le regard qu’il lui lance alors que Merrin enserre la jambe de son père avec un peu plus de force.


(c) chaotic evil

_________________


for all of the light that I shut out ; all the innocent things that I doubt ; the bruises I've caused & the tears ; the sparks that I stomped out & for all of the perfect things that I doubt 
© frimelda

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Daya
messages : 29
quartier : West Side

MessageSujet: Re: I'm back baby - Lloyd   Jeu 22 Mar - 14:02

I’m back baby
EXORDIUM.
- Tais toi…

Skylar hausse les sourcils, se redresse. Personne ne lui donne l’ordre de quoi que ce soit, encore moins un coup de quelques soirs.

- Tu n’as rien à faire ici.
- Au contraire, j’ai tout à faire ici.
- Lloyd s’il te…
- Non. Tu restes en dehors de ça

Sur ce coup-ci, il n’a pas totalement tort. La situation ici présente se joue entre lui et Skylar et cette dernière n’est pas prête à lâcher le morceau. Elle se rend compte qu’il n’a pas changé à l’exception de ces cernes qui creusent son visage et qui lui donne un air sacrément fatigué. Mais sa concentration est surtout focalisée sur ce petit bout de vie qui la fixe par curiosité.
Une véritable merveille. Une petite bouille qui, Skylar en est certaine, exprime la joie de vivre, la joie tout court. Un véritable rayon de soleil.
Comme sa mère.
Parce c’est ce qu’elle est : sa mère. Celle qui l’a porté 8 mois et demi dans son ventre, celle qui croyait crever d’angoisse à l’idée d’accoucher, de ne pas pouvoir assumer l’arriver d’une nouvelle vie. Est-ce qu’on peut franchement lui en vouloir d’avoir flipper ? Non. C’est humain bordel !

- C'est qui ?

Sa voix tendre et adorable l’éveil et un sourire revient spontanément sur son visage. Skylar ouvre la bouche, prête à jeter cette vérité qui ne peut être autrement.

- Personne. La dame va partir. Tout de suite, si elle ne veut pas d’ennuis…

Ce coup de traitre porté à son cœur ne fait que jeté de l’huile sur le feu et Lloyd semble avoir déjà oublié à quel point Skylar pouvait être un véritable brasier lorsqu’on la contrariait un peu trop.

- Je rêve ou tu me menaces, Lloyd ?


Ca y est, parce qu’il a assumé leur gamine presque trois ans, il se prend pour le roi d’un monde et pour le héros qui gardera sous protection cette enfant.

- La dame ne va aller nulle part et elle est venue voir comment sa fille se portait.

Hors de question qu’elle joue les étrangères et qu’elle se tire sans avoir pu connaitre l’enfant qu’elle a porté. Pour qui il se prenait ? Skylar se demande encore comment est-ce qu’elle avait pu apprécier la compagnie de cet abruti imbu de lui-même et visiblement suffisamment cruel pour n’avoir aucun problème à l’idée de privée sa propre fille de la présence de sa mère.
Mais peut-être fallait-il employé une autre tactique avec cet homme aigri et égoïste. Elle n’a rien fait de mal, elle n’a fait que flipper et vouloir suivre ses rêves, ses envies, en quoi cela était-il un crime ? Le principal n’était-il pas qu’elle soit revenue ? Ca n’est pas comme si elle s’était ramené alors que Merrin avait atteint ses 21 ans, que tout le travail avait été fait.
Skylar pousse un soupir, ses épaules s’affaissent légèrement alors qu’elle cache ses yeux d’une main. Ça ne dure qu’une demi-seconde avant qu’elle ne redresse le visage vers Lloyd, yeux brillants.

- Ecoute, je sais que t’as les boules que je sois partie mais c’est aussi mon enfant Lloyd. Aux dernières nouvelles, tu ne l’as pas fait seul. Je dois te rappeler qui ici l’a porté ? Qui en à baver pour la faire naitre ? J’ai encore le droit de la voir et de la connaitre.

Elle commence en douceur, de manière raisonnable. Mais toute personne connaissant un minimum Skylar sait que ce petit manège ne durera pas éternellement. Elle fixe ses grands yeux bleus dans ceux de Lloyd, prête à tout moment à lui rappeler qu’ici, elle ne sera pas celle qui se tirera la queue entre les jambes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : chevalisse
messages : 858
quartier : un appartement dans le Loop, Downtown, sur le même pallier que celui de sa mère, atteinte d'agoraphobie sévère et cloitrée depuis des années maintenant
physique : depuis son accident, survenu le 31/10/16, la main droite de Lloyd, piétinée durant un mouvement de foule, présente des cicatrices dues aux opérations subies pour la réparer

MessageSujet: Re: I'm back baby - Lloyd   Sam 31 Mar - 9:03

Find yourself another place to fall ; Find yourself up against another brick wall ; See yourself as a fallen angel? Well I don't see no holes in the road but you

Skylar & Lloyd

Il voit quelque changer dans le regard de Skylar. L’instant précédent, alors qu’elle remarquait la présence de Merrin et entendait le son de sa voix pour la première fois, il pouvait y lire de l’admiration, de l’attendrissement. Comme beaucoup avant elle, Skylar venait d’être séduite par sa fille, par son adorable minois, par son attitude et par l’intonation chargée d’innocence de sa voix. Et puis il a pris la parole, il lui a fait comprendre que ce qu’elle avait sous les yeux ne lui appartenait pas, ne lui appartiendrait jamais. Pas sous sa garde. Et maintenant, elle le fixe avec mépris, avec colère, avec frustration. Il vient de la privée de quelque chose qu’elle désire et elle est vraisemblablement furieuse… Mais ce n’est pas son problème.
Si elle pense pouvoir débarquer et récupérer Merrin, apprendre à la connaître et faire partie de sa vie comme si de rien était : il va falloir qu’elle revoit ses plans. Il est inconcevable pour Lloyd d’envisager que Skylar reprenne sa place. Ni celle de sa mère, ni aucune autre dans la vie de sa petite. Elle a renoncé à tous ces droits le jour où elle a commencé à lui chercher une famille d’adoption. Quand Merrin est née, elle n’a pas changé d’avis. Alors que lui est tombé amoureux de sa fille à la seconde où il a posé les yeux sur elle, Skylar a choisi de persister dans son idée et de fuir ses responsabilités. Il n’a certes rien fait pour la retenir ou la raisonner, mais il ne lui a jamais soufflé la moindre idée. C’était la sienne et à présent, il est trop tard. La brune qui leur fait face et le fusille du regard doit assumer ce qui, clairement à son sens, était une erreur.
« La dame ne va aller nulle part et elle est venue voir comment sa fille se portait. »
« Tais-toi ! » exige-t-il en appliquant immédiatement ses mains sur les oreilles de Merrin pour qu’elle n’entende rien d’autre sortir des lèvres de Skylar. Son sang n’a fait qu’un tour dans ses veines et s’y glace à présent.
Sa fille…
Non ! Non, non et non ! Elle n’est pas à toi espèce de chienne ! Elle est à MOI ! Elle est à moi et à personne d’autre, c’est MA fille ! Il voudrait lui hurler ces mots en plein visage, les faire s’imprégner dans son esprit en écrasant ses poings contre son visage, faire disparaître cet air suffisant de ses traits. Mais il ne peut rien faire de tel. Pas devant Merrin. Elle semble déjà effrayée et ça lui fend le cœur.

Face à lui, Skylar dissimule son visage derrière une main et, lorsqu’elle la laisse retomber, il remarque des larmes dans ses grands yeux de poupées. Des yeux dont Merrin a hérité…
Non. Elle a mes yeux. Tout le monde le dit, tout le monde me dit qu’elle a mes yeux. Mes yeux à moi. Ma couleur de cheveux. C’est ma fille. C’est MA fille, putain ! Elle n’a rien à voir avec cette garce ! RIEN !
Il essaie de s’en convaincre mais une petite voix lui souffle qu’il aurait été difficile pour eux de faire une autre comparaison puisque Skylar n’était pas dans les parages… Peut-être que tout le monde tiendrait un autre discours si elle était restée dans le coin…  
« Ecoute, je sais que t’as les boules que je sois partie mais c’est aussi mon enfant Lloyd. »
« Les boules ? » répète-t-il, incrédule, alors qu’elle enchaine sans lui prêter beaucoup d’attention, lui rappelant que c’est elle qui l’a portée et a souffert pour la faire venir au monde.
« J’ai encore le droit de la voir et de la connaitre. »
Une fois encore, la rage le submerge et il doit lutter de toutes ses forces pour ne pas se laisser aller et la laisser se décharger sur Skylar… Il prend une longue inspiration, mâchoires crispées, et compte jusqu’à cinq avant de reprendre la parole d’un ton toujours aussi glacial, glaçant.
« On va aller parler de tes droits à côté. Sans elle » articule-t-il alors que Merrin s’accroche à ses mains, toujours apposées contre son visage. Elle lève les yeux vers lui et Lloyd se fend d’un sourire forcé alors qu’il s’agenouille devant elle, la contraignant à se tourner. Il ne veut pas qu’elle regarde Skylar. Il ne veut pas qu’elle la voit et l’oblige donc à lui tourner le dos.
« Je vais aller parler avec la dame. Tu vas rester avec mamie, d’accord ? »
Merrin secoue vivement la tête, inquiète et Lloyd la prend dans ses bras et, contournant soigneusement Sky, il retrouve Maureen. Sa mère, honteuse, les yeux humides, tend les bras pour l’attraper et le barman la lui confie, posant sur elle un regard coléreux au message très clair : Après elle, ce sera ton tour…et tu ne vas pas aimer ce que j’aurai à dire.  
Il doit détacher les bras de sa fille, cramponnée à son cou et Maureen doit lui promettre qu’elle pourra manger autant de gâteaux qu’elle le voudra pour que Merrin consente à quitter son père et à rester avec elle.  

Cela fait, Lloyd fait volteface, attrape le sac à main de Skylar qui est resté sur le fauteuil où elle se tenait, auprès de sa génitrice, et va l’attraper par le bras pour la contraindre à sortir de l’appartement. La brune, remontée, ne veut pas se laisser faire et il la lâche rapidement, pour qu’elle ne fasse pas d’esclandre devant Merrin. Il lui fourre son sac dans les bras et ouvre onc la marche, puis al porte, la maintenant ouverte pour être certain qu’elle le suive.
Ce qu’elle finit par faire. Il referme la porte derrière elle et n’attend finalement même pas d’être chez lui pour fondre sur la brune. Une fois encore, sa main se referme sur son avant bras et il l’oblige à lui faire face.
« Pour QUI tu te prends ? » lui crache-t-il haineusement au visage, assez près pour pouvoir sentir son souffle chaud sur son nez. « Tu n’as AUCUN droit sur elle ! Aucun, tu m’entends ? Tu y as renoncé en la laissant derrière toi comme la pourriture égocentrée que tu es ! Tu n’apprendras pas à la connaître. Elle n’a pas besoin de toi dans sa vie ! Personne n’a besoin de quelqu’un dans ton genre dans sa vie ! Tu veux du fric, c’est ça ? » lui demande-t-il en la relâchant pour fouiller dans sa poche et en tirer son portefeuille. Il en sort une liasse de billets. « Combien tu veux hein ? J’sais parfaitement que c’est pour ça que t’es venue ! Tu peux ravaler tes larmes de crocodiles Sky, ça prend peut-être avec ma mère, mais pas avec moi ! »



(c) chaotic evil

_________________


for all of the light that I shut out ; all the innocent things that I doubt ; the bruises I've caused & the tears ; the sparks that I stomped out & for all of the perfect things that I doubt 
© frimelda

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Daya
messages : 29
quartier : West Side

MessageSujet: Re: I'm back baby - Lloyd   Lun 9 Avr - 17:33

I’m back baby
EXORDIUM.
Il est à bout de nerfs, elle le voit. Est-ce qu’il passe son temps à être stressé comme ça ? Il parait que c’est mauvais pour le cœur, il manquerait plus qu’il lui claque entre les doigts d’un arrêt cardiaque.

- On va aller parler de tes droits à côté. Sans elle.

Il contraint la gamine à ne pas regarder Skylar, elle, sa propre mère et ça lui fout les nerfs. Ok, il peut bien être en colère pour un tas de chose mais bordel, elle l’a pondu cette gamine, en à chier pendant toute la grosse et et pendant l’accouchement. Certes elle s’est barrée comme une lâche mais ça ne veut pas pour autant dire qu’elle n’aime pas cette enfant. Bien au contraire. Et plus elle la regarde, plus elle tombe amoureuse de ces boucles blondes, de ses grands yeux bleus qui sont une copie conforme des siens.

- Je vais aller parler avec la dame. Tu vas rester avec mamie, d’accord ?

A aucun moment elle ne lâche l’enfant des yeux. Ni quand Lloyd la prend dans ses bras, encore moins lorsqu’il contourne soigneusement Skylar pour aller fourrer la gamine dans les bras de sa grand-mère. Quand est-ce qu’elle pourra enfin porter la chair de sa chair contre elle. Merrin ne veut pas lâcher son père, refuse de se décoller de lui parce qu’elle semble flippée. A qui la faute honnêtement ? S’il ne réagissait pas de manière si excessive, la petite ne serait pas si terrifiée, si mortifiée à l’idée de voir son père s’éloigner. Skylar espère qu’il est moins stressé et nerveux dans son quotidien, elle n’ose imaginer l’état psychologique de sa fille si ça n’est pas le cas..
Le blond fait volteface, attrape le sac à main de la brune qui fronce les sourcils. Mais pire que tout, il la prend par le bras, pour la trainé à l’extérieur.

