Partagez | 
 

 where we land ø nat

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar



crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
messages : 450
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov

MessageSujet: where we land ø nat   Jeu 12 Avr - 21:21


where we land
ft. natalia & eliott

 James coupe le contact de son pick-up bleu acier à une centaine de mètres de l’école de son fils. Il se fait la réflexion quant au fait que c’est toujours blindé aux heures de sortie et qu’il aurait du venir plus tôt, ou qu’il aurait du débarquer en moto pour plus de simplicité. Mais il est là, avec la vieille voiture de son père qui n’aura bientôt vraiment plus aucun charme. La bagnole a pris cher avec les travaux bien entamés de la maison (également à son père), la carcasse est vieille, les bosses et rayures s’accumulent et même s’il s’occupe de la mécanique sous le capot… et bien, la vieillesse fait quand même son lot. D’aussi loin qu’il s’en souvienne, William a toujours eu cette voiture.

Au moment où il fait un pas à l’extérieur, son portable vibre dans la poche droite de son cuir sous sa veste. Il extrait l’appareil et son paquet de cigarette, qu’il allume en répondant au numéro de Homewrecker qui s’affiche sur son écran cassé. L’échange dure à peine quelques minutes alors qu’il checke sa montre, la grande aiguille pas loin d’arrive à la demi-heure qui sonnera la fin des cours d’Eliott et le début d’une ribambelle de questions sur à peu près tout et n’importe quoi pour ses parents.

Le nouveau trésorier des KOS gère donc son petit emploi du temps du lendemain avec sa responsable au téléphone le temps de faire les quelques mètres qui séparent la voiture de l’école du petit Manning, travers la masse de parents et leur ribambelle d’autres gosses, puis raccroche alors qu’il entend la sonnerie et les portes s’ouvrir, clope toujours collée aux lèvres. Appuyé contre le garde-corps qui sépare le trottoir de la route, James attend son fils alors que les premiers enfants sortent de l’école. Il le cherche du regard, se dit que de toutes façons, Eliott le trouvera plus vite que lui. En parlant du loup…

« Papa ! Hé j’suis là !
— Salut fiston ! James réceptionne son fils qui entoure ses bras autour de sa taille et reste quelques secondes ainsi, relève la tête et :
— On va chercher un goûter ?
— Ah tu perds pas l'nord, glouton ! Et après on va rejoindre maman dans la grande maison.
— J’ai trop faim ! Le blond laisse échapper un rire alors qu’il passe la main dans les cheveux de son fils après avoir déposé un baiser sur le sommet de son crâne. Il récupère son cartable, attrape la main de son fils et va pour partir en direction de leur voiture quand une masse de cheveux bruns bouclés débarque dans son champ de vision.
— Ah, c’est vous le papa d’Eliott ! Bonjour, Helen Thompson… Je suis la maman de Joshua… La brune aux yeux de biche lui tend une main manucurée (faux ongles noterait Judith, oui je me fais des caméos) que le motard saisi, sans louper le battement de cil de la dame, léger sourire au coin des lèvres.
— James Manning, enchanté.
— Joshua et Eliott sont copains, peut-être qu’on devrait songer à organiser une sortie à l’occasion ?
— Ecoutez madame, on en parlera à ma femme. Enfin, si ça t’intéresse Eliott ?
— Ouais !
— Oh, appelez moi Helen voyons.
— Alors merci pour la proposition, Helen. Allez, on y va, bonhomme. James remonte le sac sur son épaule et dépasse la petite brune. Dis au-revoir Eliott.
— Au revoir Mme Thompson ! » Il adresse un signe de tête à la mère qui récupère bientôt son gamin et se note dans un coin de pensée qu’il faudra en causer à Natalia en rentrant… Il se passe à peine quelques secondes avant que le petite se mette à causer de sa journée avec un air enthousiaste, décrypte à peu près tout ce qu’il a appris avant de grimper dans le pick-up sur le siège passager.
— Bon qu’est-ce que tu veux manger aujourd’hui ?
— J’veux du chocolat ! Pleiiiinn de chocolat ! James boucle la ceinture du petit, la réajuste puis fais le tour de la cabine pour grimper derrière le volant. J’espère que ce sera tout chaud, hmmmm
— C’est clair, c’est meilleur comme ça ! T’es prêt à utiliser tes petits bras pour repeindre ta chambre ?
— Ouaiiiis carrément ! Maman est là-bas ?
— Ouaip, elle nous attend et elle attend surtout le goûter… Eliott se marre et c’est peut-être ce que préfère James le plus au monde, il fait toujours tout son possible pour le faire rire et heureusement pour lui, il est plutôt bon public, voir très bon public au plus grand désespoir de Natalia.
— Tu te rappelles la dernière fois quand on lui a fait croire qu’on mangeait pas pizza, papa ?
— Hey rigole pas petit malin faut faire attention avec ça, si y’a pas de pizza tu sais comment ça se passe ! C’est toi qu’elle mange après en premier ! »

Le trajet de l’école à la boulangerie puis de la boulangerie à la maison se fait dans la même ambiance, tranquille, amusante. Père et fils discutent de tout et de rien, il ne se lasse jamais de discuter avec l’enfant de six ans, même si bien sur parfois il aimerait trouver le bouton ON/OFF car l’énergie que content l’enfant arrive facilement à supplanter celle de ses parents. Rapidement, donc, ils arrivent dans la petite cours menant au garage de la maison et sortent de la voiture, le cartable laissé dans l’habitacle, remplacé dans les mains d’Eliott par le paquet du gouter. James ferme la voiture, la porte, laisse son fils qui connaît maintenant le terrain faire le tour et l’entend rapidement annoncer la livraison des gâteaux. Bientôt le motard rejoint sa femme et son fils (qui est déjà en train de dévorer son goûter), il dépose un baiser sur les lèvres de sa femme déjà en train de peindre, dépose ses affaires sur une chaise tâchée de peinture pour découvrir son t-shirt lui aussi bariolé de orange. Un orange tout à fait particulier qu’Eliott a choisi pour sa chambre… « Ça va tu t’es pas trop ennuyée ? Parce que c’est terminé maintenant que mini-toi est dans les parages. Il interrompt Natalia dans sa progression, récupère le rouleau de peinture et la pousse à s’arrêter, ne lui laisse pas spécialement le choix. Mange un truc que ton fils a choisi, poses-toi. Depuis l’annonce de sa grossesse, James est devenu plus que vigilant sur à peu près toutes les activités de sa femme, de nouveau au plus grand plaisir de cette dernière. Le blond se remet donc à la tâche, plonge le rouleau dans le seau de peinture.
— Hé mais papa…
— T-t-t-t-t ! Eliott, qu’est-ce qu’on a dit dans la voiture ? L’enfant barbouillé de miette se rassoit sur la chaise à côté de sa mère.
— D’abord le goûter après la peinture.
— Après tu pourras m’aider ok ? Eliott acquiesce et se remet donc à son gouter, tranquillement, en silence pour encore quelques minutes avant surement de se remettre à causer pour de longues heures. James en profite donc, saisi l’occasion pour en placer une.
— Tiens, Nat, tu devineras jamais qui est venu me dire bonjour à l’école aujourd’hui… »

©️ code par Nostaw.

_________________
and let the clouds fill with thunderous applause, and let lightning be the veins that fill the sky with all that they can drop, when it's time to make a change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 344
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 4 mois et demi (début mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Lun 16 Avr - 5:40




Talia & James



Where we land

Treat me beneath this clear night sky
And I will lie with you
I start to feel those butterflies
When I’m next to you


La porte de la maison se referme sur son mari parti chercher leur fils à l'école et Natalia va pour reprendre le chemin qui la mène à l'étage avant de finalement partir dans une autre direction et rejoindre le salon à présent complètement vide. Ca lui est toujours étrange de se dire que cette maison est désormais la leur, la sienne. Peut-être que l'idée fera pleinement son chemin lorsqu'ils y emménageront, qu'ils donneront une seconde vie à ce lieu emprunt de bien mauvais souvenirs pour James. Elle-même en a quelques-uns ici et autant dire qu'ils ne sont pas forcément de très bonne qualité, principalement parce que le père de James ne l'avait jamais vraiment traité avec respect et sympathie. Elle jette un coup d'oeil à la pièce vide et essaye d'imaginer ce à quoi ça pourrait ressembler avec leurs propres meubles, animer avec leur quotidien et leurs enfants et un sourire vient marquer ses lèvres. Elle n'a jamais fait preuve d'une imagination débordante, a toujours été plus pragmatique et terre à terre, laissant le côté inventif à son époux qui ne manquait pas d'en user tous les jours avec leur petit garçon. La jeune femme passe une main distraite sur son ventre en secouant la tête, sourire en coin avant de finalement rejoindre l'étage et la chambre de James qui était prête à devenir celle d'Eliott.

La Serbe après une seconde de réflexion vient récupérer l'escabeau et rapproche le pot de peinture des pieds de métal, y trempe le rouleau et vient continuer sur la lancée de son mari qui avait déjà entamé le travail avant de partir. Cette couleur elle ne l'aimait pas du tout, elle était agressive et franchement difficile à assortir, mais bon ils avaient promis au petit de lui laisser choisir et cela aurait été bien compliqué de lui dire non après coup, alors ils avaient tenu parole et c'était donc d'un orange sanguin particulièrement moche qu'il recouvrait les murs. Elle n'avance finalement pas trop mal et se découvre même un certain goût pour la peinture, ca a quelque chose de relaxant, qui plus est le silence qui règne dans la grande maison lui change pas mal du brouhaha habituel que ce soit dans leur appartement ou au boulot. Quelques minutes plus tard un bruit de porte la fait sursauter (pas franchement idéal quand on se trouve un peu loin du sol) fort heureusement elle est suffisamment ancrée sur ses deux pieds pour ne pas perdre de son équilibre. « Maaaaaan on est lààààààààà !! Elle s'arrête dans son ouvrage et vient poser une main sur le rebord argenté. - Je suis en haut dans ta chambre trésor. Elle descend de l'escabeau et entend son fils grimpé l'escalier avec vigueur avant de voir ses boucles blondes apparaître dans l'encadrure de la porte. Hey toi ! La brunette rejoint la stabilité du sol et tend les bras vers son fils afin qu’il vienne lui donner un baiser, ce qu’il s’empresse de faire avant de lui tendre la boite contenant les gâteaux pour le goûter. Ohh j’espère que t’en a pris un pour moi ! Il lui sourit alors qu’elle vient poser la boite sur la table de fortune qui avec les deux chaises qui l’entourent sont pour l’instant le seul mobilier qui trône dans la pièce. –Ouai j'ai pris un a la vanille comme t’aime bien ! Elle glisse une main dans ses cheveux avec un grand sourire. - Heureusement sinon j’aurai été obligé de manger le tien ! Il secoue la tête à la négative en levant les yeux au ciel, laissant échapper un pouffement de rire en s’empressant d’attraper son beignet au chocolat.

Natalia récupère le rouleau et vient le faire glisser sur le mur. - C'est trop cool comme couleur. A ca elle ne répond rien et heureusement le motard fait irruption dans la pièce et lui donner une occasion de ne pas ouvertement mentir au gamin en venant déposer un baiser sur ses lèvres. - Ça va tu t'es pas trop ennuyée ? Parce que c'est terminé maintenant que mini-toi est dans les parages. Elle secoue la tête en se marrant. -Est-ce que j'ai l'air de m'être ennuyée ? Elle ouvre son bras dans un geste ample pour désigner le mur et l'avancé qu'elle lui a donné. C'est ce qui s'appelle le talent monsieur. Elle se met à rire alors qu’il vient déposer sa main sur sa taille pour l’éloigner du mur en question et lui retirer l’air de rien le rouleau des mains. Mange un truc que ton fils a choisi, poses-toi. Elle proteste, mais il s’est déjà mis au travail, elle secoue la tête à la négative et vient rejoindre le petit qui lui aussi proteste soudainement en se levant, la bouche pleine de miettes et les mains encore pleines. James lui intime de se rassoir et de finir son goûter avant de pouvoir venir l’aider et l’enfant s’exécute sans rien dire. Natalia attrape le gâteau qui lui est destiné et en prend une bouchée, mais contrairement à d’habitude, elle n’en apprécie pas du tout le goût…elle grimace un peu et se force à avaler avant de le laisser retomber dans la boîte. Nope…y a vraiment moyen que ca la fasse vomir. Elle s’écarte et vient récupérer la bouteille d’eau qu’elle avait laissé à côté de son sac et en avale une grosse gorgée.  Tiens, Nat, tu devineras jamais qui est venu me dire bonjour à l’école aujourd’hui… Elle lève un sourcil et replace le bouchon sur la bouteille de plastique. –Et qui donc dis-moi ? James n’a pas vraiment le temps de faire durer plus longtemps le suspens que son fils s’immisce dans la conversation. – la mère de Joshua. Le regard de Natalia se déplace entre les deux hommes de sa vie et s’arrête sur James. –Oh Helen…elle la visualisait plutôt bien, une permanente brune, un maquillage prononcé et des manières qui n’étaient personnellement pas trop sa tasse de thé. Et qu’est-ce qu’elle voulait ? Juste te dire bonjour, comme ca ? Une moue amusée vient perler sur ses lèvres. - Ca y eeeeeest j’ai finiiii je peux peindre. Le petit se lève et frotte ses mains l’une contre l’autre pour faire tomber les miettes restantes et vient se placer droit et fier à côté de son père. – Hep hep hep une minute jeune homme. La Serbe attrape son sac et en sort un des vieux sweat tâché d’Eliott et un pantalon de pyjama trop petit qu’elle lui tend. Tu te changes d’abord et ensuite tu montres à papa comment on fait pour peindre un mur. Le petit se marre et attrape les vêtements pour les enfiler et Natalia en profite pour venir passer ses bras noyés dans un sweat trop grand et très vieux qui appartenait au KOS, autour de son mari. J’ai hâte qu’on puisse s’installer. »
(c) black pumpkin


_________________



"Three words that became hard to say- I and love and you
What you were then, I am today. Look at the things I do"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
messages : 450
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Lun 23 Avr - 23:25


make it rain
ft. natalia & eliott

« Et qui donc dis-moi ?
— La mère de Joshua. James referme la bouche en poussant un soupir, secoue la tête à la négative alors qu’il allait répondre lui-même avant d’être interrompu par Eliott qui a le don de s’immiscer dans les conversations. Dans ses bons jours, ça ne le dérange pas, au contraire. Certains mauvais jours, en revanche, James n’a pas la patience de dealer avec ce genre d’attitude qui n’est rien d’autre pourtant que la manifestation de la curiosité et de la vivacité de son esprit d’enfant.
— Oh Helen…
— Hm, oui, c’est ça Helen.
— Ca y eeeeeest j’ai finiiii je peux peindre. Le KOS laisse échapper un rire alors qu’Eliott se redresse en vitesse après avoir gobé son gâteau, déjà prêt à en découdre avec le pot de peinture et le rouleau petite taille qui l’attend sagement aux pieds de l’escabeau. Il est déjà là d’ailleurs, tout fier près de son père mais Natalia intervient, pense toujours à tout ce que James laisse passer.
— Hep hep hep une minute jeune homme. Tu te changes d’abord et ensuite tu montres à papa comment on fait pour peindre un mur.
— C’est c’qu’on va voir tiens ! Le petit s’en va à moitié en courant pour se changer alors que Natalia prend sa place aux côtés du motard puis enroule ses bras autour de lui. D’un geste tranquille, emmenant sa femme avec lui, il dépose le rouleau dans le bac déjà tâché de l’horrible couleur sanguine, et vient à son tour glisser ses bras autour du petit gabarit de son épouse.
— J’ai hâte qu’on puisse s’installer.
— Ouais, moi aussi… Le motard laisse échapper un soupire tranquille alors qu’il ferme les yeux un instant, garde Natalia contre lui, les quelques minces secondes qu’il faut à l’enfant pour se changer et rentrer à nouveau dans la pièce.
— Et voilaaaaa…
— Y’a pas d’bouton OFF sur ces choses, hein ? Il se redresse, dépose un baiser sur les lèvres de son épouse avant de la laisser tranquille, enfin et la libérer de son étreinte non sans avoir reculer avec elle et la pousser à s’asseoir, un léger sourire aux lèvres.
— Allez, papa, papa, on peint !
— Oui, oui j’arrive. Le motard récupère son rouleau et le plus petit qu’il tend à son fils sans le lâcher. Tu t’rappelles ce qu’on a dit ou pas ?
— De haut en bas, de bas en haut et toujours enlever quand y’en a trop sur le rouleau.
— Parfait ! James lâche le rouleau et reste immobile quelques secondes, observe son fils et l’encourage. Ben vas-y ! Avant de lui-même s’y remettre, tout en gardant un œil sur le travail de son fils, visiblement déjà bien concentré, joyeusement lancé dans sa peinture. Hm, du coup, oui, en effet, c’est Helen et à savoir ce qu’elle me voulait, laisse-moi réfléchir… Le motard fait une pause, fait mine de réfléchir.
— Elle voulait qu’on aille s’amuser Joshua et moi !
— Oh oui c’est ça, elle m’a proposé d’organiser une sortie avec elle pour les garçons… Le petit sourire de malin s’est étiré sur ses lèvres alors qu’il s’en retourne à la peinture. Elle avait l’air intéressée de savoir qui était le papa d’Eliott… à savoir le plus beau papa du monde, hein fiston ? » James taquine le petit, lui adresse un clin d’œil et un grand sourire, qu’il finit par adresser à Natalia avec un haussement de sourcils histoire de continuer sur sa lancée des conneries.

©️ code par Nostaw.

_________________
and let the clouds fill with thunderous applause, and let lightning be the veins that fill the sky with all that they can drop, when it's time to make a change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 344
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 4 mois et demi (début mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Jeu 26 Avr - 5:48




Talia & James



Where we land

Treat me beneath this clear night sky
And I will lie with you
I start to feel those butterflies
When I’m next to you


«Ouais, moi aussi…Il pousse un soupir, les bras serrés autour d'elle et la Serbe vient passer ses bras autour de son cou, les doigts joints contre sa nuque. Elle lui accorde un sourire avant de venir poser son front contre ses lèvres, profitant des quelques secondes de calme que leur offre cet interlude sans leur fils. - Et voilaaaaa... Interlude qui ne dure pas très longtemps évidemment au vu de l'empressement que démontre le petit garçon pour la mise à neuf de sa future chambre. Le visage de la jeune femme se tourne vers son bambin qui, sourire aux lèvres vient les rejoindre. - Y’a pas d’bouton OFF sur ces choses, hein ? Elle laisse échapper un rire amusé et vient planter son regard dans celui de son mari qui s'était à présent redresser, puis elle lève un sourcil sourire en coin. - Si tu le trouves fait moi signe ! Il dépose un baiser sur ses lèvres, astucieuse distraction pour la pousser au passage et l'obliger à venir s'asseoir sur la chaise précédemment occupée par l'enfant. Elle lève les yeux au ciel et secoue la tête alors que l'attention du motard s'est déjà reportée sur le petit blond qui sautille partout. Natalia croise les jambes et les regardent s'organiser et réviser la procédure visiblement déjà bien intégrée. Eliott ne se fait donc pas prier et s'applique à faire glisser son rouleau sur le mur, non sans jeter des coups d'oeil intéressés vers la technique de son papa. - Hm, du coup, oui, en effet, c’est Helen et à savoir ce qu’elle me voulait, laisse-moi réfléchir… Mais évidemment son petit numéro d’Alzheimer ne fonctionne que partiellement dans la mesure ou l’enfant ne se fait pas prier pour participer activement à la conversation dont visiblement il croit être le sujet. — Elle voulait qu’on aille s’amuser Joshua et moi ! Un sourire s’affiche sur ses lèvres  et elle retient vaguement un pouffement de rire lorsqu’elle voit le visage de son mari qui confirme l’information en y rajoutant sa touche tout à fait personnelle. – Voyez-vous ça ! Finit-elle par placer sous le rire on ne peut plus attachant de son enfant qui comme d’habitude se délecte des plaisanteries de son géniteur.  T’as tiré le gros lot alors chéri parce que moi elle me vois quasiment tous les jours et elle ne jamais proposer de participer à ses aprems shopping, manucure ou je ne sais quoi, ca peut-être une idée pour votre petite sauterie t’en pense quoi ? Elle se met à rire, alors que son gamin se tourne vers elle un sourcil en l’air. – C’est quoi une manucure maman ? Et le son de son rire monte d’un cran avant qu’elle ne reprenne son sérieux pour s’expliquer. - C’est quand tu mets du vernis sur tes ongles trésors. Il fronce à présent ses petits sourcils. – Ba moi je veux pas faire ça hein c’est nul et en plus c’est pour les filles !  De nouveau elle laisse échapper un éclat de rire. – T’inquiète pas c’est pour embêter papa que je dis ça, mais je suis sûr qu’il aura une bien meilleure idée que moi. Il hausse une épaule et s’en retourne à son travail de peinture avant de se tourner vers James. – Ptêt il peut venir m’aider à faire la peinture, ca c’est cool papa ! Attend je vais faire pipi ! Le petit blond vient tendre son rouleau dont il ne sait quoi faire à sa mère et part en courant au rez-de chaussée faire ses petites affaires.

La future maman se lève donc et vient se placer à côté de son motard de marie pour continuer là où leur fils avait arrêté - En voilà une bonne idée tu trouves pas ? Je suis sûr qu'Helen sera RA-VIE de venir peindre la chambre de notre bébé ! Elle vient filer un coup d'épaule à James avec un sourire. Et comme je suis super cool, je vous encombrerai même pas de ma présence, elle est pas vraiment mon genre. Elle hausse une épaule et un sourire se peint sur son visage alors qu'elle recouvre un pan de mur blanc de cette couleur démoniaque qu'elle n'aime pas du tout. Jeez. Non mais j'te prévient notre chambre on prend une couleur fadasse au possible pour compenser hein genre une connerie de sable ou coquille d'oeuf. Elle plaisante, enfin pas entièrement, pas du tout en vrai, elle ne se verrait vraiment pas dormir dans quatre murs de cette couleur. En fait tout le reste de la maison même. Elle lui adresse un regard rieur et continue son travail alors qu'elle l'écoute lui répondre, pour finalement qu'il soit de nouveau interrompus. - Hey ca y est hein je suis revenue maman, je peux le faire tout seul. Natalia tend donc à Eliott le rouleau et s'écarte de nouveau en passant une main dans ses boucles blondes. Je pourrais vous aider à faire les autres pièces aussi parce que maintenant je sais bien faire. Aussi bien que d'écouter aux portes apparemment. Je suis un pro...dit-il en gonflant la poitrine. Comme papa ! Grand sourire, celui qu'il utilise principalement pour obtenir un oui. En plus papa il a dit que fallait t'aider à faire les trucs à la maison parce que t'était fatiguée à cause du bébé! Alors ça, ça t'aiderais vachement! Natalia reporte son regard interloqué vers son mari et vient poser ses mains sur ses hanches. - C'est très gentil de la part de papa. Elle se retient de secouer la tête à la négative et se contente de jeter un regard bien parlant à son mari avant de rejoindre le regard de son petit garçon. Et de ta part mon coeur bien sûr, mais et c'est vers James qu'elle revient. papa devrait se rappeler que maman n'est pas en sucre.»  Cette fois elle le fait, elle secoue la tête en regardant James, non sans ceci dit se défaire du sourire un peu amusé qu'elle affiche. Parce que ça l'amuse encore pour l'instant.

(c) black pumpkin


_________________



"Three words that became hard to say- I and love and you
What you were then, I am today. Look at the things I do"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
messages : 450
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Ven 27 Avr - 19:43


make it rain
ft. natalia & eliott

« Voyez-vous ça ! James lui adresse un signe de tête comme pour appuyer ses dires précédents. T’as tiré le gros lot alors chéri parce que moi elle me vois quasiment tous les jours et elle ne jamais proposer de participer à ses aprems shopping, manucure ou je ne sais quoi, ca peut-être une idée pour votre petite sauterie t’en pense quoi ? “votre petite sauterie“, oui, James arbore un large sourire et ne peut évidemment pas continuer à dire ce qui lui passe par la tête, présence de jeunes oreilles oblige. Il écoute sa femme et son fils discuter tranquillement en continuant de passer tranquillement le rouleau pour appliquer l’immonde couleur orange choisie par Eliott. T’inquiète pas c’est pour embêter papa que je dis ça, mais je suis sûr qu’il aura une bien meilleure idée que moi. Il secoue la tête à la négative, laisse échapper un rire léger. L’ambiance est tranquille, un moment en famille agréable dont James profite complètement. C’est exactement ce genre de chose qu’il visualisait lorsqu’il s’imaginait vivre en famille. Ptêt il peut venir m’aider à faire la peinture, ca c’est cool papa ! Attend je vais faire pipi ! »

Le petit s’en va aussi vite qu’il est arrivé dans la pièce quelques longues minutes plus tôt pour être remplacé par sa mère, rouleau en main, qui reprend le travail d’Eliott là où il s’est arrêté. « En voilà une bonne idée tu trouves pas ? Je suis sûr qu'Helen sera RA-VIE de venir peindre la chambre de notre bébé ! Le motard éclate de rire alors que la mince épaule de son épouse le bouscule. Hey !
— Et comme je suis super cool, je vous encombrerai même pas de ma présence, elle est pas vraiment mon genre.
— Nan c’est clair il lui manque à peu près tout ce qui fait mon charme légendaire. Il lui adresse un large sourire et un clin d’œil malin pour appuyer son petit numéro. Je lui ai pas laissé le temps de me filer son numéro je te laisserais aller le récupérer, ok ? Il s’amuse avec elle, tâche de l’embêter comme il se doit. Helen pour lui n’est rien d’autre qu’un nouveau moyen de la taquiner plus qu’un réel intérêt à ce stade.
— Jeez. Non mais j'te prévient notre chambre on prend une couleur fadasse au possible pour compenser hein genre une connerie de sable ou coquille d'oeuf.
— Clairement
—  En fait tout le reste de la maison même. James laisse échapper une fois de plus un rire alors qu’elle même lui adresse un regard plein de malice, un de ses airs qui lui plait toujours autant, les yeux plissés, l’étincelle claire, le visage éclairé par un mince sourire.
— On va tout peindre en blanc ce sera réglé j’te l’dis.
— Hey ca y est hein je suis revenue maman, je peux le faire tout seul. La pause n’aura été que très courte, comme d’habitude. Natalia rend le rouleau à son fils et celui-ci se remet évidemment tout de suite au travail, plonge l’outil dans le bac de peinture et étale méticuleusement la matière. Je pourrais vous aider à faire les autres pièces aussi parce que maintenant je sais bien faire. James hausse les sourcils. Il lui faudra faire de plus en plus attention maintenant à ce qu’il dit une fois qu’il imagine le petit hors du rayon d’écoute. Je suis un pro... Comme papa !
— Un Manning ou pas un Manning, alors !
— En plus papa il a dit que fallait t'aider à faire les trucs à la maison parce que t'étais fatiguée à cause du bébé ! Alors ça, ça t'aiderais vachement !  Le KOS continue son travail, capte le regard de sa femme auquel il répond par un énième large sourire.
— C'est très gentil de la part de papa. Et de ta part mon coeur bien sûr, mais papa devrait se rappeler que maman n'est pas en sucre.
— Tu vois, je t’avais dis qu’elle dirait ça, t’as vu ? Le motard adresse un regard amusé à son fils avant de se retourner vers sa femme. Je sais que t’as pas en sucre babe, mais tant qu’à faire autant qu’tu restes tranquille non ? T’as les deux hommes les plus beaux-gosses de la planète qui bossent pour toi.
— Ouaip !
— Alors profites-en ! Le motard s’en retourne à sa peinture et étonnamment, laisse le silence planer quelques minutes. Il finit par s’interrompre, s’arrêter dans son geste et se reculer, le regard soudainement perplexe. Bah… Eliott…
— Quoi ?
— Bah tu vois pas ?  Le petit s’arrête, confus, et recule de quelques pas, jette un regard étonné à sa mère puis étudie son morceau de mur.
— Nan Papa, quoi ? Quoi ?
— T’as une tâche là !
— Où ça ? Au moment où il se retourne vers son père, James dépose une main pleine de peinture au milieu du pull délavé de son fils. Eliott heureusement bon public se marre avec son père, visiblement pris dans le jeu.
— J’t’ai eu ! T’as d’la chance que c’est de la peinture, si c’était de la chantilly, t’en aurais… sur le nez, sur les joues, sur les cheveux partouuuut ! James a laissé tomber son rouleau pour attraper son fils et lui faire des chatouilles, faisant résonner le rire de l’enfant au milieu des murs à moitié blancs, à moitié oranges.
— Arrêêêête papaaa s’teuplaiiit !
— S’il te plait mon beau papa !
— Steuplait mon beau papa…
— Ah bah voilà, quand tu veux ! Ça fait 3-2 pour moi ! À ce stade, c’est toi qui va devoir m’acheter une glace, James fait référence au petit jeu installé entre son fils et lui, qui consiste simplement à se surprendre et se faire des blagues depuis le début de la semaine… avec récompense au premier arrivant à 5.
— C’est c’qu’on va voir ! Maman tu veux m’aider à battre papa ?
— Hey, c’est pas juste ça pourquoi tu devrais avoir une alliée ?
— Allez maman t’es d’accord ? Dis oui, dis oui ! Évidemment, il sort son arme la plus efficace et fait la moue à sa mère.
— Moi aussi j’peux faire les yeux doux hein, qui t’as appris à les faire ceux-là jeune homme ! Le motard passe sa main le long de son bras, machinalement, alors qu’une douleur le tiraille. Retourne bosser plutôt tiens ! Ta chambre va pas devenir orange toute seule ! Papa fait une pause. Eliott lui tire la langue et, comme conscient à nouveau de la tâche à accomplir, récupère avec enthousiasme son rouleau et se remet à peindre la chambre. James lui, abandonne l’idée pour quelques minutes et vient s’asseoir près de son épouse. Ça r’commence à m’tirer. Il malaxe le muscle de son bras gauche en proie à des douleurs occasionnelles, liées aux efforts où à un mauvais étirement. J’deviens vieux, c’est ça ? »

©️ code par Nostaw.

_________________
and let the clouds fill with thunderous applause, and let lightning be the veins that fill the sky with all that they can drop, when it's time to make a change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 344
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 4 mois et demi (début mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Dim 29 Avr - 22:45




Talia & James



Where we land

Treat me beneath this clear night sky
And I will lie with you
I start to feel those butterflies
When I’m next to you


Le rouleau glisse sur le mur et elle plaisante avec son mari, ça leur fait plus de bien qu'elle ne l'aurait cru de se lancer dans un projet qui ne concerne pour une fois vraiment qu'eux, d'investir un peu de leur temps et de leur énergie dans quelque chose de personnel. « Nan c’est clair il lui manque à peu près tout ce qui fait mon charme légendaire. Il lui adresse un large sourire et un clin d’œil malin pour appuyer son petit numéro. Elle lève les yeux au ciel avec un large sourire qu’elle lui adresse directement.  Je lui ai pas laissé le temps de me filer son numéro je te laisserais aller le récupérer, ok ? Elle voit bien que ça l'amuse d'essayer de titiller sa jalousie qui ne manque jamais de ressortir elle l'avoue elle-même, elle est territoriale quand il s'agit de son mari et de son fils et ça les a déjà mis plus d'une fois dans des situations périlleuses (coucou Judith). Elle ne se défait pas de son sourire, mais s'arrête cependant une seconde de peindre le mur de la chambre pour se tourner vers lui avec un air malin. - Tu sais quoi j'ai une meilleure idée encore. Elle laisse planer le silence une seconde et se remet au travail alors qu'elle sent son regard pesé sur elle. Je vais directement lui donner le tien. Cette fois elle rencontre son regard et lui offre un sourire satisfait et disproportionné, fière de son idée qui elle le sait ne manquera pas de placer James dans la situation de vraiment devoir jouer les chaperons en compagnie de la maman de Joshua. T’y coupera pas Manning puis bon visiblement vous sembler avoir accroché alors bon. » Elle hausse une épaule amusée et enchaîne rapidement par un commentaire sur le choix de couleur de son fils et son envie de voir les autres pièces revêtir une allure bien plus sobre que celle-ci. Sans grande surprise James est plutôt d'accord avec elle et avant qu'ils ne puissent élaborer sur le sujet leur petit garçon réapparaît en trombe dans la pièce, visiblement son niveau d'énergie ne semble pas vouloir descendre en grade comme d'habitude. L'enfant insiste vite pour reprendre son rouleau et se remettre au travail et Natalia le lui tend sans rechigner et surtout en proposant déjà d'en faire plus, ca amuse Natalia qu'il montre autant de bonne volonté et d'enthousiasme à emménager dans cette maison qu'il n'avait jamais eu l'occasion de connaître avant la mort de Williams. Enfin non, il y était venu une fois lorsqu'il n'était encore qu'un bébé, Natalia avait fait l'effort de venir pour le présenter à son grand-père, mais autant dire que ce dernier ne l'avait pas reçu avec plus d'égard que toutes les autres fois, il n'avait pas vraiment sembler intéresser par son petit-fils et l'avait clairement fait comprendre à la jeune femme. C'était une anecdote dont elle n'avait pas parler à James, parce qu'à l'époque il avait déjà bien assez sur les épaules de là où il était et parce qu'elle avait toujours mis un point d'honneur à ne pas s'immiscer entre lui et son paternel. «  Tu vois, je t’avais dis qu’elle dirait ça, t’as vu ? Le regard de la Serbe s’arrondit un peu et elle secoue la tête d’un air réprobateur, visiblement les deux garçons avaient eu un temps considérable pour vraiment aborder le sujet. Je sais que t’as pas en sucre babe, mais tant qu’à faire autant qu’tu restes tranquille non ? T’as les deux hommes les plus beaux-gosses de la planète qui bossent pour toi. Bien sûr Eliott s'empresse d'acquiescer et elle ne peut empêcher un sourire en coin avant de rendre les armes. Pour cette fois en tout cas. Quoi que... - Ça va, ça va si vous me prenez par les sentiments tous les deux aussi ! Elle laisse échapper un rire distrait. Mais vous ferez moins les malins quand je serais vraiment trop grosse pour faire quoi que ce soit et que vous devrez touuuuut faire pour moi ! Et je parle surtout pour toi James ! Eliott pouffe de rire dans sa main et secoue la tête en regardant son père alors qu'elle s'écarte pour venir ranger les restes de goûter dans la boite et chercher son téléphone dans son sac. Bah... Eliott...Natalia se retourne par réflexe pour voir ce que son fils a bien pu faire, mais visiblement il n'en a pas plus la moindre idée qu'elle. Bien vite elle comprend que James le fait marcher et que bien évidemment le petit fonce droit dedans et ils commencent tous les deux à chahuter sous les yeux rieurs de la Serbe qui a finalement délaisser son écran pour un spectacle beaucoup plus séduisant qui se déroule sous le rire adorable de son fils. - C'est c'qu'on va voir ! Maman tu veux m'aider à battre papa ? Natalia se tourne vers son fils avec un sourire. — Hey, c’est pas juste ça pourquoi tu devrais avoir une alliée ? — Allez maman t’es d’accord ? Dis oui, dis oui ! – Ouhhh j’aime bien qu’on se batte pour moi. Son regard s’arrête un instant sur James alors qu’un sourire espiègle s’affiche au coin de ses lèvres. - Hummm elle fait mine de réfléchir alors que James vient se scandaliser de voir son propre fils lui voler ses techniques dont il use et abuse auprès de sa femme il faut bien le dire. Bon ceci dit elle ne s’en formalise pas vraiment dans la mesure où elle sait pertinemment comment obtenir elle aussi ce qu’elle veut de lui.  –Désolée mon amour, mais Eliott elle beaucoup plus mignon que toi alors je lui donne l’avantage ! Le gamin laisse échapper un "Yes" avant de serrer son point et d'esquisser un geste du bras vers le bras en signe de victoire. - Jt'avais dit papa que maman elle m'aime moi plus que toi !

- ...Papa fait une pause. Eliott lui tire la langue et reprend là où il s’était arrêté avec une concentration immédiate qu’elle regrette de ne pas le voir abhorrer plus souvent quand il s’agit de faire ses devoirs ou ses corvées.  Le motard lui vient se laisser tomber sur la chaise juste à côté d’elle, une main sur sa "mauvaise" épaule. Ça r’commence à m’tirer. Elle vient se placer derrière lui et dégage gentiment la main du Kos  pour venir placer la sienne à la place et la droite sur son autre épaule. - Et après c’est moi qu’il faut ménager c’est ça ? Elle se moque gentiment, elle sait que ça peut-être pénible quand son épaule lui joue des tours comme ça, mais en y pensant ca aurait pu être tellement pire que ça que ca en relativise un peu l'impact, surtout que cela reste quelque chose de très ponctuel. La jeune femme masse les épaules de son mari qui vient la faire rire une fois de plus. J'deviens vieux, c'est ça ? Elle laisse échapper une inspiration sifflante hmmmm si c’était que ça…mais y a aussi ces petites rides aux coins de tes yeux. Elle laisse glisser ses doigts sous le menton de James et fait basculer sa tête en arrière pour qu’il la regarde. Elle pousse un soupir en secouant la tête à la négative. Qu’est-ce que je vais faire de toi hein ? Elle lui adresse un sourire avant de venir déposer un baiser sur ses lèvres. Lorsqu’elle lui laisse retrouver une position un peu plus confortable, elle se réattelle à masser ses épaules en insistant sur celle dans laquelle la balle s’était logée et reprend sur un ton un peu plus fort. Heureusement qu’Eliott est là pour faire tout le travail à ta place Elle adresse un clin d’œil à son petit garçon qui fait le fier un peu plus loin. Peut-être que je devrais me trouver un autre mari plus jeune, qu'est-ce que t'en pense Eliott? » mais le petit n'a pas le temps de répondre pris de court par son père qui évidemment ne va pas se laisser faire si facilement.
(c) black pumpkin


_________________



"Three words that became hard to say- I and love and you
What you were then, I am today. Look at the things I do"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
messages : 450
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Jeu 3 Mai - 0:03


make it rain
ft. natalia & eliott

 « Ouhhh j’aime bien qu’on se batte pour moi. James laisse un grand sourire perler sur son visage, a l’envie terrible de lui rappeler que ce n’est pas spécialement ce qu’elle disait à l’époque… James pourrait compter le nombre de fois où il a joué des poings s’il s’y mettait un peu, et pourtant il n’est pas du genre à être facilement énervé au poing de s’y coller. Thomas lui a toujours été sanguin, pratiquement toujours le premier à lever la main. Soit l’un soit l’autre, comme d’habitude. Hummm… Désolée mon amour, mais Eliott elle beaucoup plus mignon que toi alors je lui donne l’avantage ! Le motard laisse retomber ses mains sur ses cuisses, laissant échapper un claquement dans l’air, le visage faussement tiré dans une expression outrée. Eliott, lui, se marre, évidemment et célèbre sa victoire. James lui laisse échapper une expression amusée, indique à son fils qu’il va faire une pause en se dirigeant aux côtés de sa femme, la main occupée à malaxer les muscles de son bras gauche. De temps en temps, ça le tiraille à l’intérieur, vieux traumatisme d’un Noël terrible, où il avait cru perdre sa femme et son fils. Il chasse ce mauvais souvenir en se reconcentrant sur son épouse, à qui il fait part de la douleur lancinante qui le pousse à s’arrêter un peu. Ce n’est pas sa première blessure et surement pas la dernière et pourtant c’est l’une de celles qui se rappelle à lui le plus souvent.

« Et après c’est moi qu’il faut ménager c’est ça ? Il secoue la tête à la négative, se disant qu’il aurait peut-être du se taire. Ça n’est certainement pas la même chose, lui dans quelques minutes, il y a de grandes chances que la douleur se soit effacée, contrairement à son épouse. Elle se moque, évidemment, maintenant placée derrière lui, les mains placées sur ses épaules. Il se laisse faire, comme à son habitude, une confiance complète en son épouse et il faut avouer qu’il apprécie toujours lorsqu’elle s’occupe de lui. J'deviens vieux, c'est ça ?
— hmmmm si c’était que ça…mais y a aussi ces petites rides aux coins de tes yeux.
— Oh vraiment, c’est comme ça, madame Manning ? Le motard l’observe, la tête renversée maintenant, un air une nouvelle fois outré sur le visage. Qu’est-ce que je vais faire de toi hein ? Il n’a pas le temps de répliquer qu’elle dépose un baiser sur ses lèvres. Simple envie ou moyen de le faire taire, dans tous les cas, ça fonctionne, il se laisse faire puis relève le visage et se replace un peu plus confortablement, entre les mains de sa femme. Il grimace alors qu’elle appuie un peu plus sur la zone impactée par la balle qui a traversé son bras mais ne dit rien de plus. Les muscles tendus finiront par se détendre sous les pressions de Natalia, il le sait. Il pousse un soupir, observe son fils continuer de peindre avec une concentration sans faille maintenant que James n’est plus là pour l’ennuyer. Heureusement qu’Eliott est là pour faire tout le travail à ta place. Le KOS laisse échapper une expression amusée, alors que leur fils se met immédiatement à faire le fier, relève les épaules et garde un grand sourire. Peut-être que je devrais me trouver un autre mari plus jeune, qu'est-ce que t'en pense Eliott ?
— Oooooh mais ! hé ! Ça suffit oui ! James se retourne vers, pose une main fermée sur sa cuisse et lève son regard vers sa femme au sourire taquin. C’est quoi ces histoires ! Tu penses que tu pourras trouver plus beau que moi ! Mais tu rêves ! Il jette un œil à son fils alors qu’il en fait des caisses, appuie ses paroles de gestes grandiloquents, fais le fier à outrance pour continuer dans la plaisanterie. Tu veux donner mon numéro à Helen, trouver un plus jeune ! Ça y’est Eliott ! Cette fois il se retourne complètement vers son fils, hausse les épaules. Ta mère veut se débarrasser de moi ! Ah ! Comment je vais faire !
— Mais non ! Mais non papa ! Le jeune Manning dépose doucement son rouleau et accourt auprès de ses parents qu’il enserre entre ses petits bras comme soudain soucieux de l’équilibre pas si fragile sur lequel ils reposent. Mais nan, maman elle te fait une blague papa. Le KOS laisse échapper un rire amusé et passe un bras autour de son fils, passe sa main dans son dos comme pour le rassurer.
— Je sais bien, t’inquiètes pas, je plaisante. Et puis, faut être honnête, où est-ce qu’elle trouverait un meilleur papa ? Il pose la question à son garçon, fait mine d’être le plus sérieux du monde. Qui fait des petits-dejs d’enfer ? Qui sait lire et compter jusqu’à 10000 ? Moi j’te dis fiston, ça court pas les rues. Il dépose un baiser sur le dessus du crâne d’Eliott.
— Ouais mais bon quand même tu piques, hein m’man ? Dès qu’il a fini sa phrase, James tend le bras comme pour l’attraper mais l’enfant est plus rapide, s’attendant surement à cette réaction.
— Ouh je deviens vieux mais pas assez pour que tu m’échappes jeune homme !
— Si ! Même que j’cours plus vite que toi !
— Hm, peut-être c’est vrai… Le motard attrape les mains de sa femme de nouveau posées sur ses épaules et les approche de ses lèvres pour y déposer un baiser. Il les garde entre les siennes, contre sa poitrine, passe un pouce distrait sur la peau douce de son épouse. Il reste un moment silencieux, le regard posé sur son fils qui se remet une nouvelle fois à peindre (mission apparemment divine) pour appliquer l’immonde couleur orange, et se perd dans ses pensées, savoure un instant qu’il n’aurait pas imaginé un jour être à lui. Au bout de longues secondes, il fait passer le bras de sa femme par-dessus sa tête et l’attire à lui, jusqu’à la forcer à poser son poids plume sur ses genoux. Il passe son bras droit dans son dos après avoir repoussé une large masse de cheveux dans son dos. Je vois que l’impertinence passe de mère en fils… Il lui sourit, dépose un baiser sur son épaule recouverte d’un tissu épais, celui d’un de ses vieux pulls. Ça te va plutôt bien mes fringues, dis donc. Il montre du menton ledit sweat qu’elle porte sur le dos. On commande un truc ce soir, tranquille, non ? »

©️ code par Nostaw.

_________________
and let the clouds fill with thunderous applause, and let lightning be the veins that fill the sky with all that they can drop, when it's time to make a change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 344
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 4 mois et demi (début mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Jeu 10 Mai - 4:31




Talia & James



Where we land

Treat me beneath this clear night sky
And I will lie with you
I start to feel those butterflies
When I’m next to you


Bien évidemment il s'insurge de cette réflexion sur l'âge qu'il prend et qui n'est pas si manifeste qu'elle veut bien le lui laisser entendre, même si incontestablement il n'est plus tout à fait comme elle l'avait laissée avant qu'il ne se retrouve derrière les barreaux, il n'en est pas moins toujours aussi séduisant à ses yeux, si ce n'est plus en réalité. Le sourire moqueur de Natalia disparait dans le baiser qu'elle lui offre et elle reprend bien vite les gestes censés soulager la douleur qui s'était insinuée dans l'épaule du motard et qui maintenant qu'elle y pensait se produisait relativement souvent depuis qu'ils avaient entrepris les travaux dans cette maison. Cette pensée fait naitre chez elle celle de le relancer sur l'éventualité d'user un peu des prospects fraîchement intégré au club pour l'aider dans les basses besognes, mais d'abord elle préfère continuer son petit manège qui a l'air de beaucoup amuser son fils dont elle voit du coin de l'oeil, non seulement le sourire égayé, mais aussi les coups d'oeil répétés qui leur adresse à son sens sans doute discrètement. Alors, elle lui demande si elle ne devrait pas se trouver un nouveau mari, le tout évidemment sur le ton de la plaisanterie et le gamin secoue la tête en riant tandis que papa se révolte sur le même ton. « … C’est quoi ces histoires ! Tu penses que tu pourras trouver plus beau que moi ! Mais tu rêves ! Il s’agite avec excès pour amuser la galerie et tire un sourire à sa femme qui hausse les épaules d’un air innocent. Tu veux donner mon numéro à Helen, trouver un plus jeune ! Ça y’est Eliott ! Ta mère veut se débarrasser de moi ! Ah ! Comment je vais faire ! Apparemment ceci-dit James est bien meilleur acteur qu’elle, puisque les sourcils de leur fils se fronce alors qu’il laisse tomber sa nouvelle activité favorite pour venir rassurer son paternel. - Mais nan, maman elle te fait une blague papa. Il vient coller son corps frêle d’enfant contre son père qu’il enserre et laisse courir sa main dans celle de Natalia qui en ressert l’emprise, ne pouvant s’empêcher de dire que c’est vraiment trop mignon et que visiblement ce genre d’ironie était sûrement à proscrire dans le futur, parce que mine de rien il n’a tout de même pas vraiment l’air rassuré. — Je sais bien, t’inquiètes pas, je plaisante. Le petit s’écarte et les regardent tour à tour, Natalia accroche un sourire bienveillant sur ses lèvres et hoche la tête pour accompagner les propos de James. Très vite il se déride donc et leur rend leur sourire. Et puis, faut être honnête, où est-ce qu’elle trouverait un meilleur papa ? Il argumente concentré sur son fils et manque ainsi les roulements d’yeux divertis de son épouse qui les regarde échangés et se chercher, avec réjouissance.

— Si ! Même que j’cours plus vite que toi !
— Hm, peut-être c’est vrai… Il n'essaye même et Natalia a de toute façon replacer ses mains sur ses épaules pour l'en empêcher, il les attrape d'ailleurs pour venir y déposer ses lèvres avant de les déposer contre lui l'air pensif. - Ca y est, tu t'avoue déjà vaincu. Pfff Finit-elle par lui dire amusée alors que son silence s'était bien installé. Il fait passer son bras par-dessus sa tête et la pousse à venir s'asseoir sur ses genoux en faisant glisser sa main dans son dos. Je vois que l’impertinence passe de mère en fils… La Serbe balance sa tête de gauche à droite. Oh parce que ça te ressemble pas du tout c'est vrai. Un éclat de rire s'échappe et elle vient déposer sa main dans la nuque du motard qui dépose un baiser contre son épaule. Ça te va plutôt bien mes fringues, dis donc. La brunette lève les yeux au ciel et reprend un air faussement sérieux. - Je suis ravie de savoir que je te plais même habillée comme un sac chéri parce que bientôt y a que dans tes fringues que je vais rentrée. Ses lèvres s'étirent en une moue pleine de réflexion. À moins bien sûre que tu décides de m'emmener faire du shopping. Elle lève une épaule. Après tout c'est un peu beaucoup de ta faute quand même ! Elle dépose un rapide baiser rieur sur les lèvres de son époux et enchaîne. Et oui ça me va ! À moins que t'ai envie de faire à manger parce que moi pas ! »

** Quelques jours plus tard - Toujours mi-janvier  **


Natalia avait fait un shift éclair au Maureen's, elle n'était pas censée travailler ce jour-là, mais il y avait une réunion du personnel et sa collègue Ana était absente, elle avait donc accepté de venir dépanner et faire l'ouverture. Ca ne lui avait pris que trois heures au final et elle avait donc profitée d'être en ville pour se rendre dans le centre et faire quelques courses : à commencer par un ou deux pots de plus de peinture pour commencer à faire quelque chose de la nurserie et un petit détour d'une bonne heure pour acheter des pantalons, vu que les siens ne fermaient plus. * insérer ici un énorme roulement d'yeux* Oui parce que la période où on a juste l'air grosse et pas enceinte c'est franchement pas sa préférée, ceci étant dit elle espérait tout de même pouvoir taire son état aussi longtemps que possible au boulot, parce qu'elle savait très bien que les serveuses enceintes s'étaient pas « bon pour le business dans tous les sens du terme » comme l'avait dit mille fois devant elle son patron alors que ses collègues se faisaient gentiment pousser vers la sortie. Il est un peu plus de midi lorsqu'elle passe la porte de la maison et grimpe les escaliers pour rejoindre son mari qui est lui, là depuis a priori le moment où il a déposé leur fils à l'école donc un bon moment. Lorsqu'elle passe la tête dans la pièce de taille moyenne, il est assis par terre sous la fenêtre et fume une cigarette, les yeux rivés sur son téléphone. Elle se plante au milieu de la pièce les poings sur ses hanches et le regard d’un air réprobateur. «  Humm alors  c’est comme ça que tu travailles chéri ? et en plus tu fumes dans la chambre du bébé ! Ba bravo !  Elle laisse un sourire venir remplacé son air sérieux, oui parce que bien évidemment elle n’est pas sérieuse.  Elle s’approche du motard et vient s’asseoir sur le sol à côté de lui avant de déposer un gobelet de café devant lui et le sien devant elle. Je me suis dit que t’en aurais besoin. La jeune femme dépose un baiser sur les lèvres de son mari et soulève l’opercule de plastique qui recouvre son breuvage pour en avaler une gorgée. Du déca pour moi t’inquiète pas. Parce qu’elle a bien vu son petit regard. J’aurais bien aimé corsé le tien d'ailleurs parce que j’ai un truc à te dire et ca va pas te plaire du tout mais j’avais pas de quoi !  Un sourire en coin vient perler au coin de sa bouche avant de disparaître dans le gobelet cartonné. Autant se débarrasser des choses qui fâchent tout de suite.
(c) black pumpkin


_________________



"Three words that became hard to say- I and love and you
What you were then, I am today. Look at the things I do"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
messages : 450
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Lun 14 Mai - 12:02


make it rain
ft. natalia & eliott

« Je vois que l’impertinence passe de mère en fils…
— Oh parce que ça te ressemble pas du tout c'est vrai.
— Pas du tout. Il lui sourit avec un air tout à fait convaincu et vient déposer un baiser sur son épaule pour revenir l’observer, faire un commentaire sur le port de ses fringues. De toutes façons, quoi qu’elle porte, il la trouve toujours parfaite.
— Je suis ravie de savoir que je te plais même habillée comme un sac chéri parce que bientôt y a que dans tes fringues que je vais rentrée. Il laisse échapper un rire et, comme chaque fois qu’ils en parlent ou que le bébé est mentionné, ses yeux s’illuminent. À moins bien sûre que tu décides de m'emmener faire du shopping. Après tout c'est un peu beaucoup de ta faute quand même !
— Bah tiens !
— Et oui ça me va ! À moins que t'ai envie de faire à manger parce que moi pas !
— Nan, ça va merci ! Pas aujourd’hui ! Il faut que je me ménage. Il tire un sourire, hausse un sourcil l’air de dire, “n’est-ce pas ?“, pour enchainer avec une petite moue endolorie. Il s’amuse évidemment, reste un moment calé ainsi avec sa femme sur ses genoux, un vrai poids plume. Leur fils est toujours en train de passer le rouleau de couleur orange sur le mur et la pièce retombe dans le silence. Ça fait un bien fou au motard, qui a bien l’impression de respirer correctement comme rarement depuis des semaines. Il s’occupe l’esprit, travaille beaucoup évidemment, même si les choses semblent aller mieux la réalité n’est pas aussi rose qu’il n’y paraît. Chaque fois qu’il passe la porte de la salle de réunion son cœur de pince de ne pas voir Caleb aux commandes et son estomac se soulève de colère d’y voir le fils en costard bien taillé. Thomas ne ressemble à rien ces derniers temps, il lui paraît plus fatigué que la normale et pourtant, pour l’une des premières fois de leur vie au sein des KOS, il ne veut pas piper mot à James. Il pousse un soupir, réajuste sa prise autour de son épouse et pose son front sur son épaule quelques minutes.
— Bon allez, c’est reparti. Je vais aider Eliott avant qu’il ne finisse tout le travail. Et si tu veux faire du shopping t’as qu’à appeler Miss Twinkie pendant que nous, il se pointe du doigt et son fils alternativement, on bosse. » Il lui affiche un grand sourire, dépose un baiser sur ses lèvres avant qu’elle ne se décale et qu’il reprenne sa place aux côtés de son gamin.

ø

Il descend les textos qu’on lui a envoyé et notamment ceux de Thomas, qui lui a une nouvelle fois dis qu’il ne serait pas dispo cette semaine. Étrange. Son meilleur ami a l’air pas mal occupé ces derniers temps, et James n’arrive pas à savoir quelle est la cause de ses soucis. James n’a pas pour habitude d’avoir l’impression qu’il lui cache quelque chose, après tout, ils sont transparents l’un avec l’autre. Pourtant, le hacker lui soutient que tout va bien. Le blond glisse le tube de nicotine entre ses lèvres, la fumée s’échappant de la fenêtre sous laquelle il est assis et en pleine pause après avoir bâché le sol de la pièce et commencé à peindre la nurserie.
C’est ce moment que Natalia choisit pour pénétrer la pièce, il ne l’avait pas entendue, revenue d’un shift surprise. Il lève la tête, laisse sa main contenant son vieux téléphone retomber dans le vide et lui adresse un sourire.

« Humm alors c’est comme ça que tu travailles chéri ? et en plus tu fumes dans la chambre du bébé ! Ba bravo !
— C’est vrai, c’est vrai… Son épouse se pose à côté de lui, dépose un gobelet de café, très bienvenu devant lui et le sien devant elle.
— Je me suis dit que t’en aurais besoin.
— Excellente idée ! Merci. La jeune femme dépose un baiser sur les lèvres du kings, et il jette un œil au contenu du gobelet avec un air inquisiteur, réflexe protecteur, surveillant de toujours pour la santé de son épouse enceinte. Les réflexes que James gagne au fur et à mesure des jours, il n’a pas spécialement conscience de la lourdeur que cela peut avoir. Il ne sait rien de ce qui doit se faire, des habitudes des femmes enceintes, de son rôle dans tout ça qu’il ne veut pas être uniquement de spectateur. Il veut participer, à tout, être là, comprendre. Même si ça lui fait froid dans le dos parfois, flippé de pas grand chose, mais la grossesse… une autre paire de manche.
— Du déca pour moi t’inquiètes pas. Il lui adresse un petit sourire. Il ne cherche pas à se faire spécialement discret. J’aurais bien aimé corsé le tien d'ailleurs parce que j’ai un truc à te dire et ca va pas te plaire du tout mais j’avais pas de quoi !
— Hmmmmmm, laisse-moi boire une gorgée de café avant ça alors… Il s’exécute, range son portable en vibreur dans sa poche et prend tout son temps pour boire une première longue gorgée, ce qui est destiné à la fois à repousser la mauvaise nouvelle et l’embêter. Un vrai gamin. Voilà ! Petite sourire, il dépose un baiser sur son épaule, coince la cigarette entre ses lèvres pour inspirer une large taffe de nicotine et même si celle-ci n’est terminée que de moitié, il l’écrase, éloigne le cendrier de son épouse et relève le bras pour ouvrir davantage la fenêtre et souffler dans cette direction. Manquerait plus qu’il lui souffle dans les poumons aussi ! Il a lu des trucs sur le tabagisme passif ! Et si d’ordinaire il s’en fiche, lorsque son fils ou sa femme enceinte sont là, il évite de fumer. On sait jamais, se dit-il, on va pas tenter l’diable. Bon allez, ça y est je suis prêt. Je suis calme, reposé tu peux tout me dire. Il lui adresse un grand sourire, récupère son gobelet et ingère une autre gorgée de café. T’as rayé la voiture ? » Bien sur, il se moque, fait le malin, comme d’habitude.

©️ code par Nostaw.


_________________
and let the clouds fill with thunderous applause, and let lightning be the veins that fill the sky with all that they can drop, when it's time to make a change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 344
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 4 mois et demi (début mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Mar 15 Mai - 19:35




Talia & James



Where we land

Treat me beneath this clear night sky
And I will lie with you
I start to feel those butterflies
When I’m next to you


Il lui demande de lui laisser boire un peu de café avant de passer aux choses sérieuses et elle fait glisser sa main devant elle avec un sourire comme pour l’inviter à le faire. Il s’exécute, range son portable et ravale une gorgée de café. Natalia elle ôte l’opercule de plastique qui recouvre son gobelet et vient souffler sur le liquide noir et fumant qui réchauffe ses doigts au travers du carton. « Voilà ! lui lance-t-il finalement avec un petit sourire malin. James dépose un baiser sur son épaule et vient écraser sa cigarette et ouvre la fenêtre en un peu plus grand d’un geste du bras pour évacuer les restes de fumée. – Tu pouvais la finir hein ca va je vais pas mourir babe. A son tour elle affiche un sourire moqueur, ce qui est souvent le cas devant les efforts plus que nombreux de son mari pour surveiller que rien ne vient risquer d’entacher sa santé ou celle de leur bébé à venir. Un chouia trop ? Oui c’est certain, mais elle trouve ca mignon et puis elle a conscience que si tout cela n’a rien de bien nouveau pour elle (quand bien même cette grossesse se révèle bien différente de la première sur beaucoup de points et pas forcément dans le bon sens. Hello symptômes pourris) ca l’est totalement pour lui qui n’avait pas eu le temps de vraiment vivre quoi que ce soit de la première grossesse de son épouse.  Bon allez, ça y est je suis prêt. Je suis calme, reposé tu peux tout me dire. Ca la fait rire parce qu’elle sait qu’il ne va surement pas resté calme longtemps, mais en même temps elle ne se voit pas ne rien dire, ca ne serait franchement pas malin et surtout si il venait à l’apprendre ca paraîtrait suspect qu’elle lui ai caché, d’autant qu’elle n’a pas envie de le faire, pas quand elle le tanne pour qu’ils ne se cachent rien. T’as rayé la voiture ? La serbe lui adresse un regard qui traduit en mots donnerait quelque chose du type : Vraiment ?? vraiment James ? Elle lui colle son poing dans l’épaule, la mauvaise évidemment, elle ne s’en rend compte qu’une fois le geste terminé et porte sa main a sa bouche de façon machinale. – Han je suis désolé chéri. Bien sûr il commence à en faire des tonnes et ca la rassure sur le fait qu'elle ne lui a pas fait mal en réalité (bon en même temps c'est pas comme si elle avait de la force dans les bras, quoi qu'a force de porter des plateaux elle se débrouillait pas trop mal). - T'es nul comme mari tu le sais ca ! Elle secoue la tête et vient perdre son sourire dans le baiser qu'elle lui donne.

Bon ! Ca va pas te plaire du coup je vais pas tourner autour du pot, mais mon patron a embauché Lloyd comme barman….Un silence plane alors que le motard la regarde l’air à la fois surpris et déjà passablement agacé. C’est pas très grave okay. Je sais que ca te plaît pas, mais tu sais que t’as pas à inquiéter, il est passé à autre chose jt’assure et il m’intéresse pas comme ça. Alors, s’il-te-plait essaye juste de relativisé et de PAS te monter la tête » Oui parce qu’elle le connaît suffisamment pour savoir que dans le genre il était passé master et que quand bien même c’était un sujet qu’ils n’abordaient jamais, il ne l’avais pas digéré du tout. Ce qu’en soit elle pouvait comprendre, à sa place pas sûr qu’elle aurait réagit bien différemment et pour sûr qu’elle lui aurait interdit de revoir la nana en question. Les efforts qu’il avait fournis concernant Lloyd n’était pas passé inaperçus et elle savait que cette nouvelle venait foutre un grand coup dans la fourmilière, mais il n’y a de toute façon pas grand chose qu’elle puisse faire à ce sujet.

(c) black pumpkin


_________________



"Three words that became hard to say- I and love and you
What you were then, I am today. Look at the things I do"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : ava&gif ; Daya + sign ; quiet riot + song ; hozier
messages : 450
quartier : West side, au-dessus du garage Ossinov

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Mer 16 Mai - 19:44


make it rain
ft. natalia & eliott

Natalia le regarde avec son air « outré » et il lui sourit, mais sa réponse est plus violente et elle lui colle son petit poing dans l’épaule. Ce à quoi évidemment il répond avec un air crispé d’abord, parce que l’épaule touchée est la mauvaise, mais très vite il reprend le dessus avec un air plus que dramatique, il en fait des tonnes, affiche un visage torturé par la douleur et fais mine de ressentir une souffrance insupportable.

« T'es nul comme mari tu le sais ca ! » Le motard ne lui répond pas, se contente de recevoir ses lèvres et glisser un bras autour de sa taille, l’attirer à lui. James aime le contact, la proximité, ce n’est pas nouveau. Il l’observe, gobelet de café dans la main libre et lui laisse le temps d’enfin lui annoncer la couleur.

« Bon ! Ca va pas te plaire du coup je vais pas tourner autour du pot, mais mon patron a embauché Lloyd comme barman… Hm… ne pas lui plaire est un euphémisme. Le sourire qu’il se trainait au visage se métamorphose immédiatement. Même s’il voulait mentir, même s’il voulait contrôler son faciès, ce à quoi il est généralement plutôt doué, il ne le pourrait pas. La simple mention du prénom de l’espèce de connard endimanché qui s’est tapé sa femme le rend vert de rage, toute la haine qu’il a pour lui ne cessera jamais de le ronger. Mais le savoir dans l’entourage de Natalia est quelque chose qui l’agace très certainement au plus haut point. C’est pas très grave okay. Je sais que ca te plaît pas, mais tu sais que t’as pas à inquiéter, il est passé à autre chose jt’assure et il m’intéresse pas comme ça. Alors, s’il-te-plait essaye juste de relativisé et de PAS te monter la tête.
— Passé à autre chose ? »

Le motard déteste ce sujet, déteste Lloyd, déteste cette idée là comme quoi il serait passé à autre chose. Il n’y croit pas une seule seconde. Il reste silencieux un moment, observe son épouse puis son gobelet de café, il ne peut pas s’en empêcher, de brûler de jalousie quasi-immédiatement. Penser que ce type sera là, pas loin, dans le sillage de Natalia, à lui parler, l’observer, la toucher peut-être, malencontreusement, en passant derrière le bar. Non, ce n’est pas que ça ne lui plait pas, c’est qu’il refuse que ça arrive.

Le blond reste plus ou moins immobile, tachant de ne pas trop s’agiter. Il sent le regard de son épouse peser sur ses épaules. Il essaie, comme elle dit, de ne pas se monter la tête mais… la jalousie est maladive, déjà présente sans aucune raison alors si cet endimanché se trouve dans le sillage de Natalia, les choses se corsent.

« Qu’est-ce qu’il fout là ? Il pouvait pas choisir un autre bar que le Maureen’s ? Il me semble pas y’en avoir qu’un seul à Chicago. Il relève la tête, soutient le regard de son épouse, s’applique à garder un léger sourire. Pratique comme coïncidence pour lui. Un type comme ça Natalia ça passe jamais l’éponge. Il tique, il aurait préféré ne jamais soulever le sujet à nouveau, un truc qu’il préfère enterrer. Il est là pour longtemps ? Il fait plus son taff de pompier ? »

©️ code par Nostaw.


_________________
and let the clouds fill with thunderous applause, and let lightning be the veins that fill the sky with all that they can drop, when it's time to make a change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : @me
messages : 344
quartier : Westside Chicago - Maison héritée du père Manning
physique : Enceinte de 4 mois et demi (début mars) - Une corneille tatouée sur le flanc droit

MessageSujet: Re: where we land ø nat   Sam 19 Mai - 21:25




Talia & James



Where we land

Treat me beneath this clear night sky
And I will lie with you
I start to feel those butterflies
When I’m next to you


Elle se laisse attirer contre son mari, contrôlant le mouvement de son gobelet pour ne pas qu'il vienne se déverser sur ses genoux et cale sa tête un instant contre l'épaule qu'elle a précédemment malmené. La jeune femme balance sa nouvelle de but en blanc, elle sait que ça ne servira à rien de tourner quinze ans autour du pot dans la mesure où elle peut déjà prévoir et anticiper la réaction de son mari. C'est un sujet qu'elle connaît bien et qui a déjà provoqué plus de disputes entre eux qu'elle ne l'aurait voulue, elle ne lui reproche pas forcément, elle sait que le souvenir de ce qui a bien pu se passer entre elle et le pompier reste quelque chose de difficile à intégrer pour le motard et à juste titre, mais les choses étaient différentes à présent et ils n'étaient plus dans cette phase intermédiaire de reconstruction, ils avaient repris une vie commune, elle avait laissé tomber ses réticences par rapport au club...pour lui, ils construisaient avec cette maison leur futur et elle portait son deuxième enfant et elle imaginait que toutes ces choses suffisaient à lui prouver que c'est avec lui qu'elle se projetait. Lui et personne d'autre.

Le sourire de James se désagrège à mesure qu'elle parle et elle ne s'en étonne pas le moins du monde. Elle l'avait vu venir, sait que ce n'est qu'une première réaction qui n'en cachent que bien d'autres, mais elle ne s'arrête pourtant pas de parler et continue, essayant d'intégrer à ses propos des idées de réassurance, sur ses sentiments à elle, sur ceux de son nouveau collègue de travail et bien qu'elle ne les connaisse pas, elle n'a aucune raison de penser qu'il puisse toujours nourrir quelconque sentiment à son encontre, il n'avait rien fait en ce sens et tout ce qu'il avait pu laisser voir était un intérêt amical et un peu d'inquiétude quant à son choix de retourner avec James, mais c'était là quelque chose dont elle n'écoutait rien, c'était sa décision et aujourd'hui tout comme il y a neuf ans, elle n'avait pas l'intention de laisser quiconque apposé son jugement sur ses décisions et ses sentiments. « Passé à autre chose ? Ce n’est pas une pointe d’agacement qu’elle entend dans le ton qu’il utilise, mais une véritable exaspération et si le silence s’impose juste derrière, elle n’essaye même pas de le combler, parce qu’elle sait qu’il va devoir calmer toutes les idées qui passent dans sa tête en l’instant à savoir certainement et en premier lieu celle de ses poings contre le visage de Lloyd.  Qu’est-ce qu’il fout là ? Il pouvait pas choisir un autre bar que le Maureen’s ? Il me semble pas y’en avoir qu’un seul à Chicago. Bon ok il marque un point, mais elle est persuadée que son embauche au Maureen's n'a rien à voir avec elle, c'est juste un habitué de l'endroit et c'est sans doute naturellement qu'il a pensé à cet endroit en tout premier. Elle pousse un soupir et offre une moue un peu désolée à son époux. Il lui offre un sourire alors qu'il continue en lui indiquant d'une voix ferme qui contraste avec l'air plus léger qu'il essaye d'afficher et qui ne la convainc même pas deux minutes, qu'il ne croit pas du tout aux coïncidences et que ce genre de type ne lâche pas l'affaire si facilement. La Serbe comprend où il veut en venir, mais elle sait aussi qu'il ne connaît rien de Lloyd si ce n'est son métier et le fait qu'il ait eu le culot de lui tenir tête quand ils s'étaient tous les deux battus sous ses yeux, alors mise à part des présomptions...Il est là pour longtemps ? Il fait plus son taff de pompier ? » La main de Natalia glisse dans le cou de son motard de mari et elle vient rencontrer son regard. « Il fréquente ce bar depuis des lustres babe, je t'assure que ça n'a rien à voir avec le fait que j'y travaille d'accord ? Un sourire espiègle pare les lèvres de la jeune femme. Y a que toi qui es capable de plan pas possible et d'instance jusqu'à la mort pour m'avoir ! Son sourire s'étend de plus belle et elle remonte sa main contre sa joue. Et même si c'était le cas, ce qui ne l'est pas ! Elle insiste sur cette précision d'un regard. C'est pas comme s'il avait la moindre chance que ça marche, parce que je n'aime que toi déjà. Elle ramène sa main conte son gobelet et entrelace ses doigts autour. Son épaule s’hausse, un sourire s’accroche, toute son attitude tâche ardemment de détende l'atmosphère, elle se dit que ca a moyen de marcher, peut-être pas tout de suite (même sûrement pas vu la tête de pioche qu'il peut être), mais ça finira peut-être par porter ses fruits. Et je suis enceinte James, dans tous les cas je pense que dès que ça se saura, ce sera on ne peut plus dissuasif tu crois pas ? Elle lève un sourcil avec un sourire en coin et vient boire une gorgée de déca. J'ai pas la moindre idée du temps qu'il va rester et non. Il était dans l'accident....elle pause une seconde, celui avec les camions dans lesquels Jo était tu sais ! Et la fille qui est morte c'était apparemment sa nana de ce que j'ai compris, du coup pour l'instant j'imagine qu'il peut plus vraiment se résoudre à rester à la caserne. J'ai pas trop eu l'occasion de discuter avec lui encore. »
(c) black pumpkin


_________________



"Three words that became hard to say- I and love and you
What you were then, I am today. Look at the things I do"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: where we land ø nat   

Revenir en haut Aller en bas
 
where we land ø nat
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» tutorial chariot de guerre sur base de land raider
» land speeder dark eldar
» Plusieurs land raider
» Comment détruire les Land Raider ???
» Quête à Weed Land

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: West Side :: LOGEMENTS-
Sauter vers: