AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 How to get away with murder, again ? — Kurt & Max

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar
Profil
crédits : ... (avatar) Myuu.BANG (code signature)
Messages : 877
quartier : une petite maison à West Side, achetée avec l'héritage de son paternel
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Dim 12 Fév - 16:56





how to get away with murder
again...
#james
#madmax
Ca l’emmerde. Ca l’emmerde profondément. Qu’est-ce qu’ils attendent de lui ? Il ne peut pas les faire apparaître par magie quand même ! Elles se sont tirées, et c’est tout ! Pourquoi est-ce qu’ils ont besoin de remuer le putain de merde de couteau dans la fucking plaie comme ça ? Ca arrange quoi ? RIEN ! Pourquoi est-ce qu’ils ne le laissent pas mettre son plan à exécution et essayer de retrouver les filles par lui-même ? Cinq gonzesses sapées comme des poufiasses et qui parlent pratiquement pas anglais, ça court quand même pas les rues, si ? C’est ce qu’il s’apprête à lui répondre lorsqu’il se fait copieusement arroser par MadMax.
Kurtis reste figé. Il réalise parfaitement ce qui vient de se passer. Sauf que s’il bouge ne serait-ce qu’un muscle, il sait ce qui va suivre. Il va craquer et se jeter par-dessus le comptoir pour choper Max par le col de son vêtement pour lui éclater la tête sur le comptoir. Il ne s’arrêtera pas là. Il le trainera sur toute la surface jusqu’à atteindre quelque chose de contondant avec quoi lui retaper la gueule. Il veut lui refaire le portrait. Non, à cette seconde : Kurt veut le tuer.
Mais au lieu de ça, il reste planté comme un couillon près du bar, de l’eau lui dégoulinant sur le visage, gouttant sur ses fringues. Son sang afflux vivement sur son visage, lui donnant une teinte écarlate. Il est rouge de rage, rouge de honte aussi. Est-ce que tous les Prospect ont pris aussi cher que lui ? Est-ce que Max a été à ce point humilié pendant sa formation ? James ? Est-ce que c’est pour cette raison qu’ils s’écharnent autant ? Est-ce que lui en fera autant si par miracle il arrive un jour à être patché ? Est-ce qu’il fera souffrir les petits nouveaux ? Leur demandera de consommer des trucs dégueu, de se lever neuf fois dans une même nuit pour faire des courses à la con ? Est-ce qu’il leur demandera de promener ses chiens et de chercher un objet soi-disant avalé dans leur merde ? Ouais, on lui a fait faire ça. Trois fois… Et chaque fois bien sûr, c’était un putain de canular destiné à l’humilier.
Est-ce qu’il sera capable de faire subir ça à d’autres ? Il en doute…
« Mais vas-y mon grand, part les chercher ! Impressionne-moi pour une fois, ce serait pas du luxe, parce que si tu continues à faire de la merde, je vais pas pouvoir faire des miracles pour toi ! » poursuit son mentor dans des gestes grandiloquents, avant de le menacer de parler de tout ça à Caleb.
Et Kurtis sait parfaitement ce que ça voudrait dire pour lui…

« Alors Einstein, c’est quoi le plan ? Parce que si c’est de prendre ta bagnole et arpenter Chicago, ca va pas être suffisant ni pour moi, ni pour James » reprend Maximilian en se tournant vers James pour avoir son approbation. Et ce connard a l’air de jouir. Ce putain d’enfoiré de merde est en train de prendre son pied !
Et la suite des propos de son mentor ne fait qu’accentuer encore le plaisir de Manning. Il l’a déjà prévenu qu’il allait user et abuser de ses services dans les temps à venir, histoire de compenser sa bourde… Rien de nouveau. Mais maintenant qu’il a l’aval de Max, il va s’en donner à cœur joie. Kurtis est certain que le motard a d’ores et déjà des conseils à donner à son frère d’arme pour lui mener la vie impossible.
Ca le dégoute. Ca le fait chier…
Qu’est-ce qu’il est censé faire ou dire ? Qu’est-ce qu’ils attendent de lui putain !
« Mais PUTAIN, Max ! Qu’est-ce tu veux que j’FASSE ? J’leur ai pas mis un traceur dans l’CUL à ces vieilles salopes d’ukrainienne de MERDE ! » s’emporte le Prospect, en reculant d’un pas ou deux par mesure de sécurité, écartant les bras dans un signe trahissant son impuissance. « Vous voulez juste me faire chier ! Bravo, ça fonctionne ! Maintenant laissez-moi au moins ESSAYER de r’trouver ces CONNASSES ! Si ça marche pas, si j’leur ai pas mis la main dessus d’ici ce soir, alors j’viendrai t’sucer la queue en talons aiguilles si c’est c’qui t’branche Manning ! Mais en attendant laissez-moi ESSAYER bordel de chierie d’merde ! »
Ila  le souffle court. S’ils veulent se mettre à deux sur sa gueule maintenant, qu’ils le fassent. Kurtis s’en branle à ce stade. En fait, il préfère encore ça à leur petit jeu de merdeux.



Code made by Wanderlust

_________________


Sick of those wounds that never heal

Yeah, I've been dancing with the devil, I love that he pretends to care
Oh, all the time that I have wasted, chasing rabbits down a hole when I was born to be the tortoise
I was born to walk alone


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
Messages : 415
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Sam 18 Fév - 21:28

How to get away with murder again ?
Kurtis & James



James reste là, appuyé sur le comptoir et observe la scène. Ce qui est bien dans tout ça c’est qu’il n’a quasiment rien à dire à part faire des mauvaises blagues, parce que Max se charge d’arroser son puppy. Métaphoriquement et littéralement. Le motard ne peut retenir une expression d’amusement et de satisfaction qui lui traverse le visage, la bouche en O. Il ne peut même pas s’empêcher de lâcher un petit rire face à la tronche du prospect. James n’a pas vraiment de regrets à lui en foutre plein la gueule, si le prospect avait fait sa période de test 10 ans plus tôt il n’aurait pas tenu une semaine. James et MadMax ont fait une partie de leur prospectorat ensemble, avec Thomas. Le KOS pense très sincèrement qu'il partage son opinion quant à la dureté de leurs continuelles épreuves d’admissions. Il ne sait pas d’ou leur vienne la légèreté dans leur punition, en soi, le prospect se fait un peu malmener verbalement et il n’a pour l’instant récolté qu’un verre d’eau dans la gueule. A leur époque, ils n’auraient surement pas pu ouvrir la bouche plus de deux minutes. Finalement, les deux KOS posés la contre le comptoir ne sont pas si méchants ! En tout cas de son point de vue plutôt rôdé par les coups.

« Mais vas-y mon grand, part les chercher »

Max ouvre les bras, s’avance de manière théâtrale vers Kurtis qui ne bouge pas d’un poil mais garde les poings serrés. James a l’impression qu’il va se briser en deux à force d’être tendu. Le gérant du Crashdown continue son petit monologue et remonte les bretelles du puppy bien comme il faut. James sait très bien que l’honneur de Max est lui aussi en jeu, c’est lui qui se doit de l’éduquer, de faire de lui un membre qui rejoindra leur rang et sur qui ils pourront tous compter. En acceptant un prospect au cercle strict des membres, chacun des KOS met potentiellement sa sécurité être les mains du nouveau patché. Au-delà du fait que James n’apprécie pas tellement Kurtis, c’est surtout qu’il ne lui fait pas confiance. Il n’est pas prêt à mettre consciemment sa vie entre les mains de ce prospect, il n’est même pas capable d’évaluer de près ou de loin ses éventuelles réactions. Ça l’agace quelque part, le type qui est devant lui vient de se faire avoir par cinq gonzesses leur a pourtant sauvé les miches lors de la fusillade de Noël. Il a été capable de réagir à temps. Chance, instinct, réactivité ? James n’en sait rien mais il lui en est malgré tout reconnaissant. Même si sa gratitude est actuellement cachée sous dix kilomètres de colère et d’exaspération, tout cela saupoudré d’un peu de mépris histoire de.

« Alors vas-y explique à oncle James ce que tu compte faire pour lui ! Et au passage t’oublieras pas de bien lui cirer les pompes ! » James écrase son mégot dans un cendar posé à côté de lui en relâchant sa fumée, un mince sourire posé sur les lèvres. Lorsqu’il relève la tête c’est pour rencontrer le visage de Max qui détourne sa furieuse attention pour s’adresser à son frère d’arme.

« Évidement Kurtis sera à ton entière disposition à partir de maintenant, avec ton bras en écharpe, on dirait que tu vas avoir besoin d’une petite assistante et t’as de la chance celle-là ne dit jamais non. » Le blond sourit encore plus alors qu’il se replace contre le comptoir. « Trop aimable Max, merci, vraiment ! » James a l’autorisation de garder le chiot près de lui pendant un petit temps… Voilà qui le ravit ! Il va pouvoir enfin mettre en applications ses doucereuses promesses quant à son retard, physique et mental visiblement.
Le prospect ne met pas longtemps à réagir. Et cette fois il perd vraiment son sang-froid.

Si James se marre aux premiers mots qu’il balance à son acolyte puis s’en prenant à ces connasses de gonzesses qui se sont faits la malle, le motard déchante rapidement. « …alors j’viendrai t’sucer la queue en talons aiguilles si c’est c’qui t’branche Manning ! Mais en attendant laissez-moi ESSAYER bordel de chierie d’merde ! »

L’insulte est lancée et elle arrive droit en plein milieu de la fierté de James qui se redresse. Le prospect a cette fois dépassé les bornes, la couleur et l’expression de son visage changent radicalement. Il arbore soudain sa tête des très mauvais jours, les jours ou un écart de trop l’engagerait dans une de ses rares furieuses colères. Avant même qu’il ne puisse même penser à s’en empêcher, le motard fait deux pas, élance son poing déjà serré à l’extrême et le balance droit dans la mâchoire du prospect qui recule avec violence.

« FERME TA GUEULE MAINTENANT ! »

James souffre. Il n’a pas fais attention durant ce mouvement trop brusque est violent et il s’est cogné le bras à une tabouret haut. Le motard se penche une seconde, accuse le coup alors qu’il serre les dents. S’il ne se calme pas il va finir par lui aussi perdre les pédales et il sait très bien comment ça se passe à ce moment-là. Il est rouge de colère et de douleur. Il finit par se redresser le regard mauvais, sa main droite posée contre son bras.

« Putain et en plus tu me fais mal ! »

Il a envie de lui coller ses bottes dans les côtes mais se contente de grogner entre ses dents serrées. Son ton est redescendu nettement par rapport à sa première réplique. Il lui faudra surement un putain d’antidouleur pour faire retomber ce qu’il vient de réveiller, maintenant. Il a deux fois plus les nerfs qu’avant.

« Ouvre ta putain de sale gueule encore une fois avec ce ton et j’te pète les dents Hawkins, j’te jure sur les yeux de mon fils qu’j’te les ferais bouffer une par une. Donc tu vas redresser ton petit corps de pétasse, faire platement tes putains d'excuse à daddy et moi, et tu vas sérieusement te mettre à cogiter. MAINTENANT. »

La haine transpire dans ses mots. Si Kurtis avait eu l’impression d’être menacé jusque-là, il n’avait surement pas encore eu affaire à ce James là. Le motard se redresse complètement maintenant, la gueule énervée et tirée par la douleur qui lui remonte jusque dans la nuque. Il se détourne du prospect et revient aux côtés de Madmax, se sert sèchement un verre de flotte. Il se passe ensuite une main sur le visage, tâche de se calmer avant que la situation ne dégénère davantage et qu’il perde le contrôle sur son calme légendaire.

© code par Nostaw.


_________________
when my time comes around, lay me gently in the cold dark earth, no grave can hold my body down ; I'll crawl home to her. my babe would never fret none about what my hands and my body done. if the Lord don't forgive me, I'd still have my baby and my babe would have me
SHE NEVER ASKED ME ONCE ABOUT THE WRONG I DID
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : Avatar and gifs @me
Messages : 252
quartier : West Side
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Dim 19 Fév - 22:06

How to get away...


Time to put the puppy down
▲ James & Kurtis.




« Mais PUTAIN, Max ! Qu’est-ce tu veux que j’FASSE ? J’leur ai pas mis un traceur dans l’CUL à ces vieilles salopes d’ukrainienne de MERDE ! »

Exactement. C’est la raison pour laquelle je continue d’insister et de lui rabâcher ce que James lui de toute évidence déjà dit à plusieurs reprises avant mon arrivé et pourquoi ? Pour bien lui faire intégrer les putains de conséquences de son inattention. Parce que sauf coup de bol de dernière minute, retrouver ces gonzesses c’est juste pas possible et il commence très justement à s’en rendre compte, parce qu’a chaque fois qu’on lui demande une solution son cerveau doit se retourner dans tous les sens et jusqu’ici, ce qui en est ressorti n’a pas été brillant voir même complétement vide. Je sais pertinemment que la solution qu’on lui demande n’existe pas, à part erré dans les rues et espéré qu’elles montreront leurs culs au hasard d’un carrefour, il n’y a rien, absolument rien qu’il puisse faire.

La finalité ? Je la connais déjà, je vais juste finir par lui dire de se barrer et le laisser rouler non-stop dans Chicago avec la naïveté débile dont il fait preuve depuis tout à l’heure, jusqu’au moment où il reviendra en chialant parce qu’il se sera rendu compte tout seul que ca n’a servie à rien. Ouai au final, il va juste raquer pour de nouvelles filles et fournir à James un bon bonus pour le dédommagement, en espérant que la prochaine fois, il n’ai pas besoin d’un manuel détaillé en dix tomes sur comment livrer de la marchandise d’un point A à un point B.

Si je m’attaque plus sournoisement au problème, visiblement James lui a perdu patience déjà, la petite remarque de Kurtis ne lui a clairement pas plu et je vois à son visage qu’il vient de basculer, si j’ai vu venir la beigne qu’il vient de lui foutre ? non pas vraiment, mais au moins ca aura le mérite de réveiller un peu le prospect et si il chiale, il aura maintenant une bonne raison de le faire. Sa chute est brutale de toute évidence lui non plus n’a pas vu venir le poing de James et le KOS aurait du s’abstenir à en croire ce qu’il dit il  ne ne s’est pas non plus loupé. Je croise les bras sur ma poitrine et les regarde sans rien dire, James sait se débrouiller tout seul et je suis peut-être le mentor d’Hawkins mais je suis pas son père, il se démerde !

« Ca y est ? Vous avez fini ? »
Je prends appui sur le bar et les regarde tour à tour, pas que ca ne m'anime pas l’après-midi mais bon, j’aimerai tout autant que ca se termine pas en saccage de MON club. « Kurtis je te préviens t’as intérêt à faire gaffe à qui tu parles avec cette bouche parce que le poing de James c’est une ballade de santé comparée à ce que ca pourrait te rapporter ! T’as toujours pas compris ou quoi ? Je tends les bras de chaque côté de mon corps et secoue la tête à la négative Tu sait quoi ! Dégage ! Vas-y prend ta caisse et va les chercher ! T’as jusqu'à demain matin 8H… » Je souffle, pas vraiment parce que je suis en colère, mais plus par dépit parce que j’arrive pas à comprendre comment ca fonctionne dans la tête de ce putain de gamin, un jour, il nous sauve les miches et le lendemain, il est pas foutu d’accomplir une tâche des plus basique et après un an, je suis censé expliquer ca comment moi ? « Et tu n’en parles pas aux autres membres, c’est clair ? Ca reste entre toi, moi et James pour le moment. Je jette un regard entendu à James qui détourne le regard pour le porter vers son téléphone qu’il vient tout juste de sortir de sa poche. et si d’ici là, tu les as pas trouvées, t’as intérêt à revenir ici avec suffisamment de thunes non seulement pour racheter des filles, les faire venir en express et au passage filer un bonus pour la forme à James. C’est clair ? »

« Putain d’ukrainiennes ! Je me tourne vers James l’air intrigué. Howard vient de me dire qu’il a vu une bande de blondasse en jupes courtes, au nombre de cinq avec un accent slave dans un bar du North side ! »


DING DING DING ! Finalement, on dirait bien que le tout-puissant est de son côté, putain de prospect, si ca c’est pas avoir le cul bordé de nouille, je sais pas ce que c’est ! « On dirait que c’est ton jour de chance Kurtis finalement…la question maintenant, c’est de savoir si t’es capable de nous les ramener sans les perdre en cours de route ! Je me tourne vers James qu’est-ce que tu fais blondie ? Tu lui redonnes sa chance ou tu veux les récupérer toi-même ? »

© GASMASK

_________________



A true outlaw ⊹ finds the balance between the passion in his heart and the reason in his mind. The outcome is the balance of might and right.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
Messages : 415
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Mar 21 Fév - 15:34

How to get away with murder again ?
Kurtis & James



« Ça y’est ? Vous avez fini ? »

Oh ça non, il n’a pas fini. En tout cas mentalement, James est en train de démonter le prospect en pièces détachées. Voila pourquoi il se tire un verre d’eau froide d’une traite. Comme pour se remettre les idées en place. Un prospect mort est un prospect inutile.

Max reprend sa réprimande et il a raison, un pain dans la gueule ce n’est pas grand chose comparé à ce qu’il aurait pu récolter. Le prospect se laisse un peu trop aller au gout des deux KOS. James déteste perdre son sang froid, il déteste ne pas avoir la main sur ce qu’il se passe dans sa tête. Il a besoin d’être en pleine possession de moyens, il a besoin de réfléchir. Il déteste s’emporter, il ne sait que trop bien à quoi ça peut l’amener. Il n’est jamais bon de laisser James trop s’énerver, que ce soit pour le mobilier ou la personne en face de lui. Et en l’occurence pour lui-même alors qu’il douille maintenant comme un connard. Ça lui fout doublement les boules.

« Et tu n’en parles pas aux autres membres, c’est clair ? Ca reste entre toi, moi et James pour le moment. »

Max cherche l’approbation chez James. Evidemment que ça restera entre eux. Le motard n’a pas envie lui non de se manger une branlée pour les conneries du prospect. Il acquiesce et c’est à ce moment que son portable se met à vibrer dans sa poche. Il prie pour des bonnes nouvelles et pas encore un énième « pas vu de gonzesse dans l’coin » parce qu’il en a marre. Il a besoin juste d’un peu de chance. Surtout qu’il évolue contre les ordres de Caleb qui a suspendu, pour l’instant, les affaires autour de la maison close.

Max continue de donner des instructions à son poulain mais le visage de James, lui, s’éclaire enfin.

« Putain d’ukrainiennes ! Howard vient de me dire qu’il a vu une bande de blondasse en jupes courtes, au nombre de cinq avec un accent slave dans un bar du North side ! »

Il n’y a pas trente mille gonzesses slaves par bande de cinq qui se trainent le cul dans les bars d’Amérique. A l’heure qu’il est elles sont surement complètement bourrées. James exulte, bordel, finalement peut-être que le sort ne l’a pas complètement abandonné.

« On dirait que c’est ton jour de chance Kurtis finalement…la question maintenant, c’est de savoir si t’es capable de nous les ramener sans les perdre en cours de route ! qu’est-ce que tu fais blondie ? Tu lui redonnes sa chance ou tu veux les récupérer toi-même ? »

James ne répond pas tout de suite à son frère d’arme, occupé à répondre comme une furie à Howard, l’un des contacts du club. Il ne sait d’ailleurs pas pourquoi il n’a pas pensé à lui dès le début après tout, où se trouve de la nana se trouve Howard, c’est presque devenu une maxime que les KOS connaissent bien. A croire qu’il les sent à des kilomètres.

« Comme il est pas capable de se débrouiller tout seul je vais l’accompagner. » Le KOS continue de tapoter sur son portable, n’adresse aucun regard à Kurtis et seulement à MadMax lorsqu’il lève les yeux. « Après tout c’est lui qui les a paumé c’est à lui de les récupérer. » Il hausse les épaules, pianote un numéro sur son téléphone et le cale entre son oreille.

« Allez mais qu’est-ce que tu fous encore là ! Grimpe dans la bagnole tu crois que je vais conduire dans cet état ? »

Le KOS roule des yeux et se tourne vers MadMax alors que les tonalités au téléphone pour joindre Howard se succèdent. « Merci vieux, je te le renvoie tout à l’heure. » Signe de tête et il s’éloigne du gérant du Crashdown pour dépasser le prospect et se diriger vers l’extérieur.

« Ouais ?
— Ah bah j’ai cru que t’allais jamais décrocher mec.
— Ouais s’cuse ! Bon j’ai vu tes blondes, j’ai posé un de mes gars à l’entrée du bar, j’t’envoie les coordonnées. Elle s’f’ront pas la malle t’inquiètes !
— Ouais me les abîme pas hein…
— Naaa tranquille !
— J’te r’vaudrais ça Howard ! »

Sur ces mots il raccroche, se sort une énième clope. Sa colère se déporte doucement vers les ukrainiennes. Si les filles fuient à peine arrivées il se demande comment il va gérer le truc. Il a bien envie que Kurtis se montre un peu responsable, mais pas sur ce coup. Il ne servira que de chauffeur pour l’instant. James pénètre l’habitacle de la bagnole et quand Kurtis s’installe sur le volant, James lui balance son portable affichant l’adresse du bar dans le North Side.

Pas besoin qu’il cause, il se contente de l’observer, lui intime de se taire et de bouger son cul de là.

© code par Nostaw.

_________________
when my time comes around, lay me gently in the cold dark earth, no grave can hold my body down ; I'll crawl home to her. my babe would never fret none about what my hands and my body done. if the Lord don't forgive me, I'd still have my baby and my babe would have me
SHE NEVER ASKED ME ONCE ABOUT THE WRONG I DID
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ... (avatar) Myuu.BANG (code signature)
Messages : 877
quartier : une petite maison à West Side, achetée avec l'héritage de son paternel
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Sam 25 Fév - 13:20





how to get away with murder
again...
#james
#madmax
Le coup ne se fait pas attendre et Kurtis l’encaisse sans broncher. Il titube un peu sous l’impact et prend appuie sur sa mauvaise jambe à nouveau. Il était censé se ménager mais c’est raté. Il sait déjà que tous ses efforts de ces dernières semaines sont à foutre à la poubelle maintenant. Il a trop forcé. D’abord sur les pédales de sa vieille bagnole pour se ramener au Crashdown au plus vite et maintenant, en gardant trop longtemps une position debout inconfortable. S’il a mal à la mâchoire, le Prospect a bien plus mal à la cuisse. Mais il va se garder de s’en plaindre.  
Ce qu’en revanche, James ne se gêne pas de faire. Il lui signale qu’il l’a amené à se faire mal et Kurtis se mord l’intérieur de la bouche pour ne pas rétorquer qu’il se fout vraiment de sa gueule ce gros enfoiré ! Lui aussi a pris une balle ! Et lui n’a pas été autorisé à rester au repas comme Monsieur Manning qui se la coule douce et se sert de tous les Prospect pour ne pas avoir à levé le petit doigt depuis la nuit de Noël ! Lui, on l’a à peine laissé tranquille une semaine et puis les courses ont recommencées à lui pleuvoir sur la gueule, rallongeant son temps de rééducation et augmentant le risque que son muscle ne se remette jamais du traumatisme. Mais qu’est-ce que ça peut leur foutre ça ? Qu’est-ce que ça peut leur foutre qu’il boite jusqu’à la fin de ses jours ?  C’est pas leur souci ! Parce qu’il n’est qu’un Prospect, un pion qu’ils s’amusent à déplacer et humilier constamment dans leur seul et unique intérêt. Et le jour où il apprendra qu’il ne peut pas remonter sur une moto à cause de ses problèmes de jambes, ils se contenteront de lui montrer la porte sans le moindre état d’âme en se disant qu’il n’était pas fait pour cette vie… Putain de connards de merde.
Et en plus, ce vieux fils de pute lui demande des excuses. C’est une blague ? C’est une putain de foutue blague ? Hors de putain de question ! Va chier sac à merde !  Comment est-ce que Natalia peut aimer ce type, sérieusement ? Qu’est-ce qu’elle lui trouve ? Elle l’a rencontré pendant qu’elle jouait les ados rebelles, s’est retrouvée en cloque et a été obligée de continuer à le fréquenter, c’est sûrement ça le délire. Comment est-ce qu’elle peut supporter ce type et son égo ? Il doit la faire chanter, la menacer de lui enlever son môme, c’est pas possible autrement…

« Ca y est ? Vous avez fini ? »
L’intervention de MadMax sauve Kurtis. Parce qu’il n’envisageait pas une seule seconde de s’excuser et que ça aurait pu très mal tourner pour lui… Bien sûr, son mentor n’a pas agi en ce sens et il ne tarde pas à le menacer de le cogner. Comme d’habitude de toute façon. En vérité, ça ne l’impressionne même plus vraiment. Ce qui lui fait peur, ce ne sont pas ses poings ou sa grande gueule, c’est le pouvoir décisionnel qu’il a sur son avenir… Pas seulement son avenir au sein du club mais son avenir avec Mia aussi. Mais c’est un autre débat.
Kurtis attend donc la sentence et elle ne tarde pas à tomber. Enfin. ENFIN ! Il lui permet de mettre les voiles et de se rendre un peu utile. Kurtis sait déjà ce qu’il va faire. Il va fouiller la zone vers laquelle elles se sont tirées. Elles n’ont pas pu aller très loin sans thune et sans passeport. Parce qu’il ne l’a pas précisé à qui que ce soit (pas eu l’occasion…) mais c’est lui qui a leur pièce d’identité avec lui, dans sa boite à gants. Peut-être qu’elles ont réussi à faire passer du blé, mais il doute qu’elles aient une véritable fortune sur elle… Non, la solution de facilité pour elles, ce sera de s’arrêter dans le premier bar venu et de dépouiller un type de son portefeuille…
« Et tu n’en parles pas aux autres membres, c’est clair ? Ca reste entre toi, moi et James pour le moment » continue de le sermonne Maximilian, alors qu’il tente de faire fonctionner sa cervelle, malgré la colère sourde qui l’envahi encore. Il le prend pour un con ? Il pense sérieusement qu’il va aller se vanter d’avoir perdu les filles ? Y a pas cinq minutes, c’est Lui qui demandait à James de ne pas ébruiter l’affaire…
« Oui. Très clair » lâche-t-il entre ses mâchoires serrées, espérant ne pas avoir un ton trop insolent, sans quoi il recevra probablement un nouveau coup. « J’vais les r’trouver… »
Sauf qu’un connard vient apparemment de le faire pour lui… Et comme il se l’était figuré, elles se trouvent dans un bar. Putain ! Si James n’avait pas insisté pour qu’il se ramène TOUT DE SUITE, il les aurait peut-être retrouvé de lui-même et l’incident serait déjà clos. Bande de cons…  Non, pas bande… Juste lui. James est un sale con et il le déteste. C’est officiel.
« On dirait que c’est ton jour de chance Kurtis finalement…la question maintenant, c’est de savoir si t’es capable de nous les ramener sans les perdre en cours de route ! qu’est-ce que tu fais blondie ? Tu lui redonnes sa chance ou tu veux les récupérer toi-même ? »
Rah putain mais NON ! Max ! Tu fais chier ! Met pas mon putain de destin entre les mains de ce connard ! enrage Kurtis qui prend sur lui pour ne rien laisser filtrer de son antipathie à l’égard du motard portant une attèle. Mais il doute d’y parvenir très efficacement. Mais heureusement, James ne le prive pas de sa chance de se rattraper et lui permet (avec un petit tacle) de l’accompagner pour rattraper sa bourde. Qui aurait pu être évitée, s’il avait eu toutes les informations dès le départ.

Sans plus de cérémonie, il se lève son téléphone déjà porté à son oreille. Kurtis échange un dernier regard avec Max.
« J’vais rattraper l’coup » promet-il à son mentor avant de faire volte-face pour rattraper le motard qui, bien entendu, a une allure de dingue.
Une allure qu’il a bien du mal à adopter avec sa patte folle qui l’élance copieusement. Il accélère comme il peut, déguste en silence et rejoint James dans la bagnole. A peine installé, il reçoit le téléphone du KOS dans les mains et mémorise l’adresse. Il connaît ce coin. Il connaît tout Chicago grâce à son job…
« J’connais c’bar c’est… »
Mais James lui fait comprendre qu’il n’a aucune envie d’entendre le son de sa voix. Alors Kurtis prend encooore sur lui et démarre le moteur de la caisse qu’il a loué pour remplacer la sienne, bonne pour la casse. Il s’engage dans la circulation et se concentre sur sa respiration pour ne pas trop douiller et ne pas laisser les éventuelles remarques désobligeantes de James sur sa conduite l’énerver…

**

Il leur faut une petite demi-heure pour rejoindre le bar, situé dans le North Side. Le temps d’arriver, Kurtis a envie d’hurler. Pas à cause de James, à cause de sa jambe qui lui donne l’impression d’être en feu. Il va falloir qu’il retourne voir ce connard de kiné aux mains rêches qui semble prendre un malin plaisir à le tripoter. Enfoiré de pédé ! Il avait pourtant réclamé à avoir une gonzesse mais y avait plus de nana dispo. Quelle connerie…
« C’est là » lance-t-il à James en immobilisant le véhicule devant l’établissement.
James est dehors bien plus vite que lui. Kurtis doit s’y reprendre à deux fois pour se mettre debout et le rejoindre à l’intérieur du bar où les filles se sont installées. Le Prospect les reconnais immédiatement. Ce sont bien elles… Trois sont installées à une table, une quatrième est au bar, en train de jouer de ses charmes, pendant que la cinquième danse lascivement devant un vieux jukebox.
C’est elle qui les repère en premier. Mais au lieu de paniquer comme il aurait préféré qu’elle le fasse, elle commence à glousser et le montre du doigt en criant quelque chose à ses copines. Apparemment, tout ça n’a été qu’un jeu pour elle… C’est du moins ce qu’en déduit Kurtis quand elles se mettent toutes à se foutre de sa gueule. Il voit rouge. Mais il sait qu’il n’a pas droit de les toucher. On n’abime pas la marchandise… Et ces salopes le savent sans doute aussi bien que lui.
« Désolé mignon, nous avons trop soif et toi voulais pas laisser nous faire la fête » minaude la petite blonde qui vient de s’approcher de lui, faisant glisser son index sur son blouson de cuir en papillonnant des cils.
Il va la buter. Il a envie de lui foutre son poing dans son nez trop parfait pour être naturel.
« Me touche pas… » se contente-t-il d’articuler, continuant de taillader ses paumes déjà sanglantes pour garder le contrôle.
« Oh allez ! Ca être une blague ! Vous disez ça non ? Trick or Treat ? On peut passer au treat tous les deux si toi veux… » ajoute l’ukrainienne en glissant ses deux mains dans le cou du Prospect, passant sa langue sur ses lèvres dans une expression provocatrice.
Kurtis attrape ses deux mains et la repousse sans douceur. Et cette fois, elle change de ton et commence à l’insulter dans sa langue natale, alors que les autres s’en mêle et commencent à beugler…  



Code made by Wanderlust

_________________


Sick of those wounds that never heal

Yeah, I've been dancing with the devil, I love that he pretends to care
Oh, all the time that I have wasted, chasing rabbits down a hole when I was born to be the tortoise
I was born to walk alone




Dernière édition par Kurtis Hawkins le Dim 14 Mai - 11:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
Messages : 415
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max Mar 14 Mar - 14:06

How to get away with murder again ?
Kurtis & James




« C’est là »

James relève la tête, jusque-là occupé à gérer les différents contacts à qui il a demandé des infos sur les slaves. Les deux KOS sont bel et bien arrivés dans un bar du North Side, un truc chic, évidemment, ces connasses ne voulaient que ça. Boire de l’alcool hors de prix et montrer leur plastique parfaite aux quatre coins de leur nouveau chez elles. Il pousse un soupire et s’extrait de la bagnole après avoir rangé son portable dans la poche intérieure de son cuir.
Le trajet en voiture qui s’est fait dans un silence plutôt pesant lui a quand même permis de se calmer un minimum, ne serait-ce que par rapport à Kurtis. Évidemment, il a merdé. Mais il s’imagine tout à fait que les ukrainiennes en ont bien profité. Il ne les a encore jamais vues qu’en photo mais, même s’il ne les avait jamais vue, il les reconnaît immédiatement. Cinq blondasses habillées comme en été qui parlent trop fort, ça se loupe pas vraiment.

Alors qu’ils arrivent dans le bar, Kurtis plus lentement que James a cause de sa guibolle en feu, les nanas ne mettent pas longtemps avant de les repérer et de se mettre à ricaner comme des connasses. Elles font les malignes et ne tardent pas à se foutre de la gueule du prospect à qui elles ont joué un mauvais tour.

James laisse Kurtis passer devant lui, il veut que le prospect se démerde, qu’il prenne les choses en main. Mais dans un premier, il semblerait que ce soit les ukrainiennes elles-mêmes qui prennent la main alors que l’une d’elle vient se coller à Kurtis. Le blond lève les yeux au ciel, prend son portable pour texter Max vite fait sur l’avancée, à savoir pour l’instant un simple « trouvées ». C’est juste le temps qu’il suffit à la blonde pour énerver le prospect déjà bien sur les nerfs, James refuse que leur petit jeu continue plus longtemps, il balance à nouveau son portable dans la poche intérieure et intervient alors que le prospect repousse l’ukrainienne qui lui bavait dessus jusque-là, ce qui suffit à réveiller les autres en fanfare.

« Hey ! » Le motard s’approche, mais les cinq prostituées n’entendent absolument rien, trop occupées à insulter Kurtis dans leur langue. Il ne faut pas cinq secondes à James pour perdre patience, le cerveau écrasé par les voix dissonantes des cinq blondes. « BOUCLEZ-LÀ PUTAIN ! »

C’est sa voix à lui, balancée avec violence en direction des ukrainiennes qui les fait enfin taire, leur imposant un silence stupéfait. Le regard de James est noir, elles ont le visage tourné vers lui maintenant. Son exclamation laisse planer un silence plutôt gêné dans le bar, les discussions reprennent doucement alors que le KOS les observe une par une.

« M’sieurs ? Le barman, toujours derrière son comptoir, s’adressent aux deux KOS.
— Quoi ? Un problème ? » James a ouvert sa veste pour lui présenter l’avant de son cuir. Il sait qu’il n’est pas dans leur quartier de prédilection mais les Kings sont assez réputés pour être tranquilles, si tenté que la personne en face d’eux soit un peu trouillarde. Le barman glisse son regard sur les inscriptions du cuir de James, qui trouvent un écho sur celui du prospect, tout à fait visible et menaçant. Il baisse la tête et s’éloigne quasi-immédiatement et James redonne son attention aux slaves.

« Mettez bien en marche vos putains de traducteurs : s’il y en a une qui fait un truc débile, retour direct à la case départ. C’est compris ? » James menace très fermement, il n’a pas le temps pour ce genre de conneries. « Vous faites ce qu’il dit. » James leur désigne Kurtis, à lui de prendre la suite maintenant et d’ailleurs il lui signifie qu’il lui laisse les rennes, à lui de voir comment il va s’en sortir. « T’es en charge de la suite maintenant. »

© code par Nostaw.


_________________
when my time comes around, lay me gently in the cold dark earth, no grave can hold my body down ; I'll crawl home to her. my babe would never fret none about what my hands and my body done. if the Lord don't forgive me, I'd still have my baby and my babe would have me
SHE NEVER ASKED ME ONCE ABOUT THE WRONG I DID
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact







MessageSujet: Re: How to get away with murder, again ? — Kurt & Max

Revenir en haut Aller en bas
 

How to get away with murder, again ? — Kurt & Max

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Murder Party "Apothéose"
» Murder Party Harry Potter
» [Murder] Dieu est mort ! - Chez Octavio - 19h-epsilon
» DYP organise sa murder party!
» La Pension Saint Sauveur (Murder Party Provins)
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: West Side :: CRASHDOWN-