- Ne me TOUCHE pas.

Elle dégage vivement son bras de sa poigne de fer, presque brutal.
Nerveux et violent ? Elle ne le reconnait pas ce joyeux idiot avec qui elle a couchée plus d’une fois, la gueule un peu dans les étoiles mais qui restait sincèrement adorable. Aujourd’hui, elle n’a qu’une brute face à elle et l’imagine lui déplait. Tout comme le contexte qu’elle peint rapidement sous forme de suppositions alarmantes.

- Tu m’fais mal en plus espèce d’abruti !

C’est une manière de traiter les invités chez lui ? Putain d’idiot.
Lloyd lui fourre son sac entre ses mains qu’elle récupère d’un air rageur, furieuse qu’il ait pu oser assoir sa putain d’autorité sur elle en voulant la dégager aussi impoliment. Il n’a aucune ascendance sur elle et n’en aura jamais. Dire qu’elle était venue ici en paix, calmement, ce con venait de tout fiche en l’air.
Elle finit par sortir de l’appartement à contre cœur non sans accorder un regard à sa fille qui ne les quitte pas des yeux mais la porte se referme rapidement et Skylar peut déjà sentir les doigts de Lloy se refermer sur son avant-bras pour la retourner vivement face à lui.

- Je te jure Lloyd que si tu REMETS la main sur moi je t’en colle une.

- Pour QUI tu te prends ?

Leur visage se toucherait presque, elle sent son haleine se répandre sur son visage et encore heureux qu’il ne pue pas de la gueule, ça serait le pompon. Il est dans une fureur noire et Skylar se dit qu’il ne décolèrera jamais. Hors, si elle souhaite pouvoir voir sa fille, il va bien falloir qu’il redescende un peu.

- Tu n’as AUCUN droit sur elle ! Aucun, tu m’entends ? Tu y as renoncé en la laissant derrière toi comme la pourriture égocentrée que tu es ! Tu n’apprendras pas à la connaître. Elle n’a pas besoin de toi dans sa vie ! Personne n’a besoin de quelqu’un dans ton genre dans sa vie ! Tu veux du fric, c’est ça ?

Il s’excite, s’énerve, dit des choses horribles sur elle qui sont totalement fausses. Elle n’est ni une pourriture, ni égocentrée. Putain, cette génération a vraiment un problème avec certains concepts. En quoi vouloir suivre ses envies et ses ambitions faisaient d’elle une belle salope égoïste ? Merde, elle voulait simplement réussir sa vie, toucher du bout des doigts un rêve qu’elle n’est toujours pas prête à lâcher. Certes, elle n’est pas la mère idéale et sait qu’elle aurait peut-être pu s’y prendre correctement mais le plus important c’est qu’elle est là pour rattraper le temps perdu non ?

- Combien tu veux hein ? J’sais parfaitement que c’est pour ça que t’es venue ! Tu peux ravaler tes larmes de crocodiles Sky, ça prend peut-être avec ma mère, mais pas avec moi !

Les larmes ? Ah oui, celles qu’elle commençait à faire naitre mais qui effectivement ne prend pas.
Elle papillonne de ses grands yeux bleus, cligne des paupières avant de reporter son regard sur Lloyd alors qu’elle regardait quelque chose derrière lui. Quoi ? Aucune importance, c’était forcément plus intéressant que sa litanie dramatique qu’il s’évertue de lui sortir. C’est dingue toute l’énergie qu’il peut perdre à dire des absurdités.

- Excuse-moi, tu disais quelque chose d’intéressant ?


Elle finit par claquer ses mains contre ses hanches, son sac à main rebondissant légèrement contre sa cuisse.

- Bon sang Lloyd ! Arrête avec tes airs de drama-queen ! T’as vraiment le don de faire de rien, une véritable catastrophe !

Toujours à dramatiser pour rien, à en faire des caisses. C’est dans l’acting qu’il aurait dû se diriger et non vers les Pompiers.

- Vois les choses du bon côté, tu n’auras plus à l’assumer tout seul parce que je suis là et que je compte bien la prendre en charge ne serait-ce qu’une semaine sur deux. D’ailleurs… Elle lui chope les billets d’entre les mains et les garde dans sa paume, sourire aux lèvres. Ca peut m’être utile pour son éducation, merci !

Pourquoi s’en priver ? Même si son salaire tout frais du Musée l’aiderait amplement à vivre correctement, elle n’est jamais contre un petit supplément. Et puis ce dernier sera pour le bien de sa fille donc, raison de plus.
De nouveau, elle plante son regard dans celui du blond qui semble complètement scier par ce comportement. A croire qu’il vit à des années lumières de la réalité.

- Oh arrête-moi cette tête. Tu étais le premier à te demander si j’comptais garder cette gosse, tu ne la voulais même pas alors s’il te plait cesse donc ton petit jeu du père idéal.

Nerveux, violent et hypocrite donc ?


_________________

My baby girl.

©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : chevalisse
messages : 858
quartier : un appartement dans le Loop, Downtown, sur le même pallier que celui de sa mère, atteinte d'agoraphobie sévère et cloitrée depuis des années maintenant
physique : depuis son accident, survenu le 31/10/16, la main droite de Lloyd, piétinée durant un mouvement de foule, présente des cicatrices dues aux opérations subies pour la réparer

MessageSujet: Re: I'm back baby - Lloyd   Sam 28 Avr - 11:36

Find yourself another place to fall ; Find yourself up against another brick wall ; See yourself as a fallen angel? Well I don't see no holes in the road but you

Skylar & Lloyd

Ses battements de cils ne font que l’exaspérer encore un peu plus. Lloyd a distribué quantité de coups dans sa vie, participé à de nombreuses bagarres, mais il n’a jamais violenté de femmes. En dehors d’un ring, bien entendu. Mais aujourd’hui, il n’a pas simplement envie de secouer Skylar, il a envie d’écraser son poing contre ses lèvres charnues qu’il a autrefois apprécié d’embrasser. Il veut refermer ses mains sur son cou fin et serrer, serrer, serrer… Elle fait remonter trop de choses, trop de souvenirs enfouis, de regrets aussi. Il ne voulait pas être père et elle l’y a contraint. Elle l’y a contraint en renonçant à son propre rôle de mère. En endossant le mauvais rôle, elle lui a permis d’être le gentil de leur histoire, le héros… Mais il ne mérite pas ce titre. Lloyd en a pleinement conscience et il déteste être confronté à cette vérité qui fait mal, qui le culpabilise, lui donne envie de vomir.
Il ne s’est pas défilé, contrairement à elle, mais il était à deux doigts de le faire. Par la suite, une fois Merrin dans sa vie et Sky hors de leurs vies, il a eu envie de baisser les bras, s’est déchargé de sa fille sur les autres. Sur sa mère pour commencer, et puis sur Felicity, puis Lou… Il l’a faite garder par des étrangères dans une crèche près de la caserne ou par Tito à plusieurs occasions. Il l’a baladée, à gauche et à droite, comme un vulgaire accessoire. Il en a honte.
Il a fait mieux que Skylar, mais il n’a pas été à la hauteur pour autant…

Face à lui, la petite brune aux grands yeux clairs se moque, le provoque impunément, avec un culot qui le rend complètement fou. A-t-elle une carte dans sa manche ? A-t-elle quelque chose contre lui pour être si assurée, pour se présenter à sa porte avec autant d’aplomb ? Cette idée l’effraie. Parce que Lloyd sait qu’il est imparfait, dans la vie de tous les jours mais également dans son rôle de père et le prouver ne doit pas être si compliqué que cela…
D’un autre côté, Skylar a toujours eu de l’aplomb. C’est cette assurance qui l’a séduit quand il l’a rencontrée ; ce contraste entre sa fragilité apparente et la dureté de ses expressions, de son regard. Un Goliath dans un corps de David. L’apparence de la jeune femme est bien trompeuse et s’il n’est pas tombé dans le panneau, d’autres le pourraient… Un juge pour enfants par exemple ?
« … je compte bien la prendre en charge ne serait-ce qu’une semaine sur deux. D’ailleurs… »
Le grand blond est trop abasourdi pour maintenir sa prise sur la liasse de billets qu’il vient de sortir et qu’elle lui dérobe sans remord aucun. Une semaine sur deux ? Cette idée le glace. Est-ce qu’elle pourrait obtenir quelque chose de ce genre ? Est-ce qu’elle pourrait vraiment lui prendre sa fille pour la moitié de sa vie ? Une semaine sur deux… Non. Il n’en est pas question. Merrin est à lui. Elle est SA fille. Il ne l’a peut-être pas portée pendant 9 mois, mais il s’en occupe depuis deux ans. Et puis Skylar ne s’est même pas rendue compte qu’elle était enceinte avant plusieurs mois ! Le calcule n’est donc même pas bon. Non, non et non. C’est hors de question.

« Oh arrête-moi cette tête. Tu étais le premier à te demander si j’comptais garder cette gosse, tu ne la voulais même pas alors s’il te plait cesse donc ton petit jeu du père idéal. »
Lloyd serre les dents, encaisse le coup. Il lui fait plus mal que tous ceux qu’il a pu recevoir dans sa vie et sur un ring. Il fait mouche et l’atteint directement au cœur, blessant au passage son égo.
« Je ne me vante pas d’être un père idéal, Skylar. Mais je pourrai difficilement faire pire que toi. Tu as placé la barre vraiment très bas » lui rétorque-t-il, s’agaçant de constater qu’il ne parvient pas à la blesser comme elle le blesse. Ce qui en dit sans doute long cependant… « Tu n’auras pas sa garde. Ni une semaine sur deux ni même un weekend sur deux. Tu n’as aucune condition à imposer, aucun avis sur son éducation à avoir. Surtout pas, vu la personne que tu es ! » grimace Lloyd avec un écoeurement non feint, la toisant de haut en bas. « Tu as eu ce que tu voulais vraiment : mon fric. C’est la dernière fois que tu obtiendras quelque chose de moi… Non, je vais reformuler ça : si tu te repointes ici, si tu tentes de la voir ailleurs, ce n’est pas un billet que je te jetterai au visage, c’est autre chose. Maintenant dégage de nos vies. C’est mon dernier avertissement Skylar. »




(c) chaotic evil

_________________


for all of the light that I shut out ; all the innocent things that I doubt ; the bruises I've caused & the tears ; the sparks that I stomped out & for all of the perfect things that I doubt 
© frimelda



Dernière édition par Lloyd Hatfield le Dim 27 Mai - 8:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Daya
messages : 29
quartier : West Side

MessageSujet: Re: I'm back baby - Lloyd   Lun 14 Mai - 10:50

I’m back baby
EXORDIUM.
Ah il peut bien jouer les malins, jouer les énervés, les outrés de la voir débarquer ici comme un foutu miracle. Il peut bien jouer ce parfait rôle de menteur mais il ne la trompera pas ELLE. Il l’agace un peu à jouer sur ce côté-là, de faire le mec en pétard que de l’entendre parler de LEUR fille. Parce que lui aussi n’en menait pas large lorsqu’elle lui a annoncé qu’elle avait ce qu’elle considérait à l’époque comme un machin pas tellement encore en vie dans son bide. Un truc non désiré par tous les deux et non elle-seule.
Et aujourd’hui, elle a grandi, évoluée et sa fille, elle veut la voir, lui parler, la découvrir.

- Je ne me vante pas d’être un père idéal, Skylar. Mais je pourrai difficilement faire pire que toi. Tu as placé la barre vraiment très bas
- Mais oui, j’avais oublié que Mossieur Hatfield est TOUJOURS mieux que tout le monde même en étant la pire des merde.

S’il veut être mauvais, elle peut l’être aussi. Il n’y a aucune raison qu’elle s’en prenne plein la gueule aussi gratuitement sans qu’elle ne réponde rien. La situation commence à l’agacer, à lui monter au nez. Elle sent bien que la résistance chez ce type n’est pas faite de coton mais de béton. Et elle sait que ses yeux et son sourire délicats ne changeront rien au débat. Pas cette fois. Skylar le sent, le voit dans le fond de son regard bleu.

- Tu n’auras pas sa garde. Ni une semaine sur deux ni même un weekend sur deux. Tu n’as aucune condition à imposer, aucun avis sur son éducation à avoir. Surtout pas, vu la personne que tu es ! u as eu ce que tu voulais vraiment : mon fric. C’est la dernière fois que tu obtiendras quelque chose de moi… Non, je vais reformuler ça : si tu te repointes ici, si tu tentes de la voir ailleurs, ce n’est pas un billet que je te jetterai au visage, c’est autre chose. Maintenant dégage de nos vies. C’est mon dernier avertissement Skylar.
- Sinon quoi Lloyd, dis moi. Tu vas me lever la main dessus ? Me frapper jusqu’à ce que je ferme ma gueule ? Jusqu’à ce que je change d’avis ?

Et c’était bien mal la connaitre. Elle n’a pas peur de lui, pas peur de la main qu’il pourrait lever pour lui faire du mal parce qu’elle SAIT à quel point il se mettrait en tord à vouloir jouer ce genre de jeu. Et le petit dictaphone qui enregistre depuis le début leur conversation pourrait aisément prouver à quel point Lloyd est un dangereux psychopathe. Elle n'est pas venue ici sans réfléchir, ni sans imaginer l'éventualité qu'il serait aussi agressif et aussi peu compréhensif. Elle aurait aimé que les choses se passent autrement, qu'au pire il gueule un bon coup avant de se rendre compte qu'il s'était laissé un peu emporter et qu'ils pourront voir ensemble pour une solution équitable. Mais là, ça dépasse presque tout ce qu'elle aurait pu imaginé.

- Mais je crois que tu n’as pas vraiment saisi toute l’ampleur de la situation mais tu as toujours été un peu lent pour comprendre les choses les plus simples. Laisse-moi t’aider un peu.

Skylar se ferme. Elle a usé de la méthode douce, compréhensive, patiente et ça ne change rien. Lloyd est buté et bien décidé à lui en foutre plein la gueule ? Très bien. Qu’il ne vienne pas pleurer dans ses jupons parce qu’il sera tout simplement trop tard pour se la jouer pacifiste.  

- Merrin est NOTRE fille. Ce n’est pas toi qui a dû pousser pendant vingt heures pour la faire naitre, ni toi qui a eu le vagin en berne pour plusieurs mois pour donner naissance à cette enfant. Tu ne l’as pas fait SEUL. Si j’ai envie de la voir et de la connaitre, c’est MON droit. Tu n’es pas juge mais pompier.

Son regard bleu n’a plus rien de mignon et de tendre, ils sont deux points d’ancrage glaciale et ferme.

- Je suis venue ici pour que l’on en discute à l’amiable et que l’on puisse entrevoir une solution ensemble… mais je vois que tu es toujours aussi égocentré. Donc s’il faut que j’emploi une autre méthode comme disons… un avocat et un juge pour faire établir mes droits concernant Merrin, je le ferais. Et tu le sais, Lloyd, que j’obtiendrais ce que je veux.

_________________

My baby girl.

©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


ADMIN ٩(◍•ᴗ•◍)۶❤
crédits : chevalisse
messages : 858
quartier : un appartement dans le Loop, Downtown, sur le même pallier que celui de sa mère, atteinte d'agoraphobie sévère et cloitrée depuis des années maintenant
physique : depuis son accident, survenu le 31/10/16, la main droite de Lloyd, piétinée durant un mouvement de foule, présente des cicatrices dues aux opérations subies pour la réparer

MessageSujet: Re: I'm back baby - Lloyd   Dim 27 Mai - 8:26

Find yourself another place to fall ; Find yourself up against another brick wall ; See yourself as a fallen angel? Well I don't see no holes in the road but you

Skylar & Lloyd

Lorsque la brune lui demande jusqu’où il serait prêt à aller, s’il serait prêt à lui cogner dessus, Lloyd se contente de la fixer d’un air équivoque. En vérité, il ignore s’il en serait capable. Si c’était le cas, sans doute l’aurait-il déjà fait à ce stade… Mais l’ancien pompier sait que Skylar ne compte pas en rester là et, si elle continue à le pousser à bout, elle pourrait bien déclencher quelque chose, faire tomber les barrières qu’il s’est toujours imposées. Si elle continue à le chercher, elle pourrait bien les trouver, lui et ses poings, habitués à cogner dans des sacs de boxe.  
L’entendre parler de Merrin comme de LEUR fille, le fait grincer des dents. Et la liste des petits désagréments qu’elle décrit ne le culpabilise pas plus qu’elle ne l’attendrit.  
« Ca ne compte pas Skylar ! Ca ne compte pas qu’on l’ait faite à deux ! Je m’en suis occupé SEUL depuis et c’est CA qui compte ! J’étais là quand elle a sorti sa première dent, quand elle a eu sa première fièvre, ses premières coliques ! J’étais là le jour où elle a essayé de faire ses premiers pas et est tombé ! J’ai vu apparaître son premier bleu et j’ai entendu son premier mot et tous les suivants ! J’étais là pour la consoler quand elle faisait un cauchemar ! J’étais avec elle quand elle a entendu son premier orage et c’est moi qui l’ai rassurée ! J’étais là quand elle a perdu son premier doudou et j’ai traversé toute la ville pour en retrouver la réplique exacte, tout ça pour découvrir que pendant le temps où je m’étais absenté, elle s’en était choisi un autre ! » lui crache-t-il au visage, évitant d’ajouter quelques autres anecdotes qui pourraient lui nuire…
Comme cette fois où sa mère l’a faite tombée de son plan de change avant de la confier aux secouristes sans l’accompagner à cause de son agoraphobie…  Il évite de se tirer une balle dans le pied en évoquant son propre accident et tous ces moments gâchés ou perdus avec elle ou dont il ne se souvient plus à cause des pertes de mémoire qui ont suivis son traumatisme cérébrale d’octobre 2016. Il passe sous silence les moments où il a voulu la jeter par la fenêtre parce qu’elle hurlait sans qu’il ne sache pourquoi, ceux durant lesquels il a perdu patience et manqué de la secouer comme une vulgaire poupée de chiffon parce que ses caprices le rendait dingue…
« Tout ça je l’ai fait SEUL parce que TU l’as décidé ! J’t’ai jamais tenu à distance tout ce temps là, c’est TOI qui est partie et qui l’a abandonnée ! » lui rappelle Lloyd en pointant un index accusateur dans sa direction.

Mais visiblement, Skylar ne se démonte pas et elle plante ses deux billes féroces dans les siennes en reprenant la parole, lui faisant savoir qu’elle compte bien obtenir ce qu’elle veut. Quoi qu’il lui en coûte.
Lloyd serre les dents. Cette perspective l’effraie mais il ne veut rien laisser paraître. Il ne veut pas céder un pouce de terrain à cette garce opportuniste.  
« Alors on se verra au tribunal. Et quand tu auras perdu ton droit de visite, tous tes droits sur elle, je m’arrangerai pour obtenir une injonction et d’empêcher de l’approcher. Tu ne la connaitras pas. Et elle ne t’appellera jamais maman » ajoute le barman en se rapprochant d’un pas vers elle, lui adressant un sourire mauvais. « D’ailleurs tu veux savoir quelque chose ? Elle a déjà prononcé ce mot. Elle l’a adressé à une autre femme que toi. Tu n’auras plus jamais la primeur… Maintenant tire-toi et ne t’avise pas de remettre les pieds ici ou d’essayer de la voir en dehors. Je t’ai prévenue. »
Sur ces mots, il la dépasse, sans se gêner pour lui donner un petit coup d’épaule sec et retourne s’enfermer dans l’appartement de sa mère qui l’attend dans son salon, Merrin sur ses genoux.
« Est-ce qu’elle… »
« Je n’veux rien entendre » crache Lloyd entre ses mâchoires crispées. « T’avais pas l’droit de la faire rentrer dans nos vies. T’avais pas l’droit ! »
« Je ne savais pas qui c’était jusqu’à…je… Je suis désolée Lloyd, je pensais que ce serait une bonne chose après tout ce qui s’est passé. »
« Une bonne chose ? Comment est-ce que ça pourrait être une bonne chose ? Mais enfin dans quelle dimension tu vies exactement ? » s’agace le grand blond en levant les mains au ciel et en haussant le ton.
Il aimerait poursuivre sur sa lancée, mais Merrin pousse un petit gémissement et il voit ses lèvres commencer à trembler alors qu’elle le fixe, visiblement inquiète. Il prend une longue inspiration, passant ses mains sur son visage et soupire lourdement. Il ne doit pas perdre  la face. Il ne doit pas entrer dans le petit jeu de Skylar et la laisser gagner, la laisser parasiter sa vie et celle de sa fille. SA fille, à LUI…
Elle n’obtiendra rien du tout. Jamais… tente-t-il de se convaincre en se rapprochant de Merrin qu’il prend dans ses bras. Elle se laisse faire et enserre son cou avec force, se cramponnant à lui et le confortant dans l’idée qu’elle n’a besoin que de lui dans sa vie.
« On parlera de ça un autre moment » tranche Lloyd en s’adressant à sa mère, avant de se détourner pour aller vérifier le judas et s’assurer que Skylar ne traine pas dans le couloir avant de rejoindre son appartement.  




(c) chaotic evil

_________________


for all of the light that I shut out ; all the innocent things that I doubt ; the bruises I've caused & the tears ; the sparks that I stomped out & for all of the perfect things that I doubt 
© frimelda

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I'm back baby - Lloyd   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'm back baby - Lloyd
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Flash-back] Baby-sitting chez les Mills [Henry Mills]
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: Downtown The Loop :: LOGEMENTS-
Sauter vers: