Partagez | 
 

 Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? [Tomislav]

Aller en bas 
avatar



crédits : /
messages : 195
quartier : Centre ville

MessageSujet: Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? [Tomislav]   Mer 31 Jan - 10:07

~ Vendredi 15 décembre 2017 – Très tôt le matin ~

Impossible de dormir. Cela fait des jours que le sommeil a une relation étrange avec Justin. Parfois, il le saisit tant l’épuisement est intense, il l’emporte et le plonge dans quelque chose de sombre, sans images et sans lumières. D’autres fois au contraire, il le fuit lâchement, le laissant seul à observer le plafond dans son petit appartement. Alors dans ces moments-là Justin se lève, allume la télé, tourne en rond dans son appartement, met de longues minutes à se servir un verre d’eau, encore en difficulté lorsqu’il s’agissait de tout faire avec son bras gauche. Et puis il finissait par retourner dans son lit, fixant l’écran lumineux et attendant que de fatigue, il s’écroule et dorme au moins quelques heures. Mais cette-fois-là, il sentait bien qu’il ne pouvait pas se contenter de ça. Il avait des fourmillements dans les jambes, le besoin intense de marche, de sortir de cet endroit et de marcher. Cela devait faire des heures qu’il comatait à moitié, voguant entre sommeil et réveil quand le besoin de sortir s’était imposé à lui. Maladroitement, Justin avait donc attrapé un pull et un manteau chaud. Son bras dans le plâtre gardé plaqué contre son torse. Il avait mis de longues minutes à mettre en place un bonnet sur sa tête, à chercher frénétiquement ses clés et puis, à sortir sans demander son reste.

Dehors, le froid était mordant alors que le soleil n’était pas encore complètement levé. Justin baissait la tête pour protéger au mieux son visage des assauts du vent et avançait dans les rues. On aurait pu le croire en train d’errer, de zoner, pourtant, ses pas le portaient sans la moindre hésitation. Sans qu’il n’ait besoin d’y réfléchir, de tergiverser, il savait exactement où il voulait aller. Où il devait aller. Ça allait faire une semaine maintenant et il n’arrivait toujours pas à comprendre. Tout ça n’avait aucun sens à ses yeux, n’en aurait sans doute jamais. La colère sourde qu’il avait ressentie en l’apprenant était toujours là, nichée au fond de ses entrailles. Une colère contre elle mais contre lui-même aussi. Et puis, il y avait ce poids, cette masse au fond de son ventre qui lui donnait parfois la nausée. L’air frais n’y faisait jamais rien, cette nausée était tenace, lui donnait l’envie de s’enfermer, de s’isoler et de se recroqueviller sur lui-même. Il la haïssait et savait toujours quand elle s’apprêtait à le saisir, se tenant en embuscade, attendant son moindre signe de faiblesse. Elle lui voulait du mal. Elle le voulait à genoux.

Il avait demandé tant de fois qu’on lui répète, qu’on lui explique que Justin n’eut pas de mal à trouver son chemin. Il n’eut aucune hésitation lorsqu’il aperçut le banc. Il savait que c’était celui-là, qu’aucun autre ne portait le même poids. Justin s’approcha, ne s’arrêtant qu’à un mètre de ce dernier. Il le fixait, comme s’il allait y voir quelque chose. Comme si le fait d’avoir ce simple bout de bois sous les yeux allait changer les choses. Oui, c’était bien là que Taylor avait été trouvée alors qu’elle tentait de mettre fin à ses jours. Alors qu’elle tentait de disparaître, d’être happée par le vide. Après quelques minutes de contemplation, Justin sentit une boule se former dans sa gorge. Le manque de sommeil lui jouait des tours et il avait, par flash, l’impression de la voir là, étendue. Seule. Perdue. Pourquoi ? Pourquoi n’avait-il rien vu ? Pourquoi personne n’avait rien vu ? Comment les choses avaient-elles pu glisser si vite ? Il ne comprenait pas. Parfois, il se disait qu’il était peut-être trop simple, trop bête pour comprendre. Qu’il n’avait pas les moyens de saisir les signes avant-coureurs comme les aboutissements. Cette idée lui donnait aussi la nausée. Il n’avait rien vu venir, il avait abandonnée Taylor à ses démons et ça le bouffait.

La boule qui s’était formée dans sa gorge ne semblait pas vouloir le laisser, bloquant sa respiration. Justin chercha de l’air et, en le retrouvant, il ne put que laisser couler les larmes qui s’étaient installés au creux de ses yeux. Elles coulèrent lentement sur son visage, peut-être allaient-elles finir par geler ? Justin les laissa perler sur son visage quelques secondes avant de les essuyer avec rage. Pourtant, ce geste était inutile, à peine avait-il passé ses mains sur ses joues que de nouvelles larmes prenaient place. Elles se faisaient de plus en plus nombreuses et un sanglot s’invita même dans la danse. Il n’y avait pas que de la colère en lui. Non, il y avait aussi cette affreuse souffrance. Il ne pouvait plus l’ignorer désormais, il ne pouvait plus faire comme si elle n’existait pas alors qu’elle perlait désormais sur son visage. Il était en colère, il était épuisé mais surtout, il avait terriblement mal.

Et alors, comme si cela pouvait atténuer la douleur, comme si cela pouvait changer les choses, Justin donna un grand coup de pied dans le banc. Le choc résonna dans sa jambe et lui fit plus de mal que de bien, rageant, il recula alors de quelques pas avec une profonde envie de hurler. Se tournant comme pour reprendre son souffle, il aperçut alors une silhouette non loin de là. Il ne lui fallut que quelques instants pour la reconnaître, il essuya alors rapidement et maladroitement ses larmes de la main gauche avant de prendre la parole d’une voix plus enrouée que voulu mais surtout sur un ton plus agressif qu’à l’accoutumée. Comme si, encore une fois, la colère était le meilleur moyen de cacher la peine.

« Qu’est-ce que tu fais là ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Vava: Me, signature : Daya
messages : 93
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? [Tomislav]   Dim 4 Fév - 23:51

Pourquoi tu te fais du mal comme ça ?
EXORDIUM.
Impossible de se rendormir, de retrouver le gouffre apaisant d’un sommeil profond. Il ne comprend pas trop pourquoi d’ailleurs… Ni stressé, ni tourmenté par quoi que ce soit, Tomislav fixe le plafond, une main sur son ventre, l’autre sous sa tête.
A moins que ça ne soit le comportement d’Ayleen qui le tourmente un peu. Il est parfaitement conscient et lucide sur la nature de leur relation, que tout ça n’est basé que sur un seul et unique mensonge aux fondations qu’ils ont tentés de rendre solides. Mais force est de constater que le serbe s’est attaché à cette femme pour qui il n’éprouvait pas forcément d’intérêt particulier avant cette fameuse discussion autour d’une bagnole retapée. Il ne l’aime pas de cet amour que l’on accorde aux couples lambdas, à ces maris et femmes unit « à la vie à la mort » mais il ressent quand même des choses positives, un sincère affection. Il s’est promis de prendre soin de cette femme qui a prit ce risque de signer un mariage blanc pour ainsi lui permettre d’obtenir la carte verte. Le temps fait également son œuvre, derrière ce quotidien joué à deux qui les pousse à s’habitué à l’autre, à ce que l’un représente.
Alors de la voir ainsi le trouble, l’emmerde même. Pas dans le sens négatif du terme mais plutôt parce qu’il est conscient de ne rien pouvoir faire d’autre que de se plier à ses lourds silences, elle qui anime toujours ce petit appartement de ses histoires, de cette curiosité inassouvie. Tomislav ne l’a jamais vu si… éteinte. C’est le mot qui lui vient et qui convient le mieux. Eteinte. Elle ne parle quasiment plus, trainant une infinie tristesse qui pèse un peu plus sur ses épaules déjà affaissée par cette maladie qui la bouffe, la ronge. La mort qu’à frôlée cette amie qui lui est si chère semble la tuer à petit feu, bien plus vite que la mucoviscidose elle-même.

Parfois le serbe cherche à la faire rire, au mieux sourire, mais sans franc succès. Il tente de ne pas l’étouffer de ses attentions, reste le Tomilsav qu’elle apprécie mais guette toujours son évolution entre ses murs du coin de l’œil. La situation de cette fameuse Taylor l’affecte bien plus qu’elle ne le lui avouera jamais et même s’il ne saisit pas toute l’ampleur de ce qui les lies, le jeune homme tente de rendre le quotidien de sa femme plus agréable et plus supportable, sachant pertinemment que la date de son hospitalisation qui approche à grand pas, n’arrange probablement rien.

Dans un dernier soupire, vaincue par l’insomnie, Tomislav déplie son mètre quatre-vingt douze pour sortir du lit chaud où dors encore Ayleen, couchée sur le côté. Son regard vert se pose sur la jeune femme dont il embrasse tendrement l’épaule avant de rejoindre le petit salon où il enfile un pantalon, un pull et de quoi sortir prendre l’air. Le serbe aime les silences des matins à peine naissants, profitant de ce calme pour remettre à bien son esprit parfois trop chargé.

Il entame cette promenade d’un pas tranquille, dégainant déjà son paquet de clope avant d’en loger une entre ses lèvres. Le serbe en tire une taffe, rejetant la fumée en un léger sourire, appréciant ce moment de calme, de plénitude. Il caille, le froid est sec mais il est habitué à ça même s’il n’a pas souvenir d’avoir atteint des températures si froides au fin fond de sa Serbie.
Tomislav arrive aux alentours d’un parc, s’y promène, déambule tout en croisant des personnes courageuses – ou complètement frapper du casque – courir à bonne allure de si bon matin. Il ne les calcule pas, les regarde à peine, son regard déjà focalisé sur une silhouette qu’il reconnait de loin.

Justin. Ce type qui bosse avec lui chez Adler. Une tête un peu bizarre – l’hopital qui se fout de la charité -, qui vous sort des blagues que le serbe ne comprend pas toujours mais qui, en soit, n’est pas chiant.
Il s’arrête, non loin de lui, contemple la scène d’un œil un peu intrigué de voir ce type donner un coup de pompe à ce banc, comme s’il était le responsable de bien des maux. Et ce n’est que lorsque Justin se tourne vers lui qu’il perçoit ses larmes alors qu’il les essuie maladroitement dans un geste presque de rage. Décidément, il est entouré de personnes tristes ces derniers temps.

- Qu’est-ce que tu fais là ?

Tomislav se redresse légèrement, à peine offusqué par l’agressivité soudaine de ce type.

- Pourquoi ? C’est ton parc ?

Ton calme, tranquille, il lui lance ça de façon factuelle comme s’il lui demandait l’heure ou quel temps était prévu pour le lendemain.

- Balade du matin.

Il hausse les épaules, tire sur sa clope pour en rejeter la fumée sans jamais quitter Justin du regard.

- Et toi ? Il t’a fait quoi le banc pour que tu la frappe ?

Accent toujours aussi présent même si ce dernier semble un poil s’atténuer avec le temps. Ca ne change rien à sa syntaxe et sa grammaire qui sont toujours autant à chier par contre.

- Tu t’es fait planqué pour que t’es entrain de pleurs ?

Il tique, claque la langue contre son palais, signe d’un léger agacement.

- Tu t’es fait plaqué. C’est comme ça qu’on la dit le phrase, non ? Pour quand ta copine te quitte.

Pas sûr de lui, il demande quand même. Il le saura de toute façon certainement mieux que lui.


_________________

   

"Au royaume du sombre, de la thune et des rats,
je serais comme une ombre à chacun de tes pas."
(c)Saez - Comme une ombre.

   
(c)BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : /
messages : 195
quartier : Centre ville

MessageSujet: Re: Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? [Tomislav]   Lun 5 Fév - 12:00

Justin n’était pas du genre à être agressif pour rien, surtout avec ses collègues de travail. Tomislav travaillait chez Mme Adler et de fait, ils se croisaient assez régulièrement. S’il n’avait pas coutume de se lancer dans de longues discussions philosophiques à chaque fois qu’ils se voyaient, leurs rapports étaient plutôt cordiaux. Mais le voir dans cet instant de faiblesse avait fait naître quelque chose en Justin, ressortir toute cette colère qui le dévorait de l’intérieur. Ce n’était pas contre lui qu’elle était dirigée mais contre l’état de faits qui se dressait devant lui. Il ne voulait pas montrer ses larmes, à personne, sans doute un vieux relent de son enfance où les garçons n’ont pas le droit de pleurer. Il ne voulait pas non plus ressentir ce vide profond et pourtant. Pourtant l’acte de Taylor résonnait encore et encore dans sa tête, s’abattant comme un coup terrible sur sa tête. Alors les mots étaient sortis avec plus de rage que nécessaire, à l’adresse de Tomislav qui ne perdit pas son sang froid et répondit avec un calme certain par une question qui ne fit que mettre Justin face à sa bêtise. Le technicien de surface ne répondit rien à cela. Le jeune homme ajouta qu’il se contentait de faire sa balade du matin. Justin hocha alors la tête, partagée entre la colère toujours présente et le fait qu’il se sentait penaud, un peu con. Voir Tomislav fumer le poussa alors à fouiller dans ses poches à la recherche d’une cigarette qu’il glissa entre ses lèvres avant de l’allumer. D’une main toujours ce qui n’était pas évident avec le froid et le vent matinal mais il y parvint tout de même. Tomislav lui semblait vouloir en savoir plus sur sa présence ici. De son anglais toujours aussi maladroit il lui demanda ce que le banc lui avait fait. Justin ne répondit rien. Son collègue enchaîna, évoquant l’idée qu’il se soit fait plaquer, Justin fronçant les sourcils, le temps que les mots s’imprègnent dans son cerveau embrumé par le manque de fatigue.

« Oui c’est comme ça mais non, rien à voir. »

La colère avait laissé place à une forme de lassitude dans la voix de Justin. Il aurait largement préféré se faire plaquer des centaines de fois. Oui, ça il s’en serait remis sans nul doute, sans souci. Mais cette douleur n’avait rien à voir. Elle était lancinante, vicieuse. Elle lui donnait l’impression de manquer régulièrement d’air, d’être à la merci de n’importe quel coup de vent. Justin tira alors une longue bouffée sur sa cigarette avant de faire quelques pas en arrière, s’éloignant du banc.

« Une de mes amies a tenté de se suicider. »

Tournant la tête vers Tomislav, il ne put s’empêcher de préciser, ne sachant pas si son collègue connaissait ce terme.

« De se tuer… »

Et les mots restèrent en suspend dans sa gorge alors qu’il sentait un nouvel assaut de larmes. Justin rejeta alors la tête en arrière, comme s’il allait ainsi les empêcher de couler, les faire disparaître. Le dire à voix haute, c’était autre chose. C’était rendre la chose plus réelle encore, nier complètement le fait que ce ne puisse être qu’un terrible cauchemar. Il était là, dans ce parc, à en parler à Tomislav. Ce n’était on ne peut plus réel. Et pourtant, il ne comprenait toujours pas comment ni pourquoi. C’était toujours aussi absurde. Justin sentait alors ses jambes faiblir et pourtant, l’idée de s’asseoir sur ce banc lui filait la nausée. Il recula alors de nouveau jusqu’à pouvoir s’adosser contre un arbre. Il porta la main tremblante qui tenait sa cigarette à ses lèvres.

« Et j’comprends pas. »

Y’avait-il réellement quelque chose à comprendre ? Peut-être que non. C’était simplement l’expression d’une terrible souffrance, d’une douleur violente et irréparable. Pourtant, Justin ne pouvait pas s’y faire. Comment avait-il pu ne rien voir ? Comment personne n’avait rien vu, bordel ! Comment Taylor avait pu être happée par cette noirceur sans que personne ne se doute de rien. C’était illogique, ce n’était pas normal. Non, rien de tout ça n’était normal. Ça n’aurait jamais dû avoir lieu. Jamais. La gorge serrée, Justin gardait sa cigarette plaquée devant sa bouche, son regard perdu dans le vide.

« Faut que je m’asseye… »

Justin avait lâché ces mots dans un souffle alors qu’il sentait ses jambes le lâcher doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Vava: Me, signature : Daya
messages : 93
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? [Tomislav]   Jeu 8 Fév - 22:10


Pourquoi tu te fais du mal comme ça ?
EXORDIUM.
- Oui c’est comme ça mais non, rien à voir

Il acquiesce, continue de fumer sa clope. Si c’est pas une femme, alors quoi ? Justin a suivit son mouvement de nicotine, tire lui-même sur sa cigarette alors que Tomislav attend plus ou moins réponse. Il n’est pas un type chiant, s’il ne veut pas lui répondre alors soit mais il reste malgré tout quelqu’un de curieux alors un aveu le contentera tout autant.

- Une de mes amies a tenté de se suicider.

Le serbe tique et ne déloge pas son regard du jeune homme.
Putain décidément, c’était la période ou quoi ? Tomislav a souvent entendu dire que généralement, de Novembre à Janvier c’était la porte ouverte à la dépression et le suicide, que les gens perdaient foi à peu près en tout, tout comme ils perdaient l’envie de vivre, de poursuivre. On met ça sur le compte de l’hiver, du froid, de la grisaille mais aussi de la solitude et de l’argent. Le serbe se demande s’il arriverait à en venir jusque-là, s’il serait un jour aussi désespéré pour se foutre en l’air. Quand il voit combien Ayleen lutte pour sa propre survie, pas sûr qu’il ait les couilles d’oser s’arracher une existence qu’elle mérite certainement plus que lui.

- De se tuer…
- J’avais compris.

Un peu maladroit avec l’américain mais pas con non plus, faut pas pousser.
Justin a l’air profondément affecté, rejette la tête en arrière et semble chercher son air. On n’peut pas le lui reprocher. Un suicide n’a rien de facile, ni pour le concerné, ni pour l’entourage. Il le voit avec Ayleen qui lui donne la sensation d’être déjà morte, de se trainer dans cet appartement qui était avant tout ça bien trop petit pour une lumière comme elle.
Il recule jusqu’à l’arbre où il s’adosse, Tomislav le suit des yeux sans rien dire, sourcils froncés. Il tremble comme une feuille, sa main surtout.

- Et j’comprends pas.

Qui comprendrait ? A moins d’être passé soi-même par-là peut-être ?

- Faut que je m’asseye…
- Oh… tu vas pas faire le tomber dans la pomme hein ?

Le serbe s’approche, clope entre les doigts, pour s’assurer qu’il ne lui fasse pas un malaise tête la première sur le coin du banc. Manquerait plus qu’il s’ouvre le crâne et qu’en plus de ça il lui claque entre les mains.

- Asseoir toi sur le par terre.

Il l’y pousse d’un léger mouvement de main sur son épaule, l’incitant à juste exécuter et ne pas protester. Il surveille son état, s’assure qu’il ne perde pas connaissance et pour être plus ou moins à sa haute, Tomislav vient s’assoir sur le bord du banc juste à côté, celui dans lequel Justin y a jeter férocement son pied. Le serbe termine tire une dernière fois sur sa clope avant de l’écraser du bout de la chaussure sur le sol, recentrant son attention sur Justin.

- Ca va aller ?

La question se pose même si la réponse sera certainement un non.

- J’suis désolé pour ta amie.

Il esquisse un sourire… enfin un sourire, plutôt une esquisse. Ceci dit, il est sincère et ça n’est pas toujours le cas avec l’esprit tordu du jeune homme. Preuve en est avec Natalia… quoi qu’avec sa demi-sœur, c’était encore différent. Elle méritait tous ces tourments qu’il lui infligeait secrètement.

- Ma femme a une très bonne amie de elle qui a fait le même chose. Elle est très triste aussi.


Et il ne sait toujours pas quoi faire pour l’aider à retrouver sa joie de vivre et ses sourires.

- Elle comprendre pas non plus. J’crois qu’on peut pas. On peut jamais temps qu’on n’vit pas la même qu’eux. Dans leur tête.

C’est un peu bancale comme explication, un peu maladroit mais ça vaut ce que ça vaut.



_________________

   

"Au royaume du sombre, de la thune et des rats,
je serais comme une ombre à chacun de tes pas."
(c)Saez - Comme une ombre.

   
(c)BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : /
messages : 195
quartier : Centre ville

MessageSujet: Re: Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? [Tomislav]   Ven 9 Fév - 11:12

C’était comme une épine au milieu de son dos, une douleur insidieuse, latente, toujours présente. On pense parfois l’oublier pour qu’elle revienne plus fort, plus violemment. Elle vous scie les jambes, vous fait tomber par terre et quand vous croyez enfin vous relever, elle se réveille à vous, rappelant qu’elle n’est jamais partie, qu’elle ne compte pas vous laisser… Justin la sentait faire des allers et retours, l’attaquer par surprise dès qu’il baissait la garde. Cette fois, l’assaut était terrible, violent. Depuis que Lloyd était venu lui annoncer la nouvelle chez lui, les images tournaient en boucle dans sa tête. La nuit était devenue son ennemie mais surtout, il se posait encore et toujours les mêmes questions. Le fait de ne pas comprendre lui donnait le vertige, comme s’il était plongé dans un tourbillon, que chaque pas en avant le ramenait en réalité au même niveau. Une spirale infernale sans issue. Sans sens. Sans logique. Justin n’exerça aucune résistance alors que la main de Tomislav s’était posée sur son épaule, accompagnant ses propos l’incitant à s’asseoir par terre. Le technicien de surface se laissa alors lentement glisser contre l’arbre jusqu’à être assis. Il n’avait ni la force ni l’envie de résister. Il laissait sa cigarette se consumer distraitement, sans tirer dessus. Le vertige était toujours là, de manière parfaitement irrationnelle mais au moins, il ne risquait plus de chuter. Tomislav alla alors s’installer sur le banc, en face de lui, écrasant lui sa cigarette avant de lui demander si ça allait aller.

« Ouais… »

Oui parce qu’il n’allait pas faire de malaise et que son collègue pouvait être rassurer sur ce point. Quant au reste ? Justin n’en savait rien. Il disait toujours qu’il allait bien non pas pour mentir mais parce que c’était la vérité. La vie lui avait accordé quelques petits désagréments mais rien qu’il n’avait su surmonter, rien qui ne l’avait écroulé. Mais là c’était différent. Il y avait trop de choses. Trop de douleur autour de lui et ça le rendait malade. Il n’avait pas oublié ce qu’il s’était passé à la caserne, le désespoir de ses collègues, la disparition de Lou. L’acte de Taylor avait été comme le coup de massue l’empêchant de refermer sereinement les plaies qui s’étaient ouvertes.

La voix de Tomislav lui fit remarquer que la cendre de sa cigarette était en train de lui tomber dessus. Justin hocha la tête par ce geste de ses mots pour Taylor. Il tira ensuite une dernière latte sur sa cigarette avant d’écraser le mégot sur le sol à côté de lui. Son collègue reprit alors la parole, lui parlant de l’amie de sa femme ayant commis le même acte, l’état de trouble dans lequel se trouvait cette dernière. Le fait que comprendre était sans doute impossible. Justin poussa alors un long soupir.

« Comment… Comment la souffrance peut devenir si forte sans qu’on la voit ? »

Justin savait bien que tout le monde ne fonctionnait pas comme lui, que la majeure partie des gens avait tendance à porter des masques en société. Par pudeur, parce que l’idée d’imposer ses émotions aux autres était mal vue. Il le comprenait bien qu’il ne soit pas d’accord. Mais qu’une amie agisse de la sorte. Que lui, que Milo, que Maeve ou Ayleen n’aient rien vu. Ça n’avait pas de sens. Taylor n’était pas une jeune femme isolée, elle était entourée de personnes l’aimant sincèrement, prêtes à tant de choses pour elle. Et pourtant… Pourtant, c’était comme s’ils avaient tous eu des œillères sur le visage pendant de longs jours. Alors non, Justin n’arrivait pas à comprendre et refusait de se contenter de ça. Il avait besoin de savoir pour avancer. Il était encore bien trop tôt pour parler ainsi à Taylor, il n’osait pas. Alors quoi ? Il était condamné à se poser encore et toujours les mêmes questions jusqu’à en devenir fou ? Jusqu’à perdre pied à son tour ? Justin releva alors la tête vers Tomislav, tiquant finalement à retardement sur ce qu’il lui avait dit plus tôt.

« Ta femme ? »

Justin fronça légèrement les sourcils. Non pas qu’il remettait en doute les paroles de Tomislav, loin de là. Simplement, il se rendait compte qu’il n’avait jamais vraiment posé ce genre de question à son collègue et qu’il ne savait pas grand-chose de lui. Ce dernier lui avait toujours inspiré une certaine méfiance sans qu’il ne sache trop pourquoi. Pourtant, il avait l’impression en cet instant qu’il s’était un peu planté. Tomislav ne l’avait pas laissé là en plan, n’avait pas passé son chemin en prétendant ne pas l’avoir remarqué. Ce qui, pour Justin, était signe d’un bon fond.

« J’savais pas que t’avais une femme… Et son amie, c’est arrivé quand ? »

Il n’y avait pas de curiosité malsaine ou morbide derrière cette question. Simplement, Justin se rendait compte que savoir que les autres aussi perdaient toutes leurs armes face à un tel événement pouvait l’aider à respirer un peu. C’était crétin mais savoir qu’on n’est pas le seul, qu’on est plusieurs à ressentir les mêmes choses, ça rassure toujours. Bien sûr, il sentait bien que l’entourage de Taylor souffrait aussi mais il n’arrivait pas trop à leur parler de cette épine qui refusait de sortir de son dos. Craignant d’imposer son fardeau à ceux qui en avaient déjà un trop lourd à porter. Ce n’était pas son genre mais cette fois, oui, il lui arrivait parfois de mentir un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Vava: Me, signature : Daya
messages : 93
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? [Tomislav]   Mar 13 Fév - 19:17

Pourquoi tu te fais du mal comme ça ?
EXORDIUM.
- Comment… Comment la souffrance peut devenir si forte sans qu’on la voit ?

Tomislav n’en sait rien, ça se saurait s’il était psy. Il avait déjà suffisamment à faire avec Ayleen, pour comprendre parfois ses états d’esprit, pour se montrer malgré tout à la hauteur. Mariage blanc ne voulait pas dire lui pourrir la vie et lui donner un quotidien moisi. Au contraire, il pouvait au moins lui offrir une situation décente.
Il y a des choses qu’ils ne comprendront jamais de toute façon, c’est une évidence. Il ne sait pas pourquoi la pote de Justin a fait ça tout comme il ne sait pas pourquoi celle d’Ayleen a décidé de passer à l’acte soudainement, sans signe avant-coureur de ce qu’il a cru comprendre.

- Ta femme ?

Le serbe lève les yeux vers son collègue – puisque c’est ce qu’ils sont, un peu – et affiche un regard du genre « bah… ouais ». En quoi est-ce si surprenant ? Certes, il n’en parle pas à tout le monde et ne s’en vante pas à tous les coins de rues mais il a du mal à comprendre pourquoi ça serait si surprenant qu’il soit marié. A moins qu’il soit étonné de le savoir avec une nana tout court.
Ceci dit, il s’en fout de toute façon.

- J’savais pas que t’avais une femme… Et son amie, c’est arrivé quand ?
- On est marié depuis pas longtemps. Septembre

C’est récent et ils ont dû remplir un tas de paperasse à dormir debout pour officialiser tout ça, pour montrer que non, ils ne font pas ça pour lui donner la nationalité américaine mais parce qu’ils ont eu un véritable coup de foudre. Encore aujourd’hui, le serbe est surprit de voir à quel point ils ont merveilleusement bien joué la comédie et réussit – pour l’instant – à faire passer la pilule, jouer le parfait tableau du jeune couple transit.
Ayleen et lui tâchent d’être convaincant au quotidien, se montrant au bras de l’autre pendant des évènements que l’on peut considérer comme anodin mais qui caractérise pourtant parfaitement le couple qu’ils sont aux yeux de tous.

Tomislav revient à la deuxième partie de sa question, plantant ses iris claires dans ceux de Justin.

- C’est arrivé y a un semaine je crois. Le serbe réfléchit un seconde. Ouais, la 8 ou 9 Décembre.

Il s’en souviendra de cette journée où le visage d’Ayleen s’est décomposée avant de partir avec ce type qu’il n’apprécie pas : Milo. Il comprend pas ce que sa femme lui trouve, il a l’air con comme un manche, aussi intelligent qu’un piaf. Et putain, il parle beaucoup trop, s’agite tout le temps dans tous les sens et fait beaucoup trop de bruit pour lui. Et quand il observe Ayleen a côté de lui, il comprend pas.

- Ayleen m’a dire que c’était avec la médicamentation. Plein. Tomislav tente de se souvenir des détails qu’il fournit sans se demander si c’est gênant ou pas. Pourquoi ça le serait ? Ca n’est pas une honte d’aller mal. Une type la trouver dans le bon temps.

Il hausse les épaules une nouvelle fois, ne signifiant pas pour autant qu’il s’en fout mais qu’il n’en sait pas plus.

- Elle a eu du chance, il parait.



_________________

   

"Au royaume du sombre, de la thune et des rats,
je serais comme une ombre à chacun de tes pas."
(c)Saez - Comme une ombre.

   
(c)BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : /
messages : 195
quartier : Centre ville

MessageSujet: Re: Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? [Tomislav]   Mer 14 Fév - 13:05

Justin avait hoché la tête alors que Tomislav expliquait que son mariage était récent. Effectivement, septembre, c’était assez frais. Cela n’empêchait pas le jeune homme de se dire qu’il aurait pu le savoir plus tôt s’il s’était plus intéressé à son collègue. Mais de toute façon, pour le moment, il n’était pas en phase pour se reprocher ou analyser de quelle manière il s’intéressait à Tomislav. Non. Son esprit était embrumé et rempli de tant de pensées qu’il n’y avait pas la place pour en rajouter d’autres. Il s’était cependant intéressé à l’amie de sa femme qui visiblement était aussi passé par une phase de dépression et une tentative de suicide. C’était comme si, maintenant qu’il y avait été confronté, il voyait ça partout. C’était au final sans doute plus fréquent qu’il ne pensait. Simplement, lui et sa bulle de bonne humeur ne voyaient pas ce genre de choses. La preuve, il n’avait même pas remarqué que Taylor était au bord de la rupture. Qu’elle était sur la faille et qu’il suffisait d’un rien pour qu’elle bascule. Ce qu’elle avait fini par faire.

Avant que Justin ne replonge dans les méandres des éternelles mêmes interrogations, Tomislav reprit la parole. Justin fronça les sourcils lorsqu’il entendit la date. Le 8 ? Taylor avait tenté de se donner la mort ce jour-là. C’était étrange comme coïncidence. A moins que ? Justin ouvrit de grands yeux en entendant le nom d’Ayleen et ensuite l’évocation des médicaments. Ils parlaient de la même personne. Sa femme était donc Ayleen, amie de Taylor et de Milo. Justin ne la connaissait pas aussi bien que ses deux amis, la preuve étant, il n’était même pas au courant qu’elle était mariée à un de ses collègues… Le jeune homme était encore sous le coup de la surprise lorsque Tomislav déclara que Taylor avait eu de la chance. Lui avait eu de la chance d’être aidé par Maeve au Magnificient Mile. Est-ce que Taylor elle avait eu de la chance ? Cette expression ne lui avait jamais paru être plus absurde qu’en cet instant.

« Elle s’appelle Taylor. Et elle a été retrouvée sur le banc où t’es assis. »

Le regard de Justin s’attarda alors quelques secondes sur le banc devant lui avant qu’il ne le déplace et fixe le sol. Il n’arrivait pas à le regarder trop longtemps. Chaque fois, la même image l’assaillait. Chaque fois, son imagination qu’il ne pensait pas si puissante lui imposant le corps inerte de Taylor. Sans doute était-ce dû au manque de sommeil mais en tout cas, c’était bien plus qu’il ne pouvait en supporter pour le moment.

« J’croise souvent Ayleen à l’hôpital… J’savais même pas qu’elle s’était mariée. »

Au fur et à mesure de ses ménages, Justin avait été amené à plusieurs reprises à croiser la jeune femme. Ils s’entendaient plutôt bien, prenant des cafés parfois ensemble. Le fait qu’elle soit amie avec Taylor et Milo avait créé un tissu commun mais ils n’étaient aussi proches qu’elle pouvait l’être des deux autres. Pourtant, en cet instant, il y avait bien quelque chose qui les liait. Cette douleur qui transperçait la poitrine.

« Comment elle gère ça ? »

Cela ne faisait que peu de temps que Justin avait appris pour Taylor et depuis, il avait l’impression de ne jamais avoir retrouvé pleinement son souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Vava: Me, signature : Daya
messages : 93
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? [Tomislav]   Jeu 22 Fév - 0:02

Pourquoi tu te fais du mal comme ça ?
EXORDIUM.
Parfois on lui parle de destin ou de ce genre de conneries auxquelles Tomislav ne croient pas forcément. Il a du mal à s’imaginer une force supérieure poussant les éléments pour que ces derniers se rencontrent dans une situation bizarre mais tout de même incroyable.
Même lorsqu’Ayleen lui a fait cette demande un jour où il faisait atrocement chaud et où il avait retapé sa bagnole pour la rendre flambant neuve, le serbe ne s’est pas laissé aller à se dire que pour qu’il ait une chance aussi incroyable, il fallait bien que quelqu’un ait fait quelque chose à ce destin justement. Mais il s’est plutôt dit qu’il a juste eu… de la chance, ouais. Enorme et assez surréaliste mais quand même.
Pourtant, aujourd’hui, il commence à sérieusement douter. Parce que ce qui suit de la bouche de Justin, il ne l’a clairement pas vu venir.

- Elle s’appelle Taylor. Et elle a été retrouvée sur le banc où t’es assis.

Soit c’est un coup monté, soit le monde – ou plutôt Chicago en l’occurrence – est extrêmement petit.
Par réflexe, Tomislav regarde le banc où il est effectivement assit mais ne s’en déloge pas pour autant, n’ayant pas l’impression de manquer de respect ou quoi que ce soit. Il se concentre plutôt sur ce que Justin lui a dit. Des « Taylor » il y en a certainement des masses ici.
Mais des « Taylor » qui tentent de se foutrent en l’air le même jour ? Pas certain que ça soit une coïncidence.

- J’croise souvent Ayleen à l’hôpital… J’savais même pas qu’elle s’était mariée.
- Ah bon ?

Merde, c’était quoi ce délire.
Pas le fait qu’il ne sache rien de leur mariage mais le fait qu’il la connait, elle aussi. Le serbe fronce les sourcils, surprit, pour ne pas ainsi dire presque choqué par ces circonstances étranges.
Concernant le mariage, Tomislav sait que, tout comme lui, Ayleen tente au maximum de minimiser la situation, de faire savoir aux moins de personnes possibles cet union, les proches de la jeune femme se rendront compte de la supercherie en moins de temps qu’il ne faut pour le leur annoncer.

- Comment elle gère ça ?

Tomislav revient à la réalité mais surtout à Justin avant de lui répondre sans aucune pudeur.

- Mal. Pour la moment. Il marque une pause, pince les lèvres en se souvenant de cette tristesse qui pèse atrocement sur les épaules de la jeune femme. Mais c’est encore le récent. Faut de la temps pour remettre de ça.

Ou tout du moins, il imagine que l’on ne se remet pas de ce genre de traumatisme du jour au lendemain. Chose qui doit encore plus compliquer pour la personne ayant voulu mettre fin à ses jours.
Le serbe se redresse et fronce les sourcils.

- Je sais pas ce qui me choquer la plus. Si c’est parce que tu connais mon femme ou si parce qu’on parler du même personne.

Quelles étaient les probabilités pour que ce genre de chose arrivent ? C’est étrange lorsqu’il y pense.

- L’amie d’Ayleen, s’appelle aussi Taylor. Je doute que ça être des personnes différents.

Il observe les réactions de Justin qui se trouve être aussi surprit que lui. Qui ne le serait pas face à ce hasard de circonstances. C’est comme lorsqu’il a appris que Ayleen et Natalia se connaissent depuis des années… Peut-être qu’il y avait un destin finalement, une espèce de force supérieur qui agissait à leur encontre pour les foutre devant ce genre de situations improbables.

- Tu la connais à l’hopital parce que tu es maladie toi aussi ?





_________________

   

"Au royaume du sombre, de la thune et des rats,
je serais comme une ombre à chacun de tes pas."
(c)Saez - Comme une ombre.

   
(c)BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : /
messages : 195
quartier : Centre ville

MessageSujet: Re: Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? [Tomislav]   Ven 23 Fév - 10:13

Du temps… Oui, Justin devait bien avouer que sur ce coup, Tomislav avait parfaitement raison. Pour se remettre de ça, il fallait du temps. Tout comme Taylor aurait besoin d’y aller en douceur, d’avancer pas à pas pour retrouver le goût à la vie, ses proches auraient besoin de temps pour panser les plaies. Pour accepter cette dure réalité mais aussi, le fait que ce n’était pas la fin. Qu’ils ne devaient pas s’arrêter à cette terrible nouvelle mais au contraire, croire en cette seconde chance, en la possibilité qui leur était offerte de tout recommencer. Justin savait tout ça et pourtant, en cet instant, il avait encore un peu de mal à l’accepter. Parce que le poids dans sa poitrine était toujours-là, la douleur sourde et pesante. Pour autant, entendre Tomislav dire aussi franchement qu’Ayleen allait mal face à cette histoire était presque rassurant. Il avait bien vu l’état dans lequel se trouvait Milo mais… Il avait la confirmation, une fois de plus, que ce qu’il ressentait n’était pas anormal ou honteux. Humain, simplement humain. Et c’était un petit souffle d’apaisement, léger, infime, mais toujours bon à prendre.

Justin glissa alors sa main dans sa poche à la recherche de son paquet de cigarettes tandis que Tomislav expliquait sa surprise face au fait qu’ils parlent de la même personne et surtout, que le technicien de surface connaisse sa femme. Ce dernier haussa les épaules tout en esquissant un faible sourire. Oui, c’était assez incroyable qu’ils ne se soient pas rendu compte plus tôt des liens en commun qu’ils avaient. Justin allumait sa cigarette lorsque Tomislav sembla vouloir lever le dernier doute sur l’identité de Taylor ou peut-être, reformuler les choses à voix haute pour pleinement réaliser qu’ils parlaient de la même personne. Tout en relâchant la fumée dans l’air, Justin reprit la parole.

« Je te confirme, il est impossible qu’il s’agisse de deux personnes différentes. »

Parce qu’une Ayleen et une Taylor se connaissant, l’une ayant tenté de se suicider le 8 décembre sur ce banc… Non, Chicago avait beau être une grande ville, certaines coïncidences ne pouvaient être envisagées. Tomislav enchaîna alors de nouveau, demandant à Justin s’il voyait régulièrement Ayleen à l’hôpital parce que lui aussi était malade. Le jeune homme secoua négativement la tête.

« Non non, je fais le ménage là-bas. Et à force de balayer les couloirs, j’connais pas mal de monde. »

Ayleen faisait malheureusement partie de ceux qui arpentaient régulièrement les couloirs du Chicago Med. Alors forcément, ils s’étaient croisés à plusieurs reprises. Justin la saluait toujours avec le sourire et elle répondait. Ils avaient déjà bu quelques cafés ensemble, discutant un peu de tout et de rien. Et puis, elle était amie avec Milo et Taylor alors forcément, ça créait des liens.
Justin tira alors sur sa cigarette et laissa sa tête reposer en arrière sur le tronc d’arbre. Il se sentait encore fébrile et voyait bien qu’il ne pourrait pas reprendre la route de son appartement tout de suite. Et de toute façon, malgré le froid glacial, il n’en avait pas envie. Il savait qu’une fois de retour entre ces quatre murs, il risquait de plonger dans une nouvelle crise. Il lui fallait du temps mais aussi des portes pour sortir un peu de son quotidien, s’aérer les idées et respirer. Oui respirer surtout. Qu’importe si cet air était pollué par la fumée de ses cigarettes, il en avait besoin.

« Et toi, tu l’as rencontrée comment ? »

Parler un peu d’autre chose. La présence de Tomislav avait aidé Justin à sortir un peu de ses pensées sombres, à ne plus se concentrer uniquement sur ses démons et voir quelque chose d’autre. Parler de lui, de sa vie, il trouvait ça bien plus appréciable. D’autant que cela concernait aussi Ayleen qui était très chère à ses deux amis et que lui aussi appréciait alors. Pas une seule seconde il n’avait songé à ce que pouvait dissimuler ce mariage, naïf peut-être, croyant au mariage, difficile à dire. En tout cas, Justin avait posé cette question en toute simplicité, sans une once de suspicion.

« C’est une chouette fille. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Vava: Me, signature : Daya
messages : 93
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? [Tomislav]   Mer 28 Fév - 0:27

Pourquoi tu te fais du mal comme ça ?
EXORDIUM.
- Non non, je fais le ménage là-bas. Et à force de balayer les couloirs, j’connais pas mal de monde.

Il acquiesce, l’écoute.
Ca tombe sous le sens mais ça n’est pas ce qu’il lui est venu à l’esprit en premier. Tomislav avait cru comprendre qu’effectivement, Justin ne se limitait pas qu’à la demeure des Adler mais qu’il faisait aussi des ménages à la caserne des pompiers. Quand il y repense, le serbe se dit que ce type a quand même une vie bien remplie.
La coïncidence le surprend encore un peu, malgré tout. Celle qu’il connaisse Ayleen et qu’en plus de ça, ils sont entrain de parler de la même personne qui n’est d’autre que Taylor. Il faut croire que le monde est encore plus petit qu’on ne pourrait le penser.

- Et toi, tu l’as rencontrée comment ?

C’est là que Tomislav doit se montrer prudent et qu’il doit réciter comme une leçon apprise par cœur tout ce qu’ils s’étaient dit avec Ayleen. Ils ont dû se mettre d’accord, s’entendre sur le sujet pour ne faire aucun faux pas pour que personne ne suspect ce mariage blanc. La tension est encore palpable au sein de leur couple, n’étant clairement pas à l’abri d’une visite surprise et c’est bien pour ça qu’ils dorment dans le même pieu, qu’ils se comportent comme un véritable duo d’amoureux dans les rues, à la vue de tous, cumulant les sorties dès lors qu’ils le pouvaient.

- C’est une chouette fille.
- Oui. Vraiment très la gentille.

Pour ne pas ainsi dire, complètement adorable et le cœur sur la main. Elle n’hésitait jamais à se donner pour les autres et preuve en est aujourd’hui de prendre un risque aussi énorme que de lui donner la possibilité d’avoir cette fameuse carte verte. Et il n’avait rien eu à demander, juste à l’écouter et à accepter.

- Je réparer son voiture. Une vieille. Puis elle me donner des courts de langue.

Il balaie l’air d’un geste de la main, comme pour s’aider à s’expliquer.

- Tu sais, pour mieux parler ton langue. Il hausse les épaules. C’est pas encore très bonne mais je fais du progrès, elle m’a dit.

C’est sûr que comparer à ce qu’il savait aligner comme mots en arrivant, ça n’avait plus rien à voir. L’écrit reste peut-être le pire mais là encore, comment devenir un irréprochable en orthographe quand on ne savait déjà pas parfaitement manipuler l’oral.

- Tout est partie de là et depuis on s… il marque une hésitation, cherchant ses mots. S’aiment ?

Tomislav demande confirmation d’un coup d’œil à son vis-à-vis.
S’il savait qu’en réalité Ayleen semblait en pincer pour Milo et que lui, de son côté, se tapait des putes dont celle avec qui il partage parfois quelques joints. Nikki. Il l’aime bien et Tomislav a très vite comprit que s’il se ramenait avec de quoi se rouler un joint, la jeune femme se donnait à lui sans l’ombre d’une hésitation, d’autant plus qu’elle acceptait de tester plusieurs choses qu’il n’oserait demander à Ayleen.

- Tu peux te lèves ? Si tu veux, je payer le café, y a un truc pas loin. Ca te fera du bien.



_________________

   

"Au royaume du sombre, de la thune et des rats,
je serais comme une ombre à chacun de tes pas."
(c)Saez - Comme une ombre.

   
(c)BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : /
messages : 195
quartier : Centre ville

MessageSujet: Re: Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? [Tomislav]   Mer 7 Mar - 9:09

L’air légèrement absent, Justin écoutait cependant avec attention ce que lui disait Tomislav. Il avait l’impression de voler dans du coton, d’être ailleurs. Pourtant, se raccrocher aux mots hésitants de son collègue l’aidait à sortir de son propre esprit et de ses propres maux qui commençaient à peser trop fort. Sa rencontre avec Tomislav l’aidait finalement à reprendre un peu le fil de sa propre vie, reprendre contact avec son corps épuisé par le manque de sommeil, ses pensées tourmentées. Son collègue lui expliqua alors que lui et Ayleen s’étaient rencontrés autour d’une voiture à réparer et d’une volonté de lui apprendre l’anglais. Justin hocha la tête pour signifier qu’il comprenait. Cela ne l’étonnait pas que la jeune femme ait souhaité l’aider dans cette démarche. Ça lui ressemblait pas mal au final. Il trouvait que c’était une jolie histoire et cela lui fit du bien d’entendre ça. Quelque chose qui semblait tiré d’un film ou d’un conte pour enfant. Ou peut-être plutôt d’un téléfilm de l’après-midi.

« Oui, tu progresses elle a raison ! »

Justin tenta alors de sourire un peu plus franchement à Tomislav. Certes son anglais était encore un peu hésitant, il butait sur des mots et des conjugaisons mais ce n’était pas Justin qui irait lui faire un procès. Il avait désormais un niveau suffisant pour se faire comprendre et c’était déjà bien. Cela se voyait que de semaine en semaine, il était plus à l’aise. Son collègue enchaîna ensuite pour conclure l’histoire de sa rencontre avec Ayleen. Justin rit légèrement alors que son vis-à-vis hésitait sur le mot aimer. Ce n’était pas de la moquerie ou du mépris, non loin de là. Il trouvait juste cela amusant, tendre de le voir hésiter comme ça. Cette histoire était vraiment presque irréelle mais elle lui plaisait beaucoup.

« C’est le mot. J’suis content pour vous, c’est une belle histoire. »

La fatigue le rendait sans doute plus sensible. Ou peut-être était-ce le besoin de se raccrocher à quelque chose de moins violent. De palpitant, quelque chose qui le ramenait plus à la beauté de la vie qu’à sa noirceur. Justin poussa alors un léger soupir. Ce n’était pas son genre d’être abattu, déprimé, épuisé. Il était connu pour son sourire, sa bonne humeur sincère. Il espérait réussir à renouer avec cette partie de lui très vite. Mais surtout, il espérait qu’il pourrait communiquer tout ça à Taylor. Taylor… Justin fut sorti de ses pensées, sauvé encore une fois par Tomislav qui lui demandait s’il pouvait se lever et lui proposait d’aller boire un café. Prenant appui sur ses bras, le technicien de surface entreprit alors de se remettre sur ses pieds.

« J’suis pour le café. »

Debout, Justin fit un léger signe de tête à Tomislav pour confirmer ses propos. Il n’aurait pas le temps de retourner se coucher avant sa journée de travail alors autant boire un bon café et tenter de se remettre les idées en place. Quant au fait de se faire inviter par son collègue, ça c’était un autre débat qu’il règlerait le moment venu. Mais en tout cas, le technicien de surface sentait qu’il avait besoin que Tomislav boive ce café avec lui et qu’il ne soit pas seul à le siroter. Sinon, les mauvaises pensées allaient revenir à l’assaut et il était bien trop fatigué pour réussir à les combattre.

« Tu t’baladas vachement tôt le matin quand même… Le sommeil c’est pas ton truc ? »

Le ciel se faisait plus clair de minutes en minutes. Bientôt, la ville allait se réveiller, doucement à cause de l’hiver certes, mais elle allait émerger. Et eux, étaient déjà là, l’esprit encore embrumé et pourtant, le corps bien éveillé, bien présent. Cette journée allait être terriblement longue, Justin le sentait à chaque pas qu’il faisait avec son collègue en direction du café.


« C’pas Mme Adler qui t’a tiré du lit si tôt ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : Vava: Me, signature : Daya
messages : 93
quartier : West Side

MessageSujet: Re: Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? [Tomislav]   Jeu 22 Mar - 14:24

Pourquoi tu te fais du mal comme ça ?
EXORDIUM.
Le serbe se demande s’il ne lui balance pas ça pour faire plaisir, faire genre, comme beaucoup le font pour pas vexer quelqu’un et pour pas avoir l’air d’un enculé. Mais « connaissant » Justin, il y avait peu de chance pour que ça soit le cas vu que ce type avec sa tronche un peu atypique – dixit celui qui a une gueule de psychopathe – était presque aussi franc que Tomislav pouvait l’être…
D’ailleurs ce dernier s’exprime sur sa relation avec Ayleen, bute sur un mot qui fait visiblement rire son compagnon de fortune.

- C’est le mot. J’suis content pour vous, c’est une belle histoire.

Ouais, une belle histoire montée de toute pièce, enjolivée par des sourires, des baisers et des étreintes devant les yeux du monde pour mieux se fondre dans la masse de la normalité. Mais ça n’avait rien de désagréable, Tomislav est bien conscient qu’il aurait pu tomber sur une personne pire qu’Ayleen et cette dernière était d’une douceur et d’une tranquillité qui parfois l’apaisait.
Le serbe lui propose un café, n’ayant pas tellement envie de continuer à se cailler les miches dans ce parc.

- J’suis pour le café.

Tomislav affiche un sourire, se lève de son banc et glisse les mains dans son manteau noir. Certains le prennent pour un croquemort avec ses yeux globuleux, sa peau pâle et cette allure un peu sinistre. Le serbe aime bien cette image que l’on a de lui, celle du type un peu bizarre qui doit certainement manger des rats au petit déjeuner avec des yeux de chatons en dessert… Ce que les gens peuvent être cons parfois.

- Tu t’baladas vachement tôt le matin quand même… Le sommeil c’est pas ton truc ?

Direction le café, toujours mains dans les poches et Tomislav hausse les épaules.

- Si j’aime bien dormir. Mais pas ce matin, j’arrive pas.

Contre toute attente, il se retrouve un peu contrarié et surtout inquiet par la détresse d’Ayleen, sa tristesse et son désarroi. Il sait que les deux jeunes femmes sont proches mais il ne s’attendait pas à ce qu’elle soit si … triste. Accablée. Il aime pas la savoir comme ça tout comme il n’aime pas ne pas savoir quoi faire dans ce genre de situation délicate. Disons que le serbe n’était pas vraiment un maitre des mots mais plutôt des gestes. Et encore…

- C’pas Mme Adler qui t’a tiré du lit si tôt ?

Ils continuent leur route direction le café et Tomislav retient l’aveu qui lui brûle les lèvres. Il aurait préféré que ça soit elle qui le tire du lit plutôt que ses tourments, que ses questions. Il aurait préféré qu’elle le tire même de SON lit à elle pour lui faire voir que les slaves sont de très bons mineurs … Comprendra celui qui comprendra.

- Non. Même si elle aura être capable.

Intransigeante, autoritaire, froide.
A peu près tout ce qu’il aime chez une femme qui suinte le pouvoir. Rien de tel pour lui foutre des frissons de bonheur quand elle lui parle sur un ton sec alors qu’il réprime ses sourires de contentement.

- J’suis dans l’inquiétude pou Ayleen. Elle est très triste, parle pas beaucoup, depuis qu’elle a été voir Taylor.

Il hausse de nouveau les épaules, un peu contrarié. Tomislav est le roi de la manipulation, lorsqu’il veut quelque chose, il l’obtient, peu importe le temps que ça lui prendra. Mais avec Ayleen, il n’a jamais eu besoin de jouer les doubles faces ou même de mentir. Il n’en n’a pas non plus l’envie. L’inquiétude qu’elle lui inspire est aussi réelle que la mucoviscidose qui la ronge et la tue à petit feu.

- J’essaie de lui rendre de la joie. J’suis pas trop doué pour ça mais j’fais le mieux.

On n’peut pas lui reprocher d’essayer.
Il balaie l’espace d’un geste mou de la main, ne voulant pas s’attarder sur tout ça et emmerder Justin avec son histoire, d’autant plus que lui aussi est concerné par la tentative de suicide de cette nana qu’il ne connait pas finalement. Ou très peu.

- Enfin, ça ira peut-être meilleur bientôt. Parait qu’il faut de la patience. Il tourne son regard vers Justin alors qu’ils s’approchent du café en question. Et toi, les femmes, ça s’passe comment ?

HRP:
 

_________________

   

"Au royaume du sombre, de la thune et des rats,
je serais comme une ombre à chacun de tes pas."
(c)Saez - Comme une ombre.

   
(c)BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



crédits : /
messages : 195
quartier : Centre ville

MessageSujet: Re: Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? [Tomislav]   Mar 27 Mar - 9:08

Il était certain que Mme Adler aurait été capable de tirer Tomislav de son lit très tôt le matin. En pensant à elle, Justin ressentit un certain frisson. Cette femme lui inspirait une forme de crainte qu’il n’arrivait pas à expliquer ou à rationnaliser. Sèche, froide, autoritaire… Il n’arrivait pas à savoir ce qu’elle pensait et craignait toujours qu’elle s’énerve contre lui. Bon, à vrai dire, il ne craignait lui pas grand-chose, n’était pas son employé direct et surtout, elle n’était pas un tyran mais… Tout de même. Justin ne pouvait s’empêcher de se dire qu’il pourrait y avoir une vision un peu cauchemardesque de cette femme qui au beau milieu de la nuit réveille ses employés… Oui bon ça, c’était un peu son imagination qui travaillait. En tout cas, la véritable raison qui avait quitté Tomislav de son lit était bien moins marrante. Justin enfonça alors doucement son visage dans le col de son manteau. Il n’avait plus de larmes à faire couler pour ce matin-là, plus la même colère à hurler. Il était vidé et épuisé. Il ressentait alors une profonde compassion pour Ayleen, une sincère tristesse. Tomislav lui de son côté enchaîna, expliquant qu’il faisait au mieux pour rendre le sourire à sa femme. Le technicien de surface tourna alors le regard vers lui, esquissant ce qui pouvait ressembler à un sourire. Il se rendit alors compte que son visage était légèrement engourdi par le froid et que ce simple geste n’était pas si simple que ça.


« Je pense qu’l’fait que tu sois là à essayer ça lui fait d’jà du bien. »


Oui. Se sentir soutenu c’était déjà une grande chose. Voilà pourquoi Justin mettait un point d’honneur à ne pas craquer devant Taylor. Voilà pourquoi il s’était promis de garder le sourire face à elle et de l’aider à affronter ses démons les plus profonds. Il espérait sincèrement que cela l’aiderait, que grâce au soutien de ses amis, de Maeve, de Milo, elle parviendrait à sortir de tout ça. Avec du temps bien sûr mais beaucoup de soutien. Oui, comme le disait Tomislav, il fallait de la patience, c’était même le nœud essentiel de tout ça. Peut-être le plus dur aussi. Attendre, savoir attendre et regarder les choses évoluer à pas de fourmis. L’accepter, faire avec et surtout, ne pas craquer.
Les deux collègues étaient tout proches d’un café quand Tomislav changea finalement de sujet, demandant à Justin où il en était avec les femmes. Surpris par la soudaineté de cette question, le technicien de surface tourna la tête vers lui d’abord étonné, les yeux grands ouverts avant de se mettre à rire.

« J’crois que j’vais prendre un joker face à c’tte question. »

Justin arriva alors au niveau du café. Il en poussa la porte et la maintint ouverte pour son camarade. Il entra ensuite. L’endroit était presque vide, encore tôt. L’homme derrière les comptoirs les salua. Habitué à faire ainsi, Justin alla s’asseoir sur un tabouret au niveau du comptoir et commanda un expresso, avant que Tomislav ne passe à son tour sa commande. Quand le cafetier s’éloigna, Justin se tourna vers son collègue.

« J’crois qu’j’suis pas prêt à m’fixer comme tu l’as fait. Papillonner ça m’va très bien. »

Justin sourit alors que son café apparaissait devant lui. Il posa ses mains autour de la tasse. Ses mains se réchauffèrent doucement à ce contact. Tout son corps était d’ailleurs en train de le faire et il se rendit finalement compte que le froid piquant ne l’avait pas laissé aussi indifférent qu’il l’avait pensé. La rencontre avec son collègue était sans doute ce qui pouvait lui arriver de mieux. Un peu de réconfort, plus seul avec ses propres démons.


« Si j’me marie un jour, j’t’inviterai. »


Justin laissa alors échapper un léger rire. Il reprenait un peu de couleur. La crise était passée. Pour combien de temps ? Difficile à dire mais au moins, il avait droit à quelques minutes de répit.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? [Tomislav]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? [Tomislav]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi Napoleon 1er est considéré comme un tyran ?
» Julian ▬ J'fais comme j'l'e sens. ceux qui m'aiment comprendront pourquoi je le fais justement parce que ils m'aiment.
» (maggie) j’m’en branle, j’fais comme j’l’e sens. ceux qui m’aiment comprendront pourquoi je le fais justement parce qu’ils m’aiment.
» (gratciel) I used to say, "I want to die before I'm old" but because of you I might think twice
» Pourquoi continues-tu à te cacher comme ça ? Est-ce-que tu as peur qu'on se moque de toi à ce point ? (ft.Noirnoir) | fini.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: South Side-
Sauter vers: