AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Prostitution informatique par service à sens unique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

PRINCESSE DE LA CB ✩◝(◍⌣̎◍)◜✩
avatar
Profil
crédits : Dulde(ava) | Exorcium (sign) & Taylor (gif)
Messages : 666
quartier : south side
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Prostitution informatique par service à sens unique Lun 25 Déc - 22:44

Prostitution informatique par service à sens unique

Daya & Maeve
••••

 « Je te comprends pas Maeve » Et je n'attends pas que tu le fasses. Non pas que je ne me comprenne pas moi-même, bien au contraire. Je sais exactement les raisons qui m'ont poussé à faire une chose pareille. Mais comment expliquer avec des mots ce genre de ressenti ? On ne peut pas. Les mots sont trop crus, ils déforment trop, ils déforment tout. Comment prétendre à l'auto préservation quand on blesse autant une personne ? Comment oser dire qu'on l'aimait alors qu'on a brisé une amitié prometteuse ? Comment demander pardon pour un orgueil si profondément développé qu'il a tout gâché ? Comment justifier un 'modus operandi' bien trop souvent employé ? J'ai réitéré la chose après elle, encore et encore, choisissant la fuite plutôt que la confrontation. Optant pour le silence par peur de ce qui pourrait être dit. J'ai agi de la même façon avec Taylor et l'ai perdu. Par ma faute. Par mon unique et entière faute. L'avoir de nouveau à mes côtés est une réelle chance. Et ça m'aide également à remettre en ordre certains travers. À me remettre en question et à essayer de réparer ce qui peut être réparé.

Je ne suis pas stupide pour autant. Je sais que la relation que j'ai pu partagé avec Daya est morte depuis trop longtemps que je ne pourrais pas réparer les pots cassés. Nous ne pourrons probablement jamais redevenir amies dans un futur plus ou moins proche mais comme elle continue de le répéter, elle a le droit de savoir. Et si j'évite son regard alors qu'elle répond à mon aveu – laissant une boule se former dans ma gorge – j'enregistre chacun des mots que laissent échapper ses lèvres. Je le mérite. Je le mérite cent fois. Et tout ce qu'elle dit est vrai. Presque tout. Parce qu'elle ne peut évidemment pas mettre des mots justes sur mon propre ressenti à l'époque, parce qu'encore une fois, tout ceci est trop complexe pour être résumé ici, tant d'années plus tard. Ça ne l'empêche pas d'avoir raison pour le reste. Elle méritait mieux. Elle méritait ces explications au moment où j'ai décidé de mettre les voiles pour me préserver et ne plus ressentir toutes ces choses pour elle. Avant de laisser ma rancune prendre le pas et de lui en vouloir injustement pour tout ce qui naissait en sa présence.
Et la métisse a encore raison quand elle balance que je n'ai aucune idée de ce que j'ai fait, des conséquences de mes actions, de ce que ça a engendré. Mais je ne peux pas réparer ça, ne peut pas colmater la brèche que j'ai créée avec de simples mots, de simples excuses.

La flic s'assoit sur l'accoudoir et je reste immobile, laisse le silence reprendre ses droits, fermant les yeux quelques secondes. Je suis épuisée. Et cette conversation n'aide en rien. Mais c'est peut être ma seule occasion. « C'est ce que j'ai toujours fait. Fuir. Quand les choses deviennent trop compliquées, quand je me retrouve dos au mur. Le chaos émotionnel n'est pas mon meilleur costume. Alors je fuis. Je ne dis pas que c'est bien ou logique ou quoi que ce soit mais c'est ce que je fais. Ce que je faisais. » Je prends une longue inspiration, essayait de ne pas m'emballer trop au risque d'avoir de nouveau besoin de l'oxygène. « Et tu n'as pas à croire ce que je te dis. Tu n'as pas à croire que je tenais à toi. Que je t'aimais. Tu peux continuer à me....me....tu peux continuer à nourrir les sentiments que tu as pour mi, aussi négatifs soient-ils. » Et qui je serai pour juger ? « Je sais que je ne peux pas réparer ce que j'ai fais et encore une fois j'en suis désolée. Ce n'était pas ta faute. C'était la mienne. Uniquement la mienne. Et je ne te demande pas de me pardonner. » Je relève quelques secondes les yeux vers elle. « Il fallait juste que tu saches » Je fuis à nouveau son regard, jouant avec mes doigts. « Juste au cas où » Et je ne prends pas conscience que je dis cette dernière phrase à haute voix.

••••

by Wiise

_________________
Here I lie in my hospital bed
Tell me, sister Morphine, when are you coming round again?
Oh, I don't think I can wait that long
Oh, you see that I'm not that strong
.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
crédits : ava&gifs @me- Code signature @sian
Messages : 564
quartier : Downtown Chicago - Dans un loft qu'elle adore
Secrets

Feuille de personnage
Répertoire rapide:
État physique:
Secrets inavouables:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur





MessageSujet: Re: Prostitution informatique par service à sens unique Mar 2 Jan - 20:45



Until you realize how easily it is for your mind to be manipulated, you remain the puppet of someone else's game.

Daya and Maeve



Prostitution informatique


Non elle ne peut pas dire que c'est bien parce que ca ne l'est pas, comment cela pourrait être justifiable ? Elle avait choisi de la punir pour quelque chose sur lequel elle n'avait aucun contrôle, quelque chose dont elle ignorait jusqu'à l'existence et rien dans tout cela n'était juste. L'égoïsme dont Maeve avait preuve allait à l'encontre de ce qu'elle disait éprouver et elle avait raison sur un point il n'y avait aucune logique si ce n'était un désir d'auto-préservation qui aurait peut-être pu se résoudre autrement. Daya n'avait pas l'audace de prétendre qu'elles auraient pu toute deux trouvé une façon de gérer cette situation plus que délicate, mais une chose était certaine à son sens, la façon de faire et les blessures qui en avaient découlé auraient sans aucun doute pu être évités, parce qu'elle voulait croire qu'elle aurait compris que son amie ait besoin de s'éloigner, de laisser mourir ses sentiments qui n'auraient jamais été réciproques, peut-être auraient-elle pu sauver une partie de cette amitié à laquelle elle tenait vraiment si seulement elle lui avait laissé la chance de s'y essayer.

L'information bien qu'elle soit difficile à digérer commence pourtant à faire son chemin et Daya inconsciemment commence à chercher dans les tréfonds de ses souvenirs, des indices, des signes qu'elle n'avait pas su identifier, des gestes qui auraient pu rendre tout cela difficile pour sa colocataire à l'époque. Est-ce qu'elle avait eu envers elle une attitude que cette dernière aurait pu interpréter comme une provocation latente et quotidienne ? Est-ce qu'elle affichait tant que ca le couple qu'elle formait avec Josef à l'époque ? Mais les souvenirs sont lointains, flou et partiellement disparus, parce que les années avaient fait leur travail sur des images qu'elle n'avait pas pu chérir et qu'elle avait ardemment tâché de boucler quelque part afin les faire disparaître. L'utilisation du passé sur la fin de sa phrase n'est pas anodin elle le sait, l'évidence est là, mais elle n'arrive pourtant pas bien à en saisir le sens, parce que si vraiment elle avait changée c'était là une bonne chose, mais en quoi cela amènerait une quelconque différence pour l'Indienne ? Ce n'était pas une consolation suffisante face à tout ce qu'elle avait perdue ce jour-là.

« Et tu n'as pas à croire ce que je te dis. Tu n'as pas à croire que je tenais à toi. Que je t'aimais…. » Les mots s'ils avaient déjà été prononcés, n'en était cependant pas plus facile à entendre, ca lui laissait une sensation étrange de l'entendre parler d'elle de cette façon, elle ne savait pas vraiment quoi en penser, ce qui était sûr cependant c'est que ca la déstabilisait aussi sûrement que la première fois. Et pourtant elle la crois…elle ne l'explique pas, rien ne lui certifie que ce ne sont pas là juste des mots, une excuse qui laisserait un trop grand questionnement tut, non, elle la croit, son instinct le lui souffle, son esprit ne remet pas vraiment en question cette révélation soudaine et inattendue. Quant aux sentiments qu'elle-même éprouve pour la jeune femme chétive assise non loin d'elle, elle ne sait pas, elle avait passé tant d'année à la détester et à la blâmé qu'elle avait bien du mal à percevoir autre chose sous cette couche si solidement installée et qui, il fallait bien le dire tenait encore relativement bien la route même après cette mise en lumière, parce que la finalité était la même et la blessure qui avait été ouverte ne s'en trouvait ni moins grande, ni moins pénible. Etait-elle-même réparable ? Daya ne le pensait pas, pas en l'instant en tout cas et si ca lui faisait mal au coeur de se le dire, même si quelque part elle avait fini par entendre ce qu'elle avait cherché depuis si longtemps, même si Maeve avait fini par prononcer ces mots qui la dédouanaient de toute responsabilité, elle ne se sentait pas mieux, elle était toujours attristée et avait l'impression désagréable d'être de retour sept ans auparavant. La jeune femme glisse ses mains sur son visage et vient repousser ses cheveux en arrière, un soupir s'échappe de ses lèvres et bien qu'elle ne sache pas quoi dire, elle s'y essaye pourtant.

« Je ne sais pas quoi te dire Maëve. Je n'ai aucune raison de remettre en question ce que tu me dis, mais je ne sais pas pour autant ce que tu attends de moi…il s'est passée sept ans. Elle tourne son regard vers elle et lorsqu'elle se saisit du sien, y reste planté. Je sais même pas s'il reste quoi que ce soit à éprouver parce que je suis restée dans le noir trop longtemps pour qu'il reste quoi que ce soit de ce qu'on a pu avoir un jour. Elle pousse un soupir las. Tu aurais dû essayer de me parler, ca n'aurait peut-être pas fait une grande différence pour toi, mais pour moi si…tu ne m'as pas laissé une seule chance, tu as juste tournée la page parce que c'est ce qui était le plus facile pour toi et je sais pas si je peux te pardonner ca, je sais pas si j'en ai envie….Je comprend bien que tu n'es pas dans les meilleures conditions et je ne sais pas si tu fais ca pour moi ou pour toi, mais tu me prends au dépourvu et….je suis désolée de ce qui t'arrive Maëve, vraiment, ca à l'air sérieux et je ne te souhaite pas du mal, mais je ne suis pas sûr de pouvoir t'aider à soulager ta conscience si c'est ce que tu essayes de faire… »

(c) black pumpkin


_________________
You want a revelation, Some kind of resolution

Would you leave me If I told you what I've done?
And would you leave me If I told you what I've become?
Because it's so easy to say it to a crowd
But it's so hard, my love to say it to you alone
Revenir en haut Aller en bas
 

Prostitution informatique par service à sens unique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le début d'un amour... à sens unique ! [ PV Anna ]
» Un amour à sens unique
» Troc à sens unique [Alvaro]
» SOS RPG[à sens unique]
» Retrouvailles à sens unique ; pv. Lucy Heartfilia ; en cours
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Windy City 911 :: THE WINDY CITY :: North Side :: LINCOLN PARK-