Partagez | 
 

 2 - DECEIVE THE FOOL ø ELEESHA

Aller en bas 
avatar



crédits : me
messages : 123
quartier : south side

MessageSujet: 2 - DECEIVE THE FOOL ø ELEESHA   Mer 7 Mar - 23:30




2 – DECEIVE THE FOOL

its not you, its me, just me, i need something and you can give it to me

« TU SAIS PAS CE QUE C’EST, D’ACCORD ?!
— Si maman savait, encore une fois… t’as pas d’autres choses à BRANLER que foutre ta VIE en l’air, en plus de ça t’aurais pu le TUER, Nikki ! J’suis censé faire quoi maintenant, j’suis censé…
— ARRÊTE ! Arrête, tu sais rien, t’as rien à voir là-dedans, t’as RIEN à me dire, tu crois que t’es en position de tout savoir et de me faire la morale mais tu sais QUE DALLE, t’es qu’un con !
— Tu m’expliques ce que j’ai à savoir de plus que ça ? Le grand frère, en tenue de pompier, agite un papier sous le nez de Nikki qui le lui arrache d’un geste violent, récupère le papier qu’elle jette par terre après avoir froissé et repousse son frère, les deux mains à plats sur son torse. Les larmes qui lui coulent sur le visage ont au moins le mérite de brûler sa peau, un peu et de réchauffer son corps transi de froid. Les Veronesi sont à l’extérieur de la caserne, le premier vient d’entendre les retours sur le passage aux examens de sa sœur et l’autre, suspendue, venait chercher autre chose de lui. Un peu d’argent, n’importe quoi, avec un air innocent, tranquille. La jeune femme s’insurge, hurle sur son frère au milieu de sanglots pathétiques. À cet instant, les deux se détestent.
— T’avais pas à fouiller dans mes affaires, ça te concerne pas !
— J’suis ton supérieur, d’accord !
ET mon frère, putain tu pouvais pas te mêler d’ton cul, t’as toujours aimé ça de toutes façons !
— T’as mis un des nôtres en danger, Nikki. La blonde lui adresse un majeur tendu, n’a rien à répondre à ça. T’as replongé quand ?
— C’est pas ton problème !
— J’vais en parler à Maman et Papa…
— MAIS TU FAIS C’QUE TU VEUX ! Démerdes-toi putain, va cracher j’en ai rien à foutre ! Mais te mêles plus de mes affaires…
— TU FAIS TOUJOURS ÇA MERDE ! Tu fais toujours ça, tu fous tout en l’air t’en as rien à carrer des gens autour de toi, et tu nous repousses comme si on était rien !
— T’as rien d’autres à balancer que des conneries, casse toi !
— Tu peux pas toujours faire ça, ok ?
— CASSE TOI JE T’AI DIS ! »

Nikki s’approche de son frère, brutalement, le pousse, une deuxième fois, puis une troisième, le force à s’éloigner d’elle et il finit par abdiquer, lève les mains en signe de reddition avant de faire demi-tour, rentrer dans la caserne, claquant la porte dans son dos. À peine la porte se referme sur la silhouette enragée d’Andrea Veronesi, la troisième de la fratrie laisse échapper un long sanglot fatigué. Puis un deuxième. Elle passe sa manche sous son nez, défait les cheveux qui trainent sur son visage, avant de laisser retomber son dos contre le mur et laisser échapper les quelques larmes qui lui montent aux paupières.

La blonde est épuisée, mène un rythme de vie complètement instable et n’a vraiment pas envie de retomber une fois dans plus dans les bras d’un inconnu pour se trouver une dose. La crise de manque n’est pas là, mais pas loin, elle le sait, Nikki connaît les différents stades. Elle souffle, renifle, chouine encore, se fustige, repasse la conversation mouvementée qu’elle vient d’avoir avec son frère dans sa tête. Là, maintenant, à cet instant : elle le hait. Il est tout ce qu’elle n’est pas et mieux encore, il s’inquiète. Aussi égoïste que ce soit, Nikki ne veut pas avoir à dealer avec ce genre de truc, ne veut pas ressentir plus de culpabilité que la situation n’en exige. Mais tout ce bordel risque de devenir plus compliqué encore, car il ira bien entendu balancer les dernières nouvelles à leur parent. Ils vont tous vouloir s’en mêler, un par un.

La blonde en est là de ses réflexions lorsqu’elle remarque, enfin, une présence, débarquer dans son champ de vision. Sa tentative de dissimulation est immédiate, elle se redresse et esquisse un geste de départ.


© TITANIA

_________________


i got a taste for men who older
it's always been so, it's no surprise :
don't treat me rough, treat me very niceys
decorate my neck, diamantes ices

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



messages : 134
quartier : South Side

MessageSujet: Re: 2 - DECEIVE THE FOOL ø ELEESHA   Sam 10 Mar - 10:31

~Mercredi 24 janvier – Matinée ~


Le rythme de la caserne commençait peu à peu à imprégner Eleesha. Cela allait fait un mois. Un mois qu’elle avait pour la première fois sauté dans un camion pour une intervention, un mois qu’elle sentait son cœur se serrer dans un mélange d’excitation et de crainte chaque fois que la sirène sonnait. Elle n’arrivait pas à savoir si cela lui paraissait extrêmement long ou extrêmement court. Le temps passait à une allure folle et chaque jour elle apprenait quelque chose de nouveau. L’académie était une chose, le terrain une autre. Certaines journées étaient plus difficiles que d’autres mais la solidarité globale de la caserne l’aidait à avancer, à passer à autre chose. Et au moins, elle rentrait souvent fatiguée d’une journée de garde, n’ayant pas le courage de remuer ses pensées sombres. Ce rythme lui plaisait même si elle avait l’impression de ne pas avoir appelé sa famille depuis des lustres.

Un sac à dos avec quelques affaires vissé sur une épaule, Eleesha approchait de la caserne, emmitouflée dans ses vêtements. Le froid était assassin en cette période à Chicago et chaque déplacement à l’extérieur était calculé. Eleesha était recouverte de plusieurs couches soigneusement agencées pour que chaque pas ne soit pas une torture. Elle n’avait qu’une envie cependant : entrer dans la caserne et se mettre au chaud. Seulement, alors qu’elle n’était plus qu’à quelques mètres de l’entrée, Eleesha s’immobilisa et fronça les sourcils. Des éclats de voix et des langages corporels qui ne laissaient aucun doute sur la situation. Elle reconnut immédiatement Andrea Veronesi, un de ses collègues qui s’était toujours montré agréable, bienveillant et charmant. Mais là, il semblait hors de ses gonds. Il lui fallut plus de temps pour mettre un nom sur le second visage mais alors que les éclats de voix se faisaient plus distincts, elle comprit immédiatement : la sœur de son collègue, suspendue depuis qu’elle était arrivée mais techniquement, une de ses collègues aussi.

Eleesha n’était pas spécialement du genre à se mêler des affaires des autres et aurait bien passé son chemin mais les deux étaient en train de se prendre la tête devant l’entrée et la jeune femme se voyait mal passer devant eux comme si de rien n’était. Elle s’arrêta donc un peu plus loin, se faisant discrète. Elle avait de l’avance et pouvait donc attendre un peu que leur crise soit passée. Malgré elle et ce sans doute de manière profondément humaine, la jeune femme capta une partie des échanges. Et ce n’était pas joli à entendre. La conversation ne s’éternisait pas et bientôt, plus aucun son ne se fit entendre, si ce n’étaient quelques sanglots réguliers. Eleesha sortit alors de sa cachette et remarqua que la sœur Veronesi était toujours là, en prise avec les larmes. La pompier aurait bien franchi les portes comme si de rien n’était, pour ne pas se mêler de ce qui ne la regardait pas mais elle ne pouvait décemment pas laisser la jeune femme dans le froid comme ça sans s’assurer qu’elle allait bien. L’air le plus détaché et neutre possible, elle s’approcha donc de la demoiselle.


« Est-ce que ça va ? »


Elessha chercha alors le regard de la jeune femme, voulant avoir un signe qu’elle allait bien. Après tout, elle connaissait certes Andrea et avait confiance en lui mais ne savait rien de leur relation et leur échange avait eu l’air d’être particulièrement violent. Dans les mots uniquement, du moins elle espérait sincèrement.

« Vous inquiétez pas, je ne vais pas faire semblant d’être psy ou vous inciter à raconter ce qu’il s’est passé pour vous soulager. Je veux juste m’assurer que vous allez bien. »

Eleesha avait jeté un regard à sa montre, elle était bien en avance ce matin-là et pouvait donc s’accorder quelques minutes pour vérifier que la jeune femme n’allait pas rester plantée là dans le froid aux prises avec sa tristesse. Elle ne la connaissait pas et n’avait aucune idée de comment elle fonctionnait. Les mots de son collègue se faisaient encore entendre dans son esprit, lui qui accusait sa sœur de toujours tout foutre en l’air…. Difficile d’encaisser ce genre de choses, elle n’avait aucune idée de comment elle aurait réagi si un de ses frères lui avait tenu un discours pareil… C’était peut-être ça aussi, qui la poussait à prendre quelques minutes et à ne pas rester complètement indifférente face à ce qu’elle avait vu et entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : me
messages : 123
quartier : south side

MessageSujet: Re: 2 - DECEIVE THE FOOL ø ELEESHA   Lun 26 Mar - 21:34




2 – DECEIVE THE FOOL

its not you, its me, just me, i need something and you can give it to me

« Est-ce que ça va ? »

Nikki relève la tête, consciente que la jeune femme qui vient de débarquer dans son champ de vision s’adresse à elle mais pas sure de vouloir que ce soit vraiment le cas. La blonde retient un soupir et s’arrête dans son geste de départ, les yeux vitreux, mouillés, les cernes creusés. Elle fait peine à voir et le sait, c’est pourquoi même si elle s’arrête dans son geste, Nikki plonge ses mains dans ses poches et relève un peu ses épaules pour enfoncer son visage marqué par le manque en prévision dans sa grosse écharpe orange. La junkie hésite à répondre, à simplement fuir la scène pour s’éviter davantage d’humiliation. La jeune femme a du l’entendre, c’est évident. Et sa question n’a pour effet dans un premier temps que de renforcer la boule de larme dans sa gorge. « Est-ce que ça va ? », une question qu’on ne lui a pas posé depuis un moment, qui lui semble inutile, accessoire. Non, ça ne va pas, elle est fatiguée, épuisée même, incapable de se retrouver avec elle-même et ses pensées plus de quelques heures avant de devenir folle et de trouver quelque chose à faire. Généralement rien de sain pour elle, juste une manière comme une autre de refouler les traumatismes et d’envoyer chier sa conscience.

« Vous inquiétez pas, je ne vais pas faire semblant d’être psy ou vous inciter à raconter ce qu’il s’est passé pour vous soulager. Je veux juste m’assurer que vous allez bien. »

Nikki renifle, debout et pas très fière devant sa potentielle collègue (pas difficile de lien, même pour elle qui n’est pas spécialement en possession de toutes ses capacités de réflexion). Elle glisse à nouveau sa manche sur ses joues d’un air pas spécialement gracieux pour essuyer les larmes qui brûlent sa peau rouge de froid, puis hausse les épaules, baisse la tête une seconde et revient enfin planter son regard bleu de les yeux noisettes de la jeune femme au sac à dos. « Ça va… Ça va. Merci de vous en inquiétez, c’est juste une dispute entre frère et sœur, je sais pas si vous connaissez ça mais c’est rien. Nikki tente d’y croire à son baratin, esquisse un sourire, entre deux coulées de flotte sur ses joues qu’elle fait disparaître aussi rapidement qu’elles sont apparues. Il est gentil en temps normal, un peu casse-pied mais c’est pas le pire supérieur que vous pourrez avoir. La junkie s’efforce de mettre de la conviction dans ses mots, de maquiller la vérité colère qu’elle tient bien au creux de sa poitrine. L’effort est évident, rend la supercherie caduque, et les deux femmes en sont surement conscientes. Vous venez de débarquer à la caserne ? La blonde sort sa main gantée de sa poche et la tend dans la direction de la brune. Nikki Veronesi, pompier ici aussi. »

© TITANIA


_________________


i got a taste for men who older
it's always been so, it's no surprise :
don't treat me rough, treat me very niceys
decorate my neck, diamantes ices

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



messages : 134
quartier : South Side

MessageSujet: Re: 2 - DECEIVE THE FOOL ø ELEESHA   Mar 27 Mar - 10:25

Eleesha sait bien que son intrusion dans la vie personnelle de la jeune femme peut être vécue étrangement. Peut-être que cette jeune femme n’avait pas très envie qu’on la voit dans un moment de faiblesse, dans cet état, l’air fatigué, le visage rougi par les larmes. L’afro-américaine comprenait bien car elle n’était pas du genre à aimer qu’on la voit alors qu’elle n’était pas en pleine possession d ses moyens. Alors oui, Eleesha faisait au mieux pour ne pas être trop intrusive, pour laisser des portes de sorties à sa vis-à-vis. Pour autant, elle ne pouvait pas passer à côté d’elle comme si de rien n’était, c’était presque pire. La demoiselle essuya son visage, reprenant par ce geste peu à peu le contrôle sur elle-même. Sa voix se fit entendre, plus calme, plus posée que lorsqu’elle s’adressait à son frère même si on y entendait encore la trace de ses sanglots. Eleesha sourit en l’entendant déclarer que ce n’était qu’une dispute entre frère et sœur. L’espace de quelques secondes, elle faillit répondre, dire qu’elle avait elle-même deux grands frères et qu’elle était habituée à ça. Mais non. Elle n’avait plus qu’un frère et le fait d’en passer un sous silence lui faisait trop mal. Alors elle ne dit rien, se contentant d’hocher la tête en souriant, signe qu’elle voyait tout à fait ce que son interlocutrice entendait par là. Cette dernière semblait reprendre le dessus et ses esprits au fur et à mesure de la conversation, elle parla alors de son frère avec plus d’affection. Elle avait donc deviné qu’Eleesha était pompier, ce qui n’était pas très compliqué en même temps.

« Jusque-là en tout cas, je n’ai pas eu à me plaindre. »

En effet, Veronesi était loin d’être un collègue désagréable. Sympathique, accueillant, Eleesha s’était même senti plutôt bien accueillie par lui et poussée vers la réussite plus qu’autre chose. La petite sœur lui demanda alors si elle venait d’arriver dans la caserne avant de lui tendre la main. L’afro-américaine la saisit, la serrant fermement mais avec chaleur.


« Eleesha Lewis, effectivement la nouvelle recrue. Enchantée. »


Eleesha ne pouvait nier qu’elle était contente de voir une autre collègue de sexe féminin. Elle avait entendu parler d’une pompier volontaire, qui était là avant son arrivée et qui avait malheureusement trouvé la mort lors d’un accident. L’afro-américaine, par respect pour cette femme, évitait donc de parler avec ses collègues du fait qu’elle soit la seule femme présente. Craignant de toucher un point sensible voir de paraître insultante sans le vouloir. Mais avec Nikki, qu’elle rencontrait maintenant, elle se rendait compte qu’elle n’était pas seule et que les femmes prenaient peu à peu leur place dans cette institution. Bien sûr, le fait qu’elle n’ait jamais vu sa collègue en tenue lui laissait supposer qu’elle était suspendue pour un temps ou en arrêt maladie. Elle ne la connaissait cependant pas encore assez pour se permettre une question aussi personnelle.

« Vous êtes à la caserne depuis longtemps ? Je suis toujours à la recherche d’indications pour m’intégrer et faire mon travail au mieux. »

Au-delà de l’aspect purement conversationnel, Eleesha pensait sincèrement ce qu’elle venait de dire. Elle avait l’intention de devenir un excellent pompier, d’être accepté par ses collègues pour la qualité de son travail et pour rien d’autre. D’être reconnu non pas comme « pas mal pour une femme » ou quoi que ce soit du genre. Elle voulait être un pompier à part entière. Avoir les conseils d’une collègue c’était toujours une bonne chose à prendre. Se construire soi-même mais apprendre des autres, voilà sans doute ce qui illustrait le mieux la façon de penser d’Eleesha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : me
messages : 123
quartier : south side

MessageSujet: Re: 2 - DECEIVE THE FOOL ø ELEESHA   Lun 16 Avr - 20:35




2 – DECEIVE THE FOOL

its not you, its me, just me, i need something and you can give it to me

« Jusque-là en tout cas, je n’ai pas eu à me plaindre. Si seulement Nikki pouvait en dire la même chose. Andrea a toujours été un de ses préférés, et bien souvent c’est par les gens les plus proches de soi que l’on prend les plus grandes claques. Se faire cracher dessus par Béatrice ne lui avait absolument rien fait. Mais les derniers mots de son frère sont d’ores et déjà comme marqués au fer rouge dans son esprit. Il est déçu évidemment. Et bientôt, le reste de la tribu Veronesi viendra lui faire la leçon. Ah… Nikki se dit qu’elle devrait fuir, fuir cette conversation qui commence tout juste avec la jeune femme qui lui serre la main, fuir la ville, ses parents, les amis qui continuent de l’appeler alors qu’elle n’a plus décidé de répondre aux appels. Eleesha Lewis, effectivement la nouvelle recrue. Enchantée. La blonde lui adresse un mince sourire pour toute réponse. Eleesha Lewis, un nom qu’elle retiendra désormais. Même si Nikki est suspendue pour l’instant, elle n’est pas virée (bien que ça lui tombera peut-être beaucoup plus vite que prévu sur le coin du nez, quand Adler aura les résultats de ses tests sanguins…), et voilà enfin une collègue femme. Avant elle, il y avait Lou. Encore un sujet particulièrement douloureux pour pas mal des pompiers présents à la caserne. Nikki, elle, était déjà bien trop loin à ce moment de sa vie pour se préoccuper de la mort de sa collègue. Vous êtes à la caserne depuis longtemps ? Je suis toujours à la recherche d’indications pour m’intégrer et faire mon travail au mieux.
— Hm… Nikki soulève les épaules, déplace une mèche de cheveux hors de sa vue, semble réfléchir quelques minutes. Tout ce qu’elle a à dire sur la caserne, Eleesha n’a surement pas envie de l’entendre. Nikki n’a envie de voir aucun de ses collègues pour l’instant, pas même Josef avec lequel elle s’entend bien. Et encore moins Lloyd… qu’elle a toujours détesté avec ses grands airs. Ça fait un moment ouais, quatre ans, peut-être cinq. Le temps passe vite. Léger sourire, un regard vers la porte d’entrée avant de revenir au regard de sa nouvelle collègue. La seule chose qu’on m’a dit de faire et que j’ai faite, c’est de suivre les ordres sans broncher, de ne pas s’imaginer surhumain et encore moins plus malin qu’son sup. J’imagine qu’on vous a déjà fait le topo. Sinon mon avis un peu plus poussé que le baratin précuit c’est… soyez honnête avec vous-même et avec les autres, c’est peut-être le truc le plus important. Et n’hésitez à leur rentrer dedans si ça vous convient pas, ils se laissent facilement porter par la plaisanterie pour décompresser, mais je sais à quel point parfois ça peut être pesant. Ça lui paraît être les points essentiels de sa propre expérience. Petite sœur d’Andrea, elle avait du subir pas mal de petites plaisanteries lui rappelant sans cesse sa place dans la fratrie. Vous êtes sous quel supérieur direct ? »


© TITANIA


_________________


i got a taste for men who older
it's always been so, it's no surprise :
don't treat me rough, treat me very niceys
decorate my neck, diamantes ices

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



messages : 134
quartier : South Side

MessageSujet: Re: 2 - DECEIVE THE FOOL ø ELEESHA   Ven 4 Mai - 9:52

Quatre ou cinq ans… Eleesha s’était contentée d’hocher la tête montrant qu’elle assimilait la réponse de sa collègue mais au fond, elle en pensait bien plus. Cela commençait à faire un bon nombre d’années, sa collègue devait donc avoir de l’expérience et au fond d’elle, la jeune femme ne pouvait s’empêcher de se dire qu’elle avait hâte de la voir à l’œuvre. C’était idiot mais elle voulait voir une autre femme pompier d’expérience, comme si elle avait besoin d’un modèle. Elle en avait certes déjà plein à la caserne mais tous des hommes et même si elle n’irait pas le dire à voix haute pour ne pas froisser qui que ce soit, cela faisait une différence. En tout cas, c’était bon signe de voir qu’une femme avait pu rester aussi longtemps pompier et surtout, dans une même caserne. Eleesha s’étaient sentie bien accueillie ici et cette impression était donc confirmée. Toujours une bonne chose à prendre. Nikki, qui avait d’abord marqué une pause, repris finalement la parole pour lui donner quelques conseils. Suivre les ordres et ne pas se prendre pour un héros… Si Eleesha était une forte tête, avec un sacré caractère, elle avait vite compris que suivre les ordres était essentiel en intervention et c’était clairement un point sur lequel elle n’avait pas l’intention de manquer au règlement. Se contrôler pour agir dans l’intérêt des victimes, c’était le mot d’ordre. Mais sa collègue ne se contenta pas de lui répéter ce qu’elle avait pu déjà entendre de la part d’autres collègues. Elle y ajouta son grain de sel et cette fois, l’afro-américaine laissa un sourire se dessiner sur son visage.

« Je vois parfaitement ce que vous voulez dire. »

Jusqu’ici, Eleesha n’avait pas spécialement à se plaindre des plaisanteries de ses collègues mais elle sentait bien comme tout pouvait parfois déraper. Il suffisait d’un petit rien, d’un simple détail pour que la blague devienne lourde et déplacée. Eleesha avait plutôt tendance à ne rien dire jusque-là, à rester silencieuse pour ne pas provoquer d’esclandre et s’intégrer en douceur mais Nikki avait raison et elle le savait. Il fallait qu’elle s’affirme malgré tout et elle devait être prête à réagir le jour où l’on franchirait ses limites. Elle comptait aussi, quelque part, sur ses supérieurs pour être vigilants à ce niveau même si bien sûr, elle savait qu’elle devait aussi savoir se défendre toute seule. En parlant de supérieur, Nikki venait d’ailleurs de l’interroger à ce sujet.

« Je suis au camion échelle, avec le lieutenant Miller. »

Eleesha replaça alors convenablement son sac sur son épaule avant de continuer.

« J’ai beaucoup de respect pour lui, il m’apprend beaucoup, il sait à la fois me pousser tout en restant bienveillant et juste. »

Eleesha ne tarissait pas d’éloges sur son lieutenant mais ce n’était pas pour se faire bien voir. Si elle avait eu des soucis avec son supérieur, elle ne l’aurait pas hurlé sur tous les toits mais clairement, elle ne se serait pas embarrassée de formules de politesse et se serait contenté de donner son nom. Mais elle devait beaucoup au lieutenant Miller et elle était contente d’apprendre avec lui. C’était d’ailleurs un point qui l’avait rapidement rassurée, se rendre compte que cela se passait bien avec son supérieur direct et qu’elle se sentait suffisamment en confiance pour s’appuyer sur lui si elle en ressentait le besoin.

« Et vous ? »

La question posée par Eleesha n’était pas simplement rhétorique. Elle s’intéressait sincèrement à cette nouvelle collègue qu’elle venait tout juste de rencontrer et comptait bien profiter des quelques minutes d’avance qu’elle avait encore pour mieux la connaître. Elle avait déjà presque oublié la violente dispute qu’elle avait pu apercevoir entre la jeune femme et son frère. Dans cette ville qu’elle ne connaissait que peu, elle cherchait des repères et peut-être que c’était un visage amicale qu’elle voulait voir en Nikki.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : me
messages : 123
quartier : south side

MessageSujet: Re: 2 - DECEIVE THE FOOL ø ELEESHA   Mar 15 Mai - 23:35




2 – DECEIVE THE FOOL

its not you, its me, just me, i need something and you can give it to me

« Je vois parfaitement ce que vous voulez dire. »

On verra si elle saura se rappeler de ce détail au moment venu.
Nikki observe son interlocutrice avec un air tranquille, ce ne sont pas des paroles en l’air, elle sait comme un rien peut rendre tout un échange soudainement étrange et mettre de la tension dans l’air.

« Je suis au camion échelle, avec le lieutenant Miller.
— Ah, Josef… »

Là, c’est un sourire qui se dessine furtivement sur les lèvres de la blonde. Josef est un de ses préférés, pas comme cette branque de Lloyd. Hatfield… ah, il l’agace avec son air de type qui sait tout mieux que tout le monde. Ça n’est jamais passé avec lui, la blonde l’avait senti dès le début. Ils ont réussi à ne pas se marcher dessus et être professionnels au travail, et à se tenir bien dans les occasions où ils pouvaient se voir. Une soirée dans un bar en compagnie des autres pompiers. Mais elle ne le trouve pas drôle, casse-couille et surtout, moralisateur. Et Nikki déteste recevoir des leçons. Ce qui est drôle par contre aujourd’hui est de voir à quel point il est descendu de son piédestal. Nikki n’en a strictement rien à foutre de se moquer de son malheur, elle ne veut pas savoir pourquoi, ni comment, ni ce qui le pousse à merder. Ça ne lui fait pas plaisir non plus. Mais au moins, se dit-elle, il réfléchira peut-être à deux fois avant de faire des discours pleins de son célèbre bon sens.

« J’ai beaucoup de respect pour lui, il m’apprend beaucoup, il sait à la fois me pousser tout en restant bienveillant et juste.
— Josef est un excellent supérieur.
— Et vous ?
— Pareil. Si je n’étais pas en congés, nous aurions surement bossé sur les mêmes interventions. La blonde lui adresse un mince sourire. Mais la vie en est autrement et il va vous falloir affronter ces têtes de nœuds toute seule. La voilà qui fait un peu d’humour au milieu de la douleur qui s’est plantée au milieu de sa poitrine. D’ailleurs est-ce que je ne suis pas en train de vous retarder ? Miller aime pas trop les retardataires je ne voudrais pas vous mettre dans l’embarras. Ce serait un peu con, autant commencer sur de bonnes bases. »

© TITANIA


_________________


i got a taste for men who older
it's always been so, it's no surprise :
don't treat me rough, treat me very niceys
decorate my neck, diamantes ices

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



messages : 134
quartier : South Side

MessageSujet: Re: 2 - DECEIVE THE FOOL ø ELEESHA   Jeu 17 Mai - 22:10

Josef… Eleesha n’avait pas réussi à cacher sa surprise en entendant le prénom de son lieutenant. C’était idiot mais depuis qu’elle était arrivée, elle s’était contentée de l’appeler par son nom de famille, en signe de respect pour son grade et sa personne. Alors voir que sa collègue parvenait à l’appeler ainsi avec tant de facilité, oui ça l’avait surprise. Mais sans doute qu’elle aussi, avec le temps, accepterait de l’appeler par son prénom, dans les moments off bien sûr. En intervention elle était certaine qu’elle garderait cette marque de respect, comme pour être sûr que tout reste bien à sa place et que l’ordre des choses ne soit pas bouleversé. Eleesha et son côté rigoriste… Enfin, Nikki lui confirma que Miller était un bon lieutenant et lui expliqua qu’elles auraient sans doute travaillé ensemble si elle n’était pas en congés. Eleesha lui adressa alors un sourire sincère.

« Et bien nous travaillerons alors bientôt ensemble. »

Oui, Nikki allait revenait sans doute et les deux jeunes femmes seraient ensemble. Cette idée faisait plaisir à Eleesha, elle sentait parfois l’envie d’avoir un visage familier dans l’équipe. Bien sûr elle commençait à connaître ses collègues, à s’habituer à eux, à prendre ses repères mais c’était différent d’avoir une collègue femme. De sentir qu’elle n’était pas la seule dans ce monde très masculin. Alors oui, elle était sincère et espérait que la jeune femme retrouverait vite son poste. Mais pour ça, il ne fallait pas qu’elle perde le sien. Nikki lui demanda alors si elle n’était pas en train de la retarder. La pompier baissa la tête pour regarder sa montre. Non elle n’était pas encore en retard, elle avait su prendre suffisamment d’avance. Mais effectivement, il ne fallait pas qu’elle s’attarde de trop.

« En effet, je ne suis pas en retard mais ce serait bien que je ne tarde pas à aller me changer. »

Eleesha enleva alors une des bretelles de son sac pour que ce dernier bascule sur l’avant. Elle l’ouvrit alors rapidement et sortit de son sac un petit carnet ainsi qu’un stylo. Elle posa finalement son sac au sol avant de détacher une des pages de son carnet qui n’était autre que son agenda. Elle griffonna rapidement son nom et son numéro de téléphone et tendit finalement le morceau de papier à Nikki.

« Mon numéro. Vous avez le droit de ne rien en faire mais je me dis qu’en tant que collègues, on pourrait discuter plus amplement un de ces quatre. »

Eleesha rangea alors rapidement son carnet et son stylo dans son sac avant de jeter de nouveau celui-ci sur son épaule. Si Nikki souhaitait nouer contact, elle n’avait qu’à lui envoyer un message. Sinon, elle ne s’en formaliserait pas et s’en remettrait. Mais au fond oui, elle espérait avoir l’occasion de poursuivre cette conversation, d’avoir ses retours d’expérience et pourquoi pas, de tisser une amitié. Malgré le travail, malgré ses nombreux engagements, le temps pouvait parfois paraître long lorsqu’on est seul dans une si grande ville.

« J’ai été ravie de faire votre connaissance en tout cas. »

Eleesha tendit alors sa main vers Nikki pour la serrer puis, d’un signe de tête, elle lui dit aurevoir avant de s’avancer dans la caserne. Elle n’était pas en retard, elle avait le temps encore de se changer et d’aller dans la salle commune tout en respectant les horaires imposés. Elle glissa son téléphone dans sa poche, se demandant si elle avait réussi à se faire une nouvelle alliée dans cette grande ville ou si ce n’était que l’illusion de quelques mots échangés.

- Fini pour moi -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: 2 - DECEIVE THE FOOL ø ELEESHA   

Revenir en haut Aller en bas
 
2 - DECEIVE THE FOOL ø ELEESHA
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» fool them [PV]
» Every whisper of every waking hour, I'm choosing my confessions, trying to keep an eye on you, like a hurt, lost and blinded fool. ₪ 22 mars, 18h22
» see her come down through the clouds, I feel like a fool ✈ 16 MAI, 18H21, SASHA.
» [Ultra Ouvert, ramenez vos potes!!!] Un matin...
» played the fool (sydney)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: Downtown The Loop :: CHICAGO FIRE DEPARTMENT-
Sauter vers: